Sondage

Cela fait maintenant un mois tout pile que Jinder Mahal est champion de la WWE. Selon vous::

Un vendredi soir comme les autres

Dans la vie, il faut essayer d’aménager les cycles qui vont de la lassitude à l’enthousiasme.

François Mitterrand

 

La nalyse de Smackdown est à la bourre. Il faut nous comprendre : en fin d’année, la fatigue se fait sentir. Et puis, les lecteurs se désintéressent de plus en plus d’un show secondaire devenu parfaitement dispensable. Du coup, pas simple de motiver les rédacteurs au moment de trouver un volontaire hebdomadaire pour en faire le compte-rendu. Mais voici finalement la nalyse, placée sous le signe de la contestation féministe et d’une certaine lassitude.

 

 

"Fuck Vince McMahon", t'es sûre Inna?

 

 

Nalyse de Smackdown du 6 décembre

 

 

Dans le Grand Barnum de la fédération de Stamford, Smackdown est en nette perte de vitesse. Depuis le Supershow du lundi soir, le programme du vendredi peine à trouver sa place et n’est plus que le supplétif de Raw. Nous l’avons écrit à de très nombreuses reprises. Résultat, les fans délaissent la brand bleue, coupable d’avoir perdu son âme, victime de son incapacité à définir une nouvelle ligne identifiable sur la durée. Les épisodes du vendredi sont tour à tour excellents ou médiocres, en quête d’autonomie vis-à-vis du vaisseau amiral de la WWE, ou au contraire inscrivent leurs pas dans les siens. Bref, le fan ne s’y retrouve plus et le désintérêt grandit. Jusque sur nos pages où les comptes rendus de Smackdown peinent à mobiliser nos lecteurs. Lectures en baisse, articles peu commentés… Ce show a désormais bien du mal à convaincre et c’est un euphémisme que de l’écrire. Résultat, le manque de passion touche aussi nos rédacteurs : il devient difficile de trouver des candidats à la nalyse des événements de la fin de semaine et une certaine démotivation pointe le bout de son nez aussi sûrement que les seins d’Inna Shevchenko pointent le leur à Notre-Dame ou sur les timbres de la République française.

 

Désormais, tous les homophobes, extrémistes, fascistes devront lécher mon cul pour envoyer une lettre. Inna Shevchenko

 

 

Résultat, nous sommes (je suis) à la bourre et me contenterai cette semaine d’une nalyse express. Ce qui ne nous empêchera pas de nous interroger prochainement sur la pertinence de maintenir un format qui s’essouffle et peine à convaincre nos lecteurs. Mais en attendant ce grand Big Bang éditorial [votre avis est attendu en commentaire], penchons-nous de façon chronologique sur les rebondissements intervenus vendredi dernier, lors d’un épisode de Smackdown moyen, ni bon ni mauvais. Tournez manèges !

 

Ouverture du show

 

Vendredi dernier, c’est le Champion WWE en personne qui a eu l’honneur d’initier les débats par une promo efficace au centre du ring. On raille souvent Randy Orton pour son peu de talent au micro, mais fort injustement selon moi. Dans son verbe comme sur le ring, le Legend Killer est froid, méthodique, patient et efficace et il en a apporté la preuve lors de cet épisode de Smackdown. Rien d’original sur le fond : la compagnie sait ce qui est bon pour le business et les fans vont voir ce qu’ils vont voir lorsqu’il unifiera les titres poids lourds et WWE à TLC. Mais reconnaissons-lui un talent certain pour incarner un connard arrogant, méprisant et sûr de sa force… [votre avis est attendu en commentaire] À ma grande surprise, c’est Daniel Bryan qui a déboulé dans l’arène pour apporter un peu de contradiction dans ce grand numéro de heel prétentieux. Et que rétorque-t-il, le petit dragon barbu ? Que la Vipère ne l’a jamais battu à la régulière, bien au contraire. Et de le défier le soir même sous les Yes d’un public quelque peu mollasson. Un segment efficace, mais qui interroge : la rivalité entre Randy et Danny n’est-elle pas censée être terminée ? Encore un preuve que les bookers, lorsqu’ils sont en mal d’inspiration, ne se cassent pas le cul et n’hésitent pas à nous resservir de la vieille soupe de transition. [votre avis est attendu en commentaire] Qu’importe : ce match sera le main event de la soirée. Mouais.

