Sondage

Cela fait maintenant un mois tout pile que Jinder Mahal est champion de la WWE. Selon vous::

Confessions d'un Kid du siècle

Je vais vous donner un show comme vous n'en avez jamais vu. Pourquoi? Parce que je le peux.
Shawn Michaels

 

Elle s'appelle Sarah-Gatina, et elle possède le don d'empathie. Notre égérie a, l'espace d'une hagiographie, délaissé son bien-aimé Chris Jericho pour se glisser dans la peau du Briseur des Cœurs, dont elle nous narre ici, à la première personne, comme une confession, l'édifiante histoire.

 

 


C'est ce qu'on appelle une consécration.

 

 

La vie et l'œuvre de Shawn Michaels

 

Je m'appelle Michael Shawn Hickenbottom, né le 22 juillet 1965 à Chandler, dans l'Arizona. Pas de grands souvenirs, papa était militaire et la famille, à savoir maman, mes trois frangins aînés et moi, le suivait dans ses affectations de par l'Amérique, voire outre-Atlantique, en Angleterre. C'est vers l'âge de douze ans que je commence à m'intéresser au catch, même si mes parents essaient de m'en dissuader. Peine perdue: déjà très jeune, je sais que je voulais devenir catcheur. J'achète des magazines spécialisés, je me mets devant mon miroir et j'imite mon héros, Ric Flair. Wooo.

 

 


Heureusement que maman a des robes de chambre ressemblantes.

 

 

Mes parents ne prennent pas cela au sérieux. Une fois le bac en poche, il faut aller à la fac, qu'ils disent. Bon fils, c'est ce que je fais.
Cependant, après deux semestres, je vais voir papa et je lui dis qu'il a assez gaspillé son argent. Je le supplie de me laisser essayer le catch. Heureusement pour vous, pour nous, pour moi il accepte. Il m'accompagne même le jour où et je suis présenté à l'ancien catcheur mexicain José Lothario, qui devient mon premier entraîneur. José m'enseigne les vieilles méthodes. Après deux mois, il juge que je suis prêt. Il m'envoie à la Mid-South Wrestling, une féd régionale.
Je commence naturellement comme jobber, le mec qui se fait massacrer chaque semaine. Je m'appelle désormais Shawn Michaels, ça claque quand même plus que nom de baptême. Voici mes grands débuts, qui se terminent piteusement par une espèce de Masterlock.
De la Mid-South, je suis envoyé à Kansas City. C'est là-bas que je rencontre pour la première fois Marty Jannety. Huit mois plus tard, l'AWA, qui veut former une équipe dynamique, me contacte. Avec Jannetty, je forme les Midnight Rockers.

 

 


Et quand on a un soir de libre, on va dans des bars où on se fait passer pour Wham!

 

 

Ensemble, on crée un nouveau style de lutte, une sacralisation des mouvements en équipe. ici, par exemple, on affronte le mythique Midnight Express. Admirez le travail. Double descente du coude, double saut chassé… Hors combat, Marty et moi utilisons des figurines pour décomposer chaque prise. Ensuite, on les exécute sur le ring.
Marty et moi sommes très potes. On a tout en commun, même des filles. Notre réputation, justifiée: des solides fêtards.
N'empêche, notre but est bien sûr de remporter les titres tag team de l'AWA. Les champions du moment: Buddy Rose et Doug Somer.

 

 


Deux sacrés playboys, y a pas à dire.

 

 

Semaine après semaine, Marty et moi insultons les champions plus souvent qu'à notre tour. Durant 27 semaines consécutives, nous restons number one contenders. La feud doit s'achever. Un match est organisé afin de mettre fin à tout cela. Le match est sanglant. Les Rockers triomphent. Nous devenons pour la première fois champions par équipe.

 

 


Déjà, on exsude un charisme formidable. Non?

 

 

Pat Patterson nous a vus à l'œuvre. Il est tellement impressionné par ces deux jeunots qu'il parle de nous à Vince McMahon afin de nous faire engager à la WWF.
And go to New York pour un entretien! L'accueil est froid. On essaye de ne pas trop se faire remarquer. Ce soir-là, les gars de la WWF nous invitent à sortir. On le sent mal. On ne veut pas y aller. On comprend que ces mecs ne nous aiment pas. Ca pue le mauvais plan. Finalement, on accepte, histoire de se faire apprécier et intégrer. Tout se passe bien, jusqu'a ce que Jimmy Jack Funk arrive. Il nous charrie, il nous cherche, il commence à manger son verre, puis un deuxième… Il finit par attraper un autre verre pour me le fracasser en plein sur le crâne. Je ne bronche pas. Je lui ris au nez.

 

 


Faut dire qu'il était plutôt du genre perturbé, comme garçon.

 

 

Le lendemain, dès notre arrivée, nous tombons sur J. J. Funk. Il fonce droit sur Jannetty en criant "C'est quoi ton problème?". L'affaire avait pris des proportions trop grandes. Deux semaines plus tard, on se fait virer de la WWE. Merde. Nous avions été au sommet en équipe et on se retrouve de retour au Texas à catcher devant cinquante personnes. Retour au point de départ. Je le vis très mal. C'est à partir de ce moment que je commence à me droguer. J'envisage même d'en finir avec la vie. Pas glop.
Bon, je me remets. Marty et moi allons dans une autre Fed, à la Continental puis à Memphis. L'AWA pensait que ce serait bien qu'on catche dans les deux fédérations.
On fait des allers-retours de la AWA à Menphis, on reprend du plaisir à catcher.
Cette période dure un an. L'AWA était en chute libre, je le savais. Il n'y avait qu'un seul endroit où je devais être: les Rockers devaient retenter le coup à la WWF. On re-signe à l'été 1988.
Ce coup-ci, ça sera payant.

