Sondage

Cela fait maintenant un mois tout pile que Jinder Mahal est champion de la WWE. Selon vous::

CDC Awards 2013 : Meilleur moment

Sweeter than wine

Softer than a summer's night…

Lou Reed, This Magic Moment

 

Pendant que vous vous creusez la cervelle pour désigner le pire moment de l’année écoulée (dépêchez-vous, vous avez jusqu’à minuit ce vendredi), on vous offre le versant lumineux de ce que la WWE sait faire, avec cette compilation des moments les plus marquants de 2013, dans le bon sens du terme cette fois.

 

 

Somebody call my moment !

 

 

CDC Awards 2013 : Meilleur moment

 

 

Un « moment ». C’est quoi un moment ?

 

Une flagrance fugace d’effluve évanescente ? Ce clin d’œil entre la naissance et la mort qui s’appelle la vie ? Un bref intervalle de temps, nous dit le dictionnaire.

 

Quant à nous, nous nous en tenons au principe suivant : un moment, pour être inclus dans notre sélection des meilleurs de l’année, doit être « Youtubisable » (comprendre : pas une sensation générale du genre « la renaissance de la division par équipes » mais une séquence datée et précise) et nous avoir apporté une grande satisfaction ou nous avoir surpris en bien. Il y a dans la liste que nous avons finalement élaborée des « mark out moments » comme on dit, mais aussi des segments qui nous ont simplement remplis d’une joie pure, enfantine, un peu niaise même. Vous retrouverez donc dans ce best of de 2013 des victoires héroïques, des promos d’anthologie, des visuels impressionnants, des évolutions de storyline salutaires, et ainsi de suite. Vous avez sans doute vos propres moments préférés, alors n’hésitez pas à nous en faire part en comms !

 

 

- Oui alors moi je pense que la micro-seconde où on a vu le téton de Kaitlyn… ^^

- On mettra ça hors catégorie, OK ?

 

 

Nous avons été douze à voter, chacun dressant un top 5 de ses moments favoris (et Dieu sait que ce ne fut pas facile), attribuant 5 points au meilleur moment, deux au suivant et ainsi de suite. Avant de passer au classement, retour sur le palmarès des années passées. Cliquez sur les liens, la plupart sont encore actifs !

 

 

 

2012

1/ Le retour de Brock Lesnar, 28 points sur 60 possibles

2/ Le retour de Chris Jericho, 27 points

3/ Kane chez le psy, 21 points

4/ Le triomphe des "Yes !" au lendemain de Wrestlemania, 17 points

5/ CM Punk attaque le Rock et rejoint le côté obscur, 15 points

 

2011

1/ CM Punk gagne à Money in the Bank et s’enfuit avec le titre WWE, 18 points

2/ La promo shoot de CM Punk, 16

3/ L’annonce de la retraite d’Edge et sa célébration, 13

4/ Christian devient champion du monde poids lourds, 10

5/ Le retour du Rock, 7

 

2010

1/ L'invasion du Nexus, 21 points

2/ Le discours de départ de HBK, 15

3/ex. Evil Miz Girl, 5

3/ex. Le retour de Daniel Bryan à Summerslam, 5

3/ex. Les faux adieux de Cena, 5

 

2009

1/ex. Jericho déguisé en fan attaque Mysterio, 9 points

1/ex. Orton DDT et embrasse Stephanie, 9

3/ex. CM Punk arrive déguisé en Jeff Hardy, 8

4/ex. Edge entre dans l’Elimination Chamber de Raw, 7

4/ex. Chris Jericho démasque Rey Mysterio à Extreme Rules, 7

 

 

La preuve que 2013 aura été une année colossale : ce segment pourtant inoubliable n’a été cité par personne.

 

 

 

Palmarès 2013

 

 

1. La fausse retraite de Mark Henry, Raw, 17 juin, 38 points sur 60 possibles

 