 

 

Mon avis? Que la WWE traite les Divas comme des putes. J'appelle mes soeurs à nous rejoindre. Montrer leurs seins, elles en ont déjà l'habitude.

 

 

Match1 : Big E Langston bat Fandango

 

Big E Langston explose Fandango en moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire (2min50), sous les yeux de Damien Sandow qui assiste au spectacle depuis la table des commentateurs. Il n’y a pas grand-chose à dire de ce squash insipide : le Champion IC exécute un adversaire moins fort que lui sur le papier, tandis que son rival n’en perd pas une miette. Damien Sandow semble lui-aussi impressionné par le talent du jeune Golgoth à la poitrine aussi saillante qu’une Femen portant haut le principe d’universalité des droits, tétons au vent comme notre ami Big E. D’ailleurs, si d’aventure il avait l’intention d’abandonner le catch, Langston pourrait avoir un bel avenir dans l’agit-prop. En attendant, voilà une feud classique de midcard, bookée paresseusement par une équipe créative en manque d’inspiration et qui ne fait pas honneur au potentiel énorme du Champion intercontinental. Injustement raillé jusque sur nos pages, Big E démontre enfin qu’il dispose bien de tous les atouts pour grimper rapidement dans la hiérarchie : l’intensité in ring, une belle habilité au micro, un sens de l’humour rafraîchissant, une jolie capacité à passer de heel à face sans perdre de saveur pour autant. Ce jeune a tout pour réussir. Oops, non, pardon : il n’a aucun passé indy, ce qui devrait refroidir les Major Tom. [votre avis est attendu en commentaire]

 

 

Agiter ou agir ? Il faudrait que j’y réfléchisse sérieusement.

 

 

Match 2 : Ryback & Curtis Axel battent les Rhodes Brothers.

 

Après un duel de moins de trois minutes, rien de tel qu’un affrontement tag team de quatre minutes pour bien lancer un show… Les ex-protégés de Paul Heyman viennent à bout des champions en titre, sur un schoolboy de Curtis sur Cody. Un affrontement sans grand intérêt, si ce n’est de nous signifier que le Big Hungry et le fiston de Mr. Perfect auront leur chance à TLC. Et ? Ben rien d’autre. Un match fun, mais un peu court pour emporter notre enthousiasme. Du coup, on s’en fout à peu près autant que le segment suivant, mettant en scène Wade Barrett dans son nouveau gimmick de heel spécialiste de la vanne facile et de la cheap heat la plus convenue. Par pitié, sortez-le de cette galère. L’Anglais est fait pour briser des crânes sans pitié, pas pour faire le pitre au micro. [votre avis est attendu en commentaire]

 

 

J'appelle Goldust à se libérer de ses chaînes et à enfin assumer sa féminité.

 

 

Match 3 : Kofi Kingston et Alberto Del Rio ne parviennent pas à se départager et pour cause, le match n’a pas eu lieu.

 

No contest entre l’éternel prétendant au title shot et un Mexicain qui a passé le plus clair de l’année ceinture de Champion poids lourds autour des hanches. Avant que la cloche ne sonne le début des hostilités, Berberto explose le Ghanéen et lui nique le bras d’un armbreaker forcément insoutenable quand on ne s’appelle pas John Cena. Tellement insignifiant qu’on ne vous en voudra pas si vous n’en parlez pas en commentaire.

 

La soirée se poursuit sur une promo du Shield, ce qui permet à la température de grimper en flèche. Roman Reigns, décidément un autre homme depuis son exploit des Survivors Series [votre avis est attendu en commentaire], a un petit message à faire passer à CM Punk : il voudrait le démolir et lui briser tous les os du corps d’un simple Spear, une mission sur mesure pour le bad guy le plus bad du Bouclier, un titre que semblent se disputer le Samoan et Dean Ambrose. Une pièce de plus dans le grand puzzle de la séparation des trois rookies dans le vent qui me semble imminente [votre avis est attendu en commentaire]. C’est donc Ambrose qui sera opposé au Second City Saint pas plus tard que tout de suite maintenant.

 

 

Un peu osée sa reconversion en dark moine shaolin

 

 

Match 4 : CM Punk, blessé, vient à bout de Dean Ambrose, pas content.

