Sondage

Cela fait maintenant un mois tout pile que Jinder Mahal est champion de la WWE. Selon vous::

L'Icône

Shawn Michaels is the greatest wrestler of all time.

Phrase prononcée à diverses occasions par Hulk Hogan, l’Undertaker, Ric Flair, Chris Jericho, Triple H, Kurt Angle, Jim Ross, Vince McMahon. Liste non exhaustive.

 

Si l’influence d’un catcheur se mesure à l’estime en laquelle le tiennent les plus grandes stars de la profession, Shawn Michaels n’a pas de souci à se faire dans ce concours...

 

 

Aux grands hommes, la patrie reconnaissante.

 

 

Les dix catcheurs les plus influents de la WWE (6/10) :

Shawn Michaels

 

 

Avant de commencer, un rapide rappel de la liste des dix nominés pour lesquels il vous faudra voter en fin de concours :

 

Stone Cold Steve Austin

John Cena

André le Géant

Bret Hart

Hulk Hogan

Shawn Michaels

The Rock

Triple HHH

Bruno Sammartino

The Undertaker

 

 

Il existe des tâches plus aisées que défendre les chances de Shawn Michaels dans un concours visant à désigner le catcheur le plus influent de tous les temps. A première vue, la cause est presque désespérée : si le Kid de San Antonio aurait été, sans l’ombre d’un doute, un candidat très sérieux au titre de « meilleur catcheur » de l’Histoire, il paraît difficile d’asséner qu’il aura été plus « influent » que n’importe lequel de ses collègues. Michaels ne possède pas la notoriété mainstream de Hulk Hogan ou du Rock, il n’est pas un pionnier comme Sammartino ou André, il n’est pas l’incarnation ultime d’une époque comme Austin ou Cena, il ne projette pas la même mystique que l’Undertaker, ne dirige pas la WWE en sous-main comme Triple H et n’a pas fait main basse sur le concept d’excellence comme Bret Hart. Pourtant, ce défi peut être relevé, à une condition : il convient, avant de se lancer dans le panégyrique du plus sexy des bigleux, de se demander ce que recouvre exactement le terme central de notre questionnement, à savoir l’influence. Et c’est une fois ce petit exercice effectué que l’on comprend que le talent incomparable de Shawn Michaels, couplé à son exceptionnelle longévité et à sa versatilité sans pareil, fait justement de lui le catcheur le plus influent à avoir jamais lacé des chaussures de combat.

 

 

Sur cette image, il y a le meilleur catcheur qui fut, est et sera. Ah, et y a Bret Hart aussi.

 

 

Mes camarades ont beau jeu de mettre en avant le pedigree de leurs poulains en termes de nombre de followers Facebook, d’imaginary brass rings (pour reprendre la formule employée par CM Punk dans sa fameuse promo shoot de 2011 afin de dénigrer l’importance des titres de champion), de gloire acquise en dehors des rings, etc. Mais l’influence d’un catcheur, c’est aussi — ET SURTOUT, à mon sens — le cœur de son métier, à savoir ce qu’il fait dans le ring. Sans grands catcheurs pour faire vivre ses récits en livrant des matchs inoubliables, la WWE ne serait qu’une coquille vide. L’enrobage est important, mais le contenu est fondamental. Et dans un ring, Shawn Michaels aura été, un quart de siècle durant, l’étalon-or du catch. Les tours de force de Bruno, André ou Hogan, les vociférations d’Austin ou du Rock, les marches funèbres du Taker, les opérations caritatives de Cena, les manœuvres backstage de Triple H, les proclamations d’excellence de Bret Hart, tout cela est, sans doute, essentiel pour la communication, l’image, la célébrité de l’entreprise qui les emploie. Mais une fois toutes ces strates de marketing écartées comme les feuilles d’un artichaut, il reste le noyau, la base, le fondement du catch : le match, dans sa double dimension technique et narrative. Et là, Michaels aura exercé son magistère sur la WWE près d’un quart de siècle durant, multipliant non seulement les combats les plus fascinants mais aussi les gimmicks les plus contrastés. Mille fois imité, jamais égalé, Shawn Michaels EST le catch dans son essence même.

 

Cet homme a été le heel le plus haï d’une époque et le face le plus adulé d’une autre. Il aura joué avec le même succès le beau gosse surdoué à l’ego surdimensionné (un rôle qui n’était pas vraiment de composition, d’ailleurs) que le leader d’une stable emblématique, le déconneur bon enfant, l’époux vengeur, le larbin humilié, le vieux guerrier en quête d’un dernier défi qu’il sait mortel, et j’en passe. En matière de variété des rôles endossés, seul Triple H, parmi ses neuf adversaires, peut se targuer d’une diversité comparable. Mais The Game, malgré tout son talent, n’évolue pas dans la même catégorie que son vieil acolyte en termes d’excellence et de richesse technique.

