Sondage

Cela fait maintenant un mois tout pile que Jinder Mahal est champion de la WWE. Selon vous::

L'Honneur abat sa Super Carte

When it happens like a million
times before
I won't close my mind but I refuse to
open the door

No Use For A Name, A Postcard Would Be Nice

 

Où l'on consultera la carte de l'Honneur, parce qu'il n'y a pas que Mania dans la vie, l'on vérifiera ce qu'elle a de super, l'on se penchera sur le cas Lio Rush, l'on saluera le retour d'une vieille gloire proche du Saint des Saints, et en parlant de seins on n'évoquera pas le décolleté très plongeant de Taeler Hendrix parce qu'on se respecte un minimum.

 

 

Mais on peut mettre une photo d'elle.

 

Nalyse de Supercard of Honor X

 

 

 

Avant de commencer voici la carte du show :

 

 

Match simple

Bobby Fish vs Christopher Daniels

 

Match simple

Roderick Strong vs Moose

 

6-men Mayhem 

B.J. Whitmer vs Dalton Castle vs Adam Page vs Donovan Dijak vs Cheeseburger vs Kazarian

 

Match simple

Kyle O'Reilly vs Matt Sydal

 

Match par équipe de 4

War Machine (Hanson et Howe) et The Briscoes (Mark et Jay) vs All Night Xpress (Rett Titus et Kenny King), Silas Young et Beer City Bruiser

 

Match simple

Adam Cole vs ACH

 

Match simple pour le ROH World Championship

Jay Lethal (c) vs Lio Rush

 

Match par équipe

Motor City Machine Guns (Alex Shelley et Chris Sabon) vs The Young Bucks (Matt et Nick Jackson)

 

 

Un match féminin par équipe eut également lieu en dark match. Mandy Leon et Solo Darling ont battu Amber Gallows et Deonna Purrazzo.

 

 

Chaque année la semaine de Wrestlemania voit plusieurs fédérations indépendantes tenter de s'arrimer au vaisseau WWE afin de récolter un peu d'exposition. Une habitude qui força même un temps la WWE à louer des salles dans la ville recevant Mania afin d'éviter que ses concurrents ne se collent de trop près à elle.

 

2016 ne dérogea pas à la règle. Ainsi, dès le jeudi 31 mars, alors qu'AXXESS ouvrait ses portes, la NWA organisait un show à Fort Worth. Le lendemain c'était au tour du WrestleCon de débuter. À l'image du Comicon, le WrestleCon est une convention de catch qui se déroule sur trois jours et qui accueille divers shows. D'autres fédérations comme EVOLVE ou la SHIMMER organisèrent également des shows.

 

De son côté la Ring of Honor profita de l'occasion pour diffuser la dixième édition de Supercard of Honor le vendredi au Hyatt Regency de Dallas juste avant NXT : Takeover. La fédération de Philadelphie n'en resta pas là puisque des enregistrements TV se déroulèrent le lendemain.

 

Ce programme en deux parties et l'exceptionnalité du week-end peuvent expliquer que la ROH préféra faire un show exhibition plutôt que de se concentrer sur les storylines, même si c'est dans les habitudes de la fédération de se baser uniquement ou presque sur l'action in-ring.

 

Pas de stars japonaises cette fois-ci. Le titre TV étant détenu depuis février par Tomohiri Ishii, il n'est donc pas défendu, tout comme les ceintures par équipes détenues par les War Machine (Hanson et Rowe) qui sont bien présents sur la carte mais dans un match à 4 contre 4.

 

En fait seul le match pour la ceinture principale, le ROH World Championship, a l'honneur d'un match. Encore que son détenteur Jay Lethal, champion depuis le 19 juin 2015 quand même, affronte Lio Rush, le vainqueur du ROH Top Prospect Tournament 2016.

 

 

 

 

Ce tournoi qui réunit les espoirs de la fédération permet habituellement au vainqueur d'obtenir un match pour la ceinture TV. Mais comme Ishii est absent ce soir, le jeune Rush a l'occasion de défier la redoutable figure de proue de la House of Truth.

 

Évidemment, dans ce genre de match, le résultat ne fait aucun doute. On imagine mal un rookie vaincre le champion incontesté. L'important est donc de voir ce qu'il a dans le ventre. Et Lio Rush ne se défend pas trop mal.

 

Certes il a un gabarit plutôt malingre qui lui permet d'être agile et athlétique un peu comme n'importe quel highflyer, mais il montre de l'envie et de la fraîcheur. De plus il s'est montré résistant. En cela il ressemble un peu à un autre catcheur de sa catégorie : ACH.

 

De son côté, même s'il surprend en suivant le Code of Honor (code qui impose en particulier que les catcheurs se serrent la main avant le début du combat) Jay Lethal ne manque pas de rappeler sa position à son adversaire dès qu'il le peut.

 

Mais l'arrogance du champion peut parfois se retourner contre lui. Ainsi, alors que Rush était au sol, tentant de reprendre son souffle après une attaque de son opposant, ce dernier annonça qu'il allait en finir avec le Lethal Injection (son finisher, une sorte de RKO si vous préférez).

 

Mal lui en prit car le challenger le contra, enchaîna quelques droites puis un saut depuis la troisième corde. Le vainqueur du Prospect Challenge parvint presque à obtenir la victoire mais Lethal se dégagea.

 

 

Difficile de savoir qui était le plus acclamé entre le sémillant Lethal et la pétulante Taeler.

