Sondage

Cela fait maintenant un mois tout pile que Jinder Mahal est champion de la WWE. Selon vous::

Straightedge Christmas

We're gonna steal your mail
On a Friday night
We're gonna steal your mail
By the pale moonlight!

Dead Kennedys, Stealing people’s mail

 

Il avait déjà volé son pseudo à CM Punk. Cette fois, Mr. Coffeeinthebank est allé encore plus loin dans l'ignominie en interceptant la lettre que ce même Ciaime a adressée au Père Noël. Non mais quel enfoiré.

 

 


Où… où est ma lettre? Elle était dans mes mains il y a une seconde, et elle a disparu!!!

 

 

La lettre de CM Punk au Père Noël

 

Ignoble imposture commerciale destinée à accroître artificiellement la frénésie de consommation d'une société chancelante en proie à l'effritement moral, abjecte création de Coca-Cola alors que Pepsi est le seul choix digne d'une nouvelle génération, petit Papa Noël,

 

Bonjour.

 

Je connais le deal: je te raconte à quel point j'ai été sage cette année et toi, du coup, tu m'offres le cadeau que je te demande (dans la limite des stocks disponibles, ça va de soi). Ca me va. D'autant que cette année, j’ai vraiment été très sage. Surtout au début, d'ailleurs. J'espère que tu en tiendras compte, même si, entre nous, cette période de Face aussi gnagnan que John Cena sur Fox News un 4 juillet m'a méchamment saoulé (enfin, métaphoriquement parlant bien sûr).

 

Mais faut croire que ça plaisait en haut lieu, mon côté "esprit sain dans un corps de clodo". J'ai donc démarré 2009 en gagnant le titre intercontinental dans un vrai-faux tournoi organisé pour permettre aux midcarders 1) de détourner leurs regards des vraies feuds ou des vrais titres de champion et 2) de justifier leur présence et leur salaire. Bref, on me le file presque gratos, ce qui fait de moi non seulement le 19ème Triple Crown Champion de l’histoire de la WWE, mais surtout le Triple Crown Champion le moins crédible de l’histoire de la WWE. Enfin, jusqu'à ce que je laisse ressortir le prédicateur moraliste qui se débattait en moi…

 

Ce titre, je m'en moquais un peu: après avoir goûté au WHC l'année précédente, se retrouver Champion IC, c'est comme passer d'une succulente assiette d'aubergines à une fade asperge — tu m'excuseras de ne pas sombrer dans les comparaisons du genre Budweiser – Chivas Regal, je m'en tiens à des parallèles straightedge. Un peu plus tard, je me débrouille donc pour refiler ma ceinture à JBL dans une rivalité aussi solide que les arguments d’Obama pour envoyer des soldats supplémentaires en Afghanistan (on sait tous que la seule vraie raison, c'est d'avoir suffisamment de public encore en vie pour y organiser un Tribute to the Troops l'année prochaine). Pour sécher mes larmes, Vince m’a alors accordé une qualification pour le Money In The Bank de Wrestlemania en battant Miz et Morrison, qui commencèrent d'ailleurs ce jour-là à se chamailler. Ce que personne ne savait, c'est que ç'allait être mon trampoline pour la gloire.

 

 


Kane n'a toujours rien compris aux règles du Money in the Bank.

 

 

Note que, pendant ce temps, question micro, c’est zéro. Vince, a été clair là-dessus: "Tant que tes slips se vendront pas, tu touches pas au micro." "Mais et Umaga?", je lui ai demandé. "Détrompe-toi, ses strings XXXL et ses paréos partent comme des petits pains!" Bon, admettons. J'avais plus beaucoup à attendre de toute façon.

 

A Wrestlemania, je remporte le MITB. Ça aurait pu être un scandale, étant donné que je l’avais déjà gagné l’année dernière. Mais franchement, t’y aurais cru, si Finlay remportait le World Heavyweight Championship? Ou Mark Henry qui cashe la mallette? On sait bien que c'est pas ça qu'ils t'avaient demandé dans leurs lettres de décembre dernier. Finlay voulait juste qu'on le débarrassse du nain, et Mark en avait marrer de squatter à l'ECW et voulait être drafté à Raw. Résultat: t'as fait d'une pierre deux coups. Cette année l'ancêtre irlandais jobbe tout seul à Superstars tandis que Mark a dû se fader Hornswoggle et danser la farandole en portant un petit chapeau vert. J'avoue que j'apprécie ton sens de l'humour.

 

 


Tu l'as voulu, Georges Dandin.

 

 

De toute façon, le MITB fut probablement ce qui s’est passé de mieux ce soir-là. Pourquoi? Parce qu’entre les gentils Cena et Triple H qui bottent le cul aux méchants, les divas et le titre intercontinental qui sont ridiculisés, la ceinture ECW même pas évoquée, Taker et HBK qui dépushent les jeunes, ces derniers devant lumberjacker lors d'un match pour l’unification des titres par équipes qui n’est même pas diffusé, tu te demandes si ça vaut vraiment le coup de payer ta redevance TV. Ah bon, c'était 50 dollars le prix du pay-per-view? Bah, toujours ça que les marchands d'alcool et de clopes auront pas.

 

Quoi qu'il en soit, moi je me suis retrouvé avec la mallette. Du coup, Triplache, qui avait dû me voir casher sur Edge l'année dernière, et qui venait d'arriver à Raw, a pris peur et m'a fait illico presto transférer à SmackDown. Tant mieux, parce que là, on me file, avec comme un air de "démerde-toi", un truc encore plus utile que la mallette: un micro! Evidemment, j'ai saisi ma chance. Alors qu'auparavant on me trouvait aussi chiant qu’un épisode de "Word Up", le public a accroché dès mon premier speech. Il est vrai que j'étais venu sur le ring pour taper la discute avec Edge et Jericho. C'est autre chose que d'essayer de vanner Khali et Kozlov, hein. Fallait sortir son meilleur jeu, et je l'ai fait.