Aux CDC, on se prétend fins connaisseurs du fonctionnement du catch. Les rebondissements, on les voit venir à des bornes. Les plus fines ficelles des storylines sont à nos yeux d’experts d’énormes câbles. Les grosses surprises prévues par la WWE ne nous décontenancent guère. Mais nous avons tous mordu comme les marks les plus innocents dans la formidable promo prononcée ce jour-là par MONSIEUR Mark Henry, sanglé dans une seyante veste rose saumon. Encore marqués par le souvenir des émouvants adieux de Shawn Michaels en 2010 et d’Edge en 2011, nous avons totalement cru que le grand Mark venait réellement nous annoncer son départ définitif à la retraite. Il est vrai que le bonhomme n’a pas lésiné sur le work-shoot pour accomplir son forfait, ses yeux se mouillant à l’instant de promettre à sa gamine que son bourlingueur de papa rentrait pour de bon à la maison. Ce n’était que pour mieux endormir notre vigilance, ainsi que celle de ce benêt de John Cena qui, affichant une mine compassée de circonstance, regardait avec satisfaction ce dangereux adversaire annoncer qu’il n’y aurait plus de ass kicked ni de wig split. La suite fut un coup de tonnerre d’autant plus jouissif que c’est le boyscout Cena qui se prit un World’s Strongest Slam tonitruant qui nous fit bondir de notre canapé en simili cuir comme si nous l’avions nous-mêmes encaissé. La feud serait courte et décevante, mais son lancement fut absolument parfait.

 

 

- Je vais rentrer chez moi... Passer plus de temps avec mes proches... Retrouver les plaisirs simples de la vie...

- Oh là là, Mark dit sans doute la vérité ! C’est exactement ce que j’avais dit quand j’ai pris ma retraite il y a deux ans à cause du Nexus !

 

 

 

2. Daniel Bryan devient champion WWE à Summerslam, 31 points

 

Certains d’entre nous ajoutèrent dans leur vote « et se fait casher la gueule par Randy Orton », mais ça ne change rien : la fin de Summerslam fut probablement le main event de PPV le plus marquant de 2013, loin devant l’unification des titres de champion du monde à TLC et la réconciliation Rock-Cena de Wrestlemania. Bryan, enfant chéri de l’IWC en général, des CDC en particulier et de tout ce que la planète compte de gens de bon goût, avait enfin atteint le Graal, en terrassant — clean s’il vous plaît — l’indestructible Cena. Mais le preux chevalier n’allait pas savourer longtemps puisque, comme dans les meilleurs « season finale » des séries à suspense, il fut immédiatement trahi par deux personnages de premier plan, qui repassaient ainsi du côté obscur de la force pour la première fois depuis des années. Là aussi, l’élément de surprise fut réel, et vint s’ajouter à la joie ressentie à l’issue du main event — même si certains furent prompts à crier au scandale, à convoquer le spectre des 18 secondes de sinistre mémoire et à annoncer que les cols blancs de la fédération enterraient Bryan, le champion du peuple… Ce qui était exactement leur but, donc c’est bien joué !

 

 

Yessus Interruptus.

 

 

 

3. Cash-in de Dolph Ziggler, Raw, 8 avril, 25 points

 

Il y a une constante dans les moments de notre podium : ils voient tous les trois un Face mordre la poussière, Cena dans les deux premiers cas, Del Rio ici. Car oui, le milliardaire méprisant était devenu face... On s’attendait à un cash-in du Show Off la veille, à Wrestlemania, une soirée de gala qui aurait parfaitement convenu à l’appétit de gloire de l’égomaniaque Ziggler, mais il choisit de patienter vingt-quatre heures de plus, histoire de frapper un soir où il était sûr d’être le seul à voler le show, ce qui fut fait sans coup férir face à un Del Rio amoindri par une attaque préalable de Jack Swagger. Après des années passées à monter patiemment dans la carte, après un premier règne de champion poids lourds incroyablement mal géré (on ne sait toujours pas s’il a été champion ou non à l’époque où Vickie et Teddy Long se disputaient les responsabilités à Smackdown), le blond platine était enfin récompensé de son incroyable dévouement à la cause, lui qui est sans doute le plus grand bumper de la galaxie, en plus d’être l’un des catcheurs les plus doués entre les cordes. La salle ne s’y trompa pas, qui accompagna son sacre d’un rugissement de bonheur qui annonçait déjà le double turn Ziggler – Del Rio qui se produirait deux mois plus tard. Et qui semblait aussi annoncer que Ziggy venait de valider pour un bon bail sa place au main event — ce qui, on le sait, ne serait pas exactement le cas...

 

 

Dolph Ziggler, sur le point de découvrir que le plafond de verre peut être franchi dans les deux sens.

