Sondage

Cela fait maintenant un mois tout pile que Jinder Mahal est champion de la WWE. Selon vous::

Best asskisser in the world

La manipulation des élites est encore plus facile que celle des masses.

Jean Yanne

 

Je vous propose ici une tentative de décryptage du mythe CM Punk, basée sur une observation du parcours du Second City Saint à la WWE, des opportunités qu'il a obtenues jusqu'à la position qu'il occupe actuellement, accompagné d'une proposition d'explication du pourquoi du comment.

 

 

- Bon, Punk, la cause est entendue. Jusqu’à douze ans inclus ils sont à moi, ensuite c’est toi qui en as la garde.

- Ca me convient, John. Vous êtes d’accord, M. McMahon ?

- Evidemment que je suis d’accord, mon p’tit Ciaime. C’est comme ça que je vois les choses depuis le départ.

 

 

Une histoire de CM Punk

 

 

La genèse du Punk main eventer qu'on connaît aujourd'hui remonte aux rumeurs de fin de contrat qui ont fleuri sur le web à la suite de Wrestlemania en 2011 : de nombreux articles assuraient que le contrat du héros straightedge arrivait à terme et que celui-ci ne voulait pas le renouveler, lassé qu'il était de sa situation et de la vie harassante qu'on mène à la WWE. Kovax avait beau sacrifier un poulet chaque soir, l'issue de cette situation apparaissait fort incertaine. A cette époque Punk était un honnête upper-midcarder qui enchaînait les défaites en PPV, avait pris part à plusieurs storylines relativement ambitieuses aux succès variables (en remontant le temps : New Nexus, StraightEdge society, StraightEdge vs Live the Moment contre Jeff Hardy et de nombreuses feuds de remplissage). A ce moment-là de l’histoire, il possédait déjà un palmarès honnête : en cinq ans (2006-2011), il avait amassé six titres (ECW, tag team, IC et 3 WHC venant entre autres de deux MITB) et atteint le statut de Triple Crown Champion dès janvier 2009.

 

CM Punk, éternelle victime des intrigues backstage à la WWE.

 

 

Certains s'en seraient contentés, d'autres n'atteindront même jamais un tel palmarès, mais CM Punk avait plus d'ambition que ça. En tout cas, c'est ce qu'on veut nous laisser croire, mais je reviendrai sur tout cela par la suite. Toujours est-il que vers la fin du printemps 2011, quelque chose se passe. Punk vainc Cena, gagne en PPV (contre Mysterio) pour la première fois depuis plus d'un an, et finit par défaire Del Rio pour atteindre le statut de first contender au titre WWE du Marine.

 

 

Bon, on peut passer aux choses sérieuses maintenant ?

 

 

L'ICW enfle déjà de rumeurs diverses et variées quand Punk claque le discours fondateur de Vegas, une pipebomb atomique qui sera le tube de l'été. Dans le discours en question, Punk casse tous les codes habituels d'une promo kayfabe, mêle habilement le supposé réel au scripté et s'appuie sur une idée simple : il exprime ce que tout le monde pense et écrit sur le net, mais qui n'est jamais énoncé à l'antenne. L'IWC s'embrase. Ceux qui ne sont pas encore fans du personnage le deviennent illico et le tatoué endosse instantanément le rôle de top face main eventer qui s'oppose à la tyrannie de l'establishment. John Cena est une cible idéale. Le contexte est parfait, et MITB 2011 à Chicago restera l’un des meilleurs PPV de l'histoire (le meilleur?) avec l’un des meilleurs matchs de l'histoire (le meilleur?) de la WWE.

 

 

- Je kicke out là ?

- Non John, c’est le deux cent trent-sixième tombé du match, on avait dit qu’on arrêtait là.

- OK, on reprend à Summerslam alors !

 

 

Les deux acteurs sont magnifiques, l'alchimie est extraordinaire, le foule au diapason, dans ces moments là on touche à la perfection. Punk finit par l’emporter après une demi-heure de combat et une intervention de McMahon et Laurinaitis en faveur de Cena que le Marine repousse. Puis il disparaît dans le public, ceinture à la main, non sans envoyer un baiser d’adieu à un VKM tétanisé. La suite verra cinq mois de présence au cœur de l'actualité ; en vrac, la ceinture dans le frigo, le retour du héros, le match de Summerslam contre Cena, la perte du titre contre Del Rio qui cashe son MITB (toujours à Summerslam), le match contre HHH, la feud avec Nash et la récupération du titre WWE contre Del Rio à Survivor Series (le second couronnement WWE de Punk).

 

 

Punk est fan de Walking Dead. Le problème, c’est que ses fans le sont aussi.

 

 

Ce second règne aura duré 434 jours, et a pris fin au Rumble dimanche dernier. Tout a été dit à propos de ce run de champion, mais je répétons-le: ce fut le plus long de l'ère moderne (le dernier quart de siècle), les seuls règnes le dépassant datant d'une époque où les weeklies n'existaient pas et où RAW n'était même pas le germe d'une idée dans l'esprit du jeune VKM qui observait son père au poste de dirigeant d'une fédération de catch locale. Mais Punk a fini par perdre son titre contre le Rock...

 

Les forums de l'IWC ont implosé à nouveau : la victoire du Rock, acteur moyen de films d'action grand public et littéralement catcheur du dimanche sans aucune cardio est une déception, pour ne pas dire pire. Rocky fut certes un grand champion et a le statut de légende dans l'esprit de la majorité, mais on a du mal à le voir comme un catcheur réellement au top en 2013. Les dernières minutes du match, un finish suivi d'une intervention du chairman provoquant un restart et la victoire de l'uber top face sur un simple People's Elbow (et pas sur un Rock Bottom depuis le huitième étage) ont également joué dans la déception des fans. Or il me semble que tout cela est très exagéré, et que l'on comprend mal le statut de Punk dans toute cette histoire. Pour moi, Punk est un énième coup formidable de VKM dans la catchosphère, qui accompagne une mutation du business tout entier. En cela, on peut le comparer à Hogan, Austin/Rock ou Cena. De nombreux indices semés un peu partout en plus de faits incontestables permettent d'étayer cette théorie, que je vais vous proposer.

 

 

Déjà, est-ce que Hogan, Austin, Rock ou Cena ont été en couv de WWE’13 ? Non.

 

 

Le premier fait évident : depuis son arrivée à la WWE, Punk est choyé et on a essayé toutes sortes de choses avec lui sans jamais se décourager après un échec, en lui donnant sur un plateau en argent opportunité après opportunité. Punk a passé dix mois à l'OVW (09/05-06/06) où il a tout gagné (second triple crown de la OVW), avant d’apparaître à la télévision à la WWECW. C'est extrêmement rapide si on se réfère au contexte : Punk est un des pionniers qui venaient de l'indy (c'est lui qui a ouvert la voie aux Bryan, Cesaro, Rollins, Ohno et consors) et le temps d'adaptation semble rapide quand on sait que d'autres ont passé des années en développement, et que la WWE avait jusque là toujours voulu « faire » ses propres stars. Punk a commencé sa carrière WWE par une streak de six mois d'invincibilité, et a entre autres pendant cette période participé à un match à élimination des Survivor Series aux côtés de DX et des Hardy Boyz face à Rated-RKO, Knox, Nitro et Helms, avec une victoire des faces sans subir aucune élimination. Lors de sa première année, Punk aura aussi turné deux fois (face-heel-face) et participé à un MITB à Mania XXIII. Punk touche le titre ECW le 1er septembre 2007 et le perd après un règne de 140 jours le 22 janvier 2008, suite à un spear d'Edge, alors champion WHC (excusez du peu). A Mania XXIV Punk gagne le MITB et prend le titre à Edge le 23 juin 2008, jour de son draft à RAW.