 

 


On obtient même des tshirts top moumoute.

 

 

Dès nos débuts, on a beaucoup de succès en équipe. Les bookers nous font même affronter la Hart Foundation, à l'époque champions par équipe. Octobre 1990: les Rockers http://www.youtube.com/watch?v=OZIzY-G8PUU&feature=related >gagnent les titres mais sous prétexte que la troisième corde avait lâché, Vince n'a jamais fait diffuser le match et on n'a jamais été champions officiellement.
Le mélange alcool, drogue, amitié ne fait pas bon ménage, surtout quand on passe plus de 300 jours par an ensemble, c'est dur à supporter.
C'est une des raisons qui pousse les Rockers à se séparer. L'autre, c'est que j'aspire à d'autres choses en solo.

 

En janvier 1992, lors du "barber shop" de Brutis Beefcake, nous nous séparons. On se serre dans les bras, on célèbre notre passé glorieux, et d'un coup, from out of nowhere, j'exécute mon super kick en plein dans la face de mon ami, Marty Jannetty. Et je l'envoie tête la première à travers une vitrine.
J'apparais sous un nouveau visage, le Heartbreak Kid est né! Le mec qui se la joue à fond, le SeXy BoY avec chaînes et cuirs, bien dans le style des chanteurs de hard de l'époque. Marty, tu peux pas test. Ensuite, tout s'enchaîne. Je bricole mon thème d'entrée une nuit, avec Sensational Sherri pour les miaulements "Oh Shawn!". A vrai dire, je ne l'aime pas, elle me donne un rôle d'homme objet, je m'imagine plus cool (la chanson hein, pas Sherri).

 

 


Sherri Martel, l'être humain qui s'est le plus rapproché d'Elvira la sorcière.

 

 

Le 8 novembre 1992, je remporte mon tout premier titre en solo, le titre Intercontinental dans un magnifique match contre le British Bulldog.
Je ne travaillé plus avec Sherri. Pendant une journée de repos, je regarde la WCW.
Et je vois ce gars, Vinnie Vegas. Il est drôle, et il éclate Tony Atlas au bras de fer. La semaine suivante, le transfert est fait, et Vinnie, en fait Kevin, rebaptisé Diesel, m'escorte vers le ring. Une amitié grandit devant et hors des caméras. Avec un tel garde du corps, faut pas me chercher. Et le titre IC, après l'avoir perdu contre Jannetty, je le récupère avec l'aide de mon nouveau mastard.

 

 


Ca va, me regardez pas bizarrement, c'est lui qui a insisté pour que je me fringue comme ça.

 

 

Tout va donc pour le mieux dans le meilleur des mondes, mais un jour, je reçois un appel de Vince. Il me dit que j'ai été contrôlé positif aux stéroïdes.
Je ne me drogue plus, mais il m'arrive par ci par là d'accepter des anti-douleurs…
Je suis suspendu. Du coup, je dois perdre le titre Intercontinental, j'ai dit pas question. Résultat: je suis suspendu.
Le titre vacant, un tournoi est organisé. C'est Razor Ramon qui gagne le titre Intercontinental. Quant à moi, la WCW me courtise, mais je donne pas suite.
Six semaines plus tard, je suis de retour, avec le titre non officiel (comme le feront plus tard JBL et Cena).
Le timing est parfait: Wrestlemania 10 approche. Ce jour-là, le 20 mars 1994, j'affronte logiquement Razor, pour déterminer qui est le vrai champion Intercontinental, dans un match de l'échelle. A l'époque, ce genre de match est novateur et très excitant. Ramon gagne, mais le match a volé le show. Mon premier vrai carton à Mania et comme dans de nombreux autres qui suivront, je brille malgré la défaite. Au bout de quelques années de cet acabit, j'y gagnerai un surnom.

 

 


Mais non, pas Mister Ladder, essayez encore.

 

 

1995, c'est l'année où je gagne mon premier Royal Rumble, en entrant en première position s'il vous plaît. C'est aussi l'année où règne La Clique. Le groupe est composé d'abord de Razor et moi (on est potes depuis Kansas City), avant que s'y joignent Diesel, le 1-2-3 Kid et plus tard Hunter. Quoi qu'il se passe en kayfabe, on est potes dans la vie, on voyage et on traîne ensemble. Du coup, la clique est accusée de prendre le pouvoir backstage, et les autres lutteurs nous voient comme des ennemis. En réalité, Vince nous demande juste quelques conseils de temps à autre.
Mes comparses sont tous très talentueux, mais niveau charisme aucun n'arrive à mon niveau. Pourtant, Diesel devient de plus en plus populaire, plus que moi. Et comme en catch, tout se finit toujours par des bastons, il est normal que l'on s'affronte à Wrestlemania 11, où il me bat malgré mon nouveau garde du corps, le souriant Sid.

