Sondage

Cela fait maintenant un mois tout pile que Jinder Mahal est champion de la WWE. Selon vous::

Fajitas, Mezcal et Guacamole

Il n'y a pas de mal qui dure cent ans.

Proverbe mexicain

 

Il est bien loin le temps où SmackDown pataugeait dans la semoule, incapable de prendre ses marques face au Supershow : le programme du vendredi soir est redevenu ce moment enthousiasmant et dynamique rythmant le weekend des fans de la WWE. Pour le plus grand plaisir de McOcee qui nous livre ses sensations dans cette nalyse synthétique d’un show tourné à San Diego et faisant la part belle à ses héros mexicains quasi locaux.

 

 

Conscient que sa petite taille est parfois un handicap pour sa carrière, Rey Mysterio semble avoir trouvé la parade.

 

 

Nalyse de SmackDown du 1er février

 

 

SmackDown en un ;) 

 

En ouverture de show, Booker T réunit sur le ring une poignée d’anciens Champions poids lourds (Sheamus, Khali, Randy Orton et la Team Hell No) et leur annonce que les places dans l’Elimination Chamber ne sont pas acquises. Chacun d’entre eux devra donc impressionner le GM de SmackDown s’il veut en être. Tout le monde a l’air d’accord. Même Jack Swagger qui effectue un retour-surprise et déclare qu’il entend bien s’incruster dans la carte du match en cage.

 

Rey Mysterio & Sin Cara battent la Team Hell No.

 

Le Great Khali atomise Jinder Mahal.

 

Sheamus s’impose par disqualification face à Damien Sandow, après une énième intervention-surprise du Shield.

 

Randy Orton terrasse Wade Barrett.

 

Le revenant Jack Swagger soigne son come-back et exécute Kofi Kingston.

 

En main event, Alberto Del Rio prend le dessus sur Dolph Ziggler.

 

 

Le Makommentaire éclairé

Le show du vendredi est redevenu ce programme dynamique et bien construit, dont l’identité est de nouveau affirmée. Et c’est tant mieux. Depuis la transformation de Raw en Supershow, l’été dernier, SmackDown tâtonnait méchamment et peinait à trouver sa place. Ces temps sont derrière nous. Cet épisode a correctement déroulé son fil rouge autour de la participation des membres du roster de la brand bleue à l’Elimination Chamber qui se profile et offert son lot d’affrontements de bonne facture. Que demander de plus ?

 

 

Encore quelques détails à éliminer et SmackDown retrouvera son lustre d'antant.

 

 

Le match de la soirée

Trois bons matchs ont rythmé cet épisode très agréable, voire véritablement enthousiasmant. En opener, le duo latino a d’abord mis le feu au ring, sous les ovations d’un public de San Diego tout entier acquis à la cause du Master of 619, héros local de cette charmante bourgade colorée et presque mexicaine. J’avoue sans fard marker comme une malade quand ces deux virtuoses évoluent entre quatre cordes. Rey n’a plus vingt ans, mais assure encore comme une bête lorsqu’il s’agit de faire le spectacle. Quant à son acolyte masqué, on ne le reconnaît pas. Son catch est désormais plus précis, plus dynamique, plus consistant. Bref, je les kiffe. Comme le public de San Diego qui a acclamé l’Underdog après l’enchaînement 619 / Splash qui mit fin à la joute.

 

 

À San Diego, les gays ne sont pas à la fête : ils sont obligés de porter un masque s'ils veulent vitre leur amour au grand jour.

 

 

En milieu de show, Jack Swagger s’est rappelé au bon souvenir des observateurs que nous sommes et qui déploraient son absence prolongée des programmes télévisés. Toujours aussi technique, il est venu à bout de Kofi Kingston, chair à canon favorite de la WWE, sur une prise de soumission qui devrait faire à nouveau des ravages sur les rings de Stamford, au terme d’un duel très agréable et disputé sur un excellent rythme. Le Ankle Lock de Swaggy est dans la place, rock on baby ! En revanche, ça pue un peu du cul pour Kofi : le Ghanéen semble s’est encore mangé le plafond de verre de la fédération de Stamford en pleine gueule.