 

 


- Hein, t'as dit quoi?
- T'as très bien entendu. Straightedge, c'est l'opposé de Gay-Edge.

 

 

Et hop! Me voici crédibilisé aux yeux de tous. Edge en était scié ce soir-là! Pas autant que lorsque Vickie se mettait nue devant lui, mais presque. Du coup, le fait que je puisse devenir champion paraissait presque logique. Pas comme l’année dernière, quand j’avais réussi à être encore moins crédible que David Arquette champion de la WCW.

 

Mais c’était sans compter avec Umaga, qui effectuait sans le savoir sa dernière tournée. Umaga, c’était un mec sympa. Pas du genre à finir les mots fléchés illustrés du Journal de Mickey, on est bien d'accord; mais serviable, toujours prêt à te mettre over. M'étonnerait pas que là où il est, il soit en train de jobber à Test, Bam Bam Bigelow ou Big Daddy V. Hein, Big Daddy V est pas mort? Dingue alors, on me dit jamais rien à moi.

 

 


Ah mais laisse-moi tranquille, tu vas crever de toute façon!

 

 

Bref, Umaga, sans doute manipulé par Edge qui devait lui montrer des photos osées de Vickie en douce, m'a empêché plusieurs fois de casher ma mallette sur Edge pour un bis repetita de mon sacre de 2008. Mais j'avais de la ressource. Un coup de fil aux responsables de la Wellness Policy (qui est au mode de vie straightedge ce que le Deuxième Amendement est à la NRA) pour qu'ils débarquent chez lui et hop. Oh, j'avais pas d'infos exclusives sur les produits auxquels il carburait, mais bon, un gars de 160 kios aussi rapide, j'avais plus vu ça depuis l'époque où Jonah Lomu avait encore ses deux reins. Ca sème le doute. Evidemment, les Experts Stamford ont trouvé chez lui tout ce qu'il fallait pour le virer fissa. Du coup, il jobba une dernière fois pour moi, à Extreme Rules. Et le soir même, enfin débarrassé, j'allai casher ma mallette sur le vainqueur du match pour le titre entre Edge et son challenger Jeff Hardy. Comme c'était un ladder match, je savais qu'il y avait de bonnes chances qu'une fois le combat fini ils soient tous les deux aussi en forme que Jerry Lawler à la fin de l'Oktoberfest. J'avais raison, comme toujours. Hardy avait gagné, mais le temps qu'il réalise, je lui avais déjà cashé ma belle mallette sur sa face peinturlurée (sans doute pour dissimuler un début de couperose).

 

 


Vite, lui prendre cette belle ceinture avant qu'il aille l'échanger contre une dose de crack!

 

 

Eh là, tu le croiras pas! C'est comme si j'avais égorgé Mickey au beau milieu de la parade de Disneyland. Ca a fait un drame pas possible dans le public. Crises de larmes, évanouissements, comas éthyliques… Tout ça pour cette demi-épave qui passe ses journée à se torcher avec tout ce qui lui passe sous la main toit en composant des poèmes ou "night" rime avec "all right", sans déconner. J'ai regardé ces milliers d'abrutis effondrés, et ça m'a fait comme un choc. Tous ces spectateurs qui suivaient son exemple… Toutes ces fans de 16 ans maquillées comme des voitures volées…Tous ces kids de 12 piges qui sniffaient leurs tubes de colle... Toutes ces brassières moches…Tous ces cheveux sales… Je... J’étais écœuré. Il fallait que je fasse quelque chose pour sauver cette génération qui ne me regardait même pas parce que je suis punk, mais qui suivait le Jeff Hardy way of life !

 

Il fallait que le straghtedge qui veillait en moi intervienne! Désormais, j’allais faire le bien autour de moi. Qu'ils le veuillent ou non, j'allais sauver tous ces abrutis d'eux-mêmes.

 

 


- Jeff, tu jouis d'une immense influence sur tous ces merveilleux jeunes gens. Pourquoi ne pas les initier aux joies de la soupe de carottes, à la fraîcheur d'un grand verre de jus de tomate et aux régénérantes ballades en forêt?
- Beurk, je crois que je vais dégueuler.

 

 

Alors, tout au long d’une feud et de combats que je qualifierai sans fausse modestie d'époustouflants, j’ai dénoncé sans relâche les aspects nocifs de la drogue, de l'alcool, et de toute cette imposture que Jeff appelait "Living for the moment". Quel "moment", celui où on dégueule ses tripes sur son compagnon de beuverie? Celui où on vole le portefeuille de sa grand-mère pour se payer un paquet de clopes? Celui où, allongé au fond d'une impasse avec une seringue dans le bras, on comprend qu'on ne se relèvera plus? En tout cas, chaque fois que je lâchais la bride à ma verve oratoire, Jeff devenait tout rouge, avait les yeux inquiets, le bouche sèche et suait abondamment. Le show fini, dans les vestiaires, je le voyais s'injecter du Destop directement dans la tempe. Il m'aurait presque fait pitié. Presque.

 

 


Punk, je suis en manque, t'as rien pour moi? Sûr?

