Sondage

Cela fait maintenant un mois tout pile que Jinder Mahal est champion de la WWE. Selon vous::

Nuances de gris

Plus un méchant est réussi et plus le film le sera.
Alfred Hitchcock

 

L'une des choses que l'on aime le moins, dans la WWE actuelle, c'est le sempiternel manichéisme qui voit des gentils héroïques et sans faille opposés à des méchants fourbes et dépourvus de toute humanité. Ca tombe bien, les événements de ces dernières semaines ont battu en brèche cette distinction primitive.

 

 


Hé mais je te reconnais! C'est toi qui m'as dealé de l'aspirine en poudre en la faisant passer pour un gramme de coke!

 

 

Décryptonite: nuances de gris

 

On radote sans doute un peu, puisqu'on en avait déjà fait nos gorges chaudes dans un article applaudissant la contamination des Faces, mais c'est un élément essentiel à nos yeux: les storylines étant la base du catch, on a souvent fait la grimace devant des histoires mettant aux prises des Bons Glorieux et des Vilains Ignobles. Si une telle vision du monde est sans doute appropriée pour de jeunes enfants, les vieux ados que nous sommes, élevés au culte de l'anti-héros eastwoodien et du salaud malgré lui scorsesien (pour rester dans le paradigme cinématographique impulsé par notre citation inaugurale) n'y trouvions guère notre compte. Bon ou méchant, ordure ou saint, c'est avant tout une question de perspective. Et voir un Randy Orton combiner toutes les tares du monde (lâcheté, mégalomanie, manipulation, absence de scrupules) tandis qu'un John Cena incarnait concomitamment la bravoure, la sincérité et le dévouement nous lassait prodigieusement. Si encore seuls le super-heel et le super-héros étaient affublés de ces caractéristiques extrêmes, on aurait pu s'en accommoder; mais, trop souvent, tous les heels se comportaient comme les pires raclures de la Terre, tandis que tous les faces semblaient sortir du manuel du parfait boy-scout.

 

 


Où trouve-je la source de mon héroïsme? Mais dans ton cœur, cher public. Dans ton cœur.

 

 

C'est pourquoi les derniers développements nous ont remplis de joie. Certes, on est encore loin de cette WWE plus adulte (au sens plus mature, plus nuancée dans la psychologie des personnages; pas nécessairement plus explicitement sexuelle ou plus violente) que l'on adorerait voir. Mais on a assisté à plus qu'un frémissement: peut-être le début d'une vague de fond. En tout cas, on peut toujours l'espérer.

 

 


Ouais, comme moi je peux espérer un push.

 

 

L'alternative entre le Bien total et le Mal absolu était tellement prégnante jusqu'à il y a peu que les moindres altérations de ce monde idéal sont pour nous matière à satisfaction. Dès lors qu'un face se conduit avec vice et morgue, dès lors qu'un heel est dépeint comme un humain normal répondant à des réflexions cohérentes et non à un obscur appel destructeur, le manichéisme s'ébrèche et la vraie vie, avec toute sa complexité, s'insinue dans les failles ainsi créées. Voici un rapide rappel, sans doute non exhaustif, des récents indices d'une plus grande complexification de la WWE:

 

- Il y a quelques semaines, à Smackdown, lors d'un combat entre les Cryme Tyme et la Hart Foundation, le face JTG, alors qu'il n'était pas l'homme légal, a attaqué dans le dos de l'arbitre le heel Tyson Kidd, permettant à son équipe de l'emporter. Fait remarquable, cette intervention de JTG ne s'est pas produite dans l'un de ces moments de folie où tout le monde déboule sur le ring au grand dam d'un arbitre dépassé, mais à un moment où le combat se passait encore dans les règles.

 

- Ces mêmes Cryme Tyme, quoique faces, passent leur temps à humilier sans pitié le malheureux Jesse, ces épisodes étant d'autant plus à leur désavantage moral que Jesse est un gars particulièrement malingre. Toutes les anciennes victimes désignées des cours d'école se retrouvent sans doute dans son calvaire hebdomadaire infligé par les grands costauds super cool (et qui en plus se baladent avec la plus belle fille du bahut). Non, c'est pas du vécu, c'est juste qu'on a récemment vu Les Beaux Gosses.