 

 

 

4. Réintégration des Rhodes après leur victoire sur le Shield, Battleground, 12 points

 

Il est assez rare que nous « récompensions » les feelgood moments voulus comme tels par la WWE. Ceux-ci nous semblent généralement trop niais, manquant de souffle ou de finesse. Mais quand Goldust et Cody Rhodes, avec l’aide de leur bedonnant mais fringant papa, sont venus à bout du duo quasi invincible formé par Rollins et Reigns pour regagner leur emploi à la WWE, nous fûmes nombreux à ressentir très exactement ce que les bookers avaient voulu qu’on ressente : une joie enfantine à la vue de la victoire des gentils sur les méchants. Des sentiments aussi purs sont rares et méritent donc largement d’être chéris...

 

 

- Ah, mes fils chéris ! Je suis tellement fier de vous que je serais presque prêt à oublier que vous êtes pédés.

- Mais papa, je suis pas pédé moi.

- Arrête ton char, Cody, tu crois tromper qui ? Je t’ai encore vu te laver les mains avant de passer à table l’autre jour.

 

 

 

5. Promo d’AJ sur les Total Divas, Raw, 26 août, 10 points

 

Au moment de cette promo, AJ Lee n’avait déjà plus grand chose à prouver. Depuis son arrivée à la WWE, en 2010, elle avait déjà tout fait, ou presque. Elle avait démontré une capacité incomparable à incarner la girl next door ingénue, mais aussi l’amoureuse transie, la femme déçue et vengeresse, la bipolaire inquiétante, la fausse copine manipulatrice... Elle avait affiché une énergie et une justesse in-ring qui la mettaient au niveau des meilleures catcheuses passées par la fédération. Elle avait interagi, souvent brillamment, avec une bonne demi-douzaine de stars masculines parmi les plus grandes de l’époque, de Cena à Punk en passant par Bryan, Kane, Ziggler et même Vince en personne. Elle avait été General Manager de Raw. Et elle était devenue championne des Divas à Payback, deux mois plus tôt, en battant Kaitlyn dans un match dont on se souviendrait encore à la fin de l’année, ce qui est rarissime chez les nanas.

 

Pour sceller sa place au firmament de la WWE, il ne lui restait qu’une chose à accomplir : une promo work-shoot vénéneuse, aussi connue sous le nom de pipe-bomb depuis un certain soir de Raw, en juin 2011, quand CM Punk s’assit en tailleur sous le titantron. Cette promo fondatrice, elle l’a prononcée le 26 août, face aux péronnelles des Total Divas rassemblées dans le ring, et malgré les insupportables piaillements des Bella Twins. En trois minutes, tout était dit : la WWE ne voyait dans ses catcheuses que des mannequins tout juste bonnes à être exhibées dans un show crapuleux de télé-réalité, mais elle, AJ Lee, s’était faite par elle-même, dans le respect de la tradition, elle avait appris son métier de catcheuse à la dure, elle avait tracé sa voie sans sucer personne, elle avait imposé son physique non conforme à la plastique barbiesque, ou barbieblankienne, exigée par Vince et ses sbires, elle était le catch, tandis que ses adversaires étaient des starlettes interchangeables, merci de votre attention, au revoir, et dans l’écho de la chute du micro ses mots faisaient leur chemin jusqu’au cerveau de ses cibles !

 

 

- Elle a dit quoi ?

- Qui ?

- Meuh.

 

 

 

6. CM Punk attaque l’Undertaker à coups d’urne, Raw, 1er avril, 9 points

 

Vous avez eu la possibilité de voter pour cette séquence dans le cadre du WTF Award, ce qui montre bien à quel point elle aura été controversée. Si certains, y compris les propres fils de Paul Bearer (non, ni le Taker ni Kane, les vrais) ont trouvé qu’il s’agissait d’une faute de goût, d’autres ont applaudi à l’audace des bookers sur ce coup-là et affirmé que Bearer lui-même, qui s’était bien fait tuer une demi-douzaine de fois à l’écran, aurait adoré que ses cendres soient dispersées sur la plus grande star à laquelle il aura été associé lors du buildup du prochain match de la Streak...

 

 

- Sinon les mecs, z’êtes sûrs que ça va pas nous faire de la fausse pub ?

- Mais non Punk, sois tranquille. Au pire on dira que c’était un poisson d’avril.

- Habile !

