Sondage

Cela fait maintenant un mois tout pile que Jinder Mahal est champion de la WWE. Selon vous::

Un divorce et plein d'enterrements

"I quit!"
Vickie Guerrero, Raw, 8 juin 2009.

 

Comme toutes les trois semaines, le weekend a été chargé, avec un pay-per-view dominical coincé entre un Smackdown et un Raw. Et c’est peu dire que la tendance a été respectée: Smackdown a été excellent, Raw a été pourri, et à Extreme Rules, les combats de Smackdown ont largement surpassé ceux de Raw. Raw est désormais six pieds sous terre, tout comme Umaga, dont on a appris le renvoi. Mais si nos cœurs saignent aujourd’hui, c’est parce que les tourtereaux préférés de l’Amérique, Edge et Vickie, divorcent, et qu’on ne reverra sans doute pas de sitôt la Castafiore de la WWE…

 

 


Mais sache que tu seras toujours la bienvenue sur notre canapé, Vickie.

 

 

Analyse de Smackdown du vendredi 5 juin, d’Extreme Rules et de Raw du lundi 8

 

 

Smackdown ne déçoit jamais

 

L’épisode de vendredi soir de Smackdown a parfaitement lancé le pay-per-view. Edge et Jeff Hardy s’y sont livrés à un amusant dialogue perchés sur deux échelles, comme dans une pièce de théâtre d’avant-garde. Umaga et Punk y ont livré un nouvel épisode de leur affrontement dont on connaîtra sans doute jamais la raison profonde, le golgoth samoan ayant été semble-t-il pris la main dans l’armoire à pharmacie. A voir maintenant si on va le retrouver aux côtés de Samoa Joe à la TNA…

 

 


De toute façon, ne vous inquiétez pas pour Umaga, il pourra toujours ouvrir une boutique de cordonnerie le cas échéant.

 

 

Chris Jericho, magistral de sang-froid face au vibrionnant R-Truth, a encore tenu le haut de l’affiche. Son expression au moment où le chanteur-catcheur lui a tendu le micro en demandant «What’s up?» était formidable de dédain. Aussi fans que nous soyons d’Edge et de Randy Orton dans leurs styles respectifs, Jericho est pour nous le heel ultime, grâce à sa maîtrise parfaite du vocabulaire le plus complexe, à une mimique minimaliste mais parfaitement efficace et à un style toujours aussi détonant dans le ring. Quel homme. En speedo ou non, il passe toujours, au sein de la masse joviale de la WWE, pour Brummel en vadrouille à une rencontre de fans de Nascar.

 

 


- R-Truth, les grotesques simagrées accompagnant ton assourdissante entrée en scène s’apparentent à quelque cri primaire voué à rallier à ta cause saugrenue une assistance dont le panurgisme égale la Schadenfreude.
- Heu, quoi ça?

 

 

La soirée a été conclue en beauté par un enthousiasmant combat entre le champion Heavyweight, Edge, et le tenant du titre Intercontinental, Rey Mysterio. Comme un avant-goût de ce qu’il allait subir dimanche, Mysterio, après un bon quart d’heure d’acrobaties, a fini humilié : il a asséné son 619 à Edge, sans que ce dernier ne juge utile de vendre le coup. Au contraire, le Canadien s’est relevé dans la seconde et a étalé Rey-Rey d’un méchant spear. Sa prise principale étant ainsi dévaluée, il restait encore à Rey son titre et son si précieux masque… On espère qu’il en a bien profité au cours des deux jours suivants.

 

 


Rhaaa! Tranche-moi la gorge si tu veux mais pitié, ne m’enlève pas mon maaaaasque!

 

 

Les grands moments de cet épisode ont été si bons qu’on passera sous silence le combat féminin par équipes qui vit l’insupportable Layla obtenir un tombé surprise sur la féline championne Melina, ainsi qu’une nouvelle étape de la querelle Khali-Ziggler, qui semble aller tout droit vers un combat à stipulation au Bash. On se plaindra d’autant moins de ce Smackdown qu’on a aussi pu admirer une nouvelle fois Morrison et Benjamin en action l’un contre l’autre, en rêvant à un jour où ces deux-là s’affronteront pendant vingt minutes pour un titre suprême à Wrestlemania… Soit dit en passant, il faut applaudir l’intelligence avec laquelle est conduit le push de Morrison. Comme la semaine précédente contre Umaga, le beau gosse a mis en avant sa résistance et sa capacité à surmonter la douleur, et non pas ses talents de gymnaste, désormais reconnus de tous. Pour apparaître comme un candidat sérieux à un grand titre, il lui faut absolument adjoindre à son image un peu légère cet aspect-là, et il en prend le chemin. Un Last Man Standing ou quelque chose de ce genre au Bash serait le bienvenu.

 

 


Par contre, il sera gentil de rendre sa robe de chambre à McOcee.

 

On est donc arrivé à Extreme Rules avec la quasi-certitude que les trois combats estampillés Smackdown (Edge–Hardy, Mysterio–Jericho et Punk-Umaga) seraient bons, de gros doutes, pour ne pas dire plus, sur les quatre matchs issus de Raw (Orton-Batista, le match à quatre pour le titre de champion des États-Unis, Cena-Big Show et la balade dans la porcherie Vickie-Santina), et un bon pressentiment sur le match à trois pour le titre de l’ECW. Les événements allaient nous donner raison, et c’est notre ami extrêmiste SpanishAnnounceTable qui nous en parle.

 

 


Allez Spanish, lâche ta bière et viens nous raconter Extreme Rules.

