Sondage

Cela fait maintenant un mois tout pile que Jinder Mahal est champion de la WWE. Selon vous::

La WWE prise au mot

Everything is super when you’re gay!

Big Gay Al, I’m Super

 

Ca devait finir par arriver. A force de puiser dans le registre homophobe, la WWE a provoqué l’ire de l’une des plus puissantes organisations de défense des gays et lesbiennes des États-Unis. Les têtes pensantes de Stamford ont immédiatement cherché à corriger le tir, et promis de bannir l’homophobie de leurs programmes. Qu’est-ce que cette histoire nous raconte, et quelles en seront les conséquences?

 

 

Hé Rock, gros pédé, tu peux venir maintenant! J’ai plus le droit de dire que t’es qu’un gros pédé, alors t’auras pas de raison de chialer, tarlouze!

 

 

La fin de l’homophobie à la WWE?

 

 

De par son fonctionnement et de par ses ambitions, la World Wrestling Entertainment est vouée à résoudre en permanence un paradoxe qui tient de la quadrature du cercle. D’un côté, son cœur de métier est la mise en scène de combats de catch, une discipline fondée sur la simulation de la violence physique et sur l’intimidation verbale. De l’autre côté, la fédération vise à accroître toujours davantage son audience et à attirer toujours plus de sponsors. Elle a choisi, dans ce but, de se présenter comme la promotrice d’un spectacle « pour toute la famille ». La friction entre ces deux impératifs est évidente, et amplement discutée, notamment lors des débats récurrents comparant l’Attitude Era, centrée sur un public adolescent et adulte, et la PG Era actuelle.

 

 

Rock, viens sur le ring, je vais te faire bouffer ton cockring!

 

 

Comment, en effet, concilier un spectacle fait de bagarres violentes et d’invectives cruelles avec l’exigence de complaire à un public toujours plus large, dont une partie importante est constituée de mineurs? Cette tâche est encore compliquée par le fait que la WWE mène depuis plusieurs années une large campagne de communication visant à se doter d’une image respectable: partenariat avec la fondation « Make a Wish », solidarité affichée avec les forces armées des États-Unis, attitude citoyenne avec les opérations « Smackdown your vote », spots de prévention à l’attention du jeune public (« Don’t try this at home »), affichage mainstream via le recours à des célébrités du monde du sport, de la musique, de la télévision ou du cinéma, investiture de Linda McMahon aux sénatoriales par le parti républicain… Le résultat, c’est une fédération déchirée entre sa raison d’être (le catch avec tout ce qu’il comporte de violent et de grossier) et son appétit de grandeur (la volonté de bénéficier d’une image consensuelle). La dernière polémique en date illustre à merveille toute la difficulté de ce positionnement.

 

 

Me regarde pas comme ça Alex, je vais pas te piquer ton mec! Warf!

 

 

 

Rappel des événements

 

L’affaire est présentée de façon claire ici. Pour ceux que la langue d’Elton John rebute un peu, en voici un résumé. Le 21 février dernier, à Raw, John Cena a livré sa réponse très attendue à la promo effectuée une semaine plus tôt par le Rock, dans laquelle le catcheur légendaire de la décennie précédente s’en était pris à son successeur au sommet de la fédération. Cena, on s’en souvient, avait alors fourni une promo rappée moquant le Rock et, spécialement, les films dont ce dernier a été à l’affiche. Angle choisi: suggérer que le Rock serait un peu homo sur les bords. Ainsi, rappelle Cena dans son rap, Dwayne Johnson a porté une jupe dans un film et du rouge à lèvres dans un autre. Et le Marine d’ironiser sur le titre « Race to Witch Mountain », le liant à « Brokeback Mountain » (il y a également le mot « Mountain » dans le titre, ça tombe bien). Pour ceux qui l’ignorent, « Brokeback Mountain » raconte une histoire d’amour entre deux comboys homosexuels.

 

 

J’ai vu tes films, Rock, c’était pas triste! Mais comme t’es pédé, pourquoi t’as jamais joué un fleuriste?

 

 

Une semaine plus tard, ce même Cena s’en prend cette fois au Champion WWE en exercice, le Miz. Ce dernier, arrivé dans le ring en compagnie de son comparse Alex Riley, reçoit à son tour plusieurs flèches de Parthe décochées par le Doctor of Thuganomics. Cena rit de la proximité entre Miz et Riley, affirme qu’ils vont bientôt emménager ensemble, qu’ils passeront leurs journées à faire du tandem, qu’ils iront dans des magasins de literie acheter leurs duvets, et que leurs soirées seront consacrées à siroter un verre de vin français en regardant le Bachelor à la télé.

 

 

Non mais faut pas se moquer d’eux, hein! Les docteurs disent qu’être homo, c’est une maladie!

 

 

Nous sommes en pleine Road to Wrestlemania et l’audimat (notamment du fait du retour récent du Rock) est plus haut qu’il ne l’a été depuis des années. On peut imaginer, dès lors qu’il y a plus de spectateurs devant leur écran, qu’il y a également plus de sympathisants de la communauté homosexuelle. En tout cas, alors que ce type de vannes est relativement fréquent à la WWE, cette fois, elles ne passent pas inaperçues. Plusieurs personnes alertent la Gay and Lesbian Anti-Defamation League (GLAAD), une institution créée en 1985 et dont l’un des buts premiers est de dénoncer les propos homophobes tenus dans la sphère publique. La GLAAD (qui avait déjà protesté en 2009 quand lors d’un épisode de Raw, Vince McMahon avait dit avec dégoût aux membres du Cirque de Soleil venus lui souhaiter joyeux anniversaire que leurs masques étaient « really gay ») entre en contact avec la WWE. Celle-ci réagit très rapidement. Elle certifie que cela ne se reproduira plus, promet d’expliquer à ses catcheurs que ce type de promos est désormais prohibé, publie un communiqué d’excuses et annonce qu’elle va lancer, conjointement avec la GLAAD, une « anti-bullying initiative » (dans ce contexte, cette expression difficilement traduisible signifie à peu près « campagne anti-propos homophobes »). La GLAAD, satisfaite par la tournure des événements, en prend bonne note et indique également que ses représentants vont conduire des séminaires auprès des auteurs des shows de la WWE. A noter que Cena n’a pas commenté tout cela sur Twitter ou Facebook.

 

 

A croire que la nouvelle l’a traumatisé.

 

 

 

Une belle tradition qui disparaît

 

Ah, la WWE et les clichés sur les gays! Une longue histoire, constellée de myriades d’anecdotes et même de storylines. Sans entrer dans les détails, disons que, globalement, l’homosexualité (surtout masculine, vu que la féminine est considérée super sexy) a toujours été présentée dans les shows de Stamford comme une anomalie méprisable, dégoûtante ou, au mieux, risible. Il y a eu des personnages plus ou moins ouvertement gays (de Goldust à Rico), des storylines à faire passer « La Cage aux Folles » pour une pièce d’Ibsen (remember le mariage de Billy et Chuck) et d’innombrables segments ironisant lourdement sur une possible homosexualité de tel ou tel catcheur, ou moquant telle ou telle expression parlée qui « fait gay » (un exemple parmi mille ici).

 

 

- Gmmmbpppppffffff!

- Ta gueule et lèche-moi le fion, petit pédé!

 

 

Cette véritable passion que la WWE voue (vouait?) à ce type d’humour est doublement compréhensible.

 

Premièrement, dans cet univers hyper-masculin et supra-viril, où les désaccords se règlent à grands coups dans la gueule, rien n’est plus efficace pour humilier un adversaire que d’insinuer qu’il serait homosexuel (comprenez: qu’il serait faible, incapable de se battre, féminisé, puisque ces clichés-là sont fermement attachés à l’image de l’homosexualité, spécialement dans le subconscient des classes populaires que la WWE vise en priorité).

 

Deuxièmement, ces jeunes gens musclés passent leur temps à s’agripper les uns aux autres et à se coucher les uns sur les autres, souvent vêtus d’un simple slip, parfois couverts d’huile. Le catch et son imagerie involontairement homo-érotique suscitent d’ailleurs une fort compréhensible exaltation sur les forums gays, dont l’indispensable justusboys (merci à notre ami Vinz d’avoir attiré notre attention sur leurs hilarants montages pornographiques, disponibles ici – attention, c’est plus qu’explicite, donc si vous ne voulez pas voir Randy Orton avec une trique de poney en plein écran, évitez de cliquer). Et croyez sur parole le compilateur de « Légendes Killers » qui écrit ces lignes, une bonne partie des légendes suggérées tracent un parallèle entre les poses suggestives de nos stars préférées et les 1004 prises du Kamasutra. Bref, le catch, « ça fait gay », qu’on le veuille ou non — argument d’ailleurs régulièrement utilisé par les moins évalués parmi les détracteurs de la discipline, prompts à accuser les fans de catch d’être homos puisqu’ils passent leur vie à regarder des beaux gosses qui se transpirent dessus. Dès lors, consciemment ou pas, la WWE s’échine à démontrer le contraire: puisqu’on se moque des homos, c’est bien qu’« on n’en est pas ».

 

 

Train, say your prayers, eat your vitamins, be a real American.

 

 

Un débat comme on les aime

 

Ce type de controverse est à même de faire naître de grands débats enflammés opposant deux camps nettement circonscrits. Dans le premier, nous retrouvons les détracteurs du « politiquement correct », consternés en voyant un nouveau bastion du machisme assumé tomber face à l’assaut du « lobby gay ». Bientôt, s’écrient-ils, on ne pourra plus rien dire! Oh, c’est du catch, bon sang! C’est un spectacle, c’est pour de faux! Les gays vont aussi emmerder les séries où les films où des personnages disent des trucs du genre « on n’est pas des pédés »? C’est 1984! C’est la police de la pensée! C’est le règne de la censure et, pire, de l’autocensure! Si on ne peut plus faire de vannes de ce type, ça veut dire que demain on ne pourra plus vanner le Big Show sur son poids, Sheamus pour sa pâleur, Teddy Long sur sa calvitie ou Alberto Del Rio pour son accent! Déjà qu’il n’y a plus de gros mots, plus de nanas en string, plus de mecs qui filent des torgnoles à des gonzesses, plus de sang dans les bagarres, voilà qu’on n’aura même plus de vannes innocentes du genre « alors les filles, vous emménagez ensemble? ». Au secours!

 

 

- On peut le violer?

- Non.

- Saleté de politiquement correct.

 

 

Dans le camp opposé, on entend évidemment un autre son de cloche. Et pour ma part, je suis plus sensible à ces arguments-là, je l’avoue, mais j’invite naturellement ceux que l’irruption de la GLAAD dans nos petites affaires irrite à défendre leur point de vue dans les commentaires ci-bas.

 

Les arguments des partisans d’un bannissement de l’homophobie des programmes de la WWE sont de plusieurs ordres.

 

Premièrement, l’un des éléments de base de l’analyse de tout discours, c’est de savoir qui en est l’émetteur. Autrement dit, qui parle? Fondamentalement, le principe du catch, c’est que les méchants mentent et les gentils disent la vérité. Or force est de constater que — du moins depuis que je me suis remis à l’ignoble sport, vers la mi-2008 —, les vannes à caractère homophobe sont l’apanage exclusif des Faces.

 

Il y a là quelque chose d’assez dérangeant. Ce discours — en substance, « Toi et ton pote, vous êtes que des gays, hoooouuu! » — est réservé aux good guys. Il est donc fait pour être acclamé par le public et provoquer les rires nourris des commentateurs. Il y a eu les promos de John Cena sur le Rock (le fait que l’homophobie soit un lieu commun d’un certain type de rap ne constitue en aucun cas une circonstance atténuante) puis sur le Miz et Riley, on vient d’en parler. Ce même Cena avait lâché il y a quelques mois une allusion transparente au « mode de vie non orthodoxe » de Justin Gabriel. Il y a aussi Triple H, qui s’est fait une spécialité de ce type de discours, notamment lors de la feud DX-Legacy (en septembre dernier, par exemple, il avait comparé Rhodes et DiBiase au célèbre couple de dompteurs gays Siegfried et Roy, nous en avions parlé ici). Il y a également eu des vannes comparables de la part de Christian sur Jackson et Kozlov à l’ECW, des Cryme Tyme sur la Hart Dynasty, de Matt Hardy visant Miz et Morrison… liste très loin d’exhaustive. Et chaque fois, ce sont les Faces qui remettent en cause l’hétérosexualité des Heels (lesquels, évidemment, se montrent scandalisés par ces assertions, montrant bien à quel point être homosexuel est honteux).

 

 

- Dis, Brodus, t’es pas homosexuel toi, rassure-moi?

- Non. Je suis auto-sexuel.

- Hé ben t'as bien du courage.

 

 

C’est vraiment un élément sur lequel je veux insister, car il permet de balayer le contre-argument « rhoo allez, c’est la WWE, ça se vanne dans tous les sens ». Car les vannes homophobes, c’est à sens unique. Bien sûr, les heels, eux aussi, vannent les faces. On a vu Laycool s’en prendre au supposé surpoids de Mickie James, on a vu Shelton Benjamin se moquer de Yoshi Tatsu en sa qualité de Japonais, on a entendu Jack Swagger traiter le Big Show d’obèse ou Chris Jericho humilier ses adversaires de Wrestlemania 25 en prenant prétexte de leur âge avancé… Mais je n’ai pas le souvenir d’un heel insinuant que ses adversaires faces seraient des gays. Je ne dis pas que cela ne s’est jamais produit, mais en tout cas, si cela a déjà été le cas, c’est de nos jours quelque chose d’extrêmement rare. Or, a priori, l’homophobie… c’est pas bien. Ca devrait être un truc de heels! Mais non. Dans le monde de la WWE, c’est juste un ressort comique abondamment utilisé par les gentils pour humilier les méchants, et très peu (voire pas) employé en sens inverse.

 

 

- Touche pas à mon gosse, pédale!

- Mais non, je suis gentil, moi!

