Sondage

Cela fait maintenant un mois tout pile que Jinder Mahal est champion de la WWE. Selon vous::

Finding my religion

Une religion, c'est une secte qui a réussi.
Ernest Renan.

 

Sous couvert de storyline parmi d'autres, la WWE nous met en garde contre les dangers de la religion. Enfin, de toute autre religion que celle dont le Dieu est Vince McMahon.

 

 


Avant James et Trevor, il y a eu Vince.

 

 

Nalyse de Raw du 11 et de Smackdown du 15 janvier

 

Le tableau global, confus il y a encore une semaine, s'est éclairci. On connaît désormais les first contenders pour tous les titres masculins sauf le titre IC. Le Rumble est dans deux semaines et tout cela semble plutôt bien parti. On reviendra plus loin sur le buildup encourageant des événements à venir mais commençons par un nouvel épisode de sur-interprétation. Qu'est-ce que la sur-interpétation? Eh bien, il s'agit d'une vraie percée dans le domaine des sciences sociales, imaginée par vos serviteurs. Ah, si Michel Maffesoli nous lit, qu'il n'hésite pas à nous plagier! La sur-interprétation, donc, représente une déformation volontaire des théories sociologiques post-modernes. Ca consiste à exploiter à fond la célèbre idée selon laquelle toute œuvre exprime bien plus que ce que son auteur avait en tête au moment de la composer. Imprégnée par l'air du temps, l'œuvre (que ce soit une chanson, un film, un roman ou une storyline), même quand elle n'évoque un sujet que superficiellement, doit être "sur-interprétée", car son véritable impact dépasse le concept initial de son ou de ses auteurs. L'œuvre est avant tout ce que le public en retire, même inconsciemment.

 

 


Ce spectateur, inconsciemment, ne veut pas se raser le crâne car il sait qu'il aurait alors froid aux oreilles.

 

 

Nous nous étions déjà adonnés aux joies de la sur-interprétation dans des articles présentant Jeff Hardy comme le totem freudien de l'adolescence ou affirmant que la storyline JBL-Shawn Michaels relevait d'une profonde prise de conscience sociale de la WWE. Pas de raison de ne pas en faire de même pour ce qui concerne la storyline la plus intrigante du moment, celle de la "Straightedge society" chère à CM Punk. Disons-le tout net: de même que la WWE a abordé de biais les bouleversements psychologiques et physiologiques propres à l'adolescence dans sa construction du personnage Jeff Hardy fin 2008/début 2009, de même qu'elle a dénoncé l'inextricable interconnexion entre l'Amérique et un capitalisme rapace dans l'histoire JBL/Shawn Michaels à la même époque, elle s'attaque désormais à une autre grande question existentielle: le rôle de la religion dans nos sociétés occidentales, rien de moins.
Le mode de vie straightedge, ici, n'est qu'un prétexte. Derrière la promotion de cette philosophie finalement fort ancienne, qui reprend l'antienne romaine "un esprit sain dans un corps sain", il y a désormais, chez CM Punk, tous les aspects d'un gourou en plein délire, en train de s'entourer d'une noria de fidèles zombifiés. Toute la finesse de l'histoire tient au fait que la WWE a eu le génie de faire un heel d'un type qui fait la propagande de valeurs tout à fait positives. On ne va pas revenir sur la vertigineuse inversion du Bien et du Mal permise par sa feud avec Jeff Hardy, on en avait déjà longuement parlé dans le papier Nuances de gris. Mais les événements ultérieurs éclairent la feud Punk/Hardy d'un jour nouveau. Ce qui avait permis à Punk, à l'époque, d'apparaître comme le méchant de l'affaire, c'est évidemment son attitude hautaine et non pas le contenu de son message (un message qu'un boy-scout comme John Cena pourrait parfaitement faire sien, d'ailleurs). Ce qui faisait de Punk un heel, c'était cette certitude absolue d'être supérieur à son antagoniste sur tous les plans car il était straightedge et Hardy, non. Cette certitude absolue d'être meilleur que les autres du fait de ses convictions, alliée à un prosélytisme envahissant, on la retrouve dans les excès de la politique et, surtout, dans ceux de la religion.

 

 


- Ciaime, regarde lui là! On est mieux que lui, pas vrai?
- Evidemment qu'on est mieux que lui, Luke. Il a un tshirt de John Cena.

 

 

Une fois Hardy parti vérifier que l'herbe est plus verte et plus légale ailleurs, Punk s'est retrouvé, un temps, quelque peu démuni, puisqu'il fut envoyé dans une feud plus classique avec l'Undertaker, au cours de laquelle il put tout de même surfer sur la vague de ses succès estivaux en réalisant quelques superbes promos sur le thème Straightedge (promos n'ayant presque aucun rapport avec le croque-mort, d'ailleurs). Mais débarrassé de cette feud encombrante après sa défaite dans le Fatal Fourway de Survivor Series, il a pu repartir vers l'exploration de l'horizon que les Grands Architectes du Booking lui ont assigné: la dénonciation des mécanismes de soumission propres au fait religieux, rien que ça.
Ce qui est remarquable, dans la croisade de Punk, c'est qu'elle emprunte à tous les grands monothéismes, voire au-delà. Punk se présente aux foules comme le Messie (toutes les religions du Livre, à commencer par le judaïsme, reposent en bonne partie sur l'attente de ce sauveur). Dans une dialectique très catholique, il invite les brebis égarées à confesser leurs péchés et à accepter une pénitence. Il emprunte aux évangéliques l'exorcisme public quasi-hystérique que ses ouailles subissent au milieu du ring, devant des milliers d'yeux (ne manquent plus que les "Oh Happy Day" en gospel). Et il y a quelque chose de la rectitude propre à l'islam dans l'exigence morale adressée à son groupe: au-delà du rejet total de tout ce qui altère l'esprit (drogues ou alcool), que le straightedge partage avec l'islam, il y a aussi, dans le groupe punkien, une sorte d'appel au djihad (au sens initial d'"effort personnel", bien sûr, pas au sens dévoyé de "guerre sainte"). Enfin, on peut même lorgner du côté de la relation entre le maître et les disciples propre au bouddhisme zen quand on constate l'ascendant qu'exerce maître Punk sur son escouade de chauves.

 

 


Ben voilà! Maintenant, les poux ont plus nulle part où se cacher!

 

 

Punk est-il pour autant le prophète d'une religion? Certainement pas. Le straightedge n'est pas une cosmogonie doublée d'une éthique, il est bien moins que cela. Pourtant, dans ses promos, Punk met en branle toute la mécanique religieuse. Il ne se contente certainement pas de dire "Fumer, c'est mal, m'voyez". Il veut carrément qu'on l'accepte comme notre rédempteur. Lui a atteint le salut et il peut nous sauver à notre tour si l'on se plie à ses indications. Pour cela, nous devrons rejeter non seulement nos errements passés, mais aussi notre entourage, qui n'a jamais su nous empêcher de nous adonner à nos mauvais penchants, voire qui nous a incités à nous y livrer. Nous devrons également solennellement reconnaître en Punk notre sauveur et effectuer un acte symbolique qui marquera durablement notre apparence (nous raser la tête) pour intégrer son groupe. Alors, nous serons nous aussi supérieurs à la masse. Bref, pour convaincre les gens de ne pas boire, fumer ou se droguer ce qui constitue tout de même, on l'a dit, un message très banal et plutôt gnagnan, on nous sort toute l'artillerie lourde de la manipulation mentale et de la transcendance religieuse. Le fond est religieux (péché, rédemption, salvation); la manière est sectaire (confrontation avec le monde, exigence d'abandonner la vie antérieure, soumission totale au gourou). La mise en équation entre religion et secte est établie, à notre subconscient de faire le lien.

 

 


And if you're not down with that, we've got two words for ya: Au Bûcher!

