Sondage

Cela fait maintenant un mois tout pile que Jinder Mahal est champion de la WWE. Selon vous::

WWE'13 : time to play the game

All your belts are belong to us.

Propos apocryphe

 

Lecharentais est un agent double. Quand il ne vient pas râler dans nos colonnes, il râle chez les braves gens de www.MaXoE.com, un site culturel (ouais, nous aussi on a été surpris). Et comme le brave chenapan leur a concocté un test de WWE'13, on lui a demandé au canon scié s'il voulait bien nous en faire profiter.

 

 

On sait être très convaincants.

 

 

Nalyse de WWE'13

 

 

Nous autres, érudits lecteurs ou rédacteurs des Cahiers du Catch, le savons bien, et même mieux que tous les autres : le catch est avant tout un spectacle. Une foire, un spectacle burlesque, de la commedia dell’arte, peu importe, mais un spectacle avant tout, que servent les prouesses exceptionnelles de ce que que nous adulons ou détestons semaine après semaine. THQ a, depuis toujours, voulu que son opus annuel dédié à la WWE soit de cette veine, un spectacle entier, plein et généreux. Mais, on le sait bien à cause du mauvais exemple d’Electronic Arts, certaines éditions risquent parfois de devenir de simples mises à jour vendues au prix fort. Alors, ce WWE’13 est-il une nouvelle réussite à porter au crédit de l’éditeur, ou est-il l’opus de trop ? Eléments de réponse.

 

 

Nouveauté 2013: le mode Tarzan pour CM Punk.

 

 

Nous l’avons dit, le catch est un spectacle. Et comme tous les spectacles, il a dû opérer plusieurs révolutions pour continuer à plaire à un public qui ne l’attendait pas pour changer. Aujourd’hui, les enfants américains sont gavés de télévision, aussi le produit a-t-il été pensé essentiellement pour eux : le sacrosaint PG, qui interdit vulgarité, sexe et certains types de violence, mise en avant de catcheurs qui sont des machines de guerre, et bien évidemment toujours une tête de gondole, celui qui doit vendre du produit dérivé comme s’il en pleuvait. Aujourd’hui, il s’agit bien évidemment de John Cena, malgré le portrait de Punk qui apparait sur la couverture. Par charité, au cas où vous auriez la bonté de lire mes autres papiers sur ce respectable site, je ne vous ferai pas, une nouvelle fois, mon couplet anti-Cena et anti-toute la merde qu’ils sont en train de faire avec Punk. Toujours est-il qu’au sommet on trouve à peu près tout ce qui peut séduire les enfants selon une Fédération républicaine et vaguement sectaire. On pourrait objecter que jusqu’à preuve du contraire les enfants ne sont pas des abrutis, mais puisque cela marche, difficile de donner tort à la WWE…

 

Car c’est bien de cette dernière qu’il s’agit. Certes, il n’y a pas qu’elle : la TNA, la ROH, et quelques autres, contribuent à faire vivre ce spectacle très populaire aux Etats-Unis et bien sûr en Amérique du Sud, mais aussi au Japon et plus marginalement en Europe. Mais la WWE occupe une place de choix dans l’esprit des suiveurs : souvent, ils sont venus à ce spectacle à travers elle, et elle trouve toujours un écho particulier.

 

Et donc, THQ produit, tous les ans, un nouveau jeu qui tente, vaille que vaille, de respecter tant un cahier des charges contraignant qu’un héritage historique et des enjeux économiques énormes.

 

En revanche, et pour entrer dans le vif du sujet, ils ne jugent pas utile de reprendre tous les ans leur moteur graphique, ce qui en soi n’est pas un drame, mais mériterait quelques efforts… Ainsi, on constate tout de suite que les animations sont un brin rigides, les visages absolument pas expressifs, que certains soucis de collision sont là depuis deux ou trois ans... ainsi que certains traits graphiques. Ainsi, l’animation du second souffle n’a pas changé, par exemple, et on a l’impression de jouer au même jeu qu’il y a bien longtemps. On constate aussi que quand certaines animations sont lancées, THQ a privilégié le spectacle : impossible de les interrompre… Esthétique, mais cela gâche un peu l’immersion de voir Austin préparer un Stunner et un troisième larron frapper dans le vide en essayant de l’interrompre.