- Ah bon? Ben désolé alors, j’ai confondu.

- Y a pas de mal, j’étais heel avant, je suis habitué.

 

 

Il y a (ou il y avait) donc un vrai problème à ce niveau-là. Car dans le même temps, nous sommes à une époque où les catcheurs, spécialement les plus populaires d’entre eux, sont des « role models », comme ils disent. Une bonne partie du public, comme le souligne la GLAAD, est composée de jeunes garçons ou d’adolescents, pas forcément très au fait du kayfabe, d’autant que la frontière entre kayfabe et réalité est régulièrement gommée. John Cena le catcheur en tshirt violet et pantacourt en jean apparaît en personne devant les fans lors des séances de photos ou de dédicaces: ils voient l’homme John Cena, habillé de la même manière, et qui leur dit à peu près la même chose qu’en ring, à savoir Hustle, Loyalty, Respect et tout le toutim. Cena incarne tout un tas de valeurs très positives: le courage, l’honneur, la solidarité, etc. Des centaines de milliers de kids achètent ses panoplies, accrochent ses posters et font le « you can’t see me » deux cents fois par jour. Et ce même homme, de modèle de vertu, emploie le plus naturellement du monde les insultes homophobes, sous les applaudissements du public. L’influence des autres catcheurs sur les jeunes est sans doute moindre, mais pas négligeable. Si une grande quantité de gentils dit aux méchants que ce sont des homos et que c’est nul, d’être homo, et que dans le même temps les méchants ne traitent pas les gentils d’homos… ben c’est qu’être homo, c’est vraiment pas bien. CQFD.

 

 

En exclu, le prochain tshirt de John Cena.

 

 

Evidemment, je sais bien que, Dieu merci, la WWE n’est pas l’unique source d’information et de connaissance du monde de ses jeunes fans. Il n’empêche que la fédération des McMahon cherche ouvertement à toucher massivement le public le plus jeune, qu’elle y réussit bien, et qu’elle diffuse un discours globalement lisse et aseptisé (il faut être quelque de bien, pour schématiser) dans lequel des éléments homophobes se glissent discrètement — et donc d’autant plus efficacement. Si Cena vanne Miz et Riley en disant qu’ils sont gays, alors pourquoi Kevin, 8 ans, ne vannerait pas de la même manière ses camarades Jordan et Steve? C’a l’air cool!

 

 

Et vu vos gueules, Dieu vous a pas trop à la bonne non plus.

 

 

Au-delà de l’éventuelle influence de la WWE sur la banalisation de l’homophobie, il y a aussi le fait, tout simple, qu’une partie des suiveurs de la WWE prennent ce sujet particulièrement à cœur, qu’ils soient eux-mêmes homosexuels, qu’ils aient des homosexuels dans leur famille ou parmi leurs amis, ou simplement parce qu’ils viennent d’aller voir au cinéma le biopic d’Harvey Milk. La WWE s’adresse à un public très large: qu’elle prenne soin, en ce cas, de ne pas systématiquement en humilier une partie (car, je le répète, quand il est question d’homosexualité à la WWE, c’est systématiquement sur un ton péjoratif, moqueur ou dégoûté).

 

Dire aux catcheurs de ne pas tenir à l’antenne de propos dépréciatifs sur les gays, ça n’entrave pas tant que ça la sacro-sainte liberté d’expression ou d’écriture de la creative team, de mon point de vue. Ces blagues étaient d’autant plus consternantes qu’elles venaient toujours de nulle part: les catcheurs visés n’étaient absolument pas dépeints comme gays. C’était comme si, au moment de vanner un adversaire, un Face pouvait à tout instant gueuler « Hé, t’es homo! », et forcément y gagner l’approbation d’une foule qui, ne nous le cachons pas, ne fait pas exactement partie de l’intelligentsia de New York ou de San Francisco. Car nous parlons avant tout des États-Unis, un pays qui vient seulement d’abolir une loi qui interdisait de facto aux homosexuels de servir dans l’armée, un pays où est encore présente une forte religiosité protestante qui présente l’homosexualité comme un crime contre Dieu et la nature (et dont certains habitants interprètent des tragédies comme le 11 Septembre ou l’ouragan Katrina comme des réactions divines à la propagation de l’homosexualité), un pays où les agressions visant des homosexuels pour leur homosexualité sont en hausse (près de 8000 cas l’année dernière, dont plusieurs assassinats)…

 

 

Comme quoi y a pas que dans les stades de la WWE qu’on voit des pancartes à message.

 

 

Il n’est évidemment pas question de céder à la tentation du USA-bashing pur et simple et d’affirmer qu’il s’agit d’un pays grossièrement homophobe. Reste que, du point de vue de l’acceptation de l’homosexualité, pas mal de chemin reste à parcourir, en premier lieu précisément au sein des classes moyennes et populaires auxquelles la WWE est destinée en premier lieu. La compagnie se veut socialement responsable? Elle veut bénéficier d’une image de marque respectable? Alors oui, qu’elle écoute les doléances de la GLAAD. Après tout, elle s’en sort très bien sans références racistes, alors même que son roster comporte des catcheurs blancs, noirs, jaunes et même un nain vert. Elle ne devrait donc pas avoir de mal à éviter à l’avenir les vannes homophobes, elle qui ne compte aucun personnage gay pour alimenter ce genre de dérives. La WWE ne peut pas avoir la vaseline et l'argent de la vaseline (une liberté de ton totale et une reconnaissance grand public). Elle semble avoir opté pour l'élimination de l'homophobie, tant mieux. D'ailleurs, pour soutenir cette démarche, nous allons nous-mêmes nous calmer sur les vignet...

 

 

EH REGARDEZ ON DIRAIT QUE TED IL SE FAIT ENCULER!

 

 

Ahem. Où en étais-je? Ah oui.

 

Vince et compagnie semblent avoir compris le message. Comme toujours, il faut que la réalité vienne mordre la WWE aux fesses pour qu’elle accepte de changer quelque chose à son fonctionnement. Le décès d’Eddie Guerrero et surtout le cauchemar Chris Benoit l’avaient poussée à prendre enfin un peu plus en considération la santé de ses « Superstars ». Les protestations éparses contre le gimmick des Cryme Tyme et diverses répliques borderline l’ont incitée à mettre la pédale douce sur les connotations racistes. Maintenant, le coup de gueule de la GLAAD annonce a priori la fin de cette homophobie bon enfant de fin de banquet qui s’invitait de temps à autre dans les promos des catcheurs.

 

A cet égard, il est assez curieux que la WWE ait fini par passer avec la GLAAD un deal qui verra des gens de l’assoce tenir des « séminaires » pour les auteurs de la creative team. Ne suffit-il pas de leur dire « pas de vannes homophobes », point barre? Peut-être bien que non. On verra, en tout cas, ce que ça donnera, de même qu’on est curieux de voir à quoi ressemblera la « anti-bullying initiative » qui a été annoncée. Peut-être, qui sait, assisterons-nous non pas à l’exclusion totale de toute référence à l’homosexualité à la WWE, mais à une stupéfiante inversion de sa représentation? Peut-être verrons-nous un catcheur heel traiter de gays des catcheurs faces, lesquels lui répondront qu’il n’y a là rien de mal, avant de se rouler un gros palot?

 

 

En voilà une idée qui relancerait la carrière de Kane!

 

 

Bon, autant le dire tout de suite, le gay-turn de Cena et Orton est peu probable, et si vous voulez voir un gay atomiser l’adversité, penchez-vous plutôt sur le cas de la Pro Gay Wrestling et de son top face, le Gay Avenger (une fédération sensationnelle à laquelle l’une des meilleures plumes du CDC Universe consacrera peut-être bientôt un papier à part). Et finalement, même ceux qui se moquent éperdument du débat du jour devraient se réjouir de son issue: l'interdiction des vannes sur le thème de l'homosexualité va forcer les auteurs à se creuser la cervelle pour trouver quelque chose d'original en remplacement, et on en bénéficiera tous!

 

 

Au bûcher la drag queen!

Je dois avoir un problème

Je n'ai jamais apprécié cette politique des CDC de faire une montagne autour d'un sujet pouvant être traité pourtant très facilement. Je sais que j'ai aussi personnellement un problème avec le ton employé dans la plupart des chroniques subjectives (The Rock mit dans Quote of the Cahiers et pas la réponse de Cena, c'est assez... douteux) , et donc sans réel intéret pour moi, mais voila.

Nous avons Cena qui balance donc des vannes insinuant que The Rock est homosexuel, comme si cela était une insulte.

Outre le fait qu'une insulte homophobe n'est insultante que si la personne viser considère comme insultante d'être traiter comme homosexuel, il faut aussi remettre ca dans une idée simple.
C'est une mauvaise vanne dans un discours de très bonne qualité. La vanne a eu lieu pour faire une connexion par rapport aux films de The Rock, certainement pour permettre a Cena de basher The Rock sur ses attributs comme The Rock l'a basher sur ses attributs.

Le fait que la vanne est mauvaise, n'avait pas lieu a être présente.
Est ce que cela souligne une volonté de propagander un message homophobe?
Bien sur que non, nous sommes tous d'accord que c'est une vanne de mauvais goût. Etant bisexuel, je ne sens aucune insulte dans les propos de Cena parce que je prend ca comme de ca vient:

Une cheap joke venant d'une personne ayant été élevé en Amérique.

Je pense qu'il est une bonne chose que la WWE soit mise en garde face a ce genre de chose, c'est toujours mieux.

Mais c'est tout. S'amuser a dériver le débat sur "L'influence sur les enfants", c'est aussi minable que le discours "Pokemon Power" trouvable sur Youtube.
TOUT peux influencer des enfants, mais lorsqu'un enfant redonne ce genre de vague, vous pensez qu'il est homophobe et déteste les gay? Non, il dit ca parce qu'il a vu que c'était une 'insulte'. Ainsi, ce n'est pas une bonne chose, mais il n'y aucune propagande ou risque de changement de personnalité.

Surtout que c'est UNE phrase donner dans un grand discours parmi les centaines de discours de Cena. Vous croyez que les gamins vont relever cela?

Dans le cas de Riley/Miz, la vanne est plus logique. Riley suit The Miz comme un chien, fait tout le sale boulot. C'est une façon de se foutre de cette conduite ridicule, et surtout de chercher a embarasser The Miz.
Je pense qu'il faut aussi arrêter de prendre tout mal, je dis pas que c'est la vanne la plus belle au monde, mais bordel, c'est limite que dalle, j'ai a peine notifier ca dans mon cerveau alors que je COMPREND les propos de Cena.

Ensuite Axl, une question très sérieuse (qui revient un peu dans le même principe que sur "Oui ou non pour la Gay Pride?") a savoir:

Tu penses que c'est vraiment mieux qu'une fédération Indy face des gimmicks et son nom sur une orientation sexuelle?
La stigmatisation passe aussi par ce genre d'initiatives maladroites. Faire une gimmick sur une orientation sexuel, il y a rien de pire que pour dire "tu vois, l'homo est différent, il faut qu'il soit protéger par ce lutteur, super homo" alors que le but, a mon sens, de tout homo/bi et même d'hétéro est simplement que ce soit considérer comme normal.

Et pour oser faire un peu de l'argumentaire de bas étage... Ca me fait aussi un peu penser au très bon argument que sortent les anti-sionistes (Qui sont pourtant loin d'être des vecteurs d'objectivité humaine), soit "Pourquoi est ce toujours médiatisé ou détestable lorsqu'on fait un sketch sur les juifs, ou qu'un juif meurt? Une personne meurt, pas un juif." et qui disait aussi que "Est ce que les homosexuels évoquent la Shoah lorsqu'on fait des blagues sur eux, alors qu'ils l'ont aussi subits? Non. Est ce que les Tziganes évoquent la Shoah? Non."

Et ca me fait dire que je suis pour que ce genre de vanne soit assez prohibé parce que pour moi, ca doit être dit avec un contexte, et ne jamais en être abusé.
Mais que dans l'autre sens, ce genre de vanne, c'est que dalle, c'est rien.

Enfin bref, j'ai plus l'impression d'une envie de polémiquer que de simplifier le débat. J'aime pas ce genre de 'débat' parce qu'il y a pas vraiment d'ouverture possible pour celui qui pense le contraire vu que ca voudrait dire qu'il est pour que "Des homophobies soit dites".
C'est une position assez délicate je trouve que de dire "C'est pas si grave" ou "Ils exagèrent" parce que c'est limite se faire mettre sur le fond "Boarf, c'est que dalle, on s'en tappe des homos" et vu que dans certains débats, on assistent a des gens qui se touchent entre eux sur leurs bonnes morales, leurs valeurs et leurs sensations de justices...

Je sais pas... J'ai l'impression de voir un débat mais de voir un truc dont une seule réponse, implicitement donné, existe.

Après tout, je trouve quelque peu tendancieux la mise en place d'images montrant des extrémistes anti-gay. C'est orienté la chose. Enfin, je suppose que je dois avoir un problème pour trouver ca problématique.

Moi aussi j'ai un problème...