 

Car Michaels se trouve tout en haut de l’échelle pour ce qui concerne le travail entre les cordes. Il aura d’abord porté sur les fronts baptismaux un nouveau style de catch par équipes, rapide et aérien, avant de se lancer en solo et d’écrire, entre autres morceaux de bravoure, la légende de l’Iron Man Match, du Ladder Match et du Hell in a Cell, pardonnez du peu. Highflyer de tout premier ordre à ses débuts, il se sera mué au fil des années en brillantissime technicien du catch au sol mais aussi en brawler intrépide, tirant le meilleur d’un gabarit très moyen pour sa profession, et n’hésitant jamais à subir les bumps les plus dangereux pour notre bon plaisir. Irréprochable dans le storytelling et le selling (voire l’overselling quand la situation le commandait) il a toujours eu un don exceptionnel pour nous faire accrocher à son personnage, dont chaque geste, chaque mimique, chaque mot, a toujours parfaitement collé à l’histoire du moment.

 

 

Le secret de la sincérité des mimiques de Shawn, c’est que personne ne lui a dit que le catch était scripté.

 

 

Et puis, bien sûr, non content d’offrir au public, sur quatre décennies, pléthore de combats épiques en weekly, il aura mille fois mérité le titre officieux de Mr Wrestlemania, par ses performances fabuleuses sur le Grandest Stage. Je ne vais pas vous égrener les faits saillants de cette carrière miraculeuse, démarrée à la WWE à l’âge de 23 ans en 1988 et glorieusement achevée en 2010 en main event de Wrestlemania (pour ça je vous recommande chaudement l'article très complet que lui avait consacré Sarah-Gatina ici), mais je ne résiste pas au plaisir de simplement coller ici la liste des participations de HBK au « Match of the Year » élu par Pro Wrestling Illustrated :

 

PWI Match of the Year (1993) vs. Marty Jannetty on Monday Night Raw on May 17

PWI Match of the Year (1994) vs. Razor Ramon in a Ladder match at WrestleMania X

PWI Match of the Year (1995) vs. Diesel at WrestleMania XI

PWI Match of the Year (1996) vs. Bret Hart in an Iron Man match at WrestleMania XII

PWI Match of the Year (2004) vs. Chris Benoit and Triple H at WrestleMania XX

PWI Match of the Year (2005) vs. Kurt Angle at WrestleMania 21

PWI Match of the Year (2006) vs. Vince McMahon in a No Holds Barred match at WrestleMania 22

PWI Match of the Year (2007) vs. John Cena on Raw on April 23

PWI Match of the Year (2008) vs. Ric Flair at WrestleMania XXIV

PWI Match of the Year (2009) vs. The Undertaker at WrestleMania XXV

PWI Match of the Year (2010) vs. The Undertaker in a Career vs. Streak match at WrestleMania XXVI

 

(eh ouais je vous ai mis les liens qui vont bien, c’est cadeau : les highlights en HD quand je les ai trouvés, les matchs en entier quand il n’y avait que ça)

 

C’est absolument sidérant, et ça l’est encore plus quand on sait que Michaels n’a pas catché de la mi-1998 jusqu’en 2002 à cause d’une blessure au dos. Si l’on exclut les années 1999, 2000 et 2001, il aura donc été dans le combat de l’année onze fois sur seize possibles sur l’époque allant de 1993 (année de son accession au main event) à 2010 (année de sa retraite). Et dans le lot, il y a un match contre Diesel et même un contre Vince, c’est dire ce qu’il aurait fait d’un balai... Bien évidemment, aucun autre catcheur n’atteint un score ne serait-ce qu’approchant. Pour la bonne bouche, on ajoutera qu’en 1997, année où PWI choisit comme match de l’année le fameux Hart-Austin de Wrestlemania, HBK avait été couronné par le Wrestling Observer d’un match cinq étoiles pour son Hell in a Cell contre l’Undertaker à Badd Blood.

 

 

Pour tirer le match de l’année d’un sexagénaire non catcheur, c’est simple : foutez-le dans une poubelle et laissez Shawn Michaels faire le reste.

 

 

L’influence suprême de Michaels est là, dans ses performances phénoménales et répétées sur une durée inouïe. Lors de son départ en retraite, Edge avait dévoilé un tshirt proclamant « I’ve done it all ». Sans manquer de respect au génial Canadien, ce slogan aurait bien mieux convenu à celui qui aura fièrement porté les surnoms de Mister Wrestlemania, the Showstopper, the Main Event, the Icon. De tous ces sobriquets, le dernier est le plus parlant : pour les fans de catch, et pour ses pairs, Shawn Michaels est une icône, une certaine idée de la perfection. Son influence est incommensurable, en cela qu’il a été le modèle à suivre pour plusieurs générations de collègues, tirant toujours sa discipline vers le haut par son talent, son endurance, son charisme, son investissement, son humour et son sérieux.

 

Athlète remarquable, acteur poignant ou hilarant selon les besoins du moment, lutteur fluide, entertainer-né, Michaels figure une sorte d’idéal-type du catcheur professionnel. Chaque fois qu’un nouveau jeune doué survient, on annonce l’arrivée d’un « nouveau Shawn Michaels » : ce fut le cas avec Chris Jericho, Jeff Hardy, John Morrison, Shelton Benjamin, CM Punk, Dolph Ziggler, Daniel Bryan maintenant. Chaque fois qu’un grand match se produit, on le compare à un match de Shawn Michaels. Tout Iron Man Match est inévitablement jugé à l’aune de son combat contre Bret Hart, tout Ladder Match suscite l’évocation de ses empoignades avec Razor Ramon, toute feud « sanglante et personnelle » ramène à la mémoire les guerres qu’il a livrées à Triple H et Chris Jericho, tout affrontement « pour l’histoire » est voué à être mesuré à ses duels crépusculaires face à l’Undertaker. Du Superkick à la descente du coude, de sa façon de s’empaler sur le coin du ring à son fameux saut carpé et jusqu’à son entrée en ring sous les feux d’artifice et les cris d’orgasme de son themesong Sexy Boy, il aura laissé à la postérité d’innombrables souvenirs et modèles. En fin de compte, son héritage est si riche qu’on retrouve aujourd’hui du HBK quasiment partout, dans les matchs, les promos, les entrées, les larmes d’émotion même...

