Sondage

Cela fait maintenant un mois tout pile que Jinder Mahal est champion de la WWE. Selon vous::

L’Empire McMahon – La révolution de Vince Jr

Tu quoque, mi fili ?

Vince McMahon l’ancien à notre Vince McMahon à nous

 

Finally, la merveilleuse histoire de la WWE est de retour en Une des Cahiers du Catch, après un premier épisode brillamment traduit par Jayson. Dans ce deuxième chapitre, un certain Vince Kennedy McMahon Junior prend le pouvoir dans la fédération de Stamford, bien décidé à faire voler en éclats le régionalisme en vigueur dans le milieu. On y découvrira entre autres les premiers pas d’une jeune star nommée Hulk Hogan ainsi que la genèse du tout premier WrestleMania. Encore merci au site 411Mania, qui nous autorise à publier la traduction de leur gigantesque fresque !

 

 

Le moteur de Vince McMahon? La passion!

 

 

50 ans d’histoire de la WWE :

la révolution Vince McMahon Junior (1982 – 1985)

 

 

En 1980, Vincent McMahon, Jr. créa une société nommée Titan Sports. En 1982, Vince Junior racheta la WWF à son père, faisant ainsi de Titan Sports la maison mère de la World Wrestling Federation. On pourrait penser que Vince a acquis la fédération de son père à bas prix et facilement, mais rien ne serait plus éloigné de la vérité. Selon les termes du contrat de vente de la Capitol Wrestling Corporation, Vince Junior se devait d’honorer des versements trimestriels aux anciens propriétaires de la compagnie. Un seul paiement manquant, et celle-ci reviendrait immédiatement à ses premiers possesseurs. Vince Senior montrait ainsi le peu de confiance qu’il accordait à son fils, pensant que celui-ci échouerait.

 

Après sa prise de contrôle de la compagnie, Vince McMahon, Jr. mit ses plans à exécution. Il voulait transformer la WWF en la WORLD Wrestling Federation. Le but de McMahon était de faire disparaître le statut régional de la WWF en faisant exploser le Territory System. Le moyen qu’il employa alors peut être qualifié, selon le point de vue, ou bien de stratégique ou bien de plutôt vicieux.

 

Vince commença par diffuser à l’échelle nationale, sur USA Network, un show télévisé nommé All-American Wrestling. Il recevait de la part de promoteurs régionaux de tout le pays des cassettes de leurs plus grandes stars qu’il diffusait dans son show. Si bien qu’à chaque épisode on pouvait regarder aussi bien des matchs de la WWF de Vince McMahon que des matchs de l’AWA de Verne Gagne, de la région Mid-Atlantic de Jim Crockett, du territoire de la Floride de Eddie Graham ou de la World Class Wrestling Championship de Fritz Von Erich. Si vous ne vous y connaissiez pas particulièrement, vous ne réalisiez même pas que le show télévisé était produit par Titan Sports. Ces promoteurs pensaient qu’il s’agissait d’une bonne occasion pour eux. Après tout, avoir les stars de chaque région à la télévision nationale chaque semaine ne pouvait pas être mauvais pour le business, n’est-ce pas ? Dans ce cas précis, ce fut pourtant le cas.  Vince autorisait ces cassettes pour deux raisons seulement. Premièrement, il les utilisait comme un moyen de prospection. Les promoteurs lui donnaient des cassettes de leurs meilleurs performers, or si Vince voulait obtenir un succès national, il devait acquérir les meilleurs athlètes du pays. Quel meilleur moyen employer pour connaître la crème de la crème ? À la manière d’une grande équipe de baseball, il se devait d’espionner ses futurs adversaires. La deuxième raison pour laquelle ces cassettes lui étaient si utiles résidait dans le fait qu’elles familiarisaient ainsi les fans de la World Wrestling Federation avec les meilleurs catcheurs des autres territoires. De cette façon, lorsque Vince signerait ces combattants, les fans les connaîtraient déjà et ils seraient considérés comme des stars avant même leur premier match à la WWF.

 

 

- Te prêter Hulk Hogan pour tes vidéos? Pas de problème Vince, je te fais confiance. Je sais bien que tu n'en profiteras pas pour me rouler dans la farine et imposer la WWF sur tout le territoire américain.

- Merci Verne, tu ne le regretteras pas.

 

 

L’étape suivante de la quête de domination du catch par Vince McMahon est l’invasion des territoires. Et il ne pouvait pas simplement arriver en ville et annoncer de sa plus belle voix de Kevin Nash/Big Stevie Cool : « Nous prenons le contrôle !!! ». Il se serait fait enterrer. Au temps des territoires, lorsqu’un promoteur renégat tentait d’envahir la chasse gardée d’un autre, toutes les fédérations y envoyaient leurs plus grandes stars pour contrer et faire échouer la tentative du rival. Vince connaissait le jeu, et fit alors preuve d’une grande intelligence. Ce qu’il fit demanda beaucoup d’argent, de prise de risques, et de ce que son alter ego Mr McMahon appellerait « des grosses burnes ».

 

 

Guerre cathodique

 

Depuis les premiers jours de la télévision, les promoteurs de catch envoyaient aux chaînes de télévision locales des enregistrements de matchs à diffuser gratuitement sur leurs ondes. De temps à autre, certaines chaînes assumaient en contrepartie les coûts de production des shows de catch. Les promoteurs ne voyaient pas d’inconvénient à diffuser leurs shows gratuitement, puisque cela leur servait de publicité afin d’attirer le public à leurs house shows, fonds de commerce des fédérations de l’époque.