 

Un soir d'octobre, je me rends dans un bar à Syracuse, état de New York. Evidemment, je suis le centre d'attention des femmes présentes (comme toujours, je suis le sexy boy, faut vous y faire). Les mecs présents n'aiment pas ça, étrangement. Une bagarre éclate et je me fais tabasser par plusieurs gars (j'ai rien senti, mais je suis transporté à l'hôpital). Les médecins veulent me garder en observation. C'est là que Kevin Nash a l'idée de l'angle de la commotion. Un peu plus tard, à Raw, lors d'un match contre Owen Hart, je m'effondre. C'est la panique dans l'arène, les gens sont en état de choc, les commentateurs ne parlent plus, je suis de nouveau transporté à l'hôpital.

 

 


Qu'est-ce qu'on ferait pas pour se taper des infirmières, hein?

 

 

1996: seconde année de suite ou je gagne le Rumble.
Pat Patterson constate ma résistance exceptionnelle, et a l'idée d'un Iron Man match. C'est aussi lui qui eu l'idée du Royal Rumble match, je me demande ce qu'il prend avant de dormir. Il nous propose l'idée, à Bret Hart et moi, pour Wrestlemania. Vince pense qu'une heure, c'était trop long pour un ppv, mais Pat croit vraiment qu'on peut casser la baraque. Il a raison, of course. Je m'entraîne dur, je privilégie mon endurance en travaillant mon cardio.

 

 

 

WM XII, ma famille fait le déplacement. Je les salue avec une incroyable et spectaculaire entrée dans l'arène. L'animosité est assez forte entre Bret et moi. Le combat est épique, je le gagne dans l'overtime, je deviens champion du monde pour la première fois. Ce rêve que j'avais fait maintes et maintes fois devient enfin réalité, ce rêve de petit garçon, ce rêve d'être champion du monde, je l'ai accompli!

 

 


Pas pour rien qu'on m'appelle le Hart Break Kid.

 

 

Le grand moment suivant, c'est l'incident du Madison Square Garden le 19 mai 1996. Tout se passe lors d'un house show. Deux match ont lieu: d'abord, Hunter le heel contre Scott Hall le face. Hall jobbe pour Hunter. Puis vient le main event, un Steel Cage match opposant Nash le heel à moi le face. Comme Hall plus tôt dans la soirée, Nash jobbe pour moi. Immédiatement après le combat, Hall monte sur le ring et me fait l'accolade. Jusque là pas de problème puisque nous sommes tout deux face. Mais c'est ensuite Hunter qui nous rejoint et fait l'accolade a Hall, et finalement Kevin Nash se relève aussi pour une accolade de groupe. L'explication: Scott et Kevin étaient en partance pour la WCW, et on voulait leur dire adieu dans les formes. Qu'importe, aux yeux de Vince, c'est un scandale: le kayfabe est brisé, les heels et les faces se montrent leur amitié. La direction de la WWF est outrée, elle qui s'échinait à maintenir l'illusion que les faces et les heels n'étaient pas "copains" dans la vraie vie.
La WWF devait punir un responsable. Kevin et Scott étaient sur le départ; moi, j'étais intouchable car j'étais le champion et aussi le meilleur vendeur de la fédé. C'est donc Hunter qui a subi toutes les conséquences. On peut dire que cet épisode a eu une certaine incidence majeure sur le futur de la WWF.
En effet, c'est Hunter qui devait remporter le King of the Ring cette année)-à, et le vainqueur était promis à un grand push jusqu'au sommet. Mais l'Incident à complètement changé les plans et c'est Austin qui a obtenu le push.
La montée en puissance d'Austin mènera à l'Attitude Era, ce qui sauvera la WWF d'une très mauvaise passe (j'y suis aussi pour beaucoup, je suis le showstopper quand même!).

 

 


Merci qui?

 

 

Je remporte un nouveau titre de champion contre Sid, lors du Royal Rumble 1997, chez moi à San Antonio, je suis le héros local. Le 13 février 1997, je rends mon titre de champion mondial, ma mère me trouve changé, j'ai perdu mon sourire (bon, j'ai surtout une blessure, mais c'est hors kayfabe).
Des tonnes de rumeurs disent que c'est du bidon, que je pars pour ne pas avoir à lâcher ma ceinture à Bret…

 

 


Quelle idée. Bret, je l'adore.

 

 

Quoi qu'il en soit, trois mois plus tard je suis de retour, et encore une fois je crée l'innovation. Une grande structure métallique: enfermé avec un mort-vivant: le premier Hell in a Cell, contre le Taker. Voilà ce que ça donne. Histoire rime avec mon nom, sans vouloir me vanter.

 

 


Ici, je viens de gagner le combat, mais par respect pour l'adversaire, je reste sobre dans la victoire.

 

 

Mais j'ai encore pas mal de trucs à inventer.
Dégénération! C'est le terme. La première partie DX de ma carrière. Beaucoup n'étaient pas fan de la DX, la trouvant trop enfantine ou même vulgaire. Voyons… Le nom vient en fait de Bret Hart, qui nous avait traités, Hunter et moi, de dégénérés. C'est pas complètement faux.
En tout cas, on était novateurs et dynamiques; et comme bien souvent, ça ne plait pas à tout le monde.
Je me souviens d'une fois où je suis arrivé sur le ring en boxer avec du coton dedans (=D), résultat de l'affaire des 10 000 dollars d'amende (j'étais pas très contraignant lorsqu'il fallait faire l'imbécile, c'était une sorte de divan de psy pour moi). Je me suis aussi curé le nez avec le drapeau canadien, j'avais l'air d'un abruti complet certes, mais c'était tellement drôle (bon pas pour le drapeau)! Sans parler de la fois où après avoir subi un Ankle Lock de Shamrock, j'en fais des tonnes dans une vignette, mimant le martyre toutefois sans lâcher la sucette que j'avais en bouche… Chaque semaine on revient avec de nouvelles âneries, et chaque semaine je me chicane avec Vince en backstage. Il me dit: "Tu ne vas pas dire/faire ça?!" et pourtant, je fais ce qui me plait et ça marche! Seulement, la chaîne menace de nous virer de l'antenne.Hunter et moi détournons alors cette censure à notre avantage avec ce segment. La chaîne a adoré la dérision! Le lendemain, ils nous appellent: "Allez-y, recommencez, montrez vos fesses etc...". C'est reparti de plus belle!

