Sondage

Cela fait maintenant un mois tout pile que Jinder Mahal est champion de la WWE. Selon vous::

Cieux bleus et enfer rouge

Au Jugement Dernier, Jésus placera les brebis à sa droite, et les boucs à sa gauche. Et ils s’en iront, ceux-ci à une peine éternelle, et les justes à la vie éternelle. (Matthieu 25,31).

 

Le Jugement Dernier est à la Bible ce que la Draft est à la WWE. Les hommes de bonne volonté sont envoyés au paradis, tandis que les pécheurs sont voués à la géhenne éternelle. Pour les spectateurs, ça donne : les gens de bien regarderont les cieux bleus de Smackdown, et ceux qui ont commis de mauvaises actions seront condamnés à se fader l’enfer rouge de Raw.

 

 


Attendez, c'est pas mal, Raw, y a un travelo rital qui fait grouik grouik.

 

 

Analyse de Smackdown du 15 mai, de Judgment Day et de Raw du 18 mai.

 

 

La tendance de ces dernières semaines ne s’est pas inversée ce weekend, bien au contraire. Smackdown continue de briller au firmament de la WWE, tandis que Raw s’enfonce dans les profondeurs et que l’ECW tire son épingle du jeu. On en a eu l’illustration lors d’un Judgment Day de très bonne facture : les quatre combats de Smackdown et celui de l’ECW ont été nettement plus enthousiasmants que les deux affrontements de Raw.

 

 


Balancer Cena dans un projo n’a pas suffi. Cette fois, le Big Show l’emmène dans un broyeur à ordures.

 

 

Vendredi dernier, un épisode solide de Smackdown avait lancé le pay-per-view de dimanche sur d’excellentes bases. Un superbe combat par équipes, un tag team féminin, quelques matchs intermédiaires solides et enfin un main event brillant s’achevant dans le chaos, que demander de plus? Encore une fois, le succès global s’explique par l’effacement des frontières entre les Faces et les Heels — une évolution globale que nous appelons de nos vœux depuis toujours, tant les nuances de gris nous semblent plus intéressantes que le manichéisme absolu. Le contraste avec le Raw de lundi n’en a été que plus saisissant. Alors qu’à Raw on rejoue banalement les gentils contre les méchants, à Smackdown les Heels se bouffent la gueule entre eux et entraînent dans leur spirale amorale des Faces qui en sont réduits à des méthodes de chacal. A notre plus grand bonheur. Jusqu’où s’arrêteront-ils?

 

 


Rey Mysterio vient d’attaquer par derrière Chris Jericho. Demain, il fume une clope et d’ici un mois à deux, on s’attend à une garde à vue pour une bagarre d’ivrognes dans un bar moisi.

 

 

On a déjà souligné à quel point le concept même de la mallette du Money in the Bank se prête mieux à un caractère de heel qu’à un comportement de face. Il s’agit quand même, pour son détenteur, de se planquer dans les coulisses en attendant que le champion en titre soit HS pour ensuite surgir comme un maraudeur sur un champ de bataille où gémissent les mourants afin d’achever les combattants blessés! Or, pour la deuxième année consécutive, la mallette est entre les mains tatouées du boy-scout CM Punk… et tout comme l’anneau corrompt le doux Smeagol, le transformant en l’obsessionnel Gollum, la mallette fait de l’honnête Punk un charognard de la pire espèce. Voilà déjà plusieurs épisodes qiu’il se précipite dans le ring chaque fois qu’Edge semble en difficulté, bavant d’envie à l’idée de réitérer son exploit de l’année passée. Et chaque fois, se matérialise sur sa route le sauvage Umaga, pour le repousser dans sa tanière.

 

 


Et impossible de corrompre Umaga : il a déjà un collier en verroterie.

 

 

Si les motivations du terrible Samoan restent obscures, une chose est en tout cas certaine : du point de vue de la morale chevaleresque censément propre aux Faces, Punk se conduit comme une crapule finie et même, lâchons le mot, comme un Ultimate Opportunist. De la même manière, les iconiques Jeff Hardy et Rey Mysterio ne se gênent pas pour attaquer dans le dos leurs futurs adversaires (en l’occurrence Edge et Chris Jericho) alors que ceux-ci sont pris dans un affrontement dantesque. Tout cela concourt à faire de Smackdown un show à ne pas rater, où les agneaux poignardent les lions dans le dos.