 

 

A la fin de ZE feud, j'étais encore le champion. Plus important encore, avec plus de réussite que Shawn Michaels envoyant Ric Flair à la retraite, j'avais dégagé Jeff en cure de désintox! Bon, il voulait pas. Alors j’ai appelé la police, histoire qu’ils le raisonnent. Est-ce que c’est de ma faute s’ils ont trouvé des substances illicites chez lui? De toute façon, c’est pour son bien. Faut voir comment il se fringuait ou se maquillait. Si Marylin Manson se pointait attifé comme ça à une soirée organisée par le fanclub de Kiss, il serait probablement refoulé à la porte pour mauvais goût. N'empêche, niveau vêtements, cosmétique et même toxicomanie, Jeff est encore sauvable. Par contre, pour ses poèmes ou ses tableaux, on peut plus rien faire: il continuera à commettre des attentats artistiques jusqu’à la fin de ses jours. L'alcool et la drogue n'y sont pour rien. A mon avis, c'est d'avoir grandi aux côtés de Matt qui l'a rendu comme ça. C'est bien simple, quand Jeff peint une rose, on dirait un mégot flottant dans une bouteille de bière. Quand il peint un ciel bleu, on dirait un fond de chiottes chez le Big Show au lendemain d'une soirée raclette. Et quand il récite un poème d'amour, on dirait Heindenreich hurlant à la lune dans un cimetière après avoir profané un cadavre.

 

A propos de cadavre, à peine débarrassé de Jeff, j'ai dû me fader le Taker. Evidemment, j’ai voulu poursuivre dans la foulée de ma croisade straightedge, surtout que la cible s'y prêtait bien: un quadra aux cheveux longs qui retrousse les yeux quand il dit bonjour, ça va si c'est un roadie d'Alice Cooper qui imite le patron pour déconner. Mais s'il y ajoute une symbolique mortifère à faire passer Satan pour un bisounours, s'il passe son temps à vouloir voler les âmes de ses collègues et s'il met une heure à parcourir les cinquante mètres qui séparent les coulisses du ring, moi je dis: toxicomane au dernier degré! Cure immédiate! Electrochocs! Camisole de force! Chambre capitonnée!

 

 


Yo, quelqu'un aurait du teuchi?

 

 

J'ai donc expliqué à la creative team que j'allais me focaliser, dans mes promos sur le Taker, sur son penchant pour les substances illégales. Mais Vince me coupa net: "Non, non! Pas touche! Le Taker, c'est sacré! En plus il détient l'âme de mon père en otage!" Ah… Du coup, j'ai dû me rabattre sur la rhétorique du mec qui n’a pas peur de la Mort, même si on fait croire que. Classique. Pompeux. Lassant. Pire que le 38ème épisode de la feud Orton-Cena.

 

Heureusement, Teddy Long venait de finir une biographie de Martin Luther King et a décidé de laisser lui aussi sa marque dans l'Histoire. C’est là où j’ai eu l’idée du Screwjob à Montréal, lors de Breaking Point. Avant, la creative team avait réfléchi à une rivalité Slam Master J contre Lilian Garcia. On avait aussi évoqué un mariage Horny-Big Dick Johnson. Mais on en resta au Screwjob. Surtout que pour un show à Montreal, on est un peu obligés. Les locaux, ils exigent un screwjob chaque fois qu'on vient chez eux. Sinon, ils ont l'impression d'avoir payé pour rien. L'année dernière, on avait annoncé un Raw de trois heures là-bas, mais on a annulé au dernier moment, quand la salle était pleine de Canadiens surexcités qui avaient payé leurs billets très cher. Ils avaient adoré. Mais on pouvait pas le refaire deux fois. Du coup, ici, Teddy et moi avons ordonné à Scott Armstrong de m'offrir la victoire dès l'instant où j'ai agrippé le Taker par les peaux mortes. Ni une, ni deux, j'avais match gagné!

 

 


Owned, bitch!

 

 

C’était génial! Tout le monde prenait au sérieux le champion straight-edge! C’était… magique!

 

Jusqu’au jour où j'ai croisé le Taker en coulisses. Le Taker, y a pas que sa prise à la con "je te tiens le bras, surtout bouge pas sinon je tombe" qui est old school. C'est un gars à l'ancienne, lui. Pour lui, un champion en exercice doit toujours se fringuer classe. Bon, quand tu le vois dans le civil, avec son jean troué, son tshirt de Napalm Death et son bandana à motifs de têtes de mort, tu te dis que chacun a sa propre définition du terme "classe". En tout cas, il m'a dit d’arrêter de porter des slips Celio sous mes tshirts. Naturellement, je sors "Et Cena, alors?" Faut dire que John s’habille à Sergent Major. Le problème, c’est que, quand Michelle fait de la babyphilie avec Taker, c’est aussi là où ils vont.

 

Et là, c’est le drame! Je suis dénoncé, la direction s’offusque, et je me retrouve dans le premier PPV consacré au Hell in a Cell. Imagine, t'es dans une cage, et tu vois débarquer le Taker, aussi lent qu’un Khali blessé et aussi prêt à catcher qu’un Zack Gowen les mains attachées. Le pire, c’est que le Taker avait oublié de mettre de l’huile sur sa prothèse de hanche. Elle grinçait comme pas permis! Du coup, pour qu'il demeure bankable, on a fait croire que c’était Jim Ross qui essayait de se débloquer le visage.

 

Bref, dix minutes plus tard, je me retrouvai sans ceinture et avec une feud contre Scott Armstrong, si si, puis contre R-Truth. Au début, j'ai râlé. Mais, je me suis rendu compte que le R-Vérité, c’est un sacré client aussi! Pour accepter d’avoir une telle entrée, c’est obligé qu’il consomme. Et pas du chichon coupé au carambar de chez le revendeur du coin…

 

 


Et puis bon, je veux pas cafter, mais il lui arrive de se faire passer pour toi.