 

Vince McMahon démarcha alors les chaînes de télévision locales de chaque région et leur offrit de les payer pour diffuser ses programmes. Il voulait que ses shows occupent les cases horaires réservées aux shows locaux. Ce fut un coup extrêmement malin. Si les fans de St Louis étaient habitués à regarder Wrestling at the Chase tous les samedis matin à 10 h, Vince savait qu’il aurait de bonnes chances de conserver cet audimat s’il reprenait cette case horaire. Si son show venait à être diffusé un autre jour ou à un autre horaire, les fans de catch de St Louis ne le remarqueraient probablement même pas.

 

Avant de s’attaquer aux organisations régionales concurrentes, il essaya toutefois d’en acheter autant que possible. Certaines, comme la Stu Hart’s Stampede Wrestling, vendirent leur territoire à Vince. D’autres se refusèrent à McMahon. Un vieux dicton affirme que « si tu ne peux pas les battre, joins-toi à eux ». La conception de Vince de la domination du catch précisait, elle : « si tu ne peux pas les acheter, détruis-les ». Parmi les plus grands promoteurs régionaux, Verne Gagne sembla devenir l’ennemi public numéro un de Vince McMahon. Même Vince Senior vit ce qui allait advenir et conseilla à ses amis de vendre leurs actions de la AWA. Il envoya ce signal d’alarme près d’un an avant que son fils ne signe Hulk Hogan.

 

 

Le plus grand fou rire de mon existence? C'est le jour où Verne m'a dit qu'il faisait confiance à mon fils.

 

 

À la AWA, Vince acquit Bobby Heenan, Jesse Ventura, David Schultz, Mad Dog Vachon, Gene Okerlund et Hulk Hogan, entre autres. Au Texas, il prit the Fabulous Freebirds. Il signa Junk Yard Dog du Mid-South. La Georgia Championship Wrestling fit ses adieux à des athlètes tels que King Kong Bundy et Jake « The Snake » Roberts. Jim Crockett perdit Ricky Steamboat, Roddy Piper, Bob Orton Jr. et Greg Valentine. D’autres stars venant de tout le pays débarquèrent à la WWF, telles que Paul Orndorff, Sgt. Slaughter, Randy Savage, the British Bulldogs, Mike Rotundo, Barry Windham et Brutus Beefcake.

 

 

La naissance de la Hulkamania

 

Le 26 décembre 1983, Bob Backlund abandonnait le titre à l’Iron Sheik après que le manager du champion eut jeté sa serviette en signe de soumission, l’Iron Sheik ayant emprisonné Backlund dans sa Camel Clutch si redoutée. Tout était en place pour que Vince McMahon impose le WWF Champion de son choix. Hulk Hogan était le type parfait de catcheur, pour Vince. Il était « larger than life », avait de gros muscles, possédait plus de charisme qu’aucun autre catcheur avant lui, et était connu des non-amateurs de catch grâce à son rôle en tant que « Thunderlips » dans le film de Sylvester Stallone Rocky III. Vince Junior savait dès le début des années 1980 que Hulk Hogan serait LA star qui révolutionnerait l’industrie du catch.

 

Hogan était plus qu’heureux de quitter le Minnesota pour New York. À cette époque le Hulkster était le face le plus populaire de la AWA, et probablement de tout le milieu. Son personnage était systématiquement dupé après avoir en apparence gagné le AWA World Title. Le Californien était de plus en plus frustré de la politique qui se tramait en coulisse de la AWA. Pour ne pas arranger les choses, lorsque Verne Gagne accepta finalement de céder aux suppliques des fans et donna la ceinture à Hogan, il réclama à celui-ci un pourcentage sur ses gains lorsqu’il travaillait au Japon.

 

Une des conditions à remplir pour que Hogan vienne à la World Wrestling Federation était que la ceinture lui soit presque immédiatement donnée. Après la perte du titre de Backlund face à l’Iron Sheik, Vince Senior voulut organiser un rematch Backlund vs Sheik au Madison Square Garden. Pressentant que le titre ne lui serait pas donné comme promis, Hogan s’en remit au jeune McMahon. Lors du show télévisé de la semaine qui suivit, il fut annoncé que Backlund n’était plus en état de participer à un rematch. Hulk Hogan remporta donc contre l'Iron Sheik son premier WWF World Championship devant un Madison Square Garden complet, le 23 janvier 1984.

 

 

Le moment qui bouleversa le cours de l'histoire de la WWF.

 

 

La tentative de Vince Senior de redonner la ceinture à Bob Backlund n’est pas la seule anecdote croustillante que l'on connaît au sujet de ce match. Verne Gagne, réalisant soudain que Vince Junior n’était pas seulement sur le point d’organiser des shows de catch sur son territoire, mais qu’il allait en plus le faire avec les catcheurs que Verne lui-même avait rendus célèbres, offrit 100 000 $ à l’Iron Sheik pour casser la jambe de Hulk Hogan pendant le match, et ramener la ceinture du titre mondial WWF au Minnesota. En dépit de sa loyauté envers Verne, qui l’avait aidé à se lancer dans le business, le Sheik décida de rester fidèle à Vince McMahon et à la WWF, grâce à qui il gagnait beaucoup plus d’argent.

