Sondage

Cela fait maintenant un mois tout pile que Jinder Mahal est champion de la WWE. Selon vous::

Wrestlicious: et en plus elles catchent!

I don't think you're ready for this jelly, I don't think you're ready for this
'cause my body's too Bootylicious for ya, babe

Destiny's Child, Bootylicious

 

 

Certains d'entre vous connaissent Wrestlicious, show de catch féminin, à travers son hymne: «Oooh… Wrestlicious, baby!». Du rose, du fluo, l'inusable manager-chanteur à mégaphone Jimmy Hart, un kitsch assumé. Et chaque fille qui entonne quelques lignes futiles expliquant en quoi elle est «wrestlicious!». Assez ridicule, certes. De quoi craindre le pire quant à la qualité des matchs. Mais les apparences sont heureusement trompeuses.

 

 

En effet, ces filles sont définitivement prêtes pour Vaissellemania!

 

 

Analyse du phénomène Wrestlicious

 

 


 


Wrestlicious s'inscrit dans la filiation historique de Gorgeous Ladies Of Wrestling (GLOW). Entre 1986 et 1990, cette fédération a fourni 4 saisons de 26 épisodes de GLOW TV, en se basant moins sur la qualité des matchs que sur l'humour et le glamour. Et déjà, une chanson où les participantes présentaient leurs personnages. Tout sauf un hasard : Johnny Cafarella, producteur et annonceur de Wrestlicious, fut le présentateur de GLOW TV. Avec Jimmy Hart, il a su convaincre JV Rich (Jonathan Vargas), jeune noir fan de catch et vainqueur en 2008 d'une cagnotte de 35 millions de dollars au Powerball (le loto local), de financer ce projet de catch féminin.

 

Les premiers matchs et segments sont tournés début 2009, pour une diffusion prévue à la rentrée. Mais les négociations avec les grosses chaînes du câble échouent (Spike, la chaîne des programmes de la TNA, a préféré les nains catcheurs de Half Pint Brawlers). Il faudra attendre mars 2010 pour que le premier épisode de Wrestlicious TakeDown soit enfin diffusé sur quelques chaînes mineures du câble (dont la canadienne BiteTV, ça ne s'invente pas) et en syndication, et que de nouveaux épisodes soient mis en production.

 

 


Ils pensaient postuler pour être la brand rose de la WWE, mais VKM a refusé.

 

 

Les filles

 

Wrestlicious donne sans complexe dans les gimmicks caricaturales. De la fille de la ferme à la surfeuse en passant par la noire cool, tous les stéréotypes de gentilles américaines y passent. Les mauvaises filles, elles, sont pour la plupart étrangères (italienne mafieuse, latino roublarde, arabe danseuse du ventre, torero espagnole, sorcière vaudou, vampire des Carpates, etc.) et moins déshabillées.


Heureusement, la plupart des lutteuses ont un niveau correct, voire même très intéressant. C'est bien la principale différence entre Wrestlicious et son ancêtre. Les filles de GLOW n'étaient que de belles novices : seule une a fait ensuite une vraie carrière dans le catch (Ivory, triple championne WWF), l'autre «célébrité» issue du programme étant la pornstar bisexuelle Tiffany Million.


Certes, Wrestlicious aussi emploie des mannequins. Mais, sauf exception, on ne les fait pas catcher. Elles ne sont utilisées que dans les segments comiques, ou comme valets. Certaines ne sont même apparues que dans le clip, le temps qu'on recrute une professionnelle pour reprendre le personnage. Car Wrestlicious a profité du développement récent d'une scène féminine de qualité, grâce à la fédération Shimmer. Les matchs voient donc s'affronter des catcheuses indépendantes parmi les plus renommées.


À tel point qu'un certain nombre d'entre elles ont ensuite été recrutées par les fédérations majeures depuis le tournage des premiers épisodes début 2009. Pas toujours pour très longtemps.