 

 

Tiens, d'ici, j'aperçois le Hall of Fame.

 

 

Cette période est très intéressante car elle permet indiscutablement de voir qu'il a la confiance absolue du management général dès le début : une formation accélérée, de nombreuses tentatives variées de mise en valeur, des matchs exposés, des interactions avec les meilleurs et deux titres en plus du MITB. Des gars comme MVP, Shelty B, JoMo, Mr Kennedy faisaient partie de l'environnement de Punk et étaient tous talentueux, mais aucun n'a eu la chance qu'a eue Punk, et les opportunités de briller qu'on lui a offertes. Mais revenons à Punk dont le premier règne mondial à la WWE sera « oubliable » avec une durée de 69 jours et une fin un peu foireuse (punt kick d'Orton et blessure kayfabe, donc titre perdu sans le défendre). La suite va très vite avec un titre tag team aux côtés de Kofi fin 2008 et le titre IC début 2009, ce qui fait de lui le triple crown ayant eu ses trois titres dans le plus petit laps de temps.

 

A Mania XXV Punk gagne à nouveau le MITB, cash in victorieusement le 7 juin sur Jeff Hardy et s'ensuit l'excellente et mémorable rivalité entre Jeff « live the moment » top face Hardy et CM « straight edge » tout juste heel turned Punk. Cette période permet à Punk de glaner deux titres WHC de plus (49 et 42 jours de règne) avant de feuder contre le Taker (screwjob et perte du titre en opener de HIAC avec en toile de fond une polémique médiatique sur Punk qui aurait pris la grosse tête). Ont suivi la StraightEdge Society avec ses très longs et originaux segments, et le New Nexus. Malheureusement ces deux périodes ont vu Punk se blesser et mal finir à cause de circonstances malheureuses et d’un booking qui semblait naviguer à vue. A posteriori je pense qu'on était en pleine période de test et que Punk avait beaucoup de latitude pour tenter d'imposer quelque chose de nouveau, dans la lignée de ce qu'il avait proposé contre Jeff Hardy. La suite de cette époque nous ramène au début du Summer of Punk décrit plus haut.

 

 

On reconnaît un leader motivé à l'intensté de son langage corporel.

 

 

En gros sur ces trois années, je garde un excellent souvenir de la rivalité Punk-Hardy, et tout le reste a ressemblé à de grosses opportunités pas toujours bien saisies (la faute à la malchance, à des erreurs du management ou de Punk) avec des succès mitigés (de bons matchs globalement, des histoires innovantes, mais des potentiels qui semblaient énormes et qui ont été gâchés). Tout cela a constitué énormément de temps d'antenne et tout le monde connaît CM Punk depuis. Mieux, Punk s'est imposé comme un métamorphe génial à tous niveaux : tout à tour heel ou face, performeur solo ou en stable, leader iconique ou défié pour son autorité, catcheur ou commentateur, technicien ou comedy man, heel aigri ou rigolard, aux cheveux longs et à la barbe fournie jusqu'à la tête rasée, on a voulu imprimer dans notre mémoire qu'il savait tout faire et changeait sans arrêt. Tout cela fait aussi partie d'une stratégie globale à mon avis autant que d'une recherche.

 

 

Ah merde j’ai oublié ce détail : Hardy, c’est pas le logo de Pepsi qu’il a tatoué sur l’épaule, c’est celui de Johnny Walker.

 

 

Pour moi, l'idée derrière tout ça est que VKM cherchait depuis très longtemps à faire de Punk un personnage iconique : son plan sur la durée visait à établir Punk comme champion de l'IWC, car cet ex-indy a tout ce qu'il faut pour plaire aux fans hardcore et anti-establishment, à commencer par son background. Son approche du catch qui semble aller à l'encontre du management en fait la copie conforme de Austin adaptée à son temps. A la fin des années 90, le kayfabe était encore roi : insulter et tabasser son boss face au public avait valeur de catharsis et enflammait les foules. Dix ans après, l'anticonformisme passe par d'autres moyens, mais le fin fond de l'idée est le même : ce qu'on ressent comme anticonformiste a toujours autant de pouvoir de séduction.

 

La perception globale de la réalité a pris le pas sur le kayfabe, car il s'est imposé comme une nouvelle lentille entre le kayfabe et la réalité. L'ère de l'internet et la reality era font que les grilles de lecture ont trois niveaux : le pur kayfabe et le premier degré absolu qui sont la terre de prédilection des marks étant un extrême, opposé à la stricte réalité qu'on nous présente le moins possible et qui correspond à la vérité fondamentale des gens et des choses, et entre les deux ce que j’appellerais la perception de la réalité, qui n'est rien d'autre qu'un second degré de kayfabe à destination des smarts que nous sommes. Ce point est extrêmement important : il inclut toute la communication globale, la présence dans les médias, les rumeurs distillées habilement et tout ce qui touche aux catcheurs hors du pur kayfabe. C'est sur ce point précis que la légende de Punk s'est construite à mon humble avis.

 

 

Non parce que y a que de la daube à la télé là, genre Raw ! (issu du colossal http://cmpunkgifs.tumblr.com)

 

 

Dernière série de faits incontestables : le règne de 434 jours. On a déjà tout dit de ce règne au niveau chiffre, mais peut être pas assez creusé son contenu. Le règne en lui-même est à l'image de la carrière de Punk, avec des rebondissements majeurs et une hétérogénéité importante. Tour à tour top face ou top heel, Punk a eu plus de T-shirts différents pendant cette période que n'importe qui. On raille souvent les t-shirts changeants de John Cena, mais Punk a explosé tous les records sur ce règne. Tout cela a permis de ne pas se lasser de Punk ; imaginez un règne dans le même temps de Cena, 434 jours de Cena champion consécutifs, et vous verrez que la gestion du renouvellement a été vraiment efficace. D'ailleurs en parlant de Cena, et ce dernier l'a bien dit dans son discours lors du RAW qui a suivi le Rumble : en six rencontres, Cena n'a jamais réussi à vaincre Punk pour le titre. Le Champ' a jobbé pour CM, c'est incontestable. Les finishs non clean n'y changent rien, Punk a été montré comme plus malin et plus efficace, en un mot : meilleur. D'ailleurs l'opposition entre marks ciblés par les actions kayfabe ayant Cena comme champion, et smarts ciblés par les actions second degré ayant Punk comme champion, sont pour beaucoup dans l'établissement d'une égalité de considération entre les deux.

 

 

Le saviez-vous ? En devenant top face, vous gagnez vingt points de force et quinze points de résistance !

 

 

Autre argument très important, on a sacrifié Ryback à Punk. Le Skip Sheffield reloaded nous avait été vendu comme le nouveau big man à potentiel de la fédération. Ce format de champion a toujours été perçu comme le dada de VKM en termes de visage de la compagnie. Il a été buildé comme un nouveau Goldberg pendant des mois, et au moment où Cena s'est blessé, on a choisi de sacrifier Ryback à Punk plutôt que de trouver une solution alternative. Et en réfléchissant bien, de nombreuses possibilités existaient : l'idée de Major qui consistait à envoyer un face valeureux et ayant un historique commun avec Punk en la personne de Kofi était excellente, mais ne ménageait aucun suspense. On a préféré conserver Punk au cœur de l'intérêt des suiveurs en lui opposant le catcheur qui par définition semblait pouvoir briser son règne et avait tout à perdre : or il a justement tout perdu en brisant sa streak sur Punk.