 

 

- Mais quel est ce monde effrayant dans lequel tu me précipites, Jack? J'y vois une fausse blonde péter sur un géant infirme sous le regard narquois d'un nain débile.

- C'est la midcard de SmackDown, Kofi.

 

 

Mais c’est le main event de la soirée qui a offert au public LE match de ce SmackDown. Alberto Del Rio y était opposé à Dolph Ziggler et les deux gars ont délivré aux fans de San Diego un véritable festival de catch. Le Mexicain y est apparu survolté, comme transfiguré par son récent face turn. J’aimais déjà beaucoup le Champion du monde poids lourds en version heel, mais je le trouve carrément bluffant en babyface. Il a notamment survécu à un Dropkick magistral contrant son envol depuis le haut de la troisième corde, avant de s’imposer en faisant taper son adversaire emprisonné dans les filets de sa prise de soumission mortifère. Le tout sous le regard haineux d’une AJ plus frapadingue que jamais en ring side. Une histoire simple, un dénouement attendu, mais un gros kif de dix minutes. Et le match de la soirée.

 

 

Pocahontas avait l'air vachement plus sympa en dessin animé qu'en vrai.

 

 

Les filles

Rien à signaler. Veuillez passer votre chemin, les Divas faisaient relâche ce vendredi, ce qui est assez logique : il n’y a plus assez de combattantes dans le vestiaire ! Du coup, c’est toute la stratégie de la pause pipi des suiveurs qui s’en trouve bouleversée. Heureusement pour les buveurs de bière, les fans à la vessie capricieuse et les petites pisseuses, le Great Khali était dans la place. Et pour ceux qui urinent plusieurs fois pendant un show, les Raw Rebounds offrent toujours de précieux créneaux, tout au long de l’émission.

 

 

L'Inde, l'autre pays de la contrefaçon : après s'être inspiré du Big Show pour ses grandes claques sur le torse, Khali pique la prise de finition de Maitre Yoda.

 

 

La promo

En tout début de show, Booker T a réuni sur le ring le Great Khali, Daniel Bryan, Kane, Randy Orton et Sheamus, tandis que Ziggler, sa meuf et son black faisaient bande à part et les malins en ring side. Et le GM leur a annoncé que, dawg, can you dig it ? la chasse aux places à l’Elimination Chamber était ouverte et qu’il attendait de chacun des prétendants qu’il l’impressionne afin de mériter sa participation au fameux match en chambres d’élimination. Précision de taille : son vainqueur ne remportera pas le titre poids lourds, mais gagnera un title shot à WrestleMania. Sur ce, Jack Swagger a surpris tout son monde en effectuant son come-back télévisé, toujours en mode bad ass, et en affirmant que voilà, maintenant qu’il est de retour, ben il faudra compter sur lui, et pourquoi pas dans la course à la ceinture qui se profile. Booker T a répondu que, ouais, pourquoi pas, dawg, mais on verra.

 

 

Air niais, cheveux sur le langue et regard dénué d'expression: pas de doute, Swagger est de retour.

 

 

Après, Dolph a trop rigolé en disant que lui, il n’avait pas besoin de faire le blaireau ni de risquer sa peau dans une cage vu qu’il a une petite mallette bleue qui lui permet d’obtenir la même chose sans se faire chier comme un con. Alors Booker a déclaré qu’il avait le droit de faire sa flipette pour le prochain PPV, mais qu’il lui faudrait mettre ses couilles sur la table pas plus tard que ce soir, en main event, contre Alberto Del Rio. Et Dolph a crâné en affirmant que même pas peur, puis s’est barré avec sa gadji et son renoi. Et Booker a fait son truc des gros yeux, comme le Bouillon quand il est en colère.

 

 

Le « lol » moment

Les Rhodes Scholars, c’est terminé. Les deux compères ont mis un point d’honneur à le signifier très officiellement à Booker T et à Ted Long. Mais, ils ont tenu à le préciser : si chacun poursuit désormais sa propre route, ils resteront les deux meilleurs amis du monde. Et les ex-partenaires de se serrer dans leurs bras, longuement et chaleureusement. Moi je dis, ils sont homosexuels. C’était en tout cas assez amusant. Sinon, pour les amateurs d’un humour moins subtil et plus direct, un nain débile a dansé comme un con sur le thème musical d’un Indien attardé.