 

 

Interromps-moi ça, BITCH!

 

 

Le système de jeu, lui non plus, n’a pas évolué depuis le changement moyennement heureux de l’épisode précédent. Le système n’est pas mauvais, mais l’IA contre avec un peu trop de facilité et surtout en cas de confrontation prendra systématiquement le pas sur vous. Pas suffisant pour perdre contre elle en mode Normal, mais agaçant.

 

De plus, sortir un coup est relativement long (très relativement), suffisamment pour alourdir, parfois, le rythme de la rencontre. Le concept est en tous cas toujours le même : un bouton pour lancer son adversaire dans les cordes, un bouton pour les poings, un bouton pour les prises et un pour les coups spéciaux, la croix pour les provocations, et le stick droit pour réorienter un adversaire saisi, sonné ou au sol. Les gâchettes, quant à elles, servent essentiellement à parer et courir. Une fois l’adversaire saisi, on peut choisir de s’acharner sur une partie de son corps pour la fragiliser, et gêner un adversaire pour courir, résister à une soumission ou vous en infliger, tout comme on peut embrayer sur une autre prise, sachant que chaque lutteur a à sa disposition un arsenal impressionnant.

 

On notera d’ailleurs que l’intelligence artificielle a tendance à toujours résister à votre premier coup spécial, même quand vous lui avez distribué des mandales avec générosité… Les soumissions, quant à elles, sont toujours délicates à placer, et le fait d’allouer un certain nombre de points de vie dans chaque zone du corps n’a pas un effet décisif sur la réussite ou non des manœuvres… Prévoyez des manettes de rechange.

 

On peut ensuite attribuer les prises de son choix à son poulain, créer des coups spéciaux pour lui, son entrée, l’ensemble est très complet, indiscutablement.

 

En tous cas, prises, suplex, powerbombs, cordes à linge, soumissions, et j’en passe, tout est prévu pour retrouver l’intégralité des mouvements des catcheurs existants, et par extension pour créer le ou les vôtres, et même si l’éditeur n’a pas évolué d’un pouce, il est toujours aussi riche et creuser votre personnage vous prendra au bas mot une heure entière, et encore à condition de savoir à peu près où vous allez ! On notera tout de même que l’on peut désormais avoir son nom audio dans les commentaires, avec quelques approximations toutefois.

 

Vous pourrez aussi, évidemment, jeter votre adversaire à travers une table, ou du haut d’une cage, en grimper les parois pour vous échapper, manipuler des échelles pour remporter des Royal Rumble : on peut absolument tout faire, malgré quelques choix de boutons un peu regrettables.

 

Et tout cela, on en fait quoi ?

 

D’abord, bien sûr, on peut faire des matchs à la volée, et avec plus de cent catcheurs, même si certains ont plusieurs versions, il n’y a que l’embarras du choix. En revanche, on peut adresser un carton rouge déterminé à THQ qui a, un peu comme la WWE du reste, fait l’impasse sur les Divas en en proposant un nombre famélique… Du reste, comme chaque année, le roster n’est absolument pas à jour : certains licenciés ou retraités sont toujours là, alors que d’autres qui pourtant sont sous les feux des projecteurs actuellement et sont en activité depuis juin ne sont pas encore au casting, comme Sandow ou Ryback…

 

 

Eh oui, on peut être fan de catch et avoir des goûts de chiotte.

Ce n'est pas indispensable mais ça aide.

 

 

Et tous ces jeunes gens pourront combattre dans TOUS les types de matchs existant : Hell in a Cell, Steel Cage, Rumble, handicap, Tag Team, Tag Team mixte, Inferno, TLC, tout est là sans exception et peut accueillir jusqu’à  quatre joueurs en local et autant que l’on veut en online (dont 40 pour le Rumble).