 

 

Souhaitant en finir une bonne fois pour toute, Rush commit néanmoins une erreur. Il plaça Lethal sur le turnbuckle, mais c'était prendre un risque considérable. Le champion reprit ses esprits et lui infligea une Lethal Injection depuis le turnbuckle. Juste après il enchaîna avec une deuxième qui s'avéra décisive.

 

Malgré la défaite, Lio Rush reçut les applaudissements de la foule et même les félicitations de Lethal, qui lui serra la main. Il a passé l'épreuve du feu avec brio mais il faudra confirmer ensuite et imposer sa personnalité. Parce que des gars petits et agiles, la scène indépendante n'en manque pas.

 

Champion incontesté depuis trois-cent jours environ, Lethal pris le micro et affirma qu'il n'y avait plus personne pour le battre et que par conséquent il était le meilleur catcheur du monde. Généralement, quand un heel tient ce genre de discours il y a fort à parier qu'une ancienne gloire de la fédération fasse un retour impromptu afin de venir le défier.

 

 

Tire sur mon doigt si tu l'oses manant !

 

 

Ce qui fut exactement le cas puisque Colt Cabana fit son apparition sous les hourras de la foule après cinq ans d'absence. Ancien double champion par équipe avec CM Punk, Cabana, même s'il n'a jamais décroché le titre suprême, a marqué l'histoire de la fédération de Philadelphie. Et ce même si dans les dernières années il était davantage cantonné à un rôle de mid-carder amuseur du public.

 

Bien évidemment l'animateur de podcast n'a pas apprécié les paroles de Lethal et vint le défier histoire de lui apprendre la vie. Mais pour toute réponse il obtint une gifle de Taeler Hendrix. Néanmoins le mal est fait. Reste à savoir si Cabana parviendra à mettre le champion à terre.

 

Un peu plus tôt le show s'était ouvert sur un match mettant aux prises l'ancien challenger au titre TV Bobby Fish au roi des openers Christopher Daniels.

 

 

 

 

Le combat fut bon sans être exceptionnel mais il reste intéressant dans son storytelling. Alors que Daniels s'acharne sur les bras de son adversaire, celui-ci entreprend un long travail de sape à base de soumissions sur les jambes du Fallen Angel.

 

Or l'un des finishers de Daniels est le Best Moonsault Ever, mouvement qui consiste à courir vers le coin du ring, sauter sur la deuxième puis la troisième corde afin d'effectuer un moonsault. Dans la plupart des cas, la victime désignée parvient à esquiver, obligeant Daniels à se réceptionner sur les pieds.

 

Et quand la moitié de the Addiction tenta le BME, ça ne rata pas, Fish esquiva. Habituellement la chute n'est pas trop lourde de conséquence puisque Daniels se retrouve debout sur le ring. Mais après toutes les soumissions infligées sur ses jambes la douleur se fit ressentir, faisant perdre l'équilibre au divin chauve. Fish profita de l'occasion pour remporter la victoire avec une nouvelle soumission.

 

Après le match, le vainqueur fut invité par Kevin Kelly et Steve Corino à rejoindre la table des commentateurs, ce que le membre des reDRagons accepta volontiers puisque le match suivant voyait sa Némésis du moment Roderick Strong affronter le colosse d'ébène Moose.

 

 

 

 

La rivalité entre Fish et Strong date de quelques mois, alors que Strong était champion TV et Fish son challenger. M. ROH pris le dessus sur son adversaire mais jamais de la façon la plus honnête qui soit. Une situation qui a fait germer un sentiment de frustration auprès de l'ancien champion par équipe de la Ring of Honor.

 

C'est pourquoi il soutint ardemment Moose qui, s'il est impressionnant physiquement, est encore limité techniquement, en tout cas pour les standards de la ROH. Malgré tout il reste puissant et ses clotheslines sont redoutables.

 

Comme à son habitude, Strong fait valoir sa ruse et profite de la naïveté de son adversaire pour prendre le match à son compte, tout en s'en prenant à Fish. En effet, alors que le partenaire de Kyle O'Reilly se trouve toujours assis à la table des commentateurs en slip et tout en sueur, Strong se retrouve juste à côté de lui. Moose court alors vers son adversaire avec la ferme intention de lui infliger un big boot en pleine poire.

 

Mais l'ancien champion ROH esquive le coup au dernier moment, obligeant Fish à recevoir le coup de l'héritier d'Ahmed Johnson et d'Ezeckiel Jackson.

 

Heureux du sort de Fish, Strong tente de faire fructifier son avantage avec une superplex mais Moose parvient à briser le compte de trois et frappe son opposant avec un coup de la corde à linge. Il tente alors de poursuivre son effort mais l'arbitre l'en empêche, arguant du fait que Strong s'est protégé dans les cordes.

 

Cette distraction provoque la furie de Fish, qui ne fait pourtant rien pour empêcher Strong de l'emporter. Après le match, Fish fait enfin ce qu'il aurait dû faire plus tôt mais M. ROH parvient à s'enfuir rapidement. Il ne reste alors à Fish qu'à serrer la main de Moose et à le féliciter pour tous les efforts qu'il a déployés.

 

Malgré sa victoire, Bobby Fish repart avec un goût amer dans la bouche, puisque Strong a remporté son match. Il peut néanmoins se consoler avec le succès de son compère Kyle O'Reilly, qui a disposé de Matt Sydal dans un match de bonne facture.