 

 


Mais venez pas vous plaindre après.

 

 

Mais comment parler (enfin, ici, écrire) de moi sans mentionner la plus grande arnaque du business?
Le Montreal Screwjob of course! Bret était le champion de la Fédération, et allait quitter la compagnie pour notre rival de l'époque, la WCW. Le (s)Hitman ne voulait en aucun cas perdre aux Survivor Series, à Montreal, dans son pays natal; il voulait au contraire rendre le titre le lendemain à Raw, lorsqu'il ne serait plus sous contrat (Bret avait une clause dans son contrat afin d'avoir un regard sur les événements). Je suis un bon soldat. Je ferais n'importe quoi au nom du catch, c'est ma passion, ma vie. Même si parfois je m'exécute à contrecœur. Vince a dit "Que Bret se fasse voir, il ne veut pas faire le job tu vas le faire à sa place". Hunter et moi avons juré à Vince de n'en parler à personne, de dire que l'on ne savait absolument rien. Pendant le match, Bret est au sol, je pars pour le sharpshooter. A cet instant Bret devait m'attraper le pied, me faire tomber, et repartir en sharpshooter. Mais DING DONG, Vince fait sonner la cloche, mon thème retentit dans l'arène, je suis une nouvelle fois le champion (légèrement controversé cependant). Le mot "courage" ici me définit assez bien: j'ai su faire un choix, et pas le plus facile.

 

 


Voilà, après 400 ans d'existence, la ville de Montréal entre enfin dans l'Histoire.

 

 

Devenu persona non grata au Canada, je poursuis ma carrière. J'ai toujours de multiples problèmes de dos. J'allais affronter mon grand ennemi du moment, Steve Austin, dans un match à Wrestlemania 14, le 29 mars 1998, pour mon titre avec comme arbitre spécial, l'homme le plus méchant de la planète. Non, pas Vince McMahon, Myke Tyson. Je crois pouvoir compter sur lui mais il se retourne contre moi. Je perds mon titre au profit de Stone Cold. Ce match marque ma retraite anticipée, précipitée par une blessure subie au Royal Rumble, au début de l'année, face à l'Undertaker.
Les années suivantes, je disparais pas des écrans, je joue au Commissionner, mais je ne catche pas. J'en profite pour lancer une école de catch où passeront des mecs comme Danielson, Kendrick, London, Lance Cade…
Mais mon dos se remet en place et la poussière des rings me manque Je reviens. En 2002, après un court séjour dans la nWo, je reforme la DX d'antan avec mon pote Hunter. Seulement, chose que je n'avais pas imaginée dans mes cauchemars les plus profonds, cet enfoiré se retourne contre moi! Il ira jusque m'attaquer sur un parking. Un street fight match est organisé pour régler le tout. Je le gagne, mais à la fin du match je me fais sledgehammerer (oui c'est un verbe qui existe). Notre rivalité est bien sanglante.
Encore une fois dans un nouveau type de match barbare, le premier Elimination Chamber (sérieux la prochaine fois construisez un truc qui fait moins mal), je parviens à triompher (qui en doutait) de Hunter et je gagne le titre! Votre champion préféré est de retour! Triple H me dépouillera par la suite de la ceinture dans un mémorable Three Stages of Hell match.

 

 


Mais tout ça n'empêche pas Hunter et moi de nous retrouver le weekend pour un peu de bricolage.

 

 

Chris Jericho est mon ennemi suivant sur la liste. Il est malin celui-là, gagner un Over The Tope Rope pour choisir son numéro d'entré au Rumble 2003, prendre le numéro "2" pour m'affronter dés le début, c'est du grand art. Il fait équipe avec un autre canadien, Christian, pour m'éliminer! Les Canadiens me haïssent toujours, au fait. J'affronte naturellement Jericho lors de Mania 19. Apparemment j'étais son héros de jeunesse. Le match classique du maître et de l'élève. Lawler le dit, on aurait cru que le match se déroulait entre un homme et son miroir (un magnifique compliment pour Jericho vu que je suis le meilleur)! Aucun de nous deux ne prend véritablement l'ascendant, le match est fantastique. Au final, après ma nouvelle victoire je veux lui serrer la main, mais sans doute frustré il me low-blow. Tant pis, je vais passer à autre chose.

 

 


Non, Chris, tu ne peux pas être moi. Je suis le meilleur au monde dans ce que je fais, vois-tu.

 

 

Et autre chose, c'est le Hulkster en personne! J'ai fait équipe avec lui pour un Raw, avant de me retourner contre lui et de lui faire entendre mon doux sweet chin music. Ca c'est du heel turn, baby! J'explique mon geste au Piper's Pit: je veux être sûr que son dernier match ait lieu contre moi. Summerslam 2005: après un Atomic Leg drop je perds le combat. On finit par se serrer la main, tout est bien qui finit bien.