 

 

  

Quand on fait son discours d’adieu, on lâche une petite larme et on se fait consoler par son meilleur ami, comme ça. Compris, les jeunes?

 

 

Compris, maître.

 

 

Influent, Michaels l’aura été jusque dans ses excès. Chacun sait à quel point il a pu être une insupportable diva vers le milieu des années 1990, une sorte de rockstar cocaïnée, stéroïdée et capricieuse. Membre éminent de la fameuse Kliq, il aura alors incarné le côté sombre du catch, ce qui constitue après tout une influence comme une autre sur le business. Seule une spectaculaire rédemption à l’américaine aura permis au Born Again Christian qu’il est devenu dans la décennie suivante d’échapper au sort de bon nombre de ses comparses tombés raides morts à un âge où l’on songe généralement à se marier et à faire des gamins. Michaels, lui, a trouvé le bon Dieu, a abandonné alcool, coke et ring rats, et s’est transformé dans la vie réelle en une sorte de redneck branché sorties familiales et chasse au gros gibier. Une transformation spirituelle qui n’est pas pour rien dans sa fascinante seconde carrière (celle entamée à son retour dans les rings en 2002, à 37 ans, pour huit années formidables) et incite les jeunes à suivre son exemple s’ils souhaitent durer dans cette vie et dans ce boulot. Là encore, il constitue un modèle, certes un peu gnan-gnan, mais peut-être décisif : celui qui il y a vingt ans invitait ses camarades de vestiaire à sniffer une ligne et aller aux putes s’est mis à leur proposer de lire ensemble la Bible et de s’aérer dans la nature. Il y a là un indéniable parallèle à tracer avec l’évolution globale du monde du catch, où l’usage infini du dopage et de la drogue a fini par s’effacer devant celui des boissons énergétiques et un mode de vie (à peu près) sain. En cela, Michaels représente la transition de l’Attitude Era à la Kids Era, c’est Austin et Cena dans le même flacon!

 

 

Sympa avec les kids, certes, mais il subsiste chez lui comme un brin d’Attitude Era quand même.

 

 

Pour résumer, nous avons affaire, en la personne de Shawn Michaels, au catch dans sa forme la plus pure. Le catch, attention, ne se résume pas à la seule capacité à enchaîner les prises sans botcher, sans quoi Dean Malenko serait en bonne place dans notre liste de candidats; le catch consiste à vivre pleinement son gimmick, à le matérialiser à chaque instant et à créer, par sa technique, son savoir-faire et son implication, des matchs formidables qui marqueront les fans et les autres catcheurs pour des années. C’est cela qui fait du catch ce qu’il est, c’est cela que nous fournissent les plus grands performers, et c’est en cela que se manifeste l’influence sur le business des véritables légendes. C’est la quintessence même de la discipline : en mettre plein les yeux au public et donner l’exemple aux collègues. « Now, top that! » (Maintenant, essayez donc de faire encore mieux que ça), s’est un jour exclamé Michaels en rentrant au vestiaire après un combat particulièrement spectaculaire. Une injonction lancée par le meilleur d’entre tous à ses pairs, un appel à toujours faire mieux et plus pour le plaisir d’un public avide. Shawn Michaels en une seule phrase, quoi.

 

Alors, au moment de désigner le catcheur le plus influent de l’Histoire, oublions ces histoires de contrats de la WWE avec tel ou tel bouquet de chaînes télévisées, mettons de côté les réseaux sociaux ou les apparitions dans les films et séries de seconde zone, écartons les Hercules de foire à la coordination incertaine. Répétons nos votes du concours de popularité sur toute l’histoire de la WWE organisé en 2010 et remporté par HBK devant toutes les pointures du business. Et admettons, amis, que nul n’a été aussi influent dans le catch en tant que tel, dans ce divertissement sportif extraordinairement complexe et exigeant, que l’icône dont j’ai eu le privilège de tresser les lauriers pour votre bon plaisir.

 

 

Then. Now. Forever.