 

 

Insistons sur le fait que la croisade straightedge est nettement connotée heel. Punk se permet d'insulter des foules entières, du haut de ses certitudes; il n'a de respect que pour ceux qui se soumettent à lui; il veut notre bien, il le veut si fort qu'il est prêt à nous faire du bien malgré nous.
Notre religion à nous est faite: en gonflant à ce point le concept de straightedge, en en faisant à la fois l'incarnation de toutes les religions existantes et de toutes les dérives sectaires, les bookers de la WWE attirent notre attention sur les risques du fait religieux et sur un mysticisme séducteur qui se propage un peu partout dans le monde et spécialement en Amérique, où le processus de transformation en "Born Again Christian" qu'ont connu, entre autres anciens bons vivants notoires, George W. Bush et Shawn Michaels, est assez similaire à celui vécu par James et Trevor sous nos yeux émerveillés. L'assurance d'une "nouvelle vie" offerte par Punk et ses copains est en réalité un cauchemar contre lequel les sages scripteurs cherchent à nous prémunir. Le comportement de Luke Gallows, incroyablement tactile (il passe son temps à tripoter Punk et surtout les jeunes recrues), est un autre indicateur. Gallows, doucereux mais inquiétant, est peut-être encore plus flippant que Punk. La folie n'est jamais loin de la certitude absolue, dans le doute est la sagesse, etc, martèlent nos bookers. Le message, débarrassé de ses oripeaux catchesques, est limpide: méfiez-vous de ceux qui vous promettent le ciel, l'enfer est pavé de leurs intentions.

 

 


Vous ne me reconnaissez pas? Je suis Jack Nicholson à la fin de Vol au-dessus d'un nid de coucou!

 

 

En attendant que la storyline évolue (après James et Trevor, peut-être une jeune fille la prochaine fois? Et à quand de nouvelles prises dans le roster?), Punk et Gallows vont tourner leur regard clair vers les titres mondiaux par équipe détenus par DX. Sans avoir semblé le désirer (les deux hommes n'ont jamais parlé de leurs ambitions d'équipe, et Punk venait de déclarer qu'il avait pour but de gagner le Royal Rumble), les deux straightedge boys sont devenus les premiers challengers aux titres de DX, à l'issue d'un match à quatre équipes tenu ce vendredi à Smackdown. Les autres concurrents étaient l'étrange association Matt Hardy / Great Khali (une espèce de nightmare team à nos yeux), les Cryme Tyme et la Hart Dynasty, qui apparaissait comme les grands favoris. On sait que tonton Bret va revenir très vite, et de toute façon les trois autres équipes ne paraissaient pas devoir être propulsées dans le DX Universe.
Mais non, Punk et Gallows ont été soudain parachutés dans la United Tag Team Titles Picture et on se demande bien ce que donnera leur confrontation avec DX (une confrontation dont on ignore si elle aura lieu au Royal Rumble ou plus tôt). De deux choses l'une: soit la WWE va vraiment pousser à fond derrière Punk et Gallows et leur permettre de venir à bout de DX dans le ring et, plus important encore, en promo. Alors, l'équipe sXe sera l'un des points focaux de la fédération et pourra balader dans tous les shows sa brillante propagande. Soit la DX va les soumetre au régime habituel fait de blagues grasses et d'humiliations diverses, et les deux preux chevaliers repartiront la queue entre les jambes. On prie pour que la première solution soit retenue et on y croit assez, d'autant qu'on se dit que, Wrestlemania approchant et Bret Hart étant dans les parages, la DX pourrait bien finir par splitter et donc par lâcher ses titres au préalable.

 

 


- Bon, Trevor, t'as bien compris ton rôle dans notre feud à venir contre DX?
- Oui maître! Dès que je vois Hornswoggle, je me précipite dessus avec ma ceinture d'explosifs!
- C'est bien. Et n'oublie pas de crier Straightedge en appuyant sur le détonateur.

 

 

On connaît également, désormais, l'identité du premier challenger au titre WHC détenu par l'Undertaker. Surprise: il s'agit de Rey Mysterio, qui a gagné un surprenant Steel Cage Match contre Batista pour obtenir ce droit, alors qu'on se disait qu'un Triple Threat au Rumble était inévitable. Certes, un nouveau twist est encore possible, mais en tout cas, ce développement a redonné du tonus à la storyline, d'autant que le combat fut servi par un storytelling classique dans ces circonstances mais toujours efficace. Alors qu'il avait Rey à sa merci, quasi KO, Batista préféra continuer de s'acharner sur lui au lieu de sortir tranquillement de la cage. Il aurait pu se souvenir que lui-même avait bénéficié d'un similaire péché d'orgueil la dernière fois qu'il avait livré un match de ce type: à Extreme Rules, Randy Orton était sur le point de s'échapper de la cage avant d'y revenir pour tenter de lui porter un punt kick. Batista avait évité le coup de pied fatal et gagné le match (et le titre de Champion WWE qui allait avec). Cette fois, il se retrouva dans la peau d'Orton: alors qu'il allait le pasteuriser pour de bon, Rey eut un sursaut et escalada la cage à la vitesse d'un gibbon mordu aux fesses par une guêpe. Le temps de reprendre ses esprits, et le stupide Animal se précipita vers la porte, qu'il ouvrit juste à temps pour que Mysterio, passé entretemps de l'autre côté, la lui referme dans la gueule. Tout cela tint du Tom et Jerry (ou plutôt du Itchy et Scratchy) et fut fort réjouissant.

 

 


Ah-ah connard! Fallait me tuer quand t'en as eu l'occasion!

 

 

Moins réjouissante fut la promo en mode pilotage automatique de l'Undertaker. Si les observateurs qualifiés considèrent généralement que, en prenant de l'âge, le Taker s'est amélioré dans le ring, il est en revanche toujours médiocre au micro. Il faut dire qu'il n'est pas servi par des textes tellement répétitifs qu'on croirait le voir décrypter des vieux polycopiés bleuis par les années. Bref, le fond, c'est que le Taker se fout éperdument de savoir qui il affrontera au Rumble, et que c'est pour ça qu'il a convoqué son amie l'obscurité la semaine dernière pour, vêtu de son manteau de nuit, terrasser Batista et Mysterio qui se disputaient le privilège de lui refiler leur âme. C'est sa manière de souligner son indifférence, quoi. Bon, d'accord. Remarquons que, cette fois, précautionneux, les scripteurs ont fait combattre Batista et Rey dans une cage. Le Taker a beau avoir des super-pouvoirs diaboliques, se matérialiser dans une cage, il peut pas test.

 

 


Ben ouais, je risquerais de m'encastrer dans le grillage, merci bien, t'imagines le ridicule quand la lumière revient?

 

 

Par ailleurs, notre héros de Six Feet Under préféré a parlé de Shawn Michaels, qui saoule tout le monde depuis quelques semaines en exigeant un rematch à Wrestlemania. Bon, le Taker n'a pas donné sa réponse (pas fou, il réserve ça pour Raw, aux ratings trois fois plus élevés). Aura-t-on droit à un rematch entre les deux hommes? Cela paraît peu probable. D'une parce qu'un tel match n'a de sens que s'il est tenu pour l'honneur, or le Taker a pour l'heure une ceinture de champion du monde poids lourds qui devra jouer un rôle central dans l'équation si Taker-HBK II se tenait. De deux parce que Michaels sera sans doute impliqué dans la feud Hart-McMahon ou, à défaut, dans les aventures de la DX. De trois, parce que le temps de l'Undertaker est compté et qu'il lui reste encore plusieurs adversaires frais qu'il n'a jamais affrontés à Wrestlemania. A ce propos, il a dit dans sa promo, à propos de son score de 17-0, que "17 hommes" s'étaient dressés face à lui. Faudrait que quelqu'un finisse par lui dire que le Kane qu'il a affronté à Wrestlemania 1998 et 2004 était le même mec, mais c'est vrai que la première fois, c'était dur à savoir, vu qu'il avait un masque. Quoi qu'il en soit, on voit mieux le Taker se fader à Mania un Chris Jericho (si celui-ci ne feude pas d'ici-là avec un Edge revenu face) ou un John Cena que de se lancer dans une redite de sa feud avec Michaels dont un second épisode ne pourra certainement pas égaler l'original.