 

Méfiez-vous tout de même du mode online : vous y croiserez souvent des personnages créés par des joueurs, extrêmement puissants, ce qui aboutit à des joutes à sens unique ou terriblement longues et ternes entre deux surhommes, certains du reste ne choisissant pas leurs coups pour la cohérence de leur personnage mais bien pour exploiter les bugs du jeu… Et même si l’on peut souvent télécharger les personnages des autres, l’ensemble n’est pas très ludique…

 

Quant au jeu solo, on notera que l’IA a fait quelques progrès, et qu’il ne suffit plus par exemple de porter des coups en courant pour la surprendre systématiquement. Elle est plus rapide, plus réactive, et il faut bien avouer que la gâchette R2 de la PS3 n’aide pas du tout à caler des contres parfois très rapides (disons qu’on commence à appuyer au bon moment mais que le temps qu’on ait fini c’est trop tard…).

 

En revanche, on peut reprocher au jeu de ne pas avoir corrigé certaines difficultés récurrentes : ainsi, manipuler et placer une échelle est toujours pénible, par exemple. Et le Rumble, spécifiquement dans les modes de jeu les plus difficiles, consiste souvent en une succession de lutteurs qui viennent pour vous éliminer, vous et spécifiquement vous… Il en va de même pour les Triple Threat, les TLC, etc.

 

Pour ceux qu’un jeu plus scénarisé pourrait séduire, le jeu propose deux modes principaux.

 

Le mode Univers vous met dans la peau du catcheur de votre choix, y compris le vôtre, dans le quotidien de la WWE. Si l’ensemble manque un peu de coulisses et de réel scénario, il est assez sympathique d’essayer d’enchaîner les victoires, d’essayer de devenir aspirant au titre pour ensuite le remporter et le défendre, de participer à un Rumble ou à Money in the Bank, et le premier Main-Event de Wrestlemania, après de longues années, est un moment que tout fan de catch ne peut qu’adorer…

 

En revanche, nous devons insister, l’ensemble est peu scénarisé : peu de rivalités justifiées, peu de blessures, d’avatars divers, etc. Fort heureusement, on peut créer son propre scénario avec l’inamovible éditeur idoine, toujours aussi limité mais suffisant pour créer de belles histoires (ou, pour les paresseux, prendre celles des autres sur le online).

Du reste, on ne peut que vous conseiller de ne pas jouer votre avatar en Univers : vous aurez sans doute tendance à lui donner des statistiques trop confortables qui en feront une promenade de santé. Nous vous suggérons donc de prendre un catcheur existant et de le mener au sommet, comme par exemple l’un de vos favoris qui hélas n’a pas dans la réalité l’oreille du grand patron (n’est-ce pas Cody Rhodes ? Ne t’inquiète pas, tonton charentais va te l’avoir ton titre poids lourds). A noter que vous pouvez aussi ajouter de nouveaux titres au mode Univers (même si on ne peut pas leur donner des critères d’obtention particuliers), modifier les rosters : vous êtes le maître !

 

 

En toute humilité.

 

 

Mais le gros morceau, c’est évidemment le mode Attitude. Je ne vous ferai pas l’offense de vous présenter à nouveau cette époque à part, mais résumons-là en quelques grandes lignes à tout hasard : en 1997, la WCW de Ted Turner est en train de dépasser la WWE. A grands renforts de dollars, Turner débauche les plus grandes stars de la WWE, programme son show principal en face de celui de la WWE et devient la première fédération. Pour la WWE, il faut vivre ou mourir. Aussi, elle décide de faire évoluer son produit vers davantage de maturité : à des animaux de foire ou des personnages trop hauts en couleur, elle oppose des personnages plus irrévérencieux, moins lisses, vulgaires, brutaux. C’est l’époque de DX, de The Rock, mais surtout de Stone Cold Steve Austin, véritable figure de proue de ce renouveau.

 

Certes, le niveau technique n’était pas exceptionnel, mais les histoires étaient dures, parfois sordides, et les matchs autrement plus impressionnants par leur violence… C’est cette époque que le jeu veut nous faire revivre, à travers plusieurs dizaines de matchs clés de l’époque. Ainsi en est-il du fameux match, pour ne citer que lui, entre l’Undertaker et Mankind, qui a vu le premier balancer le second du haut d’une cage de cinq mètres ! Pour chaque match, il y a un objectif principal, et des objectifs optionnels, parfois extrêmement corsés, qu’il faudra essayer de remplir pour obtenir diverses arènes, de nouvelles ceintures, et bien sûr de nouveaux lutteurs.