 

 


Hé puceau, c'est pas parce que je te fais fais faire mes devoirs et que je bouffe ton pique-nique qu'on est potes, hein. T'avise pas de me parler en public, sinon je t'éclate.

 

 

- Layla, heel particulièrement teigneuse, s'est retrouvée le temps d'un soir dans la peau d'une face jouant à fond la carte de la proximité avec le public. Certes, c'était à Miami, ville où elle a longtemps officié en tant que cheerleader de l'équipe de basket locale… mais cette métamorphose ne s'est pas produite dans un house show, mais bel et bien dans un Smackdown diffusé dans tout le pays (et au-delà).

 

 


Et en plus, y avait son Bisounours apprivoisé dans le public.

 

 

- Maria, face depuis longtemps, fraye depuis quelques semaines avec le heel Ziggler, sans que le catch ultra heelesque de ce dernier ne lui cause le moindre souci moral.

 

 


Oh! Dolph vient d'arracher la jugulaire de Mysterio avec ses dents! J'espère qu'il n'a pas attrapé de microbes!

 

 

 

- Maryse, archétype de la heelasse arrogante, a subi une agression verbale violente de la part du Miz, si bien que seul un sans cœur complet peut ne pas avoir ressenti un minimum de sympathie pour elle à l'issue de cette séquence, un comble.

 

 


Tain mais même le Big Show a des nichons plus fermes que les tiens!

 

 

- Le heel Chavo Guerrero est soumis à des humiliations si dégradantes semaine après semaine (cette fois, il a catché à l'aveugle) face au nain des enfers que là aussi, il suscite la pitié bien plus que la joie de le voir vaincu.

 

 


Vraiment terribles, les humiliations infligées par les matons à Abou Ghraïb.

 

 

- Le soir où le nabot Seth Green s'est retrouvé à Raw et s'est bombardé dans un match à six face à la Legacy, ses partenaires, les super faces HHH et Cena, discutaient de la meilleure manière de lui épargner les affres d'une punition infligée par Orton et ses sbires, quand Cena, sortant un instant de son insupportable personnage "Hustle, Loyalty, Respect", a haussé les épaules et dit à Triple H: "Laisse tomber, de toute manière on sait très bien qu'il se fera tuer" avant de se barrer. Bien sûr, c'était un trait d'esprit destiné uniquement à faire rire, mais concernant l'immaculé Cena, le moindre écart, aussi minime soit-il, représente une grande bouffée d'air frais. Enfin, le moindre écart dont nous soyons au courant, bien sûr.

 

 


- Hé les filles, qui c'est qui vient de me mettre la main aux fesses?
- Pas moi.
- Pas moi.
- Pas moi.
- Bwahaha, you can't see me!

 

 

- Dimanche soir, à la fin de Night of Champions, les heels Rhodes et DiBiase, interrogés sur leurs sentiments à l'issue d'une soirée qui les avait vus perdre leur combat de championnat mais secourir Orton, ont expliqué qu'il leur importait peu de ne pas avoir gagné les ceintures par équipes, et que l'essentiel était que leur pote Randy soit toujours champion. On peut y voir une servilité confinant à la débilité; mais il est également permis d'interpréter ces déclarations comme des manifestations d'un dévouement amical d'autant plus remarquable qu'il est normalement propre aux faces, et non à ces raclures de heels, toujours prompts à se bouffer la gueule. Et si la Legacy, finalement, c'était une grande histoire d'amitié?

 

 


- Ted, j'ai l'impression que je me suis fracturé la nuque…
- Pas grave Cody, je viens d'avoir Randy au téléphone, et il est super content, il a retrouvé son chargeur de portable!
- C'est vrai? Génial, je me sens tout de suite mieux!

.

 

 

- D'autres événements récents, comme la prise de tête entre Ted DiBiase Sr et Jr, la discussion MVP/Swagger (dont nous avions longuement parlé ici) ou encore la justesse de certaines promos du Miz sur Cena, vont dans le même sens. Mais évidemment, la storyline la plus frappante de ce point de vue, c'est celle qui voit le tenant d'un mode de vie sain jouer le heel tandis qu'un type connu pour son goût pour l'alcool et la drogue est son adversaire face.