 

 


Le sombre esprit de l'Undertaker a faim d'une nouvelle proie… Une âme aussi noire que la nuit, que je me ferai un plaisir de m'approprier… Mystiques effluves des cauchemars obscurs, je te mande, démon des profondeurs, créature de la terreur, ange de la panique, Hornswoggle!

 

 

Le reste de Smackdown fut plutôt bon: Dolph Ziggler et Kane se sont encore livré un match énergique, au terme duquel le géant rouge égalisa à un partout. Pendant que des Drew et des Sheamus se pavanent avec des titres après à peine quelques matchs à la WWE, Dolph fait patiemment ses gammes. En près d'un an, il aura feudé contre un nabot (Mysterio), un mec de son gabarit (Morrison) et deux colosses (Khali et maintenant Kane). Le moment de vraiment monter en grade venu, il sera prêt à parer à toute éventualité et à tout adversaire.

 

 


Voilà. Je pourrai donc gérer aussi bien Shad Gaspard à Superstars que R-Truth en dark match à Smackdown. Yeah.

 

 

John Morrison et Chris Jericho ont également eu un très bon match, ce qui n'a rien d'étonnant. Morrison a fini par perdre suite à une distraction fournie par Drew McIntyre, le champion intercontinental en titre, dont on se demande un peu ce qu'il foutait là. La semaine précédente, il avait pourtant expliqué à Morrison qu'il n'avait plus rien à lui dire et que leur feud était finie. La bagarre qui s'était ensuivie a dû le faire changer d'avis…

 

 


Rampe Gollum! Toute façon tu l'auras pas ton precious, fallait pas me faire chier.

 

 

Chris Jericho arborait en début de soirée un énorme hématome soigneusement fabriqué par les maquilleurs de Smackdown, suite à la pêche assénée par Mike Tyson quelques jours plus tôt. Comme le fait remarquer Kevin Eck, il peut paraître curieux que les catcheurs n'aient jamais de bleus suite à leurs matchs entre eux, mais qu'une droite de Tyson laisse sur le visage jerichien une trace digne d'une balle dum-dum. A ce compte-là, les malheureux ayant encaissé le fameux Knockout Punch du Bug Show devraient ressembler à Double-Face... Quoi qu'il en soit, Y2J a promis que Smackdown, au moins, n'en a pas fini avec lui, et qu'on le verrait défoncer tout le monde au Royal Rumble. Que les Dieux l'entendent.

 

 


Subite poussée d'eczéma bien crade? Faites comme Chris, dites que vous avez pris une droite de Mike Tyson.

 

 

Enfin, côté filles, le métronome Phoenix penchait ce vendredi du côté heel: Beth a lancé une attaque ultra violente sur Mickie James lui valant disqualification, avant de laisser pendre son adversaire à un coin du ring comme un bout de barbaque dans un abattoir et de s'éloigner majestueusement tandis que s'approchaient les charognardes Lay-Cool…

 

 


Le moment érotique de la semaine: Michelle McCool en pantalon déchiré et pieds nus, dans une position équivoque avec la Cochonne.

 

 

A prévoir next week, un Beth-McCool histoire de rééquilibrer l'affaire. En attendant, on s'interrogera longuement sur le tshirt de la semaine de la Layla, proclamant "Lover, not a fighter". On avait cru s'en rendre compte…

 

 


- Dis Layla, c'est ton mec qui t'a offert ça?
- Non, c'est Mickie, avec un vieux clin d'œil salace.

 

 

Quelques jours plus tôt, Raw s'était également mis en mode avancement de storylines. Démarrons par le moment fort du show. Ce ne fut pas le passage de Mike Tyson en guest host, ni (n'en déplaise à Spanishannouncetable, son amoureux transi) le match de Katie Lea Burchill, ni le Triple Threat désignant le first contender au titre WWE, ni même le discours de Vince sur Bret Hart. Non, le meilleur moment nous fut offert par deux midcarders qu'on laissa pérorer à leur guise. Ce n'est un secret pour personne que le Miz et MVP sont deux beaux parleurs. Mais ils ont parfois eu tendance à se perdre, l'un dans des promos mécaniques constellées de trop nombreux "Really?" et "I'm awesome", l'autre dans un rôle de face sympa sans vraie envergure. Pourtant, MVP avait déjà montré dans quel rôle il serait un face du tonnerre. C'était il y a quelques mois, durant sa courte feud avec Jack Swagger. Le All-American American, fils bien nourri de la bourgeoisie blanche, toisait avec mépris MVP qui évoquait alors ouvertement son passé de braqueur et son repentir sincère. Hélas, cette feud, dont on se pourléchait les babines début juillet, a duré ce que durent les roses. Mais la WWE semble décidée à s'engager de nouveau dans cette voie pour la rivalité entre MVP et le Miz autour du titre US de ce dernier. Cette fois, donc, la séquence a démarré avec une promo très personnelle du Miz, narrant ses malheurs à la WWE, où personne ne le prenait au sérieux à ses débuts (et surtout pas cette enflure de JBL) et où il était arrivé, à force d'abnégation et de talent, au sommet. Presque une promo de Face, en somme, avant que survienne MVP, en costard bling bling (ce qui colle moyennement avec le repentir du braqueur, mais bon, on peut pas abandonner totalement le gimmick non plus), qui alla cracher ses souvenirs de taule, où apparemment c'était le Royal Rumble tous les jours dans les douches. Tout cela fut très intense et, cerise sur le gâteau, le Miz ne joua pas le heel lâche qui s'esquive avant la baston: il s'engagea dans l'inévitable bagarre et même si MVP en sortit vainqueur ce coup-ci, le champion n'apparaît pas comme un pleutre, ce qui ne fait qu'augmenter l'intérêt de cette affaire, dont on suivra avec appétit la suite. Il y a là de quoi faire grandir les deux hommes, si c'est intelligemment mené.

 

 


Tain, plus jamais tu me fais chier quand je suis dans une cabine d'essayage, bordel!

 

 

Tiens, à propos de Swagger, il est tombé bien bas, le petit. Il est même tombé du ring, tiens, alors qu'il avait défié quiconque à venir le faire passer par-dessus la troisième corde, en prélude au Rumble, qu'il s'est engagé à gagner, comme de juste. Quiconque vint: il s'agissait de Santino, qui sut éviter une charge de Swagger si bien que le blondinet se retrouva au sol, à l'extérieur. Comme une grosse merde.

 

 


A présent, le boulot de Jack Swagger, c'est de faire marrer les petites-filles de Vince McMahon à leur anniversaire.

 

 

Allez, ce gars-là est trop bon pour ne pas tâter du main event rapidement, on ne se fait pas trop de souci pour l… oh tiens, je viens de voir passer un Shelton Benjamin.
Le reste du show ne fut pas désagréable, loin de là, avec quelques surprises et quelques fausses surprises. La fausse surprise, c'est bien entendu Mike Tyson révélant son tshirt DX lors de son match en compagnie de Jericho contre DX, avant de mettre Chris KO et de célébrer ça à force de Suck it en compagnie de Shawn, Hunter, Horny et de son propre fiston, sans doute trop heureux d'apprendre ainsi une belle leçon de vie. Oui, malheureusement, on voyait venir à des kilomètres le "bon tour" joué à Jericho par un guest host de plus, d'autant que c'était là le reflet exact du fameux jour où Tyson, prétendument proche de Michaels à l'époque, a arbitré le fameux Michaels-Austin de Wrestlemania 14.

 

 


Ben fa chanfe de Mickey Fourke…

 

 

Plus généralement, Mike Tyson, malgré le tatouage facial qui le fait ressembler à Samoa Joe, est aujourd'hui bien loin de l'homme qui inspirait une vraie terreur à toute l'humanité. Regard éteint, corps apparemment empâté, petite voix doucereuse, Iron Mike, incarnation pendant dix ans à la fois de la puissance physique et de la rage des ghettos américains, s'est bien assagi. C'est sans doute heureux pour lui, mais ce le fut moins pour le show, à l'heureuse exception près d'une menace sidérante de violence soudain éructée à la face de Hornswoggle (voir la rubrique "quotes", à droite là). Cet instant-là fut génial mais, hélas, pas suivi d'effets.