 

 


Je te le dis, Show, ils ont tous pété les plombs à Smackdown. Jeff Hardy a écrit des menaces au rouge à lèvres sur le miroir de ma loge, Mysterio a enduit ma ceinture de guacamole et Punk a dégueulé dans mon sac de sport!

 

 

Raw, a contrario, a encore offert ce lundi le pénible spectacle de la solidarité sans faille des Faces face à des Heels toujours aussi lâches et geignards. Alors que Ric Flair, qui est décidément l’incarnation catchesque ultime de ces stars de la variété qui enchaînent les tournées d’adieu depuis des décennies, était en train de se faire rétamer la gueule par un Randy Orton lassé à bon droit par les leçons de morale bidon du Nature Boy (qui, ne l’oublions pas, fut en son temps le plus roublard des champions vicieux), Batista est intervenu pour sauver le vieillard, ce qui n’est pas spécialement étonnant. Mais on a également vu débouler Cena, qui n’a pourtant rien à voir avec l’affaire et qui n’a été attiré dans le ring que par le sens immanent de la justice qui l’anime. Toute cette sucrerie héroïque est proprement insupportable.

 

 


— Et maintenant, mon bon Dave, direction le Pakistan pour casser la gueule aux Talibans! Woooo!!!!

 

 

Quand on se livre à ce genre de booking binaire, il n’est pas étonnant qu’on soit bien en peine de trouver une cohérence globale au comportement des acteurs : ainsi, Cena a déclaré par la suite que, quelle que soit l’issue du prochain combat de titre entre Orton et Batista, il serait le challenger suivant et reprendrait la ceinture. OK, mais alors pourquoi aller aider Batista face à Orton? Peut-être que Batista lui a promis de lui offrir de ces injections qui font pousser de nouveaux muscles sur les muscles déjà existants… Le combat final a donc été marqué une nouvelle fois par l’amitié virile indéfectible des deux bodybuilders, et par une énième réapparition de Ric Flair, qui tient décidément à mourir sur scène comme Molière.

 

 


Tiens bon papy, le défibrilateur arrive.

 

 

La crédibilité de Smackdown et la moralisation gnagnan de Raw se sont naturellement exprimées à plein régime dimanche, lors d’un pay-per-view très homogène et dont on soulignera le gros point fort : tous les combats, y compris ceux qu’on a le moins aimés, ont été animés par une vraie psychologie, et rien n’a été absurde ou injustifié. C’est assez rare pour être mis en exergue.

 

 


Par exemple, du point de vue de la psychologie, il est très pertinent de présenter Batista comme un gros débile.

 

 

La victoire d’Umaga sur Punk a rappelé que le Samoan était peut-être le meilleur big man actuel de la Fédération. Alors que la plupart des grands gabarits approchent dangereusement de la date de péremption, Umaga (36 ans quand même, et officiellement 1m94 pour 160 kilos) fait toujours preuve d’une agilité et d’une puissance impressionnantes. Si les combats du Big Show ou de l’Undertaker, sans même parler du Great Khali, se passent nécessairement sur un tempo lent permettant à ces grandes carcasses de reprendre leur souffle, le cannibale n’a pour sa part aucune difficulté à suivre le rythme effréné imposé par un athlète comme Punk. Bon, on a toujours du mal avec sa prise de finition, le fameux coup de pouce de la mort qui n’est pas sans rappeler le Fingerpoke of doom de sinistre mémoire, mais pour le reste, on est content de le revoir à ce niveau, et on remercie la WWE de ne pas avoir joué la carte de la facilité en offrant à Punk un triomphe dans sa ville de Chicago. Le combat a été rude et, comme tous les bons combats, a conté une histoire, celle d’un gars rapide mais manquant de puissance qui fait tout pour abattre le chêne qu’il a face à lui, avant de succomber, ses réserves étant à plat. Plus tard dans la soirée, on aurait cependant pu avoir droit à une nouvelle tentative de cashage de mallette de la part de Punk (qui aurait très bien pu être interrompue une nouvelle fois par Umaga) mais on chipote.

 

 


Il faut vraiment être un sans cœur pour ne pas prendre un auto-stoppeur aussi sympathique.