 

 


- Tain Dany, t'as vu, ils parlent de nous aux Cahiers du Catch! C'est la gloire!
- Ah ouais, t'es vraiment un gros mytho, toi.

 

 

L'implosion du manichéisme à laquelle nous assistons en ce moment a été rendue possible par la lente transition de Punk de face à heel. Alors que la plupart des turns récents se sont faits pratiquement sans explication (Charlie Haas, Khali, MVP, Mark Henry), celui de Punk passe par une longue phase en mode tweener, phase qui n'est d'ailleurs pas totalement achevée à ce jour. Cette histoire a été brillamment menée, puisque c'est en restant le même personnage que Punk s'est transformé de favori de la foule en salaud honni. Le plus fort, et le plus subversif, dans cette histoire, c'est que pour la première fois, la WWE laisse Punk parler aussi longtemps et de manière aussi détaillée du mode de vie Straightedge. Or ce mode de vie – pas de tabac, pas d'alcool, pas de drogue, pas de sexe débridé – correspond parfaitement au discours moral rigoriste de l'Amérique conservatrice, même s'il n'en est pas issu et s'il est claironné par un gars tatoué de partout qui écoute du punk hardcore.

 

 


Et même si à seulement 30 ans et malgré ce mode de vie ultra-sain, Punk a une tête de clodo alcoolique fini.

 

 

Quand on sait que CM Punk ne se contente pas de jouer un personnage Straightedge, mais le vit réellement (l'homme CM Punk, Phil Brooks dans le civil, est un adepte convaincu), on se dit que la WWE, dont les articles de l'ami Reune nous ont par ailleurs rappelé les penchants traditionalistes, aurait pu facilement le garder en face sermonneur pour l'éternité. Après tout, la WWE ne se veut-elle pas entreprise citoyenne, qui promeut diverses opérations de charité auprès de la société civile (il suffit d'aller sur son site pour découvrir ses athlètes appelant les électeurs à aller voter, assistant à des cours d'école dans des quartiers difficiles ou rendant visite à des enfants handicapés)?

 

 


On t'avait prévenu gamin: don't try this at home!

 

 

Son aspect kid-friendly ne fait-il pas naturellement de la WWE une machine à multiplier les appels un peu gnangnan à lutter contre la drogue? Et pourtant, les scripteurs ont osé heeliser Punk, qui aurait tout du genre idéal s'il se coupait les cheveux et portait des chemises à manches longues, et l'opposer au face Hardy, dont ils ont décidé de mettre en avant les suspensions pour violation de la fameuse "Wellness Policy"!

 

 


- Pourquoi tu me regardes comme ça? Me dis pas que je me suis encore endormi chez le tatoueur!

 

 

Il est possible que cette storyline soit une fine technique permettant de préparer les masses à l'imminent départ de Jeff de la WWE. Selon une théorie en vogue et qui nous semble fort séduisante, les têtes pensantes de Stamford auraient estimé contre-productif de faire opérer en catastrophe un heel turn à l'un des plus gros vendeurs de la Fédération. Du coup, on garde Jeff en face jusqu'à la fin de son contrat (probablement jusqu'après Summerslam, qui aura lieu le 23 août prochain), mais on rappelle subtilement à la foule que ce n'est pas exactement le genre de gars avec lesquels vous auriez envie que votre gamin de 15 ans aille faire la bringue. La sidérante promo de CM Punk lors de Night Of Champions va dans ce sens, puisque le Straightedge n'a pas hésité à apostropher les parents des fans de Jeff, et à pointer du doigt leur irresponsabilité sur le thème "c'est ça le modèle que vous donnez à vos gosses, vraiment?"

 

 


- Dis donc, toi tes parents ils te donnent Jeff Hardy en exemple?
- Non, c'est mon choix personnel. Eux ils sont plutôt branchés Charles Manson.