 

 

 

 

Un match curieux car si la qualité in-ring était évidente (O'Reilly et Sydal ont un physique de poids moyen commun sur la scène indépendante mais ça ne les empêche pas d'être légèrement plus talentueux que la moyenne) l'ambiance n'était pas au rendez-vous.

 

Le public de la ROH, pourtant si bruyant au moindre spot, était curieusement absent. Certes, quelques encouragements sont partis des travées mais rien de bien folichon, surtout si on compare avec le 6-man Mayhem qui avait lieu juste avant et que nous évoquerons plus bas.

 

Peut-être est-ce dû à l'absence d'enjeu ? Car il s'agissait d'un match de mid-card, sans background, servant uniquement à remplir les blancs sur la carte tout en contentant les fans. Mais il reste néanmoins qu'il s'agit de deux valeurs sûres habituellement favorites de la foule.

 

O'Reilly l'emporte après avoir contré une tentative de Shooting Star Press de l'ancien Evan Bourne. Il parvient à le mettre à terre avec un head-scissor puis le fait abandonner à l'aide d'une clef de bras. Une belle victoire pour l'ancien membre de Futur Shock, qui a rarement brillé en solo.

 

Autre ambiance pour le 6-men Mayhem, stipulation qui voit s'affronter six catcheurs mais dont seulement deux sont simultanément dans le ring : pour rentrer dans le match il faut faire le tag tout simplement.

 

 

 

 

Les six belligérants sont le partenaire de Christopher Daniels au sein de The Addiction Kazarian, Adam Page, le vainqueur 2015 du ROH Top Prospect Tournament Donovan Dijak, une sorte de Tommaso Ciampa 2.0, (c'est peut-être pour ça que Prince Nana l'accompagne- ledit Prince Nana fut celui qui introduisit Ciampa à la ROH du temps où il dirigeait The Embassy en 2011), l'incroyable Cheeseburger qui continue de vivre le Rêve à l'image de Peter Ridsdale en son temps et le flamboyant Dalton Castle accompagné de ses Boys, deux jeunes danseurs échappés du carnaval de Rio qui furent un temps les sbires de Silas Young (un sympathique gaillard dont nous reparlerons plus loin).

 

Si tu es attentif, cher lecteur, tu auras compté cinq noms : Kazarian, Adam Page, Donovan Dijak, Cheeseburger et Dalton Castle.

 

Le sixième devait être BJ Whitmer. Mais celui-ci arriva en tenue de ville sur le ring accompagné par les membres de la House of Truth Joey Daddiego et la toujours sémillante Taeler Hendrix. Whitmer expliqua alors qu'il n'avait pas spécialement envie de combattre ce soir et qu'il avait vendu son spot à la House of Truth. Par la même occasion il espèrait sincèrement qu'Adam Page perdît.

 

Pour connaître la raison de tant de haine entre les deux hommes, il faut revenir quelques années en arrière. En 2014, Page feuda avec The Decade, une stable réunissant des vétérans comme Jimmy Jacobs, Roderick Strong et Whitmer. Une des particularités de cette stable était de s'en prendre aux jeunes bien sûr mais aussi à ceux qui avaient eu le malheur de quitter la ROH pour une autre fédération avant de revenir dans le giron de Philadelphie.

 

Néanmoins Page fut finalement recruté dans le courant de l'année car il représentait le meilleur de la nouvelle génération. Malgré les nombreux départs, Page et Whtimer continuèrent à faire vivre le clan pendant un temps.

 

Tout se précipita en février de cette année. Whitmer est alors en feud avec Steve Corino et souhaite en finir avec lui. Mais il se trouve que Corino a un allié de poids qui s'avère être, vous l'aurez deviné, Adam Page lui-même.

 

En bref il y a de l'eau dans le gaz entre les deux et Whitmer n'a pas envie de se salir les mains ce soir.

 

 

Difficile de dire si les sifflets étaient adressés au vieux B.J. ou à la belle Tyler.

 

 

Avant d'évoquer le combat, il est nécessaire de préciser un point : dès qu'il y a un match qui réunit plus de trois catcheurs sur un ring à la ROH, vous pouvez être sûr que ça va partir rapidement en sucette. Généralement cela se fait juste avant que sonne la cloche, lorsque les catcheurs sont censés se saluer.

 

Eh bien là ça n'a pas loupé. L'affrontement n'avait pas encore commencé qu'il vira au brawl général. Cette pratique a pour but de montrer qu'il y a de l'action partout dans le ring et aux alentours, mais parfois la réalisation peine à suivre et il y a un risque que ça devienne illisible pour le spectateur.

 

L'arbitre parvient finalement à remettre de l'ordre et Kazarian débute face à Dalton Castle. Et comme à chaque fois que Castle est dans le ring, ça vire au comedy wrestling. Alors certes, le catch ne constitue pas une affaire sérieuse, malgré ce que certains peuvent penser, et Castle est rigolo avec sa gimmick de paon humain (oui oui, un paon humain) mais ça n'aide pas à rentrer dans un match qui était déjà suffisamment perturbé comme ça.

 

Cependant, il faut bien comprendre quelque chose au sujet de Dalton Castle. Certes, il a un personnage humoristique qui cabotine tel le premier Bruce Baron venu, mais il a un talent fou. Du moins son talent est perceptible lorsqu'il se décide à être sérieux l'espace d'un instant sur le ring. Du coup ça devient frustrant car nous tenons peut-être un génie du catch, mais qui risque d'être victime de son propre personnage. Cependant, ça ne l'empêche pas de récolter des pops impressionnantes, si bien que c'est pratiquement le catcheur le plus over du roster.

