Sondage

Cela fait maintenant un mois tout pile que Jinder Mahal est champion de la WWE. Selon vous::

Vive le Big Auch!

Where does a five-hundred-pound gorilla sit? Answer: Anywhere he wants to.

Mark Milton, Supreme Power

 

On l’a appris à Smackdown : l’adversaire du champion du monde Sheamus à Hell in a Cell sera le Big Show. Certains smarts indécrottables, tout à leur culte du catch technique et rapide, maudissent les cieux. Ils ont tort. Voilà pourquoi.

 

 

La tenue de camouflage du Big Show est beaucoup trop efficace : voilà dix ans que personne ne fait plus attention à lui.

 

 

Pourquoi il faut se féliciter du push du Big Show

 

 

Son absence inexpliquée m’avait fait enrager : après Summerslam, le 19 août, le Big Show avait brutalement disparu des écrans, sans que son nom soit mentionné à l’antenne une seule fois. Curieux traitement pour un homme qui, après tant de turns (l’incontournable Mat Sforcina, de 411Mania, en a décompté pas moins de vingt depuis le début de sa carrière, ce qui en fait le recordman absolu du genre à la WWE), était enfin devenu ce monster heel indestructible qu’il aurait dû incarner pendant toute sa carrière!

 

 

Avis de recherche : Paul, dont vous voyez ici la dernière photographie connue, a disparu depuis quarante jours. Si vous le voyez en train de fouiller dans une poubelle de votre jardin, prévenez le zoo.

 

 

Du haut de ses 2m15 et de ses 200 kilos, le titan contemple paisiblement ses congénères depuis maintenant une grosse quinzaine d’années. Etrangement, ce gabarit hors du commun, même dans le monde largement bigger than life de la WWE, n’a jamais suffi à en faire un main eventer sur la durée à Stamford, qu’il a rejointe en 1999 après avoir démarré quatre ans plus tôt à la WCW. S’il a tâté le sommet à plusieurs reprises, il en est toujours rapidement redescendu. Pourtant, le bonhomme possède tous les atouts qu’on peut attendre d’un tel mastodonte. Hormis Vader, il est plus mobile que tous les autres « super big men » de l’histoire de la fédération (dans sa catégorie de poids, celle des plus de 180 kilos, ils ne sont pas nombreux: André, King Kong Bundy, Earthquake, One Man Gang, Yokozuna, Mabel, Khali, Mark Henry, c'est tout, en attendant la signature de Latrell, "l'Obèse de Lyon"). Show est également un excellent parleur, doté d’une bonne élocution, d’une certaine facilité à trouver ses mots et d’un timing tout à fait correct pour la comédie comme pour les scènes de tension. Le bonhomme a certes connu quelques embrouilles backstage, mais pour autant qu’on sache, il est sympathique et respecté par ses pairs.

 

 

Comment ça, Josh? Les autres ont encore mis le feu à tes chaussures? Oh les vilains. En tout cas, je te prête une paire avec plaisir.

 

 

Et malgré cet amas d’atouts qui ressemble fort à une combinaison gagnante pour cartonner à la WWE, il a passé l’essentiel de sa carrière en midcard. Son palmarès en témoigne. Pour ne s’en tenir qu’à la WWE, il arbore trois titres de champion du monde (pour seulement 78 jours au total), un de champion ECW, un championnat US, un championnat Intercontinental, trois championnats Hardcore, et pas moins de huit runs de champion par équipes, obtenus avec l’Undertaker, Kane, Chris Jericho et le Miz. Et ses performances à Wrestlemania sont devenues un véritable sujet de plaisanterie, sur lequel a d’ailleurs été construite toute sa feud avec Cody Rhodes en début d’année. On le voit : aux yeux de Vince et de ses bookers, le grand Paul Wight est avant tout un phénomène de foire, un fidèle midcarder, un enforcer (il a joué ce rôle dans diverses stables au fil des années), un jobber to the stars, au mieux un champion intermédiaire de courte durée.

 

 

Voire de très courte durée.

 

 

Les raisons profondes de ce statut somme toute décevant eu égard à son potentiel restent à déterminer. Elles résident probablement dans un ensemble de facteurs : 1) une victoire sur un tel mastodonte permet d’asseoir la suprématie des main eventers, d’où ses fréquentes défaites des mains d’à peu près tous les champions du monde de la fédération pendant leur push; 2) l’homme, que l’on dit affable, se contente peut-être de ce rang sans nécessairement chercher à squatter les ceintures suprêmes; 3) il est parfait en tant que big man intimidant dans un groupe ou une équipe axée sur les titres tag team; et 4) étant donné ses mensurations, les bookers ont probablement hésité à le booker trop fort, de crainte de créer un monstre par trop invincible.

 

Quoi qu’il en soit, sa carrière laissait jusqu’ici un goût d’inachevé à ses fans, dont je suis. La dernière fois qu’il a réellement joué les premiers rôles à la fédération remonte au début des années 2000, quand il affrontait Angle et Lesnar pour le titre WWE. Depuis, il a passé l’essentiel de son temps en midcard, souvent utilisé dans des segments comiques plus ou moins réussis.