 

 

Le pire c’est que j'ai été obligé de jobber face à ce grand couillon, l’homme qui inventa Pretty Ricky. Je passe pour qui, hein? J’en ai parlé à Vince. Il était de mon avis. Un type tel que moi méritait mieux! Ce qu'il voyait pour moi, c'était un destin de chef de gang. J'allais rallier plein de catcheurs et en faire une armée straightedge! J'étais aux anges. Là-dessus, le boss m'annonce qui sera mon premier allié. Festus. L'attardé mental. Génial…

 

En fait, c’était plus facile que prévu. Il fallait juste retirer le crayon qu’il avait dans le cerveau*. Depuis, Luke Gallows, comme je l'ai rebaptisé pour faire joli, zone tout le temps avec moi. On se comprend bien: lui aussi a souffert de son passé de Face. Rien que de me souvenir qu’il a catché en équipe avec Horny et Goldust, brrr… Ca me fait froid dans le dos.

 

 


Tout s'explique: il était sous la coupe d'un dangereux dealer.

 

 

Je sais que t'as sans doute des millions de caisses de champagne et de cartouches de clopes à écouler ce soir, donc j'abrège. Si je t’écris, c'est pour te montrer à quel point le monde a pu être méchant avec moi cette année, en dépit de ma constante sincérité. Du coup, je pense que tu seras d'accord pour dire que je mérite mon cadeau. J’aimerais donc avoir… des produits dérivés straightedge. Regarde: tous ceux que j’ai affrontés en ont, moi pas. A part un t-shirt moisi, que dalle. Pendant ce temps-là, l'Undertaker a son nounours, Jeff ses brassières et sa cocaïne, JBL a son émission de télé, etc…

 

Ce qui serait bien, ce serait des produits dérivés à l’effigie de Luke et de moi. J’avais pensé à des patches ou des méthodes de sevrage. Ou des bouteilles d'eau du robinet. Ou des ceintures de chasteté. Ou même des préservatifs, et quand tu le déroules, c’est marqué "Êtes-vous sûrs que la relation sexuelle que vous vous apprêtez à avoir reflète bien l’adéquation de vos amours réciproques?". Pas con, hein? Par contre, Luke m’a dit qu’il voudrait des verres pour Noël. Pas question! Oh, c'est pas que je crains qu'il se mette à picoler, non, il est encore pire que moi sur ce plan-là, il refuse même de goûter à du jus de raison de crainte qu'il ait fermenté. Non, le problème, c’est qu'il ne participe jamais aux tâches ménagères! C'est toujours moi qui fais la vaisselle! Je suis toujours à lui dire "Luke, j’essuie ton verre"**. Enfin bref.

 

Alors, papa Noël, nous méritons nos cadeaux. Sois gentil avec nous, sinon la prochaine promo, c'est sur ton addiction à l’alcool et à la marijuana. Et ce jour-là, c'en sera fini de tes apparitions à la télé, de tes serrages de louche avec Obama, de tes contrats sponsoring… Tu seras heureux de trouver un taf d'épouvantail dans un champ du Kansas. J'espère qu'on s'est bien compris.

 

Christmas Merry Punk
PS: ce papier et cet encre sont garantis straight-edge.
----
*NDA : Toute ressemblance avec un certain épisode des Simpsons serait un pur hasard indépendamment de la volonté de l’auteur. Ce dernier ne pourrait en être jugé responsable.

 

**NDA : Spéciale cassdédi à Jeffroy le Hardy, le monsieur vannes du CdC Universe.

 

 


On fête quoi déjà aujourd'hui? La naissance d'un type qui changeait l'eau en vin? Ah ben bravo les tocards, il est beau votre messie!

Excellent !

Vraiment excellent !

Purée, c'est tres bon.

(et j'ai plus rien a écrire dans le contenu de ce comm)

Nom d'une pute borgne !

Je reviens à peine de festoyer Noel comme il se doit, et que vois-je ?!
Une cassedédi sur mes vannes ultimes sur le Chat des Cahiers !
MrCoffee, vraiment, du fond du coeur, merci, MERCI pour ce cadeau que tu me fais, ça me touche profondément !
Et par la même, je tiens à m'auto-remercier pour mon rôle de scripteur et de scénariste de mes vannes, je ne serais pas là où j'en suis aujourd'hui sans moi.
MrCITB encore une fois, merci, quel honneur mes aieux !

De rien!

Ce fut un vrai plaisir de te mentionner. Mais j'espère que la dédicasse te plait autant que l'article?

Ma foi !

Ma foi l'article est tout aussi dantesque que ta vanne et ta cassdédi réunies, ce qui n'est pas rien ! ;)

Et qui plus est !

Je viens dans la foulée de comprendre ta vanne.
Elle est dantesque bordel !
Un jour, qui sait, l'élève MrCITB dépassera-t-il le maître Jeffroy...

Je veux Punk pour noël !

Ah j'adore !
Merci pour ce merveilleux Punkesque cadeau !
Un vraie et jouissif plaisir à lire ! =D
Et JoYeuX NoëL au CdC universe !

Tain' ca faisait longtemps

Tain' ca faisait longtemps que je n'avait pas lu une connerie aussi bien écrite et aussi drôle, bravo les gars, qui plus est c'est pour la bonne cuase, l'année de Cihaime!

Soumis par... Mr. CITB et la rédac!

Listen! It's time! Time to play the game? Non, pas tout à fait.
Plutôt Time to remercier Axl qui a eu la bonne idée de pusher mon article sous les feux de la rampe. Et de rendre à Dieu ce qui ait à Axl, en le remerciant encore d'avoir un peu étoffer l'affaire. Mais comme il me le dit par email, cet article l'a inspiré. Bien qu'il en ait gardé l'idée principale, enlever les vannes pas drôles (70% du texte original ^^) et rajouter celles du best of de Coluche, le DVD qu'a eu Axl pour Nonoël. En tout cas, il a fait du diamant brut qu'était mon article un bijou de classe, un article potable.
Ensuite, en vous souhaitant de bonnes fêtes de fin d'année, et en espérant que vous ayez apprécié cet article. Mais à lire vos coms, cette question ne se pose même pas X)
PS: il m'a été difficile de faie en sorte que CM ait un cadeau. Mais je me suis dit que c'était l'un des rares à ne pas avoir des produits dérivés. Il m'a donc été logique qu'il en quémande auprès du Papa Noël. Mais le but initial de l'article était de refaire l'année de Punk tout en amusant le CdC Universe. =)

