Sondage

Cela fait maintenant un mois tout pile que Jinder Mahal est champion de la WWE. Selon vous::

FFCP, une histoire de catch

Le catch nous sert à part égale une part de rêve et une part d'enfance.

Marc Mercier

 

Cette semaine, une fois n’est pas coutume, les Cahiers du Catch délaissent quelque peu les aventures des super-héros de la WWE et braquent leurs projecteurs sur la plus vieille fédération de France, la mythique Fédération Française de Catch Professionnel. Présentation de la FFCP, interview-fleuve de son président, focus sur sa tournée d’été… les jours qui viennent seront placés sous le signe du bleu-blanc-rouge.

 

Cocorico, baby !

 

 

Présentation de la Fédération Française de Catch Professionnel

 

 

Le catch français ne se porte pas bien, ce n’est pas nouveau. Le tsunami catchesque qui a déferlé sur le pays de Voltaire et de Bigard en 2008 est devenu une timide vaguelette venant mourir doucement sur le sable des plages désertées du sport-divertissement. Cette époque où tous les gamins se prenaient pour John Cena et l’Undertaker dans les cours de récré est révolue, tout comme celle où les fédérations poussaient comme des champignons pour profiter de l’élan suscité par la mode du catch dans l’hexagone. Ce qui est un mal pour un bien tant certaines d’entre elles proposaient un produit de bien piètre qualité peu susceptible de redorer le blason d’une discipline mal aimée au pays des Lumières. Conséquences de cette contraction du marché, la loi de Darwin s’est appliquée naturellement et les structures les moins solides ont disparu, même si quelques scories sont encore à déplorer. Ne subsistent plus en France que quelques grandes fédérations historiques, au passé suffisamment glorieux pour résister tant bien que mal à la crise qui frappe le milieu de l’échange de la torgnole en slip de cuir, ainsi qu'une poignée de jeunes et sérieuses compagnies. Parmi ces survivants, la Fédération Française de Catch Professionnel (FFCP) n’est pas la dernière à tirer son épingle du jeu. Grâce à son prestigieux passé, bien sûr, mais aussi et surtout grâce à la volonté de fer de son président actuel, l’inénarrable Marc Mercier, ancienne vedette du catch français (et au-delà) qui dirige de main de maître la FFCP depuis 2006.

 

 

En bleu-blanc-rouge

 

 

C’est en 1933 qu’est née la FFCP. C’est à dire il y a une éternité. La fédération, qui est une des plus anciennes au monde encore en activité, si ce n’est la plus ancienne, a été créée par un certain Raoul Paoli. Avec son ami Henry Deglane, champion olympique de lutte gréco-romaine aux JO de Paris de 1924 qui a découvert le catch aux États-Unis, ils sont les premiers à populariser la discipline en France. Très proches de ceux de la lutte amateur (La FFCP est alors affiliée à la Fédération Française de Lutte et en constitue la branche professionnelle.), les combats sont très statiques. Pas question de s’envoler depuis le haut de la troisième corde : le catch de l’époque se résume à un enchaînement de prises au sol, de clés de bras et d’immobilisations. Old school, baby ! Mais le public accroche et ne manque pas une occasion de se rendre au Vel’ d’Hiv’ pour assister aux exploits de ces athlètes baraqués issus de la lutte ou de l’haltérophilie. Dans les années 50, l’Ange Blanc et le Bourreau de Béthune popularisent le sport-divertissement comme il ne l’a jamais été et ne le sera probablement plus jamais. Et le 23 mars 1960, quand Raoul Paoli passe l’arme à gauche, Roger Delaporte devient le président de la FFCP et va profiter à plein de l’âge or du catch en France pendant quelque deux décennies.

 

 

À l’époque, le monde était déjà méchant. Et Delaporte aussi.