HBKK (lol)

Très chouette papier, Axl. Et belle défense du cas « Shawn Michaels », mais qui, malheureusement, me laisse de marbre. Ou presque.
.
Je l’avoue sans fard, je n’ai jamais vraiment accroché au personnage de HBK. Je lui reconnais des capacités in ring évidentes (il faudrait que je sois complètement folle pour prétendre le contraire), mais voilà, il m’énerve, sans que je ne sache vraiment pourquoi. C’est que c’est compliqué, le catch ! La subjectivité joue à plein. Qu’est-ce qui m’agace chez Shawn ? Je ne saurais le dire avec précision. Sa tête, son allure, son style. Je ne sais pas trop. Mais il m’irrite. Son accent, peut-être ? A couper au couteau, j’ai beaucoup de mal à le comprendre en promo.
.
Mon problème avec le personnage est sûrement à chercher du côté du fait que je n’ai pas connu HBK durant ses plus belles années. Je ne regarde le catch que depuis quelques années et pour moi, Mr WrestleMania est un vieux monsieur qui s’habille encore comme un rocker malgré l’âge de ses artères. Je me souviens du premier match de Shawn auquel j’ai assisté, devant mon écran : WrestleMania XXV, Undertaker, premier opus. Match de l’année pour pas mal de nos lecteurs. Un duel que je n’avais suivi que d’un œil, sans grande passion. La streak ne me parlait pas. Le Deadman encore moins, trop vieux, gimmick usé jusqu’à la corde. Et puis, j’ai petit à petit appris à apprécier les perfs in ring de HBK, sans pour autant devenir folle dingue du petit bonhomme au chapeau rigolo.
.
Tout ça pour dire que malgré tous tes efforts, Shawn fera partie de la queue de peloton de mon classement perso. Et toc :p

Principe du concours

Ton comm m'incite à me dire qu'on s'est mal compris sur le principe du concours. Parce que là, toute ta réponse s'inscrit dans un éventuel concours de popularité. A un papier qui s'efforce de dire pourquoi Michaels est le catcheur le plus influent de tous les temps, tu réponds à peu près "Ben je l'ai découvert tard et il m'a jamais spécialement fait marker. Donc je vais le classer tout en bas". Fort bien, mais à ce compte-là, on fait un concours de popu! Parce que moi, clairement, le mec qui m'a le plus fait marker depuis que je regarde le catch, c'est John Morrison. Ou alors CM Punk. Ou Randy Orton. Mais ils ne sont pas dans le concours, parce que celui-ci porte sur tout autre chose, à savoir les dix mecs les plus influents de l'histoire, et même sur le plus influent de tous! Me dis pas que Sammartino t'a fait marker, par exemple! Le peu qu'on a vu de ses matchs est, selon nos critères modernes, chiant comme la mort. Mais il est évidemment dans la liste, et il devrait même finir fort bien classé.
Bref, sans remettre en cause le contenu de ton post (chacun apprécie ou pas tel ou tel catcheur), je pense que ta réponse est un peu HS: il ne s'agit pas ici de désigner ses catcheurs préférés, mais de débattre de ce que recouvre le concept d'influence dans le catch — et de ce point de vue, j'estime que Michaels a objectivement des arguments forts à faire valoir, de même que les neuf autres. Que tu contres les éléments que j'ai essayé d'apporter en sa faveur, très bien: tu pourrais me dire que non, malgré ce que je prétends, l'influence sur le catch ne se mesure guère en termes d'excellence technique et de longévité, ou au moins que ce critère est selon toi secondaire pour juger de l'influence d'un catcheur. Tu pourrais me dire que la réputation in ring de Michaels est selon toi exagérée, que la citation d'entrée de mon papier est en réalité largement due au kayfabe, que Hart, Angle, Benoit ou qui sais-je étaient meilleurs que lui dans le ring, que les autres catcheurs ne s'inspirent que marginalement de lui. Tu pourrais me dire qu'il a été un tel crevard dans ses années Kliq que son influence globale sur le business restera, au moment de faire le bilan, néfaste, ou du moins trop entachée par cette période scabreuse... Tout ça, ce serait une discussion valable dans ce concours. Mais dire "moi, il me plaît pas, ce mec, sans doute parce que je ne l'ai connu qu'en fin de carrière", ça me semble appartenir à une autre discussion (et je suppose d'ailleurs qu'en fouillant un peu on retrouverait cet avis de ta part dans les posts de nos deux concours de popularité, et pour le coup là ces arguments seraient tout à fait leur place)...