 

 

La psychologie du match pour le titre ECW opposant le tenant Christian à l’ex-champion Jack Swagger a également été très nette : le vétéran retors a encore une fois, exactement comme trois semaines plus tôt à Backlash, surpassé son jeune et naïf adversaire dans l’art de gagner avec vice. A Backlash, l’arbitre avait empêché Swagger de dénouer la protection de l’angle métallique du ring sur laquelle il avait l’intention d’éclater la tête de Christian; pendant ce temps, discrètement, Christian en faisait de même de son côté, avant de précipiter Swagger sur l’angle ainsi dénudé et d’obtenir la victoire dans la foulée. Cette fois, Swagger avait couvert Christian pour le compte de trois, mais en le retenant par son futal, ce qui est interdit. L’arbitre refusa donc de faire le décompte… et quelques secondes plus tard, Christian faisait la même chose, mais plus finement, et l’homme en noir et blanc n’y voyait que du feu. Le fait que le Face Christian gruge le Heel Swagger ne peut que nous réjouir, naturellement. La feud peut continuer, puisque cela fait deux fois que Swagger se fait avoir à l’irrégulière, et on ne s’en plaint pas, tant les combats entre les deux hommes sont agréables à suivre.

 

 


Réjouis-toi, WWE Universe! Les combats déshabilleurs sont de retour!

 

 

Il en va de même pour Morrison et Benjamin, probablement les deux meilleurs gymnastes de la WWE. Un match entre ces deux-là est un spotfest annoncé, comme on l’a vu à plusieurs reprises ces dernières semaines, et encore à Smackdown vendredi dernier, où un combat par équipes succulent a opposé Morrison et CM Punk à Benjamin et Charlie Haas, qui ont formé des années durant la trépidante World’s Greatest Tag Team. Heureusement, les quatre hommes ont eu du temps pour montrer ce qu’ils savaient faire, et on a eu droit à douze bonnes minutes de near falls et de combinaisons diverses, avant que le divin Morrison ne réalise son extraordinaire prise de finition. Prise si impressionnante qu’on était certains de la revoir dimanche soir, et on ne fut pas déçu. Benjamin ne souffre pas spécialement de cette défaite, surtout s’il se dirige vers une reformation en bonne et due forme de la WGTT avec Haas, et qu’il se donne pour but d’aller chercher la ceinture des Colon. On l’espère, parce que le combat tag team que Raw a enfin consenti à organiser lundi soir a été purement risible, les Colon affrontant Kendrick et son partenaire mystère… Goldust. Fiasco total pour Kendrick (Goldust préfère les vrais nains), qui va sans doute apparaître chaque semaine avec un nouveau partenaire. Why not, mais en attendant, on aimerait bien voir les Colon se farcir la WGTT. Quant à Morrison, the sky is the limit, comme disait le pilote de la navette Challenger.

 

 


Et au pire il pourra toujours se reconvertir dans le saute-mouton.

 

 

Psychologie constante encore avec le combat pour le titre Intercontinental entre Rey Mysterio et Chris Jericho, ce dernier proclamant qu’il allait gagner et que le public pouvait se brosser pour voir un 619. Du coup, Mysterio s’est échiné à tenter plusieurs 619, tous repoussés avec inventivité par son adversaire, avant finalement d’en réussir un de toute beauté pour la victoire finale. Encore un combat très plaisant, où à l’interrogation concernant l’issue s’ajoutait celle portant sur l’éventualité de la réalisation d’un 619. On ne voit pas trop Jericho insister pour ce titre qui ne l’intéresse guère, mais s’il lâche l’affaire il faudrait trouver un nouveau challenger pour Rey. Si la logique traditionnelle est respectée, on devrait voir un heel se lancer à l’assaut de ce titre. Kane et Knox ont déjà eu de longues rivalités assez fades avec Mysterio; c’est pourquoi on s’attend à voir le Mexicain répondre au challenge de l’électrique Dolph Ziggler, qui mine de rien fait son trou à Smackdown et dont on peine à cerner les limites. Miam.

 

 


Vigilants, ensemble : si vous voyez un adulte à l’air louche nouer la conversation avec un enfant, prenez-le immédiatement en photo et avertissez la police.