 

L’ensemble est très scénarisé, et même si les cinématiques ne sont pas très belles puisque faites avec le moteur du jeu, on se prend à ces histoires farfelues et extravagantes. Bien sûr, l’ensemble a été considérablement édulcoré : finis les doigts d’honneur d’Austin ou la bière vissée à sa main, même les textes ont été largement « épurés »… Reste quand même une impression de liberté, de retrouver un produit autrement plus séduisant que le cartoon pour enfants que devient, de plus en plus, la WWE.

 

On aurait aimé, simplement, pouvoir être un peu moins spectateur des actions « hors ring ». Le jeu choisit de recourir à des QTE dans des moments sans intérêt, comme assommer un arbitre par accident, mais en revanche y renonce dans des séquences beaucoup plus intéressantes… Qui n’aurait pas voulu d’un QTE pour savater McMahon ?

 

Par ailleurs, l’emballage est soigné : on retrouve les commentateurs de l’époque, les looks et musiques également, les « alignements », heels ou faces, période par période, des extraits éloquents, les chronologies des courbes d’audience : THQ a mis les petits plats dans les grands, comme elle l’avait fait pour l’excellent Legends of Wrestlemania. J’ai d’ailleurs découvert, humblement, qu’alors qu’on dépeignait la WWE comme à l’agonie, l’écart avec la WCW n’a jamais été délirant… En tous cas on est loin de celui séparant la WWE de la TNA aujourd’hui.

 

Bref, un mode très scénarisé, très fun, bien pensé, avec une époque qui avait une identité forte et qui a clairement été un tournant pour le catch.

 

 

Après de grands plaisirs, la plupart jettent des kleenex. Le Taker, lui, jette des Mankind.

 

 

Le problème, nous l’avons dit, c’est que ce WWE’13 n’invente pas grand-chose. Le mode Univers n’a pas progressé. Le gameplay, les graphismes, les éditeurs, pas vraiment non plus. On paie donc essentiellement les nouveaux rosters et le mode Attitude, alors que dans le même temps on paie aussi pour retrouver des loadings récurrents et longs, un Online Access de plus, un online parfois hésitant sur Playstation, des effets d’éclairages étranges, et surtout la tendance de l’IA, lorsqu’elle contrôle plusieurs lutteurs, à tous les envoyer sur vous. Et ça, ce sont des critiques que la communauté avait déjà formulées sur les épisodes précédents. On ne peut pas dire que THQ ne soigne pas son produit, le mode Attitude est là pour le prouver, mais avec les éditeurs, du temps et de la bonne volonté, n’importe qui aurait pu faire cela lui-même dès WWE 2012…

 

De plus, poussant le bouchon un peu loin, THQ recommence à sortir des DLC à la chaîne, à des prix souvent rédhibitoires, pour de nouveaux personnages, de nouvelles ceintures, et surtout, ce qui est parfaitement incroyable, de nouvelles prises, évidemment des prises à même de séduire le fan pour le pousser à passer à la caisse. Or, si les personnages peuvent se recréer via les éditeurs, il n'en va pas de même pour les prises, et on ne peut donc que blâmer l'éditeur pour cette mentalité déplaisante, car il faut bien dire que la pilule passe d'autant moins dans un jeu qui propose des nouveautés aussi chiches.... Faire payer pour la Kimura Lock, c’est vraiment abuser.

 

Du coup, il faut bien l’admettre, le jeu peut mettre le fan de mauvaise humeur… Et la conclusion s’impose d’elle-même : vous qui découvrez le catch en jeu vidéo, ce jeu est pour vous. Malgré quelques impairs, il est formidable, intéressant, riche, spectaculaire, et respecte son sujet avec déférence.

 

En revanche, vous qui avez déjà les versions précédentes, en particulier les récentes, et que passer du temps dans les éditeurs n’effraie pas, passez votre chemin. Les innovations ne sont pas assez nombreuses pour justifier d’acheter le jeu au prix fort, car si le contenu est riche et opulent, il l’était déjà l’an dernier !

 

 

Je vais vous apprendre à vous foutre de moi!

Comme vous tous...