 

 

Pour reprendre les termes de Hitchcock, le méchant est très réussi, et donc le film l'est aussi. Punk, à la différence d'un Jericho, n'affiche pas son mépris envers le public: bien pis, il le prend en pitié, et l'appelle à se sauver tant qu'il est encore temps. Surtout, ses arguments ne sont pas aussi abscons que ceux de Jericho (le public qui se rend dans les salles américaines connaît peut-être la signification du terme "hypocrite", mais on ne miserait pas sur sa compréhension de tirades du genre "Vous n'êtes que des Pharisiens complaisants engoncés dans une obséquiosité gélatineuse à l'égard de vos prétendus hérauts") et touchent juste: oui, boire et fumer, c'est mal, et se droguer, ouh là là. Sauf que cette pitié qui émane de Punk est de plus en plus hautaine, et le fameux "Straightedge means that I'm better than you" du temps de son passage à Ring of Honor va probablement bientôt ressortir. D'où la rage du public, démultipliée par le fait que Punk s'en prend à Jeff, qui incarne donc la liberté, la révolte, et ainsi de suite.

 

 


On reconnaît les fans de Jeff Hardy aux brassières qui leur permettent de cacher les traces de piqûres de seringue sur leurs bras.

 

 

C'est ici que la storyline est obligée de freiner sec: Jeff ne peut pas envoyer chier Punk en lui disant "ouais j'adore me déchirer la gueule avec tout ce qui me passe sous la main, et alors?". La WWE flirte avec la transgression réelle que serait un appel à se droguer (a fortiori prononcé par un face aussi populaire que Hardy, un catcheur auquel une partie du jeune public voue un culte quasi hystérique) mais sans jamais franchir la ligne jaune. Du coup, face aux diatribes de Punk, Jeff demeure essentiellement muet, se contentant d'un piteux "Tout le monde fait des erreurs" qui manque singulièrement de souffle et semble donner raison à son adversaire. C'est la limite, à notre sens infranchissable, de cette storyline qui est déjà allée beaucoup plus loin qu'on l'aurait cru possible, et qui devrait culminer dans un match "Loser leaves WWE" à Summerslam. Punk le gagnera en trichant comme le pire des Orton, et sera donc considéré comme le responsable du renvoi de Jeff de la WWE, ce qui assoira encore plus son statut de top-heel. Espérons en tout cas que la tendance globale à la complexification des storylines que nous croyons discerner ces derniers temps se prolongera et se confirmera dans les semaines et les mois à venir: comme disait Jojo le poivrot au Balto l'autre soir à deux heures du mat, dans la vie il n'y a pas de blanc ou de noir, seulement des nuances de gris.

 

 


Quand on prend trop d'acides, on peint des pancartes psychédéliques.

Something wicked this way comes ...

Pour rejoindre le titre de cet article, je pense que la clé d'une WWE parfaite n'est ni dans les affres d'une décadence totale comme à l'Attitude Era, ni dans un combat manichéen (rated PG-13) au but à peine voilé d'inspirer les minots à sortir leurs sousous.
Ce qui est en train de s'amorcer ces derniers temps est la fameuse nuance de gris, avec deux niveaux de visionnage pour plaire au maximum de public. Les plus jeunes s'arrêteront aux combats épiques de leurs idoles, mais les fans avisés que nous sommes nous régalerons des subtilités scénaristiques mises en place par les bookers.
L'affrontement Hardy/CM Punk en est l'exemple typique, le décalage entre le fond et la forme des propos tenus par les deux hommes les rendant très difficiles à placer dans des cases prédéfinies.
La WWE prend visage humain, avec ses forces et ses faiblesses, et ses personnages perdent un peu de leur Superbe pour redescendre un tant soit peu au rang de personnes faillibles, comme nous. Quoi de mieux pour pouvoir s'identifier et s'attacher à eux ?

En résumé, je dis ... non, je hurle "Oui !" à la vague qui s'ammorce. Aussi bizarre que ca puisse sonner, prions pour qu'elle se transforme en tsunami !

PS: A noter aussi, dans les différents évènements qui soutiennent cette thèse, le récent match féminin par équipe à Raw, qui voit Gail Kim voler le pinfall a Mickie James après un blind tag. Un heel-turn se cacherait-il sous les accolades amicales échangées avec ses partenaires à la fin du combat ? C'est ce que semble penser Beth Phoenix, qui loin de la rage dont elle fait habituellement preuve quand elle perd un combat, arborait un petit sourire à la vue de la façon dont la victoire a été remportée !