 

 


Je viens enfin de percuter tes couleurs! T'es fan du RC Lens en fait, c'est ça?

 

 

Nouveau Wrestlemania, nouveau match, cette fois contre Vince (qui a autant de capacité athlétique qu'une masse). Je l'écrase, notamment en lui sautant dessus du haut d'une échelle alors qu'il attendait patiemment la tête dans une poubelle allongé sur une table. *sifflote* De tous les matchs que Vince a effectués, certain contres de grands lutteurs, celui-là fut son meilleur. Voilà qui prouve mon talent, si besoin était.

 

 


- Shawn, si j'ai une leçon à te donner, c'est que dans notre milieu, la modestie est un vilan défaut.
- Merci vieux, mais j'avais deviné.

 

 

Le temps de régler le cas Rated RKO puis celui de John Cena (auquel je permets de réaliser l'un de ses meilleurs matchs pour me battre à Mania 23) et on peut revenir à ma première idole, Ric Flair! Je l'affronte à Mania 24, dans le plus grand show de l'année dans un career threatening match. J'ai été choisi par ses soins! Je ne vais pas faire dans l'émotion, il m'a demandé d'être a mon meilleur. Ca tombe bien, je le suis à chaque instant. La fin du match approche, il me regarde, je le regarde, mon héros devant moi, je lui soufle "I love you" et je décoche mon super superkick. Je mets un terme à la carrière de l'homme le plus titré, l'homme qui m'a fait aimer la lutte.
Cet acte me vaudra les foudres de Batista, qui aurait voulu que je laisse gagner Flair, son mentor (honnêtement, je pense qu'il est surtout jaloux de ne pas avoir été choisi pour cet honneur).

 

 


Manque de pot, Flair ne voulait pas perdre son dernier match contre un type qui conduit des voitures de sport en marcel.

 

 

De fil en aiguille, je participe à la meilleure rivalité de 2008 contre Chris Jericho (tiens donc). Nous enchaînons les matchs de rêve. Une feud pleine de tension, développée d'une façon brillante (comme moi) conclue par un super ladder match.
Il me reste encore un défi à relever. L'Undertaker, un "homme" que j'avais toujours battu, et qui ne m'avait jamais rivé les épaules au sol. Je décide de m'attaquer à sa streak de Wrestlemania, intouchable depuis tant d'années. Je suis la lumière, il est la phénombre (jeu de mots! jeu de mots!), je marche vers le paradis, il se terre en enfer. Le match que tout le monde attend, le match qui a volé le show à wrestlemania 25, survient. La streak est restée intacte, mais j'aurai ma revanche...

 

 


C'est juste que je trouve plus impressionnant de briser une streak de 17 victoires qu'une streak de 16 victoires. Capisci?

 

 

Je vais finir avec une fin digne des contes de fées (soit pas comme ma vie): ma réconciliation avec Bret Hart, douze ans après la plus grande controverse autour d'un match. Les deux plus grandes stars du business. Je l'admets, nous sommes à égalité.

 

 


Mais je mène quand même 1-0 aux screwjobs, héhéhé.

 

 

Conclusion objective: Shawn est un paratonnerre, tous ceux qui sont montés dans le ring avec lui en sont resortis plus performants. Il peut faire de chaque match un grand spectacle. C'est monsieur Wrestlemania, il a encore réussi son coup comme à chaque fois. Il se donne à 100%, il a tout compris au business. Shawn Michaels est au catch ce que Mozart est à la musique et Michael Jordan au basket. C'est un génie, c'est le meilleur, c'est le showstopper, the main event, THE ICON. Si on prend tout en compte Shawn est le plus complet, charisme,qualité de combat, innovation, style en interview, prises inédites ou classique. Pour tout cela Shawn est le plus grand de tous les temps.

 

 


And if you're not down with that, I've got two words for ya: Heartbreak et Triumph.

Wooo !

Félicitations pour ton article ! (c'est ton premier d'ailleurs, non ?)
Superbe hommage à celui qui est probablement le meilleur catcheur de l'histoire de la WWE !
.
Et un bon gros lol aux segments DX (me rappelait plus de la Ankle Lock XD) !

Félicitations

excellent article!
j'ai beaucoup rigolé et appris pas mal de choses.
les extraits videos sont bons, on passe un bon moment, et on demanderait limite à ce que ça soit encore plus long
vivement le prochain sur une autre star sur le déclin, chris jericho (troll inside)

Oversell

Je viens de regarder ça, je suis positivement mort de rire. Quel grandiose foutage de gueule. AJ Styles devrait faire la même dans sa feud actuelle avec Hogan.

C'est celui-là

le fameux match que HBK refusait de jobber contre Hogan et avait donc fait n'importe quoi ?

Oui. Mais c"est plus le

Oui. Mais c"est plus le contraire, Hogan devait perdre dans les plans originaux, mais il a fait son caca nerveux et a voulu gagner. Michaels a accepté mais lui a pourrit le match x)

Il reste étonnamment calme le Hogan

d'ailleurs. Sur les images je m'attendais à ce qu'il balance une vraie droite pour lui faire comprendre qu'il était temps d'arrêter.