Serena Deeb, qui incarnait Page Webb, la webmastrice gentiment naïve, n'aura tenu qu'un semestre comme straight-edge alcoolique à la WWE. Pour un seul match (en équipe) à Smackdown.

 

 


Renvoi, nom masculin. Congédier, mettre à la porte.

 


Et Rosie Lottalove, qui apparaissait à Wrestlicious comme Sister Ophelia (surveillante des Naugthy Girls), ne sera restée que trois mois à la TNA. Une compagnie d'ailleurs bien représentée à Wrestlicious. On peut notamment y voir les formes pulpeuses de Lacey Von Erich, qui sauve ici la pom-pom girl Amber Lively (Madison Rayne des Beautiful People) de la vampire Draculetta (Daffney).

 

 


Entretiens (ta pilosité) avec un vampire

 


Et la toute nouvelle recrue de la fédération d'Orlando, Cookie, est elle aussi passée par Wrestlicious, en tant que Brooke Lynn, new-yorkaise pénible. Elle a même repris la présentation du show à mi-saison, au départ de Leyla Milani (deuxième du WWE Diva Search 2005 derrière Ashley Massaro).


De manière inverse, Wrestlicious peut aussi accueillir des rebuts de la TNA comme Sojo Bolt (la psy jamaïcaine Coco Montego) ou Miss Payton Banks (la prisonnière Felony).


Pourquoi cette sur-représentation de la TNA par rapport à la WWE ? Parce que cette dernière a son propre circuit de développement, mais aussi parce que le recrutement s'y fait moins sur les qualités techniques que sur le physique. Mieux vaut être une blonde anorexique peu farouche. Knockout Nikki (qui incarne à Wrestlicious la «filleule» Toni The Top, en référence au Parrain), grande brune aux formes généreuses, s'est vu expliquer lors d'un récent camp d'évaluation de la WWE qu'elle n'avait absolument pas le look WWE. À moins d'avoir un talent exceptionnel comme Beth Phoenix, cela ne pardonne pas.


Enfin, pour ceux s'intéressant à la scène indépendante féminine, vous pourrez retrouver à Wrestlicious des filles comme Mercedes Martinez (la torero Maria Toro), Daizee Hazee (la hippie Marley), les championnes par équipes de la Shimmer Portia Perez et Nicole Matthews (les chipies Naughty Girls), et même la semi-retraitée Lacey (la sorcière vaudou White Magic).


Certes, pas de Sara Del Rey ou de MsChif, mais cela reste un très beau plateau de lutteuses indépendantes (14 filles de Wrestlicious étaient dans le PWI Female 50 en 2009). Comment une entreprise naissante a-t-elle pu le réunir? Sans doute parce que l'émission de télévision est pour l'instant la seule activité de la fédération. On n'y travaille que quelques jours par an, et on y est bien payée.

 


Hors ring


La plupart des épisodes de Wrestlicious commencent par 15 minutes de segments enregistrés (voire de promo sur le ring). Autant d'occasions de montrer des courbes sexy aux mâles qui constituent la cible de l'émission… Car oui, les filles de Wrestlicious ne se rhabillent pas hors du ring : quand elles ne sont pas dans leurs tenues minimales, elles sont en bikini.


On ne s'embarrasse pas toujours de prétextes. À chaque épisode, le TakeDown Spotlight offre une minute et demie pour reluquer, sous tous les angles, une fille en bikini. L'occasion de découvrir que la gentille américaine patriote Glory a le dos recouvert de tatouages.

 

 

L'important, c'est de savoir rester in gimmick en toutes circonstances.