 

 


Quoi, quoi, tu vas me faire quoi Tyson? Me mordre l'oreille? J'ai un casque, corniaud! Allez, va te noyer, crevard.

 

 

La grande affaire de janvier, c'est le Rumble. Et le Rumble, c'est évidemment "every man for himself", n'est-ce pas. Rien de tel pour semer la discorde dans les tag teams les mieux rodées. Ted DiBiase (qui aura tourné The Marine 18 avant de tourner face, au rythme où vont les choses) s'est donc joint à la liste de ceux qui annoncent leur victoire, sauf que Cody n'était pas trop d'accord, alors ils se sont un peu vannés entre eux (toujours étonnant de voir à quel point la WWE permet à ses propres catcheurs de se moquer de ses propres films, cf. encore une fois la partie quotes) avant de se rabibocher pour venir à bout de la team de super-jobbeurs Bourne-Henry. N'empêche, comme avec Orton, le ver est peut-être bien dans le fruit…

 

 


- Putain mais vous êtes Ted DiBiase!!! L'acteur de The Marine II!!! Je peux avoir un autographe?!!! Quand mes potes verront ça!!!
- Ca va Cody, t'es lourd.

 

 

Orton, justement, ne sera pas dans la bataille royale du Rumble, puisqu'il sera occupé à regagner son titre WWE. Surprenante issue que celle du Triple Threat pour le statut de first contender l'opposant à Kofi et Cena. Tout semblait pencher pour un Kofi-Sheamus: au Royal Rumble, ce qui intéresse les gens avant tout, c'est le Royal Rumble Match, d'où la possibilité, en théorie, d'organiser un match de titre avec des mecs qui ne sont pas des superstars établies. Mais Kofi, une fois de plus, finit les quatre fers en l'air (et, en plus, il aurait été copieusement insulté par Orton pendant la dernière séquence du match, pour un botch difficilement décelable à l'œil nu). Le brave Kingston paraît bien s'être cogné au plafond de verre, et son push hivernal (ah, cette bagarre au Madison Square Garden avec Orton!) ne l'a pas mené bien loin, jusqu'à présent…

 

 


Eh merde, encore perdu au bonneteau.

 

 

Orton sera donc le challenger de Sheamus au Rumble, à moins d'un renversement lors des deux Raw restants d'ici-là. On n'a rien contre un match heel / heel, au contraire, et le champion, ne le cachons pas, nous plaît de plus en plus. Car même s'il n'a pas catché ce lundi, Sheamus s'est parfaitement comporté au micro. D'abord dans son segment face à Mike Tyson, où il nous rappela un instant le courageux Kevin McBride, un Irlandais limité jeté en pâture à Iron Mike lors de l'un de ses innombrables retours… et qui avait alors mis KO la terreur des rings, à la surprise générale et à la grande consternation des fans du "Baddest Man of the World". Ce lundi, Sheamus fut envahi par l'esprit intrépide de son compatriote. Tyson ayant fait mine de lui décocher une droite, il recula, surpris, avant de se reprendre en un clin d'oeil et de coller son front à celui de Tyson en crachant "Next time, you'd better make contact". Une vraie réplique de bagarreur de bar, qui nous le rendit tout de suite crédible. Ce type est une brute de deux mètres de haut, il est champion WWE, et heel ou pas heel, il n'a pas à être intimidé. Par la suite, il tint également son rang face à Cena, Orton et Kofi, qu'il laissa se démerder entre eux pour déterminer qui aurait le droit de l'affronter. Sheamus est souvent critiqué, mais ce qu'il a à faire, il le fait plutôt bien, à notre avis. Ouais, comme le slogan de McDonalds.

 

 


Ne ratez pas la grande exposition du Musée du Quai Branly: le yin et le yang à travers les cultures.

 

 

Niveau féminin, il y eut un avancement dans le tournoi pour le titre des divas, puisque Eve Torres battit Katea Lee Burchill, nouvelle arrivante dans le show rouge (miam!) sous les yeux d'une Maryse exquise aux commentaires. Entre deux filles athlétiques comme Eve et Katie Lea, le match fut un peu décevant, surtout le finish: un pauvre roll-up venu de nulle part, alors qu'on espérait qu'Eve avait perfectionné ses moonsaults depuis la dernière fois qu'on l'avait vue catcher…

 

 


Le problème d'Eve Torres, c'est que parfois le marionnettiste tire les ficelles un peu trop fort.

 

 

L'autre match du tournoi féminin se solda par la victoire d'Alicia Fox sur Kelly Kelly et fut marqué par plusieurs moments rigolos en ring, notamment celui où Kelly 2 tournoya pendant trois heures autour de son adversaire. Heureusement que les Divas se font vomir avant d'entrer en ring, sinon les spectateurs des premiers rangs repartaient avec un souvenir.

 

 


- On en est à combien de tours là Alicia?
- J'en sais rien, je croyais que c'était toi qui comptais!
- Bon, tant pis, on redémarre à zéro.

 

 

Enfin, terminons par la promo de Vince McMahon qui, face à un public encore plus con que celui qui, deux semaines plus tôt, avait constellé sa promo sur Bret Hart de "what?" (cette fois, ce fut un "booooring" aviné qui descendit des travées lors d'une promo pourtant courte et, surtout, très importante), affirma qu'il avait soldé ses comptes avec le Hitman la semaine précédente et qu'on ne reverrait plus jamais ce pitre dans un ring de la WWE. Il sera intéressant de voir comment le retour de Bret (passé en mode kayfabe sur son facebook, sur le thème "salaud de Vince, j'ai pas dit mon dernier mot!") sera organisé. En attendant (stimulée ou non par la TNA), la WWE a repris un rythme de croisière plus qu'appréciable, et on espère qu'elle le tiendra toute l'année!

 

 


Trop classe, la couverture du nouveau Largo Winch.

 

 

J’ajoute que cette review est

J’ajoute que cette review est formidable. Tu as réussi en outre à me convaincre de la puissance de la promo de Punk alors, que, une fois mis de côté son côté malsain (et effectivement l’attitude tactile de cette grosse brute de Gallows est étrange et presque dérangeante), je la trouvais un peu longuette. Me demandant, à moitié attentif, où ils voulaient en venir avec cette storyline. Mais ton analyse est brillante, bravo.

Une chose est sûre, hors kayfabe, Punk est sans doute vraiment sur le point de sauver Gallows. En tout cas sa carrière. Non parce que le dernier souvenir que j’avais de lui c’était en Festus avec un nœud pap’ sortant des chiottes et tendant un journal à Vince McMahon. Ca sentait la porte.

Miz/MVP, Momo/Jericho et petite critique

Je dirais juste trois choses qui m'ont parus important de traité suite a ta review:

Le match de Jericho/Morrison fut décevant, ca fut long a démarrer, sans brio, c'est vers la fin que c'est devenu dynamique (la foule elle, fut a chier de bout en bout) et je ne crois pas que tu puisses appeler cela très bon.

Miz/MVP est le meilleur segment depuis facilement deux ans, ca mange a mon sens tout speech de Jericho ou CM Punk. D'ailleurs, je te trouve bien trop dur sur le coup des réactions, et ton analyse est digne des basses cours. En voyant les réactions de Kids sur internet, notamment sur Youtube, Miz a pas forcément touché mais a donné une très grande impression. La foule a plus que bien réagit au début au vu du fait que c'est normalement un heel au micro. Miz a quand même été acclamé face a MVP.
MVP qui a été génial, parce que donné la répartie suite a ce genre de discours est très dur, et il a parfaitement su gérer son discours, le rendre cohérent et intéressant. Mine de rien, ces deux mecs ont volé tout ce qui se fait en segment depuis un bail.
Bien plus fort que les promos heels de Jericho ou CM Punk, bien plus fort que les segments entre Cena et DX, meilleur que de nombreuse feud. Seul le segment entre HBK et Bret peut valoir cette palme pour son coté méotionnel.

Du travail de pro de la part des deux.