 

 

Delaporte et les années folles

 

Né en 1928, Roger Delaporte est un sportif accompli. Après le football, le rugby, la boxe ou la lutte gréco-romaine, ce touche à tout est vite attiré par le catch, une jeune discipline qui le passionne. Et c’est sur les rings parisiens qu’il devient une vedette de cette « lutte professionnelle » qui compte déjà quelques personnages hauts en couleur. Avec André Bollet ou Paul Villar (le Boucher de la Villette), il règne en heel sur le catch par équipe et fait les beaux jours de l’ORTF qui retransmet les exploits de Delaporte et de ses compères. Dirigeant dans l’âme, il rachète l’Élysée Montmartre laissé à l’abandon puis prend la tête de la FFCP à la mort de Paoli, en 1960. Le catch est alors au sommet de sa gloire en France. Et si la FFCP n’est plus fédérale, mais bien associative ou sociétaire, la fédération demeure sous la houlette de Delaporte une place forte du catch français.

 

L’âge d’or que l’on évoque lorsqu’il s’agit de qualifier les années 50 et 60 n’est pas une expression toute faite et vide de sens. Les héros que sont alors l’Ange Blanc et le Bourreau de Béthune, son pendant maléfique, remplissent les salles parisiennes. L’Élysée Montmartre fait le plein trois soirs par semaine (du jeudi au samedi), mais n’est pas la seule enceinte mythique à accueillir des athlètes en slip : le Cirque d’Hiver ou la Mutualité ne sont pas en reste et c’est sept jours sur sept que le catch est à l’affiche à Paris, quand il n’est pas à l’honneur en banlieue de la capitale ou en province. Mieux encore : ils sont plus de 15 000 à accourir au Vel’ d’Hiv’ pour ne rien perdre des acrobaties de l’Ange Blanc pour son premier match dans cette arène chargée d’histoire. Il s’y impose contre le Boucher de Béthune malgré une intervention illicite de… Roger Delaporte.

 

 

Le gentil en blanc, le méchant en rouge sombre, le catch des années 50, c’est simple au premier coup d’œil. En gros, rien n'a changé.

 

 

Dans les années 60, surfant sur la vague de cet engouement populaire, la télévision (l’ORTF) retransmet les exploits de l’Ange Blanc et du Bourreau de Béthune en prime time (si si) et la France entière assiste avec gourmandise aux affrontements de ses héros. Le regretté Roger Courderc est aux commentaires, accompagné de Léon Zitrone et d’un certain Thierry Roland, jeune journaliste sportif. Bref, le catch produit des vedettes à tour de bras, passionne les foules et s’impose dans la culture populaire. C’est en bleu de travail que l’on se rend à l’Élysée Montmartre. Roger Delaporte est alors un catcheur reconnu et un promoteur de talent qui dirige avec brio la FFCP. Il découvrira notamment un jeune champion, à la fin des années 70, Marc Mercier, qui fera les beaux jours de la fédération en remportant titre sur titre dans les années 80. Mais cette triste décennie, incontestablement la plus gerbitive en matière de mode et de musique, voit le catch décliner sévèrement dans l’hexagone. Incapable de se renouveler, la discipline patine et le public se lasse d’autant plus que les Américains dynamitent un sport-divertissement vieillissant à grands coups de mise en scène hollywoodienne. En 1986, Roger Delaporte jette l’éponge et met en sommeil la FFCP. Elle n’en sortira qu’en 2006, réveillée par un doux baiser de son petit prince Marc Mercier, ou par une grande claque dans la tronche, les historiens ne sont pas formels sur ce point.

 

 

C’était pas une baffe. Juste une caresse un peu stiff.

 

 

Mercier et le renouveau

 