 

Un autre qui est over mais pas pour les mêmes raisons est Cheeseburger. Il est impensable de le qualifier de catcheur : c'est juste un type normal qui vit le rêve de côtoyer des types baraqués en slip sur un ring. Il est ridiculement drôle et il ne faut absolument pas le prendre au premier degré. Disons qu'il détonne au sein de la ROH et qu'il est là pour apporter une part de frivolité dans une fédération qui est un poil austère par moment.

 

 

Exemple de saut vers l'extérieur du ring A.

 

 

Cheeseburger prend la place de Kaz, et on commence à se demander quand les choses sérieuses vont réellement débuter. Mais même lorsque ni Castle, ni Burger ne sont sur le ring, ça vire au n'importe quoi. Et quand ils sont tous ensemble, ils se mettent des coups dans les parties, ce qui n'aide définitivement pas à rentrer dans le match.

 

Au final Castle l'emporte en faisant le tombé sur Burger. Sans doute frustrés, Donovan Dijak et Daddiego se battent en ringside. Le membre de la House of Truth profite d'une distraction causée par Taeler Hendrix pour abattre son rude adversaire avec une chaise.

 

Un autre affrontement un peu brouillon : le 8 man tag team match mettant aux prises les frères Jay et Mark Briscoe alliés aux champions par équipe War Machine (Hanson et Rowe) contre les All Night Xpress (Rhett Titus et Kenny King) accompagnés par Silas Young (un gros beauf avec une moustache et un slip où il est indiqué que c'est le dernier véritable homme sur Terre, ce qui vous place le bonhomme) et Beer City Bruiser venu avec son fût de bière (ça n'est pas une blague : il est vraiment venu avec son tonneau).

 

 

 

 

Un match là aussi sans véritable enjeu, si ce n'est de voir l'évolution de la relation entre les Briscoes et War Machine. En effet, il faut bien comprendre qu'à la ROH, si une équipe veut se faire un nom, elle doit passer par les frangins bourrins sudistes. Ces derniers ont débuté en 2002 à la ROH, où ils ont remporté les ceintures par équipe pas moins de huit fois (ce qui constitue un record évidemment). À côté de ça, Jay est le deuxième homme après Austin Aries à avoir remporté le titre suprême de la fédération à deux reprises.

 

En clair, ce sont des légendes tandis que War Machine ne fait que débuter sa carrière (Rowe a commencé en 2013, tout comme Hanson).

 

 

Exemple de saut vers l'extérieur du ring B.

 

 

L'association ne connaît aucune turbulence, ce qui permet aux faces de l'emporter, Mark Briscoe faisant le tombé sur Bruiser. Au passage, il faut signaler que malgré son embonpoint, Bruiser est capable d'exécuter un (très lent) suicide dive et un Five Star Frog Splash !

 

Une fois le match fini, Hanson et Rowe défient leurs alliés d'un soir ceinture en main, indiquant peut-être une confrontation future.

 

Et puisque nous parlons de futur, évoquons le match de celui qui forma les Future Shock avec Kyle O'Reilly : Adam Cole BAY BAY !

 

 

 

 

L'ancien champion ROH affrontait ACH. L'affrontement commença doucement, Cole cabotinant comme s'il était un ninja dans un film de Godfrey Ho. Puis le match monta doucement en intensité. Un moment intéressant fut lorsque Cole brisa un compte de trois en saisissant le bras de l'arbitre, le débonnaire Todd Sinclair. Le pauvre hère tenta de se dégager mais l'agresseur s'agrippa fermement alors même qu'il était de nouveau debout.

 

Toujours aussi roublard, Cole alpagua une nouvelle fois l'arbitre tout en donnant un coup bas dans les parties de son adversaire qui se tenait derrière lui. Poursuivant dans son élan, il lui administra un Inverted Neckbreaker qui lui permit de remporter la victoire.

 

Un match anecdotique, à l'image de celui opposant Kyle O'Reilly à Matt Sydal. Mais il faut bien caser les quelques stars de la fédération, surtout que celle-ci en manque cruellement.

 

 

 

 

Ne soyons pas mauvaises langues car du star power il y en a dans le main event qui constitue un match de gala. D'un côté les Motor City Machine Guns (Chris Sabin et Alex Shelley), passés notamment par la TNA (champions à une reprise) et la NJPW (également champions à une reprise) et de l'autre les Young Bucks (Nick et Matt Jackson), eux-aussi passés par la TNA et la NJPW où ils catchent encore au sein de The Elite, sous-groupe du Bullet Club qu'ils ont fondé avec Kenny Omega (les Bucks comptent parmi les rares catcheurs réguliers de la ROH à pouvoir catcher au Japon pour une autre fédération).

 

Les Bucks sont talentueux et sont probablement la meilleure équipe à l'heure actuelle sur le sol nord-américain. Ils sont rapides, techniques, agiles et athlétiques. Enfin ils mettent brillament à profit leur gueule de sales gosses pour paraître les plus arrogants et détestables possible.

 

Mais ils ont cette fâcheuse tendance à enfermer leur moveset dans une gimmick qui les bride et les rend prévisibles. En effet, à l'image de Brock Lesnar et de ses souplesses allemandes, les Bucks sont obligés de réaliser certains coups à outrance.

 

Évidemment chaque catcheur possède toute une panoplie de signatures moves et de finishers, souvent précédés d'un taunt qui les rend identifiables. Néanmoins cela devient ridicule quand vous usez du même geste ad nauseam dans chacun de vos matchs.