 

 

 

7. L'Undertaker, Kane et Daniel Bryan le poing levé après avoir repoussé le Shield, Raw, 8 avril  / Le début de la Wyatt Family, Raw, 8 juillet Miz Tv avec Daniel Bryan & John Cena avant Summerslam, Raw, 12 août, 7 points

 

 

On retrouve à ce rang trois séquences différentes dont chacune correspond à l’un des aspects que l’on préfère dans le catch. Le 8 avril, les Brothers of Destruction et notre catcheur favori nous ont offert un cliché qui sera peut-être celui de l’année, au même titre que l’image du Taker s’appuyant sur Triple H et Shawn Michaels après sa victoire sur le Game à Mania avait été l’image la plus marquante de 2012. Trois mois plus tard, on assistait à l’arrivée, fort bien hypée à coups de vignettes inquiétantes, d’un nouveau trio, et qui n’aime pas les débuts bien buildés d’un clan heel ? Enfin, lors du go-home Raw de Summerslam, Bryan et Cena ont réalisé une promo si intense qu’on en a même oublié qu’elle s’est tenue dans le cadre de cette sombre atrocité qu’est « the most must see chépakoi in history », Miz TV.

 

 

Les Brothers of Yestruction.

 

 

 

10. Punk fait son entrée à Wrestlemania en live / Promo finale du go-home Raw avant TLC, Raw, 9 décembre, 6 points

 

Deux beaux cadeaux pour l’IWC que ces deux immenses pops recueillies par les deux chouchous de l’Internet. Living Colour, groupe bien aimé de tous les fans de rock de bon goût, a donné en live un cachet unique à l’entrée de CM Punk pour son match contre l’Undertaker (même si on peut remettre en question l’idée de faire entrer sous une telle pop un type censé être le plus méprisable des heels) ; et à la fin de l’année, alors que la compagnie faisait du business as usual en nous vendant (fort bien au demeurant, avec notamment une grosse promo de Cena) pour le match d’unification des titres de champion du monde un Cena-Orton déjà vu et revu, la salle entière a exigé, sans succès hélas, l’incorporation au main event de TLC du dragon-chèvre — preuve que soit l’IWC se déplace en masse pour assister aux shows, soit que la limite entre les casual fans et les nerds de l’Internet a été largement gommée...

 

- C’est donc officiel : le vainqueur de ce match à TLC sera champion unifié et surtout First Contender contre Daniel Bryan à Wrestlemania une fois que celui-ci aura gagné le Rumble !

- T’en fais pas trop là, Hunter ?

- C’est ça ou on sort pas d’ici vivants.

 

 

 

12. Promo croisée Heyman-Punk et retour de Brock Lesnar, Raw, 15 juillet, 5 points

 

Si la feud entre CM Punk et Paul Heyman nous a plutôt consternés à partir du moment où Lesnar est retourné tuer des grizzlys à mains nues dans son cher Minnesota, il ne faut pas oublier qu’elle nous a tout de même offert plusieurs promos brillantes entre deux maîtres du micro, comme celle linkée ci-haut et dont vous pouvez consulter la transcription en cliquant . Promo d'autant plus notable qu'à son issue le fascinant Brock Lesnar revient pour punir l’affront de Punk à son mentor Paul Heyman, annonçant une feud alléchante qui allait se solder à Summerslam par l’un des matchs de l’année.

 

 

- Heu... Salut Brock. Ça va, la famille, tout ça ?

- Grrrr...

- Mm, j’hésite à te faire un Suicide Dive là maintenant tout de suite.

- Quoi que tu fasses, ça sera du suicide, de toute façon.

 

 

13. CM Punk au Rock : « Your arms are just too short to box with god », Raw, 7 janvier / Première défaite du Shield en 3vs3 par Randy Orton et Hell No, Smackdown, 14 juin / Double turn Ziggler-Del Rio pendant leur match pour le championnat poids lourds à Payback /  3 points

 

Encore une pléthore de séquences hautement jouissives : CM Punk regarde droit dans les yeux le « ass kisser » Rock, qui le surplombe d’une bonne tête, et lui déclare tout de go que non seulement il ne le craint pas mais qu’il ne le juge même pas capable de lui fournir une résistance crédible ; Daniel Bryan, notre cher Daniel Bryan, inflige presque à lui tout seul sa première vraie défaite au Shield (qui avait déjà perdu un match par DQ quelques semaines plus tôt) en faisant abandonner Rollins au centre du ring ; quant à Ziggler et Del Rio, ils nous offrent le premier double turn dans un match de championnat du monde depuis un certain Austin-Hart.

 

 

Le moment précis où Ziggler et Del Rio tournent tous les deux.