 


Quand aux séquences « comiques », elles oscillent souvent entre les blagues à deux balles et l'humour gras. Ainsi, quand une nouvelle fille (Savannah) rejoint Jimmy Hart à la présentation et que ce dernier se plaint de la précédente trop « difficile », cela conduit au dialogue «-Ne t'inquiète pas, je suis facile. -C'est ce que j'ai entendu». Et quand la naïve webmastrice Page Webb (Serena) ouvre ses e-mails, ils contiennent toujours des photos explicites qui la choquent. Femme à lunettes…


Il y a heureusement des segments plus légers, comme l'amusant «Êtes-vous plus intelligente qu'un catcheur masculin?», qui permet de revoir de vieux amis de Jimmy Hart (les Nasty Boys, le Cuban Assassin).

 

 

On va enfin savoir qui est le plus intelligent entre une vraie blonde et un Nasty Boy.

 


Autre séquence plaisante, la formation à la dure de trois « recrues » par la militaire Bootcamp Bailey, qui évoque vaguement les films de prison pour femmes. C'est surtout une façon originale de lancer une nouvelle lutteuse, tout en rappelant que le monde du catch est dur, et qu'il nécessite beaucoup d'entraînement.


Quand la militaire s'adresse au public, c'est en lui répétant «Attention!» alors qu'il la hue. Impossible de ne pas penser au cultissime «Excuse me!» de Vickie Guerrero. Ce n'est d'ailleurs pas la seule copie de la WWE : la wannabee popstar Kandi Kisses (jouée par Lizzy Valentine, copine d'Evan Bourne à la Wrestling Society X en 2006) est clairement une Jillian Hall du pauvre.


Pour résumer, oui, certes, Wrestlicious, c'est kitsch, souvent gras, c'est beauf, mais tout cela semble assumé. Il y a bien des rires enregistrés, mais de deux (trois ?) personnes, comme pour apporter de la distance. Avec d'autres séquences, comme le running-gag de Jimmy Hart se plaignant devoir tout faire («Je suis un hall of famer!»), cela apporte un certain recul qui peut faire accepter le plus ridicule… comme les barreaux en effets spéciaux de la cellule de Felony.

 

 


«These girls are real»

Toi, t'as pas vu les seins de Serena.

 


Si Wrestlicious était un film, ce serait un bon «nanar». Un truc qui ne vole pas très haut, mais qui ne prétend jamais le faire. Et qui est finalement plutôt agréable à regarder.

 


Les matchs


Au milieu de toutes les séquences hors-ring, il y a tout de même quelques matchs. Généralement un par émission, qui occupe le dernier tiers du show (sept minutes environ). Mais on ne quitte pas l'univers kitsch pendant les combats, grâce aux cordes roses qui entourent le ring. Grâce également au public, qui encourage chaleureusement les gentilles filles, et conspue les méchantes: des réactions aussi scriptées que les matchs.

 

Les lutteuses, on l'a vu, sont de qualité. Mais ce n'est malheureusement pas le cas des arbitres, qui ne servent à rien. Ni des bookers (ceux qui écrivent les matchs), dont les recettes sont très répétitives. Le même scénario se retrouve dans chaque match par équipe: l'arbitre, en train de réprimander les méchantes, ne voit pas leurs adversaires effectuer le changement; il va donc empêcher l'entrée sur le ring de la nouvelle gentille, ignorant que la collègue de celle-ci est à nouveau attaquée.

 

 

Je ne comprends pas que les arbitres ne se concentrent pas plus...

 


Enfin le commentaire est affreux. Son texte, bien qu'à l'humour lourdaud, serait efficace s'il répercutait l'excitation du match. Mais on a plutôt l'impression d'un enregistrement vite fait en post-production, où le commentateur découvre son texte en même temps que nous, si bien que toutes les blagues tombent à plat.


Oubliez donc le commentaire, efforcez-vous d'ignorer l'arbitre, et vous pourrez sans doute apprécier la plupart des matchs de Wrestlicious. Surtout si vous êtes un homme. Car on est vite frappé par les angles des caméras. De manière assez décomplexée, la réalisation s'attarde sur les décolletés et les postérieurs des lutteuses, parfois au détriment de l'action. Pour ce jeu de dupes, voir sous les jupes des filles.