... Convaincu par le test de mister charentais. D'autant plus que je me suis fait mon propre roster avec des CAW sur le Smackdown vs Raw 2010, et que je m'y amuse dessus comme un ptit fou depuis des années. Je trouve le déroulement des matchs nettement plus réaliste que sur les versions suivantes, même si il m'arrive de perdre des matchs sur une bête corde à linge ou sur un snapmare... Et j'ai vraiment du mal avec le gameplay et le rythme du WWE '12.

Question...

Bon, j'ai une problématique un peu différentes que BBM, Mad' et Koko...
J'ai testé WWE'12 chez Mad', mais je ne possède pas le jeu, du coup, vaut-il mieux que j'achète le 13 au prix fort ou le 12 qui doit être à petit prix (et qui me permettrait peut-être de jouer online avec Mad' et Koko...)

budget

je pense que ça dépend de ton budget. Si en plus, tu as la possibilité de jouer online avec Madness et Kovax (et quelques millions de chinois et américains)...

Sur le 13 tu as du monde.

Sur le 13 tu as du monde. Mais si tu veux jouer IRL le choix s'impose de lui-même.
.
Sur le fond, le jeu en lui-même, le 13 est un 12 à peine amélioré, mais ça peut valoir le coup de prendre le 13 pour être tranquille un moment.
.
Ce qui est génial, c'est que tous les ans les sites de JV mettent un pigiste différent qui n'y connait rien pour tester le jeu, du coup à chaque fois ils crient à la révolution alors que la formule n'évolue plus depuis des lustres... Comme à la WWE quoi.

Content que ça vous ait plu.

Content que ça vous ait plu. Le test est un exercice difficile et si celui-ci vous renseigne convenablement j'en suis ravi.
.
L'idée forte, vous l'avez compris, c'est le fait que le jeu est vraiment toujours une référence, mais une référence qui ne cherche même plus se renouveller.

Bon test

Merci pour ce test chacha, ça fait plaisir de lire le ressenti d'un fan de catch sur ce jeu ! Et en plus, ça m'a permis de découvrir un nouveau site qui a l'air intéressant. :) Pour revenir au jeu, comme Madness et BBM, tu m'as convaincu de faire l'impasse sur ce WWE 13 : j'ai déjà le 12 qui marche aussi bien, et le roster de l'Attitude Era, perso, je m'en fiche. Je préfère jouer avec le roster que je vois à la télé pour faire mon propre booking plutôt que de rejouer des matchs légendaires que je n'ai pas vu à l'époque et pour lesquels je prendrai plus de plaisir en les commentant avec Major dans One More Match... Si on ajoute la politique de DLC qui me gave aussi profondément, ça fait beaucoup ! ^^
.
Je me demande par contre comment ça se passera l'année prochaine : avec THQ qui est à l'agonie (WWE 13 est leur seul gros jeu de cette fin d'année et même pour les six mois à venir en gros) et au bord de la faillite, je suis curieux de voir si THQ en profitera pour enfin rénover totalement le truc (pourquoi pas en faisant développer le jeu par un autre studio que Yuke's), ou s'ils se contenteront de continuer à mettre à jour son jeu comme ces dernières années, ou encore si THQ mettra carrément la clé sous la porte (ça en prend le chemin d'après les dernières infos que j'ai pu lire). Dans ce dernier cas, je me demande qui récupérera la licence, et si on aura bien droit à un WWE 14 l'an prochain...
.
++

Un vrai test!

Merci pour ce test approfondi.
Comme d'autres, j'e possède WWE12, je me tatais à prendre le 13, et je suis aujourd'hui resolu à passer mon tour...
J'attendais un vrai retour, différent des tests des sites classiques, où les "testeurs" se contentent de parcourir la liste des menus pour compter le nombre de catcheurs et de modes de jeu disponibles.
C'est chose faite grâce à ton test très complet, un grand merci à toi!

Chacha multifonctions

Merci pour cette nalyse de jeu, ça complète agréablement les articles de catch !
-----------------
Possédant WWE '12, je vais donc suivre ton avis et m'abstenir de prendre celui-ci (ou alors d'ici quelques mois, quand le prix sera modique), surtout que bon, le mode Attitude Era n'évoque pas grand chose chez moi. Je vais donc poursuivre sur mon édition 2012, où Cody Rhodes est WHC et John Morrison WWEC. Car si les ronds-de-cuir ne savent pas reconnaître le vrai talent, nous nous savons !