 

Accorder dix minutes à CM Punk et à Dean Ambrose en un contre un, c’est une garantie d’offrir au public un excellent duel. Courageux face diminué par les blessures, le natif de Chicago l’emporte sur GTS contre un rival vaillant et déterminé, après avoir dispensé un festival de kicks. Le fêlé du Shield, lui, nous dispense toujours ses expressions de visage excessives jusqu’à la caricature, pour mon plus grand plaisir.

 

Après le match, nous retrouvons Rey Mysterio en coulisse, interviewé par la délicieuse et pétulante Renée Young. Un Mexicain à SmackDown ? Vite, appelons Zeb Colter en renfort ! Le moustachu dit tout le mal qu’il pense du maître du 619 et lui propose de se trouver un partenaire de jeu pour un match contre ses Real Americans.

 

Match 5 : Natalya bat Tamina

 

Sous les yeux d’AJ, la Canadienne aux intestins fragiles et aux goûts pour le moins discutables lorsqu’il s’agit de se trouver un mec à l’écran est venue à bout de Tamina sur la prise qui continue de faire les beaux jours de la division féminine de la WWE : le Roll-up. Voilà qui est original et met parfaitement en valeur les capacités de deux des meilleures Divas de Stamford.

 

 

NOT !

 

 

AJ et Nattie se retrouveront à TLC, ce qui devrait aboutir à un joli duel à la condition qu’elles aient un peu de temps pour s’exprimer, ce que l’on est en droit de penser et d’espérer, à moins d’être de celles et ceux qui considèrent que Natalya a « perdu » son catch. Ce qui n’est pas mon cas. [votre avis est attendu en commentaire]

 

 

 

Afin de nous assurer une certaine médiatisation, nos actions se veulent provocatrices, spectaculaires, ou empreintes d’autodérision ou de moquerie. Nous sommes connues pour manifester avec notre corps et nous revendiquons une forme de féminisme radical que nous appelons « sextremisme ». Nous sommes les représentants d’un nouveau type d’activisme féminin qui est certes agressif, mais non violent, provocateur, mais délivrant un message clair. Nous nous inscrivons dans une lignée post-féministe représentative de l’asservissement et de la propriété publique du corps des femmes.

 

 

Match 6 : Big Show et Rey Mysterio battent les Real Americans.

 

Les gentils ont gagné contre les méchants. Rien à dire, même en commentaire.

 

Match 7 : Randy Orton bat Daniel Bryan

 

Huit minutes pour le main event, soit assez temps pour construire le meilleur match de la soirée, qui se conclut de façon assez alléchante : la salle est brusquement plongée dans le noir et quand la lumière est de retour, Erick Rowan et Luke Harper ont fait irruption dans le show. C’est suffisant pour distraire Daniel Bryan et ouvrir les portes du RKO à Randy Orton. À l’issue du combat, la lumière disparaît à nouveau. Bray Wyatt débarque par Titantron interposé pour enjoindre le Dragon de rejoindre la famille. Il y compte bien, car un jour, D-Bryan comprendra finalement qui il est. Ah ah ah ! (rires sardoniques un brin forcés) La storyline se poursuit, sans qu’on sache vraiment (enfin, sans que je sache vraiment) où elle va, s’il s’agit là d’une rivalité de transition pour le petit Barbu ou d’une histoire plus fouillée qui verrait un D-Bryan péter un câble et rejoindre pour un temps les allumés du Bayou. Au regard de son passé psychiatrique, assister à sa lente transformation en membre prestigieux de la Wyatt Family, ce ne serait pas délirant, au contraire. Et serait assez kiffant. En tout cas, je signe des mains pour qu’un tel scénario voie le jour. [votre avis est attendu en commentaire]

 

C’est sur cette image d’un Bray Wyatt faisant les yeux doux à Daniel Bryan que s’achève ce show correct, mais un peu poussif en terme de booking. La WWE rend une copie passable avant TLC, dans un contexte où le Raw du lundi 9 décembre était consacré aux Slammy Awards. Autant dire que les choses sont désormais figées d’ici au PPV des tables, des chaises et des échelles. [votre avis est attendu en commentaire]

 

 

Kelly Kelly a un temps pensé à rejoindre les Femen. Mais elle n’a rien trouvé à écrire sur ses faux seins. Alors elle continuera à manifester sur des calendriers. Mais sans rien avoir à dire. Après la quatrième vague du féminisme portée par Inna Shevchenko, voilà la cinquième vague. Celle de l’agit-prop nihiliste, du militantisme du néant et du post-féminisme néo-absurde.