Voici par exemple Page Webb (Serena), en jupe noire, se relevant d'une prise appliquée par une des Naughty Girls.

 

 

Et encore on n'a pas l'image qu'a l'arbitre de visu.

 


Deux sessions d'enregistrement distinctes ont été nécessaires pour produire les 13 épisodes de la première saison de Wrestlicious Takedown. La première (début 2009) a permis de tenir neuf épisodes, la seconde (un an plus tard) a servi pour les quatre restants, renommés TakeDown Breakdown.


La première partie de la saison est assez agréable. Certes, le premier épisode était franchement mauvais, et les suivants restaient passables. Mais cela s'est vite arrangé, pour culminer aux épisodes 8 et 9, avec des rivalités bien en place, et un niveau technique supérieur à bien des matchs entre «divas» de la WWE ou entre «knockouts» de la TNA.


Wrestlicious laisse alors un sentiment prometteur.

 

 

Et les promesses ne sont pas limitées à cet aspect des choses...

 


Patatras! Les nouveaux matchs enregistrés à la va-vite en 2010 (pour finir la saison) ne sont vraiment pas beaux à voir. L'ambiance fruitée du studio a laissé place à celle, plus glauque, d'une boite de nuit de Minneapolis, pour un spectacle co-organisé avec une promotion locale. Plus de cordes roses. Un produit beaucoup plus brut, mal éclairé, mal sonorisé, mal filmé, des promos de catcheuses bafouillées (pas de seconde prise). Un vrai public, réagissant beaucoup moins que le faux. Bref, tout le côté mignon et léché des matchs de Wrestlicious a disparu. Pire, on les fait traîner en longueur, parce qu'on commence à manquer de segments enregistrés.


Ces nouveaux épisodes sont si médiocres que certains diffuseurs ont carrément refusé de les mettre à l'antenne. Les fans de lutte indépendante pourront toutefois se consoler avec l'apparition, dans l'épisode 10, d'un arbitre spécial en la personne… d'Austin Aries, le double champion du monde de ROH.

 

 


Bryan a peut-être fait le main-event de Summerslam, mais moi, j'ai arbitré Wrestlicious. Alors, c'est qui le boss?

 

 

Les raisons du désastre? Apparemment, le studio utilisé pour les premiers tournages n'était pas disponible lorsqu'il a fallu tourner de nouveaux matchs. Il est certes probable que les contrats de diffusion, moins prestigieux et rémunérateurs que prévu, aient impliqué une baisse de budget de l'émission. Mais c'est honnêtement une belle déception que de voir cette fédération, présentée comme le jouet-harem d'un millionnaire, livrer un résultat si amateur dans ces épisodes.

 


Regarder Wrestlicious


Oublions cette fin de saison. Le mélange entre catch et segments comiques, enrobé de touches sexy, est assez efficace dans les épisodes précédents.


Wrestlicious est avant tout une bonne occasion de découvrir de nouvelles catcheuses, parmi lesquelles de probables futures « divas » ou «knockouts».


N'hésitez donc pas à vous faire votre avis par vous-même. Vous pouvez regarder gratuitement et légalement les épisodes de Wrestlicious sur le site de BiteTV (vidéos reprises sur le site de la fédération).


Si vous ne devez voir qu'un épisode, choisissez le neuvième, et son match de championnat entre Glory et Felony. Qui voit la vainqueur enfiler, non pas une ceinture, mais un diadème (encore une copie de GLOW…).


Enfin, pour mieux connaître le catch féminin en général, je vous encourage à visiter Diva Dirt, le site anglophone de référence sur le sujet.

 


La légende à laquelle vous avez échappé:

 

 

Va faire la vaisselle, sale morue, ou t'auras ma bite dans ton cul .

Gronibar, immortalisé par la Nouvelle Star.

