Sondage

Cela fait maintenant un mois tout pile que Jinder Mahal est champion de la WWE. Selon vous::

Glad-handed nonsensical douchebag yes man

You know I'm born to lose, and gambling's for fools,
But that's the way I like it baby.

Ace Of Spades, Motörhead

 

Bonjour à toutes et tous et bienvenue à la Spanish Announce Table, le seul endroit où sont nées les légendes, où les carrières ont été brisées et où on va découvrir celui qui est désormais le plus célèbre inconnu de l'effectif de la WWE...

 

 

Non, on ne parle pas de cet homme masqué-ci.

 

 

Biographie de John Laurinaitis

 

Depuis que CM Punk l'a publiquement traité de « glad-handed, nonsensical, douchebag yes man » - ce qu'on pourrait traduire par « béni oui-oui à la fois faux cul et obsédé par ses propres inepties qu'il débite » ce qui fait quand même beaucoup pour un seul homme -, John Laurinaitis est devenu le membre de l'entourage de Vince McMahon qui est récemment passé le plus vite de l'ombre à la lumière. Et il semble assez intéressant de dresser le portrait de cet homme, dont le nom est écrit en lettres d'or dans le Hall Of Fame de la WWE, pour comprendre comment il peut être l'un des plus détestés à l'intérieur de la compagnie.

 

Commençons par préciser un peu la position du bonhomme dans la grande machine de la WWE : il est officiellement « Executive Vice President of Talent Relations », ce qui le place dans le top 20 des personnes les plus importantes de l'organigramme et en ce qui concerne l'activité purement catch de la compagnie  - i-e en écartant les pros du marketing qui bossent sur le merchandising, les pros du business qui s'occupent des deals télé, DVD, de la production de films, etc ... -, ce n'est pas exagéré de dire qu'il est dans le top 5 des personnes qui comptent à la WWE aux côtés de Kevin Dunn (qui supervise la production des shows télé et autres PPVs), de Stéphanie McMahon et de Vince lui-même. Voilà qui peut donc vous donner une idée de l'importance des fonctions du personnage et du salaire qui va avec.

 

 

Oui, parce qu'au final, il ne faut oublier l'essentiel : Money, Money, Money

 

 

Pour détailler juste un peu sa fonction, disons globalement que son rôle est assez simple : c'est le DRH de la boîte, enfin pas exactement le DRH de toute la boîte mais celui de tout le roster de la WWE ; il est donc le supérieur hiérarchique direct de tous les catcheurs qui évoluent dans ou hors du ring - des mégastars qui assurent le main-event de Wrestlemania aux lutteurs en développement en passant par les jobbeurs locaux qui assurent le lever de rideau d'un house-show sans oublier tous les lutteurs sous le contrat dit « de légende » à qui la WWE fournit un boulot d'encadrement et de formation en échange de leur fidélité à la fédération. Autant dire que pour une telle fonction, il faut, a priori, une certaine carrure. Et c'est là que le bât blesse.

 

La première chose nécessaire pour pouvoir être efficace à ce poste, c'est la crédibilité. Si la WWE a choisi d'engager des types comme Ricky The Dragon Steamboat ou Arn Anderson comme road-agents, ce n'est pas pour rien. Peut-être que d'autres seraient aussi bons dans ce rôle de conseillers techniques des catcheurs au quotidien, mais qui les écouterait ? Quand Steamboat, un des types qui a fait l'un des meilleurs matchs qu'on ait vus à Wrestlemania (sinon le meilleur à mon avis : Intercontinental Championship contre Randy Savage à Wrestlemania III) donne un conseil à quelqu'un, on l'écoute parce que ce fut l'un des meilleurs catcheurs de sa génération et qu'il a l'aura pour pouvoir discuter avec tout le roster : du jeune con qui croit tout savoir au main-eventer expériementé, tous le respectent pour tout ce qu'il a accompli pour le business. Idem pour Arn Anderson, l'un des meilleurs brawlers de tous les temps, le type qui, en sa qualité de garde du corps, a contribué à faire de Ric Flair ce qu'il a été. Quand un type comme ça parle, à moins d'être complètement demeuré, tu l'écoutes.

 

 

D'ailleurs, en parlant de demeuré, ce gars n'a pas écouté les conseils de Dusty Rhodes lors d'un Try Out à la FCW.

 

 

De la même manière, on trouvera aussi backstage des ex wrestler's wrestlers, des gars excellents dans le ring mais sous-exploités dans leur carrière, dont la réputation n'est plus à faire : des Dean Malenko, des Fit Finlay (même s'il n'est plus à la WWE aujourd'hui), des Mike Rotundo (ex-IRS), des Steve Lombardi (ex-Brooklyn Brawler), etc...

 

La question est donc assez simple : John Laurinaitis a-t-il en tant que catcheur et sous le nom de Johnny Ace fait une grande carrière ? Et là, la réponse est aussi assez simple mais, bon, déroulons-la chronologiquement.

 

 

Un futur ponte de la WWE est caché sur cette image, sauras-tu le découvrir?

 

 

Débuts dans le business au début des années 1980 en tant qu'agiteur de drapeau à la NWA pour une tag-team nommée les Sheepherders. Pour ceux qui ne connaissent pas cette équipe, qui a pourtant fait une carrière à la WWF sous le nom de Bushwackers avec un comedy gimmick, sachez juste que c'était, avant leur run pour Vince McMahon, l'une des toutes meilleures du business et que même si Laurinaitis ne participait pas directement à l'action, il avait l'occasion d'apprendre et de comprendre le business à leurs côtés. Cela contribua à terminer sa formation de catcheur et lui permit de voler de ses propres ailes dans une tag-team appelée les Dynamic Dudes à la WCW.

 

Le gimmick ridicule et très daté de l'équipe consistait en deux types qui faisaient du skate board. Enfin in kayfabe, c'étaient surtout deux gars habillés en fluo qui se baladaient avec un skateboard sous le bras puisqu'ils ne savaient pas en faire. Ce ne fut pas à proprement parler un succès - et c'est un euphémisme - puisque les Dynamic Dudes n'existèrent qu'un peu plus d'une année. Et les opportunités de carrière s'amenuisant aux USA, Johnny Ace s'en alla faire carrière au Japon.

 

 

Un gimmick ridicule et des costumes qui font vomir. Où ça ?

 

 

Au pays du soleil levant (AJPW en l'occurence), à regarder rapidement le palmarès de Johnny Ace, on pourrait croire qu'il a fait une belle carrière : deux five-star matchs décernés par Dave Meltzer, une récompense pour un match de l'année, voilà de quoi exciter le mark qui consulte Wikipedia et tous les fans de puroresu.

 

En réalité, c'est un peu plus complexe que ça. En premier lieu, travailler en tant que Gaijin (étranger) au Japon ne nécessite pas un mic-skill des plus fantastiques. Ensuite, certes, Johnny Ace était un catcheur décent dans le ring mais, à ses côtés, il avait la crème du puro. En tag-team partner, le « Dr Death » Steve Williams, l'un des meilleurs et des plus stiffs catcheurs que les Etats-Unis aient jamais exporté dans l'archipel. Et en meilleurs ennemis : Misawa Mitsuharu et alternativement Kobashi Kenta et Akiyama Jun. Autant dire des légendes japonaises qui ont collectionné les 5 étoiles de Meltzer comme d'autres se mettent à la philatélie. avec beaucoup de succès. Clairement, des gens d'un calibre supérieur au sien.

 

Pour oser un parallèle un peu tiré par les cheveux et toutes proportions gardées : si demain, vous mettez David Otunga en équipe avec Randy Orton et que vous l'opposez à John Cena et CM Punk en main-event d'un Pay Per View, ne vous étonnez pas trop qu'à la fin de l'année son nom figure dans la liste des gens qui peuvent prétendre à un Match Of The Year.

 

 

- Dis ? Spanish ? Pourquoi moi ? J'ai fait quelque chose de mal ?

- Non, David, pas plus que d'habitude dans le ring. Mais la dernière comparaison que j'ai faite entre entre Johnny Ace et un catcheur, c'était avec Heath Slater. Faut varier les plaisirs.