Tu as tout à fait raison

Ton com m’incite à me dire que le mien était écrit avec les pieds (nus et vernis). Ce que je voulais exprimer, et que j’ai communiqué maladroitement, c’est que tes arguments, aussi solides soient-ils, n’ont pas changé ma perception de HBK dans le contexte précis de ce concours d’influence - et non de popularité comme tu le soulignes très justement. Je reconnais bien volontiers que mon simple avis sur ce catcheur qui ne m’inspire pas vraiment, on s’en fout complètement dans le cadre qui est le nôtre. D’ailleurs, à ce petit jeu, je classerais aussi Hogan parmi les derniers : comme tu le sais, je le déteste bien plus que Shawn.
Quand je dis qu’il terminera en queue de liste, du moins pour ma part, ce n’est absolument pas à cause de l’antipathie spontanée et un peu arbitraire que j’éprouve pour lui, mais juste parce que j’estime que les autres concurrents méritent tout simplement pour la plupart d’être classés avant lui, qu’ils me soient sympathiques ou qu’au contraire je les abhorre.
Prenons la liste dans l’ordre, ce sera plus parlant :
.
Stone Cold Steve Austin : symbole d’une ère de la WWE, l’Attitude, qui a fait date dans l’histoire de Stamford qui plus est. HBK ne peut pas s’en vanter.
.
John Cena : Top Guy de Vince depuis peu ou prou Mania XXI. Tout le booking tourne autour de lui, il est la grande figure de la fédé. Ce que HBK n’a jamais été.
.
André The Giant : pierre angulaire de la politique de la WWE en son temps, le mec tellement adulé que c’est lui qui est choisi au moment de consacrer Hulk Hogan empereur du catch. HBK est-il au-dessus en terme d’influence? J’en conviens, ça se discute. Je ne sais pas encore si je le placerai le géant avant ou après HBK.
.
Bret Hart : là, c’est plus difficile. Je trouve que Bret et Shawn ont des profils plutôt similaires, dans le cadre de ce concours. Objectivement, car le personnage me laisse de marbre, je pense que je mettrai Hart un cran au-dessus de son ex-rival. Pour la réputation d’excellence qui lui colle à la peau. Bon, là, je suis peut-être un peu plus subjective, je suis d’accord, mais j’ai du mal à les départager.
.
Hogan : Hulk Hogan, nuff said.
.
The Rock : le Brahma Bull, c’est le mec à qui on fait un pont d’or pour un retour en forme de piges. Celui qui deux années de suite est la tête de gondole de Mania et qui explose tous les records de vente de PPV sur son nom. Ce que n’a jamais fait et ne fera jamais HBK.
.
Triple HHH : je le place également au-dessus. Son palmarès, bien sûr, mais aussi et surtout son influence pure, son poids sur le booking, effectif depuis longtemps, son implication au sein de la WWE, le situent indiscutablement devant son vieux pote.
.
Bruno Sammartino : Bruno, c’est autour de lui que se construit la WWWF le jour où elle décide de s’émanciper de la NWA (avant de revenir plus tard dans son giron), c’est sur son nom que se remplit le Madison Square Garden, c’est un des rares à bénéficier d’une popularité nationale dans cette industrie qui est alors régionale. C’est le recordman absolu et probablement éternel du règne de Champion le plus long. C’est une légende vivante. Shawn et lui ne catchent évidemment pas dans la même catégorie.
.
The Undertaker : la mystique autour de la Streak, même si elle est récente, n’a pas d’équivalent à la WWE. Cela vaut un meilleur rang au Taker.
.
Voilà, je te l’accorde, mon post initial est très mal foutu (que veux-tu, je n’ai pas résisté à la tentation de m’en prendre gratuitement à Michaels, on ne se refait pas), mais il n’empêche que sur le fond, objectivement, je maintiens ma conclusion : malgré tous tes efforts, Shawn fera partie de la queue de mon classement.

On en revient à la définition de l'influence

C'est bien pour ça que j'ai consacré une longue intro au concept d'influence, qui recouvre des choses différentes, ce qui me permet de dire sincèrement qu'on peut considérer que Michaels aura eu une influence sur le catch largement supérieure à celle du Rock, par exemple.
Sur ce que tu dis concernant les autres, je veux quand même souligner qu'il a été la tête de gondole numéro un de la fédé sur la période 94-97, je dirais, conjointement avec Hart, Diesel, Luger, Taker, mais je crois qu'on peut estimer qu'il était devant les autres.
Et je ne comprends pas comment on peut mettre Hart devant Michaels en termes de qualité in ring, et je ne parle même pas du micro et de l'acting, exercices où Hart a toujours été nul.

rhaaaa ces djeunes

C'est a cause de gens comme toi qu'on va avoir cena en tete des votes ^^.
*
Pour HBK ce qui est genant c'est ca voit, t'as l'impression qu'il force à fond pour avoir une voix grave. Il a aussi un regard à la christophe lambert. C'est bizarre parce que plus jeune il etait normal oO.
Bon apres y'a ptet l'autobronzant qui te gene.
Mais je pense surtout que qd tu l'as vu, il etait hors gymmick. Sa carriere etant derriere lui, il ne jouait plus de role et se contentait d'enchainer les tres bons matches. A mon avis c'est ca qui t'as empeché de rentrer dans le personnage. Un catcheur sans gymmick ni vrai histoire (il a quasi pas eu de feud pour un titre depuis son retour de 2002) c'est vrai que c'est dur de s'y accroché.
*
Par contre moi qui suit un vieux fan, j'ai eu du mal lors de son retour. Il luttait en jean. Rhaaaa c'est pas mon hbk ca. Qd il est enfin revenu avec ses futals flashy, là j'etais heureux ^^

