Sondage

Cela fait maintenant un mois tout pile que Jinder Mahal est champion de la WWE. Selon vous::

The Living Legend, tout simplement

Félicitations à Bruno Sammartino. Vous êtes le plus grand Champion WWE de tous les temps. Merci de nous avoir montré le chemin.

The Rock

 

Après une longue pause estivale, notre concours du catcheur le plus influent de l’histoire de la WWE est enfin de retour. Aujourd’hui, nous effectuons un grand plongeon dans le passé en vous présentant la Légende Vivante, le Superman des rings, l’Étalon Italien, le mythique Bruno Sammartino, aka le type le plus influent de la fédération de Stamford.

 

 

J’ai finalement décidé d’attribuer le titre vacant à Bruno Sammartino. Parce qu’il est le plus influent et que c’est bon pour le business.

 

 

Les dix catcheurs les plus influents de la WWE (9/10) :

Bruno Sammartino

 

 

Stone Cold Steve Austin

John Cena

André le Géant

Bret Hart

Hulk Hogan

Shawn Michaels

The Rock

Triple H

Bruno Sammartino

The Undertaker

 

 

Il n’est pas si facile de brosser le portrait d’un athlète tel que Bruno Sammartino, tout du moins dans le cadre de notre concours. Trop vieux, trop abstrait, il appartient à une période du catch que nous ne connaissons que très mal ; toute Living Legend qu’il est, il ne signifie pas grand-chose pour les fans de sport-divertissement que nous sommes, mis à part règne-record de Champion WWE d’un autre temps. Nous ne l’avons jamais vu en action au contraire des Bret Hart, John Cena et autre Triple H. Nous n’avons jamais vibré devant une de ses victoires mythiques au Madison Square Garden. Et il n’a jamais envahi l’univers de la culture pop, comme un Hulk Hogan ou un Dwayne Johnson après lui. Ce que nous en connaissons ? De vieilles photos jaunies et rigolotes. Quelques vidéos YouTube effrayantes d’ennui. Et nombre de déclarations fracassantes dignes d’un vieillard acariâtre que l’on écoute d’une oreille distraite lorsqu’il nous assène pour la centième fois que, décidément, c’était bien mieux avant. Bref, pour la plupart des aficionados de la fédération de Stamford, Bruno Sammartino n’est qu’un vieux monsieur qui est passé faire coucou lors de la dernière édition de WrestleMania et que l’on a applaudi poliment sans vraiment savoir s’il s’agissait du vieux monsieur de gauche ou du vieux monsieur de droite. Car ils étaient deux ancêtres présents ce soir-là, certainement pour mieux brouiller les pistes et les esprits. Dans ces conditions, vous convaincre qu’il est certainement le catcheur le plus influent de toute la longue et épique histoire de l’Empire McMahon est loin d’être une sinécure. Et pourtant la Légende Vivante, comme on l’appelait au sommet de sa gloire, est probablement avec Hulk Hogan et John Cena, la Superstar la plus influente de la formidable épopée de la compagnie du Connecticut. La plus influente de tous les temps ? À vous d’en juger. Mais avant cela, permettez-moi de vous présenter l’animal.

 

 

Le Best in the World. Et CM Punk.

 

 

Bio express

 

Bruno Sammartino est né le 6 octobre 1935, à Pizzoferrato, une petite bourgade située dans les Abruzzes italiennes, dans la province du Chieti au centre du pays. Cadet d’une fratrie de sept enfants, ses premières années sont difficiles : en pleine seconde guerre mondiale, sa famille fuit le nazisme et se cache dans les montagnes pour échapper aux persécutions et à une mort certaine. Ne cherchez pas trop loin d’où lui vient ce courage stupéfiant qui le caractérisait sur le ring. Son âme de Champion, son aura, son influence naturelle, il les doit à sa tendre et chère maman. Jugez plutôt : tandis que les infâmes soldats nazis occupent le pays de la pizza et du chianti, et alors que les forces du Mal rationnent durement la population, la sainte femme a pour habitude de se faufiler derrière les lignes ennemies pour s’y procurer des provisions et nourrir sa progéniture. Une balle dans l’épaule témoignera de la témérité insensée de cette mère luttant pour la survie de ses enfants. Toujours pendant la guerre, Émilia sauve même la future Légende Vivante en le soignant d’un rhumatisme articulaire particulièrement aigu. Grâce à Dieu, Bruno héritera de ce caractère de feu et de ce tempérament de bon samaritain qui feront de lui un face adulé par le public quelques années plus tard.