 

 

Voilà donc rapidement pour la carrière du personnage, enfin, non pas tout à fait quand même parce qu'il faut aussi fournir la clé qui permet de comprendre comment un lutteur assez moyen a eu autant d'opportunités de travailler avec d'excellents catcheurs. Il est le frère de Joe Laurinaitis, plus connu sous le nom de Road Warrior Animal et intronisé cette année au WWE Hall Of Fame car membre de ce que beaucoup considèrent comme la plus grande équipe de tous les temps. Et toutes les opportunités qu'il a eues avant son entrée à la WWF en 2001, il les doit au fait qu'on voulait aussi - et surtout - faire plaisir à son grand frère qui rejoignait la fédération où il allait évoluer.

 

Pour conclure rapidement, Johnny Ace n'était dans le ring ni un catcheur qui a marqué l'histoire du business par son aptitude à porter un match sur ses épaules, ni un type dont le charisme lui permettait aisément de mettre le public dans sa poche, ni même simplement capable de prouesses au micro, ni même un excellent lutteur injustement sous-estimé. Il n'a donc aucune des qualités qu'attend en général la WWE des gens qu'elle embauche dans un boulot d'encadrement. Rien que ça constitue une sorte de comble pour un DRH, non ?

 

 

Quand deux types comme ça te demandent d'embaucher un mec, même mauvais, tu le fais. Et tu discutes pas de son salaire.

 

 

Sa carrière de catcheur terminée en 2000, Ace retourne aux Etats-Unis et plus précisément à la WCW pour devenir head-booker au départ de Vince Russo. Un an après, la compagnie, à l'agonie tant sur le plan financier que créatif, est rachetée par Vince McMahon et il met un pied à la WWE en tant que Road Agent. S'il est franchement malhonnête de mettre la débacle de la WCW uniquement à son crédit, il faut quand même constater qu'il a été, en un an, dans l'incapacité de redresser la barre d'un navire déjà en train de couler et que ce fait d'armes n'était pas nécessairement le point le plus glorieux du CV qu'il présentait à son nouvel employeur.

La seconde qualité exigée de la part d'un DRH, dans toute entreprise, c'est une certaine capacité à gérer les relations humaines. Et là aussi, John Laurinaitis est un type assez spécial. La rumeur - quand je dis la rumeur je ne parle pas d'une news trouvée sur un site au fin fond du net, non, mais de plusieurs témoignages indirects sans confirmation franche de la part des principaux intéressés - veut que le jour où le contrat du Rock a expiré et que celui-ci s'en est allé voler de ses propres ailes à Hollywood, Laurinaitis, alors déjà en poste, n'ait pas pris le temps de lui passer un coup de téléphone pour le remercier de tout ce qu'il avait pu faire pour le business en général et pour la WWE en particulier.

 

 

C'est ma faute, j'étais occupé avec la blonde et j'ai pas décroché. Mais il aurait pu laisser un message.

 

 

Toujours pour éclairer le caractère du personnage, il faut, là encore, parler de son frère. Vétéran respecté et reconnu, avec énormément d'expérience dans deux domaines où la WWE a des lacunes immenses - le catch par équipes et le catch en tant que Big Man -, ça ne serait pas totalement fantaisiste que la WWE l'emploie pour transmettre un peu de son savoir à quelques-unes de ses futures recrues (surtout quand on voit le faible niveau in-ring de Big Men comme Ezekiel Jackson, Mason Ryan ou Tyler Reks). Visiblement, ce n'est pas dans les projets de John Laurinaitis de renvoyer un peu l'ascenseur à celui qui lui a ouvert toutes les portes, qui est on ne peut plus légitime et qui a pourtant, selon ses dires, fait des essais plutôt concluants dans un rôle d'encadrement à la FCW.

 

Mais le véritable problème de John Laurinaitis, c'est son bilan à la WWE en matière de détection de talents et de formation de ceux-ci. C'est même son coeur de métier que d'être capable de créer les superstars de demain, ceux qui collectionneront les titres et porteront toute la fédération sur leurs épaules aux trapèzes saillants. Et là, le constat fait très mal. Depuis qu'il a succédé à Jim Ross à ce poste en 2004, il y a eu bon nombre de lutteurs qui ont touché au titre majeur à la WWE que ce soit à Smackdown ou à RAW - en gros, je dirais une trentaine - mais parmi les gens dont John Laurinaitis a signé le contrat, la liste est vraiment courte.

 

 

COO à l'écran ou pas, fais attention à ce que tu vas dire Hunter. Hors kayfabe, je te rappelle que je suis ton supérieur hiérarchique.

 

 

Avant de regarder en détail les résultats de la politique de recrutement dirigée par Johnny Ace, faisons une comparaison rapide avec les contrats de développement que Jim Ross a signés rien que pour l'année 2002 - qui était, certes, une année exceptionnelle. Randy Orton, John Cena et Brock Lesnar intégraient cette année-là les territoires de développement avant de connaitre les destins qu'on connaît et de rapporter des millions de dollars à la WWE et/ou à l'UFC.

 

Depuis sept ans, seuls six porteurs du titre suprême sont des catcheurs dont le premier contrat à en-tête de la WWE a été signé par John Laurinaitis et parmi eux, la plupart furent des champions de transition : C.M. Punk, Jack Swagger, Sheamus, The Great Khali, The Miz et Dolph Ziggler.

 

 

Mesdames et messieurs : le premier champion du monde de l'histoire de la WWE recruté par John Laurinaitis. Vous comprenez mieux maintenant pourquoi il est tant détesté ?

 

 

Si je porte un regard pessimiste sur ce bilan, actuellement, seuls deux  de ces types me semblent en mesure de devenir des top-guys, de réelles mégastars de la trempe d'un John Cena ou d'un Randy Orton, capables de porter toute une fédération sur leurs épaules. D'ailleurs C.M Punk vient, à mon avis, juste de passer ce cap ces derniers mois. Et comble du comble, ces deux gars, Sheamus et C.M Punk, sont les deux seuls de cette liste à avoir fait leurs classes ailleurs (à la ROH et dans les territoires britanniques) avant d'intégrer le système de développement de la WWE. Difficile de faire plus sévère comme constat d'échec.

 

Si je m'acharne à porter un regard un peu plus optimiste et clément pour l'action de John Laurinaitis, je peux incorporer à la liste :

 

- The Miz, même si je persiste à penser qu'on ne peut pas être le top-guy d'une compagnie quand on est plus à l'aise sur le plateau d'un Late Night Show humoristique que dans un ring.

 

- deux autres catcheurs pas encore champions du monde mais avec un énorme potentiel : Wade Barrett et Alberto Del Rio qui sont, encore une fois, des pièces rapportées de fédérations externes.

 

 

Si la WWE n'est pas capable de fabriquer des superstars et doit importer des talents, à quoi sert leur territoire de développement ?

 

 

Même avec tout l'optimisme du monde, il n'y a dans cette liste aucune star que la WWE a créée : il y une star de la télé-réalité que la WWE a recyclée, des espoirs prometteurs de fédérations britanniques qu'elle a aidé à construire, une star mexicaine et une star de la scène indépendante US à qui elle a permis de trouver un nouveau public. Mais c'est tout.

 

On est très loin d'un Jim Ross qui, c'est lui qui le raconte, en 2002, est entré dans le bureau de Vince McMahon avec le contrat de développement de John Cena en lui disant : « Tiens, je t'ai trouvé un main-eventer pour ton Wrestlemania de dans cinq ans. ». L'anecdote est probablement embellie avec le temps quand JR la raconte dans un DVD consacré à Cena. Mais elle traduit son état d'esprit : signer des talents, croire en eux depuis le début et les soutenir, quitte à s'opposer parfois à d'autres gens au sein de la compagnie, ce qui n'a jamais été le cas de John Laurinaitis et lui vaut de la part de CM Punk ce sobriquet de Yes Man - d'ailleurs pour les détails sur les embûches de la carrière de CM Punk à la WWE et le peu de soutien qu'il a reçu à ses débuts, je vous conseille ces trois lectures en anglais chez Dave Lagana.

 

 

John, je vais te donner un vieux truc de vétéran. Tu vas voir, c'est nickel et ça marche toujours. Tire sur mon doigt.

 

 

Voilà, avant de vous laisser juge de la personnalité, de la carrière et du bilan de John Laurinaitis, juste une information quand même : en 2005, il a signé un talent, assez peu connu, qui allait devenir champion du monde de sa fédération à plusieurs reprises, qui a le potentiel pour la porter sur ses épaules et qui s'en sort plutôt pas mal - du moins du mieux qu'il peut dans la situation qui lui est donnée. Laurinaitis a donc, contrairement à tout ce que j'ai dit auparavavant réussi à créer une star en ne partant de rien, ou presque, mais bien malgré lui puisque c'est lui-même qui a aussi signé la lettre de licenciement de Mr Kennedy qui allait réussir à la TNA sous le nom de Mr Anderson.