 

Hogan et le groupe des Superstars du catch de la WWF voyagèrent de ville en ville, et de région en région. Les fédérations locales n’avaient aucune chance. Une par une, elles disparurent lentement, à l’exception de la Jim Crockett Promotion. En un sens, on peut dire que la WWF aida sans le vouloir la Crockett’s Mid Atlantic Promotion à devenir la deuxième compagnie sérieuse à tourner sur le territoire national. Au cours de sa prise de contrôle, en avril 1984, McMahon acheta la Georgia Championship Wrestling pour 750 000 $. Selon les termes du contrat, la WWF obtenait l’accès au créneau très prisé de 18h05 le samedi soir, sur la chaîne WTBS. En juillet 1984, la Georgia Championship Wrestling avait disparu et la WWF avait pris sa place. Il se trouve qu’à la différence de la Georgia Championship Wrestling qui présentait des shows hebdomadaires en direct, les shows de la WWF étaient constitués de matchs préenregistrés. L’auditoire habituel de la GCW ne voulait pas de la WWF, trop orientée divertissement, et lui préférait les shows plus sportifs auxquels ils étaient habitués. Grâce aux protestations des fans, la WTBS donna un créneau à Jim Crockett, le samedi matin. Non seulement la WWF constata alors la baisse rapide de ses audiences en prime time, mais elle vit également le show du samedi matin de Jim Crockett obtenir des ratings de plus en plus élevés. Vince se rendit rapidement compte que son créneau horaire constituait une perte sèche pour sa compagnie, et le vendit à Jim Crockett pour 1 000 000 $. Dès lors, les fans de tous les États-Unis purent admirer chaque samedi soir en prime time les stars de Jim Crockett, comme entre autres Dusty Rhodes, Magnum T.A., Tully Blanchard et Ric Flair.

 

 

Tu la vois celle-là, Hulk? Ben tu l'auras pas!

 

 

WWF et Star System : la Rock’n Wrestling Connection

 

Bien que les tentatives de Vince de conserver le monopole complet de la diffusion de catch sur la télévision câblée avaient échoué, il lui restait encore quelques tours dans son sac pour asseoir sa domination du business. Hulk Hogan était reconnu comme la force majeure de sa compagnie. Les télévisions diffusaient ses shows dans le pays entier. Il possédait les plus grandes stars du pays. Il était désormais temps d’en informer le grand public. Pour cela il effectua un véritable retour aux sources. En effet, bien que la plupart d’entre nous connaissent Vince en tant que promoteur exceptionnel de shows de catch, bien peu savent qu'il a en fait débuté sa carrière en organisant des concerts de rock. Il utilisa ses connaissances musicales et ses connaissances catchesques pour créer une storyline qui élèverait la WWF au rang de phénomène de la pop culture : la Rock’n Wrestling Connection.

 

Cindi Lauper, immense pop star des années 1980, s’était liée d’amitié avec Captain Lou Albano après leur rencontre dans un avion. Il apparut même dans le clip de son tube Girls Just Wanna Have Fun, où il jouait le rôle de son père. Vince McMahon, à qui elle fut présentée, conclut un accord avec son manager et petit ami David Wolfe pour amener Lauper à la WWF. La storyline débuta dans le sulfureux talk-show « Piper’s Pit ». Lors de ce segment, Albano, qui était pourtant présenté comme son ami, s’attribua tous les mérites du succès et de la popularité de Lauper, qui était à cette époque une très grande star, presque au même niveau que Madonna. La rupture entre Lauper et Albano résonna à travers tout le business. Cindy Lauper décida de battre Albano sur son propre terrain : le management. Elle annonça qu’elle encadrerait Wendi Richter, une catcheuse texane extrêmement jolie, lors de son combat contre la détentrice du titre féminin depuis vingt-huit ans : The Fabulous Moolah, dont le manager ne serait nul autre que Captain Louis Albano.

 

L’affrontement fut programmé le 23 juillet 1984, lors de The Brawl To Settle It All. C’était la première fois que la WWF proposait un match féminin en main event de l’un de ses événements. Bien que le show, lors duquel était également prévue une défense de titre de Hogan et une bataille royale, fut celui qui connut le moins d’affluence au Madison Square Garden cette année-là, il rencontra un écho important, car il était diffusé en partie sur MTV au cours d’une émission spéciale. Après cette soirée, la WWF ne fut plus considérée comme une simple fédération de catch. Elle devint « the place to be » pour les célébrités et les sportifs de tout le pays. À chaque show, on remarquait des stars d’Hollywood ou des athlètes comme Dave Winfield au premier rang. Les médias grand public commencèrent également à s’intéresser au phénomène. Les meilleurs moments des shows majeurs de Vince étaient diffusés sur les chaînes sportives, lors des informations de 22 h ou 23 h. Même le célèbre show George Michael’s Sports Machine diffusait les meilleurs moments de la WWF. Les catcheurs de la fédération de Stamford se montrèrent sur MTV. Ils étaient présents dans les colonnes des plus grands magazines. Plus fort encore, « Sports Illustrated » couvrit le catch et publia une photo de Hulk Hogan en première page. La WWF avait même son propre dessin animé.

 

 

Les 80's, les années que personne n'arrive à vraiment regretter.

 

 

La WWF capitalisa sur sa renommée soudaine. Grâce à la stratégie marketing et au buzz médiatique monumental créé par le génie Vince McMahon, la WWF était en passe de devenir une usine à merchandising. Si on pouvait mettre un nom ou un visage sur quelque chose, la WWF le faisait. Ils vendirent de tout, depuis les plateaux-repas jusqu’aux t-shirts, en passant par des figurines de catcheurs. Ils créèrent même les vitamines Hulk Hogan (stéroïdes non inclus). Et le Hulkster devint la tête de gondole de produits tels que les cannes à pêche Ugly Stick ou les déodorants Right Guard.