Et j'ai vraiment apprécié ton analyse sur Punk et la S-E society, même si j'ai trouvé le passage ci:

" Qu'est-ce que la sur-interpétation? Eh bien, il s'agit d'une vraie percée dans le domaine des sciences sociales, imaginée par vos serviteurs. Ah, si Michel Maffesoli nous lit, qu'il n'hésite pas à nous plagier! La sur-interprétation, donc, représente une déformation volontaire des théories sociologiques post-modernes. Ca consiste à exploiter à fond la célèbre idée selon laquelle toute œuvre exprime bien plus que ce que son auteur avait en tête au moment de la composer. Imprégnée par l'air du temps, l'œuvre (que ce soit une chanson, un film, un roman ou une storyline), même quand elle n'évoque un sujet que superficiellement, doit être "sur-interprétée", car son véritable impact dépasse le concept initial de son ou de ses auteurs. L'œuvre est avant tout ce que le public en retire, même inconsciemment. "

Juste réducteur. Plus que ce que montre les gens, c'est ce que NOUS, nous en interprétons qui en fait une valeur. Si un truc réussit a faire plein d'interprétations, c'est qu'il permet d'éveiller l'imagination parce que le discours inspire. Ensuite, qu'on le veuille ou non, CM Punk se retrouve, et cela MALGRE son discours, être une figure représentant les dangers de la secte, et aussi toute la controverse du message "Ne fumez pas, ne buvez pas, ne prenez pas de drogue" Je suis le premier a ne pas faire ses trois choses, les dealers de drogue devrait être traité comme de dangereux criminels a mon sens vu le nombre de vies qu'ils pourrissent ou mettent en danger, je dis ça pour avoir vu les résultats, mais cela montre aussi une facette de l'être humain qui est inévitable: On veut être libre de nos actes.

CM Punk, c'est juste l'emmerdeur sectaire typique se croyant meilleur que les autres. Et mine de rien, tu fais un peu pareil en voulant faire passer toute ces interprétations comme du fantasme alors qu'a la base, c'est ENTENDU. après, c'est une question de conception mais je trouve cette 'critique' totalement aberrante, c'est comme dire: Eh! Quand vous respirez, vous consommer de l'air!

So obvious.

Pas tout compris

Merci de ta réponse, mais j'ai pas tout capté.
A propos du segment Miz-MVP, tu dis comme moi qu'il était super mais soudain surgit dans le passage que tu y consacres la phrase "D'ailleurs, je te trouve bien trop dur sur le coup des réactions, et ton analyse est digne des basses cours. "
Quelles réactions? Et pourquoi mon analyse là-dessus est-elle digne des basses cours, puisque dans le même temps tu dis grosso modo la même chose que moi?
---
De même, à propos de la sur-interprétation. Pour moi, quand j'écris "L'œuvre est avant tout ce que le public en retire", ça correspond tout à fait à ce que tu dis quand tu écris "Plus que ce que montre les gens, c'est ce que NOUS, nous en interprétons qui en fait une valeur." Bref encore une fois, me semble qu'on est d'accord...
---
Enfin, sur la fin de ton post, là on a enfin un sujet de désaccord: pour moi, il est permis de considérer (quitte à sur-interpréter) qu'ici la WWE met en parallèle la mécanique propre aux sectes et la mécanique propre au fait religieux. L'important, c'est que Punk ne tient pas un discours d'illuminé genre "les gentils aliens m'ont parlé, j'ai vu la lumière, suivez-moi et on se retrouvera tous sur la planète Xuldor"; il a un discours qui est, en soi, positif, et une manière de fonctionner qui réunit les caractéristiques de plusieurs grandes religions établies. J'irai pas jusqu'à dire que les scripteurs de la WWE sont comme moi des inconditionnels de "Dieu n'est pas grand" de Christopher Hitchens, mais il y a là à mon avis quelque chose de plus que la simple dénonciation du phénomène sectaire: il y a aussi la mise en garde contre la vision globale et exclusive propre à la religion. Or secte et religion sont des concepts souvent opposés. Fin bon, tout ça c'est histoire de brasser de l'air hein ;-)

Je crois qu'on s'est mal compris oui XD

Pour MIZ/MVP, je crois que je me suis perdu, je sais pas pourquoi du tout j'ai écris ça. Pour te dire l'abus de champignons hallucinogènes, j'ai cru que tu disais au début que Miz n'arrivait pas a tenir le public, que le début du segment était pas intense en fait. J'ai peut être lu ca dans un commentaire, a vérifier, fesse moi avec une pelle pour me punir en attendant.

Et surtout, la je mérite de coucher avec Mae Young, j'ai cru que tu critiquais la sur interprétation avec le passage que j'ai quoter, que tu allais reprocher aux gens d'avoir chercher a pousser trop loin un segment, et que tu avais ensuite traité de cette surinterprétation pour la comprendre et la détaillé.

Bref, je fail totalement sur ce coup la, mea culpa.

Le heel que je suis a perdu clean face a un Attitude Justement, mais ce n'est que partie remise!

Pas de souci

Moi aussi j'aime bien qu'on me fesse avec une pelle, on pourrait organiser un match à stipulation comme ça!

Si vous cherchez un

Si vous cherchez un arbitre...

sectes et religions sont souvent des concepts opposés

Pas tout le temps. Certains disent que les deuxièmes ont gagné leur légitimité sur le marché parce qu'elles étaient les premières, avec un marketing beaucoup plus agressif.
Un peu comme Orange : 50% de PdM ou presque sur l'internet alors que plus cher que ses concurrents, et une offre loin d'être au-dessus. Oui, mais c'étaient les premiers.

Comment ça, "gros troll velu" ?

Maff

Ah... Mitch Maffesoli, il ne s'est jamais remis d'avoir été le directeur de thèse d'Élisabeth Tessier!

Excellente revue mon cher Axl, CM Punk est-il un avatar de Charles Manson ou de David Koresh? Son odyssée se terminera-t-elle en un Waco?

Sinon, je commence bien à marker sur Dolph en petit chose du catch!

Allons Axl! Undertaker a bien

Allons Axl!
Undertaker a bien affronté 17 personnes, certes il y a deux fois Kane mais à Mania 21 il avait tabassé Big Show et Albert en handicap match!
Pour son mic skill, je pense qu'il l'a amélioré, parceque c'était VRAIMENT dégueu avant (je sais de quoi je parle, je me fais de la WWF 1997 en ce moment).
Je suis aussi content que toi pour la victoire de Rey, ça peut donner un bon match contre le Taker (Vu que Rey roxe et qu'en plus il est leger, toussa).
Pour le tatouage de Tyson, pas d'analogie avec Joe pité, j'aimerais oublier cette gimmick bidesque....
Enfin pour Punk, on peut noter son physique Christique!

Ouille!

Owned, et pour la deuxième fois sur le même sujet (tu m'avais déjà repris quand j'avais écrit que le Taker avait toujours affronté des mecs différents à Mania!). Bon, je vais me cacher la tête dans le sable. Comme une autruche.

Excellente Review !!

Super review, et magnifique introduction sur le nouveau rôle de CM Punk, en gourou, il me fait penser aussi à un espèce de télé-évangéliste qui "guérissent" les gens de leurs démons ! Je vois que je ne suis pas seul à constater que l'ami Luke à les mains baladeuses ! Est-ce que cette storyline straightedge lui rappelle son enfance chez les enfants de coeur ?
En plus les gars se qualifient pour le match contre la DX à la suite d'un très mauvais fatal four way par équipe !
.
Par contre il y a un truc que j'ai remarqué depuis que la DX est revenue c'est que pas un seul Guest Host s'est opposé à l'équipe de HHH/HBK, où alors la mémoire me fait défaut mais je ne crois vraiment pas !! C'est pour cela que je fus à moitié surpris et entièrement déçu de voir Tyson relever son pull pour nous montrer son T-Shirt DX !! Je suis déçu car la semaine dernière lors de la promo on présentait Tyson avec l'un de ces surnoms "the baddest man of the world", alors moi je me suis dit en grand naïf que je suis que Tyson sera un bon heel guest host et la DX ou Cena vont dérouiller, et bien non !! On nous sert un Tyson mou de la verge qui ne fait plus peur qu'à ce maudit nain !
Enfin bref ce fut quand même de bon show !!
.
J'ai une question : Etes vous sur qu'Orton insultait Koffi pour un Botch, moi je pensais que cela faisait parti du truc, il l'insultait pour son entêtement à vouloir l'affronter, non ??