 

 

 

16. Les débuts de Zeb Colter, Raw, 11 février, 2 points

 

Comme l’attaque à coups d’urne commise par Punk sur l’Undertaker, les débuts de Zeb Colter se trouvent aussi bien parmi nos moments de l’année que dans la liste du WTF Award. Si bon nombre de suiveurs ont été rebutés par un gimmick franchissant la frontière entre heel heat et racisme débridé aussi allégrement que les clandestins mexicains franchissent le Rio Grande, d’autres ont adoré ce personnage grinçant venu apporter au talentueux Jack Swagger une bonne gorgée d’air frais comme l’air des Appalaches.

 

 

- Je vous présente mon nouveau manager, Antisémite Sam !

- Heu non Jack, moi c'est Yosemite Sam.

- Ah oui, scuse, moi je débute à peine en politique.

 

 

 

18. Kaitlyn devient championne, Raw, 14 janvier / Promo de Stephanie qui rappelle à AJ qui est la patronne, Raw, 17 juin / Brock Lesnar dit à Paul Heyman de faire son boulot, Raw, 5 août / Paul Heyman massacre CM Punk en hurlant qu'il lui a brisé le coeur, Raw, 26 août /  AJ dit à Lawler qu’elle est trop vieille pour lui, Raw, 9 septembre / Retour de Goldust pour affronter Randy Orton afin de faire réembaucher Cody, Raw, 9 septembre, 1 point
 

On termine avec six vrais « mark out moments ». L’amour du catch, c’est parfois aussi simple que cela : on est fan d’un personnage donné, ce personnage fait un truc qui nous plaît, on kiffe notre race. Ici, Kovax a vu l’amour de sa vie devenir pour la première fois championne des divas; McOcee, qui s’inspire largement dans son management de notre petite équipe des méthodes de son idole Stephanie McMahon, a pris des notes quand la Billion Dollar Bitch est venue rabattre son caquet à AJ au lendemain du sacre de celle-ci; Spanishannouncetable, qui voue un culte à la grande tradition catchesque des rapports entre monster heel et manager volubile, a apprécié à sa juste valeur l’ordre méprisant balancé par Lesnar à Heyman; votre serviteur, qui rêve de bastonner à mort tous ceux qu’il a aimés et qui se sont détournés de lui (She Mamuse, Johnny Lawrence, Djobi Jobber et tant d’autres), a adoré le spectacle de Paul Heyman brisant les côtes de CM Punk comme celui-ci lui avait brisé le cœur; Bastoune, qui est drag queen dans le civil, a été ravi du moment de gloire de Goldust; et enfin Latrell, qui s’est tapé AJ Lee quand elle avait dix-huit ans, a eu un rictus nostalgique lorsque la Geek Goddess a renvoyé Jerry Lawler à sa pédophilie présumée.

 

 

Randall, il y a cinq ans tu ne m'as même pas proposé d'intégrer ta Legacy. Ce soir, tu vas prendre.

 

 

 

Voilà, m’sieurs dames, 23 moments répertoriés, décryptés et surtout linkés pour que vous puissiez les ré-apprécier à leur juste mesure. C’est du boulot, alors on espère que ça aura valu le coup, c’est-à-dire que ça vous aura fait sourire. Car le sourire d’un lecteur, c’est le salaire du rédacteur.

 

 

Et quand vous souriez, dites-le nous dans les comms, parce que sinon, ben on s'en rend pas forcément compte.

 

 

La photo de l'année !

La photo des "Brothers of Yestruction" est juste mythique.
.
Sûrement un des moments où j'ai le plus "marké" cette année, avec le retour surprise de Jericho au Rumble, le cash-in de Ziggler, et le couronnement de Bryan à Summerslam.

Antisémite Sam, j'ai

Antisémite Sam, j'ai explosé.
Sinon, je suis assez d'accord avec ce classement même si à titre personnel c'est vraiment le début des Wyatt qui m'a fait le plus kiffer de toute l'année, et juste derrière je place le sacre avorté de Bryan à Summerslam.

Lien mort

La "promo linkée" pour le moment #12 (Punk-Hayman) donne une erreur 403 (Forbidden)... :'(

Merci, c'est rectifié

J'ai mis un lien daily à la place, ça doit être bon maintenant (est c'est Heyman, mécréant!).

Merci pour la liste, depuis 6

Merci pour la liste, depuis 6 mois qu'on se fait chier, c'est une oeuvre salutaire de rappeler ces bons moments!

D'ailleurs...