y'a pas foto

bon avant de dire tous l'amour que je porte à mon dieu, petites remarques ^^
*
"ne dirige pas la WWE en sous-main comme Triple H"
Je dirai plu. Parce que y'a eu une epoque ou il etait extremement influent en coulisse
*
Bret est pour moi le meilleur catcheur, MAIS sa carriere a la wcw a beaucoup terni son image :(
Shawn lui a toujours été fidele a la wwe, a su se montrer quand il fallait, et a sorti des putains de matches de legendes. J'adore BRET (top 2 perso) mais HBK a reussi à sorti des putains de matches 5 etoiles avec des branquignolles ou des lutteurs "justes" moyen.
*
Je sais que t'as ete limité pour la longueur du texte, mais shawn est une putain d'idole hors du catch. Sa periode hear break kid justement, avec son look de beau gosse, ca a été repris par tous les rockeurs fm periode glam quand meme ^^
Son gabarit normal aussi a jamais été un frein. Il a reussi a en tirer parti pour en faire un champion credible. C'est lui qui a fait rentrer dans les tetes des fanas de catchs, que oui tu peux etre un mec fort sans faire 2m de haut sur 2m de large.
Tain je repense encore a son 1er titre, avec toutes la feud contre bret. Le petit gars de san antonio. Pas tres costaud, mais qui va s'arracher pour battre l'excellent de l'execution.
Rhaaaa quand j'ai vu ca a l'epoque j'avais des etoiles dans les yeux.
*
Tain son 2e match contre le taker j'en aurai presque chialé tellement c'etait beau et triste. Un des rares matches que j'ai regardé sans lire les spoilers avant (le precedent aussi ^^)
*
Nan vraiment je sais que le fanboy reprend le dessus, mais c'est impossible de nier le talent de ce mec. Comme je disai il a su se montrer rare, ce qui fait qu'a chaque retour, c'etait la folie.
*
Je l'ai vu en vrai a bercy. J'ai raté son tshirt de peu. J'aurai pu tuer pour avoir son tshirt ^^. Nan y'a pas a dire, ton article est beau.
*
Juste un bemol, j'imagine que c'est son choix, mais j'aurai aimé le voir plus dans des series et films.
D'ailleurs c'est un des seuls lutteurs qui me provoque des crises de manque. Autant Hogan, austin, cena, j'en ai rien a foutre quand ils sont pas la. Autant hbk je suis obligé de me rematter des matches de lui de tps en tps.
*
Tain tu fais chier, faut que je change la sonnerie de mon portable moi maintenant ^^

Idole hors du catch?

"Sa periode hear break kid justement, avec son look de beau gosse, ca a été repris par tous les rockeurs fm periode glam quand meme ".
Franchement, tu me l'apprends. Pour moi, il s'était approprié un look plutôt générique pour l'époque — cheveux longs, cuir, lunettes de soleil — qui effectivement était celui de pas mal de chanteurs de rock FM ou gentiment hard de l'époque. D'ailleurs le glam ça avait débuté quinze ans plus tôt... Pour moi, en aucun cas il n'est celui qui aurait lancé ce look là. Dans les années 1980, déjà, alors qu'il n'était encore qu'un catcheur tag team en tshirt blanc et pantalon bariolé, plein de rockers superstars avaient un look proche de ce qu'allait donner le Heartbreak Kid. Quelque part entre Bon Jovi et David Lee Roth, quoi. Mais je serais curieux de lire tes preuves! Aboule les preuves!
Merci pour les gentils mots à part ça :-)

chuuuut :p

j'en rajoutais ^^
.
Mais bon a l'epoque ca m'avait bien fait marrer de voir Axl Rose sappé comme HBK. Ou le contraire :p
D'ailleurs de memoire y'avait que shawn qui se sappait comme ca. Les autres catcheurs avaient un look normal.
*
Shawn je me rapelle plus trop, wai il a eu le look wham au debut, mais apres qd il est passe en heart break, je me rapelle plus trop si ca se faisait ce genre de look avant.
Les mecs un peu trash genre alice cooper ok, aerosmith ok. Bon jovi je sais pas, je les ai tjs vu normaux.
Nan le truc le plus proche c'etait les guns. Enfin apres tu m'as l'air d'avoir bien etudié la question. Si t'as de la foto je suis prenneur ^^

Sans trop chercher, je tombe déjà sur ça


HBK 1992


DLR 1984

(je recommande une recherche googoo sur les chanteurs des eighties, c'est ébouriffant)

rhaaaaa

ca me dis qqchose le gars. Van halen ? europe ?
C'est dur de vieillir, j'etais persuade que hbk avait ce look fin 80

David Lee Roth

Chanteur de Van Halen, indeeed, mais ils étaient une sacrée brochette à arborer ce look...

HBK FOREVER

si on me demande comment j'ai connue le catch, je cite tout de suite un match avec michaels hickenbottom que se soit a l'echelle contre scott hall , dans un iron man avec bret hart , l'hell in a cell contre mark callway plus tard vainqueur du 1er satan prison ! ect... conclusion c'est le mec qui a revolutioner ce sport dans une nouvelle dimention c'est le createur des nouvelle stip malgres ces defaite il ezt toujours le showstoper a la fin et meme si il est pas dans le main event il sera le show off !

Un grand redacteur pour un

Un grand redacteur pour un grand catcheur!
Je suis 100% d'accord avec le contenu de cet excellent plaidoyer et même si je vénére HBK au plus haut point, je ne pourrai pas voter pour lui pour autant... du moins c'est ce que je pensais fermement au démarrage de ce concours. J'avoue que considérer (à juste titre) HBK comme LE maître-étalon qui aura incité sa génération et les suivantes à le surpasser est peut-être bien la marque la plus probante de son influence. Et c'est bien de ça dont il est question... Damn, mes certitudes sont toutes chamboulées.

(Hisoire de rajouter une couche de lustrage, tu dis qu'il a écrit "la légende de l’Iron Man Match, du Ladder Match et du Hell in a Cell". N'oublions pas aussi l'Elimination Chamber Match.)