 

 

Le bide, l'autre arme fatale du Mexicain volant.

 

 

Le « what the fuck ? » moment

Lorsque le Great Khali est sur le ring, entouré de son fidèle nain et de sa pétomane attitrée, c’est l’assurance d’avoir quelque chose à se mettre sous la dent au moment de rédiger le « What the fuck moment » du show. Opposé à Jinder Mahal, le Honte du Punjabi a fait honneur à son statut de Ceinture de Plomb : une dizaine de tracteurs collés au cul, un regard aussi expressif que celui d’une truite morte depuis une bonne semaine et une motricité qui fait flipper. Je ne sais pas vous, mais moi, quand je le vois chuter sur le sol, j’ai toujours peur qu’il se brise en mille morceaux. Putain, mais butez-le ! On achève bien les chevaux.

 

 

On a longtemps cru que ça ne pouvait pas être pire. Eh bien si : maintenant, il danse.

 

 

Le « oh my gosh ! » moment

Pendant une bonne partie du show, Alberto Del Rio a attendu son rival colossal sur le parking du stade qui accueillait SmackDown. En civil, menaçant, voire carrément vénère, et avec une barre de fer en main pour lui péter la gueule. Après quelques fausses alertes, le Big Show est arrivé, dans un énorme camion poids lourds, certainement pour mieux rappeler qu’il est très grand, et l’explication entre les deux hommes a pu commencer. Mais elle a rapidement tourné court : après une vitre explosée, et une partie de chat bite autour d’une voiture, le Géant est parvenu à s’enfuir au volant d’un autre véhicule, plantant là le pauvre Mexicain qui aura patienté des plombes pour rien. Tout ça pour ça, serais-je tentée d’écrire. Car si sur le papier, j’aime cette idée de voir deux adversaires prolonger leur conflit en dehors des rings, j’ai trouvé ce segment un peu mou et mal mené. Et puis, lorsque le Big Show se barre en bagnole, son propriétaire ayant gentiment laissé les clés sur le contact, c’est toute mon incrédulité volontairement suspendue qui me hurle « PUTAIN, MAIS C’EST COMPLÈTEMENT CON » à la face.

 

 

Le car jacking aux USA, un phénomène de plus en plus violent.

 

 

L’info en plus

Cet épisode de SmackDown a été tourné à San Diego, charmante et grosse bourgade de 1 300 000 habitants située un peu au sud de Los Angeles, à quelques kilomètres seulement de la frontière mexicaine. Peuplée de quelque 30 % d’Hispaniques, cette ville qui sent le bon les fajitas, le mezcal et le guacamole est tout naturellement bourrée d’influences mexicaines, dans son architecture, sa population, sa gastronomie et ses héros locaux. Rey Mysterio en est un, et a été à l’honneur ce vendredi, en effectuant le tombé sur Daniel Bryan, devant son public de bouffeurs de chili con carne. Plus globalement, grâce à Sin Cara, Alberto Del Rio et Ricardo Rodriguez, ce sont tous les latinos originaires du pays qui a inventé le burrito qui ont été à la fête.

 

 

Le Mexique est un charmant pays. Il faut juste faire attention à sa police, à ses institutions judiciaires et aux plus hautes autorités du pays.

 

 

La suite

Cet épisode très solide et réjouissant a atteint son objectif : donner aux suiveurs l’envie d’en savoir plus. La course aux places à l’Elimination Chamber a débuté et si une carte commence à se dessiner, plusieurs inconnues demeurent, qui constitueront le fil rouge des shows à venir. Le catch, c’est tout de même plus intéressant avec un scénario, fût-il réduit à sa plus simple expression. Ainsi, le Great Khali devrait en être, de même que Randy Orton, Sheamus et Swagger. En revanche, j’imagine assez bien la Team Hell No défendre son titre contre Sin Cara & Rey Rey au PPV qui se profile à l’horizon. Quant à Alberto Del Rio, il devrait poursuive sa feud intense contre le Big Show : le Géant a conclu le show en massacrant Ricardo Rodriguez en backstage, ce qui appelle une vengeance en bonne et due forme. Et une revanche à Elimination Chamber. Bref, mission accomplie pour les bookers : vivement le weekend prochain.