 

 

Extreme Rules, le compte-rendu

 

S'il n'y a qu'une chose à noter en guise de bilan à Extreme Rules, c'est sans aucune contestation possible le fait qu'un PPV censé être l'héritier de la tradition hardcore de la ECW de Paul Heyman se déroule sans qu'une seule goutte de sang soit versée. Certains trouveront ça amusant, voyant dans ce constat un signe des temps, d'autres se désoleront d'une navrante trahison d'un esprit qui a changé la face de la lutte professionnelle. Prenez-le comme vous voulez et ne comptez pas sur moi pour vous asséner mon avis pour ma première participation aux Cahiers du Catch.

 

 


C’est pourtant pas faute de lui enfoncer des copeaux de bois dans le dos, mais rien à faire : Jack Swagger étant intégralement constitué de chewing-gum, il ne peut pas saigner.

 

 

A propos de la ECW, justement, quelle que soit votre opinion sur cette grève des lames de rasoir, il est quand même difficile d'imaginer que les fans de la première heure aient été déçus par le Triple Threat Extreme Rules match qui a mis aux prises Jack Swagger, Christian et Tommy Dreamer. Rien d'exceptionnel en soi dans ce match qui a joué la stipulation extrême a minima - mais peut-on vraiment faire le maximum quand les trois participants ne peuvent se permettre une blessure et doivent assurer le show les jours suivants? - mais une affaire rondement menée. Swagger et Christian disposent toujours d’une bonne alchimie entre eux, même si elle semble un peu émoussée et n'atteint plus l'excellence de leurs premières oppositions, et l'ajout de Dreamer à leur affrontement a été intelligemment mené, tant au niveau du build-up (si Dreamer perdait, il devait prendre sa retraite) que du booking même du match. Voir Dreamer choisir comme arme de prédilection lors de cette confrontation la Singapore Cane est évidemment un clin à son glorieux passé au sein de la ECW, car c'est sous les coups de bâton du Sandman qu'il a connu la célébrité. La victoire remportée par l’Innovateur de la Violence a permis à tous les fans de la ECW première mouture de bénéficier d'un vrai «feel good moment», d'autant plus que Tommy l'a célébré avec toute la conviction nécessaire, comme s'il avait battu Triple H dans un main-event de Wrestlemania.

 

 


On reconnaît un vrai catcheur hardcore au fait que quand il décroche une ceinture, il se râpe le front dessus de toutes ses forces.

 

 

Passons maintenant à RAW, histoire de garder le meilleur, Smackdown donc, pour la fin. On a déjà pu le constater depuis le Draft, le show numéro 1 de la WWE s'enlise dans des storylines pas vraiment réussies et des matchs loin d'être des classiques. Ce pay-per-view en est d'ailleurs la parfaite illustration avec un constat assez clair: le meilleur match que le show a proposé était le match des midcarders, le Fatal Fourway entre Kofi Kingston, MVP, Matt Hardy et William Regal. Croyez-moi, ce n’est jamais signe de bonne santé. Un match assez ordinaire en plus, un peu trop court et émaillé de plusieurs prises manquées, mais qui avait au moins le mérite d'être assez rapide dans son rythme et suffisamment incertain pour bien lancer le show et chauffer la salle avec un résultat approprié, à savoir Kofi gardant sa ceinture US.

 

 


Toujours d’humour festive, Kofi continue de danser en tapant dans ses mains pendant que ses trois adversaires s’écharpent.

 

 

Passons rapidement sur le Hog-Pen Match entre Vickie Guerrero et Santino/Santina pour le titre de Miss Wrestlemania. Sérieusement, vous ne pensiez quand même pas qu'un comedy match qui se déroule dans du lisier de porc pouvait être réussi ? Il n'y a rien à en dire d'autre que c'était littéralement un match de merde et rien à en conclure. Hormis peut-être l'acharnement d'une Vickie Guerrero qui n'aura, durant son passage à la WWE, reculé devant aucun angle, aussi dégradant et stupide soit-il. Demeure aussi la question récurrente du catch féminin à la WWE, à savoir: vaut-il mieux assister au spectacle d'une quadragénaire bedonnante et d'un travesti se roulant dans la fange ou à celui de bombasses siliconées se roulant dans du pudding comme par le passé? J'avoue que j'ignore ce qui est le plus pénible aussi bien pour le spectateur que pour ceux qui réalisent la «performance»…

 

 


Arrête Vickie, ce n’est pas bon, c’est du caca.

 

 

Cena / Big Show ne mérite pas beaucoup plus de commentaires. La seule idée du match reposait sur le fait qu'un affrontement avec du storytelling et de la psychologie doit se faire à deux à l'heure. Le combat se voulait intense et il fut… intensément long, surtout que ces deux-là ne font pas vraiment d'étincelles dans le ring ensemble. Big Show a plus que jamais mérité son surnom de Big Slow et Cena s'est fait encore plus d'ennemis à cause d'un énième booking de super-héros. Et le botch sur le final du match (le pied du géant ayant glissé hors des cordes) n'arrange rien à l'affaire.

 

 


En partenariat avec rotten.com, nous vous présentons l’image gore de la semaine: la langue de John Cena. Bon appétit!