Et ce problème, c'est que j'ai beaucoup de mal à te comprendre. Alors évidemment, étant donné que, apparemment, ton post critique mon article, le fait que je réagisse d'abord en soulignant que la forme de ton post est difficilement compréhensible peut apparaître comme une réaction épidermique, genre "tiens je vais le casser sur son style". Je t'assure qu'il n'en est rien: j'aimerais comprendre ce que tu veux dire, mais ton post part dans tous les sens, j'ai l'impression que tu te contredis toi-même à plusieurs reprises, certaines phrases n'ont juste aucun sens et finalement, je ne sais pas trop à quoi répondre.
.
Cependant, je vais essayer de répondre sur les quelques points que j'ai identifiés.
Primo, les CDC sont tout à fait "ouverts au débat", je pense que les lecteurs réguliers le savent. Sur à peu près tous les sujets, il y a des avis divergents entre les membres de la rédac, au sein des rédacteurs réguliers et occasionnels, entre nous et les lecteurs... On s'efforce de présenter les opinions existantes, et de répondre aux objections qui nous sont faites. Il n'y a pas une "ligne" qu'on chercherait à défendre, sur quelque sujet ayant trait au catch que ce soit (ou alors vraiment des trucs très globaux du genre "le racisme c'est pas cool", mais c'est tellement général qu'il n'y a rien qui nous soit propre là-dedans).
.
En l'occurrence, il y a eu une petite affaire dans le monde du catch: la GLAAD a interpellé la WWE sur un sujet précis, la WWE a réagi en allant dans le sens des demandes de la GLAAD. Moi, personnellement, je pense que la GLAAD a eu raison d'attirer l'attention de la WWE sur ses promos homophobes, et que la WWE a eu raison de lui prêter une oreille attentive. Donc c'est cette opinion que je défends ici. Notamment en rappelant à quel point, dans une frange de la population américaine, l'homophobie est violente (d'où les images des manifestants criant "mort aux gays", d'où le rappel qu'il y a eu 8000 "hate crimes" visant les gays rien que l'année dernière). Certains ne sont pas d'accord avec mon point de vue, y a une discussion (certes relativement musclée sur la forme), pas de lézard, on est là pour ça. Y a 40 comms avant le tien, hein.
.
Finalement tu écris Et ca me fait dire que je suis pour que ce genre de vanne soit assez prohibé parce que pour moi, ca doit être dit avec un contexte, et ne jamais en être abusé.. Ben voilà, ça tombe bien, moi aussi je veux que ces vannes soient prohibées par la WWE dans le contexte de leurs shows. Tu estimes que ces propos de Cena et compagnie ne vont pas rendre les enfants homophobes. Ca tombe bien, je ne le pense pas non plus. Je pense aussi que d'éventuels propos racistes de Cena, s'il lui prenait la fantaisie d'en tenir, ne rendraient pas les enfants racistes non plus. Il n'empêche que de tels propos, à leur tout petit niveau, vont dans le sens de la banalisation d'une perception dépréciative de l'homosexualité, et ça me pose problème. Oh, ça ne m'empêche pas de dormir, mais ça m'avait fait tiquer à plusieurs reprises et je suis donc content d'apprendre que, suite à l'intervention de la GLAAD, la WWE a décidé d'y mettre un terme.
.
Sur les fédérations indy et les gimmicks d'homo, je n'en sais rien, je ne suis pas l'actualité des fédés indy, donc désolé, je ne peux pas te répondre. En règle générale, qu'un personnage soit présenté comme homosexuel ne me gêne pas s'il ne s'agit pas de son unique caractéristique.
.
Tu écris "Enfin bref, j'ai plus l'impression d'une envie de polémiquer que de simplifier le débat. " Sincèrement, t'as l'impression que toi, tu simplifies le débat? Je trouve justement que, tout en disant sur le fond à peu près la même chose que moi, à savoir qu'il est justifié que ces propos soient prohibés, tu viens polémiquer (j'ai rien contre la polémique hein, mais lire ce type d'accusation dans ton post est un peu cocasse, comme dirait Henri Death).
.
Enfin, sur le fait que les "quotes" comportent un extrait d'une promo du Rock et non pas un extrait de celle de Cena, je ne vois pas trop le problème. Les quotes ne prétendent pas à l'exhaustivité. J'ai mis cette citation du Rock parce que je l'ai trouvée fun, et j'aurais (ou quelqu'un d'autre, on est plusieurs à pouvoir alimenter cette rubrique) mis aussi des vannes de Cena si je les avais trouvées rigolotes. On n'a pas toujours le réflexe de noter les bonnes vannes, et j'en ai laissé passer des tas à propos desquelles je me suis dit sur le moment "tiens, je le foutrais bien dans les quotes, ça". Là j'avais trouvé sur un forum ricain la retranscription de ces vannes du Rock, je l'ai prise, c'est aussi simple que ça.

Tentative de conciliation

Bon, j'ai lu tout ce débat enflammé, comme je disais dans l'article, c'est un débat comme on les aime!
.
Sans reprendre ce qui a été dit notamment par McOcee et SuperCena, je veux juste mettre le point sur certains i.
.
1) Dire qu'un message donné est regrettable et ne devrait plus être diffusé, cela ne revient pas à dire que ce message est intégralement responsable d'une situation donnée et que sa suppression règlera le problème. Ni moi dans mon papier, ni la GLAAD dans son communiqué, ne disons ou ne croyons que les promos de certaines stars de la WWE provoquent des pogroms anti-gay et que la fin des promos à caractère homophobe mettra fin à l'homophobie. D'où ma grande surprise en lisant certains arguments de Kovax ou Cali. Mais je pense que ce point a déjà été traité.
.
2) Kovax, spécifiquement, indique qu'au lieu de s'en prendre à la WWE, la GLAAD ferait mieux de s'occuper davantage des types qui commettent des crimes contre les homos. Primo, la GLAAD n'est pas une force de police, elle n'est pas là pour punir des crimes. Son but est de dénoncer les dérives homophobes dans le discours public. Elle est tout à fait dans son rôle quand elle s'offusque des récentes promos de Cena. Deuxio, à moins de suivre avec attention l'activité de la GLAAD, je doute qu'on puisse lui reprocher de mal gérer ses priorités. Qu'est-ce qui te dit, Kovax, que la GLAAD ne fait pas énormément d'autres choses dans le même temps?
.
3) Personne ne dit que Cena ou HHH ou la WWE seraient "homophobes". Donc dire en réponse "hé les gars, c'est pas parce qu'ils font ces vannes qu'ils sont homophobes" est hors de propos.
.
4) Les CDC ne font pas de vannes homophobes. C'est aussi simple que ça. Les vignettes du genre "Machin et Bidule vous apprennent à faire un 69" sous-entendent une relation homosexuelle entre Machin et Bidule. Elles ne sous-entendent pas que ce serait une mauvaise chose. Or les promos évoquées dans l'article présentent toutes l'homosexualité supposée de leurs cibles comme quelque chose dont ces cibles devraient avoir honte. C'est toute la différence entre une vanne homophobe et une vanne mettant en scène l'homosexualité. A ce propos, les clichés du sondage sont évidemment parodiques et font écho à la vision primaire de l'homosexualité véhiculée par la WWE.
Et par ailleurs, comme souligné par d'autres contributeurs, il y a une différence fondamentale entre d'une part une société de spectacle dont les émissions sont suivies par des millions de spectateurs, dont une bonne partie sont des enfants, et qui se veut entreprise responsable et respectable, et d'autre part un site Internet qui n'a aucune vocation de ce type.
.
5) La vraie question, c'est celle de ce que, à défaut d'un mot plus juste, j'ai appelé dans l'article la "tension" entre la raison d'être de la WWE (le catch, à savoir un spectacle violent) et la respectabilité qu'elle recherche. Reune met le doigt dessus quand il souligne que la WWE peut bien proscrire les propos homophobes de même qu'elle a proscrit les propos racistes, il n'en reste pas moins que la WWE présente un monde où les conflits sont réglés par un déchaînement de violence. C'est ici que se trouve la vraie quadrature du cercle, à mon avis. La WWE peut très bien se passer de propos homophobes (d'ailleurs, ils étaient rares et n'avaient jamais de vraie incidence sur les feuds). Mais elle ne pourra jamais se passer de la violence de ses matchs et de la violence de ses promos ("je vais te détruire", etc.) Or cette violence omniprésente est évidemment problématique si la WWE veut, dans le même temps, apparaître comme un "role model". On peut éventuellement régler le problème en se disant que la violence présentée ici est codifiée (arbitres, règles, stipulations), ce qui la rapproche a priori d'un sport. Mais cette approche n'est pas tout à fait satisfaisante, ne serait-ce qu'à cause du nombre de matchs "no holds barred", "extreme rules", etc. Cependant, chaque chose en son temps: que la WWE se débarrasse pour de bon de ses consternantes promos homophobes, et ça sera déjà un progrès.
.
6) Je ne sais plus qui a écrit, à propos du fait que les propos homophobes à la WWE étaient exclusivement le fait des Faces, que c'était normal, car si un Heel traitait le public de "fags", il se prendrait un procès. Pardon, mais le parallèle est bancal. Rien, a priori, n'aurait empêché la Legacy d'envoyer des vannes à caractère homophobe à DX. Rien n'aurait empêché le Miz de faire des vannes de ce type à John Cena. Rien n'aurait empêché Miz et Morrison, en leur temps, de faire ce type de vannes à Cryme Tyme. Mais non, cela ne s'est pas produit. Les vannes des Faces auraient pu avoir été commises par les Heels, cela n'a jamais été le cas, et c'est particulièrement dérangeant (les vannes sur le surpoids ou sur le physique en général, elles, vont dans les deux sens, cf. les vannes sur le poids de Vickie faites par les Faces et les vannes sur le surpoids de Mickie faites par les Heels).
.
7) L'influence réelle de ce que racontent Cena et ses copains sur ce qui se passe dans la vraie vie est très difficile, voire impossible, à évaluer. Il me semble à moi que cette influence existe. Elle est certes, du moins je l'espère, négligeable, mais elle existe probablement, du fait 1) de l'importante audience dont jouissent ces jeunes gens 2) du fait que le public est en large partie jeune et donc influençable et 3) du fait que la nuance entre kayfabe et réalité est volontairement gommée par la WWE, ce qui conduit une partie des suiveurs à croire que quand John Cena, le catcheur, s'exprime dans un ring, c'est aussi l'homme John Cena (le parangon de vertu comme l'Amérique n'en connait pas beaucoup d'autres à l'heure actuelle) qui s'exprime. Quand on y ajoute le fait que l'homophobie est encore un fléau extrêmement présent aux USA, à divers niveaux, il me semble qu'on aboutit tout naturellement à une conclusion très simple: si John Cena arrête de faire des vannes homophobes, au pire ça n'aurait aucun effet sur l'homophobie, au mieux ça la réduira un tout petit peu ou, au moins, cessera de l'alimenter. Car cette espèce d'homophobie banale, quotidienne, naturelle - "alors alors, vous êtes homos ou quoi? La honte sur vous!" - est une homophobie peu violente (c'est pas "les pédés au bûcher!"). Ce n'est pas un message tellement outrancier qu'il va susciter le rejet de ceux qui l'entendent. C'est beaucoup plus insidieux, c'est une vanne assénée avec une grande claque dans le dos et un sourire, servie par le charisme d'un Cena ou d'un Triple H. Ce n'est pas aussi facilement rejeté par le corps social comme les cris de haine des golios dont j'ai mis des photos dans le papier ci-dessus. D'ailleurs, il est très possible que Cena lui-même n'ait pas conscience de la portée que peuvent avoir ses mots, et soit sincèrement étonné de la polémique. Il ne fait, après tout, que répercuter un discours pré-existant et largement diffusé. Seulement, il est John Cena le role model, pas Tartempion chez lui avec ses potes. A grands pouvoirs, grandes responsabilités, comme disait Oncle Ben. Oui, ça ne règle toujours pas le point 5 ci-dessus, mais bon, c'est pas parce qu'une décision ne règle pas tous les maux d'un coup qu'elle ne devrait pas être prise, sinon on supprime les PV de stationnement sous prétexte qu'il y a des assassins dans la nature.
.
Tout ça pour dire que, à la lecture du débat engendré par cette nouvelle, la décision de la WWE consécutive à l'interpellation de la GLAAD me semble plus que jamais justifiée, même si, évidemment, j'aurais préféré que la WWE arrive toute seule à l'idée, pas si sorcière, que faire proférer des propos homophobes à leurs stars les plus populaires n'était pas une super idée.

Sur le point 6

Et le fait que les blagues "homophobes" de mauvais goût soient exclusivement le fait des faces, cela tient à mon avis à deux choses.

- La première, c'est que la WWE est consciente que les angles (long terme) impliquant plus ou moins les moeurs sexuelles sont "délicats" et évite d'incorporer ça à l'écriture à la légère. Par contre dans le cadre d'une petite blague faite "en passant", elle y prête beaucoup moins attention et ce genre d'artifice pour obtenir une réaction du public est beaucoup le fait des babyfaces que des heels qui en général tournent en boucle sur leurs griefs vis à vis des faces (l'exemple du surpoids en est une bonne illustration, quand LayCool s'en prenait à Mickie ça débouchait sur une feud et des matchs pendant des semaines, alors que les remarques de Cena ou Lawler sur le prétendu surpoids de Vickie n'ont jamais abouti à une série de matchs sur plusieurs semaines).

- La seconde, c'est que la WWE connaît bien son public et anticipe ses réactions avec suffisamment de justesse pour savoir exactement sur quels terrains aller et sur lesquels ne pas aller. Imaginons qu'un heel fasse une blague à caractère homophobe et qu'il obtienne une réaction positive du public, ce serait une véritable catastrophe en terme d'image pour la WWE, bien plus que dans le cas d'une blague de Cena ou de Triple H qui fait, finalement, moins réagir le public qu'une de leurs habituelles routines de comédie. C'est pour ça qu'en général, les fédérations évitent certains sujets sensibles car si le public réagit à contre-sens de leurs attentes, elles sont bonnes pour des excuses publiques et n'ont plus qu'à abandonner l'angle immédiatement (Voir, par exemple, l' "infamous" Rape Angle qui, il y a trois ans, avait causé énormément de mauvaises presse à la ROH : http://www.pwtorch.com/artman2/publish/ROH_News_29/article_24662.shtml)

Remember la "angry Miz girl"

Assez d'accord avec McOcee et Super Cena sur un point : la taille et la composition du public de la WWE comptent beaucoup.
D'après ce que j'ai pu voir sur le forum, le CdC Universe est composé de personnes ayant entre 15-35 ans, une grosse majorité ayant entre 18 et 25 ans même. De plus, la plupart des membres des CdC postant des comms me semblent être assez smart dans l'ensemble.
Rien à voir avec le WWE Universe composé en grande partie d'un public assez jeune, type "angry Miz girl" qui prend le catch plus au sérieux.
C'est pourquoi les scripteurs de la WWE doivent se montrer plus prudents qu'un legend killer des CdC.
PS : encore un article très bien écrit de la part d'Axl et on pourra remarquer une nouvelle fois que McOcee n'a pas son pareil pour booster le nombre de comms en fin d'article.