ENOOOOOOORME

On voit Hogan qui est limite de se marrer une fois ou deux. Perso, j'étais explosé de rire. Le overselling de fou-furieux qu'il pose !!!

Selling de cheval

Axl se fait l'intégrale de 411... avec tout ça il sera un puits de science catchesque et je n'aurais pas qu'à prendre ma retraite d'office!

Ah ce match... le plus drôle du HBK!

Merci mon petit DVD

En lisant l'article j'ai une grosse impréssion de déja vu au niveau de la narration: dis mois Sarah, tu ne nous aurait pas purement et simplement fait une review du DVD: l'histoire de Shawn Michael ???

Finalement c'est meme pas une question ;)

Je viens de lire l'article et

Je viens de lire l'article et c'est ce que je me disais.
Mais c'est très bien retranscrit, avec sa touche perso quand même ( Y2J the best).

C'est pas l'important en soi:

C'est pas l'important en soi: Il faut tout réécrire derrière, ce qui n'est pas la chose la plus facile. Et pensons aux gens qui n'ont pas acheté le DVD (moi). :-)

Juste un truc

L'article est excellent, bien sûr, mais c'est fini, je peux plus voir le Heartbreak Kid de la même manière... Il m'a brisé le coeur, justement... Comment pourrais-je à nouveau le prendre au sérieux après avoir vu ce... cette... ce "truc" qui ressemble vaguement à un short qu'il portait lors de son premier combat... Pas possible, pas HBK, pas le sexy boy... C'est un fake, je refuse d'y croire !

Oui, tout pareil

Je me suis fais la même remarque sur le slip remonté au niveau du nombril, sûrement pour éviter les coups bas ;)
Quand on y ajoute une coupe mi-mullet mi-au bol durant sa période Rockers (ultra sexy pour l'époque), ça casse le mythe.
.
Sinon pour l'espèce de Masterlock sur laquelle il perd son premier combat, il me semble que Raymond Rougeau appelait ça une double nelson. Quelqu'un pour confirmer ?

ME souviens de Big boot

qui était traduit par "la grande botte", de Hulk Hogan par exemple.

Le terme Anglais est Full

Le terme Anglais est Full Nelson. Si la prise est portée sur un seul bras, ça devient une half Nelson.

Wahou!

J'en apprends des trucs! Je ne savais pas que Shawn Michaels et le Heartbreak Kid ne formaient qu'une seule et même personne.

Bel hommage

Bel hommage que voici à la plus grande légende encore en activité.

Beau boulot Sarah.

Magnifique

Magnifique hommage à mon catcheur préféré !
J'ai appris tout plein de choses sur lui grace à toi. Notamment sur la longue période entre Mania 13 et Mania 22 ou je ne regardais plus ou presque plus le catch (ouais c'est long!). Bref merci beaucoup pour ce papier de qualité et j'espère que c'est le premier d'une longue liste.
.
Petite correction qui fait un peu peu piquer les yeux mais qui ne ternit en rien la superbe de cet article :
Je ne travaillé plus avec Sherri. Pendant une journée de repos, je regarde la WCW
.. travaillais ! ou travaille peut être mais bon peu importe c'est pas travaillé.

Simply the best

Un article à la hauteur du talent du bonhomme.
Quand je pense qu'il n'a même pas gagné le concours de popularité. Génération d'ingrats...

Il aurait gagné le concours

Il aurait gagné le concours de LA plus grande Légende !

Superbe!!

Super article pour le meilleur catcheur de tout les temps!
Bravo!!

Ca va pas arranger ta mégalomanie, ça, mais bon...^^

Superbe article! J'ai appris beaucoup de choses sur HBK! J'aime beaucoup l'emploi du "je" comme Nak, ça rend vivant l'article et ça permet de rester au plus près de sa gimmick. Par contre, je te trouve pas très objectif pour la conclusion :p
J'aime beaucoup, en tout cas! Tu signes une entrée fracassante dans le milieu des journalistes du site!
A quand le prochain?

Je ne suis jamais Objective

Je ne suis jamais Objective ^^ mais pour moi à la wwe c'est le meilleur avec Bret.
Ses promos sont toujours great, son style est explosive c'est mon Sexy Boy (Même Jericho l'admire).
ah et j'ai oubliée une de ses promos que je prefere : http://www.youtube.com/watch?v=wxBrmWLD9eE priceless
Le prochain sera God je suppose...

Un seul mot

BRAVO !!!!

Born again

Bravo à Sarah pour son article!

Malgré sa conversion born again, le HBK reste avec un ego surgonflé et continue son influence en backstage... et Hunter possède une position bien plus favorable que du temps de la Kliq.

Très bel article

Bravo à l'auteure, ça m'a donné envie de remater son dvd heartbreak & triumph qui est fabuleux, et de mater le prochain qui va sortir :)

Bon ben

superbe article, vraiment. Bravo !
(s'en en sifflotant Ain't no grave de Johnny Cash)

Une oeuvre littéraire

Félicitations pour ce magnifique article SaRaH-Gatina, véritablement passionnant car il sort des sentiers battus avec ce "je" autobiographique très original. Tu résumes vraiment bien la carrière de la légende vivante qu'est HBK et j'ai appris beaucoup de choses. Merci :)

T'étais pas censé nous pondre

T'étais pas censé nous pondre des pavés toi? x)

Ca dépend

J'en fais déja pas mal sur Catchaddict, pis bon j'ai une vie IRL :hap:.
Je voulais surtout féliciter l'auteure car je sais que quand on écrit un article, avoir des coms est toujours gratifiant et vu la beauté du style employé ca mérite vraiment une standing ovation.