 

 

La naissance de WrestleMania

 

La machine WWF traversa les années 80 à toute allure. Toutefois, en 1985,  Vince McMahon fit un pari risqué qui pouvait ou bien transformer la World Wrestling Federation en un géant marketing et médiatique du divertissement sportif, ou bien mener la WWF à la faillite et briser son rêve de devenir le roi de la discipline. Selon la légende, c’est alors qu’il était en vacances (qui aurait cru qu’un tel drogué de travail eût un jour pris des vacances ?) que Vince McMahon eut la vision d'un super show de catch qui s'appellerait WrestleMania.

 

Pour ceux qui ne s’intéressent pas à l’histoire du catch, Vince serait avec WrestleMania le créateur du concept de « super carte », mais cette affirmation ne saurait être plus éloignée de la réalité. Durant les années 70, en effet, il avait déjà organisé plusieurs Showdown at Shea et les Crocketts présentaient déjà The Granddaddy of them All Starrcade. Même la World Class Championship Wrestling avait sa propre super carte nommée The David Von Erich Memorial Parade of Champions, avant que les plans de WrestleMania ne soient élaborés. Mais bien qu’il n’ait pas créé le concept de super carte, il le porta à un tout autre niveau.

 

Le premier WrestleMania eut lieu le 31 mars 1985, au Madison Square Garden. Le pay per view était une toute nouvelle expérience au sein du monde sportif, mais la WWF attendrait encore un peu avant de se lancer sur ce marché. Pour les fans qui n’avaient pu se procurer une place dans un Madison Square Garden bondé, la WWF organisa des diffusions en circuit de télévision fermé. Alors que le show affichait complet au MSG, c’étaient ces ventes-là qui feraient, ou briseraient la WWF. Vince réserva alors deux cent stades dans toute l’Amérique du Nord pour y diffuser l’événement. Une semaine avant l’évènement, les préventes étaient catastrophiques. WrestleMania semblait se diriger tout droit vers l’échec. En raison des mauvaises ventes, soixante-dix stades annulèrent le programme. Au cours d’un dernier push médiatique, Vince McMahon envoya Hulk Hogan et Mr T. promouvoir le show dans l’émission Late Night with David Letterman ainsi qu’au Richard Beltzer Show (ce dernier passage étant resté célèbre grâce à la blessure bien réelle qu’infligea Hogan à Beltzer en lui portant un Front Facelock). Ils furent également en promotion au Saturday Night Live, la nuit précédent le show. Et soudain, WrestleMania devint le programme auquel tout le monde voulait assister.

 

 

Faut dire aussi qu'il était sympa, ce remake de Rocky III.

 

 

Les ventes de tickets ne constituèrent pas le seul problème rencontré sur la route menant à WrestleMania. D’autres, et non des moindres furent posés par la plus grosse star médiatique du show : Mr T. Depuis ses apparitions dans Rocky III et la série The A-Team, Mr T. avait acquis une réputation de gros dur. Le jour de Mania, Mr T décida de tout annuler, par peur que quelque chose se passe mal et que son image en prenne un coup. L’autre souci était qu’il était un acteur, et non un catcheur ou même un joueur de football. Il était juste un acteur musclé, rien de plus, rien de moins. Les catcheurs lui en voulaient d’occuper le main event alors qu’il ne faisait pas partie du business. Dans son contrat, il était précisé que Roddy Piper et Paul Orndorff devraient le mettre over. Alors que la date approchait, ni Piper ni Orndorff ne souhaitaient faire le job. À la rigueur, Orndorff avait accepté de subir le tombé de Hogan. À leur crédit, il faut préciser que Piper et Orndorff restèrent très professionnel, et ni l’un ni l’autre ne firent passer Mr T pour un jobber. Piper se permit juste de l’embarrasser un peu en début de match en lui portant quelques prises de lutte traditionnelle.

 

WrestleMania proposait neuf matchs, mais seuls trois d’entre eux étaient réellement attendus du public. Chacun de ces trois matches principaux avait bénéficié d’un excellent build-up. De plus, à la différence des matchs de PPV d’aujourd’hui, chacun d’entre eux avait été construit depuis des mois, et non depuis quelques semaines. Les trois feuds principales qui menèrent au premier WrestleMania de l’histoire opposaient André the Giant à Big John Studd, Wendi Richter à la WWF Women’s Champion Lelani Kai, et, en main event, Hulk Hogan et Mr T à Roddy Piper et Paul Orndorff.

 

 

Une chose n'a pas changé en cinquante ans d'histoire. Les Divas? Tout le monde s'en fout.

 

 

La feud entre André et Studd était simple. André était le béhémoth du catch, et du haut de ses 2 mètres et quelques, John Studd prétendait qu’il était lui-même le vrai géant de la discipline. La rivalité entre les deux était naturelle et depuis le début des années 1980, ils s’affrontaient encore et encore. Leur feud grimpa encore d’un cran en décembre 1984, lorsque Ken Patera et John Studd s’opposèrent à André The Giant et S.D. Jones dans un match enregistré pour le show hebdomadaire. Alors que Studd et Patera venaient de porter un Double Body Slam sur André, leur manager Bobby « The Brain » Heenan leur donna une paire de ciseaux avec laquelle ils s’employèrent à couper les cheveux du géant. Durant les semaines qui suivirent, Studd, Patera et Heenan paradèrent en exhibant des petits sacs remplis de ses cheveux. À n’importe quelle occasion, le trio clamait qu’il avait terrassé le géant. André eut droit à une petite vengeance lorsqu’il battit Ken Patera par disqualification lors d’un house show historique (historique, car il vit les débuts de Bret Hart, qui battit René Goulet) au Garden le 21 janvier 1985. Un match fut donc signé pour WrestleMania entre André The Giant et John  Studd. Ce ne fut pas un match ordinaire, car puisque Studd clamait que personne ne pourrait lui porter un Body Slam et offrait 15 000 $ à quiconque pourrait relever le défi, un $15.000,00 Body Slam Challenge fut organisé. Les fans furent alors plus emballés par cet angle que par n’importe quel Masterlock Challenge actuel. Si André ne réussissait pas, alors il devrait prendre sa retraite des rings.