 

 

- Je peux le tuer, monsieur McMahon?

- Non Paul.

- Je peux le balancer dans le public au moins?

- Non Paul.

- Je peux même pas le dénoncer à la police pour les avances qu’il a faites à deux gamins du premier rang?

- Surtout pas, Paul.

- Pfiouuu... Je respire à fond, je reste zen.

 

 

Toutes ces années à regarder des hommes physiquement inférieurs lui passer devant devaient nécessairement, au moins in kayfabe, susciter sa rage. Dès lors, son dernier heel turn en date, consécutif à son renvoi par John Laurinaitis le 14 mai dernier, était tout à fait cohérent. Il en avait marre de ne pas être suffisamment respecté, de ne pas avoir le spotlight, de ne pas avoir les titres les plus prestigieux, lui qui était capable d’étaler n’importe quel membre du roster avec une main dans le dos. Lui qui avait perdu de façon scandaleuse, et en 45 secondes, un titre de champion du monde acquis de haute lutte contre Mark Henry (pour mémoire, Bryan avait cashé sa mallette sur un Show complètement KO, alors que l’arbitre aurait dû vérifier que Show était en état de combattre avant de faire démarrer le match). Lui qui possède la prise de finition suprême de la WWE — alors qu’on a vu des catcheurs se relever d’un Attitude Adjustment, d’un RKO, d’un GTS, d’un Pedigree, d’un World’s Strongest Slam et de toutes les autres prises, Tombstone compris, personne ne s’est jamais dégagé d’un Knockout Punch, également connu sous le nom éloquent de « Weapon of Mass Destruction ».

 

 

Hey salut beau gosse, tu viens danser le funk avec moi?

 

 

Non.

 

 

Tain, Naomi et Ariane m’avaient bien dit que mes techniques de drague étaient trop directes.

 

 

La rage du Big Show était crédible, et le danger qu’il représentait tout à fait réel. Seul problème, majeur : quelques mois plus tôt, la WWE nous avait servi exactement la même histoire avec Mark Henry. Comme le plus grand athlète du monde, l’homme le plus fort du monde s’était rebiffé après quinze ans de bons et loyaux services, pour nous offrir un run de champion monster heel très réussi à l’automne 2011. Et un an plus tôt, on avait vécu peu ou prou la même storyline avec Kane. Eh oui, la WWE s’est rendu compte qu’elle n’exploitait pas assez ses géants, du coup elle emploie la même ficelle trois ans de suite, vite, avant que ces vaillants quadras ne raccrochent pour de bon leur juste-au-corps.

 

 

- JE SUIS LE GEANT DELAISSÉ DEPUIS QUINZE ANS!

- Non, JE SUIS LE GEANT DELAISSÉ DEPUIS QUINZE ANS!

 

 

C’est peut-être à cause de cette ressemblance trop marquée avec les runs de Kane et Henry que Show n’a pas réellement décollé cet été, malgré sa détermination nouvelle. Peut-être aussi que le contexte ne s’y prêtait pas : à Raw, la ceinture était solidement arrimée aux hanches maigrichonnes de CM Punk, et John Cena rodait comme toujours aux alentours. Comme Kane et Henry en leur temps, c’est donc vers Smackdown et sa ceinture de champion poids lourds que le géant a été envoyé cette semaine, après un retour effectué à Raw sous la forme d’un run in destructeur dans le match de majorettes que se livraient Tensai et Brodus Clay.

 

Et quel retour! Randy Orton a certes perdu de sa superbe depuis sa suspension, mais il demeure dans l’esprit du grand public le Face numéro deux de la WWE, surtout maintenant que CM Punk est retourné du côté obscur. Mais dans ce match de First Contenders, la Vipère, amoindrie il est vrai par une attaque préalable d’Alberto Del Rio, n’a pas pesé lourd. Un Big Show tout aussi vindicatif qu’avant son absence lui a roulé dessus et l’a pinné au milieu du ring, 1, 2, 3, après un Chokeslam tonitruant, auquel il ajouta une fois le match gagné un WMD pour faire bonne mesure.

 

 

Dégage de mon chemin, sale jobber!

 

 

C’est donc un monstre ultra-dominant et ultra-motivé qui se dresse désormais sur la route du champion Sheamus, et c’est la meilleure nouvelle possible pour la Title Picture côté Smackdown, et même pour l’albinos en chef.