Commentaire non-straight edge

C'est une véritable provocation que de laisser trainer une telle ode à la gloire du straight-edge un soir de réveillon, alors que mon estomac n'a pas encore converti ce dernier Irish Coffee consommé il y a moins d'une heure en énergie biologique...
.
Pourtant, je suis content de voir CM Punk recevoir cet hommage de fin d'année, car comme je l'avait écrit en concours de popularité, il a envoyé du lourd cette année, à propos de plusieurs sujets. J'ai ouï dire que la rédaction préparait ces propres slammy award, CM Punk en mérite plusieurs.
.
Tout à commencer avec la récupération de cette mallette permettant de challenger un champion du monde à n'importe quel instant. Ce preux chevalier de la vie saine voulait casher vite mais face contre le champion en place, l'abject Edge (qui est très Edge, mais pas Straight Edge...). Dans cette condition le cash de mallette serait passé inaperçu, et même apprécié par la base rationnelle de fans (car on ne peut être sain d'esprit et vénérer un putride heel suintant la triche par tous les pores.). Bref, voler la ceinture à un Edge épuisé par un combat n'aurait été qu'un coup de pouce du destin favorable à l'application de la justice divine, mais ce diable de Tazmanie, non, des Samoa, pas grave, c'est dans le même coin, d'Umaga ne l'entendait pas ainsi. Le sauvage avait-il été corrompu à coup de noix de cocos, été évangélisés à la Heelitude opportuniste, couché avec Vickie (qui était plus maigre que lui, argument de séduction d'il en est) ou agissait-il par pure haine et brutalité envers un homme civilisé (ah ces indigènes, si peu reconnaissant envers la bonté du colon européen...), nous n'en saurons rien car le Bulldozer a emporté ses motivations dans sa tombe, non sans livrer avant plusieurs beaux combats et placé un Samoan drop totalement Awesome. N'empêche que le gros lard bondissant avait fait perdre un temps qui s'avérera précieux à Punk, enfin libéré d'une lourde rivalité quelques instants après un transfert de titre.
.
Et comme dirait n'importe quel journaliste sensationnaliste de TF1, là, c'est le drame, puisque le gentil catcheur sain de corps et d'esprit, énervé et impatient de profiter de sa mallette chèrement acquise, décida de ne pas faire de favoritisme et d'empocher son droit de challenger tout champion à n'importe quel moment contre une loque, certes, mais une loque face ultra-populaire lessivée par un combat extrême. C'est là qu'on se rend compte de l'hypocrisie des gens, puisque le légitime CM a été hué alors qu'il terrassait aisément son adversaire et portait haut et fort la ceinture de champion... Public vendu à la cause d'un toxico apprécié sous prétexte qu'il s'auto défonce la tronche en réalisant des moves improbables au sommet d'une échelle de pompiers ou s'empale admirablement contre une barrière qui feraient rougir de honte le mur de bBerlin. Ah elle est belle l'Amérique d'Obama, qui encourage un challenger à voler le titre à un infect Canadien opportuniste mais cris au scandale lorsque la même manœuvre offensive vise un gentil compatriote un peu déluré et nécessitant l'intervention des services sociaux.
.
Là, Punk cogite, se retourne vers l'incarnation fantomatique de ces anciens maitres jedi, Yoda Cola et Pepsi Wan Kenobi, pour peser le contre: N'aurait-je pas du laisser en paix ce populaire Jeff Hardy, qui a payé de son corps pour arracher cette ceinture de champion ? La réflexion durera quelques semaines, preuve que le dilemme écrasait la bonne conscience de ce catcheur pur de corps et d'esprit. CM regretta même un instant son geste, tentant de se justifier et d'obtenir le pardon de sa victime et combattant par équipe avec une jeune pousse face elle aussi pour bouter hors de Smackdown un arrogant athlète au corps d'ébène. Et puis, son vieux maitre Straigh edge, empli de sagesse, lui apporta une réponse clarifiant son esprit: "Se faire foutre envois donc ce toxico, digne de la ceinture le seul tu es, de la WWE tu dois bouter ce suppôt du côté obscur...
.
C'est ainsi qu'allait démarrer ce qui est probablement la plus belle rivalité de l'année, entre un face un peu cracra mais super populaire dépossedé de son titre, et un face beaucoup plus premier degré mais bien moins supporté du public ayant fricoté avec la ligne jaune... La WWE se rendit-elle compte immédiatement que CM Punk serait condamné à l'impopularité en récupérant facilement et immédiatement la ceinture fraichement acquise par un héros malheureux et romantique ? Je pense que oui, mais le glissement vers l'impopularité (notez que je n'écrit pas vers la heelitude, CM conservant une sincère envie de faire triompher l'ordre et la morale dans cette société de débauche) pris le temps de mariner dans l'esprit frais et épargné de CM, décidé à faire triompher la froide légalité de la charte sacrée du traditionnel "Money in The Bank", quitte à remettre en cause les réseaux mafieux de popularité bénéficiant à certains catcheurs aux mœurs pas très recommandables. CM Punk, c'est un peu l'inspecteur Harry, qui sonne la fin de la récrée et envois les dégénérés en prison ou au cimetière en employant la force si nécessaire. Le mal Jeff hardy rongeait la WWE et nous étions proche du stade critique où de jeunes enfants inconsient allaient se droguer juste pour suivre le mauvais exemple d'une idole fanée et corrompue... Le coeur pur et sain de CM ne pouvaient tolérer telle débauche et décadence, et fut contraint d'employer les grands moyens, finissant par envoyer à la retraite l'immonde déchet pseudo face qui lobotomisait l'esprit des téléspectateurs et préparait le terrain à une légalisation des drogues plus ou moins douces. La populace déjà bien affecté par ce virus psychologico-sanitaire éprouva une logique mais injuste rancœur envers son sauveur, toujours aujourd'hui'hui catalogué Heel sous prétexte qu'il avait un peu expéditivement mis fin à son addiction aux plaisirs interdits. Jeff du quitter la WWE pour livrer un combat surement trop difficile pour son esprit faible: s'affranchir des carcans de la drogue, et Punk héritait avec mérite et grace du titre de champion, ce qui est, dans l'absolu, peu cher payé en comparaison de l'assainissement remarquable qu'il a appliqué a la discipline et à son auditorat.