Two Cents

Est-ce que John Cena a fait une mauvaise vanne? Oui. Est-ce qu'il est homophobe, ou encourage-t-il à tabasser des homos dans ses promos? Non. C'est aussi simple que ça.
.
Le simplisme de ton propos est assez effarant. Le propos homophobe n’est pas critiquable dès lors qu’il n’invite pas directement à tabasser un gay, voilà une assertion des plus contestables. Et à la question « John Cena est-il homophobe », ma foi, je ne vois pas bien comment toi et moi serions à même de répondre. La seule chose qu’on peut affirmer sans mal, c’est que Superman, via ses vannes moisies, contribue à relayer des clichés homophobes. Va-t-il pour autant entrainer derrière lui un énorme mouvement anti-gay renversant tout sur son passage ? Non, bien sûr que non, et ce n’est absolument pas le propos, ni du papier d’Axl, ni de mon commentaire. D’ailleurs, je me rends compte en te répondant aujourd’hui que mon premier comment souffrait d’un cruel manque de didactisme. Je n’ai pas réalisé sur le moment qu’il aurait fallu que je reprenne l’argumentaire d’Axl. Je pensais benoitement que c’était intégré par les participants au débat, ce qui n’est visiblement pas le cas. Alors reprenons.
.
Evidemment, il n’est pas question, et je te cite, que les vannes de Cena ou de son compère HHH déclenchent « une vague massive d'homophobie parce que John Cena a traité Miz et Riley de vieux couple, faut arrêter le délire! ^^ ». Effectivement, il faut arrêter le délire, mais le tien. Car nulle part, c’est ce que nous écrivons. Ce qu’Axl pointe du doigt dans son très bon article, c’est que le message transmis (la vanne homophobe) pose bien sûr un problème en soi mais doit surtout être interprété à la lumière de l’identité de l’émetteur et du destinataire du dit message. Et en l’espèce, il se trouve que l’émetteur (LE babyface de la WWE) est prescripteur du destinataire (Le Kid), qui ne dispose pas de toutes les clés pour apprécier le message. C’est ça qui est problématique et que nous pointons du doigt. Tu as dans le cas qui nous intéresse, la WWE, une entreprise de divertissement familial dont le public est assez largement constitué de jeunes enfants qui exprime via son babyface nº1, via son étendard commercial et son principal outil de communication avec les fans, une vanne aux relents homophobes. Ce n’est pas le monster heel de la fédération qui est en cause, c’est le mec qui fait rêver des gamins, qui vend du merchandising et dont les posters font office de papier-peint dans les chambres des Kidz du monde entier. C’est un mec que les enfants imitent dans la cours de l’école, c’est devenu le modèle ou si tu préfères une sorte d’opinion maker pour des millions de mômes qui suivent ses exploits toutes les semaines, reproduisent ses storylines dans les cours de récréation et jouent avec la petite figurine Mattel à son effigie. Et bien entendu, ces enfants ne sont pas suffisamment armés intellectuellement parlant pour apprécier les propos de leur idole comme le ferait un trentenaire tel que toi. Quand un gamin de 8/10 ans entend une blague aussi vaseuse qu’elle te paraisse, mais proférée par un mec hautement prescripteur pour leur tranche d’âge, il n’a pas le recul nécessaire pour intellectualiser la vanne en question. A cet âge là, on ne maitrise pas le second degré et on prend tout cash, sans nuance. Et l’effet pour cette partie de la population qui remplit assez largement les travées des shows de la WWE, c’est évidemment une certaine banalisation des propos homophobes. Si le babyface vedette de la fédé trouve ça cool de vanner un adversaire sur ses prétendues orientations sexuelles, il y a fort à parier que ce type d’humour (douteux) se retrouvera dans les cours de récréation, de Sarcelles à Stamford. Donc non, mille fois non, il n’est pas question de faire croire que le propos d’un John Cena va déclencher je ne sais quel pogrom contre la communauté, mais juste de souligner que l’effet d’un tel propos est de banaliser insidieusement une posture homophobe inqualifiable. Et c’est bien pour cela que lorsque tu soutiens que « Pour moi, vouloir interdire ce genre de vannes (que je trouve mauvaises, encore une fois), c'est aussi et surtout prendre le public tellement pour des cons incapables de réfléchir par eux-mêmes et de faire le tri entre ce que disent les catcheurs et la réalité que ça me fait froid dans le dos tellement ça transpire le mépris et la volonté de contrôle. », tu es méchamment à côté de la plaque. Bien évidemment, Kovax, Axl et Reune sont capables de faire le tri dans les propos de John Cena et ont cette capacité à réfléchir et à analyser le discours tenu. Oui mais voilà, Kovax, Axl et Reune ne constituent pas le gros des troupes de fans de la WWE. Ne t’en déplaise, ce que nous soulignons, c’est que le public de Mark, le plus jeune ou le plus débile n’est pas capable de réfléchir (…) et de faire le tri entre ce que disent les catcheurs et la réalité. C’est tout le principe du kayfabe et de l’incapacité des plus jeunes à prendre de la distance avec ce qui se déroule sous leurs yeux ou parviennent à leurs chastes oreilles.
.
Et c’est bien à l’aune de cette évidence qu’il faut analyser la responsabilité de la WWE. Encore une fois, je crois que nous sommes très mal lus. Quand je te vois soutenir avec Reune que la WWE n’est pas ouvertement homophobe (qui l’affirme ?) ou qu’elle ne va pas, seule, résoudre le problème de l’homophobie dans le monde, que veux-tu que je te réponde ? Bien sûr que non ! Et ce n’est absolument pas ce que nous écrivons. Nous pensons juste qu’une entreprise de divertissement familial qui s’adresse à une population si jeune a la responsabilité de bannir tout propos homophobe (ça marche aussi avec raciste) de ses programmes, tout simplement parce qu’il n’est pas adapté à une très grosse partie de son public. Je n’ai pas le souvenir que Casimir était un adepte de la grosse vanne qui tache dans l’Ile aux Enfants. Ben le principe s’applique pour John Cena (ou HHH) et la WWE. C’est évidemment aussi et surtout le travail des parents, que d’expliquer ce genre de propos, mais crois moi, le job de papa et de maman est singulièrement plus simple quand on n’a pas à repasser derrière des propos homophobes ou racistes. Et là, c’est la maman qui parle.
.
Pour finir, c’est bien parce que le destinataire du message conditionne tout (surtout quand l’émetteur est à ce point prescripteur) que ta petite pique (de tafiole) sur les vannes ou les vignettes publiées sur les Cahiers du Catch est sans effet. C’est bien toute la différence : notre lectorat est adulte et détient toutes les clés lui permettant d’interpréter notre message comme il se doit et c’est bien la raison pour laquelle les deux situations ne sont en rien comparables. Notre public n’est pas constitué de Kidz mais d’adultes consentants, je pense que tu comprendras la nuance. Car il n’a jamais été question de nous ériger en je ne sais quels père ou mère la morale. Des vannes homophobes, j’en fais toute la journée et il n’est pas question d’instaurer une police de l’humour, la débat n’est pas là, comme tu sembles le croire. Le débat est bien simple que cela : ces propos n’ont pas leur place dans un show destiné aux plus jeunes, d’autant plus quand ils sont proférés par l’idole de ces Kidz, dans un pays qui tout de même encore de sacrés problèmes avec l’homophobie.

Divertissement familial

Makossi prend acte de la PG Era à la WWE (cela signifie-t-il que les vannes homphobes passaient mieux avec le public d'ados de l'ère attitude quand la WWE n'était pas PG) et donc de la Responsabilité sociétale de l'entreprise WWE ... Un libéral comme Milton Friedmann dirait que la seule responsabilité de l'entreprise, c'est faire des profits pour l'actionnaire.

Si je pousse son raisonnement jusqu'au bout, la WWE banalise l'homophobie, elle banalise également la violence et l'image dégradante de la femme auprès des plus jeunes. D'ailleurs pour ce cas d'homophobie, ce n'est pas l'habituel PTC qui est monté au créneau mais le GLAAD, l'homophobie n'est marquée nulle part dans le réseau des parents:

http://corporate.wwe.com/parents/french/guidance.jsp

Et c'est là que l'on constate que la WWE est sur la corde raide entre des associations de parents très marquées à droite et d'autres plus progressistes encourageant l'éducation à la tolérance. En tant que parent, je serais très emmerdé que mon jeune fils regarde l'Elimination Chamber, le conflit Brian/Jerry Lawler, les actions de CM Punk, je ne crois pas à une WWE totalement PG, la direction de la WWE joue les tartuffes afin d'avoir un maximum de partenariats, de produits dérivés et une diffusion favorable à la télévision.

Je suis heureux du partenariat avec la GLAAD mais cela permet surtout à la WWE de ne pas parler des cadences infernales, des fraudes sociales (à ce propos lire cet appel http://www.cagesideseats.com/2011/3/23/2068661/call-for-wwe-wrestlers-to...), de sa wellness policy de pacotille avec le Dr Maroon, des discriminations raciales (il y a Pat Patterson à la direction créative de la WWE mais aucun noir).

Je passe

Je continue à ne pas être d'accord avec toi: perso, je pense que ce genre de propos, maladroits, de mauvais goût et idiots restent sans grosse conséquence et passent par-dessus la tête des enfants qui regardent le show et qui si ça se trouve ne comprennent même pas l'allusion. Je continue de penser qu'un homophobe qui regarde la WWE restera homophobe, et que personne ne deviendra homophobe parce que son idole de catcheur aura fait une vanne moisie à base de Brockback Mountain. Mais comme je suis en plein délire et que je semble avoir un discours stupide comme tu le sous-entends si bien, je vais m'arrêter là, et continuer à suivre le débat entre toi et Toghril/Reune, qui me semble bien plus armé que moi culturellement et stylistiquement pour donner au débat la hauteur qu'il mérite.
.
Par contre, je pense que ce sujet se prêterait à un super podcatch, auquel je participerais volontiers pour mieux exprimer ma pensée. À l'écrit, et face à ton style pour le moins acerbe, je dois admettre que je suis moins à l'aise... ^^
.
++

What the fuck?

Je répondrai à Kovax plus tard, mais Reune, y'a un passage dans ton commentaire qui me fait bondir.
.
"ça me fait penser à certaines féministes qui bataillent sur des pubs ou la féminisation des noms (style "Chiennes de Garde") tout en s'abstenant de parler des femmes battues ou excisées dans nos banlieues."
.
C'est profondément malhonnête d'écrire un truc pareil et je ne comprends pas bien l'effet recherché. Figure-toi que les Chiennes de Garde bataillent sur l'image de la femme véhiculée par la pub ET parlent de femmes battues ou excisées. Ce n'est pas incompatible.

Chiennes de Garde

On va faire du HS là...

Ce que j'ai voulu dire c'est que les Chiennes de Gardes ont investi durant des années les plateaux de télé, les prétoires au sujet de publicité "Babette" et compagnie tout en ignorant ce qui se passait dans nos banlieues!

Ce que j'avance n'a rien de nouveau et des intellectuelles comme Elisabeth Badinter, E. Roudinesco ou Natacha Polony l'ont mieux écrit avant moi! Il y a plusieurs styles de féminisme, le germanopratin qui se perd dans des polémiques parfois accessoires (mais pas tout le temps, par exemple je suis d'accord avec celle sur la "putanisation des petites filles dans la pub" ) et celui de terrain comme celui de "Ni putes, ni soumises"...

You fag!