Quelques mois plus tard....

"Depuis sept ans, seuls six porteurs du titre suprême sont des catcheurs dont le premier contrat à en-tête de la WWE a été signé par John Laurinaitis et parmi eux, la plupart furent des champions de transition : C.M. Punk, Jack Swagger, Sheamus, The Great Khali, The Miz et Dolph Ziggler."

Des main-eventers et des up carders en pagaille !!! C'est loin d'être ridicule. L'article date d'août or ces mêmes catcheurs n'ont pas fait des progrès si énormes que ça.
Cependant très bon article, j'ignorais que Ace était 1/ vraiment DRH et 2/depuis si longtemps !

Ca c'est du déterrage d'article!

Tu t'es relu tous les articles depuis l'an 0 des CDC, ou t'es arrivé là par hasard?

Kikidonc ?

Merci pour ce papier, que je lis un peu tardivement mais dans le rythme de mon visionnage/rattrapage d'épisodes de la WWE. Je ne connaissait absolument pas ce mec, peut être avais-je lu son nom à l'occasion, avant qu'il ne soit impliqué dans la rivalité "CM Punk quitte la WWE", c'est donc une véritable tête pensante de la compagnie mise, au moins temporairement, sous le feu des projecteur, et pas un acteur ou autre personnage purement kayfabe comme on peut en voir régulièrement.
.
Ton constat est sévère. Mon côté avocat du diable m'incitait initialement à essayer de défendre le gars John, mais je suis carrément dépassé par cet obscur destin tout droit venu de la 4ème dimension. Tu n'as vraiment pas l'air de l'aimer avec un tel portrait de catcheur second couteau ayant eut toute sa vie le cul bordée de nouille et profitant d'être au bon endroit, au bon moment, et de connaitre les bonnes personnes, pour se faire une certaine carrière dans le catch, bien que ponctuée par de véritables flops. Pourtant, s'il a réussit à mener sa barque avec un tel succès final -devenir un des personnages clefs du catch made in WWE-, c'est qu'il doit bien avoir certaines qualités quand même ? Sans faire du Silvernightisme, je pense que Vince McMahon est un homme qui a su mener son business, au point de le révolutionner, et qu'il doit savoir s'entourer, notamment en embauchant ce Lauritainis, catcheur principalement hors des USA, et cadre de l'entreprise rivale...
.
Les promos de CM Punk ne sont quand même pas du shoot intégral quand il attaque l'ex- président sur le fait qu'il s'entoure de crétins qui ne savent que dire oui ? Surtout que les propos sont repris ensuite par Cena, le mec gentil avec tout le monde, ou par HHH, poussant, alors que la rivalité est ambiguë sur le positionnement des trois catcheurs, Laurinaitis dans le rôle explicite du mauvais gars incompétent et has been que tous s'accordent à critiquer.
.
Parce que, si je reprend le lieu commun consistant à affirmer que dans la vie réelle, le face et le heel sont super potes et qu'il s'agit même en général d'un gros plus pour qu'ils fassent bien leur boulot, je ne peux pas croire qu'un mec qui obtient un tel consensus négatif dans le cadre d'une rivalité majeure de ces dernières années puisse être réellement un mec détesté, jalousé, envié et conspué par le roster et les cadre de la compagnie ? Qui aime bien châtie bien, n'est ce pas ?
.
Je revient à Punk et au "palmarès" de Lauritainis comme découvreur de talents. Ta démonstration est bonne quand tu dis qu'il n'a pas découvert mais seulement recruté des espoirs déjà esquissés au sein d'autres fédérations. Pourrais tu étoffer ta liste de recrues détectées par Jim Ross et devenues par la suite de pure star de la WWE ? Orton, Cena, Lesnar, ce sont de très gros noms, je suis juste curieux d'en entendre d'autres pour mieux saisir l'étendue des succès de JR. En fait, tu évoques une "bonne trentaine de noms de champions", moins 7 détectés par Laurinaitis. Est ce que les 23 autres sont du made in Jim Ross ?
.
Ok, Le gros Khali, c'est un échec cinglant, même la honte pour son découvreur quand on voit la dévaluation extraordinaire qu'il a subit depuis son push initial, alors qu'il a un physique monstrueux, qu'il est un symbole pour un marché potentiellement porteur et n'a pas fait d'infidélités à la compagnie. Les autres noms sont plutôt honorables quand même, si ce n'est emballant... J'aime pas trop Miz mais il rencontre un certain succès, Swagger fait du yoyo dans la carte, mais il est capable de faire de belles choses plus tard, Dolph est un jeune qui arrive à maturité et ne fait que monter depuis deux ans, Sheamus est en train de scier de plus en plus de monde par l'éclatante confirmation de ses qualités d'upcarder depuis l'automne dernier, quand à CM Punk...
.
Je finit donc avec ce cher CM Punk, visiblement au centre de toutes les discussions depuis deux mois. La réponse se trouve peut être dans ton dernier lien. Il est tard, j'ai débranché la fonction "lecture anglaise" de mon cerveau, et à l'issue de la lecture de ton papier, je me demande donc pourquoi la première salve tirée (pure kayfabe ou promo shot ?) contre Lauritainis l'a été par CM Punk, donc l'un des seuls mecs issu de son pool de talents ?
.
Ok j'ai trouvé des bouts de réponses sympa en lisant une partie des commentaires, merci.

Developpement

Johnny Ace voilà le seul transfuge de la WCW à avoir mené sa barque à la WWE (avec Rey Rey)... ou le principe de Peter appliqué à la WWE.

Je partage depuis longtemps ton avis sur les fédés de développement même si tu forces le trait pour 2002 (Brock Lesnar est arrivé bien avant Cena et Orton à la OVW en 2000 avec son pote de chambrée Shelton), Johnny Ace n'est pas non plus responsable de la signature de Batista.

La FCW demeure un problème pour la WWE et son renouvellement: les lutteurs qui y percent sont ayant un bon background indy us ou étranger.

Après, je vais me faire l'avocat du diable en ce qui concerne le comparatif JR/Johnny Ace: le contexte n'est pas le même en 2002 et en 2011, 2002 c'est l'année de l'apogée catchesque avant le déclin (Hogan vs Rocky) dû à la multiplication de l'offre du cable, de l'envolée du MMA, de l'explosion d'internet et du streaming.. Johnny Ace n'a donc pas la tâche facile avec un public de plus en plus difficile et versatile.

Mais sinon...

Il a été viré ou pas, comme on a pu le lire dans certaines news ? Il y avait un moment où tous les nouveaux catcheurs issus de la OVW/FCW semblaient être des clones de Randy Cena, WASPS, bodybuildés, en slips et avec un moveset de 4 prises. Mais depuis quelques années il y a quand même un effort de diversité, on voit des physiques différents percer (Kendrick puis Bourne, Punk, Bryan, ou même Husky Harris et Brodus Clay pour aller à l'extrême) des mecs qui viennent de l'étranger (Barrett, McIntyre, Sheamus, Sin Cara...). Est-ce que ce changement de politique est dû à l'influence grandissante du vieux Hunter ? Si oui il sert à quoi Johnny maintenant ?

Fumisterie?