.
Désormais impopulaire, contre toute attente, ce vénérable CM décida d'assumer sa nouvelle impopularité pour nettoyer la WWE jusque dans les chiottes, et il ne pouvait se frotter à plus sale immondice face qu'à ce putride mort vivant acclamé de la foule, l'Undertaker. Non seulement le vilain sent le coyote à 10 km à la ronde, mais après 5 mois de farniente et de repos immérité, il revenait au bureau en brandissant une illégitime demande de titre. Ce vieux même pas beau aussi rigide qu'un bout de viande froide pouvait s'appuyer lui aussi sur une popularité exacerbée, à croire que les fans de la WWE sont des adorateurs de Satan en plus d'être des consommateurs de produits illicites, ah elle est belle l'Amérique post-post-post soixantuitarde. CM Punk, digne champion en titre, a vite tranché: sus au zombi, vive la vie et aimez vous les un les autres (ou disparaissez), cette incarnation mort-vivante du nihilisme et de la destruction post-apocalyptique ne peux régner sur Smackdown et profiter des infinis pouvoirs de la ceinture de champion poids lourds pour multiplier son influence exécrable, pire, démoniaque, sur toute l'étendue de la terre ! Non, on n'a pas vaincu Garlic Junior pour laisser l'Undertaker imposer le règne des ténèbres sur terre, alors quitte à forcer le destin en arrangeant un petit screwjob en compagnie du général manager, un brave gars (il a un portait de Martin Luther King, belle preuve de tolérance quand même), et d'un honnête et besogneux arbitre, il était impératif de barrer le chemin du pouvoir au Deadman. Ce fut fait, mais ces idiots de Canadiens, surement en mesure de représailles suite à la chute de la glore locale Edge, ont crié au scandale, redonnant espoir au Taker battu de mener une sombre vendetta. La suite, on la connait... Un général manager kidnappé dans sa propre limousine, endormis à coup de fumées violette et probablement torturé toute une semaine jusqu'à ce qu'il craque et accorde une revanche superflue à ce colosse menaçant, qui en profitera, cette fois, pour triompher , grâce à ces superpouvoirs de super mort-vivant, du dernier rempart nous protégeant de l'influence sombre du Behemoth du catch. CM Punk, malgré son talent, son courage et la force que lui confère une vie straight edge exemplaire, n'a pas pu supporter la violence d'un seconde combat contre le mal absolu (c'est le prix à payer d'une indépendance totale aux painkillers, CM Punk n'est qu'un homme, même si tous les hommes devraient prendre exemple sur lui), laissant place à un règne sombre et glacial toujours en place à l'heure actuel... Avez vous remarqué que depuis que CM Punk a été contraint par la force, au delà de son obstination exceptionnelle, à céder le titre au Taker, il fait noir de plus en plus longtemps et que les températures baissent en dessous de zéro ? Si ce n'est pas la preuve que l'Undertaker cache, derrière une gimmick face, des aspirations malsaine, je ne sait pas quelles preuves il vous faut !
.
Et voilà Punk, jusqu'ici dernier espoir de l'humanité, traité comme le derniers des imbéciles, et envoyé au fin fond du ventre mou de la midcard (si vous voyez où ça ce trouve, bravo, c'est que vous suivez bien), à enchainer de rugueux combats contre les sbires du mal, tel ce R-Trouffe, un ignoble rappeur originaire de quartiers malfamés et dont le casier judiciaire ne doit pas être plus vierge que la dignité de Mickie James après une séance photo un peu exotique... Cette racaille, par pure esprit de contradiction, promeut les grands maux de notre époque, que sont l'alcool (hic), le tabac (chique), et les médicaments (medic !). Et ça marche, puisque l'auditoire, hypnotisé par les pouvoirs maléfiques de l'Undertaker, acclament le plus si jeune sauvageon et ces substances stupéfiantes, vilipendant à l'occasion leur ancien champion qui tentait, dans un geste désespéré, de leur redonner conscience par un discours simple mais efficace "Fumer, c'est mal voyez!" Et voilà que notre, enfin mon, puisqu'apparemment je suis désormais l'un des rares esprits cartésien à supporter la croisade Straigth Edge de CM, héros humilié et souillé par un mélange infâme de produits avilissants pour le plus grand plaisir de cette foule zombifiée et vénérant le malin. Quelle tristesse !
.
Heureusement qu'après ce peu glorieux épisode, CM a su affranchir une âme pourtant prisonnière des pires dépendances, celle de feu Festus, gogol assommé aux petites boules roses depuis bon nombre d'années, employé dans un rôle de phénomène de foire par la fédération, dépendant d'un gong de cloche au point de devoir régulièrement subir les assauts de ces adversaires sans disposer du contrôle de son propre corps pour assurer son auto-défense et sa survie au cœur d'une arène impitoyable. Le cas Festus était désespéré, et pourtant les prêches du bon docteur CM, épaulé de la foi en notre seigneur, a permis à cet esprit parmi les plus tourmentés à retrouver les chemins de la lumière, transformant un attardé mental ridicule en alliés puissant et fidèle fort utile dans la phase de reconquête qui s'annonce.
.
Car, chers esprits straight edge (ça y est j'ai dessaoulé je me sent plus libre) encore debout dans ce monde en ruine, ne perdez pas espoir. CM Punk compte bien poursuivre son juste combat en 2010, et pourra se reposer sur toute l'expérience acquise durant cette année 2009 exceptionnelle, fort de son statut de révélation de l'année. Le règne de l'obscurité est arrivé à son apogée, désormais l'espoir renait et, je n'en doute pas, le jour viendra où l'Undertaker bouffera les pissenlits par la racine. Ce n'est qu'une question de temps, le grand CM Punk nous délivrera et la consommation de bouteille d'eau plate remontera vers des sommets insoupçonnés.