 

Le symbole du sacrifice de son futur grand à Punk par VKM me semble un des signes les plus forts du degré auquel Punk est crucial. Enfin Punk a  fini par perdre face au Rock, mais quand on regarde les builds comparés de Cena-Rock et Punk-Rock, on voit une différence de traitement importante. Cena a toujours été montré inférieur à Rocky, en toute circonstances, et a perdu à la régulière sans aucune intervention. Punk a été montré toujours combatif, n'a jamais baissé les yeux et Rocky a fini plusieurs fois fracassé, apparaissant comme vulnérable. Le match lui même a vu des circonstances affecter le Rock, mais aussi Punk : quand ce dernier se re-blesse au genou, on ne peut s'empêcher de se dire qu'il n'était pas forcément à 100% et que ça peut expliquer sa défaite. En bref, on maintient dans l'esprit de tous que Punk est vraiment très fort, du niveau du mec le plus fort à la WWE.

 

 

- Cinq jours avant la fin de l’année, c’est Noël. Et tu as été un vilain garçon.

- Eh merde, j’ai énervé le père fouettard.

 

 

Autre point important : les ratings n'ont jamais été aussi mauvais qu'en fin d'année 2012. CM Punk comme champion a considérablement grevé les ratings de RAW, c'est malheureusement un fait. La tentation a dû être forte de faire gagner Ryback ou Cena, ce qui aurait inévitablement fait rebondir les chiffres (comme cela avait été le cas l'an dernier avec Del Rio champion, et Cena qui avait repris le titre pendant trois semaines). Mais VKM a préféré persévérer avec Punk champion, et ça me semble un énième signe très fort. A noter aussi que pendant longtemps en début de règne de Cihaime, John Cena faisait tous les main events de PPV de manière très discutable et on a tous gueulé sur plusieurs matchs qui n'avaient pas leur place en fin de soirée ; eh bien je reste persuadé que ça a été un moyen de protéger Punk et d'éviter qu'une potentielle baisse importante des ventes ne remette en cause la stratégie globale mise en place.

 

 

- Khhh... et dire que certains auraient voulu avoir Punk-Bryan en main event... Khhh...

- M’en parle pas Johnny, y a des gens qui entravent rien au business.

 

 

Et je finirai avec une pièce cruciale du puzzle auquel on a eu droit cette année : le DVD de CM Punk. Je pense avoir prouvé de manière relativement indiscutable que Punk a eu plus d'opportunités que n'importe qui dans la même période, or le fantastique DVD de Punk insiste sans arrêt sur son côté vilain petit canard et son opposition au monde entier, son esprit combatif et sa faculté à réussir seul. Cette lecture est absolument discutable, mais tout aussi géniale. Ca fait du disque un outil de propagande fabuleux, sachant que le DVD en lui-même surpasse tout ce que la WWE a édité jusque-là : des images d'archives venant de toutes les fédés et une mise en scène très haut de gamme ont dû coûter un bras à VKM, mais l'impact et la qualité d'un tel outil de propagande dans la vision globale que VKM a de Punk entraient totalement dans la stratégie et justifiaient bien un investissement important. 

 

 

- Un jour Austin, toi et moi, on sera au sommet des deux plus grandes fédérations de catch du monde, j’en fais le serment !

- J’y crois, CM, j’y crois !

- Allez on se dépêche les mecs, on doit rendre la salle dans une demi-heure, y a les filles de l’école d’à côté qui viennent pour leur entraînement de basket.

 

 

En conclusion il me semble clair que depuis que Punk est là, il est destiné à faire quelque chose de grand. VKM s'est depuis toujours intéressé de très près à CM, et l'a mis dans des conditions de rêve pour s'exprimer, autant qu'il avait par le passé bichonné un Cena ou un Rocky qu'il avait très tôt identifiés comme ses superstars à venir. Voilà qui rend très ironiques les reproches d'« asskisser » faites au Rock et à Cena justement, car leurs pushs doivent plus à l’intérêt de VKM qu’à leurs flatteries à son égard, et car Punk possède à mes yeux le même statut que les gens qu'il attaque (à commencer par l'oreille de VKM).

 

Le génie de la situation est que tout chez Punk est fait pour charmer l'IWC. Tous ses discours reprennent les critiques de fond qu'on voit circuler et qu'on relaye en permanence sur le net, Punk se présente comme la voice of the voiceless ; il est en fait la voice of the internet voices. L'impression qu'il fait partie de notre groupe est patente tant il maîtrise les codes de notre pop culture et de notre vision du monde, et les oppositions dans lesquelles il est sans arrêt impliqué vont dans ce sens. Le métabuild qui entoure Punk est très travaillé, ses oppositions parfaitement calibrées. Punk se bâtit comme le négatif de Cena et déclenchera bientôt les mêmes « mixed reactions » à ceci prêt que ses supporters et ses opposants seront au contraire de ceux du Marine. La métastoryline qui l'entoure est très travaillée, le soin qu'on apporte à son personnage et les possibilités qu'on lui laisse sont juste formidables. Je pense que tous les autres catcheurs doivent être verts de jalousie devant autant d'investissement, à commencer par Cena qu'on enferme dans un rôle monolithique et qui doit le lasser depuis une éternité. Cena adorerait probablement turner, changer de personnage, repartir sur quelque chose de complètement différent et avec des storylines innovantes, mais cela semble impossible, alors que dans le même temps Punk a fait plusieurs turns et a vécu plusieurs vies de catcheur.

 

 

- Prends ma main, je t’emmène au pays du mal.

- Hey, y a pas écrit Festus là ! ... Et crois bien que je le regrette.

 

 

Tout cela ne remet en rien en cause le talent de Punk : personne d'autre sans doute n'aurait eu le talent ou le background pour permettre une telle élaboration de personnage et prendre cette place. De plus je suis persuadé que Punk a largement participé à l'élaboration créative de sa carrière. Il a transformé en purs bijoux les joyaux bruts qu'on lui a remis comme autant d'opportunités, et je ne remets en aucun cas en cause le talent absolu du natif de Chicago. Mais je suis persuadé que cette trajectoire n’a été possible que parce que la WWE l'a voulu très tôt, et à toujours poussé dans ce sens. Si j'avais besoin d'une preuve je dirais que l'histoire de Zack Ryder prouve que quand la WWE ne veut pas de quelque chose, ça n'aboutit jamais.

 

Au final je crois que Punk est réellement identifié comme top star potentielle depuis très longtemps par VKM, et que tout son build a consisté, sans doute de manière très expérimentale, à en faire le champion d'une nouvelle ère. Ce succès à toujours été lié à une perception de l'IWC qui imaginait s'approprier Punk, alors que c'est sans doute le contraire qui a eu lieu. L'aboutissement de ce travail est excessivement réussi, et on tient sans doute là le dernier cadeau majeur de Vince au monde du catch. Cadeau dont on peut tous se réjouir ! A vous de me dire si cette thèse vous parait convaincante, et j'en profite pour remercier Axl pour son aide dans la réalisation de ce papier !

 

 

Merci patron ! Merci patron ! Ce que vous faites ici bas, un jour Dieu vous le rendra !