Minor Threat

Voilà un article à la plume acérée et virevoltante!

Je suis en accord avec ta thèse les scripteurs tentent d'apporter un peu de dissensus dans l'Empire du Bien (Philippe Muray) ce qui est fort de café dans une entreprise de divertissement à la géopolitique manichéenne (quoique le fait que des étangers comme Tatsu ou Khali soient faces est peut-être le signe d'un changement chez les bookers).

Le parallèle entre CM Punk et Jericho est très bien trouvé, voilà deux heels aux promos très "psychologiques" alors que Jericho affiche un mépris de "classe" et prend une posture aristocratique, CM Punk joue les père-la-morale, le moine-soldat au corps post-chrétien... un prosélyte straight-edge. Or, la figure du face a évoluée grâce à Stone Cold et le public semble plus à la recherche d'un héros "transgressif" que d'un "role model". Le précédent Right to censor nous l'a enseigné.

Voilà, que la WWE est à front renversé et que les "heels" se réclament des valeurs des Pères fondateurs! Amitié, droiture, Mens sana ad corpus sanum... Entre CM Punk, Jack Swagger le all-american puissance2 et la sorte d'Agogè spartiate qu'est la Legacy, certains mauvais esprits pourraient y voir une pente néofasciste à la WWE.

Différents shows, différents heels

Je ne pense pas qu'on puisse mettre dans la même catégorie les heels que sont Swagger, Punk, Jericho et Legacy.
Swagger et Legacy pensent être supérieurs de par leur naissance et leurs avantages innés, Punk et Jericho par leurs modes de vie et leur réflexion.
On ne peut que détester les personnages que représentent Swagger et Legacy en raison de leurs valeurs hautement élitistes par droit de sang, Punk et Jericho sont bien plus ambigüs, se voulant meilleurs et prêts à montrer aux autres comment l'être également, on ne peut les rejeter en bloc tant ils disent de vérités.
Jericho et Punk peuvent être ramenés en face avec leurs gimmicks actuels, pas Swagger et Legacy.
J'aimerais voir une lutte des classes éclater à Raw entre les fils de et les MVP et la DX. MVP mènerait la charge contre Swagger, voulant prouver qu'on peut revenir de loin et être qq'un de bien, HHH affirmerait que l'on peut avoir une famille puissante, on peut faire le choix de ne pas s'en servir pour réussir(même si c'est faux dans son cas) et HBK reprendrait son rôle de sa feud avec JBL comme le défenseur du pékin americain moyen.

Enfin du "réalisme"! :)

Après des semaines à vous lire avec plaisir, je m'inscris enfin pour vous répondre.

Cet article est juste génial et traduit fortement mon point de vue: une WWE "+ adulte" ne rime pas avec du Bra&Panties et des insultes/bras d'honneur au public, mais réellement avec des concepts + adultes.

Comme vous (spécialement pour Punk/Jeff) je suis positivement impressionné par la justesse de choix de la WWE. J'ai hâte de voir ce que ça va donner à l'avenir, surtout que cette approche épaissit les personnages, et par là même leur donne peut être plus de possibilités (donc + d'options aux bookers).

J'en profite pour vous féliciter pour les articles références que vous écrivez chaque semaine, avec ce ton si décalé qui fait votre signature (la référence "cahier du foot" n'étant pas pour rien à ce niveau je pense...).

Héhé

Ah Silver, je savais que tu t'inscrirais et que ça te plairait...Je ne m'étais pas trompé ;)

Ouais, suite à ton message

Ouais, suite à ton message j'ai décidé de m'inscrire, et franchement je me régale avec toute la matière qu'il ya! :P Me reste plus qu'à essayer de te dépasser au concours de pronostics, ça devrait m'occuper pour les 10 ans à venir! XD

NB aux auteurs: vous avez pensé à faire une page de saisie des pronostics automatisée? Ca permettrait à ceux qui veulent rester anonyme de le faire, à ceux trop timides pour poster d'entrer dans la danse, ca vous ferait gagner du temps in fine. :P Mais bon c'est peut être trop compliqué.

Déjà...

... merci beaucoup pour tes encouragements, ça fait très plaisir! Pour la saisie automatique, on a mis nos amis nerds au travail, on espère que ça va se faire pour Summerslam!