 

 

La logique sous-tendant le combat entre le Big Show et Cena était peu ou prou la même que celle de Umaga-Punk : comment fait un type « normal » (les guillemets sont de mise concernant Cenaman) pour vaincre un gars deux fois plus balaise? On a vu à plusieurs reprises Cena tenter d’infliger sa prise de soumission au Show, sans succès à cause du tour de cou de ce dernier. En désespoir de cause, Cena a porté au géant son Fuck You (pardon, Attitude Adjustment), ce qui ne nous étonne plus vraiment puisqu’il a déjà réalisé ce tour de force par le passé. Mais on suivra avec intérêt la revanche, bookée pour le prochain pay-per-view, Extreme Rules, puisque le Show a obtenu de Vickie, qui doit conserver un peu de l’amour qu’elle lui portait il n’y a pas si longtemps, que ce soit un Submission Match, à savoir qu’il faut forcer l’adversaire à abandonner. Comment Cena s’y prendra-t-il? Là réside tout l’intérêt de ce combat, parce que pour le reste, ces deux-là ne peuvent pas vraiment faire vibrer la foule, tant le Show est, en ce moment, lent à la détente. Cena va-t-il inventer une nouvelle prise de soumission? Ou bien va-t-il juste se laisser pousser les bras?

 

 


Meuh non, voyons. Je vais juste lui coller une dizaine d’Attitude Adjustments, jusqu’à ce qu’il abandonne.

 

 

L’autre combat estampillé Raw a également été assez frustrant, même s’il a été là aussi sauvé par une psychologie cohérente. Se rendant compte qu’il lui serait difficile de battre un Batista enragé, Randy Orton s’est échiné, dans les dernières minutes, à se faire disqualifier, sachant qu’une telle issue lui permettrait de conserver son titre. Ce fut assez fun à suivre, puisque Randy a d’abord essayé de se faire compter à l’extérieur (mais Batista l’a ramené dans le ring), puis de se faire disqualifier en se saisissant d’une chaise (mais Batista a viré la chaise avant qu’il puisse s’en servir) avant, en fin de compte, d’obtenir l’élimination voulue en giflant l’arbitre. La suite est logique, avec un bon vieux combat en cage prévu pour le prochain pay-per-view. Mais l’après-combat a été ruiné par une intervention héroïque de Ric Flair, venu sauver Batista des griffes de la Legacy. Après le non-catcheur quadra et bedonnant Shane McMahon, qui avait plusieurs fois défoncé la Legacy à lui seul, Orton et ses sbires n’ont pas pu venir à bout d’un sexagénaire retraité. Prochaine étape : Mae Young les chassant du ring à coups de canne. Dire qu’au début de l’année, Orton apparaissait comme la nouvelle grande puissance de la WWE… Que Batista le déchiquette dans trois semaines, et le dernier clou aura été planté dans son cercueil.

 

 


La pire humiliation pour Randy Orton…

 


… c’est de voir Ric Flair se foutre de sa gueule.

 

 

Enfin, le show s’est achevé sur une nouvelle victoire controversée d’Edge sur Jeff Hardy. La psychologie des matchs de Jeff est connue depuis belle lurette : il compense son manque de puissance en multipliant les acrobaties les plus dingues, jusqu’à ce que victoire enivrante ou défaite romantique s’ensuivent. Cette fois encore, il a tout donné face à un Edge toujours aussi intense, mais une intervention inattendue de son frangin plâtré l’a amoindri, et il n’a pas réussi à grimper assez vite sur la troisième corde pour asséner son Swanton Bomb, permettant au champion de lui coller une espèce d’Edgecution bien violent. Très bonne décision à notre avis : Edge est parfait en champion, et Hardy en challenger constamment en butte aux tours du destin (clin d’œil inside). Reste à savoir ce que Extreme Rules réservera au voltigeur: un nouveau combat de championnat ou une resucée de sa feud fratricide? Quoi qu’il en soit, il y aura des chaises, des tables, des échelles et des cris stridents dans l’assistance.

 

 


Encore une déception pour les médecins légistes: Jeff Hardy respire toujours. Depuis le temps qu’ils rêvent de l’autopsier.