Finally, the Champ' is here ! ^^

Je vais faire court, j'ai juste deux trucs que je tiens à dire. D'abord, c'est un vrai bonheur de te lire Silver, tu fais partie de ceux qui me manquent beaucoup dans le coin ! :) Ensuite, je voulais te féliciter pour ton papier, qui met le doigt sur une problématique intéressante et qui permet de prendre un peu de recul en donnant une nouvelle perspective sur le personnage de CM Punk, que je trouve très bien vue. Je suis totalement convaincu par ta théorie sur le kayfabe actuel à plusieurs degrés (entre "l'ancien", brut, et le nouveau qui se bâtit sur tout ce qui peut se lire sur la toile), et j'ai adoré lire ce papier qui explique clairement ce point de vue.
.
Bravo, GG, félicitations et plein d'autres compliments Silver, tu les mérites amplement ! :)
.
++

J'oubliais le couplet sur Cena

"Le Champ' a jobbé pour CM, c'est incontestable. Les finishs non clean n'y changent rien, Punk a été montré comme plus malin et plus efficace, en un mot : meilleur."
C'est là encore très contestable. Tu veux montrer que Punk est meilleur que Cena? Ben file lui une victoire clean. Même quand Punk était face, il n'a jamais battu Cena clean. C'est toujours grugé, perdu par DQ, gagné sur intervention extérieure au moment où Punk allait succomber (pour mémoire, le fameux match à MITB 2011 s'achève par une intervention des vils VKM et Johnny Ace alors que Punk est pris dans le STF au centre du ring). Cena lui-même n'a cessé de répéter que Punk ne l'a pas battu et n'a rien accompli, et qu'il ne le respecte pas.
L'un des éléments centraux du récit du catch c'est que le résultat sec d'un match ne suffit pas à tirer des conclusions, puisque les issues peuvent être entachées de triches diverses et variées. Donc le fait que Punk ait conservé plusieurs fois la ceinture contre Cena ne suffit pas à établir qu'il soit "meilleur" que lui aux yeux du grand public, a fortiori quand Cena ne cesse de le descendre en promo. Ca vaut aussi pour Ryback d'ailleurs, qui chaque fois qu'il a perdu contre Punk n'a perdu que sur une intervention extérieure et alors qu'il avait match gagné. Punk a simplement pris place dans l'infinie liste des heels lâches et prêts à tout pour conserver leur titre, aux côtés des grandes années de Jericho, Edge et autres Flair. C'est déjà pas mal, mais de là à dire qu'il a été présenté au public comme "meilleur que Cena", il y a un pas que je ne franchirai pas...

D'ailleurs un détail, Cena

D'ailleurs un détail, Cena dit qu'il a perdu 6 fois ce qui est faux, ex: raw 1000, il gagne par disqualification puisque Big Show l'attaque. Donc même s'il n'a en effet jamais gagné le titre en 6 rencontres, il n'a en revanche pas perdu 6 fois.

Cena ne dit pas que Punk a

Cena ne dit pas que Punk a gagné, mais qu'en 6 match il a perdu ou n'a pas été capable de faire le taf suffisant pour gagner, et que Donc Punk avait le dessus. Il parle d'"impossible for me to win" (ce qui est faux, il a gagné clean un non title match en duel contre Punk avant le triple threat avec Ryback en PPV, mais on s'en fout).
*
D'ailleurs je crois que là on sors du sujet et on rentre dans le relationnel entre Punk et Cena, dont il me semble qu'ils s'apprécient beaucoup et adorent travailler ensemble. Dans le discours de Cena, j'ai l'impression qu'il voulait mettre over son pote Punk au niveau du Rock en dépit de la logique de son personnage, et éventuellement ouvrir la porte au 3-threat dont on rêve tous pour Mania, Cena le premier amha.

Oui, mais c'est aussi une

Oui, mais c'est aussi une phrase qui est en contradiction totale avec le discours qu'il tenait en septembre, où pour le coup, il avait quand même violemment enterré Punk...
.
Edit: damn, j'avais dis un truc intelligent là-dessus avant, et 2 jours après, j'oublie et je fais mon smark qui fonce tête baissée...

Quelques trucs

Ca fait plaisir de te relire chenapan! Mais comme la mère Mako et d'autres, j'ai quelques trucs à redire sur le fond.
Primo j'ai globalement l'impression que ta démarche est violemment anti-scientifique: tu as une thèse toute prête, et tu pioches tout ce qui va à l'appui de cette thèse, minorant, ignorant ou retournant tout ce qui va à son encontre.
Ainsi des époques de depush de Punk, que tu n'évoques qu'à demi-mot.
Ainsi du départ concomitant de plusieurs main eventers établis, qui a créé un appel d'air au sommet (par rapport à la période où Punk a commencé à gagner des titres, on ne voit plus ou quasiment plus des mecs comme le Taker, HHH, Batista, Edge, Michaels ou encore Jericho; dans le même temps, en plus de Punk, seuls Sheamus, Bryan et dans une moindre mesure Del Rio ont émergé en tant que champions du monde de la nouvelle génération — il est donc logique que ces nouveaux venus obtiennent une grosse exposition. Or tu ne mentionnes jamais le départ de plusieurs grands champions des années 1990-2000 parmi les explications de la montée de Punk.
.
Autre affirmation dont je ne suis pas convaincu: Tu écris " les ratings n'ont jamais été aussi mauvais qu'en fin d'année 2012. CM Punk comme champion a considérablement grevé les ratings de RAW, c'est malheureusement un fait." Je trouve que tu vas très vite en besogne. L'audimat de la WWE dépend d'un nombre très élevé de facteurs. En vrac, l'offre télévisuelle globale, l'offre proposée en parallèle par les autres chaînes, l'évolution de la consommation télévisuelle vers le web, l'offre de la WWE du point de vue structurel (Raw de trois heures + SD + Main Event + Superstars + SMS + NXT) et conjoncturel (qualité des storylines en cours). Attribuer les courbes d'audiences uniquement par la personnalité du porteur de la ceinture WWE me semble extrêmement spécieux, et je pense qu'en aucun cas tu ne peux affirmer que "CM Punk comme champion a considérablement grevé les ratings de RAW, c'est un fait."
.
Il n'empêche que je souscris au fond du propos: Punk a été amplement soutenu par la WWE dès son arrivée, et ses plaintes sont évidemment largement injustifiées, mais atteignent bien leur but en surfant habilement sur cet espace qui existe entre kayfgabe et réalité que tu décris très bien.
Pour autant, je ne pense pas du tout que Punk a été programmé dès le début pour devenir l'une des plus grandes stars de la WWE. Mais je pense que Vince raisonne rarement comme ça, en fait. Il l'a peut-être fait avec un Hogan en son temps, ou pourquoi pas avec moins de succès plus tard avec un Lashley, mais je pense que le plus souvent le fonctionnement est le suivant: on embauche des jeunes gars prometteurs, on les forme, puis on les jette dans le grand bain avec un perso et éventuellement une storyline et on voit où ils arrivent.
Punk a d'abord, deux ans durant, été un midcarder. Au bout d'un moment, il a été décidé qu'il était assez convaincant pour lui filer le MITB, puis en faire un champion du monde, mais je ne suis pas sûr qu'au départ il partait dans l'esprit de Vince avec un énorme avantage sur des Carlito, des MVP ou des Chris Masters. Après, avec son talent, sa capacité de travail, son talent oratoire, il a su convaincre la direction qu'il méritait de devenir main eventer, et il l'est devenu. C'est comme ça que fonctionne ce business, dans l'absolu: on te donne une chance, tu la saisis, puis tu montes encore et encore, jusqu'au sommet si t'es le meilleur. Après, bien sûr, y a des particularités qui font de Punk un catcheur à part, mais je pense que fondamentalement son destin n'est pas différent de celui d'un autre main eventer de la WWE: il a séduit Vince, il a prouvé qu'il était fiable à tous points de vue, et donc il a grimpé tous les échelons à grande vitesse.
Bref j'ai l'impression que tu refais un peu l'histoire en la regardant d'aujourd'hui. Ce qui me plaît le plus dans ton riche papier, c'est la réflexion sur les médias, les réseaux sociaux et tout ça; la partie sur le parcours de Punk et son inéluctabilité me semble moins convaincante...