Botch Kofi?

Pas sûr du tout, non, mais c'est une théorie qu'on lit un peu partout sur le net...

Ce que j'ai lu m'a vraiment

Ce que j'ai lu m'a vraiment paru convaincant en reregardant les images:
Orton devait clore le match en faisant un punt kick à Koffi mais Koffi semble l'oublier et se relève. Orton s'approche, le repousse pour le forcer à se mettre à 4 pattes mais ce neuneu de Koffi se relève encore. Là Orton, pète un boulon puis, Koffi étant debout, décide de conclure le match par un RKO (en ayant fait un petit signe de tête à Koffi au préalable, peut-être pour lui faire comprendre le changement de plan).
Voici le lien qui illustre mes propos: http://www.youtube.com/watch?v=K4sSDT-iQgc
En tout cas, jouées ou non, j'ai trouvé les expressions d'Orton vraiment excellentes à ce moment-là.

Ah ouais, clairement!

En retrouvant une video du match sur le Tube, on voit effectivement que la fin est "botchée" (mais au final, c'est pas dramatique...).
J'avais eu l'impression d'un faux ruthme pour la conclusion au premier visionnage, mais là, après coup, on voit la posture d'Orton dans le coin, prêt pour son PK, puis il essaye de remettre KK au sol quand celui-ci se relève...
Et son attitude après la victoire laisse peu de doute... Les "Stupid!" ne semblent pas justifiés dans le booking du truc, mais surtout, il semble vraiment en colère malgré la victoire...

Ok !!

Malheureusement ils ont enlevés la vidéo sur Youtube, mais j'ai envie de dire qu'expliquer comme cela c'est plausible aux souvenirs que j'ai de ce match et il est vrai de la colère (jouée ou non) de Randy !! Je me suis renseigner et j'ai vu qu'il était arriver à peu prés la même chose à Randy contre Mr Kennedy il y a un an ou deux de cela !!

Enervement qui avait provoqué

Enervement qui avait provoqué le renvoit de Kennedy...

Pas vu SD! mais il a l'air

Pas vu SD! mais il a l'air potable...
Pour Raw je suis presque entièrement d'accord avec cette analyse.
A commencer par MVP que j'ai trouvé vraiment excellent dans son segment micro, pour tout dire nettement meilleur que le Miz. Pour ce dernier, j'ai beaucoup aimé la partie où il évoque ses débuts et notamment ses soucis relationnels avec JBL. Le problème c'est qu'à mon avis les 3/4 des gens qui suivent le catch se contrefoutent un peu de ce qui peut se passer dans les coulisses et des petits à côté réels. De ce fait, j'ai trouvé le public très mou face au - du coup trop long -monologue du Miz, même Dibiase et Rhodes obtenant plus de réactions (à base de ces insupportables What).
Sur l'altercation oratoire en elle même, elle montre pour moi la différence entre un type vraiment bon au micro, MVP, capable de tenir des discours sur différents champs émotionnels, d'y mettre une incroyable intensité et qui est doté d'une répartie qui claque et surtout qui semble naturelle et un autre qui est certes très bon bien que répétitif dans ses discours faciles de heel arrogant mais que j'imagine de plus en plus mal de sortir de ce rôle là.
En résumé, et malgré l'évolution des deux catcheurs au cours des derniers mois, ce segment m'a convaincu que MVP pourrait faire un main-eventer plus que crédible s'il était un peu mieux booké (et même en tant que face) alors que je vois mal le Miz monter plus haut dans la carte, c'est déjà bien pour lui soit là et d'ailleurs je trouve que le titre us était en train de reperdre de l'intérêt depuis quelques semaines.
.....
Je vois d'autant plus MVP gagner les sommets après la prestation de Kofi lors de ce raw... Déjà in-ring où il a bien botché le final et s'est mangé des terribles "stupid" d'Orton qui, s'il n'a pas l'influence d'un HHH, a quand même réussit à faire virer Mister Ken... Anderson et à faire ré-engager Chris Masters. Et surtout lors du segment avec Tyson, Sheamus, Orton et Cena où il faisait très intrus sur le ring, avec un passage micro pas terrible et surtout quasiment aucune réaction de la part du public.
J'en profite pour saluer la performance globale de Cena qui n'est pas trop aimé ici pour son statut de kidz champs mais qui a reçu la plus grosse pop' de la soirée et qui a encore montré au micro, malgré les limites de son statut de face gnangnan, qu'il est sûrement le catch le plus doué à ce niveau depuis le Rock et qu'il a en tout cas de bonnes qualités d'improvisation.
Un petit mot également sur Orton, qui apparemment à l'air un peu tendu en ce moment. Je suis impatient de le voir affronter Sheamus, ca peut être l'occasion rêver de faire un peu évoluer son personnage qui tourne en rond, surtout si le Rumble le voit aussi se faire trahir par Priceless
.....
Pour finir, un pack avec les divas et Tyson. J'ai trouvé ce dernier plutôt bon et impliqué par rapport à la plupart ds GM. C'est plus le Tyson d'il y a 15ans évidemment mais il y a mis du sien et son petit passage avec Horny fut presque jouissif. Et si je ne dis pas de bêtises, Raw a fait une meilleure audience que lors du passage de Bret Hart.
Pour les divas je voulais juste crier mon admiration pour Alicia Fox qui me bluffe de plus en plus, que je trouve vraiment très crédible dans tout ce qu'elle fait et notamment dans l'impact et l'intensité qu'elle met dans ses prises. Et c'est encore plus flagrant quand elle affronte Kelly² qui me fait l'effet inverse à ce niveau là.

Bonne semaine

Une bonne semaine globalement, avec plein de bonnes choses parfaitement décrites ici comme d'habitude. Le segment MVP-Miz était très bon, voilà une rivalité qui gagnerait à durer. Ziggler remonte doucement, c'est tant mieux. Et Rey et Batista ont encore réussi à nous donner un beau combat, spectaculaire et surprenant. Leur rivalité est tout à fait réussie, dommage que ce ne soit pas le cas de leurs relations, inexistantes, avec le champion.
.
Comme Jyskal un peu plus bas je mets pourtant aussi, pour une fois, la promo micro du Taker dans les bonnes choses : il ne s'est pas contenté de menacer les âmes de ses adversaires cette fois. Je me demande ce que ça va donner à Raw ce soir. Un rematch semble en effet ne pas coller avec les histoires du moment, mais quand même, Michaels en a parlé plusieurs fois, l'Undertaker vient à Raw exprès pour donner sa réponse... Ca me paraît beaucoup pour qu'il dise simplement "non, y aura pas de rematch, salut vieux". Je continue de croire un tout petit peu à un match avec la fin de carrière du perdant comme enjeu...
.
Bon Triple Threat pour devenir le challenger de Sheamus. Mais quelle surprise ! Je voyais Cena gagner les doigts dans le nez, à cause de son serment de ne pas perdre avant de regagner le titre (serment envolé sans même que ce soit mentionné, dommage). Bon, il paraît qu'il serait blessé au dos, voire qu'il y aurait des histoires de stéroïdes à cacher... Orton / Sheamus ça s'annonce bien, et très ouvert en tout cas.
.
Et il y a Punk, bien sûr... Quel pied ! L'orientation de son personnage lui va à ravir et j'espère vraiment que nous n'en sommes qu'au début et que la WWE poussera jusqu'au bout une idée originale et parfaitement menée jusque là. Leur victoire pour la place de challengers m'a beaucoup surpris et une vraie rivalité contre la DX peut marcher (ah, Punk implorant le public de rejeter tous leurs objets DX auxquels ils sont accrocs comme à une drogue, le rêve), si la DX est enfin sortie de sa monotonie actuelle.
.
Car le pire de la semaine ce fut encore une fois ceux qui sont censés être la vitrine de la fédération. Cette fois j'y croyais pourtant au guest host heel, surtout après l'incroyable menace de Tyson sur le nain. Hélas, hélas... Instaurer des guest hosts était déjà une idée atroce, que les "créatifs" ont réussi à rendre encore pire avec les guest hosts systématiquement alliés et fan de la DX. Ce soir c'est qui ? Don Johnson ? Et merde... Je suis sûr qu'on va avoir David Hasselhoff ou Patrick Duffy un de ces jours.
.
Côté filles, ça fait plusieurs semaines que la storyline se met en place à SD et ça marche très bien. Enfin une histoire un peu compliquée dans la division féminine ! A Raw c'est plus terne ; Maryse est excellent dans ses promos mais dans le ring c'est très bof. Je me joins au fan club de Katie Lea en regrettant l'issue de ce match : Katie domine avec quelques beaux coups, Eve ne fait pas grand chose et gagne sur un roll up affreux... Beurk ! Je ne suis pas sûr que Katie Lea devienne une habituée de Raw, c'est bien dommage.