What's up?



31 janvier

Il était bien cool, ce Rumble, non? Venez dire dans les comms de la nalyse ce que vous en avez pensé, et n'oubliez pas que les vignettes attendent vos légendes sagaces ici.

Connexion utilisateur

Commentaires récents

Les Vignettes des Cahiers


Merde, j’ai toujours été nul au Puissance 4.


Retrouvez ici toutes nos vignettes !


Quotes of the Cahiers

"I'm gonna leave him in a pile of blood, and urine and vomit."
Brock Lesnar à propos de John Cena

"At 9 am Eastern time tomorrow, the WWE Network goes live. But the problem is you’re all gonna be so overwhelmed by the incredible content available, you won’t be able to turn it off. Adults will lose their jobs and kids will be expelled from schools for lack of attendance. In fact, you’re gonna be so mesmerized by the incredible content of the WWE Network that you won’t even have time to remove the garbage from your houses. Your places are gonna start to stink, rats will move in, and they’re gonna look like bigger pigsties than they already do. Ultimately, the government is gonna come along and condemn your homes and you will all be left homeless defending yourself on the street. Thank you very much."
Bad News Barrett

"He’s twisting him so much his twin brother is getting dizzy !"
JBL commentant un Giant Swing d'Antonio Cesaro sur l'un des frères Uso.

"I think I'm a little too old for you Jerry. I'm 26, I know you like them younger."
AJ Lee, à Raw, s'adressant à Jerry Lawler

"It looks like James Storm has had more partners than Taylor Swift lately, he should probably get tested"
Bad Influence

"Having watched that… I regret the doctors in Canada saving my life.”
Jerry Lawler, après le segment où Mae Young a accouché d'Hornswoggle.

"What's running through John Cena's mind? I don't give a crap what's running through his mind. What's more important is what's running down his leg."
Brock Lesnar

"Yes. Stop sending dumb tweets like this one. RT: @Kid_Antrim Any advice for me?"
Paul Heyman, sur Twitter

"With Kofi Kingston as the Intercontinental Champion, the bar has been lowered. And when the bar’s been lowered, mediocrity becomes acceptable. And when mediocrity becomes acceptable, society crumbles. And when society crumbles, civilization will end as we know it.”
Le Miz, Hell in a Cell

"Can you figure that? She's not able to get a date! I mean, even Natalya is able to get a date!"
Eve à propos de Layla

"I understand that you barbaric buffoons could easily eviscerate me and dispose of me like common trash. However, if you do so, I will not be a victim. I will be a martyr. A martyr for anyone who appreciates a sophisticated mind."
Damien Sandow, à DX.

"Apparently, giants can win the Super Bowl, but not matches at WrestleMania. You’re like ‘The Reverse Undertaker’. Who are you going to lose to this year? The boxer or the sumo wrestler?”"
Cody Rhodes au Big Show

"The Kliq is back, which is kind of ironic because "click" is the noise the audience's remote control makes every time Kevin Nash pops up on their TV screen."
CM Punk

"It's a conspiracy! C... O... N.... Spiracy!"
R-Truth

"I understand that... that Vince McMahon's gonna make money despite himself... he's a millionaire who should be a billionaire... you know why he's not a billionaire? It's because he surrounds himself with glad-handing nonsensical yes-men like John Laurinaitis, who's gonna tell him everything he wants to hear... and I'd like to think that maybe this company will be better after Vince McMahon is dead, but the fact is it's gonna get taken over by his idiotic daughter and his doofus son-in-law and the rest of his stupid family."
CM Punk

"These people are not Jimmies. They are the greatest fans in the world!"
John Cena, à R-Truth qui venait de qualifier le public de Raw de "Little Jimmies".

"Can you imagine if Sheamus wins this thing? I mean, the international ramifications, I mean the buyrate, I’m talking about the demographic change and everything? If Sheamus wins this match, it will be huge, not only for him but for the Smackdown brand."
Booker T., pendant un Title Match opposant le champion poids lourds Randy Orton à Sheamus.