Cher papa, chère maman, c'est

Cher papa, chère maman, c'est avec bonheur et fierté que j'ai pris connaissance de vos encouragements et remarques, ainsi qu'avec beaucoup d'intérêt.
*
Sur l'esprit de l'article Mako, clairement il ne me semble pas évident que tout le monde a en tête ce que tu dis. En fait l'idée de l'article est née des commentaires passionnés qui ont plu sur le web le lendemain du Rumble, et d'une idée de longue date que j'avais sur le fait que Punk est un produit marketing comme Cena, à part que dans un cas les kids et les milf... pardon les ménagères sont la cible, et dans l'autre cas les smarts de l'IWC. L'ironie de la moquerie des premiers par les seconds qui les considèrent comme des moutons m'a toujours bien fait rire. Du coup je voulais mettre tout ça en perspective en allant un peu à contre courant des opinions passionnées des forums (et en faisant un peu de provocation). A ta question "qui cherche tu à convaincre?", je dirais "mettre un pavé dans le jardin des gens qui râlent sur la situation actuelle et qui sont passionnés, mais qui jugent le produit au jour le jour, sans prendre assez de recul pour voir les choses sur la durée". Et éclairer certains sur le projet et le produit marketing Punk (que je trouve excellent).
*
Mako encore: SNME c'est 5 shows par an au mieux entre 85 et 90, incomparable avec des weeklies qui proposent 10 à 20 fois plus de dates (on a + de PPV que de SNME). Punk en un an fait plus de shows télévisés que l'intégralité des SNME de l'histoire, largement! Ensuite les années 80, c'est un des 6 règnes qui dépassent Punk en durée, donc je ne confirme ce que je pense de cette phrase! ;) Là où je te rejoins partiellement c'est sur le dernier long règne d'Hogan (4 ans entre 84 et 88) correspond à la période de globalisation de la WWE (rachat par Titan et mutation de la compagnie de foire purement locale à l'entreprise d'entertainment à échelle nationale). C'est effectivement un règne intermédiaire, mais il répond à des codes incomparables avec ce qu'on a actuellement (mais effectivement pour bien faire, il faudrait regrouper les 5 longs règnes d'avant, et séparer les 4 ans d'Hogan complètement à part).
*
Concernant la mutation du monde du catch: Punk est calibré pour être la Nemesis de Cena car les temps changent. Le changement fondamental à mon avis c'est la "mixed reaction". Le but du catch est de passionner les gens, et de leur fournir des oppositions dans lesquelles ils s'impliquent à fond. Avant on avait heel vs face: la morale (100% du public) vs l'immoralite (0%). Les temps changent: on se rapproche vachement plus du sport avec deux camps identifiables qu'on regroupe sous les termes smart et marks. Le changement majeur est là pour moi, on ne batit plus des heels et des faces, mais des idoles smarts et des idoles smarks. C'est un changement majeur si on y réfléchit bien, et je pense que ça a été compris très tôt et intégré dans la réflexion par la WWE. Et je pense que Punk est le premier né de cette lignée d'idoles smarks. Ca sera peut être juste temporaire, mais ça me semble un changement majeur et qui a été accompagné d'actions clairement identifiables dans le cas de Punk.
*
Axl, concernant ma démarche: on est effectivement pas dans une "publi" scientifique qui partirait de rien et poserait une question en voyant où on arrive, mais c'est un argumentaire où je prend une thèse que j'étaye. Evidemment dès le départ je sais où je veux arriver, donc on est plutôt dans un papier politique que scientifique. Ce qui va a son encontre, je le minore ou je l'ignore quand ça me semble justifié de minorer ou ignorer. Je suis parfaitement ok que le vide créé a donné la possibilité de voir Punk, maintenant, je crois que Punk faisait de toute façon partie des priorités pour les raisons énoncées plus haut: il est l'argument clé de la mutation du catch et la réponse à la nouvelle équation. Dans l'absolue avec une carte bouchée, il aurait soit tout bousculé et émergé de toute façon, soit on n'aurait jamais eu son émergence et toute la WWE s'en serait mordu les couilles. Concernant les ratings, je suis ok que c'est plus compliqué: toujours est-il que les segments clés de Punk n'ont pas individuellement eu un impact comparable en terme d'audience vs les ouragans qu'ils déclenchent sur l'IWC, alors que la présence de Cena ou le Rock dans un discours débile ou un match neutre provoque toujours une hausse de ratings (ça, c'est vérifié facilement, la moindre analyse par 1/4 d'heure le montre). Punk ne vend pas tant que ça actuellement, et pour moi c'est un argument vraiment fort de la confiance qu'on lui accorde.
*
Je comprends que l'idée (invérifiable) que je propose que Punk fait partie des gars programmés comme Cena, Rocky, Austin, Hogan (mais aussi Ryan, Miz, Sin Cara pour les relativement ratés; et Sheamus, Del Rio, Bryan pour les réussites) est très discutable. Mais je pense sérieusement que recruter un profil pur indy tenait d'un projet de changement dès le départ, tant ça sortait de toute logique "habituelle". On a voulu qu'il ait la possibilité d'impulser un changement (toutes les opportunités de ouf qu'il a eu) jusqu'à finalement arriver à un truc qui me semble majeur et réussi. Rien n'empêche que ça aurait pu foirer, mais je crois fermement que les "élus" en qui ont fait confiance sont programmés très tôt, pas si nombreux (1/10 du roster à la louche) et protégés. Les dépushs ponctuels n'y changent rien, ils auront souvent beaucoup d'opportunités. Bref, la voilà ma thèse. Punk ne se serait jamais heurté au plafond de erre de par son statut initial. Le travail et le talent (et la chance!!!) sont des facteurs indiscutables pour confirmer évidemment. Punk aurait pu faire un bide comme Sin Cara, mais comme lui on l'aurait beaucoup vu et avec énormément d'exposition.
*
Pour ce qui concerne Cena, je le mentionne beaucoup car Punk et Cena sont les deux faces d'une même pièce, et ça me parait important de l'étayer. Cena est un outil idéal pour fédérer les gens autour de Punk comme le dit très justement Lebowski dans son dernier paragraphe. Cena sert autant Punk en terme de propagande et de création de frustration de ses fans que le contraire (d'ailleurs on peut mettre Cena et le Rock dans le même sac face à Punk). Les légendes heels du catch se construisent comme ça, un mec comme Flair est un exemple parfait. Personne ne se souvient de ses défaites ni de ses victoires par tricherie, mais tout le monde se souvient de son style et de son palmarès. Pour Punk ça sera exactement pareil. On se fout de la façon dont il perd car pour nous de l'IWC, ce qui compte c'est le in ring, le palmarès, le nombre de titres, la durée des règnes. Les petits marks et leurs mamans sont eux intéressés par l'esprit et la morale. Donc quand Punk garde son titre un an et triche tout le temps, tout le monde voit son champion grand, mais revient voir l'émission suivante également à cause de la frustration. On a un équilibre savamment organisé. Je trouve ça très bien pensé! Dans un monde smart idéal, Cena ferait un heel turn, Punk aurait quelques vraies victoires de prestige contre Cena et Rocky, on aurait un équilibre idéal concernant nos filtres de lecture IWC/smart. Mais dans le monde réel 50%smart 50% mark on ne représentera jamais que 50% maximum des inspirations qui existent autour du catch (et c'est pas plus mal).