 

Ici, il s'agit du superkick que les frères Jackson envoient à toutes les sauces, provoquant les hurlements désagréables de Kevin Kelly (sans déconner il est presque aussi insupportable que Michael Cole). Par conséquent le geste devient banal et perd tout son intérêt quand vous le voyez pour la dixième fois dans le même match. Sans parler de la foire aux spotfests que devient le moindre de leur combat qui rassemble plus de quatre catcheurs sur le ring.

 

 

 

 

En résumé, lorsque les Bucks catchent à la ROH, c'est souvent dans des matchs exhibitions rassemblant moult catcheurs répartis dans deux ou trois équipes. Des matchs où ça part dans tous les sens car les lutteurs se lancent dans une course au spectaculaire sans dégager d'émotions particulières (si ce n'est des « Yeeeaaaahhhh !!! » de la part du public généralement bourré). Alors une fois ça va mais quand ça devient systématique, la surprise disparaît et laisse la place à l'ennui. Et c'est dommage car les Bucks sont très talentueux et ont de la personnalité.

 

Néanmoins il faut noter qu'ils savent se réinventer. Il y a quelques mois, ils ont créé un nouveau finisher qu'ils ont baptisé le Meltzer Driver en hommage au distributeur d'étoiles attitré du monde du catch nord-américain.

 

Ce finish se décompose en trois phases : un des deux frères tient son opposant tête-bêche, pendant ce temps l'autre, placé sur le rebord du ring, prend appui sur la troisième corde afin de sauter sur la victime dans le but de lui écraser la tête sur le sol et, en parallèle, celui qui tient le pauvret accompagne le mouvement en exécutant un piledriver.

 

Heureusement cette fois-ci les Bucks avaient décidé de profiter de l'occasion d'être dans un vrai match par équipe (comprenez un 2 contre 2) et d'avoir un véritable duo en face pour nous donner du catch et de l'émotion.

 

L'affrontement commence doucement avec les traditionnelles provocations des Bucks qui font le tout aussi traditionnel taunt de D-X. Puis les Guns passent à la vitesse supérieure avec quelques prises à deux jusqu'à ce que les ex-Generation Me commencent le festival de superkicks et de double suicide dives.

 

On franchit également un palier lorsqu'un des frères crache sur Chris Sabin. Heureusement l'arbitre s'interpose et parvient à éviter que les choses tournent au vinaigre.

 

La domination des frères se poursuit. Ils tentent alors le More Bang For You Bucks mais les MCMG le contrent. Qu'à cela ne tienne, quelques superkicks et ils se tiendront tranquilles. Pas vraiment car maintenant c'est le Meltzer Driver qui est contré. Nouvelle vagues de superkicks et cette fois-ci le Meltzer Driver passe !

 

 

Le Meltzer Driver.

 

 

Malheureusement les Bucks ne peuvent profiter longtemps de leur victoire chèrement acquise car The Addiction (Daniels et Kazarian) se jette sur eux. Il faut l'intervention des frères Briscoes pour que Nick et Matt parviennent à se dégager.

 

Pas rancunier pour autant, les Guns s'en prennent également à Kazarian et au divin chauve. Ce dernier se prend un superkick final de la part des six hommes.

 

Le show s'achève sur cette note positive. Et comme d'habitude avec la ROH, on en a pour notre argent niveau in-ring mais on peut regretter l'absence de moneymaker. Car ça n'est pas avec un Jay Lethal vs Colt Cabana que la fédération va attirer du monde.

 

 

Alors que Silas Young c'est un homme un vrai !

Erratum

Alors il faut savoir qu'il y avait une 2nde Supercarte de l'honneur, le lendemain de celle racontée plus haut par l'ami Flying Panda.
Je viens de la regarder et elle est bien plus intéressante et spectaculaire.
Rapidement : 4 matchs valent vraiment le détour :
_ un 2 out of 3 fall entre Roderick Strong et Bobby Fish d'une précision technique peu commune.
_ le tagteam championship entre Warmachine et l'équipe Sylas Young/Beer City Bruiser spectaculairement cool.
_ un fatal 4 way tag team pour déterminer les 1st contender qui réunit les Briscoes, les Motor City Machine Guns, The Addiction et les Young Bucks, foire au spot maîtrisée et fun.
_ un No Holds Barred phénoménal qui vient conclure la longue rivalité entre Adam Cole et Kyle O'reilly. Un match "jusqu'au boutiste" d'une violence extrême mais sans bleeding comme on en rêve pour les PPV WWE (salut Lesnar/Ambrose)
*****************************************
en plus le premier affrontement entre Jay Lethal et Colt Cabana en opener (après que Lethal ait humilié Chesseburger)
une démonstration de force de Moose qui annonce qu'il est en train d'être débauché par la NJPW
et deux matchs plutôt sympa entre Donovan Dijack et Will Ferrara d'un côté et Dalton Castle et BJ Withmer de l'autre.
avec en plus des storylines qui avance : vraiment un très bon show.

Notez que je ne vous ai pas donné les résultats des matchs pour ne pas vous gâcher la surprise si vous vous décidez à regarder le show, bande de coquinous !