"When I’m done with him, he’s gonna have barbecue sauce fueling out from his belly button like a geyser."
Michael Cole à propos de Jim Ross

"The WWE has gone from the powerful "Austin 3:16" to the dominant and iconic "can you smell what the Rock is cookin?"... all the way to "You can't see me"? You can't see me, what are you, playing peek-a-boo? Believe me, we all can see you. A blindfolded, sleeping, stuck in the basement Stevie Wonder can see your monkey ass. How in the hell do you think we can miss you come out here with your bright ass purple shirt, before that bright green shirt, bright orange shirt like a big fat bowl of Fruity Pebbles?"
The Rock à John Cena

"Jerry Lawler has forgotten more about wrestling than the Miz has ever known."
CM Punk

"If anyone says you can't do something, if anyone says you can't live your dream... Believe them, because you can't."
The Miz

"William Regal did the real work with this young man. Shawn Michaels took $3000 from him, that's all he ever did."
CM Punk à propos de la formation de Daniel Bryan

"I would RKO my own grandmother if it meant keeping this title. And then I'd RKO YOUR grandmother just to see the look on her face."
Randy Orton, à Sheamus

Virgil: - Ted, what are you going to do for protection?
Ted DiBiase, jetant un coup d'oeil à Maryse: - Go to the drugstore.

"Her teeth are going to be like the Ten Commendments after this match: all broken."
Alicia Fox, à propos d'Eve Torres

"Layla is not married. She deserves a good husband. I should marry her before she meets him."
Jerry Lawler

"If I suck, why would a Perry deli – the top Perry deli – name their top-selling sandwich after me? It's called the Swaggie. It smells like freedom."
Jack Swagger

"I realize how much of a starmaking performance I had in McGruber. The reviews have been off the charts. As a matter of fact, they are speaking of a possible early Oscar nomination."
Chris Jericho

"I'm sure your mom's uterus is awesome."
Vicki StElmo à Vladimir Kozlov

"If we were in your era, I'd put a Sharpshooter on you faster than you can put a pair of cheap sunglasses on an ugly kid."
The Miz, à Bret Hart.

"When I look at you I don't see fans. I don't even see people. I see money, money, money, money. Dollar signs, dollar signs, dollar signs, dollar signs. With some of you, a lot of dollar signs because I see a lot of fat people in the audience and I know you paid for two seats. Thank you very much!"
Batista à Raw.

"We are real women with the body that God created us with."
Mickie James, la femme aux implants mammaires en silicone qui explosent dans le ring.

Don Johnson: "This is a mistake!"
The Miz: "Mistake? No. Pink shirts and white suits, that is a mistake."

"One nation under Punk, undivisible, with integrity and sobriety for all!"
CM Punk

Michael Cole: "Our guest at ringside, Marisse. Welcome."
Maryse: "Oh my god, Michael Cole, you vintage nerd. You can't even say my name right. I should punish you and just give you my French kiss."

"If I see you in my match tonight, I'm gonna tear your intestins out and jump rope with it. And that's not all. I'm gonna take my two fingers, I'm gonna dig up your nosedrills and I'll rip your brain out. And I'm gonna put it in a newspaper and I'm gonna smash it against a window."
Mike Tyson à Hornswoggle

Ted DiBiase: "My movie, the Marine II, is superior to the original Marine."
Cody Rhodes: "Ted, my fifth grade graduation video is superior to the original Marine."

"I'm on Raw, you're on Smackdown... Long distance relationships don't work, Chris."
Big Show

Jerry Lawler, après une promo de Maryse où elle a qualifié Melina de "petite poupée": "Did she just say poupée? Do you know what that means in French?"
Michael Cole: "What?"
Jerry Lawler: "I... I can't say it!"

"I respect her. There are a lot of things that she does that I couldn't do, being the size that she is."
Michelle McCool à propos de Mickie James.

"We have MVP on the stage, and PMS in the ring."
Goldust, à propos des divas assemblées dans le ring pendant les Slammy Awards 2009.

"It was kind of like the 300 at the battle of Thermopylae, but with better abs".
John Morrison à propos de la fin de son match à Survivor Series, quand il s'est retrouvé à 1 contre 3.

"Hi, I'm John Morrison, and one time I drove my Lexus 700 miles on a tank full of my own urine."
John Morrison

"I always said if I could put my brain in Andrew’s body he’d be a 20-time world champ."
Edge à propos de Andrew "Test" Martin