"Concernant les ratings, je

"Concernant les ratings, je suis ok que c'est plus compliqué: toujours est-il que les segments clés de Punk n'ont pas individuellement eu un impact comparable en terme d'audience vs les ouragans qu'ils déclenchent sur l'IWC"
Ben en même temps, si tu cherches à créer une icône IWC, tu te préoccupes pas de ses ratings TV, tu regardes ce qu'il déclenche sur la toile...

Et un article super agréable

Et un article super agréable à lire, un! D'ailleurs cet article je l'ai lu comme je regardais la WWE il y a quelques années: en gobant à mort le kayfabe qu'on me servait et j'y croyais grave à l'époque (j'en ai presque honte). Du coup, à la fin de la lecture de l'article, j'étais parfaitement convaincu et impressionné par cette construction finement argumentée. Puis j'ai lu les comm' et j'ai réalisé que le raisonnement du papier est tout à fait contestable, un peu comme quand j'ai compris que le kayfabe n'était qu'un écran de fumée. Alors entre les commentaires d'un côté et le propos de Silver d'un autre, j'imagine que la vérité doit se situer quelque part entre les deux. J'ai peine à croire que VKM se soit dit dès 2006 "Punk sera LE champion des années 2010" mais disons qu'à force d'expérimenter diverses formules (ce que l'article montre très bien), Vince le sorcier a fini par trouver la bonne formule concernant le personnage de CM afin d'en faire enfin LE champion que nous adulons tant.

Je suis hyper content de ce

Je suis hyper content de ce com, parce que en écrivant l'article c'est exactement ce que je voulais. C'est un article complètement orienté et dans lequel j'ai volontairement fait disparaitre certaines nuances et doutes qui apparaissent dans mon esprit, pour clarifier le message. Si il est perçu dans un premier temps comme crédible et convaincant, mais qu'en revenant dessus on trouve des choses à discuter et à affiner, ça me va à la perfection! Quand je présente Punk comme un projet longue date, je tait que ces projets existent en plusieurs exemplaires (comme j'ai dit plus bas, je pense que pour son champion des smarts/de l'IWC, VKM cherchait des profils alternatifs parmi lesquels on a Punk, le Miz, et sans doute d'autres auxquels je ne pense pas; ensuite on protège et on expose ces gens là pour les formater, ou les aider à se trouver le bon format; enfin si les promesses son confirmées, on en fait des ME). Je pense que 90% des catcheurs sont considérés comme des catcheurs génériques, et 10% sont protégés pour éventuellement faire quelque chose. Parmi les catcheurs "génériques", on observe et des fois on donne sa chance à un mec, un bon exemple de succès et de ses limites dans cette catégorie ça serait Kofi, qui a fait sa place à la force du poignet, mais qui se heurte au plafond de verre. Parmi les catcheurs protégés, on donne sa chance de nombreuses fois pour trouver le bon compromis, et on travaille la gimmick au sens large (donc la communication autour, les rumeurs, etc...). Actuellement un mec comme Ambrose me semble faire partie de la catégorie des protégés, de même que les parcours de Sheamus, Del Rio, Ryback ou Bryan sont également dans cette catégorie pour donner des exemples concrets.
@Major et Cécé> je vous adore tous les deux, pas pour les mêmes raisons, mais je vous adore! <3 A bien y réfléchir vous êtes même une sorte de Yin et de Yang! ;)

Finally the Silver has come bock, et il est pas content

Je suis contente de voir le retour de l'amoureux de Gens et des kids. Ça change de cet haineux de charentais!
Et aussi je suis d'accord pour dénoncer l'hypocrisie qui régne autour du malheureux CM Punk qui décidément n'a pas eu sa chance, le pauvre!
Heureusement que Ce na regagnera le titre à WrestleMania en battant The Rock et CM dans un triple threat dantesque

YES !

Bon retour Silver, c'est un bonheur absolu de te lire à nouveau sur ces pages <3
Excellent article et excellentes vignettes, et je suis d'accord sur toute la ligne avec toi : je pense que parmi les catcheurs ayant fait leurs débuts dans la fédération dans les années 2000, Punk sera vu dans l'histoire comme le deuxième plus important. Derrière Cena donc, mais devant Batista ou Orton. Ce règne de plus de 400 jours est quasiment une anomalie de l'histoire, et le fait qu'on l'ait laissé aller aussi loin en dit long sur la confiance accordée au champion. Sur le personnage rebelle, j'adhère complètement, et je pense que c'est là que nous (l'IWC) aimons Punk : son personnage s'adresse à nous, nous parle. Le côté en dehors des codes est savamment calculé, mais CM Punk en tant que perso a également une richesse et une profondeur que n'atteignent pas Sheamus ou Cena. Philip Brooks lui même est très valeureux, mais le travail collectif de toute la fédé autour de Punk n'est absolument pas à remettre en cause depuis son arrivée.

Finally!

Coucou Silver !
.
Ravie de te relire sur les Cahiers. Ton papier est très intéressant, très complet, même s’il me semble enfoncer allègrement quelques portes déjà très largement ouvertes. Vince McMahon et son équipe gèrent leurs ressources humaines, anticipent l’avènement de leurs futurs grands champions, les protègent si besoin, les favorisent ? Oui, ça me paraît une évidence. Ç’a toujours été le ca, tout au long de l’histoire de Stamford. Sammartino est le bigger plan du père de Vince, avant même que l’Étalon Italien soit une grande star de la discipline, Hulk Hogan est l’arme fatale qui a permis à l’actuel boss de la WWE d’achever toute concurrence aux États-Unis (avant que ne déboule la WCW de Ted Turner), alors même que le Hulkster n’était qu’une formidable promesse, déjà populaire, certes, mais largement sous-exploitée par l’AWA. Quant à John Cena, on lui prédisait déjà le meilleur avenir alors qu’il n’était qu’un jeune espoir en développement. CM Punk n’échappe pas à la règle, même s’il est encore loin d’avoir l’impact qu’ont eu les trois Top Guys que je viens de citer. Il règnera peut-être un jour sur le trône du Connecticut, mais ce n’est pas encore le cas. Bref, ton papier est super, mais qui cherches-tu à convaincre en nous expliquant que la WWE voit plus loin que le bout de son nez et réfléchit à l’avenir de son roster ?
.
Sinon, je vais pinailler un peu, j’adore ça. :)
.
Concernant le règne de Punk, tu dis que « les seuls règnes le dépassant (datent) d'une époque où les weeklies n'existaient pas et où RAW n'était même pas le germe d'une idée dans l'esprit du jeune VKM qui observait son père au poste de dirigeant d'une fédération de catch locale. », ce qui est partiellement inexact. Le début des grands shows TV, c’est mai 1985, avec Saturdays Night’s Main Event sur NBC (avec des ratings de ouf), dans la foulée de WrestleMania I, le pari génial qui bouleverse le business model de la WWF. Certes, l’émission n’est pas hebdomadaire, mais propose déjà un suivi régulier des aventures des Superstars de la WWE, Hulk Hogan et Andre Le Géant en tête, à l’époque où le Hulkster règne en maitre incontesté sur la discipline. Et c’est bien Vince qui est à la barre du navire, puisqu’il rachète la WWF à son papa en 1982 (Hogan est sacré pour la première fois en janvier 84). Bon, c’est peut-être un détail pour toi, mais pour moi ça veut dire beaucoup.
.
Quant à ta conclusion, qui voudrait que CM Punk soit le Champion d’une nouvelle ère qui serait celle du public le plus smart de la WWE, je peux me tromper, mais je n’y crois pas une seule seconde. On voit souvent fleurir sur les nets des analyses prédisant une grande révolution à Stamford, un changement de stratégie qui ferait sortir la fédé de son positionnement PG Era ou serait la preuve d’un renouvellement de génération massif (remember le papier de SAT au lendemain de l’invasion NEXUS, rigolo à la relecture), mais jusque-là, rien n’a jamais confirmé ces théories, certes sympathiques sur le papier, mais qui tiennent plus du vœux pieux que de l’analyse rationnelle. Bref, on verra si l’avenir te donne raison ou pas, mais pour ma part, rien n’indique que la WWE veuille bouleverser une politique qui lui réussit plutôt très bien et dont John Cena est le porte-étendard naturel. Enfin, je crois :)

Je commenterai demain en

Je commenterai demain en détail, mais je veux juste te dire bravo et welcome back!