 

 

- Bonjour madame, je peux toucher vos gros nénés ?

- Ah ah ah, Bruno, toujours le mot pour rire. C’est pas pour rien que tu es le catcheur le plus influent de toute l’histoire de la WWE !

 

 

À l’âge de quinze ans (en 1950), il traverse l’Atlantique et rejoint les États-Unis où, croit-il alors, les rues sont pavées d’or. Il déchante vite, connaît les affres de la vie d’un émigré que l’on moque facilement pour son anglais approximatif, mais ses jeunes années l’ont doté d’un mental de fer à toute épreuve. Bien décidé à ne pas subir son destin, il s’astreint à un entraînement physique surhumain destiné à faire de lui un colosse et un spécialiste de l’haltérophilie, une discipline dans laquelle celui qui s’est transformé en une montagne de muscles excelle.

 

 

Sammartino est tellement influent que tout le monde prend exemple sur lui ! À commencer par Nikki Bella.

 

 

Champion pendant… 2803 jours !

 

Ce n’est qu’en 1959 que Bruno commence sa carrière de catcheur au sein de la Capitol Wrestling Federation (CWF), ancêtre de la WWE d’aujourd’hui. L’histoire retiendra qu’il a combattu pour la première fois au Madison Square Garden, le 2 janvier 1960, contre Bull Curry, six mois après ses débuts sur un ring ! Respecté par ses pairs, il devient rapidement le pilier de la CWF, puis de la WWWF, une tête d’affiche susceptible de remplir les salles sur son seul patronyme. Jusqu’à la consécration tant attendue : le 17 mai 1963, l’Italien est sacré Champion du monde en écrasant Buddy Rogers en quarante-huit secondes à peine, devant quelque 20 000 fans massés dans la mythique enceinte new-yorkaise. La légende est en marche : il ne le sait pas encore, mais ce titre, il le conservera pendant près de huit ans, ce qui constitue bien sûr le record absolu de la fédération de Stamford. Avant de tomber sur un os appelé Ivan Koloff. Le 18 janvier 1971, Sammartino abandonne son bien dans un Madison Square Garden muet de stupéfaction. L’événement revêt une telle ampleur que bon nombre des personnes présentes dans le public ne parviendront pas à retenir leurs larmes tandis que Bruno quitte le ring, tête basse, terrassé par une infâme crapule.

 

 

- Nattie, t’es prête ? Je vais t’apprendre la prise de l’ours. Mets-toi en position comme moi.

- Proooouuuut

- Bon, laisse tomber, on va passer directement à la corde à linge.

 

 

Cette ceinture de Champion, il la retrouve en 1973, le 10 décembre, lorsqu’il terrasse Stan Stasiak. Ce second règne dure trois ans, quatre mois et vingt jours, et s’interrompt le 30 avril 1977, à l’issue d’une joute perdue de façon controversée contre « Superstar » Billy Graham. Mais qu’importe, l’Italian Stallion est devenue une icône et n’a pas besoin de trophée pour être adulé des fans et remplir les salles. Ainsi en est-il par exemple de son légendaire duel en cage disputé contre son ancien disciple, Larry Zbyszko, devant plus de 35 000 passionnés ! En 1981, l’heure de la retraite sonne enfin pour The Living Legend, même s’il participera à quelques combats dans le courant des années 80. Son tout dernier affrontement entre quatre cordes ? Un Tag Team Match, dans lequel il est associé à un certain Hulk Hogan. La WWE pouvait-elle rêver d’un meilleur passage de témoin ?

 

 

De Hulk Hogan à Rodin, Bruno Sammartino aura influencé toute une génération d’artistes.