Mettre sur le même plan les vannes sur les gros ou les roux voire même les gros roux et les propos homophobes pseudo lolol d’un John Cena ou d’un Triple H, voilà qui me dépasse, me surprend et me consterne. Je comprends la logique qui consiste à souligner que quand on pèse 300 kgs et qu’on a une chevelure aussi rouge qu’un touriste anglais découvrant le soleil, on peut être blessé par une mauvaise blague sur le surpoids et les chevelures écarlates, mais à ma connaissance, il n’existe pas aux Etats-Unis de mouvement populaire stigmatisant les obèses à la peau albâtre, les dépeignant comme atteints d’une maladie honteuse et se plaisant à les tabasser de temps à autres, lors de soirées joyeusement arrosées de bière tiède et où les chants évangélistes sont repris en cœur.
.
Ce que vous semblez oubliez, volontairement ou non, c’est qu’aux USA, les homos sont encore la cible d’attaques extrêmement virulentes de la part de la partie la plus allumée de la population, qu’il a fallu attendre 2003 pour que la Cour Suprême déclare inconstitutionnelle les Sodomy Laws qui étaient encore en vigueur dans 13 états de ce charmant pays, ou encore que le Texas condamnait jusqu’à cette date les gays s’enculant en paix dans leur petit home sweet home privé. D’ailleurs, il n’est pas nécessaire de traverser l’atlantique pour avoir la preuve que l’homophobie est un fléau encore bien vivace et n’est pas l’apanage de quelques rednecks analphabètes et avinés. En France, les attaques contre les couples gays ont ces dernières années redoublé de violence et l’histoire tragique de Bruno Wiel torturé et laissé pour mort à cause de son homosexualité (si vous ne connaissez pas cette sinistre affaire, google vous aidera) est là pour nous rappeler qu’évidemment, le combat contre la haine des homos est encore et toujours d’actualité. Et je pense qu’il n’est pas nécessaire que je rappelle le sort dévolu aux homos dans les rieuses contrées du Golfe Persique. Car non, on ne se sodomise pas sur les bords de l’Euphrate, messieurs, et dans plus de 70 pays, c’est encore un délit, passible de la peine de mort dans 7 d’entre eux. Une bagatelle.
.
C’est bien dans ce contexte de combat rendu nécessaire par la débilité de ceux et de celles qui continuent de croire que l’homosexualité est un péché et que Dieu déteste les gays qu’il faut juger les petites phrases qui parsèment parfois – heureusement assez rarement – les promos de certaines superstars de la WWE. L’argument qui consiste à dire nonchalamment et en sirotant un lait fraise confortablement assis derrière son écran d’ordinateur que « bwarf, d’toute façon, le public de la WWE, c’est rien que des gros cons anti gays, alors c’est pas bien méchant, Vince ne fait que les caresser dans le sens du poil, y’a pas scandale » me sidère au plus haut point. Car faites l’exercice, ça s’applique pour tout et n’importe quoi et permet de justifier l’injustifiable. Il y a du racisme parmi les bouseux décérébrés qui suivent les shows de la WWE ? Alors allons-y en chantant et ne reculons pas au moment de balancer une bonne vieille vanne bien raciste, ça ne pourra que doper les audiences et plaire à ce public de blaireaux ! Gays, étrangers, musulmans, communistes, … Attendez-vous à être sacrifiés sur l’autel des ratings et de la blague vaseuse pas si méchante et finalement si compréhensible parce que brossant les connards dans le sens de leur poil dégénéré.
.
Ensuite, vous semblez considérez que la WWE n’a pas à assumer cette responsabilité, ce qui me scie en deux et risque de me faire ressembler à la première Elizabeth Short venue. D’abord, il me semble évident qu’une entreprise de cette nature, populaire et PG et s’adressant aux plus jeunes, dans un contexte homophobe parfois très prégnant, est responsable des propos qui sont tenus lors de ses shows. Je suis peut être une vieille conne, mais je fais partie de celles et de ceux qui estiment qu’un medium de masse telle que la fédération de Stamford a, si ce n’est un devoir citoyen (n’en demandons pas trop non plus), au moins l’obligation de ne pas souffler sur les braises des instincts les plus primaires habitant les mongoliens homophobes ou racistes qui peuplent les travées de ses stades ou achètent religieusement chaque PPV que Dieu fait. J’ajouterai même que cette obligation morale devient une évidence à l’heure où la WWE, toute à sa PG Era, en fait des tonnes pour s’acheter une certaine respectabilité auprès de son public et de ses annonceurs. Make a Wish, Don’t try this at home, le soutien aux Kidz qui se font buter sans savoir vraiment pourquoi sont autant d’exemples et d’initiatives venant prouver que justement, la WWE se soucie de l’image qu’elle transmet à ses fans, même si on est parfaitement en droit de douter de la sincérité de la démarche. Il ne faut pas confondre « show aseptisés » et « show surfant sur les instincts les plus primaires et les plus gerbants ». Pour ma part, je sabrerai le champagne le jour où j’aurai la certitude que les propos homophobes sont définitivement bannis des rings de la WWE et je ne suis pas certaine que la qualité des shows en pâtira (litote).
.
Enfin, par pitié, n’utilisez pas l’argument moisi du politiquement correct ou incorrect, utilisé le plus souvent depuis quelques années, comme un paravent bien pratique au moment de déverser des saloperies inqualifiables. Je suis la première à considérer qu’une certaine chape de plomb a pu s’abattre sur les media de masse en France et qu’un certain carcan idéologique entoure encore quelques thématiques sociétales (comme par exemple celle de l’immigration), mais le politiquement incorrect n’a jamais permis à quiconque de commettre un délit, car, ne vous en déplaise, le propos homophobe ou raciste en est un. N’est pas Patrick Cohen qui veut et Eric Zemmour, lui-même grand pourfendeur du politiquement correct s’il en est, a fait récemment l’expérience que son cheval de bataille n’autorise pas tout. Et puis, revoyez vos définitions, dénoncer l’homophobie n’a rien de politiquement correct, pas plus qu’il n’est politiquement incorrect de balancer une vanne stigmatisant les gays devant des millions de téléspectateurs. Je ne pense pas que l’on puisse taxer de conformisme ceux et celles que l’homophobie donne envie de gerber et qui se porteraient mieux si ce type de propos était banni du petit écran. Je veux bien être accusée de bien-pensance, mais sur ce sujet bien précis, c’est juste complètement hors de propos.

Pat Cohen

Je ne vois pas trop le rapport entre Patrick Cohen et Eric Zemmour... c'est quoi le truc au juste?

Coquille

Oops, je voulais écrire Philippe Cohen.

Syntax Error

C'est Axl qui a vu juste. J'opposais justement les deux gars, d'où mon "n'est pas Cohen qui veut", précisément car j'apprécie l'incorrection politique du monsieur et sa façon de présenter le FN d'aujourd'hui tel qu'il est et non tel que certains le fantasment encore. Donc ouais, de ce point de vue, j'emmerde tous les Joffrin du monde et je spécial dédicace tout particulièrement ce fuck off à Jean-Mich Aphatie dont le retournement de veste sur le sujet est assez spectaculaire. Gerber sur Cohen avant de reprendre le gros de sa thèse, il fallait oser. Mais comme dirait l'autre, on s'éloigne peut être un peu du sujet.

Apathie for the devil

La gimmick d'Apathie est "heelesque" et insupportable à souhait... j'ai rarement vu aussi insupportable comme donneur de leçons!

Sur le FN, y'a le stratégie de triangulation de Marine sur le discours de Séguin et de Chevenement... et qui marche, selon les enquêtes sorties des urnes, le FN progresse chez les femmes et les actifs notamment à cause le l'insécurité sociale et à la crise (le protectionnisme et le sortie de l'euro font mouche) et pas forcément à cause de l'insécurité, de l'immigration et de l'islam... N'en déplaise à Patrick Buisson et à la Droite Populaire! Il n'en reste pas moins que le parti FN en tant que tel demeure composé de vieux gars de l'OAS, de nostalgiques de Vichy et autres racistes.

Si tu aimes Philippe Cohen, je te conseille de mater cette émission où il réponds à Joffrin, Chemin et Apathie.

http://www.dailymotion.com/video/xhsemv_philippe-cohen_news

http://blog.rtl.fr/aphatie/index.html?date=20110325

Le dernier article de Raphaelle Bacqué dans Le Monde a relancé la polémique.

HS total!!! Je ne crois pas que Philippe Cohen aime le catch... quoique!!

Phil Cohen

Je ne suis pas d'accord, on ne peut pas mettre Philippe Cohen et Eric Zemmour sur le même plan, l'un est de la gauche républicaine, l'autre de la droite souverainiste. L'un est un journaliste d'investigation (BHL, La face cachée du Monde), l'autre un éditorialiste.

Il se trouve que j'ai déjà eu l'occasion de rencontrer le premier et je te dis qu'il n'a rien d'un méga réac, il est passé par la LCR, le chevenementisme, Libération, l'Événement du Jeudi, Globe Hebdo, Info-Matin (comme Zemmour) et Marianne.

Après, oui, il a co-fondé aux côtés de Babeth Lévy mais aussi d'Emmanuel Todd la fondation du 2 mars avec laquelle il a été souvent critique notamment sur l'absence des thématiques sociales au sein de cette fondation.

Il ne faut pas croire l'intox des Ariane Chemin, Laurent Joffrin et autres vendus de la gauche caviar qui n'ont rien fait depuis 30 ans, si ce n'est faire monter le Front National en déclarant que le social et la République c'était ringard!

Ah merde, on parlait de catch non?

Sauf erreur...

... McOcee ne met pas Cohen et Zemmour sur le même plan. Mais on s'éloigne vraiment du sujet là.

Attention aux postures

Je rebondis sur ce dernier paragraphe pour dire que je suis d'accord avec McOcee (tiens, je viens d'écrire ça sur le forum il y a 1 minute... bref) : il faut arrêter avec ces histoires de politiquement correct, ce n'est qu'un positionnement, une posture et c'est sans intérêt. Et hélas, pour m'intéresser pas mal à la politique et aux débats de société depuis un bail (bah oui, je suis vieux), je constate depuis quelques temps une vraie progression de la posture consistant en gros, quoi qu'on ait à dire, à insister surtout sur "je suis dans la minorité, je ne pense pas comme les autres moi, je suis à contre-courant" ; sans vraiment réfléchir au sens dudit courant.
.
L'exemple de Zemmour est à ce titre frappant. Qui est ce type qui réclame plus de liberté d'expression et prétend qu'on l'empêche de parler, et ses défenseurs avec lui ? Un type qui écrit dans le Figaro et le Fig Mag, qui est chroniqueur dans le principal talk show de la télé, chroniqueur chaque matin sur la première radio de France, chaque week-end sur une chaîne info, sur la chaîne Histoire, et j'en oublie sûrement. Sans compter que sa condamnation, loin de lui valoir l'ostracisme qu'il dénonce (il n'a été viré de nul part), lui a valu d'être invité et acclamé par les députes du parti au pouvoir. Et c'est ce type qui se plaint de ne pas pouvoir s'exprimer ? Mais bon sang, c'est une des personnes en France qui a la plus grande liberté de parole, qui a le plus d'occasions pour s'exprimer publiquement ! Et c'est là que la posture devient dangereuse : quand un type aussi présent dans la sphère publique se plaint d'attaques venant de personnes, de groupes qui ont bien moins d'influence que lui, il y a un vrai problème et un risque de renforcer encore un peu son importance.
.
Bref, je pense que dans un débat serein chacun devrait se contenter de donner ses arguments, et pas se battre à coup de "je suis minoritaire, on peut plus rien dire", "même pas vrai, c'est moi d'abord". C'est extrèmement séduisant d'être dans le camp des faibles, des minoritaires, mais c'est trop souvent un argument utilisé aujourd'hui pour renforcer des discours déjà dominants.

Conformisme

Si tu dis là qu'il y a un conformisme du politiquement incorrect... je te dis "tope-là"! E. Zemmour, E.Lévy, Eric Brunet, Robert Mesnard ont leur rond de serviette dans la plupart des grands médias et se plaignent encore d'être minoritaires! Jean-François Kahn dans l'un de ses récents bloc-notes ne dit pas autre chose! D'une certaine manière, la pensée unique c'est souvent celle des autres et il y a un "politiquement correct réac" (références à Finkielkraut, Philippe Muray, PA Taguieff, Bossuet, Léon Bloy, Céline) comme il y a un politiquement correct de gauche.

À chacun son pavé ^^

C'est bien beau de faire des pavés pour s'élever contre l'homophobie, mais encore faut-il, comme tu y tiens tant, remettre les choses dans leurs contexte. Est-ce que John Cena a fait une mauvaise vanne? Oui. Est-ce qu'il est homophobe, ou encourage-t-il à tabasser des homos dans ses promos? Non. C'est aussi simple que ça.
.
Oui, les crimes homophobes sont horribles, je crois que tu ne trouveras personne ici pour dire le contraire. Mais dire que c'est à cause de genre de vanne me paraît au mieux excessif, au pire malhonnête. Les homophobes et autres chrét(i)ens extrêmistes n'ont pas besoin de s'appuyer sur les vannes de Cena et de HHH pour lancer leur venin et pour agresser et/ou tuer des gays. Encore une fois, c'est un problème d'éducation, pas un problème de propos qui déclencherait une vague massive d'homophobie parce que John Cena a traité Miz et Riley de vieux couple, faut arrêter le délire! ^^
.
Pour moi, vouloir interdire ce genre de vannes (que je trouve mauvaises, encore une fois), c'est aussi et surtout prendre le public tellement pour des cons incapables de réfléchir par eux-mêmes et de faire le tri entre ce que disent les catcheurs et la réalité que ça me fait froid dans le dos tellement ça transpire le mépris et la volonté de contrôle. Encore une fois, ce n'est pas parce que Cena ou HHH auront fait une mauvaise vanne gay que les fans de ces catcheurs vont déclencher des pogroms anti-gays à la sortie de l'arena. À moins que tu penses que ceux qui font des blagues sur les blondes pensent que toutes les blondes sont stupides, et que donc du coup ceux qui font des vannes à base de Brockback Mountain pensent que tous les homos sont des follasses à la Zaza de la "Cage aux Folles" et non pas des gens tout à fait ordinaires, mais ça, c'est un autre problème, et ce n'est pas la WWE qui le résoudra, même en supprimant ces vannes pas drôles du registre de ses acteurs.
.
Et puisqu'il faut lutter contre l'homophobie, je suggère, quitte à aller à fond dans la volonté de ne pas encourager la haine, de supprimer toutes les légendes des vignettes du compte flickfr à base de références à des films de gladiateurs et autres pratiques amicales impliquant le cul-cul d'autrui, les vignettes de Cena de cet article (OK, c'est pour se moquer de Cena, n'empêche que ce sont des propos blessants et homophobes tout autant que ceux tenus par le vrai Cena...) et même le sondage lancé hier, qui réunit quand même toute la collection des clichés gays, sous-entendant même que Orton et Punk se livrent une relation amour/haine sado-maso. Évidemment, on ne le fera heureusement pas, parce que le CDC Universe sait qu'il s'agit d'humour dans les deux cas... Mais si je poussais le bouchon, je pourrais dire que je ne vois guère de différence.
.
Encore une fois, il ne s'agit pas de dire si les vannes homo de Cena et HHH sont drôles ou de bon goût: la plupart d'entre nous ici est d'accord pour dire que ce n'est pas le cas. La vraie question est: "ont-ils le droit de tenir ces propos?", ce à quoi je réponds oui sans aucun problème. Le jour où un Top Face décidera de casser la gueule à un Heel gay pour le convertir de force et le "remettre sur le droit chemin", là, on pourra parler de dérapage et les associations auront bien raison de crier au scandale. Là, il s'agit de mauvaises vannes, pas drôles, mais certainement pas homophobes ou poussant à l'homophobie.
.
++