En 2006, Marc Mercier ranime la FFCP, conscient que le catch doit évoluer s’il souhaite survivre face à l’ogre américain. Son premier objectif : créer une école de catch, la Catch Academy, former de nouveaux athlètes français et organiser des tournées en respectant les critères d’une discipline qui fait désormais la part belle au spectacle. Biberonné aux shows produits au pays de l’Oncle Sam, les spectateurs veulent que ça pète. Les moyens mis en œuvre par le nouveau président, techniques et médiatiques, contribuent alors à moderniser le milieu. Dès sa création, la Catch Academy est un succès (entre 50 et 100 catcheurs y sont formés chaque année), notamment grâce à sa vocation socio-éducative qui voit la fédération accueillir des jeunes sans emploi issus des quartiers défavorisés. L’initiative rencontre un succès certain, alors que l’engouement pour l’échange de baffes en slip semble de retour en France. Fort d’un vestiaire jeune, mais motivé, la FFCP part en tournée sur le territoire national entre 2007 et 2009 et organise la bagatelle de 260 shows du nord au sud du pays. Le succès est au rendez-vous, le public répond présent et les médias braquent à nouveau leurs projecteurs sur cette vieille fédération qui renaît de ses glorieuses cendres. La Catch Academy, aujourd'hui en stand-by, se porte à merveille et ses vertus pédagogiques et éducatives attirent même l’œil du gouvernement, qui s’intéresse de près aux projets de Marc Mercier en faveur des jeunes de banlieue.

 

 

Et dans les Hardcore Matchs, vous avez droit au karcher ?

 

 

Motivé par le succès du Catch Academy Tour, Marc Mercier voit plus grand et investit. Il souhaite que la FFCP passe à la vitesse supérieure et lorgne désormais sur les salles de plus larges dimensions comme les Zéniths et les Palais des Sports. Dès 2009, la fédération compte sur la participation de quelques grands noms du catch européen, et entre 2010 et 2011, les troupes de Marc Mercier partent à nouveau sur les routes hexagonales pour une nouvelle tournée intitulée « Les Superstars du Catch ». Une fois de plus, c’est un succès : 48 spectacles sont organisés, réunissant chaque soir entre 2000 et 6000 spectateurs. Mais l’horizon s’obscurcit : le catch a mauvaise presse et sa réputation s’écroule à mesure que les accidents se multiplient dans les cours de récré. La discipline n’a plus la cote, et le marché s’effondre peu à peu. Résultat, malgré tous les efforts de la FFCP et de son président, la tournée d’été 2013, dans les arènes du sud de la France, est un échec cuisant. Les moyens mis en œuvre et un plateau de qualité (qui comprend notamment la jeune et talentueuse arbitre bordelaise Artémis d’Ortygie) n’y changent rien : les travées sont vides, le public boude un sport-divertissement passé de mode. C’est la crise.

 

 

Sur cette photo, il ne manque que les catcheurs de la FFCP pour restituer fidèlement l’ambiance de la tournée des arènes.

 

 

Amer, Marc Mercier songe alors à jeter l’éponge et à fermer définitivement la FFCP. Il n’a pas de mots assez durs pour qualifier la concurrence, responsable selon lui de ce déclin inexorable et n’a pas vocation à perdre de l’argent indéfiniment. Mais l’ancien champion du monde n’est pas de ceux qui baissent les bras au premier revers et après mûre réflexion, il décide de jeter une dernière fois ses forces dans la bataille. La FFCP travaille donc actuellement sur une nouvelle tournée, en région parisienne, qui devrait se dérouler entre novembre 2013 et juin 2014. Si l’expérience est concluante, les athlètes, dont le Champion de la fédé Marc Sébire, partiront à nouveau sur les routes françaises dès l’été prochain. Un baroud d’honneur à quitte ou double. Qui symbolise bien l’énergie débordante et la volonté de la FFCP version Mercier.

 

 

J'ignorais tout...

... et maintenant je sais tout, merci Mako! Je ne savais pas, notamment, que c'est cette même fédé qui était déjà à l'oeuvre pendant l'Âge d'Or du catch français. Belle longévité, même entrecoupée d'une période de creux... Sinon, je croyais aussi que cette fédé était celle qui prétendait que le catch n'était pas chiqué, défendant le kayfabe jusqu'au bout des ongles, as opposed to une ICWA assumant complètement le côté entertainment, c'est vrai ou c'est pas vrai? Je vais lire l'itw de Mercier pour avoir la réponse!

What's up?




2009 - 2018
Relax Miz Girl, les CDC ne sont pas morts. Retrouvez-nous dans notre nouveau chez-nous.

Connexion utilisateur

Commentaires récents

Les Vignettes des Cahiers


Merde, j’ai toujours été nul au Puissance 4.