 

 

Au final, on a vu un pay-per-view bien troussé, au cours duquel les champions ont tous conservé leur ceinture (ce qui est une bonne chose étant donné la rapidité des règnes qu’on a constatée ces derniers temps) et dont les combats ont tous eu leur cohérence. Reste à voir si la WWE entend suivre la voie défrichée à Smackdown ou piétiner sur place comme elle le fait actuellement à Raw. Le show du lendemain, on l’a dit, n’a pas donné de grandes raisons d’espérer. La feud pour le titre US de MVP opposant ce dernier à Matt Hardy sent le réchauffé, Cena est toujours aussi lourd avec sa détermination sans faille martelée à force de hurlements, Santina est fun mais tourne en rond et on ne voit pas ce que la couronne de Miss Wrestlemania apporte à Vickie, rien de mieux que Kelly Kelly n’a été trouvé pour affronter Maryse pour le titre féminin, Goldust parade avec Hornswoggle et Randy Orton est toujours présenté comme un lâche fini, alors que son personnage de psychopathe offrait bien plus d’intérêt. Restent la manipulation de Vickie par Chavo et les vannes sur Cena du Miz. Les auteurs de Smackdown pourraient pas faire double emploi et aller donner un coup de main à leurs collègues de Raw?

 

 


Enfin un élément de merchandising qu’on est prêt à acheter: du PQ à l’effigie de John Cena.

Ravi

de constater que je ne suis pas le seul à être enervé par le retour de Ric Flair, ce n'est pas par jeunisme ou quoi que ce soit d'autre mais la perspective de voir papy naitch' squatter Raw ne me replis pas d'aise et ceux pour plusieurs raisons:
1) On aimerait bien voir de nouveaux visages, c'est assez pénible de voir que certains catcheurs sont privés de temps de parole parce que Ric a décidé de faire des heures supp'
2) Je voue un véritable culte à Bret Hart, ce qui ne m'empêche pas de respecter infiniment Shawn Michaels et voir Ric Flair revenir après la sortie qu'il a eu est une insulte envers HBK. Il parait que Ric Flair ce serait porté volontaire pour revenir sur les rings, qu'il se serait même étonné de ne pas avoir été inclus dans la draft (!), et ca ca tient plus du pathologique que de toute autre considération économique ou passionnelle.
Sa réplique "Je ne suis pas parti à la retraite, ON m'a mis à la retraite!" est le dernier clou planté dans le cercueil du peu de respect que j'avais encore pour ce type (déjà qu'au temps de sa splendeur il ne m'a jamais emballé...).
3) Il serait revenu uniquement parce qu'à chaque fois qu'il est là, les ratings grimpent en flèche (or les ratings de Raw sont en chute libre et on comprends pourquoi). La WWE avait parfaitement le droit de faire çà mais, pour ma part je trouve ça MI-NA-BLE! Ça me fait un peu penser à Martin Bouygues qui, voyant que l'audience de TF1 baissait, a préféré s'arranger avec Sarkozy pour saborder la concurrence plutôt que d'essayer d'arrêter de prendre le spectateur pour un con; résultat, du mépris supplémentaire et une technique qui n'est pas prête de porter ses fruits (si un jour on m'avait dit que parlerais de Nicolas Sarkozy dans un site consacré au catch je ne l'aurais pas cru).
En d'autres termes, je pense que la WWE a choisi de choisir la solution de facilité au détriment de toute amélioration de son show du lundi. "Les gens sont pas contents, on va leur mettre Ric Flair, ils aiment voir Ric Flair", ils obéissent au même réflexe conditionné et stupide de certains parents qui vont automatiquement coller une sucette en caoutchouc à leur môme dès que celui-ci fait mine de chialer sans essayer de comprendre pourquoi celui-ci pleure.

En résumé, je suis furax!

P.S.: Une autre chose qui m'insupporte: le fait d'avoir donné un match de championnat à Kelly Kelly, c'est vraiment du gâchis de savoir qu'une nana qui n'a pour seule titre de gloire que d'être moins frileuse que la moyenne passe devant deux lutteuses (Mickie James et Beth Phoenix) qui mériteraient cent fois plus cette ceinture.

re-P.S.: Quand est-ce qu'ils vont se décider à donner une musique d'entrée à Vickie Guerrero?

Zik de Vik

Je crois bien qu'une zique a joué au moment de son couronnement de Miss WM, mais je sais pas trop ce que c'est...
Pour Flair, ils devraient le foutre GM de Raw et roule ma poule, tout le monde est content et Orton n'a pas à faire croire qu'il souffre terriblement sur les atémis rhumatiques du Nature Old Boy...

Oubli?