 

 

 

 

 

the swag

j'ai carrément aimé le retour du swag, il nous rappelle qu'il a été WHC et fourni un match de solide face a Kingston. Pas non plus le perdreau de l'année.
-
vivement EC !

Grave!

Ca aurait pu être un peu plus recherché comme retour, mais je suis preneur. Je veux un gros push pour lui putain!

Je suis d'accord avec à peu

Je suis d'accord avec à peu près tout, mais contrairement, j'ai pas aimé le résultat final. Sinon, je déteste lce que la WWE fait à Kofi, j'epsère qu'après mania, kofi aura une chance de monter pour espérer vaguement titiller le main event. Je suis persuadé qu'il en a le potentiel.

Impressionner Booker

Merci pour la nalyse, j'ai bien lolé à plusieurs endroits, et j'ai tout capté quand bien même je n'ai pas vu le show. Ce qui me semble un peu léger, c'est le coup de "il faut impressionner Booker". C'est un peu trop flou à mon sens. Ca se trouve Kofi l'a impressionné dans la défaite. Par ailleurs tu ne dis rien des matchs Sheamus-Sandow (avec intervention du Shield quand même) et Orton-Wade, ils méritent donc seulement de tomber dans les oubliettes de l'oubli oublieux de notre mémoire?
Marrant en tout cas que le vainqueur n'ait le droit qu'à un title shot à EC. Fut un temps où les deux titres étaient en jeu dans les cages et cette année, aucun ne le sera (je me demande d'ailleurs ce qu'il en sera côté Raw)...

Ah ah ah

Je suis d'accord, le coup du "impressionner Booker", c'est super flou. Et quand c'est flou, c'est qu'il y a un loup. Mais à la réflexion, je trouve que ce critère pas très net est pile poil adapté à la WWE, car il permet tout. Pouvoir virer un prétendant ou inclure un underdog au dernier moment, sous un prétexte fallacieux ou tiré par le cheveux, je trouve ça cool d'un point de vue de la perspective scénaristique.
.
C'est vrai que je ne dis rien du match Orton vs. Barrett, ni de l'intervention du Shield, si ce n'est en intro de l'article. C'est discutable, j'en conviens, mais si je ne développe pas le sujet du duel entre la Vipère et Barrett, c'est que j'estime qu'il n'apporte pas grand-chose à la nalyse, ni au show. Le match est loin d'être inoubliable, l'issue était prévisible, rien n'indique que ces deux-là vont feuder... Bref, un simple rappel en début d'article me semblait suffisant.
.
Quant aux trois loustics du Shield, je le reconnais, j'aurais dû leur consacrer un court paragraphe quelque part. Mais tu admettras que cette énième intervention n'apporte pas grand énormément d'eau à leur moulin. Ça leur donne un peu de temps d'antenne, mais est-ce que cela présage d'un bigger plan? Je ne le pense pas. Bref, leur beatdown me parait plus tenir d'une certaine paresse dans le booking et ne constitue pas un élément central, ni même influent, de cet épisode de SD qui s'en serait largement passé. En gros, tu files un jour de congé au Shield, ben l'émission est aussi bonne.
.
Quant au title shot comme enjeu de l'EC, ce n'est pas si inhabituel que cela. C'était déjà le cas en 2008 et en 2011. Et l'expression "fut un temps", concernant une stip née en 2002 ne me semble pas des plus adaptées.

LOL!

Sale meuf va! D'où tu me réponds? Ecrase-toi quand je parle, sinon je te tue à coups de marteau!

Lolera bien qui lolera le dernier

Ah ouais? Ah ouais? Mais si t'étais un homme, un vrai, comme John Cena, c'est ta bite que tu utiliserais, pas un marteau! Pédé.

Tu marques un point

Je vais réfléchir à une parade.

What's up?




2009 - 2018
Relax Miz Girl, les CDC ne sont pas morts. Retrouvez-nous dans notre nouveau chez-nous.