 

 

À la lecture de ces quelques lignes, vous voilà sans doute convaincus que Bruno Sammartino est bel et bien le Champion le plus influent de l’histoire de la fédération de Stamford. Mais pour les pauvres fous qui douteraient encore, voilà cinq arguments de poids en faveur de l’Italien. Le Top5 des bonnes raisons de voter pour le mythe.

 

 

Fact nº1 : C’est grâce à lui si la WWE existe aujourd’hui !

 

Eh oui ! Back in 1963 : la Capitol Wrestling Federation (CWF) de l’ancêtre McMahon n’est qu’une petite promotion locale dont la sphère d’influence se limite à New York, au New Jersey, à la Nouvelle-Angleterre et à la Pennsylvanie, dans le nord-est des États-Unis. Affiliée à la National Wrestling Alliance (NWA), elle ne dispose pas de titre mondial, le Championnat du monde étant celui de la NWA. En 1963, le règne de Buddy Rogers arrive à sa fin et les dirigeants de la CWF cherchent à imposer le jeune Bruno Sammartino, qu’ils considèrent déjà comme l’avenir du business. Refus sec des têtes pensantes de la NWA. Lou Thesz sera finalement l’heureux élu. Furieux, McMahon et son acolyte, Joseph Mondt, décident de quitter l’alliance pour créer la World Wide Wrestling Federation, qui est dotée de son propre Championnat du monde. L’histoire est en marche grâce au talent et au charisme naturel d’un futur grand athlète, Bruno Sammartino. Le 29 avril 1963, Buddy Rogers est sacré Champion (le tout premier, reconnu encore aujourd’hui par la WWE) à la suite d’un tournoi apocryphe, pour mieux abandonner sa ceinture à l’Étalon Italien, vingt-deux jours plus tard. Il le demeurera près de huit ans.

 

 

Si aujourd’hui je booke en dépit du bon sens, c’est grâce à Bruno.

 

 

Fact nº2 : le patron du vestiaire, c’était Bruno !

 

Lorsque l’on prétend au titre de Champion le plus influent de l’histoire de la WWE, il est nécessaire d’avoir le respect de ses pairs. Et ce n’est justement pas par hasard si Bruno Sammartino était considéré comme le patron du vestiaire de la WWE. Un boss avec lequel il convenait de ne pas trop déconner comme le souligne cette croustillante anecdote. À l’occasion d’un banal Tag Team Match, il affronte Baron Scicluna et Bill Miller, qui a un long passé de lutteur amateur derrière lui. Miller décide alors de donner une bonne leçon à ses deux adversaires et ne retient pas ses coups, sûr de sa force et de sa supériorité naturelle. Et Parisi morfle salement avant de faire le tag avec son compère italien. Miller entend bien continuer son petit jeu, mais est immédiatement surpris par un Front Facelock de la Légende Vivante. Le nez en sang, il s’évanouit comme une biatche au milieu du ring. Dans les vestiaires, il s’excusera platement auprès de Monsieur Sammartino. C’est qui le patron ?

 

 

C’est Bruno ! C’est bon ? Tu  ne vas pas me péter le nez une nouvelle fois, hein ? Je flippe à mort. Quelle influence !

 

 

Fact nº3 : Bruno Sammartino est plus fort qu’un orang-outan

 

Avant même de devenir catcheur professionnel au sein de la WWE, Bruno Sammartino a connu des expériences peu communes. Ainsi, alors qu’il n’était encore qu’un humble ouvrier travaillant sur des chantiers, il a relevé un bien curieux défi, dans une foire américaine, en 1956 : combattre un orang-outan dans une cage ! Malmené par l’animal sauvage, l’Étalon Italien l’a finalement mis KO d’un violent coup de poing à l’estomac. Attaque irrégulière, estima le propriétaire de la bête. La Légende Vivante fut donc disqualifiée et vit s’envoler la récompense promise en cas de victoire, la faramineuse somme de… cinquante dollars. Pas sûr que Hulk Hogan, John Cena ou The Rock affronteraient un tel adversaire. C’est qui le plus fort ? C’est Bruno.