What's up?




2009 - 2018
Relax Miz Girl, les CDC ne sont pas morts. Retrouvez-nous dans notre nouveau chez-nous.

Connexion utilisateur

Commentaires récents

Les Vignettes des Cahiers


Merde, j’ai toujours été nul au Puissance 4.


Retrouvez ici toutes nos vignettes !


Quotes of the Cahiers

"I'm gonna leave him in a pile of blood, and urine and vomit."
Brock Lesnar à propos de John Cena

"At 9 am Eastern time tomorrow, the WWE Network goes live. But the problem is you’re all gonna be so overwhelmed by the incredible content available, you won’t be able to turn it off. Adults will lose their jobs and kids will be expelled from schools for lack of attendance. In fact, you’re gonna be so mesmerized by the incredible content of the WWE Network that you won’t even have time to remove the garbage from your houses. Your places are gonna start to stink, rats will move in, and they’re gonna look like bigger pigsties than they already do. Ultimately, the government is gonna come along and condemn your homes and you will all be left homeless defending yourself on the street. Thank you very much."
Bad News Barrett

"He’s twisting him so much his twin brother is getting dizzy !"
JBL commentant un Giant Swing d'Antonio Cesaro sur l'un des frères Uso.

"I think I'm a little too old for you Jerry. I'm 26, I know you like them younger."
AJ Lee, à Raw, s'adressant à Jerry Lawler

"It looks like James Storm has had more partners than Taylor Swift lately, he should probably get tested"
Bad Influence

"Having watched that… I regret the doctors in Canada saving my life.”
Jerry Lawler, après le segment où Mae Young a accouché d'Hornswoggle.

"What's running through John Cena's mind? I don't give a crap what's running through his mind. What's more important is what's running down his leg."
Brock Lesnar

"Yes. Stop sending dumb tweets like this one. RT: @Kid_Antrim Any advice for me?"
Paul Heyman, sur Twitter

"With Kofi Kingston as the Intercontinental Champion, the bar has been lowered. And when the bar’s been lowered, mediocrity becomes acceptable. And when mediocrity becomes acceptable, society crumbles. And when society crumbles, civilization will end as we know it.”
Le Miz, Hell in a Cell

"Can you figure that? She's not able to get a date! I mean, even Natalya is able to get a date!"
Eve à propos de Layla

"I understand that you barbaric buffoons could easily eviscerate me and dispose of me like common trash. However, if you do so, I will not be a victim. I will be a martyr. A martyr for anyone who appreciates a sophisticated mind."
Damien Sandow, à DX.

"Apparently, giants can win the Super Bowl, but not matches at WrestleMania. You’re like ‘The Reverse Undertaker’. Who are you going to lose to this year? The boxer or the sumo wrestler?”"
Cody Rhodes au Big Show

"The Kliq is back, which is kind of ironic because "click" is the noise the audience's remote control makes every time Kevin Nash pops up on their TV screen."
CM Punk

"It's a conspiracy! C... O... N.... Spiracy!"
R-Truth

"I understand that... that Vince McMahon's gonna make money despite himself... he's a millionaire who should be a billionaire... you know why he's not a billionaire? It's because he surrounds himself with glad-handing nonsensical yes-men like John Laurinaitis, who's gonna tell him everything he wants to hear... and I'd like to think that maybe this company will be better after Vince McMahon is dead, but the fact is it's gonna get taken over by his idiotic daughter and his doofus son-in-law and the rest of his stupid family."
CM Punk

"These people are not Jimmies. They are the greatest fans in the world!"
John Cena, à R-Truth qui venait de qualifier le public de Raw de "Little Jimmies".

"Can you imagine if Sheamus wins this thing? I mean, the international ramifications, I mean the buyrate, I’m talking about the demographic change and everything? If Sheamus wins this match, it will be huge, not only for him but for the Smackdown brand."
Booker T., pendant un Title Match opposant le champion poids lourds Randy Orton à Sheamus.