 

 

Orton / Batista, placé juste avant dans l'ordre chronologique, ne fut guère meilleur. Pourtant, tout avait bien commencé avec une entame de match de bonne tenue, Randy jouant la carte de l'évasion expresse comme seule échappatoire. L'idée était bonne et le début de match aussi, le principal problème de ce combat en cage était en fait que l’affrontement tout entier tenait dans cette bonne entame, conclue abruptement par une Batista Bomb au bout de seulement huit minutes. Certes, Batista n'a pas eu le temps de baisser de régime, comme il le fait d'habitude, mais bon, c'est le genre de rencontre qui laisse dans la bouche un sale goût d'inachevé, de bâclé même, et à laquelle il manque au moins un bon quart d'heure. Messieurs, la prochaine fois qu'on vous interpellera sur des problèmes d'éjaculation précoce, pensez à la frustration que vous laisse ce match et vous comprendrez tout le sens de ce mot. On apprendra le lendemain que Batista devait se faire opérer du biceps et ne pouvait donc pas livrer un long combat, ce qui explique la courte durée de sa participation à Extreme Rules et la destruction qu’il subira à Raw des mains de la Legacy, suivie de son évacuation en ambulance. Le temps de vendre sa blessure au bras gauche, il soignera en réalité son bras droit. Soit, mais dans ces conditions, était-il bien utile de le faire gagner dimanche?

 

 


Encore un qui s’interroge pensivement sur le booking de la WWE.

 

 

D'un autre côté et comme toutes les semaines maintenant, Smackdown a sauvé la mise. D'abord en tirant le meilleur d'une stipulation toujours pourrie, celle du strap match entre CM Punk et Umaga. Certes, voir ces deux-là jouer aux quatre coins comme dans le préau de la cour d'école (ce qui au passage me permet de faire une pub aussi éhontée que clandestine pour les Chibis wrestlers de Kapaeme ) était loin d'être exceptionnel mais, bon, c'était pas pénible et autant l'avouer, c'était loin, très loin d'être gagné d'avance. Mais les deux hommes ont tiré le meilleur de la stipulation, n'hésitant pas à sortir du ring et à y rentrer sans faire un seul nœud avec les cordes, avant une victoire finale agrémentée un GTS, histoire de détruire la crédibilité de Monster Heel d'un Umaga avant son renvoi.

 

 


Rien n’égale l’intensité d’une partie de deli-delo.

 

 

Puis vint le très bon Chris Jericho-Rey Mysterio, dans un No Holds Barred match qui a tenu toutes les promesses de leur récent affrontement en PPV. L'excellente promo d'avant-match de Jericho, commencée dans le stand de merchandising, a permis de placer le masque de Rey comme l'enjeu principal du combat. Et l'affrontement dans le ring fut à la hauteur du build-up de cette feud qui fait un bien fou au titre intercontinental: parfaite utilisation du move-set de Rey-Rey pour dynamiser le match, contres spectaculaires d'un Jericho toujours aussi exceptionnel en heel, jusqu'à un dénouement inattendu qui voit l'inimaginable arriver: un méchant qui réussit à faire toutes les horreurs qu'il avait annoncées et, surtout, un Rey Mysterio démasqué au milieu d'un ring de la WWE. Aussi inimaginable qu'imprévisible, un véritable enchantement, donc... A noter que Jericho pourra faire ses gorges chaudes de la réaction du Mexicain une fois qu’il lui avait arraché son masque: au lieu d’essayer de casser le tombé qu’il subissait, Rey s’est couvert le visage des mains. La perte du titre était donc pour lui moins importante que celle de son masque, ce qui en dit long sur sa psychopathie (d’autant qu’il a longtemps catché sans masque à la WCW). Les amateurs de Watchmen ne manqueront pas d’évoquer le souvenir de Rohrschach hurlant «Rendez-moi mon visage!» après avoir été démasqué…

 

 


Heureusement que Chris n’a que deux mains, sinon Rey repartait à poil.

 

 

Mais c'est le main-event de Smackdown qui a fait l'événement, sans surprise d'ailleurs, car on ne pouvait pas imaginer un mauvais match de l'échelle entre deux des spécialistes du genre, à savoir Jeff Hardy et Edge. Et ces deux-là ont assuré comme jamais avec une virtuosité rare: beaucoup de moments impressionnants dans un match au rythme parfait. Et c'est vraisemblablement ce qui fait le plus souvent défaut aux matchs à l'échelle: entre les moments où tout s'emballe et où on a l'impression qu'on assiste à une spotfest, et ceux où les athlètes préparent le spot suivant en réalisant d'improbables échafaudages, l'intensité de ce genre de matchs est, en général, très inégale. Mais pas cette fois. Le rythme a été parfaitement maintenu et où on a vu toutes sortes de mouvements: ceux qui étaient prévisibles (une chute commune sur une échelle posée horizontalement à l'extérieur du ring), ceux inattendus (une cage thoracique pulvérisée sur une échelle posée à l'envers), ceux qu'on croyait attendus mais qui se sont révélés inattendus (un magnifique contre en Twist of Fate sur un spear aérien de Edge…).

 

 


Faut avouer qu’un match de l’ascenseur aurait probablement été moins specactulaire.

 

 

Le tout est couronné d'un final à la hauteur où Edge, emprisonné les bras en croix dans une échelle, ne peut qu'assister impuissant à la victoire de Jeff Hardy. Une conclusion parfaite donc, pour un excellent match qui réserve encore une surprise puisqu'à peine le nouveau champion couronné, CM Punk profite de sa fatigue pour encaisser sa mallette en deux temps trois mouvements et récupérer le titre après deux GTS, faisant montre d'un opportunisme qu'on ne lui connaissait pas pour conclure sur une bonne note ce PPV assez inégal.

 

 


Le fan qui brandit depuis deux minutes la pancarte en bas à droite aura une sacrée surprise une fois qu’il l’aura baissée.