 

 

O_O

Putain elle a changé kelly², on la reconnait pas du tout. On dirait qu'elle est majeure.
Et nan elle a pas des faux seins.
Enfn bon SD j'accroche plus du tout depuis que comme tu le dis c'est devenu une rediff live de raw....

Tous unis!

Oui, SD a perdu sa flamme, il ne s'y passe rien de bien important niveau histoire (à part une ou deux annonces par mois).
Le catch rattrapait normalement le tout, mais depuis la fusion des rosters, il y a souvent les memes match que le lundi.
Les rosters ont fusionné, les ceintures le seront peut-être, pourquoi pas les nalyses des CDC?
.
En tout cas, je ne suis pas pour la séparation du Shield, je pense qu'ils peuvent encore nous offrir de bon moments.
.
Bref, nalyses unies, ceintures unies, Koko et Kaitlyn unis, et Shield uni

Oui

Tu mets le point sur ce qui cloche à Smackdown : les shows ne sont pas nécessairement mauvais, mais tout ce qui se produit d'intéressant (un bon match, une promo réussie ou un angle original) sera repris, copier-coller, lors du Raw suivant. Du coup, à quoi bon ? Attendons Raw pour revoir le Punk/Ambrose, et tout ira bien.
Sinon, pas un mot sur les nouveaux n°1 contender aux titres par équipe ? Quelle tristesse ces Rybaxel, je trouve ça assez marrant de voir les deux premiers prétendants à la ceinture de plomb faire équipe ensemble en fin d'année.

a l'inverse

Si t'es serré niveau timing, tu peux mater Smackdown et laisser tomber Raw. Les développements des shows seront récapituler dans le prochain Smackdown.

Les deux se bouffent et c'est la plus mauvaise idée du monde.

Latrell a raison, Major a tort

C'est le best of de Raw qui est repris à SD, et ce dans un show nettement plus court. Quand j'ai pas le temps de mater les deux, je me contente de SD, ben j'ai l'impression d'avoir vu Raw.
Sinon ma préférée des Femen c'est leur militante bélarusse de 120 kilos qui s'est fait la tronche de Loukachenko pour une manif à Minsk (et qui a bien morflé à cause de ça pas plus tard que juste après d'ailleurs, de même qu'Inna et ses copses).

Mon avis attendu en commentaires

Si je comprends bien, au vu de ta façon de légèrement nous aiguiller tu attends plus ou moins des réactions. Je suis au regret de devoir enfoncer quelques portes ouvertes : Oui Smd est devenu le show facultatif de la WWE, sorte de SuperStars new look, constituant une piqûre de rappel pour ceux n'ayant suivi le Raw précédent que d'un œil distrait. Il ne se passe plus rien d'exclusif, ni de vraiment marquant. Mais dans mes souvenirs c'était presque le même topo au début de ce show, disons de 1999 à la séparation des rosters. Un recours intéressant serait, surtout au vu des 2h15/2h20 effectives de Raw, d'en faire un vrai "B" show, mais au sens respectable du terme, c'est à dire avec le réservoir de futurs talents de la compagnie comme les catcheurs à NxT actuellement. Quitte à fusionner aussi les titres IC et US au point où on en est.
Sinon pas mal ton fil rouge des Femen, rien n'est plus politique que le catch qu'on se le dise !

Idem

Qu'on fusionne déjà les résumés.
Un résumé avec juste les résultats après le show puis un retour des éventuels rares éléments marquants ou sujets à débat lors de la nalyse du Raw suivant. Ou du PPV.

Pauvre Barret, pauvre misère

Je me demande vraiment ce qui est arrivé à Wade Barrett...
Ce mec est un excellent heel au micro, au catch peut être pas encore hyper spectaculaire mais physique. Il a prouvé son talent au sein de la Nexus, il a eu de belles rivalités contre Sheamus ou Orton...
Je demande pas d'en faire un champion WWE de suite, mais il aurait sa place en midcard largement (en équipe avec Drew Mc Intyre, ou en solo) et pas en personnage funny...

Quant aux Wyatt, je trouve qu'ils ont la meilleure gimmick de la fédé depuis l'Undertaker. Leur musique, leur style, l'ambiance un peu Django Unchained, je kiffe. Ils arrivent à un moment bizarre, où on ne sait pas trop pour qui ils roulent... Et justement, je trouve que le mystère plait bien.