 

 

- Je suis LE Géant de la fédé.

- Non! JE suis LE Géant de la fédé!

 

 

Bien qu’elle eut battu The Fabulous Moolah pour la ceinture, en juillet 1984, la guerre entre Richter et Moolah n’était pas terminée. Lors d’un house show au MSG en février, Wendi Richter mit en jeu sa ceinture contre Lelani Kai, managée par The Fabulous Moolah. Vers la fin du match Moolah frappa Richter à la tête. Lelani Kai couvrit Richter pour le pin : une nouvelle championne était née. Au cours des semaines précédant leur revanche à WrestleMania, Richter n’eut de cesse de clamer avec son accent du Texas qu’elle n’avait pas perdu son titre face à une femme, mais qu’il en avait fallu deux pour la terrasser. La feud entre Moolah et Richter, qui durait depuis 9 mois, se réveillait à nouveau.

 

Les graines du main event de WrestleMania furent plantées au cours du mois de juin précédent, dans le fameux Piper’s Pit au cours duquel Lou Albano était confronté à Cindy Lauper. Pendant le house show de décembre au MSG, la WWF célébrait la réconciliation de Lauper et Albano. Pendant une cérémonie durant laquelle un award serait remis à Lauper pour son implication, tandis qu’elle offrirait à la compagnie une copie de son premier disque de platine, Piper s’approcha du ring. Après s’être moqué de tout le monde, Piper attaqua. Il fracassa le disque de platine sur la tête d’Albano, et dérouilla le manager/petit ami de Cindy, David Wolfe. Il voulut s’en prendre à Lauper, mais avant qu’il ait pu attaquer, Hogan s’interposa. La confrontation Hogan/Piper était lancée.

 

 

Que ceux qui maudissent la coupe de cheveux de Kaitlyn remercient le ciel de ne pas être nés vingt ans plus tôt.

 

 

Pour la petite histoire, ce show est resté dans les mémoires grâce à une interview de « Dr D. » David Schultz par le journaliste John Tossel, réalisée dans le cadre d’un reportage du journal télévisé 20/20 sur la World Wrestling Federation. À une époque où les catcheurs « protégeaient » le business, Stossel demanda à Schultz si le catch était « pour de faux ». Dr D. répondit en frappant Stossel à l’oreille à plusieurs reprises.  Celui-ci poursuivit Schultz et la WWF en justice pour lui avoir causé une diminution permanente de ses capacités auditives. Shultz fut viré quelque temps plus tard, mais son renvoi semble plus lié à l’agression de Mr T lors d’un house show à LA qu’à celle de John Stossel.

 

La bataille entre Hulk Hogan et Roddy Piper allait avoir lieu à The War To Settle It All, qui fut diffusé en live sur MTV, le 18 février 1985. Lors de cette même soirée, Wendi Richter perdit le titre féminin face à Lelani Kai. En bas de la carte, Jimmy Snuka battit le « Cowboy » Bob Orton en lui infligeant un Sunset Flip. Peu de temps avant la fin du match, alors qu’Orton chargeait Snuka, celui-ci esquiva. Orton heurta le turnbuckle et se cassa le bras gauche. La blessure était réelle, et la célèbre gimmick du plâtre de Bob Orton était née.

 

Le Hulkster fut accompagné à son match contre Roddy Piper par tout un groupe de personnes parmi lesquelles David Wolfe, Cindy Lauper et Lou Albano. À la fin de la rencontre, alors que l’arbitre était assommé et que Hogan était à terre, Roddy Piper et Paul Orndoff s’acharnèrent à deux sur Hogan. Cindi Lauper, qui était montée sur le ring pour protester contre l’attaque des heels fut alors prise pour cible. Mais alors qu’ils s’approchaient lentement vers une Lauper prise au piège, Mr T, qui était au premier rang, sauta la barrière et fit descendre Lauper du ring avant de se faire tabasser par Piper et Orndoff. Mais Hogan finit par se remettre sur pieds, et les deux stars de Rocky III finirent par repousser les heels.

 

 

My name is Mister T, and I'm telling you : hors de question que je combatte un mec qui porte une jupe.

 

 

Durant les six semaines menant à WrestleMania, la WWF diffusa des segments qui montraient les deux équipes s’entraîner pour leur match. Piper et Orndoff ne cessèrent de provoquer Mr T. L’un des incidents les plus mémorables eut lieu au Piper’s Pit lors duquel Piper et Bob Orton invitèrent le catcheur nain The Haiti Kid. Lorsque Kid admit qu’il appréciait Mr T, ce fut un Piper furieux qui lui coupa les cheveux en crête « pour qu’il ressemble à Mr T ».

 

Aucun match quatre étoiles n’eut lieu lors de WrestleMania, même si le main event Hogan & T vs Piper & Orndorff fut élu match de l’année 1985 par le magazine Pro Wrestling Illustrated. Devant une salle comble au Madison Square Garden, Mean Gene Okerlund lança la soirée en interprétant l’hymne national américain. Le premier match officiel de l’histoire de WrestleMania vit Tito Santana battre The Masked Executionner (Buddy Rose portant un masque) par soumission, en lui portant un Figure Four Leglock. Lors du match le plus court de l’histoire (pour le moment), King Kong Bundy terrassa S. D. Jones en neuf secondes. Le premier manager à apparaître à WrestleMania fut Jimmy Hart, qui accompagna Bundy durant ce court match.