 

Sheamus appartient à cette catégorie de catcheurs grands et costauds qui regardent de haut 95% du roster. Culminant à un peu moins de deux mètres et 120 kilos, il émarge au sein de ce groupe de big men où l’on retrouve également Triple H, Wade Barrett et autres Mason Ryan. Les gars plus balèzes ne sont pas nombreux : Khali, Kane, Jackson, Tensai, Clay, Henry, et donc Big Show. Depuis le début de son règne de champion du monde face (lors de ses deux premiers runs de champion du monde, il était heel), Sheamus n’a affronté que des hommes moins impressionnants physiquement que lui : Bryan, Jericho, Orton, Del Rio, Ziggler... Au prochain pay-per-view, pour la première fois, il fera face à un type qui le surpasse d’une bonne tête et de soixante-dix kilos. Or un combat contre un gars bien plus énorme que le champion est un rite de passage obligé pour tout top face qui se respecte. C’est une chose de vaincre des mecs moins imposants que toi, mais c’est en quelque sorte logique. Quand une armoire à glace comme Sheamus fait face à Ziggler ou Del Rio, qui ne sont certes pas des brindilles, mais dont le gabarit est quand même dans la moyenne (haute) de l’humanité, le spectateur le considère assez logiquement comme le favori. C’est à l’adversaire de trouver un moyen d’éviter un bras de fer physique qui tournera forcément à l’avantage de l’éleveur de moutons.

 

 

- Sheamus m’a tapé!

- Moi aussi!

- Et moi aussi! Il arrête pas de nous taper!

- Bon, bon, compris, je libère le Big Show de sa cave.

 

 

Mais cette fois, il y a en face de lui un putain de freak. Sheamus n’a aucune chance de le battre dans un concours de force. Il lui faudra puiser dans toutes ses ressources — courage, ingéniosité, voire vice — pour en venir à bout. S’il est victorieux, le champion en retirera une gloire nouvelle. Le public saura alors qu’il a affaire au « total package » : un gars capable de l’emporter non seulement contre des types techniques et rapides, mais aussi contre un titan sorti tout droit d’une bédé ou d’un jeu vidéo. S’il gagne, Sheamus aura définitivement assis son statut de grand champion de la WWE. D’autant que le combat ne prévoit aucune échappatoire. C’est Hell in a Cell, rien de moins! Ici, pas d’entourloupe possible. C’est Fight Club, contre la bête absolue. Un triomphe le 28 octobre prochain offrira à l’Irlandais son véritable bâton de maréchal, tant le new and improved Big Show constitue une menace extravagante. Une fois le monstre vaincu, un Sheamus champion du monde depuis sept mois apparaîtra comme la grande force dominante de la WWE — puisque l’autre champion du monde longue durée, Punk, évolue dans la catégorie des poids moyens grugeurs, et que l’inamovible Cena n’a plus touché à un titre depuis maintenant un an.

 

L’autre terme de l’alternative, c’est une victoire du Big Show. Peu probable, car la WWE aime protéger ses top face, et il est paradoxalement plus difficile de protéger un champion dans un HIAC que dans un autre match, où diverses stipulations permettent d’adoucir l’empreinte d’une défaite. Cela dit, s’il est compliqué de gruger dans un Hell in a Cell, ce n’est pas impossible. L’année dernière, Del Rio s’était servi d’une barre de fer transmise par Rodriguez pour estourbir Punk et Cena, par exemple. Show, qui a priori n’a pas d’allié pour lui refiler un gourdin en douce, peut parfaitement mettre un bon vieux coup dans les burnes dans les couilles de Sheamus avant de l’abattre d’un WMD. Et ferait un champion plus qu’acceptable à mes yeux : un tel mammouth, qui plus est enragé et prêt à employer les pires moyens pour parvenir à ses fins, apparaît comme un champion poids lourds on ne peut plus crédible. Et le Face qui finira par lui prendre la ceinture se parera immédiatement de la parure héroïque du tueur de dragons...

 

Enfin, s’il y a bien un bonhomme capable de dérouler à son corps défendant un tapis rouge à un cash-in de Dolph Ziggler, c’est bien Show. L’histoire s’écrit d’elle-même. Sheamus le vainc à HIAC, la cage se relève, le champion épuisé a à peine la force de lever la ceinture, il se retourne, blam, WMD. Show se barre, arrivée de Ziggler, l’arbitre relève Sheamus qui, en bonne tête de mule, se dit prêt à combattre, ZigZag, fermez le ban. Voilà un scénario tout à fait possible.

 

Le push du Big Show offre donc trois options parfaitement valables en vue de Hell in a Cell. Mais au-delà même de cet horizon, son retour en monster heel comporte d’innombrables possibilités. N’oublions pas que, in kayfabe, Laurinaitis lui a offert un contrat en or massif. Cela signifie que la WWE ne peut pas le virer, à moins de lui verser une somme monstrueuse. Il est perché, le Show, et peut donc faire tout ce qu’il veut (cf. ma quote d’entrée, issue de l’un des meilleurs comics américains des années 2000).

 

 

Ici, Mark Milton, aka Hyperion, l’équivalent de Superman, vient de cramer d’un rayon optique l’addition que lui présentait le serveur d’un café. Le serveur, pas fou, s’écrase, et Milton est content, il n’aura pas à payer son Perrier fraise. Lisez Supreme Power, c’est vraiment bien.