 

 

Bruno ? Un mec intègre et sympa, mais un peu stiff in ring.

 

 

Fact nº4 : Don’t mess up with the Champ!

 

Tous les témoignages sont concordants : Bruno Sammartino inspirait le respect, sur le ring comme en coulisse. Et n’était pas du genre à se laisser marcher sur les pieds. Ce que tend à prouver cette histoire rigolote. Alors âgé de 51 ans, il croise lors d’un show le chemin de six hommes, dont Dave Fleming, un joueur de football américain, et prévient la petite troupe qu’elle se trouve dans une zone réservée aux catcheurs. Le ton monte, Fleming moque l’âge de l’Italien, qui goûte assez peu la plaisanterie. Le footballeur tente même de frapper l’icône, mais se fait contrer sèchement par une solide droite qui le met KO. Dans la foulée, le Champion engage le combat contre les cinq autres inconscients. Il est rapidement rejoint par l’Iron Sheik, tout juste sorti de sa douche, et les deux athlètes font le ménage et expulsent leurs opposants manu militari. This is FUCKING REAL baby !

 

 

De dos, on ne le reconnaît pas bien. Mais Bruno n’a jamais eu peur de rien ni de personne.

 

 

Fact nº5 : C’est Bruno le plus influent, et pis c’est tout

 

Sous ce titre un rien taquin se cache une évidence : l’influence extraordinaire de Bruno, personne ne peut la nier. Pendant onze ans, la Légende Vivante a incarné le visage de la WWE ceinture de Champion de la fédération à l’épaule. Adoré des fans, qui pleurèrent la perte de son trophée après un règne record de huit ans (alors qu’ils débouchent le champagne quand John Cena se blesse), respecté par ses pairs et sa hiérarchie qui le considéraient comme le boss, il ÉTAIT Stamford, le plus simplement du monde, sans forcer sa nature. C’est sur son nom que se remplissait le Madison Square Garden, sur sa seule présence à l’affiche que 35 000 personnes accourraient pour le voir combattre en cage sans qu’aucune ceinture ne soit en jeu. Les foules l’aimaient. Inconditionnellement et comme jamais personne ne l’a été dans l’histoire du sport-divertissement. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le clan McMahon a fait des pieds et des mains pour que le grand Bruno accepte enfin d’être intronisé au WWE Hall of Fame. Personne n’aura eu droit à pareille cour. Ce qui est on ne peut plus logique : après tout, des Superstars disposant d’une telle influence, il n’y en a qu’une et elle a pour nom Bruno Sammartino.

 

Le mot de la fin, nous le laisserons à la WWE, la plus à même de jauger ses Champions : « Beaucoup de Superstars ont porté la flamme de la WWE depuis la retraite de Bruno. Mais c’est lui qui l’a allumée et qui est devenu le premier authentique héros. Il est le Champion WWE au règne plus long, le compétiteur le plus adulé de l’histoire du catch. »

 

Qu’ajouter de plus ?

 

 

Vote for Bruno, kids !

 

 

delicat

Je le mettais hors jeu. Non pas kil soit pas influent, il a fait partie de l'histoire de la WWWF, mais si on demarre l'histoire a partir de la wwf, il est hors jeu. Mais sinon oui c'est un grand monsieur

Le bon Sammartino

L'empreinte du père Sammartino est énorme. Merci pour cet article

Oooold schoool!J'ai connu Bruno Sammartino petit en visionnant des matches sur canal mais à l'époque je ne savais pas le monument qu'il était, c'était juste le catcheur musclé qui faisait vieux!

Un élément: le tag match avec Hogan contre Bundy et One man gang en 1988! Hogan était déjà bien établi.