Serment de Cena

Je suppose que "techniquement" le serment de Cena est toujours d'actualité, vu qu'il n'a pas été pinné dans le triple threat... mais je préfèrerais voir ce serment à la con tomber dans les limbes!

Bizarre

Avec sa secte SxE, CM Punk devient peut-être le personnage le plus dérangeant depuis Goldust le "bizarre" et le plus arrogant depuis JBL.
Ça nous promet beaucoup pour le futur.

Le speech et l'analyse sur la

Le speech et l'analyse sur la sur-interprétation de la story sXe de Punk est bien awesome Axl, good job! :D
La carte du Rumble ne cesse de me surprendre: un affrontement face-face à SD! un heel-heel à RAW et un truc inattendu à l'ECW aussi. le DX vs sXe aussi est inattendu. Et le rumble lui même est vraiment ouvert, tant rien ne semble émerger que le Edge-Y2J qu'on traine depuis la blessure du canadien aux cheveux longs.
J'avoue que je n'ai aucune idée de ce qui va se passer, par contre je crains que les RAW/SD! des semaines à venir ne changent la donne (Kofi ou Cena qui entreraient dans le match WWE et Tista dans le WHC). Ainsi j'attends la carte définitive pour me prononcer sur tout ça.
Dans cet épisode de SD!, j'ai été bluffé par l'agilité de Mysterio (putain il grimpe à une cage comme spiderman c'est assez ouf) et la qualité globale des shows.
Sinon j'ai une théorie pour la storyline sXe: ils vont continuer comme ça quelques semaines et à un moment c'est Danielson qui sortira de la foule, et au lieu de se laisser docilement raser la tête il pètera la gueule de Punk, ce qui amènera une feud bien technique entre les deux. ^^

tellement rapide que la

tellement rapide que la manière dont il laisse trainer les pieds est pas crédible une seconde. Du coup, j'étais encore plus persuadé que batista allait gagner, j'étais content à la fin (parce que Taker-Tista ça aurait été bien pourrave...).

Par contre faudrait voir à changer cette regle avec la porte, y'a aucun interet à escalader la cage s'il n'y a qu'à demander à l'arbitre d'ouvrir la porte...

Horny, Rey-rey et Johnny rotten.

Juste pour dire que ça devient horripilant ces guest hosts qui célebrent le Suck It avec les Dégénérés. Damn! Il y avait tout avec Tyson, Un beau truc mené dans ce tag team match et, pouf, le nain apparait voulant découdre avec Iron Mike. Ce dernier fait decouvrir son t-shirt (dont la securité routiere devrait s'inspirer coté fluo) et ça part dans le grand guignol qui fout en l'air tout le coté attractif du show.
Je crains le pire avec Don Johnson et machin.

Heureusement, qu'il y a eu Smackdown et ce match en cage dont l'issu m'a surpris. Mais c'est encore une fois ce merveilleux Punk qui s'impose. Bon, j'avoue qu'il y a un coté pervers a le voir se lancer dans ses diatribes pour le bien vivre en sifflant une Leffe.

En parlant de rafraichissement, la carte du Rumble est inédite et ça fait plaiz'. J'avoue n'avoir aucune idée du vainqueur finish des title matches.

Belle review

Bravo pour cette review. J'avoue ne pas êtes aussi fan que la rédac des promo du Punk mais je trouve l'analyse de début d'article très intéressante.
J'ai d'ailleurs une question à propos du straight edge et de Punk. Est ce que Punk est réellement straight edge en dehors de la WWE et si oui n'y a t-il pas meilleur moyen pour lui de promouvoir un mode de vie qu'il trouve vraiment juste (dans la vrai vie quoi !) ?

Punk IRL

De ce que je sais, Phil Brooks est vraiment straightedge, oui. Après, veut-il réellement diffuser son idéologie auprès du public de la WWE? Peut-être bien, auquel cas il doit se dire que, même en mode heel, il offre là au straightedge way of life une exposition énorme... Ou peut-être qu'il accepte de bon coeur de jouer les heels en brodant sur le sraightedge, quitte à faire passer le mouvement pour un truc de tarés. Je me demande quelle est la réception de la storylne punkienne dans la communauté straightedge, d'ailleurs...

Je suis sur qu'il adore faire

Je suis sur qu'il adore faire le heel sxe. Il a battit sa légende indy sur ça, et il devient énorme à la WWE comme ça.
Et la communauté sxe adore (tout du moins moi j'adore x) )

I have a dream

un message qu'un boy-scout comme John Cena pourrait parfaitement faire sien, d'ailleurs
-
Cena qui rejoindrait la SxE society... :bave:. Une belle stable menée par Punk et Cena, ca aurait de la gueule. Vous allez me dire: ca manquera de face pour le titre suprême. Certes. Mais dans un combat heel vs heel (ou face vs face), y a quand même de grandes chances d'y voir un turn. Pourquoi pas Orton? Qui mènerait ensuite la bataille contre cette secte de catcheurs mormons....
Bon ok, j'arrète.
Très bonne review au fait :)

What a review !

Magnifique papier cette semaine ! Un vrai régal.
Vous vous êtes bien fait plaisir tout de même sur la première partie avec la Straightedge Society mais ça se laisse lire et c'est assez instructif.
Sinon le reste est à l'image des 2 shows de cette semaine, riche et divertissant.
Je ne me suis que rarement laissé tenter par l'avance rapide sur ce Smackraw et rares furent les combats chiants ou mal bookés.
Les Jericho/Morrison, Kane/Ziggler ou le triple threat match Cena/Orton/Kofi en témoignent.
L'avancée des storylines est plaisante et je retiens notamment les segments qui concernent les midcarders tels que Ziggler, Miz et MVP. Que du bonheur !
Je vous rejoins également en ce qui concerne Sheamus. Il envoyait vraiment du bois dans sa promo avec Tyson et ça fait bien plaisir. J'ai adoré sa réplique aussi.
En revanche, j'ai trouvé pour une fois le Taker plus convaincant au micro et je vous trouve un peu dur. Il ne s'est pas perdu dans ses sempiternelles catchphrases et autres raccourcis dont il a l'habitude de faire usage pour build ses matchs de championnat. Je trouve qu'il a plutôt bien argumenter sur le Batista/Mysteryo et que son passage sur sa streak était plus crédible qu'à l'accoutumée mais bon il est évident que ça restait encore trop mou. Enfin c'était pas mal tout de même et j'ai même eu un petit frisson quand il a évoqué Shawn Michaels :p
.
Bon allez je file voir Genesis. L'avantage à Shanghai c'est qu'il est 9h du mat' alors c'est tout de même plus simple pour les live ^^
Vivement la suite !

What's up?



31 janvier

Il était bien cool, ce Rumble, non? Venez dire dans les comms de la nalyse ce que vous en avez pensé, et n'oubliez pas que les vignettes attendent vos légendes sagaces ici.