 

 

Personnellement, je pense que le meilleur booking à moyen terme serait le suivant : à l’issue de sa feud avec Sheamus, une fois le titre perdu de telle ou telle façon, on l’éloigne de la Title Picture, parce que faut bien faire de la place aux autres, et il s’allie à un autre big man vénère, Mark Henry. Voilà comment ça se passe concrètement : Show bat Sheamus à Hell in a Cell par quelque tricherie. Sheamus reprend son bien à Survivor Series, d’une façon qui fait enrager le colosse. Dans la foulée, Ziggler cashe sa mallette sur Sheamus, avec succès. Un Triple Threat Ziggler-Sheamus-Show à TLC voit la défaite du Show et donc son exclusion de la Title picture. Mais à ce moment-là, ça fait des mois qu’il squatte le main event, et même quand il perd, il est booké über-balaise. Il se promet donc de gagner enfin le Rumble, un combat taillé sur mesure pour lui mais qu’il n’a jamais remporté en neuf participations. Entre TLC et le Rumble il passe son temps à balancer tout le monde par-dessus la troisième corde, et clame sans cesse sa motivation. Au Rumble, quand il arrive enfin dans le ring, ses adversaires lui réservent le fameux « traitement Mohammed Hassan » : tout le monde, heels comme faces, se jette sur lui, et il est éliminé. Peu avant, ou peu après, Mark Henry, qui lui aussi promettait de gagner le Rumble, subit le même sort. Furieux, les deux colosses se rapprochent.

 

Au départ, ils font alliance dans un but ultra ambitieux : conquérir respectivement les titres de champion poids lourds et de champion WWE! Ben ouais, c’est eux le plus grand et le plus fort, y a pas de raison. La WWE est une jungle, et la loi de celle-ci doit s’y appliquer, à grands coups de tatane dans la gueule. Finalement, après une confrontation avec Hell No (ou qui que soient les champions tag team à ce moment-là), Show et Henry obliquent vers les titres par équipes, et forment un duo longue durée qui sèmera la terreur et la désolation dans cette division désormais bien fournie.

 

 

- Tu préfères quoi, Mark? Te fader des matchs d’une demi-heure contre Punk ou Cena, ou squasher les Uso en trente secondes une fois de temps en temps?

- Je crois que je devine où tu veux en venir...

 

 

Il peut sembler paradoxal qu’après avoir longuement chanté les louages d’un Big Show en piste pour un titre de champion du monde, j’appelle de mes vœux un retour en tag team; mais n’oublions pas que le bonhomme a 41 ans et, à ce niveau de poids, il ne faut pas s’attendre à ce qu’il continue de nous régaler pendant encore des lustres. Je voudrais donc qu’il brille de mille feux une dernière fois au sommet de la montagne, avant d’emmener son aura de monstre avec lui vers la division tag team, à laquelle sa présence apportera forcément un surcroît de prestige. Cet homme est un main eventer naturel, mais il est sans doute trop tard pour l’installer durablement au sommet. Offrons-lui un run au top, puis capitalisons dessus pour relancer définitivement la division tag team renaissante, c’est pas une bonne idée, ça? Hein?

 

 

Voilà, en fait je voulais juste dire ça.

"Le bonhomme a certes connu

"Le bonhomme a certes connu quelques embrouilles backstage, mais pour autant qu’on sache, il est sympathique et respecté par ses pairs."

intriguant... peux-tu éclairer ma lanterne sur ces supposées embrouilles backstage?

Je pensais principalement à deux histoires assez connues

Mais y en a peut-être d'autres. Ces mecs passent leur vie à voyager dans le monde entier en compagnie de leurs potes, ils ont un métier qui les pousse à l'extravagance, pas étonnant qu'en près de vingt ans de carrière même un type apparemment placide comme Show ait pu déconner une fois ou deux.
Première histoire: il était bourré et a montré sa bite à une femme de chambre (insert DSK joke here): http://www.thesmokinggun.com/mugshots/celebrity/sports/big-show Du coup il avait été brièvement coffré. Ca remonte à avant son arrivée à la WWE, il était jeune et fougueux.
.
Deuxième histoire: il s'est embrouillé avec Khali backstage et ils ont échangé des coups. La grosse téhon c'est qu'apparemment Khali aurait eu le dessus. http://www.thesmokinggun.com/mugshots/celebrity/sports/big-show

j'ignorais ces histoires.

j'ignorais ces histoires. Merci pour l'info. En revanche tu m'as mis 2 fois le même lien :)