J'aurais eu un peu plus de

J'aurais eu un peu plus de temps, je me serais lancé dans cette fed, la surprise a l'air d'être assez bonne apparemment. Sinon, comme le dit un commentaire Youtube sur le générique, Hart a la même voix que Mickey Mouse lorsqu'il chante "Wrestlicious Baby". (Non, on s'en fout pas, c'est un détail important.)

Ca vaut le détour

Plutôt une bonne surprise que ce Wrestlicious. J'ai du mal avec les segments comiques pour ma part, avec des blagues franchement bof et mal récitées et des rires enregistrés pénibles, mais l'esprit général est en effet sympathique (bon, dans son style hein) et les matchs valent souvent le détour. Et ils sont deux fois plus longs, au moins, qu'à la WWE... On se rend compte que cette dernière pourrait sans problème relever le niveau de sa division féminine si elle le voulait, il y a de très bonnes catcheuses (j'aime beaucoup la Shimmer aussi bien sûr, dont les DVD ne sont pas très chers, avis aux amateurs).
.
Je ne sais pas combien de temps durera Wrestlicious mais ces petits épisodes de 22 minutes sont plutôt plaisants (pas encore vu les derniers ceci dit). Et l'hymne de la fédération finit même par être entêtant (c'est toujours mieux que René la taupe)...

En effet bonne surprise. Au

En effet bonne surprise. Au départ je pensais faire une review un peu moqueuse. Je continuais à le penser en matant le premier épisode, et finalement, d'épisode en épisode, je me suis pris au jeu, j'ai commencé à apprécier les segments en les matant au second degré, à me rendre compte que je voyais rarement des matchs féminins aussi bons à la WWE ces derniers mois.
.
La WWE n'a pas vraiment envie de relever sa division féminine. Il ne faut pas oublier que les matchs de divas sont pour la plupart du public un prétexte pour reluquer de belles meufs. Donc ils préfèrent recruter des mannequins et les former (ça a quand même donné Trish Stratus…) que de recruter de vraies catcheuses moins jolies.
Serena était connue depuis longtemps de la WWE (elle était à l'OVW), il a fallu qu'elle se fasse gonfler la poitrine pour qu'ils lui proposent enfin un contrat de développement…
On a plus de chances de voir ces filles signer un jour à la TNA, d'ailleurs un certain nombre sont déjà apparues une ou deux fois à Impact comme jobber indy.
.
Les audiences semblent assez bonnes pour les chaines qui diffusent, en tout cas celles-ci veulent une 2ème saison (mais réclament le retour au studio).

Ultra Vomit

Bravo à Vinz pour cet article sur Wrestlelicious, Jimmy Hart comme Eric Bischoff ou Vince Russo sont les rois des projets originaux (Russo avait pensé à des combats contre des kangourous en Australie ou mettre Disco Inferno tout nu!).

La référence à l'ultra vintage GLOW (mode Michael Cole on) est bien trouvée!

La Wrestlelicious c'est un frais comme un film de Max Pecas! Moins hypocrite que la WWE sans pour autant verser dans l'érotique pur comme la Women's Extreme Wrestling ou la Naked Women's Wrestling League.

Bischoff voulait convaincre

Bischoff voulait convaincre la chaine Spike de faire un programme avec la fédération de nains Micro Championship Wrestling, mais les Half Pint Brawlers ont été plus rapides que lui (ha ha !).

What's up?



31 janvier

Il était bien cool, ce Rumble, non? Venez dire dans les comms de la nalyse ce que vous en avez pensé, et n'oubliez pas que les vignettes attendent vos légendes sagaces ici.

Connexion utilisateur

Commentaires récents

Les Vignettes des Cahiers


Merde, j’ai toujours été nul au Puissance 4.


Retrouvez ici toutes nos vignettes !