Connexion utilisateur

Commentaires récents

Les Vignettes des Cahiers


Merde, j’ai toujours été nul au Puissance 4.


Retrouvez ici toutes nos vignettes !


Quotes of the Cahiers

"I'm gonna leave him in a pile of blood, and urine and vomit."
Brock Lesnar à propos de John Cena

"At 9 am Eastern time tomorrow, the WWE Network goes live. But the problem is you’re all gonna be so overwhelmed by the incredible content available, you won’t be able to turn it off. Adults will lose their jobs and kids will be expelled from schools for lack of attendance. In fact, you’re gonna be so mesmerized by the incredible content of the WWE Network that you won’t even have time to remove the garbage from your houses. Your places are gonna start to stink, rats will move in, and they’re gonna look like bigger pigsties than they already do. Ultimately, the government is gonna come along and condemn your homes and you will all be left homeless defending yourself on the street. Thank you very much."
Bad News Barrett

"He’s twisting him so much his twin brother is getting dizzy !"
JBL commentant un Giant Swing d'Antonio Cesaro sur l'un des frères Uso.

"I think I'm a little too old for you Jerry. I'm 26, I know you like them younger."
AJ Lee, à Raw, s'adressant à Jerry Lawler

"It looks like James Storm has had more partners than Taylor Swift lately, he should probably get tested"
Bad Influence

"Having watched that… I regret the doctors in Canada saving my life.”
Jerry Lawler, après le segment où Mae Young a accouché d'Hornswoggle.

"What's running through John Cena's mind? I don't give a crap what's running through his mind. What's more important is what's running down his leg."
Brock Lesnar

"Yes. Stop sending dumb tweets like this one. RT: @Kid_Antrim Any advice for me?"
Paul Heyman, sur Twitter

"With Kofi Kingston as the Intercontinental Champion, the bar has been lowered. And when the bar’s been lowered, mediocrity becomes acceptable. And when mediocrity becomes acceptable, society crumbles. And when society crumbles, civilization will end as we know it.”
Le Miz, Hell in a Cell

"Can you figure that? She's not able to get a date! I mean, even Natalya is able to get a date!"
Eve à propos de Layla

"I understand that you barbaric buffoons could easily eviscerate me and dispose of me like common trash. However, if you do so, I will not be a victim. I will be a martyr. A martyr for anyone who appreciates a sophisticated mind."
Damien Sandow, à DX.

"Apparently, giants can win the Super Bowl, but not matches at WrestleMania. You’re like ‘The Reverse Undertaker’. Who are you going to lose to this year? The boxer or the sumo wrestler?”"
Cody Rhodes au Big Show

"The Kliq is back, which is kind of ironic because "click" is the noise the audience's remote control makes every time Kevin Nash pops up on their TV screen."
CM Punk

"It's a conspiracy! C... O... N.... Spiracy!"
R-Truth

"I understand that... that Vince McMahon's gonna make money despite himself... he's a millionaire who should be a billionaire... you know why he's not a billionaire? It's because he surrounds himself with glad-handing nonsensical yes-men like John Laurinaitis, who's gonna tell him everything he wants to hear... and I'd like to think that maybe this company will be better after Vince McMahon is dead, but the fact is it's gonna get taken over by his idiotic daughter and his doofus son-in-law and the rest of his stupid family."
CM Punk

"These people are not Jimmies. They are the greatest fans in the world!"
John Cena, à R-Truth qui venait de qualifier le public de Raw de "Little Jimmies".

"Can you imagine if Sheamus wins this thing? I mean, the international ramifications, I mean the buyrate, I’m talking about the demographic change and everything? If Sheamus wins this match, it will be huge, not only for him but for the Smackdown brand."
Booker T., pendant un Title Match opposant le champion poids lourds Randy Orton à Sheamus.

"When I’m done with him, he’s gonna have barbecue sauce fueling out from his belly button like a geyser."
Michael Cole à propos de Jim Ross

"The WWE has gone from the powerful "Austin 3:16" to the dominant and iconic "can you smell what the Rock is cookin?"... all the way to "You can't see me"? You can't see me, what are you, playing peek-a-boo? Believe me, we all can see you. A blindfolded, sleeping, stuck in the basement Stevie Wonder can see your monkey ass. How in the hell do you think we can miss you come out here with your bright ass purple shirt, before that bright green shirt, bright orange shirt like a big fat bowl of Fruity Pebbles?"
The Rock à John Cena

"Jerry Lawler has forgotten more about wrestling than the Miz has ever known."
CM Punk

"If anyone says you can't do something, if anyone says you can't live your dream... Believe them, because you can't."
The Miz

"William Regal did the real work with this young man. Shawn Michaels took $3000 from him, that's all he ever did."
CM Punk à propos de la formation de Daniel Bryan

"I would RKO my own grandmother if it meant keeping this title. And then I'd RKO YOUR grandmother just to see the look on her face."
Randy Orton, à Sheamus

Virgil: - Ted, what are you going to do for protection?
Ted DiBiase, jetant un coup d'oeil à Maryse: - Go to the drugstore.

"Her teeth are going to be like the Ten Commendments after this match: all broken."
Alicia Fox, à propos d'Eve Torres

"Layla is not married. She deserves a good husband. I should marry her before she meets him."
Jerry Lawler

"If I suck, why would a Perry deli – the top Perry deli – name their top-selling sandwich after me? It's called the Swaggie. It smells like freedom."
Jack Swagger

"I realize how much of a starmaking performance I had in McGruber. The reviews have been off the charts. As a matter of fact, they are speaking of a possible early Oscar nomination."
Chris Jericho

"I'm sure your mom's uterus is awesome."
Vicki StElmo à Vladimir Kozlov

"If we were in your era, I'd put a Sharpshooter on you faster than you can put a pair of cheap sunglasses on an ugly kid."
The Miz, à Bret Hart.

"When I look at you I don't see fans. I don't even see people. I see money, money, money, money. Dollar signs, dollar signs, dollar signs, dollar signs. With some of you, a lot of dollar signs because I see a lot of fat people in the audience and I know you paid for two seats. Thank you very much!"
Batista à Raw.

"We are real women with the body that God created us with."
Mickie James, la femme aux implants mammaires en silicone qui explosent dans le ring.

Don Johnson: "This is a mistake!"
The Miz: "Mistake? No. Pink shirts and white suits, that is a mistake."

"One nation under Punk, undivisible, with integrity and sobriety for all!"
CM Punk

Michael Cole: "Our guest at ringside, Marisse. Welcome."
Maryse: "Oh my god, Michael Cole, you vintage nerd. You can't even say my name right. I should punish you and just give you my French kiss."

"If I see you in my match tonight, I'm gonna tear your intestins out and jump rope with it. And that's not all. I'm gonna take my two fingers, I'm gonna dig up your nosedrills and I'll rip your brain out. And I'm gonna put it in a newspaper and I'm gonna smash it against a window."
Mike Tyson à Hornswoggle

Ted DiBiase: "My movie, the Marine II, is superior to the original Marine."
Cody Rhodes: "Ted, my fifth grade graduation video is superior to the original Marine."

"I'm on Raw, you're on Smackdown... Long distance relationships don't work, Chris."
Big Show

Jerry Lawler, après une promo de Maryse où elle a qualifié Melina de "petite poupée": "Did she just say poupée? Do you know what that means in French?"
Michael Cole: "What?"
Jerry Lawler: "I... I can't say it!"

"I respect her. There are a lot of things that she does that I couldn't do, being the size that she is."
Michelle McCool à propos de Mickie James.

"We have MVP on the stage, and PMS in the ring."
Goldust, à propos des divas assemblées dans le ring pendant les Slammy Awards 2009.

"It was kind of like the 300 at the battle of Thermopylae, but with better abs".
John Morrison à propos de la fin de son match à Survivor Series, quand il s'est retrouvé à 1 contre 3.

"Hi, I'm John Morrison, and one time I drove my Lexus 700 miles on a tank full of my own urine."
John Morrison

"I always said if I could put my brain in Andrew’s body he’d be a 20-time world champ."
Edge à propos de Andrew "Test" Martin