Bravo, y a rien de plus à

Bravo, y a rien de plus à ajouter. Excepté : YOU GET BUSTED by Vincent Kennedy McMahon :)

Très bon papier! (même si un peu troll sur le titre^^)

J'ai l'impression que cela faisait très longtemps que je n'avais pas lu un article de ta part! J'en suis ravie, vraiment beau boulot. J'étais d'autant plus ravie que cela parle de Punk.
D'accord sur tout, sauf le départ de cette "idée de génie" de la part de VKM. Je ne sais plus exactement quand mais SAT avait poster un lien sur le forum d'un article de Dave Lagana où il racontait certains moments de la carrière de Punk pendant laquelle il avait travaillé avec lui.
.
L'article disait entre autres que le premier titre que Punk a gagné à l'ECW est principalement du à son gimmick de straight edge puisqu'il l'a gagné peu de temps après le drame Chris Benoits qu'il a eu sous l'emprise de drogue. Cela a résulté au début de la "wellness policy" (grosso modo, peut être qu'il y en avait déjà avant mais pas aussi poussé surement). En tout cas, John Morrison a été rattrapé par la patrouille à ce moment là et donc VKM a vu d'un bon oeil l'image que pouvait représenter PUNK en tant que champion.
(après recherche sur google j'ai pu retrouver un lien vers le texte : [url]http://adamswrestling.blogspot.fr/2011/07/straight-edge-or-bust-how-cm-punk-won.html[url])
.
Dans les deux autres parties de l'article, Lagana raconte aussi comme à ce moment là McMahon n'avait pas spécialement le temps de s'occuper de la ECW et quand tu parles de la streak de 6 mois de Punk, c'était entièrement sous le contrôle d'Heyman que cela s'est réalisé. (Ca c'est raconté dans le DVD), D'ailleurs six mois c'est le temps qu'est resté Heyman à la ECW, après ça la streak de Punk a été brisée.
.
Voilà :), Personnellement je pense que cette idée de construire le "champion des smarts" a du germer (si ça n'a jamais été le cas) au moment du heel turn de Punk et de son deuxième cash in. Mais là je n'ai rien pour étayer.

Tout pareil que la Dame

T'y vas un peu fort parfois Silver, même si ton avis et ton décryptage sont très intéressants.
Effectivement, CM Punk a gagné le titre ECW alors que ce n'était pas prévu au départ. Un ancien booker de l'ECW racontait dans une interview comment il avait été décidé au dernier moment de donner le titre à Punk après que Morrison ce soit fait prendre par la patrouille anti-dopage.
De même, le premier MitB remporté par Punk en 2008 aurait pu (aurait dû ?) revenir à Jeff Hardy si ce dernier ne s'était pas fait suspendre peu de temps avant WM.
Après, la WWE a quand même apporté beaucoup d'attention à Punk, c'est indéniable. Mais il est aussi indéniable que Punk a un talent énorme. Dès lors, le fait que VKM ai fini par miser sur lui, notamment pour séduire les smarts, n'est pas surprenant.

Merci à tous pour vos

Merci à tous pour vos commentaires et vos encouragements, ainsi que vos critiques et questions! ;) Je vais essayer de grouper les réponses pour ne pas trop noyer le topic de posts.
*
Tout dans l'article est basé sur des interprétations de ma part, donc je n'ai rien pour justifier mes idées. En plus j'ai volontairement grossi certains traits pour polémiques un peu et faire passer mon message global. Par exemple c'est jamais mentionné dans l'article, mais je me demande si un temps VKM ne voulait pas que le Miz soit le fameux champion de l'IWC (et dans ce cadre, des histoires comme le fameux accrochage avec JBL étaient totalement destinées à l'IWC) jusqu'au main event foiré de Mania XXVII ou VKM a changé de fusil d'épaule, sachant qu'il s'était gardé Punk sous le coude. Le projet "Punk champion" est un truc de longue date qui est comme une cartouche parmi plusieurs (entre autre "Mason Ryan face of the Compagny", et d'autres foirages), mais à mon avis pensé comme une possibilité dès le recrutement de Punk à la ROH. La partie du DVD où Heyman parle de Punk est purement propagandesque je pense. Tout ce qui a été fait à la ECW l'était avec accord du boss sur les grandes lignes. D'ailleurs quand je parle de VKM, c'est aussi un abus de langage pour parler de la direction de la WWE. Quant aux arguments "le titre aurait dû revenir à untel", je les réfute en bloc. Certains titres ont leur changements décidé en dernière minute, y compris sur les titres majeurs. Le bookers pèsent en permanence tous les paramètres avant de donner un titre, un mec n'est jamais "programmé" pour toucher un titre de façon incontestable à un moment précis, et quand Punk a touché les siens, il y a peut être eu des circonstances spécifiques, mais il y en a toujours dans chaque décision de gain ou de retain. Bref, je crois aux circonstances, mais pas plus pour Punk que pour n'importe quel autre catcheur (donc oui il y a une part de chance/malchance, mais chez Punk on peut équilibrer par certains titres touchés du fait de dopage d'autres catcheurs, et des titres non touchés du fait de blessures par exemple). In fine la seule vérité c'est le palmarès (titres et durée de ces titres, temps de présence et place dans la carte).

Super article et excellente

Super article et excellente idée de départ. Bon évidemment, tu passes un peu vite sur les points génants (comme l'année entière de défaite en ppv) et tu vas un peu trop loin dans la théorie du "tout est prévu depuis le départ", mais tu relèves des points extrêmement pertinents sur sa liberté de ton, son espace créatif et la propagande autour de lui.
.
Pour avoir vu le documentaire en question, je trouve qu'il manque un peu de finesse et qu'il expose très bien le fait que la WWE cherche à écrire sa légende.
.
J'ai pas trop le temps de venir critiquer un par un mes points de désaccord (d'autant qu'on devine que tu as volontairement forcé le trait), mais sur le sacrifice de Ryback, il faut pas oublier que Punk-Rock au Rumble est dans les tuyaux depuis Raw 1000 et que ça n'avait aucun sens de faire perdre le titre à Punk qui aurait été obligé de le reprendre très vite.
.
Et sur le job de Cena, je pense que c'est justement pas innocent qu'il n'ait jamais perdu clean et que tout le discours de Cena sur le respect, conclu par le retain sur un draw était nécessaire dans l'optique de nourrir le complexe que le personnage CM Punk et toute l'IWC nourrit vis-à-vis de Cena.

What's up?




2009 - 2018
Relax Miz Girl, les CDC ne sont pas morts. Retrouvez-nous dans notre nouveau chez-nous.

Connexion utilisateur

Commentaires récents

Les Vignettes des Cahiers


Merde, j’ai toujours été nul au Puissance 4.


Retrouvez ici toutes nos vignettes !