Quoi? Un CR de Judgment Day sans un mot sur l'intermede Santino/Miz?? Pourtant c'etait surement la meilleur séquence concernant RAW... (Haha, le "Va bene?" de Marella à Soriano, j'm'en suis pas remis). Parce qu'après, le match entre BS et Cena, pas de commentaire. Et la fin du match entre Orton et Batista est cohérente mais elle l'est surement trop justement. Qu'est ce qui empèche les possesseurs des ceintures de se faire disqualifier au bout de 10 secondes de combat à chaque PPV... Le show serait bouclé en 15 petites minutes.

Yep

C'est vrai que cette stipulation est bien pourrie. A vrai dire, je n'en comprends même pas la signification, puisque comme tu le dis il suffit au champion de se disqualifier de lui-même (ou même de ne pas se pointer) pour conserver son titre. Quelqu'un a une explication?
De la même manière, il y a quelques mois, pendant la storyline Michaels - JBL, JBL affrontait Mysterio dans un combat dont le vainqueur allait ensuite participer à un Fatal Four-way destiné à désigner le challenger pour le titre, et Michaels l'a intentionnellement frappé, ce qui a eu pour effet de faire disqualifier Mysterio, et donc de faire vaincre JBL (c'est compréhensible ce que je raconte?). Du coup, pourquoi les heels ne font pas ça systématiquement, demander à un pote de venir sur le ring et de les cogner pour leur permettre de gagner par DQ? Fin bref.
Pour Santino-Miz, c'est vrai que c'était assez rigolo comme impromptu, mais j'étais la tête dans le guidon des grands combats, sorry :)

Judgment day

Le PPV était vraiment bon, à part la purge Show/Cena. Vraiment ce dernier n'a pas progressé depuis 2005, il a un bagage technique ultra limité, nous sort 3 signature moves et le match est fini... Quelle tristesse. Sinon tout le reste était super : Christian et Swagger sont décidément très complémentaires, Jeff et Edge ne nous ont pas déçus, Rey et Dieu encore moins. D'ailleurs pour ces deux là je ne serais pas surpris d'une stip' genre Unmasked match dans un prochain ppv. Mention pour le public qui était composé de pas mal de smarts, ce qui a élevé le niveau. Et Flair mérite la pendaison pour trahison envers HBK, WWE et le public. WM 24 c'était juste pour satisfaire son égo ou quoi ? Bonne review, les vignettes sont excellentes.
PS : On écrit Smeagol pas Sméagorl.

Oups

Merci pour la correction, j'édite! Complètement d'accord à propos de Flair. Il aurait déclaré dans une récente interview que ça le taraude de reprendre, mais qu'il ne le ferait qu'à condition que Shawn l'accepte. Et à Raw lundi il a expliqué à Batista qu'il avait été "forcé à prendre sa retraite". Nawak. T'as 60 ans passés, mec, va jouer au golf, deviens general manager de Raw si le cœur d'en dit mais pitié, arrête de te ridiculiser (et, plus grave, de ridiculiser Orton, bordel!)

fixette

trois jours à attendre le CR de judgment day, ce fut dur ( surtout au boulot)...
smackdow est effectivement en train de devenir LE show de la WWE qd raw se perd en histoires fades, mais la draft a qd même favorisé tt ça avec de plus en plus de catcheurs "spectaculaires" et acteurs qu'à raw.

concernant le PPV, toutes les victoires paraissent logiques même si la disqualification d'Orton, parfaite en l'idée puisqu'il n'a aucunement besoin de se faire défoncer par batista pr garder son titre, se finit sur l'éternel retour du retraité...ce même retraité qui n'a commencé à être apprécié par les fans qu'à l'heure de sa retraite.

pour finir faudrait arrêter avec Morrisson: il fait du mal aux fans de bières cet homme là.

Que Cena se laisse pousser

Que Cena se laisse pousser les bras ? Il arrive déjà à se gratter derrière les genoux sans se baisser, je vois pas ce qu’il peut faire de plus. Après, un match de soumission entre Cena et Show est infâme rien qu’à imaginer. On essaye vite fait de nous faire croire que Show a une prise de soumission, mais on sait d’ores et déjà qu’un gars courageux comme Cena n’abandonnera jamais. Alors à part nous refaire le coup de Austin dans le Sharpshooter, je vois pas comment le gros lard pourra l’emporter.

Abraracourcix

Ah c'est marrant, je trouve justement que Cena a des bras assez courts par rapport au reste de son corps. Un torse énorme, démesuré, et le reste un peu "pas fini", quoi. Quelle horreur, en tout cas. Mais ouais, je me demande s'il a déjà abandonné une fois dans sa vie, du moins depuis qu'il est Face... (j'ai supprimé le double post)

Ben non...