Je suis à la masse

Mouais

Tout ceci est fort bien argumenté et plutôt intéressant, mais t'arrives quand même en début d'articles à regretter que le Big Show soit, de par son gabarit, systématiquement utilisé pour mettre en avant les autres, pour finalement prôner cette possibilité dans son match contre Sheamus (qui pour moi ne devrait pas avoir lieu en cage, on verra ça)
Mais la principale chose que tu oublies, tout à tes belles théories de storytellings sur plusieurs mois, c'est l'essentiel : arriver pour la WWE, à défaut de remonter les ratings de Raw, à proposer les cartes de PPV le plus attractives possible en fonction du roster présent à ce moment là. La TNA le réussit admirablement depuis 6 mois, et la WWE s'en éloigne un peu plus, toute affairée qu'elle st à considérer les PPV comme des shows comme les autres, qui ne sont qu'une composante du spectacle. Sauf que merde, c'est pas des shows comme les autres. Premièrement ils sont vendus une quarantaine de dollars (je vous laisse rire en imaginant le prix d'un DVD lambda comparé à ça), deuxièmement c'est là que doivent se résoudre les storylines, et on doit donc en arriver à booker les deux adversaires de façon à ce qu'un certain suspense se dégage, bordel : quand je vois le traitement de la rivalité Sheamus/Del Rio c'est à hurler tellement on s'est foiré de ce côté là. Qui avait vraiment envie de voir un match comme ça donc le vainqueur était déja connu à l'avance ? Qui avait envie de voir un troisième match entre les deux alors que les deux premiers avaient été plutôt médiocres ?
J'en arrive au noeud du problème : qui, en 2012, a envie de payer 40 $ pour voir le Big Show dans un match de main-event, et a fortiori comme champion ? Parce que moi des matchs du Big Show j'en ai vu plein, et au mieux j'ai trouvé ça médiocre. Alors on pourra toujours arguer qu'on l'a bien booké à certains moments ce qui apportait une valeur ajoutée au match, sauf que la base du catch c'est le ring : tout ce qui est fait pendant les innombrables heures de programmations conflue normalement vers un match qui doit être le meilleur possible, le reste n'est qu'accessoire. Et le Big Show, de par son gabarit, n'a que très rarement livré des matchs qu'on prendra plaisir à revoir d'ici 5 ou 10 ans, d'où pour moi son cantonnement au midcard. Toujours dans l'optique de vouloir présenter aux fans la meilleure carte de Pay Per View, le choix des bookers d'avoir privilégié le Big Show par rapport à Barrett me laisse vraiment perplexe : alors ouais le tour de l'Anglais viendra sans doute, mais est ce qu'on prend pas les spectateurs pour des jambons en leur offrant ce genre de programme "de transition" dans un truc qu'on vend aussi cher et qui est supposé être aussi important ?
Sinon, ton truc sur Ziggler qui cashe la malette sur un Sheamus assommé par le Big Show me fait penser à quelque chose... Ah oui c'est ça, c'est le récit exact des trois quarts des cash-in depuis le lancement du concept du Money in the Bank. C'est marrant comme un truc qui existe depuis 7 ans seulement peut devenir aussi vite éculé, à force de charger la mule en ayant trop de vainqueurs de la mallette sur une période trop faible... Et il va sans dire que l'hypothèse du Henry/Show en tag team ou champions du monde me fait trembler de peur, but you already know that ;-)

Bof

Moi j'ai envie de voir Show champion en ppv. Les gens achètent les ppv pour voir les résolutions de belles histoires, s'ils voulaient du workrate ils achèteraient les ippv de la ROH (ce que je te conseille de faire d'ailleurs, même s'ils ont eu des problèmes techniques récemment). Autant dire qu'un Show bien booké peut parfaitement contribuer à une bonne card de PPV.
.
Je ne vois pas de contradiction entre le fait de déplorer que Show ait surtout servi de marche-pied à des main eventers et de proposer de le faire jobber pour Sheamus. Déjà je rappelle que je veux qu'il gagne le titre à HIAC, puis le perde. Donc c'est un jobbage relatif. Ensuite, je dis aussi dans le papier qu'à son âge il est trop tard pour l'installer dans le ME à long terme. D'où mon idée: le main eventeriser pour une courte durée, puis employer ce momentum au service du buildup du Rumble et de son rapprochement ultérieur avec Henry, pour une équipe qui aurait autant de gueule que Mysterio-Cara, mais dans un style légèrement différent. Une équipe Show-Henry te fait trembler de peur? Cool, c'est exactement le but! Faire trembler le monde de peur!
.
Quant au cashin que je propose pour Zizi, je ne prétends pas faire dans l'originalité. Mais si tu vois un autre moyen pour que Ziggler le heel, qui se bouffe une dizaine de Brogue Kicks par semaine depuis six mois, puisse casher avec succès sur Sheamus, ça m'intéresse!

convaincant.

oui, tu as raison. Mais comme moi, tu ne veux pas d'un run de champion du Big Show à la suite de Sheamus. Je ne suis pas fan du bonhomme, mais il faut dire qu'il fait un taf plutôt correct.

Ah non je suis pas comme toi :x

Jamais! En rien!
Moi je suis pour le PSG, déjà.
Bon, et de deux, comme écrit ci-dessus, je veux que Show ait un run de champion, même court, ça serait bien cool! Et puis on sait jamais, ça se trouve ça va prendre et il va rester champion plus longtemps que prévu, comme le Miz en son temps...

Superbe démonstration !