Je vais réagir très vigoureusement à cet article, certains vont dire "comme d'habitude, Tsurugimi monte sur ses grands chevaux", mais la c'est différent, je remets en cause une partie du fond de l'article, et également les motivations de l'auteur.
- "deux five-star matchs décernés par Dave Meltzer, une récompense pour un match de l'année, voilà de quoi exciter le mark qui consulte Wikipedia et tous les fans de puroresu." Alors tout d'abord, merci de prendre les fans de puro pour des smarcks ne faisant que baver sur l'avis du tout puissant Meltzer. Mais la ou ça devient marrant, c'est que tu enchaines avec "En tag-team partner, le « Dr Death » Steve Williams, l'un des meilleurs et des plus stiffs catcheurs que les Etats-Unis aient jamais exporté dans l'archipel. Et en meilleurs ennemis : Misawa Mitsuharu et alternativement Kobashi Kenta et Akiyama Jun." , phrase qui résume maladroitement la carrière d'Ace au Japon et qui pour le coup donne vraiment l'impression de sortir de Wikipedia.
.
-"Pour conclure rapidement, Johnny Ace n'était dans le ring ni un catcheur qui a marqué l'histoire du business par son aptitude à porter un match sur ses épaules, ni un type dont le charisme lui permettait aisément de mettre le public dans sa poche, ni même simplement capable de prouesses au micro, ni même un excellent lutteur injustement sous-estimé."
Ace était charismatique. Il a réussit à se créer un personnage assez personnel au Japon, et a excellement réussit en tant que Gaijin heel, alors que la route semblait bouchée par les deux monstres que représentaient Williams et Hansen, Ace arrivait à laisser transpirer une aggressivité inouie pendant ses combat, il a été une figure marquante de la GRANDE AJPW des années 90, et tous les fans s'en rendaient compte à ce moment la.
.
"Et toutes les opportunités qu'il a eues avant son entrée à la WWF en 2001, il les doit au fait qu'on voulait aussi - et surtout - faire plaisir à son grand frère qui rejoignait la fédération où il allait évoluer."
Animal n'a jamais réelement été à la AJPW. Il a bien participé à quelques matchs dans la fed, mai c'était dans le cadre de tournées de la NWA. Or, la AJPW et la NWA se sont séparées en 89-90, et Johnny Ace n'est arrivé qu'après de manière permanente à la AJPW. Si Johnny avait voulu profiter de son frère, il serait resté à la NWA, ou il avait une réele influence.
.
Je veux bien qu'on critique Laurinaitis pour son rôle off-screen à la WWE (Même si tout le monde lui tombe dessus de manière systematique depuis que Punk a prononcé son nom, en même temps ça tombe bien, avant c'était la mode d'accuser les bookers anonymes), mais de la à exploiter contre-sens et racourcis pour minimiser l'impact qu'il a eu sur le catch en tant que performer in-ring, non.

Je ne cherche pas à minimiser l'impact de Johnny Ace le catcheur

Aucun problème à ce que tu réagisses vigoureusement et avec des points précis du texte, je sais reconnaître quand Trollugimi est de sortie ou pas.

- Sur le premier point, je vais te faire une confidence, j'ai pas toujours les meilleures formulations pour exprimer mes idées et donc forcément, elles peuvent pas forcément passer exactement comme je les pense.

Sur mon commentaire sur les marks qui consultent Wikipedia pour recenser les 5 stars et les fans de puro, no offense. C'était une petite pique destinée à deux types de personnes bien distinctes et je suis sûr que tu as compris que je considère pas plus que toi que Meltzer a la parole divine, absolue et définitive sur ce que je dois penser d'un match quel qu'il soit.

Après pour la phrase qu'on dirait sortie de Wikipédia, ben oui, ça arrive quand on fait deux fois cinq pages bien tassées pour le second article des CDCs en deux jours de faire un peu dans la facilité, surtout quand on s'adresse à des publics très hétérogènes qui vont des gens qui connaissent très bien l'histoire du catch à d'autres qui sont un peu plus débutants, de faire des raccourcis à vocation un peu pédagogique et pas toujours heureux niveau style.

- Pour le second point là, par contre, on va discuter un peu plus longtemps. Je ne cherche pas à miniser l'impact de Johnny Ace le catcheur comme je l'ai écrit en titre de ce commentaire mais parce que la citation que tu as extraite est à lire dans son contexte et je maintiens que ce que j'ai écrit.

Johnny Ace, aussi bon fut-il, n'est pas un catcheur de l'envergure des gens que la WWE a l'habitude d'employer backstage. Ce n'est pas un excellent lutteur injustement sous-estimé comme un Malenko ou un Finlay, ce n'est pas un énorme talker comme Dusty le fut et l'est encore, ce n'est pas un type qui en impose au niveau charisme par sa seule présence aux abords du ring comme le fut un Arn Anderson. En gros, ce n'est pas un type que les trois quarts du roster actuel de la WWE adulaient quand ils étaient plus jeunes. Il n'a pas le profil pour que sa parole soit naturellement entendue en dehors de sa position hiérarchique (à part pour les lutteurs qui sont fans de puro comme MVP qui sont de moins en moins nombreux à cause du système de recrutement qu'il contribue à maintenir en l'état) et c'est un prfoil étrange quand on considère les gens que la WWE recrute habituellement.

C'est sous cet angle-là que j'ai amené à dessein la présentation de sa carrière avec deux paragraphes et c'est avec cette idée en tête que je termine la partie consacrée à sa carrière, juste après la citation que tu fait.

Après, je ne nie aucunement le fait que Johnny Ace ait réussi à être over au Japon, qu'il avait tous les talents in-ring pour celà, y compris celui de se créer un personnage, ce qui est forcément plus difficile au Japon dans un pays où les codes culturels sont très différents de ceux des territoires occidentaux (USA, Mexique et Europe)

- Pour le dernier point, je t'accorde que Johnny n'a probablement pas directement profité de l'influence de son frère pour faire sa carrière au Japon. Mais il y a des points qui me semblent assez obscurs et sur lesquels si tu as des précisions, je suis preneur.

Là, par exemple (http://www.genickbruch.com/index.php?befehl=interviews&art=1&jahr=2003&i...) - dans le dernier quart de l'interview, Animal dit qu'il était au Japon et catchait en 93-94 alors qu'officiellement il était blessé (et touchait une prime d'assurance pour ça).

Là aussi (http://radio.thescore.com/episodes/road-warrior-animal-raw-mar-7-2011) à (34'30 - 36'37), Animal fait référence à un match qui s'est déroulé au Japon (Animal & Johnny Ace & le troisième frangin pour Giant Baba donc l'AJPW) qui n'apparaît pas dans les bios qu'on trouve habituellement sur le net.

Merci pour cette réponse

Merci pour cette réponse SAT.
Pour le "second point", je pense qu'être capable de faire crier 10000 spectateurs à l'étranger, tout en pratiquant du Strong Style, avoir été un spécialiste du catch tag team, vaut autant que d'avoir été un Malenko, certes extremement doué techniquement mais manquant de ce qu'on pourrait appeller le "X Factor". En tirant par les cheveux le problème, on peut se demander si quequ'un qui n'a jamais réussi à percer en Mainstream (Même si il était très bon à la ECW et dans son rôle de lowcarder à la WCW) a les qualités requises pour _justement_ mener des jeunes au succès dans une fed mainstream. On part sur un autre débat, étant donné qu'on est face à des conceptions différentes du catch.
-Concernant le "dernier point" je vois exactement de quel match tu parles, il doit s'agir du Animal/Hawk/Ace vs Kobashi/Akiyama/Shinzaki qui a eu lieu en 99 à la AJPW, et je crois pouvoir affirmer que c'est la seule fois que les Road Warriors sont passés chez Baba dans les années 90. Concernant son hyatus de 93-94, Animal a fait des apparitions à la WCW pendant cette période, tandis que Hawk était à la NJPW, teamant avec Kensuke Sasaki dans une sorte de remake des Road Warriors. Or la WCW et la NJPW étaient plus que partenaire à l'époque, je vois mal Animal catcher à la AJPW tout en apparaissant à la WCW.

Sur le "second point", on est

Sur le "second point", on est d'accord pour dire que Malenko avait autant de charisme in-ring que mon lavabo mais il n'empêche que c'est un des mecs que je mettrais dans ma liste des "Wrestler's Wrestlers", des catcheurs favoris des catcheurs eux-mêmes vu son style.

- Pour le tag-team match, a priori, ce n'est pas de ça que parle Animal.
Il parle d'un "Animal, Johnny Ace & Fury (le troisième frère de la famille Laurinaitis) vs Hawk, Kabuki, Muto" puisque la question porte sur un match où Hawk et Animal sont de deux côtés différents du ring.

Kabuki, Muto, c'est soit à la

Kabuki, Muto, c'est soit à la AJPW avant 90, soit à la NJPW après 90, mais je ne connais pas ce match.

je vois pas super le lien

entre sa carriére et le role de DRH. Un directeur des ressources humaines est la pour gérer quotidiennement, les ressources d'une entreprise, dans leur évolution, leur évaluation ou autre.

Il décide aussi des primes, des salaires.

Un DRH ne créé pas la carriére d'un employé, ne créé pas de stars mais les mets en condition pour.

Qu'il ait été doué en catch ou pas ne change rien en ses capacités de DRH. Il n'est pas conseiller pour les catcheurs il est directeur des ressources humaines.