Très bon article qui

Très bon article qui m'éclaire sur les rivalités en cours d'une ROH que je suis sérieusement depuis quelques semaines maintenant.
Et je dirais que c'est un peu le problème : c'est pas très accueillant pour le néophite. On est rapidement perdu dans cette fédé.
**********************************************
Pour ce show là moi pour une fois j'ai particulièrement apprécié la performance de Jay Lethal en champion odieux qui passe son temps à humilier le rookie.
Pour le reste tout cela manquait d'enjeux même si les matchs sont toujours spectaculaires.
Les Bucks en font toujours des tonnes mais moi je suis plutôt client donc j'ai apprécié le spectacle, surtout très heureux de voire le retour des Motor City Machine Guns.
**************************************************
La ROH a vraiment un roster tag team impressionnant, ils devraient capitaliser dessus.
Malheureusement ils préfèrent visiblement se reposer toujours sur leur partenariat avec la NJPW.
... et Dalton Castle rules !

On va continuer à suivre ça en espérant que la rivalité House of Truth/ Colt Cabana donne quelque chose de mémorable. Mais ça démarre mal, la promo était déjà beaucoup trop longue.

Taeler Hendrix

bon j'avoue j'ai bloqué sur sa robe quand j'ai vu des images d'elle avant cet article ^^ la robe fendue qui moule les seins c'est tjs un succes :p
D'ailleurs j'ai vu des fotos d'elle avant, elle a l'air d'avoir fondu physiquement.
*
Bravo à toi Panda pour avoir reussi à placer godfrey dans ta chronique ^^
*
Concernant la ROH j'avais commencé à regarder un peu quand ca passait sur l'equipe 21 (et mcm avant ca), et même si j'aime bien le principe de feud à l'ancienne, j'arrive pas à accrocher à la fédé. Pas de mecs charismatiques, et surtout on a l'impression que les gars font tous la meme taille. Ca m'a d'ailleurs choqué de revoir cesaro a la wwe et constater qu'en fait il est grand et caisse ^^
J'ai l'impression, les rares fois où je matte roh, de voir des lourds-legers (pas des CW donc). J'ecris ca et en meme temps je lis les commentaire et je vois que badkarma76 à la même impression que moi.

clapclap

Merci Monsieur Panda, une bonne petite review de la ROH, ça ne fait jamais de mal.

Globalement d'accord avec toi sur les matchs présentés, sauf le ME qui m'a un poil déçu (que que j'en attendais probablement un peu trop des MCMG).

J'avoue que je regarde pas vraiment la ROH

J'ai regardé Final Battle la semaine dernière (pour me préparer à Mania, je voulais me mettre dans le bain progressivement) ainsi qu'un ou deux shows hebdos. Donc déjà la moitié des noms me disent grand chose (à part les ex TNA et les très gros noms dont j'ai déjà entendu parlé) mais en plus, en lisant ta nalyse, j'ai l'impression que ça vire souvent au gros bordel dur à suivre, en plus de bloquer certains lutteurs dans leurs gimmicks ou moveset. Ce qui est dommageable parce que du coup ça me donne moyennement envie de m'y intéresser plus (à la fédé en général, pas aux catcheurs). Après c'est peut être mon impression de ta nalyse qui est mauvaise et du coup je vais essayer de faire un effort pour passer outre ma mauvaise première impression.
Un truc aussi qui me "dérange" : les gabarits ultra similaires de la plupart du roster. Il y a des exceptions bien sur mais globalement j'ai l'impression qu'on pourrait prendre n'importe lequel des compétiteurs, lui donner le moveset d'un autre et ça changerait rien du tout ou très peu de chose.
Pour le brawl Dijack/Daddiego, il me semble que ça vient du fait que Dijack faisait partie de House of Truth (j'ai vu justement le show où il la rejoignait) et qu'il a été remplacé par l'autre (il m'a semblé lire ça quand justement Dijack était venu "défié" Lethal après la victoire de ce dernier sur Goto lors du dernier show que j'ai regardé. Ne pigeant pas, j'étais allé voir la composition de la stable pour voir que Dijack n'en faisait plus partie).

Merci pour ton com et pour la

Merci pour ton com et pour la précision sur le cas Dijak.
.
J'ai dû mal m'exprimer mais la ROH ne "bloque" pas ou ne "bride" pas ses catcheurs. Je pense que tu fais allusion à mes remarques sur Castle et les Young Bucks ?
Ils ne sont pas bridés mais disons que je n'aime pas trop leur gimmick (pour le premier, même s'il me fait marrer de temps en temps je ne suis pas fan de comedy wrestling. Mais Castle a du talent et est hyper over) ou leur style de catch trop fou fou (pour les seconds). En fait c'est plus une histoire de goût. Si tu regardes quelques matchs de Castle ou des Bucks peut-être que tu accrochera mieux que moi qui sait ?
.
Les profils sur la scène indépendante sont assez similaires en générale oui, des gabarits moyens hyper athlétiques et techniques. Mais parfois on trouve des gars comme Kevin Steen (Owens à la WWE), Uhaa Nation (actuel Apollo Crew à la WWE), Moose et même Silas Young et son copain au bedon rempli de bière.
Après je pense que c'est surtout parce qu'à la WWE on a longtemps cultivé l'image du catcheur-bodybuilder à peine capable de faire 2 moves (Hogan, Warrior, Luger,...). Du coup on a l'impression que tous les catcheurs devraient être des gros costauds.
.
Enfin c'est normal de ne pas connaître tout le monde au début. Il faut apprendre à les connaître. C'est comme quand tu regardes un nouveau show :)