Mwaha

Mwaha lolol, Nak c'est rien qu'une grosse flipette!

Premier Mania ?

Tres bon article sur le peut etre futur retraité au prochain Wrestlemania ^^

Juste une petite remarque: Wrestlemania X n'est pas le premier de Michaels, il a participé au 7,8 et 9 avant.

My bad

Sorry, c'est moi au moment de la mise en ligne qui me suis emmêlé les crayons, Sarah n'aurait évidemment pas commis pareille erreur. C'est corrigé.

I've got one word for ya !

BRAVO !
Excellent article Sarah, j'ai appris de choses moi, je savais pas tout sur ses début. Thanks !
Encore bravo, quand je disais qu'elle avait bossé comme une malade dessus xD

Sympa cet article. En plus il

Sympa cet article. En plus il démontre que Shawn ne peut pas perdre face au Taker. Sa carrière ne peut être stoppée maintenant (En même temps pour un type comme lui ce serait une belle fin).

Cool article, j'aime bien le

Cool article, j'aime bien le coté autobiographie décalée :p.
Par contre je ne suis pas d'accord pour un point, le screwjob. Tu dis que HBK a eu une décision courageuse et dure à prendre, je ne suis pas sur que ça soit vraiment le cas. HBK détestait Hart comme jamais et il s'est fait un plaisir à le niquer devant son public ce soir la.

Certe pas dur, mais c'est

Certe pas dur, mais c'est quand même courageu vu les retombés qu'il allait subir ! Ce faire détester d'un peuple entier !
Après je crois aussi qu'il etait pas trop coupable de le faire sinon il ne l'aurait pas fait et puis sans Hart sur son chemin il avait le champ libre !

Mmmh

Honnêtement, avec tout le respect que je peux avoir pour Michaels, je pense pas qu'il en avait quelque chose à faire, du peuple canadien...
.
Et pour ce qui est du "pas trop coupable"...ben, si :-) c'est de notoriété publique que Michaels était parmi ceux qui ont planifié le Screwjob (McMahon, Hebner, HHH et lui). Donc coupable à 100 %...

Bravo Sarah, tu signes

Bravo Sarah, tu signes magnifiquement ton entrée dans la grande famille des contributeurs des CDC! Je signe pour lire celui que tu consacreras sans doute à Y2J! :-)

What's up?




2009 - 2018
Relax Miz Girl, les CDC ne sont pas morts. Retrouvez-nous dans notre nouveau chez-nous.

Connexion utilisateur

Commentaires récents

Les Vignettes des Cahiers


Merde, j’ai toujours été nul au Puissance 4.


Retrouvez ici toutes nos vignettes !


Quotes of the Cahiers

"I'm gonna leave him in a pile of blood, and urine and vomit."
Brock Lesnar à propos de John Cena

"At 9 am Eastern time tomorrow, the WWE Network goes live. But the problem is you’re all gonna be so overwhelmed by the incredible content available, you won’t be able to turn it off. Adults will lose their jobs and kids will be expelled from schools for lack of attendance. In fact, you’re gonna be so mesmerized by the incredible content of the WWE Network that you won’t even have time to remove the garbage from your houses. Your places are gonna start to stink, rats will move in, and they’re gonna look like bigger pigsties than they already do. Ultimately, the government is gonna come along and condemn your homes and you will all be left homeless defending yourself on the street. Thank you very much."
Bad News Barrett

"He’s twisting him so much his twin brother is getting dizzy !"
JBL commentant un Giant Swing d'Antonio Cesaro sur l'un des frères Uso.

"I think I'm a little too old for you Jerry. I'm 26, I know you like them younger."
AJ Lee, à Raw, s'adressant à Jerry Lawler

"It looks like James Storm has had more partners than Taylor Swift lately, he should probably get tested"
Bad Influence

"Having watched that… I regret the doctors in Canada saving my life.”
Jerry Lawler, après le segment où Mae Young a accouché d'Hornswoggle.

"What's running through John Cena's mind? I don't give a crap what's running through his mind. What's more important is what's running down his leg."
Brock Lesnar

"Yes. Stop sending dumb tweets like this one. RT: @Kid_Antrim Any advice for me?"
Paul Heyman, sur Twitter

"With Kofi Kingston as the Intercontinental Champion, the bar has been lowered. And when the bar’s been lowered, mediocrity becomes acceptable. And when mediocrity becomes acceptable, society crumbles. And when society crumbles, civilization will end as we know it.”
Le Miz, Hell in a Cell

"Can you figure that? She's not able to get a date! I mean, even Natalya is able to get a date!"
Eve à propos de Layla

"I understand that you barbaric buffoons could easily eviscerate me and dispose of me like common trash. However, if you do so, I will not be a victim. I will be a martyr. A martyr for anyone who appreciates a sophisticated mind."
Damien Sandow, à DX.