"When I’m done with him, he’s gonna have barbecue sauce fueling out from his belly button like a geyser."
Michael Cole à propos de Jim Ross

"The WWE has gone from the powerful "Austin 3:16" to the dominant and iconic "can you smell what the Rock is cookin?"... all the way to "You can't see me"? You can't see me, what are you, playing peek-a-boo? Believe me, we all can see you. A blindfolded, sleeping, stuck in the basement Stevie Wonder can see your monkey ass. How in the hell do you think we can miss you come out here with your bright ass purple shirt, before that bright green shirt, bright orange shirt like a big fat bowl of Fruity Pebbles?"
The Rock à John Cena

"Jerry Lawler has forgotten more about wrestling than the Miz has ever known."
CM Punk

"If anyone says you can't do something, if anyone says you can't live your dream... Believe them, because you can't."
The Miz

"William Regal did the real work with this young man. Shawn Michaels took $3000 from him, that's all he ever did."
CM Punk à propos de la formation de Daniel Bryan

"I would RKO my own grandmother if it meant keeping this title. And then I'd RKO YOUR grandmother just to see the look on her face."
Randy Orton, à Sheamus

Virgil: - Ted, what are you going to do for protection?
Ted DiBiase, jetant un coup d'oeil à Maryse: - Go to the drugstore.

"Her teeth are going to be like the Ten Commendments after this match: all broken."
Alicia Fox, à propos d'Eve Torres

"Layla is not married. She deserves a good husband. I should marry her before she meets him."
Jerry Lawler

"If I suck, why would a Perry deli – the top Perry deli – name their top-selling sandwich after me? It's called the Swaggie. It smells like freedom."
Jack Swagger

"I realize how much of a starmaking performance I had in McGruber. The reviews have been off the charts. As a matter of fact, they are speaking of a possible early Oscar nomination."
Chris Jericho

"I'm sure your mom's uterus is awesome."
Vicki StElmo à Vladimir Kozlov

"If we were in your era, I'd put a Sharpshooter on you faster than you can put a pair of cheap sunglasses on an ugly kid."
The Miz, à Bret Hart.

"When I look at you I don't see fans. I don't even see people. I see money, money, money, money. Dollar signs, dollar signs, dollar signs, dollar signs. With some of you, a lot of dollar signs because I see a lot of fat people in the audience and I know you paid for two seats. Thank you very much!"
Batista à Raw.

"We are real women with the body that God created us with."
Mickie James, la femme aux implants mammaires en silicone qui explosent dans le ring.

Don Johnson: "This is a mistake!"
The Miz: "Mistake? No. Pink shirts and white suits, that is a mistake."

"One nation under Punk, undivisible, with integrity and sobriety for all!"
CM Punk

Michael Cole: "Our guest at ringside, Marisse. Welcome."
Maryse: "Oh my god, Michael Cole, you vintage nerd. You can't even say my name right. I should punish you and just give you my French kiss."

"If I see you in my match tonight, I'm gonna tear your intestins out and jump rope with it. And that's not all. I'm gonna take my two fingers, I'm gonna dig up your nosedrills and I'll rip your brain out. And I'm gonna put it in a newspaper and I'm gonna smash it against a window."
Mike Tyson à Hornswoggle

Ted DiBiase: "My movie, the Marine II, is superior to the original Marine."
Cody Rhodes: "Ted, my fifth grade graduation video is superior to the original Marine."

"I'm on Raw, you're on Smackdown... Long distance relationships don't work, Chris."
Big Show

Jerry Lawler, après une promo de Maryse où elle a qualifié Melina de "petite poupée": "Did she just say poupée? Do you know what that means in French?"
Michael Cole: "What?"
Jerry Lawler: "I... I can't say it!"

"I respect her. There are a lot of things that she does that I couldn't do, being the size that she is."
Michelle McCool à propos de Mickie James.

"We have MVP on the stage, and PMS in the ring."
Goldust, à propos des divas assemblées dans le ring pendant les Slammy Awards 2009.

"It was kind of like the 300 at the battle of Thermopylae, but with better abs".
John Morrison à propos de la fin de son match à Survivor Series, quand il s'est retrouvé à 1 contre 3.

"Hi, I'm John Morrison, and one time I drove my Lexus 700 miles on a tank full of my own urine."
John Morrison

"I always said if I could put my brain in Andrew’s body he’d be a 20-time world champ."
Edge à propos de Andrew "Test" Martin