 

 

Inégal, ce PPV ne l'est d'ailleurs pas uniquement au niveau de la qualité des matchs. En effet, certains de ses nombreux changements de titre (cinq dans la même soirée, sans compter la couronne de Miss Wrestlemania) laissent sceptique. Si Kofi avait besoin d'une victoire pour consolider son statut et qu'on voyait mal quelqu'un lui prendre sa ceinture (MVP est aspiré vers le haut de la carte, Regal est vieillissant, Hardy est blessé), Batista, surtout voué à une nouvelle absence longue durée pour cause de blessure, n'avait pas besoin d'une ceinture. Dreamer avec la ceinture de la ECW fait sens au niveau scénaristique mais Tommy devrait quand même songer à raccrocher ses bottes de jobber (surtout au moment où des places de General Manager sont disponibles). Quant, à Punk, si son heel-turn se confirme, espérons qu'on lui laisse plus de chances de briller avec la ceinture que précédemment ou qu'à Jeff Hardy.

 

 


Haha, Edge, t’es vraiment un loser, ton règne n’a duré que quelques semaines, pitre!

 

 

Larmes amères à Raw

 

Ce lundi, Raw a été triste à pleurer. Au sens propre comme au figuré. Un Randy Orton hagard a vacillé vers le ring jusqu’au nouveau champion, Batista, qui venait enfin de faire son coming out homo-gérontophile: «I love you, Ric.» Quelque peu déstabilisé par sa propre révélation, l’Animal n’opposait qu’une faible résistance à la Legacy et finissait le bras gauche réduit en charpie, hurlant de douleur sur une civière puis dans une ambulance quittant la salle à tombeau ouvert.

 

 


Animal blessé, vétérinaire triste.

 

 

William Regal prenait la suite, toujours aussi sinistre, pour se faire plier en moins de deux par Kofi et repartir vers les bas-fonds de la fédération. Prochaine étape pour lui : catcher en équipe avec Kendrick, apparemment voué à se prendre déculottée après déculottée face à Goldust, Hornswoggle et maintenant Festus.

 

 


Tu vois ce type Jamie? C’est William Regal. Le laisse pas t’approcher, il a un mauvais karma, il ferait de toi un jobber tout pourri!

 

 

Une qui pourrait bien se mettre à pleurer bientôt, c’est Lilian Garcia, qui présente Kingston, champion des États-Unis, comme «champion Intercontinental». C’est vraiment si dur comme job, annoncer les catcheurs et leurs titres?

 

 


[Voix de Lilian Garcia] Oh! Voici venir le champion WWE et le champion ECW!

 

 

Larmes encore avec un MVP-Matt Hardy qui rappela de très loin l’époque où leur rivalité était fraîche et énergique, il y a deux bonnes années de ça. Entre un Matt toujours aussi dépressif et un MVP dont on n’arrive décidément à comprendre ce qu’il apporte (et putain, il va comprendre un jour que son baaaaallin à la con suivi d’une pauvre descente du coude ne lui rapporte JAMAIS une victoire?), le combat a été bref, mais pas assez à notre goût.

 

 


Franchement, Matt, t’aurais pu au moins baisser le pantalon de MVP avant.

 

 

Mais ce n’était rien par rapport à la mer de désespoir qui allait s’abattre sur la malheureuse Vickie Guerrero dans une séquence si humiliante qu’elle en devint gênante. Huée comme jamais par une foule lobotomisée et sans doute avide de revoir des profanations du catch féminin comme le nullissime combat Maryse / Kelly Kelly (dire que c’était pour le titre…), la veuve courage, encore une fois parfaite tragédienne, a livré une performance de premier plan achevée par une annonce de départ absolument déchirante. Mais elle n’était pas au bout de ses peines… La veille, on s’en souvient, alors qu’elle avait été vaincue par la truie Santina, Vickie avait eu une violente dispute avec Edge, qui lui avait du coup annoncé sa volonté de divorcer.

 

 


Attends, t’es pas comme d’habitude… T’as changé de couleur de cheveux, non?

 

 

Et ce lundi, voilà que le beau blond débarque dans le ring après l’annonce de la démission de son épouse, la laisse croire un instant qu’il va la consoler et revenir sur sa décision de divorce… avant d’abattre sur elle un torrent d’insultes, expliquant qu’il ne l’a épousée que pour son pouvoir, qu’elle l’a toujours dégoûté par sa laideur, que chaque baiser le révulsait et que Dieu merci, le mariage n’avait pas été consommé (en plus d’un an de mariage, ça doit être une sorte de record). Fermez le ban.

 

 


Et en plus, il a dit que mes gigots étaient toujours trop cuits!

 

 

Autant le dire, on a trouvé ça absolument déplorable. S’il était clair d’entrée de jeu qu’Edge l’opportuniste ne s’était marié à Vickie que pour profiter de son statut, et qu’un jour ou l’autre le couple imploserait, pourquoi infliger à la femme Vickie Guerrero une telle humiliation fondée sur des remarques désobligeantes sur son physique? Surtout au lendemain de l’atroce séquence dans la boue, surtout sous les vivats d’une foule ravie qui l’aurait probablement lapidée si elle avait eu des canettes et non des verres en plastique à la main, surtout qu’avec ses talents d’orateur Edge a vraiment fait passer cette scène pour une scène crédible… La morale de cette histoire, la rirette, la rirette, la morale de cette histoire, c’est qu’les hommes aiment les bimbos. Et qu’une femme ne répondant pas aux critères de modelage des Kelly Kelly est tôt ou tard estampillée truie, obèse et sale. Tant que Vince et ses semblables se gondolent…

 

 


Joe le redneck ne pardonnera jamais à Vickie de ne pas être une blonde gaulée comme une guitare.

 

 

Enfin, c’est le spectateur qui versera les dernières larmes de la soirée, de dépit cette fois. Orton a été une nouvelle fois ramené plus bas que terre après la résurrection de Triple H, l’autre Superman de la WWE. Plus rageant encore, l’arbitre qui faisait le décompte dans le rematch pour le titre Orton-Batista, alors qu’il était en train de compter jusqu’à dix pour pouvoir accorder à Randy le titre par forfait, s’est brusquement arrêté de compter au moment où une ambulance est réapparue sur les écrans. C’est dans quelle règle, ça?