Damn!

Bon ben heu, voilà, tout pareil que le monsieur ci-dessus là.

Génial, surtout ce

Génial, surtout ce moment:
"Bon, quand tu le vois dans le civil, avec son jean troué, son tshirt de Napalm Death et son bandana à motifs de têtes de mort, tu te dis que chacun a sa propre définition du terme "classe". En tout cas, il m'a dit d’arrêter de porter des slips Celio sous mes tshirts. Naturellement, je sors "Et Cena, alors?" Faut dire que John s’habille à Sergent Major. Le problème, c’est que, quand Michelle fait de la babyphilie avec Taker, c’est aussi là où ils vont."

Happy Punk

Excellent !
Je m'attendais a un meilleur cadeau que des produits dérivés straight edge mais le texte est vraiment sympa !

Mwahahahaha

Magnifique !

Jeff, Umaga, Taker, tous les sujets douloureux et/ou qui fachent, CM se les aura coltiné cette année, bien vu !

J'ai bien rigolé avant d'aller déboucher le Gewurtz, merci encore !

Et Bonnes Fêtes à toutes et à tous :)

Super !

Merci, jme suis marré du début à la fin :D

GG!

Bravo à MrCoffeeinthebank, j'ai bien rigolé en lisant cette lettre! Belle rétrospective de l'année de CM Punk, qui a quand même participé à ce qui a été la meilleure feud de l'année 2009, félicitations!
.
Et merci pour ce cadeau de Noël, qui m'a particulièrement fait plaisir en tant que mark de Punk!
.
Joyeux Noël à tous!
.
++

J'ai trouvé Y2J-Rey supérieur

J'ai trouvé Y2J-Rey supérieur en terme de feud, mais je reconnais que Jeff-Punk envoyait du gros bois!
*
GG CITB, énorme ton délire! :D

:)

Ouaip je comprends, mais moi c'est l'inverse: j'ai trouvé la feud Y2J/Rey excellente aussi, mais j'ai encore plus aimé celle de Punk/Jeff (l'arrivée de Punk grimé en Jeff et les réactions déboussolées de l'audience: priceless! ^^). Mais je suis d'accord sur un point: ces deux feuds auront marqué l'année! Après, comme toujours, c'est une histoire de goûts et de préférences personnelles... ;)
.
++

Chouette résumé, moi qui ne

Chouette résumé, moi qui ne suis plus ce divertissement qu'est la WWE, ça m'a permis de me mettre à jour sur l'année de CM Punk. Qu'il est loin, le temps de la ROH...

What's up?




2009 - 2018
Relax Miz Girl, les CDC ne sont pas morts. Retrouvez-nous dans notre nouveau chez-nous.

Connexion utilisateur

Commentaires récents

Les Vignettes des Cahiers


Merde, j’ai toujours été nul au Puissance 4.


Retrouvez ici toutes nos vignettes !


Quotes of the Cahiers

"I'm gonna leave him in a pile of blood, and urine and vomit."
Brock Lesnar à propos de John Cena

"At 9 am Eastern time tomorrow, the WWE Network goes live. But the problem is you’re all gonna be so overwhelmed by the incredible content available, you won’t be able to turn it off. Adults will lose their jobs and kids will be expelled from schools for lack of attendance. In fact, you’re gonna be so mesmerized by the incredible content of the WWE Network that you won’t even have time to remove the garbage from your houses. Your places are gonna start to stink, rats will move in, and they’re gonna look like bigger pigsties than they already do. Ultimately, the government is gonna come along and condemn your homes and you will all be left homeless defending yourself on the street. Thank you very much."
Bad News Barrett

"He’s twisting him so much his twin brother is getting dizzy !"
JBL commentant un Giant Swing d'Antonio Cesaro sur l'un des frères Uso.

"I think I'm a little too old for you Jerry. I'm 26, I know you like them younger."
AJ Lee, à Raw, s'adressant à Jerry Lawler

"It looks like James Storm has had more partners than Taylor Swift lately, he should probably get tested"
Bad Influence

"Having watched that… I regret the doctors in Canada saving my life.”
Jerry Lawler, après le segment où Mae Young a accouché d'Hornswoggle.

"What's running through John Cena's mind? I don't give a crap what's running through his mind. What's more important is what's running down his leg."
Brock Lesnar

"Yes. Stop sending dumb tweets like this one. RT: @Kid_Antrim Any advice for me?"
Paul Heyman, sur Twitter

"With Kofi Kingston as the Intercontinental Champion, the bar has been lowered. And when the bar’s been lowered, mediocrity becomes acceptable. And when mediocrity becomes acceptable, society crumbles. And when society crumbles, civilization will end as we know it.”
Le Miz, Hell in a Cell

"Can you figure that? She's not able to get a date! I mean, even Natalya is able to get a date!"
Eve à propos de Layla

"I understand that you barbaric buffoons could easily eviscerate me and dispose of me like common trash. However, if you do so, I will not be a victim. I will be a martyr. A martyr for anyone who appreciates a sophisticated mind."
Damien Sandow, à DX.