McOcee a raison

Alors on va mettre les choses au clair direct. Je ne pense pas que Cena et HH sont homophobes. Et je ne pense pas que leurs blagues pas drôles est déclenché des pogroms anti-gay. Mais bon dieu, que McOcee a raison.
L'homosexualité n'est pas quelque chose d'accepter par tout le monde. Loin de là. Des tas de gens (et pas que des américains bouseux) pensent que c'est contre nature. Des tas de gens (et même des gens qu'on pourrait croire respectable) harcèlent des homosexuels juste pour ce qu'ils sont. Et oui ça arrive aussi en France.
Et encore aujourd'hui, être homosexuel ce n'est pas simple à vivre et à assumer.
Alors oui toi chez toi, avec tes potes Kovax tu peux continuer tes blagues. Et les CDC aussi (parce que la cible et le public reste restreint). Moi aussi je continuerai à utiliser des expressions comme c'est pas pour les tapettes.
Seulement voilà la WWE depuis quelques années tente de se racheter une crédibilité auprès des médias et du grand public. Et du coup ils se donnent des responsabilités et un devoir d'exemplarité. J'aurai pas dit la même chose durant l'Attittude Era, mais aujourd'hui c'est le cas. Du coup l'initiative (si elle est suivi des faits) est plutôt louable.
Et puis Kovax tu réclames des nuances de gris mais tu ne fais pas dans la nuance non plus. Non John Cena et HHH ne sont pas responsables des agressions homophobes, mais d'une certaine façon et avec leurs blagues, dans l'esprit d'un homophobe c'est une caution. Le mec peut se dire même Cena le dit c'est donc que j'ai raison. Et ça ça l'aidera pas à se rendre compte de sa bêtise. C'est le même principe avec le racisme ou la violence contre les femmes.
Non la WWE seule n’éradiquera jamais la connerie humaine mais si déjà au moins, elle peut éviter de l'inciter ou même juste de la cautionner c'est un pas en avant qu'il ne faut pas négliger. Et j'ai envie de dire c'est le minimum qu'elle puisse faire si elle se veut respectable.
Et puis Kovax tu oublies une chose dans ton raisonnement, il y a pleins de gens homophobes plus par ignorance que par haine pure et dure. Alors si ça permet déjà à quelques uns de ces ignorants à changer d'avis tout ne sera pas perdu.

Oui mais

Tu n'as pas tort, mais je ne suis pas d'accord sur certains points qui à mon sens font toute la différence. Quand tu dis qu'il y a des homophobes qui le sont plus par ignorance que par haine, tu as raison. Mais encore une fois, ce n'est pas parce que la WWE arrêtera de faire ces mauvaises vannes que ces mêmes ignorants vont soudainement avoir l'esprit éclairé par la grâce et comprendre qu'il faut être tolérant. Ça, c'est uniquement l'éducation qui permet de le faire. Penser que l'homophobie va reculer parce que la WWE va lever le pied sur ce genre de vanne, c'est au moins être aussi naïf que de croire que ces mêmes vannes incitent des gens déjà homophobes au départ à l'être encore plus.
.
Ce que je pense, c'est que les mauvaises vannes de Cena et de HHH sur le sujet ont bien moins d'impact qu'on veut bien leur donner, et que plutôt que de se soulever contre des blagues de bistrot lourdingue, il vaut mieux condamner beaucoup plus lourdement les vrais criminels, ceux qui battent et tuent des homosexuels à cause de leur façon d'aimer, et d'éduquer la population pour qu'elle soit plus tolérante. Mais ça, c'est une autre histoire, mais surtout un boulot beaucoup plus important et crucial que ce qu'il se passe à la WWE à mon avis.
.
Et pour ce qui est de l'importance de l'influence de la WWE qui lui interdirait de faire les vannes que les CDC (et donc toi, moi, et nous tous) font parce que l'ampleur et la taille du public n'est pas comparable, je répondrais que si on veut appliquer et faire appliquer une politique, il faut être cohérent et l'appliquer partout: on ne sait jamais, on pourrait blesser la communauté gay qui lit les CDC avec nos vannes à la Cena, et une association aurait bien raison de venir nous tirer les oreilles du coup. Size doesn't matter, surtout quand il s'agit de donner l'exemple. ;)
.
++

Size matters a lot

Alors pour l'histoire de la taille et de l'exemplarité, je ne suis pas d'accord du tout.
Dans la communication et dans ton rapport aux autres il n'y a pas que le fond qui compte.
Alors oui bien sur les CDC pourrait être exemplaire (sauf que j'ai pas souvenir qu'ils prétendent l'être). Et j'espère que le jour où un des lecteurs se sentira atteint par une de ses blagues, l'auteur de la mauvaise blague aura assez d'élégance pour s'excuser. Moi aussi je devrai arrêter de dire c'est pas pour les tapettes (surtout devant un de mes potes, qui aurait toutes les raisons de se vexer). Mais comme les CDC je n'ai pas la prétention d'être une gentille fille qui aime le politiquement correct. Dans tout ça, ça ne m'empêche pas de me limiter quand je ne connais pas bien les gens et de moins me lâcher en fonction de l'environnement. Je m'adapte parce que mon message pourrait ne pas être compris ou encore mal interprété.
La WWE ne peut pas contrôler son environnement. Elle ne peut pas savoir si telle ou telle salle est plus ou moins homophobe. Elle ne peut pas savoir si tel ou tel téléspectateur est plus ou moins susceptible de prendre le show au premier degré. Tout ça c'est difficilement quantifiable et vérifiable. Et comme en plus depuis quelque temps ils se veulent et se revendiquent (non mais sérieux la campagne Stand up for WWE) exemplaire. Et ben elle doit le faire justement montrer l'exemple. Et pas essayer de ménager la chèvre et le choux.

Là ou tu fais erreur, si je puis me permettre ...

C'est quand tu écris : La vraie question est: "ont-ils le droit de tenir ces propos?"
La réponse est évidente (au moins aux Etats-Unis, cf. 1er amendement) : Oui. Ils ont le droit légalement. Mais c'est pas la question.
Le vrai problème, c'est :"Est-ce que professionnellement, ils ont raison de le faire."

Quand ils font une mauvaise blague, agissent à rebours de l'alignement supposé de leur personnage et n'ont pas nécessairement le soutien du public (parce que nous, commentateurs qui râlons, sommes aussi le public), il faut quand même reconnaître que ce n'est pas forcément un temps fort de leur vie professionnelle.

Ca ne fait pas de John Cena ou de HHH des homophobes ou des mauvais catcheurs, juste des gens qui ont foiré un truc et je pense vraiment qu'il est légitime que la WWE se penche sur ce qui est un souci et pourrait laisser croire qu'elle est homophobe. Que la GLAAD attire leur attention là dessus pour de bonnes ou de mauvaises raisons à la limite, c'est pas le problème, l'essentiel est que la WWE le gère.

L'un n'empêche pas l'autre ^^

À ta question "Est-ce que professionnellement, ils ont raison de le faire?", tout comme toi, je répondrais non. Cependant, comme le dit le titre de mon commentaire et comme tu le reconnais toi-même, ce n'est pas parce qu'ils se sont plantés sur ce coup qu'ils n'ont pas le droit de le faire, quitte à se planter justement. Là est la nuance à mon humble avis.
.
++

Et Goldust, nom d'une pipe !

Qui se souvient de la fabuleuse storyline entre Goldust et "Chico" Razor Ramon (cf fabuleuse tirade du Rock) ? Parce que là, on avait du lourd ! Certes, Goldust était vu comme le mec un peu beaucoup bizarre car/et un peu beaucoup gay. Du coup, on avait en face de the bizarre one le macho dans toute sa splendeur : le Scott Hall poilu, barbu et velu qui remettait en place la vilaine folle qui voulait l'emballer. Oui, sauf que Goldust savait déjà catcher - le bougre !
.
En revanche, pas d'accord pour dire que la WWE est homophobe. On assiste juste à un échange de vannes, plus ou moins drôles, plus ou moins fines, plus ou moins réfléchies.
.
Mais sincèrement, je regarde pas la WWE pour avoir un modèle intellectuel, humaniste et moral. Je regarde ça comme je vais voir un match de foot au stade, je marke à mort !
.
Le jour où le show sera politiquement correct, j'arrêterai de regarder. Avec le PG, ça commence à le devenir, donc faudrait pas en rajouter. Personne ne dit : bouh au four les tapettes ! il s'agit juste, encore une fois, de vannes destinées à un public redneck qui sait les apprécier et en est très friand.
.
En plus, pour les non initiés, le catch est globalement un "sport" de gays à l'esthétique très clairement homoérotique. Que les amateurs de bonne musique se reportent au groupe Manowar pour avoir un autre point de vue sur la question.

Tu réponds toi même en partie

Tu réponds toi même en partie à la question...
Les États Unis est quand même un pays où la religion est très présente (le président prête serment sur la Bible) et qu'une grande partie de ces religieux est très conservateur...
Et donc pour une grande partie du public, être gay c'est mal...

C'est justement pour ça...

... justement parce que l'homophobie la plus crasse est encore vivace dans le pays, que la WWE se doit d'éviter de sombrer dedans! Et petite précision sur les investitures présidentielles: ils ne sont pas obligés de prêter serment sur la Bible même si dans le fait, ils le font presque tous...

Je suis bien d'accord, je

Je suis bien d'accord, je disais juste qu'au vu d'une grande partie du public visé, peu être que la WWE reste dans la facilité en brossant son spectateur dans le sens du poil...
.
Après comme dit plus bas, quand ça reste du domaine de la vanne (et pas un discourt sérieux) je reste assez ouvert au blague.
Mettant fais vanner récemment pendant tout un spectacle comique et étant régulièrement l'objet de moquerie du fait de mon statut assumé de supporter du PSG, je reste assez ouvert au blague, même si des fois ça ne fait pas plaisir...
Après si tu veux supprimer, les vannes sur les homo, no problème, mais pourquoi ne pas supprimer les vannes sur le sur-poids (réel ou supposé), sur le physique des gens, sur leur supposé mauvaise odeur, sur la manière de parler, etc...
J'veux dire ça reste des blagues, certes certaines sont de très mauvais goût, je comprend que certains le prenne mal.
Et puis dans le cas des vannes fait par des faces, ce sont des heels qui n'apprécie pas, et donc c'est eux que ça dérange d'être dit gay
Nan et puis de toute façon, moi je n'attends pas de la WWE qu'elle fasse l'éducation des gens.
Je dirais presque limite, je suis plus choqué par le cas Patterson, sérieux qu'il aime les hommes ou les femmes osef. Il est là pour un boulot, il nique qui y veux tant que s'est une relation mutuellement consenti...
.
Bon je me suis un peu perdu dans mes explications, mais en gros mon avis c'est tant que ça n'est pas une doctrine affirmé sur un ton totalement sérieux, voilà ça reste une blague, chaque adulte doit être capable de discerner ce qui est bien ou mal (pour les kidz, ils ont cas se tourner vers leur parents, et puis c'est même pas sur qu'il comprennent les allusions)
Après comme je dit, je vois pas en quoi les blagues sur les homo serait plus grave que celle sur les gros, les gens pale de peau, etc...

Patterson

Je répondrai plus en détails à toi et à Kovax un peu plus tard, mais c'est quoi exactement qui te choque concernant Patterson?

Ce qui me dérange c'est

Qu'on s'appuie sur lui pour dire "hey regardez la WWE n'est pas homophobe, le n°2 est gay"
Perso sa vie sexuel je m'en fou, s'est sa vie privé on s'en fou, il fait ce qu'il veut, avec qui il veut (tant que c'est entre adulte consentant)
C'est comme les histoires de quotas ou de descrimination positive, moi ça me soulerai d'être embauché dans ces cadres là... Qu'on prenne les gens pour leurs compétances sans discriminations, pas pour leur préférence sexuel (qui est du domaine du privé), sa couleur de peau ou son sexe.
.
Bon sinon, je remercie Kovax qui a compris mon point de vue et l'a exprimé mieux que moi.
J'ajouterai juste, comme je disais déjà, je suis supporter du PSG, abonné depuis 2003.
Et depuis ce temps, j'en ai vu passer des campagnes contre le rascisme, contre l'homophobie, pour le respect des autres et des arbitres...
Et résultat, ben ça n'empêche pas certains de continuer d'insulter les étrangers (principalement les noirs), ça n'empêche pas les masses de traité les adversaires et l'arbitres de PD ou d'enculé.
Et pour continuer le paraléllisme, certains veulent un PSG exemplaire et qui régle les probèmes de rascismes, de violence et d'homophobie, mais le PSG (comme la WWE) ne peut pas régler seul des problèmes de société... Sans compter que ce n'est pas leur rôle...

Je réponds parce que c'est moi qui ait abordé le cas Patterson

Si j'ai abordé son cas, c'est parce qu'il me semble exemplaire de ce que la WWE/WWF a fait avec les gays depuis des années. Elle a depuis des années, incorporé à des personnages de heel flamboyant à la Gorgeous Georges/Pat Patterson/Adrian Adonis et leur a laissé l'opportunité de travailler après dans la compagnie sans jamais leur imposer un quelconque plafond de verre. Tout ça pour dire qu'on est vraiment pas dans le cadre d'un quota de type "Discrimination positive".

Ensuite, là encore j'insiste, comparer la WWE à n'importe quelle autre fédération sportive, c'est à mon avis se planter :
- D'abord parce que la WWE gagnera facilement à la comparaison (et ce que tu dis des tribunes du PSG n'est qu'un exemple).
- Ensuite parce que la WWE, c'est aussi de l'entertainment scénarisé et que c'est donc aussi destiné à faire passer un petit quelque chose à son public qui ressemble plus ou moins à un message. Si tu prends par exemple les productions d'un Walt Disney, elles n'ont pas non plus brillé pendant des années pour leur tolérance et, même maintenant, il a fallu attendre les années 90 pour enfin voir des héroïnes qui ne coutent pas une fortune en couleur rose et qui ont fait rêvé les petites filles.