 

 


Six… sept… huit… Hey je vois un mec qui bouge au fond de la salle! On arrête tout!

 

 

En tout cas, au temps pour ceux qui rêvaient d’un turn de HHH et une évolution de la storyline. Pour la x-ième fois, l’homme-marteau s’est vengé d’Orton en détruisant la Legacy au passage, en attendant la suite — Cena étant occupé par le Big Show et le Miz, Batista étant sur le flanc, c’est bien entre Randy et Triple que va se jouer la couronne, à moins que le terne MVP ne vienne s’en mêler.

 

 


Psst! Sois un pote, explique-moi ta technique pour rouler des pelles, Stephanie en est toujours pas revenue…

 

 

Histoire de redonner de l’intérêt à ce show misérable, dont on ne sauvera que la victoire des Priceless sur les Colon comme augure de lendemains meilleurs, le Raw de la semaine prochaine durera trois heures et verra non seulement l’intronisation d’un nouveau GM (retour de Stephanie, en attenant Flair?) mais aussi la défense des trois ceintures principales (ECW, WHC et WWE). Il fallait bien ça pour nous inciter à le regarder…

 

 


Allez la Creative Team, la pause-bouffe est terminée, on retourne au boulot.

Batista

Contrairement à ce qui est dit dans l'article, je trouve que faire gagner le titre au buffle Batista fut une bonne chose au final
En effet, voir la Legacy le détruire le lendemain pour récupérer le titre montre que Orton et ses deux chiots sont prêt à tout pour récupérer cette ceinture donc assoie Orton dans son rôle de super heel
Sinon, je demande une minute de silence pour la disparition des matchs par équipes et féminins car là ça devient ridicule à force :S

Alerte Enlèvement!!!!

Alala, quel dommage de voir partir Umaga, pris en train de tirer sur la clope de Kofi, et Mr. Kennedy (Kennedy), accusé d'avoir failli briser l'omoplate de Randy "poupée en porcelaine " Orton. Pauvre Randy! C'est vrai ça! Faut pas pousser! Déjà qu'il galère pour gagner contre Ric Flair, alors si en plus, des vrais lutteurs lui font bobo, comment voulez-vous que le Champion WWE puisse gagner?? C'est un monde tout de même!
Pour en revenir à Kennedy, c'est bien l'un des rares lutteurs qui se dit républicain dont le personnage a un nom de président démocrate! A quand un Shelton Nixon ou JOL pour John Obama Layfield?!
Mais sans blague, où est passé Kane? Depuis le SD! du 1er mai on live from NYC, personne ne sait où il est passé, et pire, tout le monde s'en tamponne. De deux choses l'une. Soit la WWE l'a pommé dans Big Apple (vous noterez le jeu de mot foireux avec pommé et Apple), et dans ce cas, oui bon, c'est vrai que c'est jamais facile de retrouver un type chauve de 2m sur 2m, avec un oeil tout blanchâtre, un ventre gonflé à l'hélium, se balladant torse poil avec un froc noir et rouge sang dans une ville aussi paysanne. Soit Kane s'est enfui de sa cage, méditant sur son passé de dentiste, d'homme masqué, de gros monstre invincible, puis de jobber. Mais qu'il s'agisse d'un enlèvement ou bien une fugue, Kane, si tu lis ces quelques lignes, déjà non malgré ce que j'ai pu écrire, tu n'es pas gros du tout, à peine enveloppé, ensuite, reviens-nous vite! Tout le monde est viré au fur et à mesure, et je ne veux pas voir des Cena-HHH ou des Big Slow-Hornswoggle tout le temps! Je veux mon Gros Monstre Rouge à SD! !!!!

O' Brother

Peut etre prépare-t-il un retour fracassant en compagnie de l'Undertaker... Ou pas.

Il revient bientôt. Il a pris

Il revient bientôt. Il a pris du repos / été écarté faute de storyline.

Darjeling Limited

Tout à fait, et comme la WWE n'avait pas d'idées pour lui pour le moment, il a été envoyé en tournée promotionnelle en Inde ces dernières semaines. Une feud avec Khali à prévoir? Je préférerais le voir manipulé par Jericho pour ses sombres desseins à Smackdown!

Best of RAW

Je pense que le meilleur moment des RAW passés et à venir, ca reste les scenes backstage avec Maryse et son français aux accents canadiens.... :smiley qui bave devant son écran:

La WWE creuse sa propre tombe.

Un PPV très bancal avec de très bons matchs de SD et des trucs abominables pour l'autre roster. C'est pas possible de virer Kennedy et Umaga comme ça, d'en donner que pour les kidz sans verser une seule goutte de sang, de donner le titre à ce blaireau de Tista alors qu'ils savaient qu'il était blessé et qu'il en avait pour 4 mois ! Heureusement qu'il y a Jericho, Edge, Hardy, Mysterio...

Pendez moi!

Souvent, je mate le ppv en live, souvent il faut que je me lève le lendemain, souvent je rate le M-E, souvent je mets du temps à le revoir. En tant que grande fan (grande mark, ok j'avoue...) de Punk, je savais pertinemment qu'il ne fallait pas que je lise ce compte-rendu.... Et comme à chaque fois je le lis quand même. Bye bye surprise.
Quel dommage d'avoir donné le titre au straight edge, la mallette devient juste un passeport pour le titre, avec une durée d'attente plus ou moins longue, c'est vraiment dommage. En revanche, on parle d'un heel turn pour punkinou, ce qui justifierai un peu son titre car un règne moumou du genou comme celui de l'an dernier, non merci! Et ce gros push... Rhaaa rien de tel pour rendre un règne inutile, le champion n'ayant presque plus à se battre, tout lui tombant tout cuit dans la bouche. Je prie, je brûle des cierges et même toute l'église pour que cette fois, les choses soient différentes...