C'est limpide, clair, argumenté, précis et agréable à lire. Tu contournes l'obstacle qui m'emmerde chez Show, la difficulté à le faire perdre, en en faisant un avantage le transformant à 41 ans en bâton de maréchal du face, alors qu'il a du perdre contre des gars hyper improbables au cours de sa carrière. Mais c'est fait si habilement, qu'on arrive à y croire, gloire à toi !
.
.
.
.
.
.
Mais j'aime toujours pas Big Show.

Tu peux préciser?

Pas compris ta phrase du milieu en fait, j'ai beau la retourner, ça me donne mal à la tête! Du coup je vais demander au Big Show de venir chez toi te mettre un Knockout Punch.

Alors

C'est un poil embrouillé, je te le concède, mais moi personellement, j'aime bien le renouvellement dans les champions, et ça implique qu'un mec battu, sans devenir un baltringue complet, puisse perdre. Or avec le Big Show actuel, c'est chiant comme la mort pour le faire perdre, il faut lui péter les genoux, lui fracasser des chaises dans les dents en coulisse, et encore on est pas surs de gagner. Alors qu'un géant comme ça, c'est dur à mettre au sol, mais en toute logique c'est aussi dur à relever. Voilà le point de départ.
.
Or il fut un temps (le temps de la midcard) où tout le monde ou presque pouvait lui passer sur le corps, donnant notamment la streak de trucs débiles à Wrestlemania dont tu parles très justement. Alors qu'est-ce qui s'est passé dans l'intervalle, il a appris le jujitsu et la boxe et il devient balaise ? Non, simplement un changement de booking. Et autant son booking précédent était trop faible au regard de ses capacités physique, autant son booking actuel est trop fort au regard de la dynamique des shows. Putain, le mec il est pas champion et il a un palmarès de nain, mais pour le péter il faut John Cena et le Rock quoi !
.
Parce que si on voit Show comme un mec presque imbattable, alors un gringalet comme Bryan il va très vite retourner en lowcard non ? Bref, j'aime pas ce rapport taille/puissance quand il devient trop systématique. Et puis Show m'a un peu trop gonflé dans sa feud avec Bryan pour que j'aie envie de le revoir trop vite en haut de l'affiche :-)
.
.
.
.
.
.
.
.
Et j'aime toujours pas le Big Show.

C'est un peu alambliqué...

En fait si je comprends tu te plains des changements qui surviennent dans son booking: tantôt il apparaît friable, tantôt presque invincible.
Alors déjà, je pense que tu ne contesteras pas que c'est propre à à peu près tous les catcheurs qui naviguent entre la midcard et le main event, ou entre la lowcard et la midcard. Des exemples de catcheurs super bons sur une période, puis nuls un peu plus tard, il y en a plein, le Big Show constitue à cet égard la règle plutôt que l'exception. C'est particulièrement propre aux big men, qui obtiennent souvent des gros monster push avant de devenir ou redevenir aisément battables: Kane, Khali, Kozlov, Henry, Jackson, etc. Mais ça vaut aussi pour la grosse majorité du roster, de Zack Ryder (passé de jobber à US champion émerite) à Jack Swagger (qui perd contre Santino une semaine avant le Mania où il gagne le MITB, puis gagne le MITB et lors du SD suivant vient à bout de Jericho et Edge) en passant par Ziggler, Rhodes, McIntyre, et des tas d'autres.
Et en plus, je n'ai pas l'impression que même quand il végétait en midcard, le Big Show était aussi facile à vaincre que ça. Je me souviens de victoires cleanissimes de Mysterio sur Kane, mais pas sur Show, par exemple. Et je trouve ça très bien: du fait de son gabarit, les bookers doivent trouver un moyen original quand ils veulent le faire perdre, suffit pas que l'adversaire lui passe deux trois prises et un finisher, généralement. Je trouve pas que c'est "chiant comme la mort", au contraire. Quand Show est heel, le suiveur se demande chaque fois "mais comment mon héros face réussira-t-il à battre un tel monstre?" et quand il est face, le suiveur se dit "ouh là, ce sale heel qui affronte le Big Show va sans doute multiplier les pires tricheries pour parvenir à ses fins!"
.
Ses humiliations à Mania sont d'ailleurs à relativiser. Il y perdu un combat de sumo contre un vrai sumo aussi lourd que lui, ce qui n'est pas spécialement humiliant; un combat de boxe contre un champion de boxe heel qui a grugé pour le battre; un combat, certes à handicap en sa faveur, contre l'Undertaker (et perdre contre le Taker à Mania, bon, c'est pas le plus humiliant qu'on puisse imaginer); une défaite par DQ contre Mankind; une défaite dans un match à quatre pour le titre contre Mankind, le Rock et HHH; une défaite dans un Triple Threat contre Kane et Raven; une défaite contre Cena; une victoire en tag avec Kane contre Masters et Carlito; une défaite dans un Triple Threat contre Edge et Cena; une victoire en tag avec le Miz contre Morrison et Truth; une victoire à 4/4 avec Santino et Kingston contre le Corre; et une victoire contre Rhodes. Hormis le premier contre Mankind, celui contre le Taker et évidemment les deux pitreries contre Akebono et Mayweather, tous ces matchs avaient un titre en jeu. Bref, c'est certes pas brillant kayafabement parlant, mais toutes ses défaites sont relativement normales: il ne perd que contre des "special attractions" ou des main eventers établis ou en passe de l'être (Cena).
.
Bref, Show est un catcheur difficile à vaincre (dans les matchs à plusieurs, ses adversaires s'allient systématiquement contre lui, faisant fi des alignements face-heel), qui prend enfin aujourd'hui conscience de l'immense potentiel qu'il a gâché du fait de sa trop grande passivité. Moi, ça me convainc comme histoire: il y a de la continuité, de la cohérence, et j'y crois autant que je peux croire à du kayfabe. D'où ma grande satisfaction actuelle!
.
Enfin, je ne vois pas trop ce qu'on peut reprocher au Show dans sa feud contre Bryan. Pour moi il a très bien tenu son rôle, et Bryan lui doit une partie de son succès, en kayfabe évidemment (puisque c'est Show qui l'a pressé de casher sans attendre Mania, avant que ça ne se retourne contre lui) mais aussi du point de vue de son acceptation par le grand public, Show faisant tout son possible pour le mettre over par son comportement en ring et en promo...