Il me manque le bougre

HBK, c'est tout simplement le mec qui m'a fait aimer le catch. Je me souviens que sa première apparition m'avait tout de suite fait accrocher au personnage. Par la suite, ses matchs et ses promos en ont définitivement fait mon catcheur préféré.
En terme d'influence, il est clair qu'il aura marqué les esprits de beaucoup de suiveurs et inspiré bon nombre de catcheurs plus jeunes que lui.
Cependant, je ne pense pas qu'il s'agisse du catcheur qui aura le plus influé sur l'histoire de la WWE.

love

J'aimais le catcheur, l'homme me parait être un gros con.

+1

tout est dans le titre.

HBK > ALL

Rien d'autre à dire.
Et je défie quiconque de ne pas souhaiter un retour dans le ring quand on le voit faire ses promos actuelles en casquette/t-shirt de "marque". Si c'est pas une preuve qu'il nous manque...(enfin je crois, non?)

HBK

Excellent article Axl (peut-être un peu long;)) ! Tu as raison de dire que l'influence est difficile à définir, en tout cas HBK incarne vraiment quelque chose, sa carrière a été incroyable et ce jusqu'au bout, ce qui n'est pas donné à tous les grands. Malgré son côté roublard et manipulateur en coulisses, surtout dans sa jeunesse, il respire une forme de sincérité tout à fait remarquable dans sa façon d'exercer son métier - ainsi je ne me pose jamais la question de savoir si on le reverra catcher à l'occasion de telle ou telle feud avec HHH par exemple, il a juré qu'il ne remonterait pas sur un ring et j'ai envie d'y croire. Sa scène d'adieu d'ailleurs, quel moment absolument inoubliable... Évidemment le fait que j'ai pu suivre sa carrière "en temps réel", dans les années 90 d'abord et puis sur les dernières années, lui donne un avantage à mes yeux par rapport à des catcheurs plus vieux, mais quand même, que de grands moments. Un symbole du catch, vraiment.

Bravo

Très bel article, sur mon catcheur préféré, mon vote est déjà prêt 8)

What's up?



31 janvier

Il était bien cool, ce Rumble, non? Venez dire dans les comms de la nalyse ce que vous en avez pensé, et n'oubliez pas que les vignettes attendent vos légendes sagaces ici.

Connexion utilisateur

Commentaires récents

Les Vignettes des Cahiers


Merde, j’ai toujours été nul au Puissance 4.


Retrouvez ici toutes nos vignettes !


Quotes of the Cahiers

"I'm gonna leave him in a pile of blood, and urine and vomit."
Brock Lesnar à propos de John Cena

"At 9 am Eastern time tomorrow, the WWE Network goes live. But the problem is you’re all gonna be so overwhelmed by the incredible content available, you won’t be able to turn it off. Adults will lose their jobs and kids will be expelled from schools for lack of attendance. In fact, you’re gonna be so mesmerized by the incredible content of the WWE Network that you won’t even have time to remove the garbage from your houses. Your places are gonna start to stink, rats will move in, and they’re gonna look like bigger pigsties than they already do. Ultimately, the government is gonna come along and condemn your homes and you will all be left homeless defending yourself on the street. Thank you very much."
Bad News Barrett

"He’s twisting him so much his twin brother is getting dizzy !"
JBL commentant un Giant Swing d'Antonio Cesaro sur l'un des frères Uso.

"I think I'm a little too old for you Jerry. I'm 26, I know you like them younger."
AJ Lee, à Raw, s'adressant à Jerry Lawler

"It looks like James Storm has had more partners than Taylor Swift lately, he should probably get tested"
Bad Influence

"Having watched that… I regret the doctors in Canada saving my life.”
Jerry Lawler, après le segment où Mae Young a accouché d'Hornswoggle.

"What's running through John Cena's mind? I don't give a crap what's running through his mind. What's more important is what's running down his leg."
Brock Lesnar

"Yes. Stop sending dumb tweets like this one. RT: @Kid_Antrim Any advice for me?"
Paul Heyman, sur Twitter

"With Kofi Kingston as the Intercontinental Champion, the bar has been lowered. And when the bar’s been lowered, mediocrity becomes acceptable. And when mediocrity becomes acceptable, society crumbles. And when society crumbles, civilization will end as we know it.”
Le Miz, Hell in a Cell

"Can you figure that? She's not able to get a date! I mean, even Natalya is able to get a date!"
Eve à propos de Layla

"I understand that you barbaric buffoons could easily eviscerate me and dispose of me like common trash. However, if you do so, I will not be a victim. I will be a martyr. A martyr for anyone who appreciates a sophisticated mind."
Damien Sandow, à DX.

"Apparently, giants can win the Super Bowl, but not matches at WrestleMania. You’re like ‘The Reverse Undertaker’. Who are you going to lose to this year? The boxer or the sumo wrestler?”"
Cody Rhodes au Big Show

"The Kliq is back, which is kind of ironic because "click" is the noise the audience's remote control makes every time Kevin Nash pops up on their TV screen."
CM Punk

"It's a conspiracy! C... O... N.... Spiracy!"
R-Truth

"I understand that... that Vince McMahon's gonna make money despite himself... he's a millionaire who should be a billionaire... you know why he's not a billionaire? It's because he surrounds himself with glad-handing nonsensical yes-men like John Laurinaitis, who's gonna tell him everything he wants to hear... and I'd like to think that maybe this company will be better after Vince McMahon is dead, but the fact is it's gonna get taken over by his idiotic daughter and his doofus son-in-law and the rest of his stupid family."
CM Punk

"These people are not Jimmies. They are the greatest fans in the world!"
John Cena, à R-Truth qui venait de qualifier le public de Raw de "Little Jimmies".