Retrouvez ici toutes nos vignettes !


Quotes of the Cahiers

"I'm gonna leave him in a pile of blood, and urine and vomit."
Brock Lesnar à propos de John Cena

"At 9 am Eastern time tomorrow, the WWE Network goes live. But the problem is you’re all gonna be so overwhelmed by the incredible content available, you won’t be able to turn it off. Adults will lose their jobs and kids will be expelled from schools for lack of attendance. In fact, you’re gonna be so mesmerized by the incredible content of the WWE Network that you won’t even have time to remove the garbage from your houses. Your places are gonna start to stink, rats will move in, and they’re gonna look like bigger pigsties than they already do. Ultimately, the government is gonna come along and condemn your homes and you will all be left homeless defending yourself on the street. Thank you very much."
Bad News Barrett

"He’s twisting him so much his twin brother is getting dizzy !"
JBL commentant un Giant Swing d'Antonio Cesaro sur l'un des frères Uso.

"I think I'm a little too old for you Jerry. I'm 26, I know you like them younger."
AJ Lee, à Raw, s'adressant à Jerry Lawler

"It looks like James Storm has had more partners than Taylor Swift lately, he should probably get tested"
Bad Influence

"Having watched that… I regret the doctors in Canada saving my life.”
Jerry Lawler, après le segment où Mae Young a accouché d'Hornswoggle.

"What's running through John Cena's mind? I don't give a crap what's running through his mind. What's more important is what's running down his leg."
Brock Lesnar

"Yes. Stop sending dumb tweets like this one. RT: @Kid_Antrim Any advice for me?"
Paul Heyman, sur Twitter

"With Kofi Kingston as the Intercontinental Champion, the bar has been lowered. And when the bar’s been lowered, mediocrity becomes acceptable. And when mediocrity becomes acceptable, society crumbles. And when society crumbles, civilization will end as we know it.”
Le Miz, Hell in a Cell

"Can you figure that? She's not able to get a date! I mean, even Natalya is able to get a date!"
Eve à propos de Layla

"I understand that you barbaric buffoons could easily eviscerate me and dispose of me like common trash. However, if you do so, I will not be a victim. I will be a martyr. A martyr for anyone who appreciates a sophisticated mind."
Damien Sandow, à DX.

"Apparently, giants can win the Super Bowl, but not matches at WrestleMania. You’re like ‘The Reverse Undertaker’. Who are you going to lose to this year? The boxer or the sumo wrestler?”"
Cody Rhodes au Big Show

"The Kliq is back, which is kind of ironic because "click" is the noise the audience's remote control makes every time Kevin Nash pops up on their TV screen."
CM Punk

"It's a conspiracy! C... O... N.... Spiracy!"
R-Truth

"I understand that... that Vince McMahon's gonna make money despite himself... he's a millionaire who should be a billionaire... you know why he's not a billionaire? It's because he surrounds himself with glad-handing nonsensical yes-men like John Laurinaitis, who's gonna tell him everything he wants to hear... and I'd like to think that maybe this company will be better after Vince McMahon is dead, but the fact is it's gonna get taken over by his idiotic daughter and his doofus son-in-law and the rest of his stupid family."
CM Punk

"These people are not Jimmies. They are the greatest fans in the world!"
John Cena, à R-Truth qui venait de qualifier le public de Raw de "Little Jimmies".

"Can you imagine if Sheamus wins this thing? I mean, the international ramifications, I mean the buyrate, I’m talking about the demographic change and everything? If Sheamus wins this match, it will be huge, not only for him but for the Smackdown brand."
Booker T., pendant un Title Match opposant le champion poids lourds Randy Orton à Sheamus.