Quotes of the Cahiers

"I'm gonna leave him in a pile of blood, and urine and vomit."
Brock Lesnar à propos de John Cena

"At 9 am Eastern time tomorrow, the WWE Network goes live. But the problem is you’re all gonna be so overwhelmed by the incredible content available, you won’t be able to turn it off. Adults will lose their jobs and kids will be expelled from schools for lack of attendance. In fact, you’re gonna be so mesmerized by the incredible content of the WWE Network that you won’t even have time to remove the garbage from your houses. Your places are gonna start to stink, rats will move in, and they’re gonna look like bigger pigsties than they already do. Ultimately, the government is gonna come along and condemn your homes and you will all be left homeless defending yourself on the street. Thank you very much."
Bad News Barrett

"He’s twisting him so much his twin brother is getting dizzy !"
JBL commentant un Giant Swing d'Antonio Cesaro sur l'un des frères Uso.

"I think I'm a little too old for you Jerry. I'm 26, I know you like them younger."
AJ Lee, à Raw, s'adressant à Jerry Lawler

"It looks like James Storm has had more partners than Taylor Swift lately, he should probably get tested"
Bad Influence

"Having watched that… I regret the doctors in Canada saving my life.”
Jerry Lawler, après le segment où Mae Young a accouché d'Hornswoggle.

"What's running through John Cena's mind? I don't give a crap what's running through his mind. What's more important is what's running down his leg."
Brock Lesnar

"Yes. Stop sending dumb tweets like this one. RT: @Kid_Antrim Any advice for me?"
Paul Heyman, sur Twitter

"With Kofi Kingston as the Intercontinental Champion, the bar has been lowered. And when the bar’s been lowered, mediocrity becomes acceptable. And when mediocrity becomes acceptable, society crumbles. And when society crumbles, civilization will end as we know it.”
Le Miz, Hell in a Cell

"Can you figure that? She's not able to get a date! I mean, even Natalya is able to get a date!"
Eve à propos de Layla

"I understand that you barbaric buffoons could easily eviscerate me and dispose of me like common trash. However, if you do so, I will not be a victim. I will be a martyr. A martyr for anyone who appreciates a sophisticated mind."
Damien Sandow, à DX.

"Apparently, giants can win the Super Bowl, but not matches at WrestleMania. You’re like ‘The Reverse Undertaker’. Who are you going to lose to this year? The boxer or the sumo wrestler?”"
Cody Rhodes au Big Show

"The Kliq is back, which is kind of ironic because "click" is the noise the audience's remote control makes every time Kevin Nash pops up on their TV screen."
CM Punk

"It's a conspiracy! C... O... N.... Spiracy!"
R-Truth

"I understand that... that Vince McMahon's gonna make money despite himself... he's a millionaire who should be a billionaire... you know why he's not a billionaire? It's because he surrounds himself with glad-handing nonsensical yes-men like John Laurinaitis, who's gonna tell him everything he wants to hear... and I'd like to think that maybe this company will be better after Vince McMahon is dead, but the fact is it's gonna get taken over by his idiotic daughter and his doofus son-in-law and the rest of his stupid family."
CM Punk

"These people are not Jimmies. They are the greatest fans in the world!"
John Cena, à R-Truth qui venait de qualifier le public de Raw de "Little Jimmies".

"Can you imagine if Sheamus wins this thing? I mean, the international ramifications, I mean the buyrate, I’m talking about the demographic change and everything? If Sheamus wins this match, it will be huge, not only for him but for the Smackdown brand."
Booker T., pendant un Title Match opposant le champion poids lourds Randy Orton à Sheamus.

"When I’m done with him, he’s gonna have barbecue sauce fueling out from his belly button like a geyser."
Michael Cole à propos de Jim Ross

"The WWE has gone from the powerful "Austin 3:16" to the dominant and iconic "can you smell what the Rock is cookin?"... all the way to "You can't see me"? You can't see me, what are you, playing peek-a-boo? Believe me, we all can see you. A blindfolded, sleeping, stuck in the basement Stevie Wonder can see your monkey ass. How in the hell do you think we can miss you come out here with your bright ass purple shirt, before that bright green shirt, bright orange shirt like a big fat bowl of Fruity Pebbles?"
The Rock à John Cena

"Jerry Lawler has forgotten more about wrestling than the Miz has ever known."
CM Punk

"If anyone says you can't do something, if anyone says you can't live your dream... Believe them, because you can't."
The Miz

"William Regal did the real work with this young man. Shawn Michaels took $3000 from him, that's all he ever did."
CM Punk à propos de la formation de Daniel Bryan

"I would RKO my own grandmother if it meant keeping this title. And then I'd RKO YOUR grandmother just to see the look on her face."
Randy Orton, à Sheamus

Virgil: - Ted, what are you going to do for protection?
Ted DiBiase, jetant un coup d'oeil à Maryse: - Go to the drugstore.

"Her teeth are going to be like the Ten Commendments after this match: all broken."
Alicia Fox, à propos d'Eve Torres

"Layla is not married. She deserves a good husband. I should marry her before she meets him."
Jerry Lawler

"If I suck, why would a Perry deli – the top Perry deli – name their top-selling sandwich after me? It's called the Swaggie. It smells like freedom."
Jack Swagger

"I realize how much of a starmaking performance I had in McGruber. The reviews have been off the charts. As a matter of fact, they are speaking of a possible early Oscar nomination."
Chris Jericho

"I'm sure your mom's uterus is awesome."
Vicki StElmo à Vladimir Kozlov

"If we were in your era, I'd put a Sharpshooter on you faster than you can put a pair of cheap sunglasses on an ugly kid."
The Miz, à Bret Hart.

"When I look at you I don't see fans. I don't even see people. I see money, money, money, money. Dollar signs, dollar signs, dollar signs, dollar signs. With some of you, a lot of dollar signs because I see a lot of fat people in the audience and I know you paid for two seats. Thank you very much!"
Batista à Raw.

"We are real women with the body that God created us with."
Mickie James, la femme aux implants mammaires en silicone qui explosent dans le ring.

Don Johnson: "This is a mistake!"
The Miz: "Mistake? No. Pink shirts and white suits, that is a mistake."

"One nation under Punk, undivisible, with integrity and sobriety for all!"
CM Punk

Michael Cole: "Our guest at ringside, Marisse. Welcome."
Maryse: "Oh my god, Michael Cole, you vintage nerd. You can't even say my name right. I should punish you and just give you my French kiss."

"If I see you in my match tonight, I'm gonna tear your intestins out and jump rope with it. And that's not all. I'm gonna take my two fingers, I'm gonna dig up your nosedrills and I'll rip your brain out. And I'm gonna put it in a newspaper and I'm gonna smash it against a window."
Mike Tyson à Hornswoggle

Ted DiBiase: "My movie, the Marine II, is superior to the original Marine."
Cody Rhodes: "Ted, my fifth grade graduation video is superior to the original Marine."

"I'm on Raw, you're on Smackdown... Long distance relationships don't work, Chris."
Big Show

Jerry Lawler, après une promo de Maryse où elle a qualifié Melina de "petite poupée": "Did she just say poupée? Do you know what that means in French?"
Michael Cole: "What?"
Jerry Lawler: "I... I can't say it!"

"I respect her. There are a lot of things that she does that I couldn't do, being the size that she is."
Michelle McCool à propos de Mickie James.

"We have MVP on the stage, and PMS in the ring."
Goldust, à propos des divas assemblées dans le ring pendant les Slammy Awards 2009.

"It was kind of like the 300 at the battle of Thermopylae, but with better abs".
John Morrison à propos de la fin de son match à Survivor Series, quand il s'est retrouvé à 1 contre 3.

"Hi, I'm John Morrison, and one time I drove my Lexus 700 miles on a tank full of my own urine."
John Morrison

"I always said if I could put my brain in Andrew’s body he’d be a 20-time world champ."
Edge à propos de Andrew "Test" Martin