Yay !

5 sur 8 à Extreme Rules, je tiens la forme, moi :-)
Sinon, ce que je retiens :
*
- Un pay-per-view assez inégal, avec des matchs sympas et d'autres moins (qui a dit Hog Pen) ?
- John Cena et Chris Jericho égaux à eux-même, même si c'est malheureusement pas à la même altitude.
- Déçu pour Vickie Guerrero : avec son talent au micro (le top heel, c'était peut-être elle...) et son "aura" (famille Guerrero), je m'attendais à un peu plus de considération...
- DREAMER FUCK THE WOOOOOOOOOOOORLD !!!!! Enfin un peu de respect pour un des plus grands "Extremists" ever ("Thank you sir, may I have another ?"...soupir...) !!!
*
En conclusion :
*
+ Bonne nouvelle : un super article (Bienvenue SpanishAnnounceTable !)
- Mauvaise nouvelle : Triple H est de retour en face...Triple H face...Pourquoi pas Batista champion en 8 minutes et Cena qui bat 2 fois Big Show en 2 pay-per-view, hein ? Non, mauvais exemples...Pourquoi pas Jericho en heel, hein ? Dans le genre aberration (Non, je suis pas maso, pourquoi ?)
*
:-)

Franchement je ne comprends

Franchement je ne comprends pas l'intêret de la WWE de rabaisser Orton de semaine en semaine ...

En vrac

Bon, alors rapidement, le truc qu'a MVP pour moi, c'est un vrai talent pour se sortir des situations foireuses et une discipline à appliquer les ordres lorsqu'il se retrouve dans une storyline qui marche pas.

Le meilleur exemple, c'est le coup de la loosing streak qui était certainement destinée à le punir et qu'il a tellement bien joué au niveau psychologique qu'elle lui a permis d'amorcer un face turn qui ne devait pas être vraiment prévu au départ. Mais on peut aussi citer tous les concours à la con (basket, pizza eating, échecs) de sa feud avec Hardy qui n'étaient pas non plus planifiés à long terme et dont il a réussi à faire de l'or alors que ce n'étaient que des bouche-trous en attendant qu'il se rétablisse de son opération du coeur. On pourrait aussi parler de l'accident qui fait qu'il n'a jamais pu capitaliser sur celui qu'il a battu pour obtenir son premier titre US.

C'est sûr que son face turn qui nécessite un move-set stéréotypée et assez répétitif ne le favorise pas ...

Comediante! Tragediante!

@ Axl et SpanishAnnouceTable

Un compte-rendu au poil! Plusieurs observations me viennent dans mon esprit encore bouleversé par le film Home de Yann Arthus-Bertrand:

1/ Chris Jericho est bien plus qu'un simple démon, j'ai rarement vu un tel heel auquel pourrait s'appliquer cette citation de Georges Bataille:

" De même que l'horreur est la mesure de l'amour, la soif du mal est la mesure du bien."

Jericho dans une maïeutique parfaitement maitrisée sonde le tréfonds des âmes des fans et leur dit le réel en les menaçant d'une soustraction de jouissance (au sens Lacanien du thème)...

Sa critique radicale du système qui le fait vivre va bien au-delà de la construction d'un personnage anti-kidz du style The Miz, il est en quelque sorte le "Bouffon du roi" (VKM en l'occurence) celui qui peut dire la vérité sans risquer pour sa place.

Autrement, Rey Mysterio n'a été démasqué qu'une seule fois à la WCW suite à un combat avec Kevin Nash/ Scott Hall:

http://www.youtube.com/watch?v=0OBjG-Qsz-Y

2/ Que penser de la scène de Vickie? Si son comportement a fait songer aux plus beaux cas d'hystérie sous Charcot, le comportement de la foule amicalement lyncheuse et festive, ne connaissant ni compassion, ni remords fait froid dans le dos... Cela m'a fait penser à une mise à mort sous l'Empire Romain au Colisée. Il en dit surtout long sur l'absence d'empathie, le narcissisme de masse, et l'objectivation à l'œuvre sous le fascisme de divertissement.

http://forum.fnnation.com/showthread.php?t=71057

Cette nouvelle confirme bien les intuitions d'Axl, la storyline a eu des effets réels sur Vickie Guerrero (veuve d'Eddie Guerrero), à la WWE, il n'y a pas de place pour une Susan Boyle... Je conçois bien que nous partageons 95% de notre ADN avec ce charmant animal mais c'est tout de même aller un peu loin dans l'humiliation.

3/ Le heel-turn de CM Punk s'amorce et c'est une bonne nouvelle, ils font ça proprement, même si j'ai l'impression qu'ils veulent lui coller aussi une gimmick "Ultimate opportunist".

4/ Raw est vraiment une tragédie... heureusement que The Miz existe!

La WWE est vraiment une tragédie...

... heureusement que tu existes :D (on prend une chambre?)

Love Hotel

Et si je t'invitais au restaurant végétarien? Comme Nicky Larson?

Citer Lacan et Bataille pour

Citer Lacan et Bataille pour causer catch, voilà qui est surpuissant.