A ma connaissance, Cena n'a jamais "tapé" depuis ses débuts en superman...Dire que même Batista a déja abandonné une fois en tant que babyface...Cena c'est vraiment, genre, Kenshiro super saiyan 8, quoi ;-)

What's up?




2009 - 2018
Relax Miz Girl, les CDC ne sont pas morts. Retrouvez-nous dans notre nouveau chez-nous.

Connexion utilisateur

Commentaires récents

Les Vignettes des Cahiers


Merde, j’ai toujours été nul au Puissance 4.


Retrouvez ici toutes nos vignettes !


Quotes of the Cahiers

"I'm gonna leave him in a pile of blood, and urine and vomit."
Brock Lesnar à propos de John Cena

"At 9 am Eastern time tomorrow, the WWE Network goes live. But the problem is you’re all gonna be so overwhelmed by the incredible content available, you won’t be able to turn it off. Adults will lose their jobs and kids will be expelled from schools for lack of attendance. In fact, you’re gonna be so mesmerized by the incredible content of the WWE Network that you won’t even have time to remove the garbage from your houses. Your places are gonna start to stink, rats will move in, and they’re gonna look like bigger pigsties than they already do. Ultimately, the government is gonna come along and condemn your homes and you will all be left homeless defending yourself on the street. Thank you very much."
Bad News Barrett

"He’s twisting him so much his twin brother is getting dizzy !"
JBL commentant un Giant Swing d'Antonio Cesaro sur l'un des frères Uso.

"I think I'm a little too old for you Jerry. I'm 26, I know you like them younger."
AJ Lee, à Raw, s'adressant à Jerry Lawler

"It looks like James Storm has had more partners than Taylor Swift lately, he should probably get tested"
Bad Influence

"Having watched that… I regret the doctors in Canada saving my life.”
Jerry Lawler, après le segment où Mae Young a accouché d'Hornswoggle.

"What's running through John Cena's mind? I don't give a crap what's running through his mind. What's more important is what's running down his leg."
Brock Lesnar

"Yes. Stop sending dumb tweets like this one. RT: @Kid_Antrim Any advice for me?"
Paul Heyman, sur Twitter

"With Kofi Kingston as the Intercontinental Champion, the bar has been lowered. And when the bar’s been lowered, mediocrity becomes acceptable. And when mediocrity becomes acceptable, society crumbles. And when society crumbles, civilization will end as we know it.”
Le Miz, Hell in a Cell

"Can you figure that? She's not able to get a date! I mean, even Natalya is able to get a date!"
Eve à propos de Layla

"I understand that you barbaric buffoons could easily eviscerate me and dispose of me like common trash. However, if you do so, I will not be a victim. I will be a martyr. A martyr for anyone who appreciates a sophisticated mind."
Damien Sandow, à DX.

"Apparently, giants can win the Super Bowl, but not matches at WrestleMania. You’re like ‘The Reverse Undertaker’. Who are you going to lose to this year? The boxer or the sumo wrestler?”"
Cody Rhodes au Big Show

"The Kliq is back, which is kind of ironic because "click" is the noise the audience's remote control makes every time Kevin Nash pops up on their TV screen."
CM Punk

"It's a conspiracy! C... O... N.... Spiracy!"
R-Truth

"I understand that... that Vince McMahon's gonna make money despite himself... he's a millionaire who should be a billionaire... you know why he's not a billionaire? It's because he surrounds himself with glad-handing nonsensical yes-men like John Laurinaitis, who's gonna tell him everything he wants to hear... and I'd like to think that maybe this company will be better after Vince McMahon is dead, but the fact is it's gonna get taken over by his idiotic daughter and his doofus son-in-law and the rest of his stupid family."
CM Punk

"These people are not Jimmies. They are the greatest fans in the world!"
John Cena, à R-Truth qui venait de qualifier le public de Raw de "Little Jimmies".

"Can you imagine if Sheamus wins this thing? I mean, the international ramifications, I mean the buyrate, I’m talking about the demographic change and everything? If Sheamus wins this match, it will be huge, not only for him but for the Smackdown brand."
Booker T., pendant un Title Match opposant le champion poids lourds Randy Orton à Sheamus.