"When I’m done with him, he’s gonna have barbecue sauce fueling out from his belly button like a geyser."
Michael Cole à propos de Jim Ross

"The WWE has gone from the powerful "Austin 3:16" to the dominant and iconic "can you smell what the Rock is cookin?"... all the way to "You can't see me"? You can't see me, what are you, playing peek-a-boo? Believe me, we all can see you. A blindfolded, sleeping, stuck in the basement Stevie Wonder can see your monkey ass. How in the hell do you think we can miss you come out here with your bright ass purple shirt, before that bright green shirt, bright orange shirt like a big fat bowl of Fruity Pebbles?"
The Rock à John Cena

"Jerry Lawler has forgotten more about wrestling than the Miz has ever known."
CM Punk

"If anyone says you can't do something, if anyone says you can't live your dream... Believe them, because you can't."
The Miz

"William Regal did the real work with this young man. Shawn Michaels took $3000 from him, that's all he ever did."
CM Punk à propos de la formation de Daniel Bryan

"I would RKO my own grandmother if it meant keeping this title. And then I'd RKO YOUR grandmother just to see the look on her face."
Randy Orton, à Sheamus

Virgil: - Ted, what are you going to do for protection?
Ted DiBiase, jetant un coup d'oeil à Maryse: - Go to the drugstore.

"Her teeth are going to be like the Ten Commendments after this match: all broken."
Alicia Fox, à propos d'Eve Torres

"Layla is not married. She deserves a good husband. I should marry her before she meets him."
Jerry Lawler

"If I suck, why would a Perry deli – the top Perry deli – name their top-selling sandwich after me? It's called the Swaggie. It smells like freedom."
Jack Swagger

"I realize how much of a starmaking performance I had in McGruber. The reviews have been off the charts. As a matter of fact, they are speaking of a possible early Oscar nomination."
Chris Jericho

"I'm sure your mom's uterus is awesome."
Vicki StElmo à Vladimir Kozlov

"If we were in your era, I'd put a Sharpshooter on you faster than you can put a pair of cheap sunglasses on an ugly kid."
The Miz, à Bret Hart.

"When I look at you I don't see fans. I don't even see people. I see money, money, money, money. Dollar signs, dollar signs, dollar signs, dollar signs. With some of you, a lot of dollar signs because I see a lot of fat people in the audience and I know you paid for two seats. Thank you very much!"
Batista à Raw.

"We are real women with the body that God created us with."
Mickie James, la femme aux implants mammaires en silicone qui explosent dans le ring.

Don Johnson: "This is a mistake!"
The Miz: "Mistake? No. Pink shirts and white suits, that is a mistake."

"One nation under Punk, undivisible, with integrity and sobriety for all!"
CM Punk

Michael Cole: "Our guest at ringside, Marisse. Welcome."
Maryse: "Oh my god, Michael Cole, you vintage nerd. You can't even say my name right. I should punish you and just give you my French kiss."

"If I see you in my match tonight, I'm gonna tear your intestins out and jump rope with it. And that's not all. I'm gonna take my two fingers, I'm gonna dig up your nosedrills and I'll rip your brain out. And I'm gonna put it in a newspaper and I'm gonna smash it against a window."
Mike Tyson à Hornswoggle

Ted DiBiase: "My movie, the Marine II, is superior to the original Marine."
Cody Rhodes: "Ted, my fifth grade graduation video is superior to the original Marine."

"I'm on Raw, you're on Smackdown... Long distance relationships don't work, Chris."
Big Show

Jerry Lawler, après une promo de Maryse où elle a qualifié Melina de "petite poupée": "Did she just say poupée? Do you know what that means in French?"
Michael Cole: "What?"
Jerry Lawler: "I... I can't say it!"

"I respect her. There are a lot of things that she does that I couldn't do, being the size that she is."
Michelle McCool à propos de Mickie James.

"We have MVP on the stage, and PMS in the ring."
Goldust, à propos des divas assemblées dans le ring pendant les Slammy Awards 2009.

"It was kind of like the 300 at the battle of Thermopylae, but with better abs".
John Morrison à propos de la fin de son match à Survivor Series, quand il s'est retrouvé à 1 contre 3.

"Hi, I'm John Morrison, and one time I drove my Lexus 700 miles on a tank full of my own urine."
John Morrison

"I always said if I could put my brain in Andrew’s body he’d be a 20-time world champ."
Edge à propos de Andrew "Test" Martin