Connexion utilisateur

Commentaires récents

Les Vignettes des Cahiers


Merde, j’ai toujours été nul au Puissance 4.


Retrouvez ici toutes nos vignettes !


Quotes of the Cahiers

"I'm gonna leave him in a pile of blood, and urine and vomit."
Brock Lesnar à propos de John Cena

"At 9 am Eastern time tomorrow, the WWE Network goes live. But the problem is you’re all gonna be so overwhelmed by the incredible content available, you won’t be able to turn it off. Adults will lose their jobs and kids will be expelled from schools for lack of attendance. In fact, you’re gonna be so mesmerized by the incredible content of the WWE Network that you won’t even have time to remove the garbage from your houses. Your places are gonna start to stink, rats will move in, and they’re gonna look like bigger pigsties than they already do. Ultimately, the government is gonna come along and condemn your homes and you will all be left homeless defending yourself on the street. Thank you very much."
Bad News Barrett

"He’s twisting him so much his twin brother is getting dizzy !"
JBL commentant un Giant Swing d'Antonio Cesaro sur l'un des frères Uso.

"I think I'm a little too old for you Jerry. I'm 26, I know you like them younger."
AJ Lee, à Raw, s'adressant à Jerry Lawler

"It looks like James Storm has had more partners than Taylor Swift lately, he should probably get tested"
Bad Influence

"Having watched that… I regret the doctors in Canada saving my life.”
Jerry Lawler, après le segment où Mae Young a accouché d'Hornswoggle.

"What's running through John Cena's mind? I don't give a crap what's running through his mind. What's more important is what's running down his leg."
Brock Lesnar

"Yes. Stop sending dumb tweets like this one. RT: @Kid_Antrim Any advice for me?"
Paul Heyman, sur Twitter

"With Kofi Kingston as the Intercontinental Champion, the bar has been lowered. And when the bar’s been lowered, mediocrity becomes acceptable. And when mediocrity becomes acceptable, society crumbles. And when society crumbles, civilization will end as we know it.”
Le Miz, Hell in a Cell

"Can you figure that? She's not able to get a date! I mean, even Natalya is able to get a date!"
Eve à propos de Layla

"I understand that you barbaric buffoons could easily eviscerate me and dispose of me like common trash. However, if you do so, I will not be a victim. I will be a martyr. A martyr for anyone who appreciates a sophisticated mind."
Damien Sandow, à DX.

"Apparently, giants can win the Super Bowl, but not matches at WrestleMania. You’re like ‘The Reverse Undertaker’. Who are you going to lose to this year? The boxer or the sumo wrestler?”"
Cody Rhodes au Big Show

"The Kliq is back, which is kind of ironic because "click" is the noise the audience's remote control makes every time Kevin Nash pops up on their TV screen."
CM Punk

"It's a conspiracy! C... O... N.... Spiracy!"
R-Truth

"I understand that... that Vince McMahon's gonna make money despite himself... he's a millionaire who should be a billionaire... you know why he's not a billionaire? It's because he surrounds himself with glad-handing nonsensical yes-men like John Laurinaitis, who's gonna tell him everything he wants to hear... and I'd like to think that maybe this company will be better after Vince McMahon is dead, but the fact is it's gonna get taken over by his idiotic daughter and his doofus son-in-law and the rest of his stupid family."
CM Punk

"These people are not Jimmies. They are the greatest fans in the world!"
John Cena, à R-Truth qui venait de qualifier le public de Raw de "Little Jimmies".

"Can you imagine if Sheamus wins this thing? I mean, the international ramifications, I mean the buyrate, I’m talking about the demographic change and everything? If Sheamus wins this match, it will be huge, not only for him but for the Smackdown brand."
Booker T., pendant un Title Match opposant le champion poids lourds Randy Orton à Sheamus.