Comme toute mégastar, le père Bruno a eu des relations compliquées avec Vince Jr, il était le gardien du temple de la CWF et de la WWWF, et n'a jamais aimé le produit soap/vulgaire

Comme Maniac

Je connaissais pas vraiment El Bruno ! Mais grace à toi j'ai appris plein de choses et je pense qu'on est nombreux à être sacrément impressionné par le bonhomme en lisant tes lignes.
Bordel de merde ce règne de champion !
Et puis je ne soupçonnais pas non plus son importance dans le tout début de l'histoire de la WWF/WWE.
Bref tout pareil que mon collègue je pense que je le mettrai haut dans mon classement.

Bel article

Je fais partie de ceux qui ne connaissaient quasiment rien de Bruno Sammartino avant de lire cet article. Du coup, ton papier m'a beaucoup intéressé McOcee.
Je ne sais pas encore quelle place je donnerai à Sammartino, mais il sera facilement dans mon top 5.

Beau plaidoyer

T'es allée jusqu'à conclure par ta propre photo pour apporter du poids à l'argumentation, c'est beau. Pour ce qui est de la réponse à la question qui nous obsède, comme pour les autres candidats, tout dépend de ce que l'on appelle "influence". Bruno est le pionnier par excellence, un registre dans lequel il surpasse même André et Hogan. La comparaison des époques est forcément compliquée, voire impossible (huit ans de règne dans les années 1960 ne valent-ils pas moins que 400 jours en 2013?), mais il est certain que Sammartino aura été la pierre angulaire de la fédération de Vince Sr.
.
Après, comme je l’ai défendu dans mon papier sur HBK dans cette même série, je considère que l’influence d’un catcheur se mesure au premier chef à l’empreinte qu’il laisse sur ses collègues, contemporains comme futurs. Et de ce point de vue, Michaels me semble être tout en haut de l’échelle, et Bruno tout en bas : énormément de catcheurs ont voulu performer comme Shawn Michaels, reprendre à leur compte son style dans le ring, son comportement en promo etc. A l’inverse, je doute que Bruno, avec son style lourdingue, même pour l’époque, ait suscité énormément de vocations. Les catcheurs actuels savent ce qu’ils doivent, en tant qu’employés de la WWE, à la popularité qu’a eue Bruno (une popularité largement ethnique d’ailleurs, ai-je cru comprendre), mais influe-t-il sur eux ? Non, en aucun cas. Mais j’admets sans souci qu’on puisse avoir une autre acception du terme « influence ». Voter Bruno et pas Michaels, c’est dire qu’Edison a eu plus d’influence sur la société actuelle que Bill Gates, en quelque sorte (comparaison pourrie de l’année : check).
.
Accessoirement il a eu une vie de dingue et c'est probablement un mec plus digne (au point d'en être arc-bouté sur des principes conservateurs un peu vains) que les autres candidats, mais tout ça n'entre pas en ligne de compte ici. Enfin, une question, quand tu écris Bref, pour la plupart des aficionados de la fédération de Stamford, Bruno Sammartino n’est qu’un vieux monsieur qui est passé faire coucou lors de la dernière édition de WrestleMania et que l’on a applaudi poliment sans vraiment savoir s’il s’agissait du vieux monsieur de gauche ou du vieux monsieur de droite. Car ils étaient deux ancêtres présents ce soir-là, certainement pour mieux brouiller les pistes et les esprits. , c'est qui le deuxième ancêtre?

L'autre vioque, c'était Bob

L'autre vioque, c'était Bob Backlund, non?

Ah OK

Exact, je l'avais oublié (et je suis pas sûr que ça soit spontanément revenu à tous les lecteurs, t'aurais pu préciser :x). Sinon, quand même, le fight avec l'orang-outan, j'avoue que ça m'incite pas mal à voter Bruno.
.
Même si Shawn Michaels a déjà affronté Khali, alors ça se vaut.

Pour moi c'est clair que

Pour moi c'est clair que Bruno figure dans le top 3 avec HBK et Dédé. Mais dans quel ordre : j'hésite, foutrebleu, j'hésite...

What's up?




2009 - 2018
Relax Miz Girl, les CDC ne sont pas morts. Retrouvez-nous dans notre nouveau chez-nous.

Connexion utilisateur

Commentaires récents

Les Vignettes des Cahiers


Merde, j’ai toujours été nul au Puissance 4.