Pour ma part, j'espère que le Shield ne se déchirera pas immédiatement... Ces trois mecs ont volé le show depuis un an ensemble, rien ne dit qu'ils feront de même séparément...

What's up?



31 janvier

Il était bien cool, ce Rumble, non? Venez dire dans les comms de la nalyse ce que vous en avez pensé, et n'oubliez pas que les vignettes attendent vos légendes sagaces ici.

Connexion utilisateur

Commentaires récents

Les Vignettes des Cahiers


Merde, j’ai toujours été nul au Puissance 4.


Retrouvez ici toutes nos vignettes !


Quotes of the Cahiers

"I'm gonna leave him in a pile of blood, and urine and vomit."
Brock Lesnar à propos de John Cena

"At 9 am Eastern time tomorrow, the WWE Network goes live. But the problem is you’re all gonna be so overwhelmed by the incredible content available, you won’t be able to turn it off. Adults will lose their jobs and kids will be expelled from schools for lack of attendance. In fact, you’re gonna be so mesmerized by the incredible content of the WWE Network that you won’t even have time to remove the garbage from your houses. Your places are gonna start to stink, rats will move in, and they’re gonna look like bigger pigsties than they already do. Ultimately, the government is gonna come along and condemn your homes and you will all be left homeless defending yourself on the street. Thank you very much."
Bad News Barrett

"He’s twisting him so much his twin brother is getting dizzy !"
JBL commentant un Giant Swing d'Antonio Cesaro sur l'un des frères Uso.

"I think I'm a little too old for you Jerry. I'm 26, I know you like them younger."
AJ Lee, à Raw, s'adressant à Jerry Lawler

"It looks like James Storm has had more partners than Taylor Swift lately, he should probably get tested"
Bad Influence

"Having watched that… I regret the doctors in Canada saving my life.”
Jerry Lawler, après le segment où Mae Young a accouché d'Hornswoggle.

"What's running through John Cena's mind? I don't give a crap what's running through his mind. What's more important is what's running down his leg."
Brock Lesnar

"Yes. Stop sending dumb tweets like this one. RT: @Kid_Antrim Any advice for me?"
Paul Heyman, sur Twitter

"With Kofi Kingston as the Intercontinental Champion, the bar has been lowered. And when the bar’s been lowered, mediocrity becomes acceptable. And when mediocrity becomes acceptable, society crumbles. And when society crumbles, civilization will end as we know it.”
Le Miz, Hell in a Cell

"Can you figure that? She's not able to get a date! I mean, even Natalya is able to get a date!"
Eve à propos de Layla

"I understand that you barbaric buffoons could easily eviscerate me and dispose of me like common trash. However, if you do so, I will not be a victim. I will be a martyr. A martyr for anyone who appreciates a sophisticated mind."
Damien Sandow, à DX.

"Apparently, giants can win the Super Bowl, but not matches at WrestleMania. You’re like ‘The Reverse Undertaker’. Who are you going to lose to this year? The boxer or the sumo wrestler?”"
Cody Rhodes au Big Show

"The Kliq is back, which is kind of ironic because "click" is the noise the audience's remote control makes every time Kevin Nash pops up on their TV screen."
CM Punk

"It's a conspiracy! C... O... N.... Spiracy!"
R-Truth

"I understand that... that Vince McMahon's gonna make money despite himself... he's a millionaire who should be a billionaire... you know why he's not a billionaire? It's because he surrounds himself with glad-handing nonsensical yes-men like John Laurinaitis, who's gonna tell him everything he wants to hear... and I'd like to think that maybe this company will be better after Vince McMahon is dead, but the fact is it's gonna get taken over by his idiotic daughter and his doofus son-in-law and the rest of his stupid family."
CM Punk

"These people are not Jimmies. They are the greatest fans in the world!"
John Cena, à R-Truth qui venait de qualifier le public de Raw de "Little Jimmies".

"Can you imagine if Sheamus wins this thing? I mean, the international ramifications, I mean the buyrate, I’m talking about the demographic change and everything? If Sheamus wins this match, it will be huge, not only for him but for the Smackdown brand."
Booker T., pendant un Title Match opposant le champion poids lourds Randy Orton à Sheamus.