"Apparently, giants can win the Super Bowl, but not matches at WrestleMania. You’re like ‘The Reverse Undertaker’. Who are you going to lose to this year? The boxer or the sumo wrestler?”"
Cody Rhodes au Big Show

"The Kliq is back, which is kind of ironic because "click" is the noise the audience's remote control makes every time Kevin Nash pops up on their TV screen."
CM Punk

"It's a conspiracy! C... O... N.... Spiracy!"
R-Truth

"I understand that... that Vince McMahon's gonna make money despite himself... he's a millionaire who should be a billionaire... you know why he's not a billionaire? It's because he surrounds himself with glad-handing nonsensical yes-men like John Laurinaitis, who's gonna tell him everything he wants to hear... and I'd like to think that maybe this company will be better after Vince McMahon is dead, but the fact is it's gonna get taken over by his idiotic daughter and his doofus son-in-law and the rest of his stupid family."
CM Punk

"These people are not Jimmies. They are the greatest fans in the world!"
John Cena, à R-Truth qui venait de qualifier le public de Raw de "Little Jimmies".

"Can you imagine if Sheamus wins this thing? I mean, the international ramifications, I mean the buyrate, I’m talking about the demographic change and everything? If Sheamus wins this match, it will be huge, not only for him but for the Smackdown brand."
Booker T., pendant un Title Match opposant le champion poids lourds Randy Orton à Sheamus.

"When I’m done with him, he’s gonna have barbecue sauce fueling out from his belly button like a geyser."
Michael Cole à propos de Jim Ross

"The WWE has gone from the powerful "Austin 3:16" to the dominant and iconic "can you smell what the Rock is cookin?"... all the way to "You can't see me"? You can't see me, what are you, playing peek-a-boo? Believe me, we all can see you. A blindfolded, sleeping, stuck in the basement Stevie Wonder can see your monkey ass. How in the hell do you think we can miss you come out here with your bright ass purple shirt, before that bright green shirt, bright orange shirt like a big fat bowl of Fruity Pebbles?"
The Rock à John Cena

"Jerry Lawler has forgotten more about wrestling than the Miz has ever known."
CM Punk

"If anyone says you can't do something, if anyone says you can't live your dream... Believe them, because you can't."
The Miz

"William Regal did the real work with this young man. Shawn Michaels took $3000 from him, that's all he ever did."
CM Punk à propos de la formation de Daniel Bryan

"I would RKO my own grandmother if it meant keeping this title. And then I'd RKO YOUR grandmother just to see the look on her face."
Randy Orton, à Sheamus

Virgil: - Ted, what are you going to do for protection?
Ted DiBiase, jetant un coup d'oeil à Maryse: - Go to the drugstore.

"Her teeth are going to be like the Ten Commendments after this match: all broken."
Alicia Fox, à propos d'Eve Torres

"Layla is not married. She deserves a good husband. I should marry her before she meets him."
Jerry Lawler

"If I suck, why would a Perry deli – the top Perry deli – name their top-selling sandwich after me? It's called the Swaggie. It smells like freedom."
Jack Swagger

"I realize how much of a starmaking performance I had in McGruber. The reviews have been off the charts. As a matter of fact, they are speaking of a possible early Oscar nomination."
Chris Jericho

"I'm sure your mom's uterus is awesome."
Vicki StElmo à Vladimir Kozlov

"If we were in your era, I'd put a Sharpshooter on you faster than you can put a pair of cheap sunglasses on an ugly kid."
The Miz, à Bret Hart.

"When I look at you I don't see fans. I don't even see people. I see money, money, money, money. Dollar signs, dollar signs, dollar signs, dollar signs. With some of you, a lot of dollar signs because I see a lot of fat people in the audience and I know you paid for two seats. Thank you very much!"
Batista à Raw.

"We are real women with the body that God created us with."
Mickie James, la femme aux implants mammaires en silicone qui explosent dans le ring.

Don Johnson: "This is a mistake!"
The Miz: "Mistake? No. Pink shirts and white suits, that is a mistake."

"One nation under Punk, undivisible, with integrity and sobriety for all!"
CM Punk

Michael Cole: "Our guest at ringside, Marisse. Welcome."
Maryse: "Oh my god, Michael Cole, you vintage nerd. You can't even say my name right. I should punish you and just give you my French kiss."

"If I see you in my match tonight, I'm gonna tear your intestins out and jump rope with it. And that's not all. I'm gonna take my two fingers, I'm gonna dig up your nosedrills and I'll rip your brain out. And I'm gonna put it in a newspaper and I'm gonna smash it against a window."
Mike Tyson à Hornswoggle

Ted DiBiase: "My movie, the Marine II, is superior to the original Marine."
Cody Rhodes: "Ted, my fifth grade graduation video is superior to the original Marine."

"I'm on Raw, you're on Smackdown... Long distance relationships don't work, Chris."
Big Show

Jerry Lawler, après une promo de Maryse où elle a qualifié Melina de "petite poupée": "Did she just say poupée? Do you know what that means in French?"
Michael Cole: "What?"
Jerry Lawler: "I... I can't say it!"

"I respect her. There are a lot of things that she does that I couldn't do, being the size that she is."
Michelle McCool à propos de Mickie James.

"We have MVP on the stage, and PMS in the ring."
Goldust, à propos des divas assemblées dans le ring pendant les Slammy Awards 2009.

"It was kind of like the 300 at the battle of Thermopylae, but with better abs".
John Morrison à propos de la fin de son match à Survivor Series, quand il s'est retrouvé à 1 contre 3.

"Hi, I'm John Morrison, and one time I drove my Lexus 700 miles on a tank full of my own urine."
John Morrison

"I always said if I could put my brain in Andrew’s body he’d be a 20-time world champ."
Edge à propos de Andrew "Test" Martin