 

Pour son premier match à WrestleMania, Ricky Steamboat fit le tombé sur Matt Borne après un Flying Bodypress. David Sammartino, accompagné de son père Bruno, combattit Brutus Beefcake accompagné de son manager Johnny Valiant, lors du premier No Contest de WrestleMania, les deux adversaires ayant été disqualifiés en raison des interventions des deux hommes qui les accompagnaient.

 

Le premier title match de l’histoire de WrestleMania vit s’opposer le WWF Intercontinental Champion et le Junk Yard Dog. Greg Valentine effectua le tombé sur JYD en s’aidant des cordes, mais Tito Santana courut vers le ring pour en informer l’arbitre, et le match redémarra. Valentine ne voulut pas coopérer et repartit au vestiaire, perdant ainsi le match par count out.

 

 

Bouge pas Greg, je vois encore des poux qui gambadent le long de ta gracieuse chevelure blonde.

 

 

Lors du premier changement de titre de l’histoire de Mania, l’Iron Sheik et Nikolai Volkoff battirent Barry Windham et Mike Rotundo, pour le WWF Tag Team Championship, après que le Sheik eut frappé Windham à la tête avec la canne de Fred Blassie. André The Giant porta un Bodyslam à Big John Studd et remporta le $15,000.00 Body Slam Challenge. Après l’affrontement, André the Giant commença à distribuer les billets de cent dollars à la foule, mais Bobby Heenan couru vers le ring et lui arracha le sac des mains. Wendi Richter reprit son titre de WWF Women’s Champion à Lelani Kai.

 

Le main event fut exceptionnel. Liberace était invité en tant que timekeeper, l’ancien manager de baseball Billy Martin était le ring announcer et l’ancien champion du monde poids lourds de boxe Muhammad Ali avait été nommé arbitre spécial. À la fin du match, ce fut l’apothéose. Alors que Paul Orndorff avait capturé Hulk Hogan dans un Full Nelson, Bob Orton monta sur la troisième corde. « Mr #1derful » positionna Hogan pour l’attaque du « Cowboy » Orton. Orton sauta de la troisième corde, son bras dans le plâtre dirigé vers la tête d’Hogan. Au dernier moment le Hulkster esquiva et Orton heurta Orndorff à l’arrière de la tête avec son plâtre et Hogan couvrit Paul Orndorff pour le compte de trois. Le premier WrestleMania de l’histoire s’acheva sur l’image de Roddy Piper abandonnant de dégoût son partenaire vaincu.

 

 

On ne le dit pas assez. Non content d'avoir permis à la WWF de s'imposer, Hogan a aussi sauvé l'industrie du textile aux USA.

 

 

 

Fin de la deuxième partie. Ne ratez pas le troisième épisode!

la liste des special guest de Mania est juste un coup de génie

En terme de marketing :

T'as deux liens avec la tradition du sport à New York :
L'ex-champion de baseball et Ali qui est pas loin d'etre une légende vivante.

T'as un lien avec la grande tradition du music-hall : Liberace

Sport + entertainment tout est déjà là

T'as deux liens avec la modernité (Cindy Lauper et Mr T)

Modernité et tradition permettent de l'élargir la cible marketing.

Et tous les guest élargissent la cible marketing parce qu'ils appartiennent tous à une minorité :
Cindy Lauper est jeune et c'est une femme.
Ali et Mr T sont noirs.
Le joueur de baseball est représentatifs des minorités new-yorkaises, hommage à la tradition paternelle des champions "immigrés" à la bruno.
Liberace représente la minorité de ceux qui aiment mettre des plumes.

Tout le contraire du roster de la WWE, constitué d emecs plus si jeunes que ça, méga virils et majoritairement blancs

Merci et bravo pour ce beau

Merci et bravo pour ce beau boulot!

Beau travail

Je n'ai pas souvent le temps de lire les articles des CdC ces derniers temps, mais j'ai pris le temps pour celui-ci.
Beau boulot et vivement la suite.

VOSTJO!!

Bon je me joins aux remerciements, d'autant que la période évoquée est encore trop ancienne pour ma jeune expérience de VéVéHeu Fan, donc je n'ai pas spécialement de remarque de fond à faire.
.
Je tiens surtout à souligner le travail remarquable de traduction. Pour avoir lu l'article en anglais et ensuite le tien, je veux juste te rendre un vibrant hommage car c'est un exercice bien plus compliqué qu'il n'y parait, peu importe son niveau d'anglais, et tu restitues parfaitement le message tout en le rendant fun à lire et avec ta Jay-Touch !
.
Big big big Up!

bravo

Une question que je me posais, au début Vince rachete la WWF, des catcheurs, des territoires etc... mais d'où lui vient tout ce pognon à la base oO ?
C'est dit nul part dans l'article, ni sur le net :( Si t'as des infos je suis preneur.
*
Pour Hogan, c'est pas tout à fait clair dans l'article mais Hogan etait deja à la WWF avant de faire Rocky 3. Il ira par la suite lutter au japon avant de revenir. Mais ne sachant toujours pas faire pus de moves :p

$$$

À la base, il n'a certainement pas le pognon nécessaire au rachat de la WWF. L'opération a dû se faire via l'endettement de Titan, et un remboursement grâce aux bénéfices de la fédé. À la manière d'un LBO.

Pas forcément un LBO,

Pas forcément un LBO, l'acquisition a pu se faire via un emprunt classique.
Par ailleurs, au vu de l'article, comme il est dit que Jr devait honorer ses traites en temps et en heure, il y a du avoir au moins une partie payable à terme.

lbo ?

vente a decouvert ?