Qu'en est il rééllement de ses qualités ? Etudes, réussites, formation référence ?

j'ai un DRH qui a jamais fait de finance de marché de sa vie. Il est pourtant trés bon trés compétent, trés respecté, même s'il connait rien au métier a la bourse et aux produits dérivés.

De plus le type est la depuis pas moins de dix ans. Et ton article a charge le descend totalement. Entre nous j'ai certains doutes que vince ait gardé un type incompétent pendant autant d'années. C'est le monde des affaires, tout petit peu plus sanglant que le catch.

Et je pense pas non plus qu'il ait pris tout seul dans son coin la décision de virer kennedy.

Dans les entreprises les DRH signe les papiers sur ordre du président?

Au final tu lui reproches quoi a ce type ? De pas être une star du catch ? Ben on s'en fout il est DRH.

Manager of talent relations n'est pas vraiment un DRH ordinaire

C'est probablement moi qui me suis mal exprimé (à dessein) en employant le mot DRH et en utilisant l'analogie avec le monde de l'entreprise mais je voulais éviter d'employer l'analogie sportive et utiliser le mot General manager qui prête à confusion avec le rôle in kayfabe qu'on voit au quotidien à l'écran.

Le boulot de Laurinaitis est un boulot de DRH d'une entreprise classique, mais c'est aussi vu la nature du métier des gens qu'ils dirigent, un boulot qui se rapprocherait de celui de manager de troupe de théâtre et aussi de Directeur sportif.

Il doit donc traiter avec tout un tas de spécificité du job qui n'existent pas dans le monde corporate classique tel que nous le connaissons toi et moi.

D'abord, des rivalités d'égo sans communes mesures avec celles qu'on peut trouver dans le monde de l'entreprise.

Certains catcheurs peuvent être de vrais divas hors du ring et avoir des comportements de rock star plus ou moins conciliables avec leur activité au quotidien (arriver au boulot plus ou moins bourré, défoncé, "à la Jeff Hardy" pour faire court, etc ...). Ce sont des choses qui ne se gèrent pas facilement et en général ne s'apprennent dans les centres de formation aux relations humaines.

Tous les catcheurs, dans un ring, sont des acteurs mais des acteurs spéciaux qui mettent en réalité et littéralement leur vie et leur carrière dans les mains du ou des types avec qui ils bossent ce soir-là. Un mauvais bump, un spot raté, ça peut faire mal, amener une blessure qui coute 6 mois ou un an d'une carrière pas forcément longue, voire même pire (il y a des gens qui finissent dans une chaise roulante, etc ...). On est donc vraiment dans les relations humaines au plus strict sens de ce terme.

Si un catcheur, dans un ring, exécute mal un mouvement et fait mal à son adversaire, il n'est pas question de s'arrêter en plein milieu pour en discuter. Celui qui a mal dit un mot rapide à l'autre et le match continue. Si l'autre n'en tient pas compte pour une raison ou une autre, c'est pas compliqué : la fois d'après, il s'en prend une pour de vrai. Celui qui a mal arrête de faire semblant de frapper et frappe "pour de vrai". Ce sont ces genres de conflits humains qui peuvent dégénérer backstage. Et je ne pense pas que dans ton entreprise il y ait souvent des bastons à la machine à café (ce qui peut arriver à la WWE, notamment quand le Big show n'apprécie pas que Khali fasse des atémis et considère qu'on lui vole un élément majeur de son moveset).

Tout ça pour dire que son poste à la WWE ne peut pas être occupé par quelqu'un qui n'a pas été catcheur parce qu'il y a énormément d'enjeux internes au business qu'on ne peut pas saisir si on ne les a pas vécu au quotidien auparavant. Et qui plus est un catcheur crédible (et John Laurinaitis l'est même si d'autres le sont sans doute plus). Parce que si Joe le Clodo fait des remarques à un type un peu doué mais qui a la grosse tête, il faut que ce type se rende bien compte que les conseils sont judicieux.

Pour répondre à ta question : qu'est ce que je lui reproche en vrai. Pas grand chose, hormis d'être la parfaite illustration dans le catch du Principe de Peter (http://fr.wikipedia.org/wiki/Principe_de_Peter) et que sa place à ce poste dans l'organigramme permettent à d'autres gens impliqués dans le business (j'expliquerais ça plus en détails dans ma réponse à Axl) de prendre des choix au détriment des talents de la compagnie.

Enfin je tiens à signaler que ce n'est pas un article à charge. Que j'ai écouté des tas d'interviews pour faire ce portrait. J'ai essayé de trouver des gens qui ne passaient pas leur temps à dire du mal de lui et j'en ai vraiment trouvé très peu (MVP est l'un d'entre eux, visiblement, ils partagent tous deux une passion pour le puro).

Citation...

Juste pour la citation du début de motorhead merci :-)

Sinon bon job, perso je croyais que c'était lui le road warrior!!!!alors que c'était son frére...

Passionnant mais...

... mais y a quelques trucs que je capte pas exactement ou que je veux contester (ben ouais sinon ça serait pas drôle).
1) Le rôle de JL, c'est de dénicher et de faire signer les talents les plus prometteurs. OK, ça j'ai bien capté. Mais il n'est pas chef booker! Donc peut-on lui reprocher l'insuccès partiel ou total de certaines de ses recrues? Si j'ai bien capté, lui, il trouve un gars talentueux et le fait signer; après, il incombe aux bookers de faire du gars en question une superstar. Donc à mon avis, on peut tenir rigueur à JL d'avoir laissé échapper des talents qu'il aurait dû attraper (d'ailleurs, j'aurais aimé voir une liste de mecs qu'il aurait à ton avis dû signer mais qu'il a laissé échapper: ça permettrait de mettre en évidence ses qualités et ses lacunes de recruteur, genre "ce gogol a fait signer les Dudebusters, Rosa Mendes et Tyler Reks, mais il a laissé filer les MCMG, Cheerleader Melissa et Samoa Joe"). Mais pas d'avoir fait signer des mecs qui n'ont pas percé: à mon avis toujours, Swagger ou Ziggler peuvent parfaitement percer au mégatop si on investit sérieusement sur eux (et j'imagine que des mecs comme Morrison ou Kingston, pour ne citer qu'eux, on les doit aussi à Johnny Ace).
.
2) Question liée à la précédente: j'ai toujours pas compris ce qui exactement vaut à Johnny le surnom de "Yes Man". A quels moments est-il consulté par Vince? Bref, quel est son rôle au jour le jour, au-delà du recrutement de catcheurs?
.
3) Il y a toute une partie de ton papier où tu sembles te désoler que le système de formation de la WWE ne suffise pas à remplir le roster, et qu'elle soit obligée d'aller puiser soit à l'étranger (Del Rio, Sin Cara, Sheamus, Barrett...) soit dans les indies (Punk, Bryan, Bourne...). Personnellement, je ne vois vraiment pas le problème. La WWE est la fédé de catch la plus riche et la plus puissante au monde, elle vise le marché mondial... pourquoi se priverait-elle de recruter des mecs super-talentueux qui évoluent dans d'autres fédés? Je dirais même que des recrutements comme le trio anglais Barrett-Sheamus-Drew ou celui de Del Rio doivent être salués comme des réussites de l'équipe chargée du recrutement et donc portés au crédit de Laurinaitis.
.
4) Très accessoirement, je pense que t'exagères un chouïa quand tu dis qu'avec le Miz, on a affaire à "une star de la télé-réalité que la WWE a recyclée". C'est pas Snooki, quoi. Le mec, après ses années de télé-réalité, a fait ses classes des années durant et a gravi lentement toutes les marches une à une, et si son passé de "star" de la real-TV a été mis en avant dans son gimmick, c'est pas plus du recyclage que le passé de lutteur amateur de Jack Swagger ou le passé de taulard de MVP...
.
En tout cas c'est super stimulant ce papier qui entrouvre les coulisses, d'où toutes mes questions!

Pour les points trois et quatre

Pour le Miz, je t'accorde toutes les remarques que tu veux, tu as plutôt raison. Mais bon, Le Miz n'a pas appris à faire une promo dans un territoire de développement de la WWE (OVW).