Retrouvez ici toutes nos vignettes !


Quotes of the Cahiers

"I'm gonna leave him in a pile of blood, and urine and vomit."
Brock Lesnar à propos de John Cena

"At 9 am Eastern time tomorrow, the WWE Network goes live. But the problem is you’re all gonna be so overwhelmed by the incredible content available, you won’t be able to turn it off. Adults will lose their jobs and kids will be expelled from schools for lack of attendance. In fact, you’re gonna be so mesmerized by the incredible content of the WWE Network that you won’t even have time to remove the garbage from your houses. Your places are gonna start to stink, rats will move in, and they’re gonna look like bigger pigsties than they already do. Ultimately, the government is gonna come along and condemn your homes and you will all be left homeless defending yourself on the street. Thank you very much."
Bad News Barrett

"He’s twisting him so much his twin brother is getting dizzy !"
JBL commentant un Giant Swing d'Antonio Cesaro sur l'un des frères Uso.

"I think I'm a little too old for you Jerry. I'm 26, I know you like them younger."
AJ Lee, à Raw, s'adressant à Jerry Lawler

"It looks like James Storm has had more partners than Taylor Swift lately, he should probably get tested"
Bad Influence

"Having watched that… I regret the doctors in Canada saving my life.”
Jerry Lawler, après le segment où Mae Young a accouché d'Hornswoggle.

"What's running through John Cena's mind? I don't give a crap what's running through his mind. What's more important is what's running down his leg."
Brock Lesnar

"Yes. Stop sending dumb tweets like this one. RT: @Kid_Antrim Any advice for me?"
Paul Heyman, sur Twitter

"With Kofi Kingston as the Intercontinental Champion, the bar has been lowered. And when the bar’s been lowered, mediocrity becomes acceptable. And when mediocrity becomes acceptable, society crumbles. And when society crumbles, civilization will end as we know it.”
Le Miz, Hell in a Cell

"Can you figure that? She's not able to get a date! I mean, even Natalya is able to get a date!"
Eve à propos de Layla

"I understand that you barbaric buffoons could easily eviscerate me and dispose of me like common trash. However, if you do so, I will not be a victim. I will be a martyr. A martyr for anyone who appreciates a sophisticated mind."
Damien Sandow, à DX.

"Apparently, giants can win the Super Bowl, but not matches at WrestleMania. You’re like ‘The Reverse Undertaker’. Who are you going to lose to this year? The boxer or the sumo wrestler?”"
Cody Rhodes au Big Show

"The Kliq is back, which is kind of ironic because "click" is the noise the audience's remote control makes every time Kevin Nash pops up on their TV screen."
CM Punk

"It's a conspiracy! C... O... N.... Spiracy!"
R-Truth

"I understand that... that Vince McMahon's gonna make money despite himself... he's a millionaire who should be a billionaire... you know why he's not a billionaire? It's because he surrounds himself with glad-handing nonsensical yes-men like John Laurinaitis, who's gonna tell him everything he wants to hear... and I'd like to think that maybe this company will be better after Vince McMahon is dead, but the fact is it's gonna get taken over by his idiotic daughter and his doofus son-in-law and the rest of his stupid family."
CM Punk

"These people are not Jimmies. They are the greatest fans in the world!"
John Cena, à R-Truth qui venait de qualifier le public de Raw de "Little Jimmies".

"Can you imagine if Sheamus wins this thing? I mean, the international ramifications, I mean the buyrate, I’m talking about the demographic change and everything? If Sheamus wins this match, it will be huge, not only for him but for the Smackdown brand."
Booker T., pendant un Title Match opposant le champion poids lourds Randy Orton à Sheamus.