Tout pareil que Calik

Malgré son statut de supporter du PSG, Calik a écrit des choses intelligentes pour commenter cet article: la preuve, je suis exactement de son avis! ^^
.
Comme tu l'as décrit Axl, je suis plutôt du côté des anti-"politiquement correct", dans la mesure où oui, ce sont des vannes, et rien de plus. OK c'est parfois lourd et/ou de mauvais goût (Cena dernièrement, mais HHH est pas mal non plus dans le genre lourdingue), mais ça reste une pauvre vanne quoi! Et après quoi? On arrête les vannes sur les gros parce qu'une association aura fait savoir "qu'elle en a gros" d'être moquée?
.
Et comme le souligne Calik, que la WWE décide de brosser son public beauf dans le sens du poil, c'est son choix, mais ce n'est pas à elle d'éduquer son jeune public sur la tolérence envers les Noirs, les gros, les roux, les femmes ou les homosexuels: c'est le job des parents ça. Et il ne faut pas prendre les gamins non plus pour plus bêtes qu'ils ne sont: ce n'est pas parce que Cena fait une vanne à base de Brockback Mountain que du coup les Kidz vont devenir anti-homosexuels! Que la vanne soit mauvaise, OK, on peut en débattre, mais de là à l'interdire parce qu'elle pourrait "blesser" telle ou telle catégorie de personne, non. Ou alors on arrête de faire des vannes tout court, parce que sinon on risque toujours de blesser telle ou telle catégorie de gens.
.
Un peu de légèreté bon sang! Que ces associations attaquent plus violemment les gens qui tabassent et/ou tuent des homosexuels et se battent pour que ces crimes soient punis avec force, plutôt que de pinailler sur des vannes certes pas toujours drôles, mais dont je doute que leurs auteurs aient l'intention de provoquer une vague anti-gay à travers le monde! Laissez les gens faire de l'humour, même mauvais, et que ces associations s'occupent pour de bon des vrais problèmes au lieu de brasser du vent.
.
++

Nuances de gris ^^

Attention, je n'ai pas dit que ce genre de vannes était drôle: la plupart du temps, et je suis d'accord avec toi, elles ne le sont pas. Cependant, ce n'est pas parce que ces vannes ne sont pas drôles que Cena par exemple est anti-gay ou incite à l'être, c'est tout ce que je voulais signaler. Tant qu'un catcheur de la WWE ne sera pas en feud contre un autre pour lui exploser la face parce qu'il veut le faire "rentrer dans le droit chemin" sous prétexte que son adversaire est gay, et que donc on sort du cadre de la vanne de beauf inconséquente, je ne vois pas où est le problème.
.
Sinon, j'attends avec impatience qu'une association de gros (pardon, de gens atteints de surcharge pondérale) attaque la WWE à cause des vannes de Lawler sur Vickie, qu'une association pour les autistes fustige VKM pour le traitement du personnage de Festus, qu'une association de la communauté afro-américaine (et pas Noire hein, c'est un gros mot maintenant) conspue la WWE parce JTG n'a pas touché le WHC et a comme par hasard une gimmick de rappeur... On va bien se marrer une fois qu'on aura bien fait attention de ne plus blesser personne.
.
Quand on rit, c'est souvent (pour ne pas dire toujours) aux dépends de quelqu'un, que ce soit parce qu'il lui arrive une tuile, parce qu'il est con (et encore, les associations de cons pourraient se plaindre ^^) ou à cause d'un quelconque cliché (remember les blagues belges dans les années 80-90, recyclées en blagues sur les blondes par la suite?). On rit quand l'arroseur finit arrosé, où quand quelqu'un glisse et tombe sur une peau de banane (se moquant ainsi de l'infortuné qui tombe et s'est fait mal en tombant: je sais, j'exagère, mais je ne fais que poursuivre mon raisonnement). Bref, quand on rit, on peut toujours trouver quelqu'un qui sera touché négativement par l'objet de la blague, qu'elle soit bonne ou mauvaise, et en ne voulant vexer personne, on finira bientôt par ne plus rire. Et ça, ça me ferait chier. Alors oui, les vannes de Cena et de HHH sont nulles, mais ils ont le droit de les faire.
.
++

En fait, la religiosité n'est

En fait, la religiosité n'est pas une caractéristique éternelle des USA. Elle a été très nettement renforcée avec la guerre froide et le McCarthysme pour s'opposer au communisme, mais dans l'entre deux guerre, les USA étaient comparables aux autres pays européens par exemple.

C'est compliqué cette histoire

Parce que la WWE a, sans jeu de mot aucun, le cul entre deux chaises. En tant que compagnie d'entertainment, effectivement, elle est parfois on ne peut plus limite dans sa manière d'aborder à l'antenne l'homosexualité.

Mais en tant que franchise sportive, je n'ai pas l'impression que ce soit un milieu particulièrement conservateur, complètement enfermé dans le discours basique et testostéroné assez typique des vestiaires. Les personnages de heels "flamboyants" existent à la WWE depuis des lustres (Adrian Adonis en est l'exemple le plus marquant, assez récent pour qu'une recherche You Tube renseigne ceux qui ne connaissent pas ce genre de gimmick et en même temps assez ancien pour qu'on se demande sérieusement si à son époque, la NFL ou la NBA, par exemple, communiquaient sur les moeurs de leurs joueurs).

De plus, la WWE est aussi une des rares fédérations sportives dont un des membres les plus éminents est gay et hors du placard depuis toujours. Le seul maitre à bord de la creative team après Vince McMahon, c'est Pat Patterson (désolé pour ceux qui croient que c'est Triple H mais il n'est toujours pas à la retraite) et je ne pense pas qu'il soit arrivé là parce qu'il constituait un quelconque alibi, contrairement à certains titres mineurs qui ont parfois été donnés en compensation - genre Mark Henry champion de la ECW pour le "dédommager" de propos racistes d'un membre du management -.

Je pense aussi, sincèrement que la WWE aborde les thèmes de l'homosexualité de manière assez habile dans ses storylines. La composante homo-érotique de la Legacy, tellement évidente qu'elle ne pouvait être innocente, m'a semblé finalement assez bien traitée et n'a pas suscité énormément de débordements (Il y a peut-être eu des dérapages ponctuels mais pas de sorties de routes nettes). De la même manière, le personnage de Dashing Cody Rhodes, lui aussi fortement connoté (In kayfabe, c'est le catcheur le plus sexy selon les divas mais il n'a jamais eu l'occasion de flirtouiller avec l'une d'entre elles) n'a jamais été victime d'attaques à ce propos - alors qu'il est ouvertement métrosexuel, ce qui dans l'esprit de certains n'est pas forcément si loin.

Si on remonte un peu plus dans les temps encore récents, c'est plus mitigé, certes, il y a le cas Vito (un grand musculeux chauve qui adorait catcher en robe) mais aussi des vraies réussites (l'angle Mickie James Trish Stratus est un cas d'école d'une storyline gay - lesbienne qui plus est - qui se soit bien passée)

C'est plus ou moins pour ça que je pense que quand tu écris "Dire aux catcheurs de ne pas tenir à l’antenne de propos dépréciatifs sur les gays, ça n’entrave pas tant que ça la sacro-sainte liberté d’expression ou d’écriture de la creative team, de mon point de vue ..." tu te trompes un peu. Je pense que les auteurs (surtout depuis que la WWE les prends à l'école hollywoodienne plutôt qu'issus du business du catch) sont bien conscients des limites avec lesquelles flirter et surtout savent comment ne pas les franchir. Je pense que le problème est plus que ces mêmes auteurs n'osent pas dire [i]"Non, tu ne peux pas et tu ne dois pas dire ça"[/i] à certains catcheurs qui ne sont pas aussi sensibles qu'eux sur ces sujets (parce qu'un peu trop testostéronés et/ou homophobes).

Evidemment, si ça vient d'un lowcarder ou d'un midcarder (un type du gabarit de Zack Ryder), ils se le permettront parce qu'ils ont l'autorité pour eux. Eventuellement, le fait que ce soit un heel sera probablement plus facile pour eux de trouver un argument pour convaincre le catcheur que cet aspect qu'il veut ajouter à son personnage n'est pas une bonne idée ([i]Tu comprends, ton personnage est déjà bien défini comme ça, n'en rajoute pas ...[/i]).

Je crois vraiment que le problème est un problème de personnes et de management, tout simplement ... Quand un ou plusieurs catcheurs "à qui on ne peut rien refuser parce que les ventes de son T-Shirt font bouffer les 3/4 des employés" ou "parce que beau-papa est le patron" viennent avec une idée qui sort des clous, les gens n'osent pas leur dire non, c'est aussi simple que ça. Je ne pense que le fait que seuls des faces, fan-favorites, qui plus est, qui "débordent", soit innocent. Ce sont justes ceux à qui il est le plus difficile de dire non s'ils ne sont pas toujours dans les clous.

Adorable Adrian Adonis

Ah, j'aime cette référence à "Adorable Adrian Adonis" qu'Edouard Carpentier aimait appeler "La fofolle du ring"...

Je pense, à l'instar de Spanish, que l'homosexualité a toujours fait partie du business du catch, je veux dire être flamboyant et décoloré comme Gorgeous George dans les années 40 ou Exotic Adrian Street dans les années 60 il fallait oser! Le catch ce n'est pas le foot!

On peut reprocher beaucoup de choses à la WWE , notamment sur la question raciale, mais pas l'homophobie. La WWE a essayé d'innover sur cette question de l'homosexualité dans les années 80 et 90 ... Les articles de Bernard Julia dans Libé de l'époque le prouvent.

Prenons les années 90, préattitude, on a eu droit à l'époque, et à quelques mois d'intervalles au magnifique Goldust et à Cloudie (le premier avatar de Vito qui accompagnait les Body Donnas à la place de Sunny)... hé bien c'est exactement à ce moment que la WWE/WWF coule face à la WCW (qui ne tentera rien de son côté si ce n'est le très mauvais Kwee Wee qui se fera détruire, par Goldberg), c'est à ce moment précis qu'elle perd un public qualifié de "familial":

http://www.liberation.fr/sports/0101212298-etats-unis-le-catch-a-cash-ca...

C'est là que où se situe le tournant pour la WWF/WWE en arrêtant les gimmicks gay-friendly: Cloudy est viré, Goldust vire hardcore-SM avant de dégager, et on vante des personnages sévèrement burnés, gonflés à la testostérone comme Austin, ou des potaches bas du front comme D-Generation X. Les ados- smarts de l'ère attitude, c'est un peu comme, nos jeunes de banlieues ou les skinheads: virilisme de pacotille, exaltation de la violence, divas dénudées et bière!

L'ère attitude tant vantée, n'était donc pas un modèle de tolérance! La WWE/WWF a bien essayé d'introduire quelques éléments (surement sous l'influence de Patterson) mais sans succès... pour survivre, elle a dû s'adapter à son cœur de cible au cerveau atrophié.

Quant à la question la WWE a-t-elle une certaines responsabilité vis à vis de son public? Je dirais oui et non... tout d'abord, elle a une responsabilité vis à vis de ses employés. En effet, en parlant de son initiative avec le GLAAD, elle ne parle pas de ses problèmes de fraude sociale dans le Connecticut et de son antisyndicalisme primaire.

Je suis d'accord avec Kovax pour dire que ce n'est pas en contrôlant les émissions de divertissement que l'on va améliorer le sort des homosexuels aux USA et à travers le globe... ça me fait penser à certaines féministes qui bataillent sur des pubs ou la féminisation des noms (style "Chiennes de Garde") tout en s'abstenant de parler des femmes battues ou excisées dans nos banlieues.

En fait, je dirai que l'apparition des segments parlés à la WWE a mécaniquement généré plusieurs types de vannes, puisque le vanneur (celui qui le public de son côté donc le face) est comme un comique de stand up qui joue sur peu de registres afin d'avoir dans sa poche le public:

1/ La vanne sur le physique de son adversaire (ex Heath Slater et Wendies)
2/ La vanne sur le côté ringard de son adversaire
3/ La vanne sur l'orientation sexuelle de son adversaire

Le heel ne peut pas jouer sur la 3e variante dans la mesure où la WWE a peur des procès ("Imaginez un Miz insultant le public de "fags").

Par ailleurs, si l'on doit considérer la WWE comme un medium d'importance éduquant les masses, alors ce ne sont pas seulement les vannes homophobes qu'il faut bannir mais aussi les coups de chaises, CM Punk et l'ensemble de son oeuvre, le Punt-Kick , les divas, D-Generation X, le blading, les matches hardcore...

Le catch a un côté éminemment "réac" sans cela on écrirait pas tant d'articles sur cela... la question est de savoir : qu'est-ce qui nous pousse à regarder un spectacle parfois homophobe, ségrégationniste sans le dire, dégradant pour l'image de la femme, souvent violent alors que beaucoup sur ce site se déclarent "à gauche"?

Toghril est mon idole

Reune, tu as écrit un argumentaire formidable et détaillé qui m'a ébloui. Je suis entièrement d'accord avec toi, et suis admiratif devant une telle culture (si jamais tu te décidais à venir défier Showtime au CDC Quiz, il aurait du souci à se faire pour conserver sa ceinture... Et les autres ensuite, pour te la prendre! :D) qui remet les choses dans une perspective très intéressante. Bravo!
.
++

voyage au bout de la droite

Merci Kovax pour tes encouragements!

La multiplication d'associations communautaires ou autres et la judiciarisation de la vie publique n'ont pas empêché le racisme, l'homophobie et l'intolérance de prospérer aux USA... bien au contraire, comme le montrent Gael Brustier et JF Huelin dans leur dernier ouvrage "Voyage au bout de la Droite", le gramscisme et l'activisme sont du côté des forces réactionnaires et non des minorités agissantes comme dans les années 60/70!