Et globalement, mon reproche sur la grande capacité de la WWE à recruter en externe est aussi une vraie queston sur la manière dont la WWE utilise son argent avec une fed de développement. Ce truc coûte énormément d'argent à la Fédération pour des résultats moyens (même si l'exemple des débuts de Sin Cara montre que ces feds sont importantes) mais il y aurait peut-être moyen pour la WWE de trouver, si elle s'oriente vers plus de recrutements de stars déjà formées (ce qui est une tendance à mettre au crédit de Laurinaitis) de mettre en place un truc qui soit plus économique et/ou basé sur des partenariats avec de grosses feds indé (genre ROH ou Shimmer), ça permettrait peut-être d'avoir d'aussi bons résultats en dépensant un peu moins (ou autant) tout en permettant aux business alternatifs et pas directement concurrentiels de se développer pour notre bonheur de fans à nous.

D'accord avec ça mais...

... mais ça sort assez nettement du domaine de compétences de JL, non, de passer des partenariats avec d'autres fédés? Après, es-tu sûr que la FCW coûte énormément d'argent à la WWE? Je crois avoir lu quelque part que les mecs et filles qui y émargent ont des salaires de base; après, certes, ça coûte de faire tourner cette boutique, mais c'est joué devant un (maigre) public, donc j'imagine que y a quelques rentrées aussi (et ça passe sur une chaîne aussi, non?). Et puis quand tu vois le nombre de mecs qui y sont passés, tu te dis que ça a quand même son utilité... A vue de nez, je me dis que l'idée de passer un partenariat avec les fédés indy est bonne, mais qu'elle devrait compléter la FCW, pas la remplacer.

OVW

Les salaires à la FCW sont des salaires de base pour la WWE mais des trucs très élevés pour un catcheur. Pour un catcheur indé débutant, un contrat de développement à la WWE c'est le jackpot et l'assurance de ne plus avoir à faire un ou deux boulots à côté.

Le système de l'OVW n'était pas mauvais, une grosse promotion indépendante régionale avec son roster propre et à côté (avec des rosters qui se mélangent et la possibilité pour les OVW trainees de décrocher un contrat WWE) des catcheurs en développement, ça permettait aux "étudiants" de se confronter à différents styles puisque l'OVW pouvait utiliser des talents indy qu'elle invitait.

La WWE a abandonné l'OVW en 2008 (pendant l'ère Laurinaitis donc) pour tout relocaliser en Floride où la FCW a un roster étanche.

Ceci dit, je crois que cette idée de coupler la WWE avec des fédés indé (qui fonctionnent maintenant de manière itinérante et plus locale) doit trainer quelque part sur un papier sur le bureau de HHH.

Celle là de réponse va être super longue en plus

Pour comprendre, au jour le jour, le rôle de Laurinaitis, il faut voir un peu comment fonctionne le booking/la préparation des matchs à la WWE.

Là dessus, les podcasts de Lagana donnent une bonne idée de comment ça se passait à son époque.

En fait tout se passe sur le trajet du show dans le jet privé de Vince.

VKM a défini des grands axes de booking pour la fédération et il a autour de lui : d'une part Kevin Dunn (qui notera tout ce qu'il y a à faire pour la mise en image côté télé), d'autre part, l'équipe Creative de Stephanie McMahon (qui apporte les scripts des shows, les résultats des matchs, les grandes lignes des histoires racontées dans le ring) et enfin l'équipe Talent de Laurinaitis (qui va elle s'occuper des détails des matchs, des spots majeurs, du finish et du détail du storytelling de chaque match).

Hormis, le côté télé, ce sont tous ces gens qui constituent ce qu'on appelle "Les Bookers" et JL en fait partie au même titre Steph (qui est la patronne des head bookers de chaque show) puisque c'est le boss des road agents qui réglent les matchs et que sa voix, comme la leur, comptent dans l'élaboration du show.

Pour vraiment toucher un peu plus le détail du truc, je te conseille de lire les articles de Lagana sur Punk que j'ai mis en lien dans l'article parce qu'on comprend mieux le rôle de chacun. Notamment quand il raconte comment et pourquoi Punk l'a engueulé "en tant qu'Head Booker" au téléphone sur un finish stupide qui le faisait passer en tant que champion de l'ECW pour un champion faible (et donc tout le show pour un show de merde). Lagana raconte exactement pourquoi le choix avait été fait (globalement Arn Anderson considérait que le public ne pouvait pas s'identifier dans un babyface dont le gimmick impliquait qu'il ne boive jamais) et à quel point Lagana lui savait que le finish était mauvais mais était impuissant à pouvoir le changer parce que ce genre de question n'était pas de son ressort.

Et le vrai reproche qu'on peut faire à Laurinaitis, c'est celui-là : de ne pas assez souvent, voire jamais, essayer de défendre les talents contre les rouages de la machinerie que constitue le booking de la WWE, d ene pas l'ouvrir pour dire "Là ça déconne et ça dévalorise les talents parce que vous pense que ceci ou celà ou parce que toi, le road agent tu veux placer ce type dont tu bookes tous les matchs en main event parce que tu es plus payé quant tu bookes un main event qu'un opener".

C'est pour ça que le terme "yes man" de CM Punk est particulièrement juste. Parce que Laurinaitis est ce genre de type et que la WWE l'a nommé à ce poste justement parce qu'elle savait qu'il était comme ça. Le jour même de sa nomination, Steph, dans un discours aux actionnaires, s'est félicité du changement en déclarant un truc du genre : "Nous allons enfin avoir un département talent qui ne s'opposera plus au département Creative". En gros, il n'est qu'un pion qui permet à Steph et à sa vision du business de s'imposer à toute la compagnie.

Ah ça, j'avais pas capté

"l'équipe Talent de Laurinaitis (qui va elle s'occuper des détails des matchs, des spots majeurs, du finish et du détail du storytelling de chaque match)." => OK, merci, ça m'avait échappé. Ca donne une autre envergure au mec, d'un coup... A ce propos - et même si ça mériterait peut-être un article séparé -, comment juges-tu l'efficacité de JL et de son équipe sur ce point-là? J'ai l'impression qu'il y a grosso modo deux écoles: la première insiste sur la cohérence psychologique globale propre aux combats de la WWE, qui sont très rarement des spotfests et qui sont construits de façon à raconter clairement une histoire, histoire qui s'inscrit souvent dans tout un récit courant sur plusieurs semaines, mois ou années et qui l'englobe. Bref, cette première école applaudit la WWE pour sa manière de booker ses matchs, et je suppose donc que ses tenants doivent apprécier ce que fait JL.
La deuxième tendance est celle qui souligne le fait que les matchs de la WWE se construisent généralement sur un même moule, qu'une importance exagérée est donnée au finisher de chacun, et que grosso modo on est très rarement surpris par le contenu in-ring, aussi bon soit-il. Et donc cette deuxième école a probablement des griefs à faire valoir à l'encontre de JL...
.
Bref, d'une, penses-tu que JL soit bon dans cet aspect-là de son taf? Et de deux, sais-tu comment cet aspect-là de son travail - donc vraiment l'organisation des matchs en tant que tels - est perçue par les catcheurs? Enfin, j'imagine qu'en bon "Yes Man", il ne doit pas seulement dire Yes à Vince mais aussi aux principales stars. Sans même parler de l'issue des matchs, je suppose que si un Orton ou un Cena lui dit "ouais, non, le coup du je suis à genoux et j'implore le Big Show de m'épargner, je refuse", alors JL va s'écraser... Y a des infos là-dessus? Et je vais lire les articles quotés, merci! Autant j'ai pas la force ou le temps d'écouter les podcasts, autant j'adore lire des papiers de ce genre.

Pour la première partie, je

Pour la première partie, je dirais que ce style est plus le style WWE que la marque propre de Laurinaitis.

Quant à la seconde, je crois que pour le booking des matchs importants, il y a d'autres gens qui ont le droit de prendre le jet privé de Vince.

Oulà, il ya pléthore de réponses à faire

Pour le premier point :

D'abord, juste un détail, John Morrison a été signé par Jim Ross en 1993 à la suite Tough Enough et non par Laurinaitis.

Sinon, je n'ai pas utilisé le procédé " Laurinaitis a signé Tyler Reks, les Dude busters, etc ..." mais il a raté "Samao Joe, Robert Roode, etc ..." (je prend à dessein ces exemples qu'on entend parfois) pour une raison assez simple. Il y a des catcheurs qui ne veulent pas signer à la WWE et/ou n'ont pas voulu signer à un moment malgré des propositions hyper intéressantes parce que ça ne correspondait pas à leurs plans de carrière ou personnels.