Mais bon apres faut payer les stars, c'est etonnant que les mecs disent oui a un petit nouveau sans le sou

Tu es grand

Super taf, de Sarnecky bien sûr à la base (même si je crois que certaines assertions ont été remises en cause dans les comms, notamment cette histoire de contrat sur la jambe d'Hogan), et de toi à la réalisation, c'est colossal. Tout ça est très peu connu, et nous replonge dans une période complètement oubliée, un peu poussiéreuse (les cassettes vidéo, par exemple), mais pas moins vivante... Comme dit par Mako c'est vraiment une histoire mafieuse, et je serais pas surpris d'apprendre que y a eu quelques coups fourrés dont on ignore encore tout. Ce qui serait fabuleux ça serait que VKM sorte des mémoires hyper sincères, mais on peut toujours rêver.

Merci Jayson

Pour moi qui suis une inculte totale, ces articles sont super utiles.
J'apprends pleins de trucs sur l'histoire du catch. Et à la fin je me sens presque plus intelligente. C'est rare!
Merci pour le boulot du coup (et si il y a des mains cachées derrière le boulot, merci à elles aussi).

Que Jah protège les tiens

J'y vais aussi de mon remerciement, Jayson. C'est un boulot monumental que tu nous livres là. De toute la longue histoire de la WWE (du moins de ce que j'en connais), celle période est certainement celle qui me fascine le plus. Vince dans toute sa splendeur, requin suprême dans un milieu lui-même un poil vicelard (cf. le contrat sur la jambe de Hogan). Et puis, ce système des territoires fait furieusement penser à la mafia, avec ces parrains qui se partagent le pays, signent une sorte de pacte de non agression et tuent dans l'oeuf toute velléité de concurrence. Ça ajoute du charme à cette période, une petite touche d'épique à l'entreprise de Vince, condamné à réussir. Sa capacité à prendre les risques les plus insensés au bon moment est assez bluffante. À chaque fois, ça passe ou ça casse. Sacré personnage.

Merci merci !

Je t'aime d'amour tendre Jayson, merci pour le taf, c'était super éclairant, beau travail de traduction (et merci à 411 aussi) !!!
Vince is a fucking genious sans aucun état d'âme. :D

Passionnant

Passionnante saga! Vince est une belle saloperie quand même. J'adore la partie sur la conquête des territoires. On dirait Game of Thrones. LA SUIIIIITE !!!!!!!

Piece of history

Comme la première partie, j'adore. C'est un dossier très instructif, j'apprends plein de trucs, c'est cool. :) Vivement la suite ! ^^
.
++

Magnifique

Encore un gros merci aux auteurs et traducteurs ;)
LA période qui a vu le catch sortir de son optique local pour se lancer dans un grand cirque global. On a beau parler des décisions de Vince actuellement, mais faut avouer qu'il a (ou a eu) un grand sens du business et pas mal de coups de génie.
Vivement la troisième partie !

What's up?



31 janvier

Il était bien cool, ce Rumble, non? Venez dire dans les comms de la nalyse ce que vous en avez pensé, et n'oubliez pas que les vignettes attendent vos légendes sagaces ici.

Connexion utilisateur

Commentaires récents

Les Vignettes des Cahiers


Merde, j’ai toujours été nul au Puissance 4.


Retrouvez ici toutes nos vignettes !


Quotes of the Cahiers

"I'm gonna leave him in a pile of blood, and urine and vomit."
Brock Lesnar à propos de John Cena

"At 9 am Eastern time tomorrow, the WWE Network goes live. But the problem is you’re all gonna be so overwhelmed by the incredible content available, you won’t be able to turn it off. Adults will lose their jobs and kids will be expelled from schools for lack of attendance. In fact, you’re gonna be so mesmerized by the incredible content of the WWE Network that you won’t even have time to remove the garbage from your houses. Your places are gonna start to stink, rats will move in, and they’re gonna look like bigger pigsties than they already do. Ultimately, the government is gonna come along and condemn your homes and you will all be left homeless defending yourself on the street. Thank you very much."
Bad News Barrett

"He’s twisting him so much his twin brother is getting dizzy !"
JBL commentant un Giant Swing d'Antonio Cesaro sur l'un des frères Uso.

"I think I'm a little too old for you Jerry. I'm 26, I know you like them younger."
AJ Lee, à Raw, s'adressant à Jerry Lawler

"It looks like James Storm has had more partners than Taylor Swift lately, he should probably get tested"
Bad Influence

"Having watched that… I regret the doctors in Canada saving my life.”
Jerry Lawler, après le segment où Mae Young a accouché d'Hornswoggle.

"What's running through John Cena's mind? I don't give a crap what's running through his mind. What's more important is what's running down his leg."
Brock Lesnar

"Yes. Stop sending dumb tweets like this one. RT: @Kid_Antrim Any advice for me?"
Paul Heyman, sur Twitter

"With Kofi Kingston as the Intercontinental Champion, the bar has been lowered. And when the bar’s been lowered, mediocrity becomes acceptable. And when mediocrity becomes acceptable, society crumbles. And when society crumbles, civilization will end as we know it.”
Le Miz, Hell in a Cell

"Can you figure that? She's not able to get a date! I mean, even Natalya is able to get a date!"
Eve à propos de Layla

"I understand that you barbaric buffoons could easily eviscerate me and dispose of me like common trash. However, if you do so, I will not be a victim. I will be a martyr. A martyr for anyone who appreciates a sophisticated mind."
Damien Sandow, à DX.