Je parlais effectivement de

Je parlais effectivement de ce que tu disais sur Castle et les Bucks, j'avais donc pas très bien compris. Le comedy wrestling me dérange pas, je devrait aimer donc Castle surtout s'il est talentueux. Les Bucks je les connaissais de la TNA et j'avais déjà un peu de mal avec leur style "ultra flashy" avec des moves qui sont là que pour faire crier le public (j'ai même l'impression que c'est pire qu'avant). Là encore, heureusement qu'ils sont talentueux parce que sinon ça virerait à la caricature.
*
J'ai commencé à vraiment regardé le catch en 2009 donc les bodybuilders à 2 moves ne faisaient déjà plus vraiment partie du paysage. Mais y avait de la variété dans les gabarits, entre Cena, Mysterio, Taker, Punk, Edge, Hunter etc. Là, y a quelques big guy (et des bien big comme War Machine, Elgin, Moose par exemple) mais ils sont des exceptions. D'où mon impression générale de voir les mêmes mecs s'affronter (j'ai regardé le show hebdo de la semaine et tous les mecs qui ont combattus faisaient tous aux alentours de 6 pieds de haut pour environ 200 livres). Après c'est surement l'adn de la scène indy comme tu dis, faut s'y habituer.

Merci !

Super nalyse, Panda, merci beaucoup !

+1

+100
+1000 !
Jamais vu Colt Cabana sur un ring, ça peut être intéressant ou ça sera genant?

Merci les copains vous êtes

Merci les copains vous êtes des choux à la crème.

Deonna Purrazzo

Je vois qu'elle est en dark match ici. Ça veut dire qu'elle est déjà mise dehors de NXT? Si oui, ça a été rapide. Juste le temps de prendre 2-3 squashs par Emma, Aksana et je sais plus qui.

Asuka ...

et non pas Aksana, malheureux ... ^^
.
Deux fois d'ailleurs, dont une première mémorable qui a duré moins de 10 secondes avec un kick dans la face et un KO direct.
.
Elle avait aussi participé à la bataille royale qui a désigné la n°1 contender il y a quelques mois (bataille gagnée par Carmella).
.
Surprenant en tout cas, je n'ai pas vu passé de nouvelles de sa release. Après, certains talents de NxT ont des contrats particuliers, et notamment le droit d'avoir des bookings indépendants, tant que ça ne rentre pas en conflit avec le calendrier de tapings et house shows de NxT.
.
C'est notamment le cas pour des gars comme Ciampa et Gargano, et également pour Blue Pants du côté des femmes, il me semble.

J'ai honte

Je ne sais même pas comment j'ai pu confondre Asuka et Aksana. J'avais la tête ailleurs, certainement à cause de la tenue de Taeler Hendrix.

What's up?




2009 - 2018
Relax Miz Girl, les CDC ne sont pas morts. Retrouvez-nous dans notre nouveau chez-nous.

Connexion utilisateur

Commentaires récents

Les Vignettes des Cahiers


Merde, j’ai toujours été nul au Puissance 4.


Retrouvez ici toutes nos vignettes !


Quotes of the Cahiers

"I'm gonna leave him in a pile of blood, and urine and vomit."
Brock Lesnar à propos de John Cena

"At 9 am Eastern time tomorrow, the WWE Network goes live. But the problem is you’re all gonna be so overwhelmed by the incredible content available, you won’t be able to turn it off. Adults will lose their jobs and kids will be expelled from schools for lack of attendance. In fact, you’re gonna be so mesmerized by the incredible content of the WWE Network that you won’t even have time to remove the garbage from your houses. Your places are gonna start to stink, rats will move in, and they’re gonna look like bigger pigsties than they already do. Ultimately, the government is gonna come along and condemn your homes and you will all be left homeless defending yourself on the street. Thank you very much."
Bad News Barrett

"He’s twisting him so much his twin brother is getting dizzy !"
JBL commentant un Giant Swing d'Antonio Cesaro sur l'un des frères Uso.

"I think I'm a little too old for you Jerry. I'm 26, I know you like them younger."
AJ Lee, à Raw, s'adressant à Jerry Lawler

"It looks like James Storm has had more partners than Taylor Swift lately, he should probably get tested"
Bad Influence

"Having watched that… I regret the doctors in Canada saving my life.”
Jerry Lawler, après le segment où Mae Young a accouché d'Hornswoggle.

"What's running through John Cena's mind? I don't give a crap what's running through his mind. What's more important is what's running down his leg."
Brock Lesnar

"Yes. Stop sending dumb tweets like this one. RT: @Kid_Antrim Any advice for me?"
Paul Heyman, sur Twitter

"With Kofi Kingston as the Intercontinental Champion, the bar has been lowered. And when the bar’s been lowered, mediocrity becomes acceptable. And when mediocrity becomes acceptable, society crumbles. And when society crumbles, civilization will end as we know it.”
Le Miz, Hell in a Cell

"Can you figure that? She's not able to get a date! I mean, even Natalya is able to get a date!"
Eve à propos de Layla

"I understand that you barbaric buffoons could easily eviscerate me and dispose of me like common trash. However, if you do so, I will not be a victim. I will be a martyr. A martyr for anyone who appreciates a sophisticated mind."
Damien Sandow, à DX.