"When I’m done with him, he’s gonna have barbecue sauce fueling out from his belly button like a geyser."
Michael Cole à propos de Jim Ross

"The WWE has gone from the powerful "Austin 3:16" to the dominant and iconic "can you smell what the Rock is cookin?"... all the way to "You can't see me"? You can't see me, what are you, playing peek-a-boo? Believe me, we all can see you. A blindfolded, sleeping, stuck in the basement Stevie Wonder can see your monkey ass. How in the hell do you think we can miss you come out here with your bright ass purple shirt, before that bright green shirt, bright orange shirt like a big fat bowl of Fruity Pebbles?"
The Rock à John Cena

"Jerry Lawler has forgotten more about wrestling than the Miz has ever known."
CM Punk

"If anyone says you can't do something, if anyone says you can't live your dream... Believe them, because you can't."
The Miz

"William Regal did the real work with this young man. Shawn Michaels took $3000 from him, that's all he ever did."
CM Punk à propos de la formation de Daniel Bryan

"I would RKO my own grandmother if it meant keeping this title. And then I'd RKO YOUR grandmother just to see the look on her face."
Randy Orton, à Sheamus

Virgil: - Ted, what are you going to do for protection?
Ted DiBiase, jetant un coup d'oeil à Maryse: - Go to the drugstore.

"Her teeth are going to be like the Ten Commendments after this match: all broken."
Alicia Fox, à propos d'Eve Torres

"Layla is not married. She deserves a good husband. I should marry her before she meets him."
Jerry Lawler

"If I suck, why would a Perry deli – the top Perry deli – name their top-selling sandwich after me? It's called the Swaggie. It smells like freedom."
Jack Swagger

"I realize how much of a starmaking performance I had in McGruber. The reviews have been off the charts. As a matter of fact, they are speaking of a possible early Oscar nomination."
Chris Jericho

"I'm sure your mom's uterus is awesome."
Vicki StElmo à Vladimir Kozlov

"If we were in your era, I'd put a Sharpshooter on you faster than you can put a pair of cheap sunglasses on an ugly kid."
The Miz, à Bret Hart.

"When I look at you I don't see fans. I don't even see people. I see money, money, money, money. Dollar signs, dollar signs, dollar signs, dollar signs. With some of you, a lot of dollar signs because I see a lot of fat people in the audience and I know you paid for two seats. Thank you very much!"
Batista à Raw.

"We are real women with the body that God created us with."
Mickie James, la femme aux implants mammaires en silicone qui explosent dans le ring.

Don Johnson: "This is a mistake!"
The Miz: "Mistake? No. Pink shirts and white suits, that is a mistake."

"One nation under Punk, undivisible, with integrity and sobriety for all!"
CM Punk

Michael Cole: "Our guest at ringside, Marisse. Welcome."
Maryse: "Oh my god, Michael Cole, you vintage nerd. You can't even say my name right. I should punish you and just give you my French kiss."

"If I see you in my match tonight, I'm gonna tear your intestins out and jump rope with it. And that's not all. I'm gonna take my two fingers, I'm gonna dig up your nosedrills and I'll rip your brain out. And I'm gonna put it in a newspaper and I'm gonna smash it against a window."
Mike Tyson à Hornswoggle

Ted DiBiase: "My movie, the Marine II, is superior to the original Marine."
Cody Rhodes: "Ted, my fifth grade graduation video is superior to the original Marine."

"I'm on Raw, you're on Smackdown... Long distance relationships don't work, Chris."
Big Show

Jerry Lawler, après une promo de Maryse où elle a qualifié Melina de "petite poupée": "Did she just say poupée? Do you know what that means in French?"
Michael Cole: "What?"
Jerry Lawler: "I... I can't say it!"

"I respect her. There are a lot of things that she does that I couldn't do, being the size that she is."
Michelle McCool à propos de Mickie James.

"We have MVP on the stage, and PMS in the ring."
Goldust, à propos des divas assemblées dans le ring pendant les Slammy Awards 2009.

"It was kind of like the 300 at the battle of Thermopylae, but with better abs".
John Morrison à propos de la fin de son match à Survivor Series, quand il s'est retrouvé à 1 contre 3.

"Hi, I'm John Morrison, and one time I drove my Lexus 700 miles on a tank full of my own urine."
John Morrison

"I always said if I could put my brain in Andrew’s body he’d be a 20-time world champ."
Edge à propos de Andrew "Test" Martin