"Apparently, giants can win the Super Bowl, but not matches at WrestleMania. You’re like ‘The Reverse Undertaker’. Who are you going to lose to this year? The boxer or the sumo wrestler?”"
Cody Rhodes au Big Show

"The Kliq is back, which is kind of ironic because "click" is the noise the audience's remote control makes every time Kevin Nash pops up on their TV screen."
CM Punk

"It's a conspiracy! C... O... N.... Spiracy!"
R-Truth

"I understand that... that Vince McMahon's gonna make money despite himself... he's a millionaire who should be a billionaire... you know why he's not a billionaire? It's because he surrounds himself with glad-handing nonsensical yes-men like John Laurinaitis, who's gonna tell him everything he wants to hear... and I'd like to think that maybe this company will be better after Vince McMahon is dead, but the fact is it's gonna get taken over by his idiotic daughter and his doofus son-in-law and the rest of his stupid family."
CM Punk

"These people are not Jimmies. They are the greatest fans in the world!"
John Cena, à R-Truth qui venait de qualifier le public de Raw de "Little Jimmies".

"Can you imagine if Sheamus wins this thing? I mean, the international ramifications, I mean the buyrate, I’m talking about the demographic change and everything? If Sheamus wins this match, it will be huge, not only for him but for the Smackdown brand."
Booker T., pendant un Title Match opposant le champion poids lourds Randy Orton à Sheamus.

"When I’m done with him, he’s gonna have barbecue sauce fueling out from his belly button like a geyser."
Michael Cole à propos de Jim Ross

"The WWE has gone from the powerful "Austin 3:16" to the dominant and iconic "can you smell what the Rock is cookin?"... all the way to "You can't see me"? You can't see me, what are you, playing peek-a-boo? Believe me, we all can see you. A blindfolded, sleeping, stuck in the basement Stevie Wonder can see your monkey ass. How in the hell do you think we can miss you come out here with your bright ass purple shirt, before that bright green shirt, bright orange shirt like a big fat bowl of Fruity Pebbles?"
The Rock à John Cena

"Jerry Lawler has forgotten more about wrestling than the Miz has ever known."
CM Punk

"If anyone says you can't do something, if anyone says you can't live your dream... Believe them, because you can't."
The Miz

"William Regal did the real work with this young man. Shawn Michaels took $3000 from him, that's all he ever did."
CM Punk à propos de la formation de Daniel Bryan

"I would RKO my own grandmother if it meant keeping this title. And then I'd RKO YOUR grandmother just to see the look on her face."
Randy Orton, à Sheamus

Virgil: - Ted, what are you going to do for protection?
Ted DiBiase, jetant un coup d'oeil à Maryse: - Go to the drugstore.

"Her teeth are going to be like the Ten Commendments after this match: all broken."
Alicia Fox, à propos d'Eve Torres

"Layla is not married. She deserves a good husband. I should marry her before she meets him."
Jerry Lawler

"If I suck, why would a Perry deli – the top Perry deli – name their top-selling sandwich after me? It's called the Swaggie. It smells like freedom."
Jack Swagger

"I realize how much of a starmaking performance I had in McGruber. The reviews have been off the charts. As a matter of fact, they are speaking of a possible early Oscar nomination."
Chris Jericho

"I'm sure your mom's uterus is awesome."
Vicki StElmo à Vladimir Kozlov

"If we were in your era, I'd put a Sharpshooter on you faster than you can put a pair of cheap sunglasses on an ugly kid."
The Miz, à Bret Hart.

"When I look at you I don't see fans. I don't even see people. I see money, money, money, money. Dollar signs, dollar signs, dollar signs, dollar signs. With some of you, a lot of dollar signs because I see a lot of fat people in the audience and I know you paid for two seats. Thank you very much!"
Batista à Raw.

"We are real women with the body that God created us with."
Mickie James, la femme aux implants mammaires en silicone qui explosent dans le ring.

Don Johnson: "This is a mistake!"
The Miz: "Mistake? No. Pink shirts and white suits, that is a mistake."

"One nation under Punk, undivisible, with integrity and sobriety for all!"
CM Punk

Michael Cole: "Our guest at ringside, Marisse. Welcome."
Maryse: "Oh my god, Michael Cole, you vintage nerd. You can't even say my name right. I should punish you and just give you my French kiss."

"If I see you in my match tonight, I'm gonna tear your intestins out and jump rope with it. And that's not all. I'm gonna take my two fingers, I'm gonna dig up your nosedrills and I'll rip your brain out. And I'm gonna put it in a newspaper and I'm gonna smash it against a window."
Mike Tyson à Hornswoggle

Ted DiBiase: "My movie, the Marine II, is superior to the original Marine."
Cody Rhodes: "Ted, my fifth grade graduation video is superior to the original Marine."

"I'm on Raw, you're on Smackdown... Long distance relationships don't work, Chris."
Big Show

Jerry Lawler, après une promo de Maryse où elle a qualifié Melina de "petite poupée": "Did she just say poupée? Do you know what that means in French?"
Michael Cole: "What?"
Jerry Lawler: "I... I can't say it!"

"I respect her. There are a lot of things that she does that I couldn't do, being the size that she is."
Michelle McCool à propos de Mickie James.

"We have MVP on the stage, and PMS in the ring."
Goldust, à propos des divas assemblées dans le ring pendant les Slammy Awards 2009.

"It was kind of like the 300 at the battle of Thermopylae, but with better abs".
John Morrison à propos de la fin de son match à Survivor Series, quand il s'est retrouvé à 1 contre 3.

"Hi, I'm John Morrison, and one time I drove my Lexus 700 miles on a tank full of my own urine."
John Morrison

"I always said if I could put my brain in Andrew’s body he’d be a 20-time world champ."
Edge à propos de Andrew "Test" Martin