"When I’m done with him, he’s gonna have barbecue sauce fueling out from his belly button like a geyser."
Michael Cole à propos de Jim Ross

"The WWE has gone from the powerful "Austin 3:16" to the dominant and iconic "can you smell what the Rock is cookin?"... all the way to "You can't see me"? You can't see me, what are you, playing peek-a-boo? Believe me, we all can see you. A blindfolded, sleeping, stuck in the basement Stevie Wonder can see your monkey ass. How in the hell do you think we can miss you come out here with your bright ass purple shirt, before that bright green shirt, bright orange shirt like a big fat bowl of Fruity Pebbles?"
The Rock à John Cena

"Jerry Lawler has forgotten more about wrestling than the Miz has ever known."
CM Punk

"If anyone says you can't do something, if anyone says you can't live your dream... Believe them, because you can't."
The Miz

"William Regal did the real work with this young man. Shawn Michaels took $3000 from him, that's all he ever did."
CM Punk à propos de la formation de Daniel Bryan

"I would RKO my own grandmother if it meant keeping this title. And then I'd RKO YOUR grandmother just to see the look on her face."
Randy Orton, à Sheamus

Virgil: - Ted, what are you going to do for protection?
Ted DiBiase, jetant un coup d'oeil à Maryse: - Go to the drugstore.

"Her teeth are going to be like the Ten Commendments after this match: all broken."
Alicia Fox, à propos d'Eve Torres

"Layla is not married. She deserves a good husband. I should marry her before she meets him."
Jerry Lawler

"If I suck, why would a Perry deli – the top Perry deli – name their top-selling sandwich after me? It's called the Swaggie. It smells like freedom."
Jack Swagger

"I realize how much of a starmaking performance I had in McGruber. The reviews have been off the charts. As a matter of fact, they are speaking of a possible early Oscar nomination."
Chris Jericho

"I'm sure your mom's uterus is awesome."
Vicki StElmo à Vladimir Kozlov

"If we were in your era, I'd put a Sharpshooter on you faster than you can put a pair of cheap sunglasses on an ugly kid."
The Miz, à Bret Hart.

"When I look at you I don't see fans. I don't even see people. I see money, money, money, money. Dollar signs, dollar signs, dollar signs, dollar signs. With some of you, a lot of dollar signs because I see a lot of fat people in the audience and I know you paid for two seats. Thank you very much!"
Batista à Raw.

"We are real women with the body that God created us with."
Mickie James, la femme aux implants mammaires en silicone qui explosent dans le ring.

Don Johnson: "This is a mistake!"
The Miz: "Mistake? No. Pink shirts and white suits, that is a mistake."

"One nation under Punk, undivisible, with integrity and sobriety for all!"
CM Punk

Michael Cole: "Our guest at ringside, Marisse. Welcome."
Maryse: "Oh my god, Michael Cole, you vintage nerd. You can't even say my name right. I should punish you and just give you my French kiss."

"If I see you in my match tonight, I'm gonna tear your intestins out and jump rope with it. And that's not all. I'm gonna take my two fingers, I'm gonna dig up your nosedrills and I'll rip your brain out. And I'm gonna put it in a newspaper and I'm gonna smash it against a window."
Mike Tyson à Hornswoggle

Ted DiBiase: "My movie, the Marine II, is superior to the original Marine."
Cody Rhodes: "Ted, my fifth grade graduation video is superior to the original Marine."

"I'm on Raw, you're on Smackdown... Long distance relationships don't work, Chris."
Big Show

Jerry Lawler, après une promo de Maryse où elle a qualifié Melina de "petite poupée": "Did she just say poupée? Do you know what that means in French?"
Michael Cole: "What?"
Jerry Lawler: "I... I can't say it!"

"I respect her. There are a lot of things that she does that I couldn't do, being the size that she is."
Michelle McCool à propos de Mickie James.

"We have MVP on the stage, and PMS in the ring."
Goldust, à propos des divas assemblées dans le ring pendant les Slammy Awards 2009.

"It was kind of like the 300 at the battle of Thermopylae, but with better abs".
John Morrison à propos de la fin de son match à Survivor Series, quand il s'est retrouvé à 1 contre 3.

"Hi, I'm John Morrison, and one time I drove my Lexus 700 miles on a tank full of my own urine."
John Morrison

"I always said if I could put my brain in Andrew’s body he’d be a 20-time world champ."
Edge à propos de Andrew "Test" Martin