Quant à l'humiliation de Vickie, je ne sais pas si elle est aussi gerbante que celle de Sheik Abdul Bashir à la TNA, renvoyé au vestiaire par une reprise en choeur de l'hymne national américain (ou un truc du genre) après qu'il ait cherché des noises à un GI rescapé d'un attentat d'Al Qaida. La gimmick de vilain musulman venu botter le cul des capitalistes, c'est quand même du haut niveau en la matière.

Y a un débat à jouer là.

A mon avis

En matière de heel anti-américain sur fond d'actualité (en l'occurence le terrorisme islamiste), je crois que rien ni personne ne battra jamais Muhammad Hassan en 2005 (Même si son renvoi avait été beaucoup plus soft).

Ha, un compte-rendu, le

Ha, un compte-rendu, le moment est donc venu de faire ma pub :
http://ombreduz.com/2009/06/09/extreme-rules-2009/

En tout cas, sympa le compte-rendu, bien dans le ton Cahiers. Mais je retiens surtout le pseudo, SpanishAnnouceTable, sachant que je me suis maté de vieux ppv commentés par McMahon y a pas longtemps, c'est la classe.

Shadow of the Z

Bienvenue dans les comments et dans nos liens! Je dois confesser mon ignorance, c'est quoi une table d'annonce espagnole?

Pour moi, ça évoque les

Pour moi, ça évoque les pay-per-view d'antan où, à chaque fois qu'un lutteur passait au travers d'une table, c'était celle des commentateurs espagnols qui prenait.

Punk

ça semble si inconcevable qu'il ne tourne pas heel, le gentil punk?

Oui vu que la WWE a

Oui vu que la WWE a officialisé la rumeur.

Bonne première.

Très bon résumé mais avec un peu moins d'humour que d'habitude.

Par contre, je te trouve très dur avec MVP mais surtout avec la scene Vickie/Edge, elle est délicieuse, tout le monde attendait ça depuis 1 an et demi. Et jouer sur le physique est de bonne guerre; faut arreter de jouer les moralisateurs à tout bout de champ.

Ceci dit, ça reste un très bon papier avec des vignettes hilarentes.

Ca se discute

Primo, on est vachement preneurs d'un papier expliquant le buzz autour de MVP, nous on capte rien à l'intérêt que suscite ce mec.
Après, sur Vickie, t'as peut-être raison, et d'ailleurs elle-même doit être d'accord pour subir ce genre de traitement, mais bon, c'était quand même super lourd, le plan "t'es moche, tu pues, t'es une truie". J'aurais rien eu contre un discours d'Edge expliquant qu'il ne l'a jamais aimée et qu'il ne l'a épousée que pour son pouvoir, agrémenté pourquoi pas de quelques vannes genre "quand on sortait en public, les gens pensaient que t'étais ma mère"; mais là pour le coup j'ai trouvé que ça en faisait un peu beaucoup ("chaque fois que je t'embrassais je devais courir me laver la bouche" etc), surtout au lendemain du cauchemar porcin...

C. Jericho is GOD

"Dont touch me junior, or i'll knock you out"
Cette entrée, cet arrachage de masque parfait, son sourire lorsqu'il brandit ses 2 trophées de la soirée,... Putain quel pied.

What's up?




2009 - 2018
Relax Miz Girl, les CDC ne sont pas morts. Retrouvez-nous dans notre nouveau chez-nous.

Connexion utilisateur

Commentaires récents

Les Vignettes des Cahiers


Merde, j’ai toujours été nul au Puissance 4.


Retrouvez ici toutes nos vignettes !


Quotes of the Cahiers

"I'm gonna leave him in a pile of blood, and urine and vomit."
Brock Lesnar à propos de John Cena

"At 9 am Eastern time tomorrow, the WWE Network goes live. But the problem is you’re all gonna be so overwhelmed by the incredible content available, you won’t be able to turn it off. Adults will lose their jobs and kids will be expelled from schools for lack of attendance. In fact, you’re gonna be so mesmerized by the incredible content of the WWE Network that you won’t even have time to remove the garbage from your houses. Your places are gonna start to stink, rats will move in, and they’re gonna look like bigger pigsties than they already do. Ultimately, the government is gonna come along and condemn your homes and you will all be left homeless defending yourself on the street. Thank you very much."
Bad News Barrett

"He’s twisting him so much his twin brother is getting dizzy !"
JBL commentant un Giant Swing d'Antonio Cesaro sur l'un des frères Uso.

"I think I'm a little too old for you Jerry. I'm 26, I know you like them younger."
AJ Lee, à Raw, s'adressant à Jerry Lawler

"It looks like James Storm has had more partners than Taylor Swift lately, he should probably get tested"
Bad Influence

"Having watched that… I regret the doctors in Canada saving my life.”
Jerry Lawler, après le segment où Mae Young a accouché d'Hornswoggle.

"What's running through John Cena's mind? I don't give a crap what's running through his mind. What's more important is what's running down his leg."
Brock Lesnar

"Yes. Stop sending dumb tweets like this one. RT: @Kid_Antrim Any advice for me?"
Paul Heyman, sur Twitter

"With Kofi Kingston as the Intercontinental Champion, the bar has been lowered. And when the bar’s been lowered, mediocrity becomes acceptable. And when mediocrity becomes acceptable, society crumbles. And when society crumbles, civilization will end as we know it.”
Le Miz, Hell in a Cell

"Can you figure that? She's not able to get a date! I mean, even Natalya is able to get a date!"
Eve à propos de Layla

"I understand that you barbaric buffoons could easily eviscerate me and dispose of me like common trash. However, if you do so, I will not be a victim. I will be a martyr. A martyr for anyone who appreciates a sophisticated mind."
Damien Sandow, à DX.