"Can you imagine if Sheamus wins this thing? I mean, the international ramifications, I mean the buyrate, I’m talking about the demographic change and everything? If Sheamus wins this match, it will be huge, not only for him but for the Smackdown brand."
Booker T., pendant un Title Match opposant le champion poids lourds Randy Orton à Sheamus.

"When I’m done with him, he’s gonna have barbecue sauce fueling out from his belly button like a geyser."
Michael Cole à propos de Jim Ross

"The WWE has gone from the powerful "Austin 3:16" to the dominant and iconic "can you smell what the Rock is cookin?"... all the way to "You can't see me"? You can't see me, what are you, playing peek-a-boo? Believe me, we all can see you. A blindfolded, sleeping, stuck in the basement Stevie Wonder can see your monkey ass. How in the hell do you think we can miss you come out here with your bright ass purple shirt, before that bright green shirt, bright orange shirt like a big fat bowl of Fruity Pebbles?"
The Rock à John Cena

"Jerry Lawler has forgotten more about wrestling than the Miz has ever known."
CM Punk

"If anyone says you can't do something, if anyone says you can't live your dream... Believe them, because you can't."
The Miz

"William Regal did the real work with this young man. Shawn Michaels took $3000 from him, that's all he ever did."
CM Punk à propos de la formation de Daniel Bryan

"I would RKO my own grandmother if it meant keeping this title. And then I'd RKO YOUR grandmother just to see the look on her face."
Randy Orton, à Sheamus

Virgil: - Ted, what are you going to do for protection?
Ted DiBiase, jetant un coup d'oeil à Maryse: - Go to the drugstore.

"Her teeth are going to be like the Ten Commendments after this match: all broken."
Alicia Fox, à propos d'Eve Torres

"Layla is not married. She deserves a good husband. I should marry her before she meets him."
Jerry Lawler

"If I suck, why would a Perry deli – the top Perry deli – name their top-selling sandwich after me? It's called the Swaggie. It smells like freedom."
Jack Swagger

"I realize how much of a starmaking performance I had in McGruber. The reviews have been off the charts. As a matter of fact, they are speaking of a possible early Oscar nomination."
Chris Jericho

"I'm sure your mom's uterus is awesome."
Vicki StElmo à Vladimir Kozlov

"If we were in your era, I'd put a Sharpshooter on you faster than you can put a pair of cheap sunglasses on an ugly kid."
The Miz, à Bret Hart.

"When I look at you I don't see fans. I don't even see people. I see money, money, money, money. Dollar signs, dollar signs, dollar signs, dollar signs. With some of you, a lot of dollar signs because I see a lot of fat people in the audience and I know you paid for two seats. Thank you very much!"
Batista à Raw.

"We are real women with the body that God created us with."
Mickie James, la femme aux implants mammaires en silicone qui explosent dans le ring.

Don Johnson: "This is a mistake!"
The Miz: "Mistake? No. Pink shirts and white suits, that is a mistake."

"One nation under Punk, undivisible, with integrity and sobriety for all!"
CM Punk

Michael Cole: "Our guest at ringside, Marisse. Welcome."
Maryse: "Oh my god, Michael Cole, you vintage nerd. You can't even say my name right. I should punish you and just give you my French kiss."

"If I see you in my match tonight, I'm gonna tear your intestins out and jump rope with it. And that's not all. I'm gonna take my two fingers, I'm gonna dig up your nosedrills and I'll rip your brain out. And I'm gonna put it in a newspaper and I'm gonna smash it against a window."
Mike Tyson à Hornswoggle

Ted DiBiase: "My movie, the Marine II, is superior to the original Marine."
Cody Rhodes: "Ted, my fifth grade graduation video is superior to the original Marine."

"I'm on Raw, you're on Smackdown... Long distance relationships don't work, Chris."
Big Show

Jerry Lawler, après une promo de Maryse où elle a qualifié Melina de "petite poupée": "Did she just say poupée? Do you know what that means in French?"
Michael Cole: "What?"
Jerry Lawler: "I... I can't say it!"

"I respect her. There are a lot of things that she does that I couldn't do, being the size that she is."
Michelle McCool à propos de Mickie James.

"We have MVP on the stage, and PMS in the ring."
Goldust, à propos des divas assemblées dans le ring pendant les Slammy Awards 2009.

"It was kind of like the 300 at the battle of Thermopylae, but with better abs".
John Morrison à propos de la fin de son match à Survivor Series, quand il s'est retrouvé à 1 contre 3.

"Hi, I'm John Morrison, and one time I drove my Lexus 700 miles on a tank full of my own urine."
John Morrison

"I always said if I could put my brain in Andrew’s body he’d be a 20-time world champ."
Edge à propos de Andrew "Test" Martin