J'ai compris moi

Show est, parfois, par des esprits mal intentionnés, considéré comme un boulet qui ne fait plus peur à personne, hors ton article parvient à expliquer comment le vaincre pourrait apporter un vrai plus à Sheamus. Et moi je suis comme toi je l'aime beaucoup le Big Show, alors si on le voit Et qu'il est bien utilisé dans les mois à venir je suis preneur.

What's up?



31 janvier

Il était bien cool, ce Rumble, non? Venez dire dans les comms de la nalyse ce que vous en avez pensé, et n'oubliez pas que les vignettes attendent vos légendes sagaces ici.

Connexion utilisateur

Commentaires récents

Les Vignettes des Cahiers


Merde, j’ai toujours été nul au Puissance 4.


Retrouvez ici toutes nos vignettes !


Quotes of the Cahiers

"I'm gonna leave him in a pile of blood, and urine and vomit."
Brock Lesnar à propos de John Cena

"At 9 am Eastern time tomorrow, the WWE Network goes live. But the problem is you’re all gonna be so overwhelmed by the incredible content available, you won’t be able to turn it off. Adults will lose their jobs and kids will be expelled from schools for lack of attendance. In fact, you’re gonna be so mesmerized by the incredible content of the WWE Network that you won’t even have time to remove the garbage from your houses. Your places are gonna start to stink, rats will move in, and they’re gonna look like bigger pigsties than they already do. Ultimately, the government is gonna come along and condemn your homes and you will all be left homeless defending yourself on the street. Thank you very much."
Bad News Barrett

"He’s twisting him so much his twin brother is getting dizzy !"
JBL commentant un Giant Swing d'Antonio Cesaro sur l'un des frères Uso.

"I think I'm a little too old for you Jerry. I'm 26, I know you like them younger."
AJ Lee, à Raw, s'adressant à Jerry Lawler

"It looks like James Storm has had more partners than Taylor Swift lately, he should probably get tested"
Bad Influence

"Having watched that… I regret the doctors in Canada saving my life.”
Jerry Lawler, après le segment où Mae Young a accouché d'Hornswoggle.

"What's running through John Cena's mind? I don't give a crap what's running through his mind. What's more important is what's running down his leg."
Brock Lesnar

"Yes. Stop sending dumb tweets like this one. RT: @Kid_Antrim Any advice for me?"
Paul Heyman, sur Twitter

"With Kofi Kingston as the Intercontinental Champion, the bar has been lowered. And when the bar’s been lowered, mediocrity becomes acceptable. And when mediocrity becomes acceptable, society crumbles. And when society crumbles, civilization will end as we know it.”
Le Miz, Hell in a Cell

"Can you figure that? She's not able to get a date! I mean, even Natalya is able to get a date!"
Eve à propos de Layla

"I understand that you barbaric buffoons could easily eviscerate me and dispose of me like common trash. However, if you do so, I will not be a victim. I will be a martyr. A martyr for anyone who appreciates a sophisticated mind."
Damien Sandow, à DX.

"Apparently, giants can win the Super Bowl, but not matches at WrestleMania. You’re like ‘The Reverse Undertaker’. Who are you going to lose to this year? The boxer or the sumo wrestler?”"
Cody Rhodes au Big Show

"The Kliq is back, which is kind of ironic because "click" is the noise the audience's remote control makes every time Kevin Nash pops up on their TV screen."
CM Punk

"It's a conspiracy! C... O... N.... Spiracy!"
R-Truth

"I understand that... that Vince McMahon's gonna make money despite himself... he's a millionaire who should be a billionaire... you know why he's not a billionaire? It's because he surrounds himself with glad-handing nonsensical yes-men like John Laurinaitis, who's gonna tell him everything he wants to hear... and I'd like to think that maybe this company will be better after Vince McMahon is dead, but the fact is it's gonna get taken over by his idiotic daughter and his doofus son-in-law and the rest of his stupid family."
CM Punk

"These people are not Jimmies. They are the greatest fans in the world!"
John Cena, à R-Truth qui venait de qualifier le public de Raw de "Little Jimmies".