"Apparently, giants can win the Super Bowl, but not matches at WrestleMania. You’re like ‘The Reverse Undertaker’. Who are you going to lose to this year? The boxer or the sumo wrestler?”"
Cody Rhodes au Big Show

"The Kliq is back, which is kind of ironic because "click" is the noise the audience's remote control makes every time Kevin Nash pops up on their TV screen."
CM Punk

"It's a conspiracy! C... O... N.... Spiracy!"
R-Truth

"I understand that... that Vince McMahon's gonna make money despite himself... he's a millionaire who should be a billionaire... you know why he's not a billionaire? It's because he surrounds himself with glad-handing nonsensical yes-men like John Laurinaitis, who's gonna tell him everything he wants to hear... and I'd like to think that maybe this company will be better after Vince McMahon is dead, but the fact is it's gonna get taken over by his idiotic daughter and his doofus son-in-law and the rest of his stupid family."
CM Punk

"These people are not Jimmies. They are the greatest fans in the world!"
John Cena, à R-Truth qui venait de qualifier le public de Raw de "Little Jimmies".

"Can you imagine if Sheamus wins this thing? I mean, the international ramifications, I mean the buyrate, I’m talking about the demographic change and everything? If Sheamus wins this match, it will be huge, not only for him but for the Smackdown brand."
Booker T., pendant un Title Match opposant le champion poids lourds Randy Orton à Sheamus.

"When I’m done with him, he’s gonna have barbecue sauce fueling out from his belly button like a geyser."
Michael Cole à propos de Jim Ross

"The WWE has gone from the powerful "Austin 3:16" to the dominant and iconic "can you smell what the Rock is cookin?"... all the way to "You can't see me"? You can't see me, what are you, playing peek-a-boo? Believe me, we all can see you. A blindfolded, sleeping, stuck in the basement Stevie Wonder can see your monkey ass. How in the hell do you think we can miss you come out here with your bright ass purple shirt, before that bright green shirt, bright orange shirt like a big fat bowl of Fruity Pebbles?"
The Rock à John Cena

"Jerry Lawler has forgotten more about wrestling than the Miz has ever known."
CM Punk

"If anyone says you can't do something, if anyone says you can't live your dream... Believe them, because you can't."
The Miz

"William Regal did the real work with this young man. Shawn Michaels took $3000 from him, that's all he ever did."
CM Punk à propos de la formation de Daniel Bryan

"I would RKO my own grandmother if it meant keeping this title. And then I'd RKO YOUR grandmother just to see the look on her face."
Randy Orton, à Sheamus

Virgil: - Ted, what are you going to do for protection?
Ted DiBiase, jetant un coup d'oeil à Maryse: - Go to the drugstore.

"Her teeth are going to be like the Ten Commendments after this match: all broken."
Alicia Fox, à propos d'Eve Torres

"Layla is not married. She deserves a good husband. I should marry her before she meets him."
Jerry Lawler

"If I suck, why would a Perry deli – the top Perry deli – name their top-selling sandwich after me? It's called the Swaggie. It smells like freedom."
Jack Swagger

"I realize how much of a starmaking performance I had in McGruber. The reviews have been off the charts. As a matter of fact, they are speaking of a possible early Oscar nomination."
Chris Jericho

"I'm sure your mom's uterus is awesome."
Vicki StElmo à Vladimir Kozlov

"If we were in your era, I'd put a Sharpshooter on you faster than you can put a pair of cheap sunglasses on an ugly kid."
The Miz, à Bret Hart.

"When I look at you I don't see fans. I don't even see people. I see money, money, money, money. Dollar signs, dollar signs, dollar signs, dollar signs. With some of you, a lot of dollar signs because I see a lot of fat people in the audience and I know you paid for two seats. Thank you very much!"
Batista à Raw.

"We are real women with the body that God created us with."
Mickie James, la femme aux implants mammaires en silicone qui explosent dans le ring.

Don Johnson: "This is a mistake!"
The Miz: "Mistake? No. Pink shirts and white suits, that is a mistake."

"One nation under Punk, undivisible, with integrity and sobriety for all!"
CM Punk

Michael Cole: "Our guest at ringside, Marisse. Welcome."
Maryse: "Oh my god, Michael Cole, you vintage nerd. You can't even say my name right. I should punish you and just give you my French kiss."

"If I see you in my match tonight, I'm gonna tear your intestins out and jump rope with it. And that's not all. I'm gonna take my two fingers, I'm gonna dig up your nosedrills and I'll rip your brain out. And I'm gonna put it in a newspaper and I'm gonna smash it against a window."
Mike Tyson à Hornswoggle

Ted DiBiase: "My movie, the Marine II, is superior to the original Marine."
Cody Rhodes: "Ted, my fifth grade graduation video is superior to the original Marine."

"I'm on Raw, you're on Smackdown... Long distance relationships don't work, Chris."
Big Show

Jerry Lawler, après une promo de Maryse où elle a qualifié Melina de "petite poupée": "Did she just say poupée? Do you know what that means in French?"
Michael Cole: "What?"
Jerry Lawler: "I... I can't say it!"

"I respect her. There are a lot of things that she does that I couldn't do, being the size that she is."
Michelle McCool à propos de Mickie James.

"We have MVP on the stage, and PMS in the ring."
Goldust, à propos des divas assemblées dans le ring pendant les Slammy Awards 2009.

"It was kind of like the 300 at the battle of Thermopylae, but with better abs".
John Morrison à propos de la fin de son match à Survivor Series, quand il s'est retrouvé à 1 contre 3.

"Hi, I'm John Morrison, and one time I drove my Lexus 700 miles on a tank full of my own urine."
John Morrison

"I always said if I could put my brain in Andrew’s body he’d be a 20-time world champ."
Edge à propos de Andrew "Test" Martin