AJ Styles, par exemple, a décliné des offres pourtant très intéressantes de la WWE pour aller à la TNA et continuer à avoir une vie de famille et il n'est probablement pas le seul. Donc le procédé aussi efficace soit-il ne me semblait pas honnête avec Laurinaitis et puis j'ajoute aussi que certains choix de ne pas signer quelqu'un ne peuvent pas se comprendre sur le coup et être tout à fait justifiés sur le long terme. Le meilleur exemple est Nigel McGuinness/Desmond Wolfe à la TNA.

Ratés de recrutement de Johnny Ace

Ok, j'entends bien; n'empêche, toutes choses égales par ailleurs, est-ce qu'il y a un moyen de juger JL en tant que recruteur? Sait-on par exemple que, tel un formateur messin refusant le jeune Platini au début des années 1970 ou un de Saint-Etienne faisant fi d'un Pastore de 17 ans, il a refusé un candidat - donc vraiment un mec qui voulait venir à la WWE, pas juste un catcheur actif à la même époque - qui s'est révélé monstrueux (ou au moins très intéressant) par la suite?
(et sinon 1993 pour Morrison? 2003 plutôt, non? Ou alors ils l'ont chopé dans un gymnase chinois, remarque ça expliquerait bien des choses).

Hello, Charger comme ça ce

Hello,
Charger comme ça ce type sur la base qu'il n'a pas fait une grande carrière me paraît être un argument un poil léger.
Pourquoi devrait-on être bon dans une activité pour ensuite la gérer?
Nous avons là deux activités très différentes qui nécessitent des aptitudes particulières.
A titre de comparaison, un grand footballeur ne fera pas nécessairement un bon coach. En revanche, un joueur moyen peut se révéler un grand entraineur.
Tout ce qui concerne le fonctionnement interne mériterait une enquête appronfondie, chose impossible pour les CDC.
Pour se permettre de donner un avis sur son travail, il faudrait des témoignages, des preuves, des sources.
La seule chose que l'on peut vraiment apprécier, nous qui regardons tout ça de si loin, c'est effectivement son bilan "signatures". D'abord, aller chercher des talents ailleurs et ne pas compter que sur la formation me parait intelligent. D'autres expériences, d'autres techniques, d'autres visions du business, tout ça me parait bénéfique pour la WWE. Fonctionner en vase clos n'apporterait que des catcheurs stéréotypés.
Et j'ai un regard un peu plus optimiste sur les gens qui ont signés avec lui: C.M Punk, Sheamus, Sin Cara, Wade Barret, Daniel Bryan, Jack Swagger, The Miz, Dolph Ziggler; Excusez du peu! Je n'ai aucune idée sur son rôle dans la signature de ces gars, mais je lui accorde une augmentation s'il continue à me trouver des gars comme ça.

le problème des témoignages

Des témoignages, il ye n a plein le web et je me suis posé la question de les utiliser avant de rédiger l'article mais j'ai choisi de ne pas le faire pour plusieurs raisons :

- D'abord parce qu'il n'y a pas beaucoup de membres du roster de la WWE à qui l'on pose la question "Que pensez vous de John Laurinaitis" vu que c'est leur patron et supérieur direct et que donc s'ils en pensaient du mal, ils seraient bien emmerdés pour répondre. En plus la personnalité de Vince attire beaucoup plus ce genre de questions.

- ensuite parce que la majorité des catcheurs indés qui parlent de lui se basent sur une expérience assez simple : celle du dark match de test. Et que donc leurs rapports avec lui sont plutôt biaisiés puisque Laurinaitis joue avec eux le personnage du vétéran blasé qui dirait au rookie : "Voilà petit, t'as un match d'essai mais te crois pas arrivé, c'est que le début du chemin".

- enfin parce que les catcheurs qui ont été à la WWE mais n'y sont plus sont généralement dans la position du ressentiment vis à vis de lui vu que c'est lui qui les a appelé pour les virer.

Ceci dit, comme je l'ai déjà dit plus haut, MVP (qui a demandé à partir et ne rentre donc dans aucun cadre) a dit qu'il s'entendait très bien avec lui (http://blip.tv/iwantwrestling/mvp-podcast-part-one-5139289 ou là, je ne sais plus, désolé http://blip.tv/iwantwrestling/mvp-podcast-part-two-5148081)

Et les Generation Me (ou Young Bucks ex-TNA) disent chez Colt Cabana (http://tsmradio.com/coltcabana/2011/03/09/aow-33-generation-me/) un truc assez intéressant sur lui. Leur premier match à la WWE a été vraiment agréable au niveau de l'ambiance backstage vu que leur arrivée avait été annoncée à HBK par Marty Jannetty avec qui ils sont potes (et qui était plus ou moins leur entraineur). Shawn Michaels avait été cool avec eux et tout. Johnny Ace avait alors doublé leur salaire et s'était arrangé pour leur faire faire un second match le lendemain avant même qu'ils aient fait le premier.
Le lendemain aux enregistrements de Smackdown (où HBK n'était pas là) Johnny Ace leur est passé devant sans même leur dire bonjour.

Sinon, au niveau des autres témoignages intéressants (et à charge) tu trouveras ici celui de Jim Cornette (http://www.youtube.com/watch?v=HljqU9qIAQY) et quelque part vers la fin de cette émission (http://radio.thescore.com/episodes/august-12011-raw-radio) celui de Kevin Kelly.

Comme Exkiouzmi...

...je trouve que la faible carrière du gars n'est pas un argument...
Surtout que contrairement au road agent, lui il ne conseil pas les catcheurs, il est juste responsable de dénicher les futurs talent et de garder sous contrat les meilleurs pour le business.
Après tout JR n'a jamais été un grand catcheur non plus, pas plus qu'un Dave Meltzer dont le jugement fait presque loi...
Bref on peut juger le talent sans pour autant avoir fait une carrière dans le domaine...

Oui mais bof

D'accord pour dire qu'on peut juger le talent sans pour autant être catcheur, à 100% pour JR, un peu moins pour Dave Meltzer qui, comme tout critique (de film, de musique, de livres), peut avoir ses marottes (le MMA, le Puro) et ses têtes de turc (le style WWE).

Par contre, c'est ton "contrairement au Road Agent" qui me dérange ... Parce que comme je l'ai expliqué en détail en répondant au comm d'Axl, il a une influence sur leur boulot (en même temps, il est leur patron) et l'a été lui-même.

Comme beaucoup, je n'avais

Comme beaucoup, je n'avais pas conscience qu'il faisait partie de l'équipe chargé de mettre en place le contenu des matchs (après tout, généralement par chez nous, celui qui te fait signer ton contrat ou te signifie ton renvoi n'est que rarement un gars autant en prise avec ton boulot

Je suis d'accord sur le fait

Je suis d'accord sur le fait que sans une grande carrière, (proportions gardées à savoir ce qu'est ou non une "grande" carrière) et d'autant plus quand sa carrière c'est surtout faite à l'extérieur des US, des personnes aussi hautes placées doivent avoir du mal à se faire respectées et écoutées à la WWE.
Après le fait est qu'il n'a pas fait de grande découverte dans le sens où les catcheurs dont on parle avait déjà presque tous fait carrière avant. Quand à Sheamus et Sin Cara, c'est HHH qui les a ramené non?

Sheamus

Sheamus est un pur produit du système de développement de la WWE (détection dans un Dark Match à RAW lors d'une tournée UK, signature en 2006).

HHH a pesé (supposément selon ce qu'on trouve sur les sites de rumeurs) sur son push une fois ses débuts effectués en 2009 mais Triple H ne l'a pas "ramené" au sens où tu l'entends et comme Sin Cara.

Ace Crusher

Quand tu dis qu'il n'a rien apporté au business… Il a quand même créé (si je ne m'abuse) le Ace Crusher.
Qui, adapté par Orton (et il dit qu'il s'est inspiré de l'Ace Crusher, pas du Diamond Cutter), a donné le RKO, l'un des finishers les plus populaires qui soit.

Pour l'Ace Crusher,

C'est effectivement lui qui l'a créé.
Après savoir de qui Orton s'est inspiré pour faire son RKO, on ne peut pas vraiment dire. Randy a tout intérêt à dire à dire qu'il s'est inspiré de Johnny Ace (son patron) plutôt que de DDP (un type qui l'a popularisé dans une fédération concurrente et n'a jamais eu l'exposition qui lui aurait permis de percer à la WWF/WWE).