"Apparently, giants can win the Super Bowl, but not matches at WrestleMania. You’re like ‘The Reverse Undertaker’. Who are you going to lose to this year? The boxer or the sumo wrestler?”"
Cody Rhodes au Big Show

"The Kliq is back, which is kind of ironic because "click" is the noise the audience's remote control makes every time Kevin Nash pops up on their TV screen."
CM Punk

"It's a conspiracy! C... O... N.... Spiracy!"
R-Truth

"I understand that... that Vince McMahon's gonna make money despite himself... he's a millionaire who should be a billionaire... you know why he's not a billionaire? It's because he surrounds himself with glad-handing nonsensical yes-men like John Laurinaitis, who's gonna tell him everything he wants to hear... and I'd like to think that maybe this company will be better after Vince McMahon is dead, but the fact is it's gonna get taken over by his idiotic daughter and his doofus son-in-law and the rest of his stupid family."
CM Punk

"These people are not Jimmies. They are the greatest fans in the world!"
John Cena, à R-Truth qui venait de qualifier le public de Raw de "Little Jimmies".

"Can you imagine if Sheamus wins this thing? I mean, the international ramifications, I mean the buyrate, I’m talking about the demographic change and everything? If Sheamus wins this match, it will be huge, not only for him but for the Smackdown brand."
Booker T., pendant un Title Match opposant le champion poids lourds Randy Orton à Sheamus.

"When I’m done with him, he’s gonna have barbecue sauce fueling out from his belly button like a geyser."
Michael Cole à propos de Jim Ross

"The WWE has gone from the powerful "Austin 3:16" to the dominant and iconic "can you smell what the Rock is cookin?"... all the way to "You can't see me"? You can't see me, what are you, playing peek-a-boo? Believe me, we all can see you. A blindfolded, sleeping, stuck in the basement Stevie Wonder can see your monkey ass. How in the hell do you think we can miss you come out here with your bright ass purple shirt, before that bright green shirt, bright orange shirt like a big fat bowl of Fruity Pebbles?"
The Rock à John Cena

"Jerry Lawler has forgotten more about wrestling than the Miz has ever known."
CM Punk

"If anyone says you can't do something, if anyone says you can't live your dream... Believe them, because you can't."
The Miz

"William Regal did the real work with this young man. Shawn Michaels took $3000 from him, that's all he ever did."
CM Punk à propos de la formation de Daniel Bryan

"I would RKO my own grandmother if it meant keeping this title. And then I'd RKO YOUR grandmother just to see the look on her face."
Randy Orton, à Sheamus

Virgil: - Ted, what are you going to do for protection?
Ted DiBiase, jetant un coup d'oeil à Maryse: - Go to the drugstore.

"Her teeth are going to be like the Ten Commendments after this match: all broken."
Alicia Fox, à propos d'Eve Torres

"Layla is not married. She deserves a good husband. I should marry her before she meets him."
Jerry Lawler

"If I suck, why would a Perry deli – the top Perry deli – name their top-selling sandwich after me? It's called the Swaggie. It smells like freedom."
Jack Swagger

"I realize how much of a starmaking performance I had in McGruber. The reviews have been off the charts. As a matter of fact, they are speaking of a possible early Oscar nomination."
Chris Jericho

"I'm sure your mom's uterus is awesome."
Vicki StElmo à Vladimir Kozlov

"If we were in your era, I'd put a Sharpshooter on you faster than you can put a pair of cheap sunglasses on an ugly kid."
The Miz, à Bret Hart.

"When I look at you I don't see fans. I don't even see people. I see money, money, money, money. Dollar signs, dollar signs, dollar signs, dollar signs. With some of you, a lot of dollar signs because I see a lot of fat people in the audience and I know you paid for two seats. Thank you very much!"
Batista à Raw.

"We are real women with the body that God created us with."
Mickie James, la femme aux implants mammaires en silicone qui explosent dans le ring.

Don Johnson: "This is a mistake!"
The Miz: "Mistake? No. Pink shirts and white suits, that is a mistake."

"One nation under Punk, undivisible, with integrity and sobriety for all!"
CM Punk

Michael Cole: "Our guest at ringside, Marisse. Welcome."
Maryse: "Oh my god, Michael Cole, you vintage nerd. You can't even say my name right. I should punish you and just give you my French kiss."

"If I see you in my match tonight, I'm gonna tear your intestins out and jump rope with it. And that's not all. I'm gonna take my two fingers, I'm gonna dig up your nosedrills and I'll rip your brain out. And I'm gonna put it in a newspaper and I'm gonna smash it against a window."
Mike Tyson à Hornswoggle

Ted DiBiase: "My movie, the Marine II, is superior to the original Marine."
Cody Rhodes: "Ted, my fifth grade graduation video is superior to the original Marine."

"I'm on Raw, you're on Smackdown... Long distance relationships don't work, Chris."
Big Show

Jerry Lawler, après une promo de Maryse où elle a qualifié Melina de "petite poupée": "Did she just say poupée? Do you know what that means in French?"
Michael Cole: "What?"
Jerry Lawler: "I... I can't say it!"

"I respect her. There are a lot of things that she does that I couldn't do, being the size that she is."
Michelle McCool à propos de Mickie James.

"We have MVP on the stage, and PMS in the ring."
Goldust, à propos des divas assemblées dans le ring pendant les Slammy Awards 2009.

"It was kind of like the 300 at the battle of Thermopylae, but with better abs".
John Morrison à propos de la fin de son match à Survivor Series, quand il s'est retrouvé à 1 contre 3.

"Hi, I'm John Morrison, and one time I drove my Lexus 700 miles on a tank full of my own urine."
John Morrison

"I always said if I could put my brain in Andrew’s body he’d be a 20-time world champ."
Edge à propos de Andrew "Test" Martin