"Apparently, giants can win the Super Bowl, but not matches at WrestleMania. You’re like ‘The Reverse Undertaker’. Who are you going to lose to this year? The boxer or the sumo wrestler?”"
Cody Rhodes au Big Show

"The Kliq is back, which is kind of ironic because "click" is the noise the audience's remote control makes every time Kevin Nash pops up on their TV screen."
CM Punk

"It's a conspiracy! C... O... N.... Spiracy!"
R-Truth

"I understand that... that Vince McMahon's gonna make money despite himself... he's a millionaire who should be a billionaire... you know why he's not a billionaire? It's because he surrounds himself with glad-handing nonsensical yes-men like John Laurinaitis, who's gonna tell him everything he wants to hear... and I'd like to think that maybe this company will be better after Vince McMahon is dead, but the fact is it's gonna get taken over by his idiotic daughter and his doofus son-in-law and the rest of his stupid family."
CM Punk

"These people are not Jimmies. They are the greatest fans in the world!"
John Cena, à R-Truth qui venait de qualifier le public de Raw de "Little Jimmies".

"Can you imagine if Sheamus wins this thing? I mean, the international ramifications, I mean the buyrate, I’m talking about the demographic change and everything? If Sheamus wins this match, it will be huge, not only for him but for the Smackdown brand."
Booker T., pendant un Title Match opposant le champion poids lourds Randy Orton à Sheamus.

"When I’m done with him, he’s gonna have barbecue sauce fueling out from his belly button like a geyser."
Michael Cole à propos de Jim Ross

"The WWE has gone from the powerful "Austin 3:16" to the dominant and iconic "can you smell what the Rock is cookin?"... all the way to "You can't see me"? You can't see me, what are you, playing peek-a-boo? Believe me, we all can see you. A blindfolded, sleeping, stuck in the basement Stevie Wonder can see your monkey ass. How in the hell do you think we can miss you come out here with your bright ass purple shirt, before that bright green shirt, bright orange shirt like a big fat bowl of Fruity Pebbles?"
The Rock à John Cena

"Jerry Lawler has forgotten more about wrestling than the Miz has ever known."
CM Punk

"If anyone says you can't do something, if anyone says you can't live your dream... Believe them, because you can't."
The Miz

"William Regal did the real work with this young man. Shawn Michaels took $3000 from him, that's all he ever did."
CM Punk à propos de la formation de Daniel Bryan

"I would RKO my own grandmother if it meant keeping this title. And then I'd RKO YOUR grandmother just to see the look on her face."
Randy Orton, à Sheamus

Virgil: - Ted, what are you going to do for protection?
Ted DiBiase, jetant un coup d'oeil à Maryse: - Go to the drugstore.

"Her teeth are going to be like the Ten Commendments after this match: all broken."
Alicia Fox, à propos d'Eve Torres

"Layla is not married. She deserves a good husband. I should marry her before she meets him."
Jerry Lawler

"If I suck, why would a Perry deli – the top Perry deli – name their top-selling sandwich after me? It's called the Swaggie. It smells like freedom."
Jack Swagger

"I realize how much of a starmaking performance I had in McGruber. The reviews have been off the charts. As a matter of fact, they are speaking of a possible early Oscar nomination."
Chris Jericho

"I'm sure your mom's uterus is awesome."
Vicki StElmo à Vladimir Kozlov

"If we were in your era, I'd put a Sharpshooter on you faster than you can put a pair of cheap sunglasses on an ugly kid."
The Miz, à Bret Hart.

"When I look at you I don't see fans. I don't even see people. I see money, money, money, money. Dollar signs, dollar signs, dollar signs, dollar signs. With some of you, a lot of dollar signs because I see a lot of fat people in the audience and I know you paid for two seats. Thank you very much!"
Batista à Raw.

"We are real women with the body that God created us with."
Mickie James, la femme aux implants mammaires en silicone qui explosent dans le ring.

Don Johnson: "This is a mistake!"
The Miz: "Mistake? No. Pink shirts and white suits, that is a mistake."

"One nation under Punk, undivisible, with integrity and sobriety for all!"
CM Punk

Michael Cole: "Our guest at ringside, Marisse. Welcome."
Maryse: "Oh my god, Michael Cole, you vintage nerd. You can't even say my name right. I should punish you and just give you my French kiss."

"If I see you in my match tonight, I'm gonna tear your intestins out and jump rope with it. And that's not all. I'm gonna take my two fingers, I'm gonna dig up your nosedrills and I'll rip your brain out. And I'm gonna put it in a newspaper and I'm gonna smash it against a window."
Mike Tyson à Hornswoggle

Ted DiBiase: "My movie, the Marine II, is superior to the original Marine."
Cody Rhodes: "Ted, my fifth grade graduation video is superior to the original Marine."

"I'm on Raw, you're on Smackdown... Long distance relationships don't work, Chris."
Big Show

Jerry Lawler, après une promo de Maryse où elle a qualifié Melina de "petite poupée": "Did she just say poupée? Do you know what that means in French?"
Michael Cole: "What?"
Jerry Lawler: "I... I can't say it!"

"I respect her. There are a lot of things that she does that I couldn't do, being the size that she is."
Michelle McCool à propos de Mickie James.

"We have MVP on the stage, and PMS in the ring."
Goldust, à propos des divas assemblées dans le ring pendant les Slammy Awards 2009.

"It was kind of like the 300 at the battle of Thermopylae, but with better abs".
John Morrison à propos de la fin de son match à Survivor Series, quand il s'est retrouvé à 1 contre 3.

"Hi, I'm John Morrison, and one time I drove my Lexus 700 miles on a tank full of my own urine."
John Morrison

"I always said if I could put my brain in Andrew’s body he’d be a 20-time world champ."
Edge à propos de Andrew "Test" Martin