Quotes of the Cahiers

"I'm gonna leave him in a pile of blood, and urine and vomit."
Brock Lesnar à propos de John Cena

"At 9 am Eastern time tomorrow, the WWE Network goes live. But the problem is you’re all gonna be so overwhelmed by the incredible content available, you won’t be able to turn it off. Adults will lose their jobs and kids will be expelled from schools for lack of attendance. In fact, you’re gonna be so mesmerized by the incredible content of the WWE Network that you won’t even have time to remove the garbage from your houses. Your places are gonna start to stink, rats will move in, and they’re gonna look like bigger pigsties than they already do. Ultimately, the government is gonna come along and condemn your homes and you will all be left homeless defending yourself on the street. Thank you very much."
Bad News Barrett

"He’s twisting him so much his twin brother is getting dizzy !"
JBL commentant un Giant Swing d'Antonio Cesaro sur l'un des frères Uso.

"I think I'm a little too old for you Jerry. I'm 26, I know you like them younger."
AJ Lee, à Raw, s'adressant à Jerry Lawler

"It looks like James Storm has had more partners than Taylor Swift lately, he should probably get tested"
Bad Influence

"Having watched that… I regret the doctors in Canada saving my life.”
Jerry Lawler, après le segment où Mae Young a accouché d'Hornswoggle.

"What's running through John Cena's mind? I don't give a crap what's running through his mind. What's more important is what's running down his leg."
Brock Lesnar

"Yes. Stop sending dumb tweets like this one. RT: @Kid_Antrim Any advice for me?"
Paul Heyman, sur Twitter

"With Kofi Kingston as the Intercontinental Champion, the bar has been lowered. And when the bar’s been lowered, mediocrity becomes acceptable. And when mediocrity becomes acceptable, society crumbles. And when society crumbles, civilization will end as we know it.”
Le Miz, Hell in a Cell

"Can you figure that? She's not able to get a date! I mean, even Natalya is able to get a date!"
Eve à propos de Layla

"I understand that you barbaric buffoons could easily eviscerate me and dispose of me like common trash. However, if you do so, I will not be a victim. I will be a martyr. A martyr for anyone who appreciates a sophisticated mind."
Damien Sandow, à DX.

"Apparently, giants can win the Super Bowl, but not matches at WrestleMania. You’re like ‘The Reverse Undertaker’. Who are you going to lose to this year? The boxer or the sumo wrestler?”"
Cody Rhodes au Big Show

"The Kliq is back, which is kind of ironic because "click" is the noise the audience's remote control makes every time Kevin Nash pops up on their TV screen."
CM Punk

"It's a conspiracy! C... O... N.... Spiracy!"
R-Truth

"I understand that... that Vince McMahon's gonna make money despite himself... he's a millionaire who should be a billionaire... you know why he's not a billionaire? It's because he surrounds himself with glad-handing nonsensical yes-men like John Laurinaitis, who's gonna tell him everything he wants to hear... and I'd like to think that maybe this company will be better after Vince McMahon is dead, but the fact is it's gonna get taken over by his idiotic daughter and his doofus son-in-law and the rest of his stupid family."
CM Punk

"These people are not Jimmies. They are the greatest fans in the world!"
John Cena, à R-Truth qui venait de qualifier le public de Raw de "Little Jimmies".

"Can you imagine if Sheamus wins this thing? I mean, the international ramifications, I mean the buyrate, I’m talking about the demographic change and everything? If Sheamus wins this match, it will be huge, not only for him but for the Smackdown brand."
Booker T., pendant un Title Match opposant le champion poids lourds Randy Orton à Sheamus.