"When I’m done with him, he’s gonna have barbecue sauce fueling out from his belly button like a geyser."
Michael Cole à propos de Jim Ross

"The WWE has gone from the powerful "Austin 3:16" to the dominant and iconic "can you smell what the Rock is cookin?"... all the way to "You can't see me"? You can't see me, what are you, playing peek-a-boo? Believe me, we all can see you. A blindfolded, sleeping, stuck in the basement Stevie Wonder can see your monkey ass. How in the hell do you think we can miss you come out here with your bright ass purple shirt, before that bright green shirt, bright orange shirt like a big fat bowl of Fruity Pebbles?"
The Rock à John Cena

"Jerry Lawler has forgotten more about wrestling than the Miz has ever known."
CM Punk

"If anyone says you can't do something, if anyone says you can't live your dream... Believe them, because you can't."
The Miz

"William Regal did the real work with this young man. Shawn Michaels took $3000 from him, that's all he ever did."
CM Punk à propos de la formation de Daniel Bryan

"I would RKO my own grandmother if it meant keeping this title. And then I'd RKO YOUR grandmother just to see the look on her face."
Randy Orton, à Sheamus

Virgil: - Ted, what are you going to do for protection?
Ted DiBiase, jetant un coup d'oeil à Maryse: - Go to the drugstore.

"Her teeth are going to be like the Ten Commendments after this match: all broken."
Alicia Fox, à propos d'Eve Torres

"Layla is not married. She deserves a good husband. I should marry her before she meets him."
Jerry Lawler

"If I suck, why would a Perry deli – the top Perry deli – name their top-selling sandwich after me? It's called the Swaggie. It smells like freedom."
Jack Swagger

"I realize how much of a starmaking performance I had in McGruber. The reviews have been off the charts. As a matter of fact, they are speaking of a possible early Oscar nomination."
Chris Jericho

"I'm sure your mom's uterus is awesome."
Vicki StElmo à Vladimir Kozlov

"If we were in your era, I'd put a Sharpshooter on you faster than you can put a pair of cheap sunglasses on an ugly kid."
The Miz, à Bret Hart.

"When I look at you I don't see fans. I don't even see people. I see money, money, money, money. Dollar signs, dollar signs, dollar signs, dollar signs. With some of you, a lot of dollar signs because I see a lot of fat people in the audience and I know you paid for two seats. Thank you very much!"
Batista à Raw.

"We are real women with the body that God created us with."
Mickie James, la femme aux implants mammaires en silicone qui explosent dans le ring.

Don Johnson: "This is a mistake!"
The Miz: "Mistake? No. Pink shirts and white suits, that is a mistake."

"One nation under Punk, undivisible, with integrity and sobriety for all!"
CM Punk

Michael Cole: "Our guest at ringside, Marisse. Welcome."
Maryse: "Oh my god, Michael Cole, you vintage nerd. You can't even say my name right. I should punish you and just give you my French kiss."

"If I see you in my match tonight, I'm gonna tear your intestins out and jump rope with it. And that's not all. I'm gonna take my two fingers, I'm gonna dig up your nosedrills and I'll rip your brain out. And I'm gonna put it in a newspaper and I'm gonna smash it against a window."
Mike Tyson à Hornswoggle

Ted DiBiase: "My movie, the Marine II, is superior to the original Marine."
Cody Rhodes: "Ted, my fifth grade graduation video is superior to the original Marine."

"I'm on Raw, you're on Smackdown... Long distance relationships don't work, Chris."
Big Show

Jerry Lawler, après une promo de Maryse où elle a qualifié Melina de "petite poupée": "Did she just say poupée? Do you know what that means in French?"
Michael Cole: "What?"
Jerry Lawler: "I... I can't say it!"

"I respect her. There are a lot of things that she does that I couldn't do, being the size that she is."
Michelle McCool à propos de Mickie James.

"We have MVP on the stage, and PMS in the ring."
Goldust, à propos des divas assemblées dans le ring pendant les Slammy Awards 2009.

"It was kind of like the 300 at the battle of Thermopylae, but with better abs".
John Morrison à propos de la fin de son match à Survivor Series, quand il s'est retrouvé à 1 contre 3.

"Hi, I'm John Morrison, and one time I drove my Lexus 700 miles on a tank full of my own urine."
John Morrison

"I always said if I could put my brain in Andrew’s body he’d be a 20-time world champ."
Edge à propos de Andrew "Test" Martin