"Can you imagine if Sheamus wins this thing? I mean, the international ramifications, I mean the buyrate, I’m talking about the demographic change and everything? If Sheamus wins this match, it will be huge, not only for him but for the Smackdown brand."
Booker T., pendant un Title Match opposant le champion poids lourds Randy Orton à Sheamus.

"When I’m done with him, he’s gonna have barbecue sauce fueling out from his belly button like a geyser."
Michael Cole à propos de Jim Ross

"The WWE has gone from the powerful "Austin 3:16" to the dominant and iconic "can you smell what the Rock is cookin?"... all the way to "You can't see me"? You can't see me, what are you, playing peek-a-boo? Believe me, we all can see you. A blindfolded, sleeping, stuck in the basement Stevie Wonder can see your monkey ass. How in the hell do you think we can miss you come out here with your bright ass purple shirt, before that bright green shirt, bright orange shirt like a big fat bowl of Fruity Pebbles?"
The Rock à John Cena

"Jerry Lawler has forgotten more about wrestling than the Miz has ever known."
CM Punk

"If anyone says you can't do something, if anyone says you can't live your dream... Believe them, because you can't."
The Miz

"William Regal did the real work with this young man. Shawn Michaels took $3000 from him, that's all he ever did."
CM Punk à propos de la formation de Daniel Bryan

"I would RKO my own grandmother if it meant keeping this title. And then I'd RKO YOUR grandmother just to see the look on her face."
Randy Orton, à Sheamus

Virgil: - Ted, what are you going to do for protection?
Ted DiBiase, jetant un coup d'oeil à Maryse: - Go to the drugstore.

"Her teeth are going to be like the Ten Commendments after this match: all broken."
Alicia Fox, à propos d'Eve Torres

"Layla is not married. She deserves a good husband. I should marry her before she meets him."
Jerry Lawler

"If I suck, why would a Perry deli – the top Perry deli – name their top-selling sandwich after me? It's called the Swaggie. It smells like freedom."
Jack Swagger

"I realize how much of a starmaking performance I had in McGruber. The reviews have been off the charts. As a matter of fact, they are speaking of a possible early Oscar nomination."
Chris Jericho

"I'm sure your mom's uterus is awesome."
Vicki StElmo à Vladimir Kozlov

"If we were in your era, I'd put a Sharpshooter on you faster than you can put a pair of cheap sunglasses on an ugly kid."
The Miz, à Bret Hart.

"When I look at you I don't see fans. I don't even see people. I see money, money, money, money. Dollar signs, dollar signs, dollar signs, dollar signs. With some of you, a lot of dollar signs because I see a lot of fat people in the audience and I know you paid for two seats. Thank you very much!"
Batista à Raw.

"We are real women with the body that God created us with."
Mickie James, la femme aux implants mammaires en silicone qui explosent dans le ring.

Don Johnson: "This is a mistake!"
The Miz: "Mistake? No. Pink shirts and white suits, that is a mistake."

"One nation under Punk, undivisible, with integrity and sobriety for all!"
CM Punk

Michael Cole: "Our guest at ringside, Marisse. Welcome."
Maryse: "Oh my god, Michael Cole, you vintage nerd. You can't even say my name right. I should punish you and just give you my French kiss."

"If I see you in my match tonight, I'm gonna tear your intestins out and jump rope with it. And that's not all. I'm gonna take my two fingers, I'm gonna dig up your nosedrills and I'll rip your brain out. And I'm gonna put it in a newspaper and I'm gonna smash it against a window."
Mike Tyson à Hornswoggle

Ted DiBiase: "My movie, the Marine II, is superior to the original Marine."
Cody Rhodes: "Ted, my fifth grade graduation video is superior to the original Marine."

"I'm on Raw, you're on Smackdown... Long distance relationships don't work, Chris."
Big Show

Jerry Lawler, après une promo de Maryse où elle a qualifié Melina de "petite poupée": "Did she just say poupée? Do you know what that means in French?"
Michael Cole: "What?"
Jerry Lawler: "I... I can't say it!"

"I respect her. There are a lot of things that she does that I couldn't do, being the size that she is."
Michelle McCool à propos de Mickie James.

"We have MVP on the stage, and PMS in the ring."
Goldust, à propos des divas assemblées dans le ring pendant les Slammy Awards 2009.

"It was kind of like the 300 at the battle of Thermopylae, but with better abs".
John Morrison à propos de la fin de son match à Survivor Series, quand il s'est retrouvé à 1 contre 3.

"Hi, I'm John Morrison, and one time I drove my Lexus 700 miles on a tank full of my own urine."
John Morrison

"I always said if I could put my brain in Andrew’s body he’d be a 20-time world champ."
Edge à propos de Andrew "Test" Martin