Tiens, je viens de me faire la réflexion que l'on a fait un papier sur les gays sans faire référence à Orlando Jordan... OJ n'a apparemment pas eu de problèmes en backstage quand il était à la WWE, il est même resté plus ou moins pote avec JBL et un ultraconservateur comme le Warrior a catché avec lui (hors cadre WWE).

Jamais une gimmick dans le catch généraliste n'avait été aussi loin que celle de d'Orlando Jordan à la TNA... et comme la WWF en 1996, cela a couté à la TNA qui n'a pas lésiné sur la promo (arrivée en fanfare, segment O-Zone...) mais, au bout d'un moment on se frotte au public familial et aux smarts qui ne sont pas très tolérants et n'achèteront pas de produits dérivés OJ. Là se trouve la quadrature du cercle.

J'ajoute qu'aujourd'hui un tel personnage heel ne pourrait exister à la WWE à cause du PG (Goldust ne pourrait pas non plus revenir tel qu'il était en 1996).

Pas tout à fait d'accord

Sur la Legacy, je dois pas avoir les yeux en face des trous car je n'ai pas spécialement remarqué la composante homo-érotique... Ces trois-là ne se sont jamais montré d'affection particulière. Ils étaient un gang, comme les gangs qui les ont précédés et suivis... Plus généralement, je ne crois pas que, comme, tu l'écris, la WWE "aborde les thèmes de l'homosexualité de manière assez habile dans ses storylines". Les promos genre "haha vous êtes homos" sont jetées au petit bonheur la chance, sur quelque duo de catcheurs que ce soit. En quoi Miz et Morrison, ou la Hart Dynasty, ou Miz et Riley ont-ils quelque chose d'homo? En rien. Les remarques de ce type les visant venaient de nulle part.
.
Après, ce que tu dis sur le fait que certains catcheurs sont au-dessus de la creative team est intéressant. Mais ça ne change rien à mon étonnement sur la tenue de ces "séminaires". Pourquoi ne pas se contenter d'un mailing signé Vince, adressé à la creative team et aux catcheurs, disant "on arrête ce genre de vannes, point"? Je ne pense pas que Cena ou Trips en pèteraient une durite.
.
Enfin, sur le cas Patterson, soyons clairs: je ne veux certainement pas dire que la WWE serait par nature une entité homophobe, absolument pas. Patterson est gay, il y a probablement des catcheurs gays aussi, et d'autres employées, là n'est pas la question. La question est dans le fait que jusqu'ici la WWE a jugé acceptable de laisser couler les insultes homophobes, car elle estimait que ça faisait partie du folklore, et ne percevait peut-être pas que ce n'était plus vraiment acceptable dans le monde actuel si elle souhaite apparaître clean aux yeux du grand public et des médias de masse. Je pense d'ailleurs que si Cody avait gardé son gimmick de Dashing, il aurait assez tôt pris une remarque au-dessous de la ceinture dans la gueule... Ca ne sera plus le cas désormais, tant mieux!

Sur l'histoire des

Sur l'histoire des storylines, je pense qu'on a du mal à se comprendre. Les cas que tu relèves sont, à peu près, si je me souviens, tous des trucs ponctuels, écrits sur un coin de table pour avoir de la pop un soir.
On est pas dans le cadre d'un angle à long terme qui s'étale sur plusieurs semaines. Quand la creative team décide d'incorporer le truc dans un truc construit, sauf erreur de ma part, c'est toujours bien fait (et c'est à mon avis pour ça que le versant dashing de Cody Rhodes n'a jamais occasionné de débordements parce que c'était dans le cahier des charges de ne pas l'attaquer là dessus).

A mon avis, l'histoire des séminaires est un pur truc de communication, histoire de faire passer un message à l'extérieur, Vince a probablement déjà envoyé le mailing qui va bien et maintenant, il s'agit juste de donner des garanties au GLAAD sans que les incidents en question ne retombent sur tel ou tel.

Quant au cas Patterson, si je le souligne, c'est quand même parce qu'il est exceptionnel dans le monde sportif. Je ne pense qu'il y ait un cas plus parlant d'homosexuel assumé en charge dans une grande fédération. Je n'ose pas imaginer un stade de foot français par exemple dans le cas où un entraineur serait autant assumé.

les seminaires

c'est le comportement typique américain. Tu bois ? hop on t'inscris aux AA, alors que tu pourrais simplement arreter. Ca dragues trop dans les vestiaires . Hop un seminaire contre le harcelement etc... c'est les USA, 'lempire de la comm et de la demesure.
Pour le reste je m'inscris dans les anti politiquement correct, ca commence à être chiant de plus pouvoir rire de tout. Je pense pas que ca stigmatise les homo que Cena traite Miz et Riley.
Je trouve que c'est plus contestable par contre d'avoir des gymmicks comme celle de Rico (une folle), ou E&C (chuck palumbo et je sais plus qui est le E).
.
Pour en revenir aux sous entendus :
* Orton s'est souvent fait vanner, surtout par la DX. Pour la legacy on avait une espece de relation SM avec orton en sadique, gymmick qu'il a garde, et les 2 soumis Ted&Coddy.
* Cena a vanné Miz & Riley parce que Riley est un mini miz, une espece d'adoration-identification assez forte à son "modéle".
* Jomo ila eut une periode ou il se peignait les tablettes avec des paillettes
* Kos et Jackson je pense que la vanne venait du fait que Regal est anglais. Et dans l'imagerie populaire anglais = gay refoulé ou mec maniéré etc....
* la Hart dynasty a aussi été visée, mais je pense plus que c'est à cause de Tintin que de DH qu'ils avaient cette "image"
*
Le catch surf sur les stereotypes et donc qu'ils utilisent des trucs style "wai tu dois être homo", moi ça me choque pas plus que ça. En plus ils tapent sur tout le monde : arabes qui sont tous des terroristes, noir=voleurs, rappeurs etc.... les mongoliens (eugene, festus ....) et la liste est encore longue

What's up?



31 janvier

Il était bien cool, ce Rumble, non? Venez dire dans les comms de la nalyse ce que vous en avez pensé, et n'oubliez pas que les vignettes attendent vos légendes sagaces ici.

Connexion utilisateur

Commentaires récents

Les Vignettes des Cahiers


Merde, j’ai toujours été nul au Puissance 4.


Retrouvez ici toutes nos vignettes !


Quotes of the Cahiers

"I'm gonna leave him in a pile of blood, and urine and vomit."
Brock Lesnar à propos de John Cena

"At 9 am Eastern time tomorrow, the WWE Network goes live. But the problem is you’re all gonna be so overwhelmed by the incredible content available, you won’t be able to turn it off. Adults will lose their jobs and kids will be expelled from schools for lack of attendance. In fact, you’re gonna be so mesmerized by the incredible content of the WWE Network that you won’t even have time to remove the garbage from your houses. Your places are gonna start to stink, rats will move in, and they’re gonna look like bigger pigsties than they already do. Ultimately, the government is gonna come along and condemn your homes and you will all be left homeless defending yourself on the street. Thank you very much."
Bad News Barrett

"He’s twisting him so much his twin brother is getting dizzy !"
JBL commentant un Giant Swing d'Antonio Cesaro sur l'un des frères Uso.

"I think I'm a little too old for you Jerry. I'm 26, I know you like them younger."
AJ Lee, à Raw, s'adressant à Jerry Lawler

"It looks like James Storm has had more partners than Taylor Swift lately, he should probably get tested"
Bad Influence

"Having watched that… I regret the doctors in Canada saving my life.”
Jerry Lawler, après le segment où Mae Young a accouché d'Hornswoggle.

"What's running through John Cena's mind? I don't give a crap what's running through his mind. What's more important is what's running down his leg."
Brock Lesnar

"Yes. Stop sending dumb tweets like this one. RT: @Kid_Antrim Any advice for me?"
Paul Heyman, sur Twitter

"With Kofi Kingston as the Intercontinental Champion, the bar has been lowered. And when the bar’s been lowered, mediocrity becomes acceptable. And when mediocrity becomes acceptable, society crumbles. And when society crumbles, civilization will end as we know it.”
Le Miz, Hell in a Cell

"Can you figure that? She's not able to get a date! I mean, even Natalya is able to get a date!"
Eve à propos de Layla

"I understand that you barbaric buffoons could easily eviscerate me and dispose of me like common trash. However, if you do so, I will not be a victim. I will be a martyr. A martyr for anyone who appreciates a sophisticated mind."
Damien Sandow, à DX.

"Apparently, giants can win the Super Bowl, but not matches at WrestleMania. You’re like ‘The Reverse Undertaker’. Who are you going to lose to this year? The boxer or the sumo wrestler?”"
Cody Rhodes au Big Show

"The Kliq is back, which is kind of ironic because "click" is the noise the audience's remote control makes every time Kevin Nash pops up on their TV screen."
CM Punk

"It's a conspiracy! C... O... N.... Spiracy!"
R-Truth

"I understand that... that Vince McMahon's gonna make money despite himself... he's a millionaire who should be a billionaire... you know why he's not a billionaire? It's because he surrounds himself with glad-handing nonsensical yes-men like John Laurinaitis, who's gonna tell him everything he wants to hear... and I'd like to think that maybe this company will be better after Vince McMahon is dead, but the fact is it's gonna get taken over by his idiotic daughter and his doofus son-in-law and the rest of his stupid family."
CM Punk

"These people are not Jimmies. They are the greatest fans in the world!"
John Cena, à R-Truth qui venait de qualifier le public de Raw de "Little Jimmies".

"Can you imagine if Sheamus wins this thing? I mean, the international ramifications, I mean the buyrate, I’m talking about the demographic change and everything? If Sheamus wins this match, it will be huge, not only for him but for the Smackdown brand."
Booker T., pendant un Title Match opposant le champion poids lourds Randy Orton à Sheamus.

"When I’m done with him, he’s gonna have barbecue sauce fueling out from his belly button like a geyser."
Michael Cole à propos de Jim Ross

"The WWE has gone from the powerful "Austin 3:16" to the dominant and iconic "can you smell what the Rock is cookin?"... all the way to "You can't see me"? You can't see me, what are you, playing peek-a-boo? Believe me, we all can see you. A blindfolded, sleeping, stuck in the basement Stevie Wonder can see your monkey ass. How in the hell do you think we can miss you come out here with your bright ass purple shirt, before that bright green shirt, bright orange shirt like a big fat bowl of Fruity Pebbles?"
The Rock à John Cena

"Jerry Lawler has forgotten more about wrestling than the Miz has ever known."
CM Punk

"If anyone says you can't do something, if anyone says you can't live your dream... Believe them, because you can't."
The Miz

"William Regal did the real work with this young man. Shawn Michaels took $3000 from him, that's all he ever did."
CM Punk à propos de la formation de Daniel Bryan

"I would RKO my own grandmother if it meant keeping this title. And then I'd RKO YOUR grandmother just to see the look on her face."
Randy Orton, à Sheamus

Virgil: - Ted, what are you going to do for protection?
Ted DiBiase, jetant un coup d'oeil à Maryse: - Go to the drugstore.

"Her teeth are going to be like the Ten Commendments after this match: all broken."
Alicia Fox, à propos d'Eve Torres

"Layla is not married. She deserves a good husband. I should marry her before she meets him."
Jerry Lawler

"If I suck, why would a Perry deli – the top Perry deli – name their top-selling sandwich after me? It's called the Swaggie. It smells like freedom."
Jack Swagger

"I realize how much of a starmaking performance I had in McGruber. The reviews have been off the charts. As a matter of fact, they are speaking of a possible early Oscar nomination."
Chris Jericho

"I'm sure your mom's uterus is awesome."
Vicki StElmo à Vladimir Kozlov

"If we were in your era, I'd put a Sharpshooter on you faster than you can put a pair of cheap sunglasses on an ugly kid."
The Miz, à Bret Hart.

"When I look at you I don't see fans. I don't even see people. I see money, money, money, money. Dollar signs, dollar signs, dollar signs, dollar signs. With some of you, a lot of dollar signs because I see a lot of fat people in the audience and I know you paid for two seats. Thank you very much!"
Batista à Raw.

"We are real women with the body that God created us with."
Mickie James, la femme aux implants mammaires en silicone qui explosent dans le ring.

Don Johnson: "This is a mistake!"
The Miz: "Mistake? No. Pink shirts and white suits, that is a mistake."

"One nation under Punk, undivisible, with integrity and sobriety for all!"
CM Punk

Michael Cole: "Our guest at ringside, Marisse. Welcome."
Maryse: "Oh my god, Michael Cole, you vintage nerd. You can't even say my name right. I should punish you and just give you my French kiss."

"If I see you in my match tonight, I'm gonna tear your intestins out and jump rope with it. And that's not all. I'm gonna take my two fingers, I'm gonna dig up your nosedrills and I'll rip your brain out. And I'm gonna put it in a newspaper and I'm gonna smash it against a window."
Mike Tyson à Hornswoggle

Ted DiBiase: "My movie, the Marine II, is superior to the original Marine."
Cody Rhodes: "Ted, my fifth grade graduation video is superior to the original Marine."

"I'm on Raw, you're on Smackdown... Long distance relationships don't work, Chris."
Big Show

Jerry Lawler, après une promo de Maryse où elle a qualifié Melina de "petite poupée": "Did she just say poupée? Do you know what that means in French?"
Michael Cole: "What?"
Jerry Lawler: "I... I can't say it!"

"I respect her. There are a lot of things that she does that I couldn't do, being the size that she is."
Michelle McCool à propos de Mickie James.

"We have MVP on the stage, and PMS in the ring."
Goldust, à propos des divas assemblées dans le ring pendant les Slammy Awards 2009.

"It was kind of like the 300 at the battle of Thermopylae, but with better abs".
John Morrison à propos de la fin de son match à Survivor Series, quand il s'est retrouvé à 1 contre 3.

"Hi, I'm John Morrison, and one time I drove my Lexus 700 miles on a tank full of my own urine."
John Morrison

"I always said if I could put my brain in Andrew’s body he’d be a 20-time world champ."
Edge à propos de Andrew "Test" Martin