What's up?



31 janvier

Il était bien cool, ce Rumble, non? Venez dire dans les comms de la nalyse ce que vous en avez pensé, et n'oubliez pas que les vignettes attendent vos légendes sagaces ici.

Connexion utilisateur

Commentaires récents

Les Vignettes des Cahiers


Merde, j’ai toujours été nul au Puissance 4.


Retrouvez ici toutes nos vignettes !


Quotes of the Cahiers

"I'm gonna leave him in a pile of blood, and urine and vomit."
Brock Lesnar à propos de John Cena

"At 9 am Eastern time tomorrow, the WWE Network goes live. But the problem is you’re all gonna be so overwhelmed by the incredible content available, you won’t be able to turn it off. Adults will lose their jobs and kids will be expelled from schools for lack of attendance. In fact, you’re gonna be so mesmerized by the incredible content of the WWE Network that you won’t even have time to remove the garbage from your houses. Your places are gonna start to stink, rats will move in, and they’re gonna look like bigger pigsties than they already do. Ultimately, the government is gonna come along and condemn your homes and you will all be left homeless defending yourself on the street. Thank you very much."
Bad News Barrett

"He’s twisting him so much his twin brother is getting dizzy !"
JBL commentant un Giant Swing d'Antonio Cesaro sur l'un des frères Uso.

"I think I'm a little too old for you Jerry. I'm 26, I know you like them younger."
AJ Lee, à Raw, s'adressant à Jerry Lawler

"It looks like James Storm has had more partners than Taylor Swift lately, he should probably get tested"
Bad Influence

"Having watched that… I regret the doctors in Canada saving my life.”
Jerry Lawler, après le segment où Mae Young a accouché d'Hornswoggle.

"What's running through John Cena's mind? I don't give a crap what's running through his mind. What's more important is what's running down his leg."
Brock Lesnar

"Yes. Stop sending dumb tweets like this one. RT: @Kid_Antrim Any advice for me?"
Paul Heyman, sur Twitter

"With Kofi Kingston as the Intercontinental Champion, the bar has been lowered. And when the bar’s been lowered, mediocrity becomes acceptable. And when mediocrity becomes acceptable, society crumbles. And when society crumbles, civilization will end as we know it.”
Le Miz, Hell in a Cell

"Can you figure that? She's not able to get a date! I mean, even Natalya is able to get a date!"
Eve à propos de Layla

"I understand that you barbaric buffoons could easily eviscerate me and dispose of me like common trash. However, if you do so, I will not be a victim. I will be a martyr. A martyr for anyone who appreciates a sophisticated mind."
Damien Sandow, à DX.

"Apparently, giants can win the Super Bowl, but not matches at WrestleMania. You’re like ‘The Reverse Undertaker’. Who are you going to lose to this year? The boxer or the sumo wrestler?”"
Cody Rhodes au Big Show

"The Kliq is back, which is kind of ironic because "click" is the noise the audience's remote control makes every time Kevin Nash pops up on their TV screen."
CM Punk

"It's a conspiracy! C... O... N.... Spiracy!"
R-Truth

"I understand that... that Vince McMahon's gonna make money despite himself... he's a millionaire who should be a billionaire... you know why he's not a billionaire? It's because he surrounds himself with glad-handing nonsensical yes-men like John Laurinaitis, who's gonna tell him everything he wants to hear... and I'd like to think that maybe this company will be better after Vince McMahon is dead, but the fact is it's gonna get taken over by his idiotic daughter and his doofus son-in-law and the rest of his stupid family."
CM Punk

"These people are not Jimmies. They are the greatest fans in the world!"
John Cena, à R-Truth qui venait de qualifier le public de Raw de "Little Jimmies".

"Can you imagine if Sheamus wins this thing? I mean, the international ramifications, I mean the buyrate, I’m talking about the demographic change and everything? If Sheamus wins this match, it will be huge, not only for him but for the Smackdown brand."
Booker T., pendant un Title Match opposant le champion poids lourds Randy Orton à Sheamus.

"When I’m done with him, he’s gonna have barbecue sauce fueling out from his belly button like a geyser."
Michael Cole à propos de Jim Ross

"The WWE has gone from the powerful "Austin 3:16" to the dominant and iconic "can you smell what the Rock is cookin?"... all the way to "You can't see me"? You can't see me, what are you, playing peek-a-boo? Believe me, we all can see you. A blindfolded, sleeping, stuck in the basement Stevie Wonder can see your monkey ass. How in the hell do you think we can miss you come out here with your bright ass purple shirt, before that bright green shirt, bright orange shirt like a big fat bowl of Fruity Pebbles?"
The Rock à John Cena

"Jerry Lawler has forgotten more about wrestling than the Miz has ever known."
CM Punk

"If anyone says you can't do something, if anyone says you can't live your dream... Believe them, because you can't."
The Miz

"William Regal did the real work with this young man. Shawn Michaels took $3000 from him, that's all he ever did."
CM Punk à propos de la formation de Daniel Bryan

"I would RKO my own grandmother if it meant keeping this title. And then I'd RKO YOUR grandmother just to see the look on her face."
Randy Orton, à Sheamus

Virgil: - Ted, what are you going to do for protection?
Ted DiBiase, jetant un coup d'oeil à Maryse: - Go to the drugstore.

"Her teeth are going to be like the Ten Commendments after this match: all broken."
Alicia Fox, à propos d'Eve Torres

"Layla is not married. She deserves a good husband. I should marry her before she meets him."
Jerry Lawler

"If I suck, why would a Perry deli – the top Perry deli – name their top-selling sandwich after me? It's called the Swaggie. It smells like freedom."
Jack Swagger

"I realize how much of a starmaking performance I had in McGruber. The reviews have been off the charts. As a matter of fact, they are speaking of a possible early Oscar nomination."
Chris Jericho

"I'm sure your mom's uterus is awesome."
Vicki StElmo à Vladimir Kozlov

"If we were in your era, I'd put a Sharpshooter on you faster than you can put a pair of cheap sunglasses on an ugly kid."
The Miz, à Bret Hart.

"When I look at you I don't see fans. I don't even see people. I see money, money, money, money. Dollar signs, dollar signs, dollar signs, dollar signs. With some of you, a lot of dollar signs because I see a lot of fat people in the audience and I know you paid for two seats. Thank you very much!"
Batista à Raw.

"We are real women with the body that God created us with."
Mickie James, la femme aux implants mammaires en silicone qui explosent dans le ring.

Don Johnson: "This is a mistake!"
The Miz: "Mistake? No. Pink shirts and white suits, that is a mistake."

"One nation under Punk, undivisible, with integrity and sobriety for all!"
CM Punk

Michael Cole: "Our guest at ringside, Marisse. Welcome."
Maryse: "Oh my god, Michael Cole, you vintage nerd. You can't even say my name right. I should punish you and just give you my French kiss."

"If I see you in my match tonight, I'm gonna tear your intestins out and jump rope with it. And that's not all. I'm gonna take my two fingers, I'm gonna dig up your nosedrills and I'll rip your brain out. And I'm gonna put it in a newspaper and I'm gonna smash it against a window."
Mike Tyson à Hornswoggle

Ted DiBiase: "My movie, the Marine II, is superior to the original Marine."
Cody Rhodes: "Ted, my fifth grade graduation video is superior to the original Marine."

"I'm on Raw, you're on Smackdown... Long distance relationships don't work, Chris."
Big Show

Jerry Lawler, après une promo de Maryse où elle a qualifié Melina de "petite poupée": "Did she just say poupée? Do you know what that means in French?"
Michael Cole: "What?"
Jerry Lawler: "I... I can't say it!"

"I respect her. There are a lot of things that she does that I couldn't do, being the size that she is."
Michelle McCool à propos de Mickie James.

"We have MVP on the stage, and PMS in the ring."
Goldust, à propos des divas assemblées dans le ring pendant les Slammy Awards 2009.

"It was kind of like the 300 at the battle of Thermopylae, but with better abs".
John Morrison à propos de la fin de son match à Survivor Series, quand il s'est retrouvé à 1 contre 3.

"Hi, I'm John Morrison, and one time I drove my Lexus 700 miles on a tank full of my own urine."
John Morrison

"I always said if I could put my brain in Andrew’s body he’d be a 20-time world champ."
Edge à propos de Andrew "Test" Martin