"When I’m done with him, he’s gonna have barbecue sauce fueling out from his belly button like a geyser."
Michael Cole à propos de Jim Ross

"The WWE has gone from the powerful "Austin 3:16" to the dominant and iconic "can you smell what the Rock is cookin?"... all the way to "You can't see me"? You can't see me, what are you, playing peek-a-boo? Believe me, we all can see you. A blindfolded, sleeping, stuck in the basement Stevie Wonder can see your monkey ass. How in the hell do you think we can miss you come out here with your bright ass purple shirt, before that bright green shirt, bright orange shirt like a big fat bowl of Fruity Pebbles?"
The Rock à John Cena

"Jerry Lawler has forgotten more about wrestling than the Miz has ever known."
CM Punk

"If anyone says you can't do something, if anyone says you can't live your dream... Believe them, because you can't."
The Miz

"William Regal did the real work with this young man. Shawn Michaels took $3000 from him, that's all he ever did."
CM Punk à propos de la formation de Daniel Bryan

"I would RKO my own grandmother if it meant keeping this title. And then I'd RKO YOUR grandmother just to see the look on her face."
Randy Orton, à Sheamus

Virgil: - Ted, what are you going to do for protection?
Ted DiBiase, jetant un coup d'oeil à Maryse: - Go to the drugstore.

"Her teeth are going to be like the Ten Commendments after this match: all broken."
Alicia Fox, à propos d'Eve Torres

"Layla is not married. She deserves a good husband. I should marry her before she meets him."
Jerry Lawler

"If I suck, why would a Perry deli – the top Perry deli – name their top-selling sandwich after me? It's called the Swaggie. It smells like freedom."
Jack Swagger

"I realize how much of a starmaking performance I had in McGruber. The reviews have been off the charts. As a matter of fact, they are speaking of a possible early Oscar nomination."
Chris Jericho

"I'm sure your mom's uterus is awesome."
Vicki StElmo à Vladimir Kozlov

"If we were in your era, I'd put a Sharpshooter on you faster than you can put a pair of cheap sunglasses on an ugly kid."
The Miz, à Bret Hart.

"When I look at you I don't see fans. I don't even see people. I see money, money, money, money. Dollar signs, dollar signs, dollar signs, dollar signs. With some of you, a lot of dollar signs because I see a lot of fat people in the audience and I know you paid for two seats. Thank you very much!"
Batista à Raw.

"We are real women with the body that God created us with."
Mickie James, la femme aux implants mammaires en silicone qui explosent dans le ring.

Don Johnson: "This is a mistake!"
The Miz: "Mistake? No. Pink shirts and white suits, that is a mistake."

"One nation under Punk, undivisible, with integrity and sobriety for all!"
CM Punk

Michael Cole: "Our guest at ringside, Marisse. Welcome."
Maryse: "Oh my god, Michael Cole, you vintage nerd. You can't even say my name right. I should punish you and just give you my French kiss."

"If I see you in my match tonight, I'm gonna tear your intestins out and jump rope with it. And that's not all. I'm gonna take my two fingers, I'm gonna dig up your nosedrills and I'll rip your brain out. And I'm gonna put it in a newspaper and I'm gonna smash it against a window."
Mike Tyson à Hornswoggle

Ted DiBiase: "My movie, the Marine II, is superior to the original Marine."
Cody Rhodes: "Ted, my fifth grade graduation video is superior to the original Marine."

"I'm on Raw, you're on Smackdown... Long distance relationships don't work, Chris."
Big Show

Jerry Lawler, après une promo de Maryse où elle a qualifié Melina de "petite poupée": "Did she just say poupée? Do you know what that means in French?"
Michael Cole: "What?"
Jerry Lawler: "I... I can't say it!"

"I respect her. There are a lot of things that she does that I couldn't do, being the size that she is."
Michelle McCool à propos de Mickie James.

"We have MVP on the stage, and PMS in the ring."
Goldust, à propos des divas assemblées dans le ring pendant les Slammy Awards 2009.

"It was kind of like the 300 at the battle of Thermopylae, but with better abs".
John Morrison à propos de la fin de son match à Survivor Series, quand il s'est retrouvé à 1 contre 3.

"Hi, I'm John Morrison, and one time I drove my Lexus 700 miles on a tank full of my own urine."
John Morrison

"I always said if I could put my brain in Andrew’s body he’d be a 20-time world champ."
Edge à propos de Andrew "Test" Martin