"When I’m done with him, he’s gonna have barbecue sauce fueling out from his belly button like a geyser."
Michael Cole à propos de Jim Ross

"The WWE has gone from the powerful "Austin 3:16" to the dominant and iconic "can you smell what the Rock is cookin?"... all the way to "You can't see me"? You can't see me, what are you, playing peek-a-boo? Believe me, we all can see you. A blindfolded, sleeping, stuck in the basement Stevie Wonder can see your monkey ass. How in the hell do you think we can miss you come out here with your bright ass purple shirt, before that bright green shirt, bright orange shirt like a big fat bowl of Fruity Pebbles?"
The Rock à John Cena

"Jerry Lawler has forgotten more about wrestling than the Miz has ever known."
CM Punk

"If anyone says you can't do something, if anyone says you can't live your dream... Believe them, because you can't."
The Miz

"William Regal did the real work with this young man. Shawn Michaels took $3000 from him, that's all he ever did."
CM Punk à propos de la formation de Daniel Bryan

"I would RKO my own grandmother if it meant keeping this title. And then I'd RKO YOUR grandmother just to see the look on her face."
Randy Orton, à Sheamus

Virgil: - Ted, what are you going to do for protection?
Ted DiBiase, jetant un coup d'oeil à Maryse: - Go to the drugstore.

"Her teeth are going to be like the Ten Commendments after this match: all broken."
Alicia Fox, à propos d'Eve Torres

"Layla is not married. She deserves a good husband. I should marry her before she meets him."
Jerry Lawler

"If I suck, why would a Perry deli – the top Perry deli – name their top-selling sandwich after me? It's called the Swaggie. It smells like freedom."
Jack Swagger

"I realize how much of a starmaking performance I had in McGruber. The reviews have been off the charts. As a matter of fact, they are speaking of a possible early Oscar nomination."
Chris Jericho

"I'm sure your mom's uterus is awesome."
Vicki StElmo à Vladimir Kozlov

"If we were in your era, I'd put a Sharpshooter on you faster than you can put a pair of cheap sunglasses on an ugly kid."
The Miz, à Bret Hart.

"When I look at you I don't see fans. I don't even see people. I see money, money, money, money. Dollar signs, dollar signs, dollar signs, dollar signs. With some of you, a lot of dollar signs because I see a lot of fat people in the audience and I know you paid for two seats. Thank you very much!"
Batista à Raw.

"We are real women with the body that God created us with."
Mickie James, la femme aux implants mammaires en silicone qui explosent dans le ring.

Don Johnson: "This is a mistake!"
The Miz: "Mistake? No. Pink shirts and white suits, that is a mistake."

"One nation under Punk, undivisible, with integrity and sobriety for all!"
CM Punk

Michael Cole: "Our guest at ringside, Marisse. Welcome."
Maryse: "Oh my god, Michael Cole, you vintage nerd. You can't even say my name right. I should punish you and just give you my French kiss."

"If I see you in my match tonight, I'm gonna tear your intestins out and jump rope with it. And that's not all. I'm gonna take my two fingers, I'm gonna dig up your nosedrills and I'll rip your brain out. And I'm gonna put it in a newspaper and I'm gonna smash it against a window."
Mike Tyson à Hornswoggle

Ted DiBiase: "My movie, the Marine II, is superior to the original Marine."
Cody Rhodes: "Ted, my fifth grade graduation video is superior to the original Marine."

"I'm on Raw, you're on Smackdown... Long distance relationships don't work, Chris."
Big Show

Jerry Lawler, après une promo de Maryse où elle a qualifié Melina de "petite poupée": "Did she just say poupée? Do you know what that means in French?"
Michael Cole: "What?"
Jerry Lawler: "I... I can't say it!"

"I respect her. There are a lot of things that she does that I couldn't do, being the size that she is."
Michelle McCool à propos de Mickie James.

"We have MVP on the stage, and PMS in the ring."
Goldust, à propos des divas assemblées dans le ring pendant les Slammy Awards 2009.

"It was kind of like the 300 at the battle of Thermopylae, but with better abs".
John Morrison à propos de la fin de son match à Survivor Series, quand il s'est retrouvé à 1 contre 3.

"Hi, I'm John Morrison, and one time I drove my Lexus 700 miles on a tank full of my own urine."
John Morrison

"I always said if I could put my brain in Andrew’s body he’d be a 20-time world champ."
Edge à propos de Andrew "Test" Martin