... sur les 23 moments cités dans cet article, seuls 2 moments ont eu lieu en automne, donc sur la période octobre-novembre-décembre. Il y a des signes qui ne trompent pas, surtout après le bel été que nous a offert la WWE !

Personellement

J'aurais voté pour la victoire des Rhodes contre le Shield. J'avais marké à fond sur le crossroads final, c'était un beau match, une belle histoire. Ça a marqué le retour de Goldust, la naissance d'une excellente tag team...que demande le peuple ?

Mark Henry...

Putain, j'avoue ce segment m'avait fait verser une larme. Promo de l'année 2013, très clairement.

Mais oui!

Quel segment de Mark Henry quand même. A revoir, revoir, revoir. Bien content que ce soit ce dernier le vainqueur de l'année. Une leçon pour toute l'IWC

Excellent, mais...

Petite coquille, le Austin-Hart de WM XIII était certes le plus grand match de tous les temps, mais ce n'était pas un match de championnat du monde, rôle dévolu au Taker vs Sycho Sid
Sur Catch Asylum nous sommes en train de rédiger notre top WWE, et il y a beaucoup de points communs dans l'ensemble, même si notre numéro 1 n'est pas le même que le vôtre.
*
En tout cas, ce top est une énième raison de plus pour justifier le fait que 2013 fut l'année de Bryan chez les hommes et celle d'AJ chez les femmes.

CDC moment

Etant intellectuellement déficient, je vous épargnerais ma liste des meilleurs moments WWE, ce serait bcp trop fastidieux...
J'ai trouvé plein de moments sympas cette année et je reste globalement bon client du catch proposé chaque semaine, même si je trouve qu'il y au moins deux PPV de trop par an.

Mark Henry, je vous rejoins pour sa 1ere place, en terme d'acting, c'était excellent mais la feud n'a mené nul part malheureusement.

Dans le désordre, cette année, j'ai aimé le Rumble, Summerslam, Money in the Bank, la promo d'AJ, la tag team division, le Shield, la prise du titre des Rhodes, le run de champion de Césaro, Luke Harper, l'unification des 2 titres, le grondement et la furie positive de la foule à l'arrivée de Bryan à chaque show, Big E champion intercontinental à Raw et l'émotion qu'il a dégagé au moment de recevoir la ceinture, ça comptait pour lui et ça se voyait, un beau moment old school, un peu à l'image du British bulldog en 92.

Je n'ai pas aimé cette année le retour de RVD (une grande déception), Battleground, Payback, l'idolâtrie autour de Punk, Wrestlemania (sorry), le dépush de Ziggler, l'absence de Feud et de contenders pour le US title depuis qu'il est aux mains d'ambrose, le Miz (you're fired), l'errement attitude de HHH, le booking des Divas (total divas et chaises musicales, just shame).

J'en oublie plein, du bien comme du moins bien, mais mon meilleur moment CDC de l'année fût de découvrir votre site pour suivre avec délectation les aventures de nos entertainers favoris et pis c'est tout.

Merci bro

Ca fait plaise, sounds nice, tout ça. En termes d'émotion ressentie pour le gain du titre IC, je pense quand même que le petit Curtis Axel a été vraiment touchant en succédant à pôpa vingt ans plus tard...

You're welcome, Axl

Pour continuer sur le sujet du titre IC, je suis désolé Axl, mais j'ai été très déçu par la prise du titre de Curtis, bien sûr que l'émotion suscité par le fait que le fiston succède au papounet aurait dû m'envahir, mais ç'aurait été le cas si je trouvais son fils méritant et bon catcheur or ce n'est absolument pas le cas. Il n'aura pas redonné ses lettres de noblesse au titre IC malgré son pédigree de fils d'hall of famer, je trouve que Big E incarne un champion IC bcp plus crédible.
Le fiston n'arrive pas à la cheville du seul et unique Mr Perfect, et sans vouloir spécialement faire du "c'était mieux avant".
Non vraiment, il y a un monde d'écart entre le père et le fils, et j'ai détesté le t-shirt d'Axel "better than perfect", mais bon ,ça c'était pour apporter du poids à son personnage, il recherche toujours un charisme...qu'il n'aura jamais...

et oui

ah la la ma pauvre dame. Il aurait pas du suivre les traces de son père. Sacré bougre que celui là. Allez, ressert moi un verre tiens, ça fera une chose qu'auront pas les allemands.

La même chose pour moi !

Cela dit, Lat, concernant Curtis Axel, krix n'a pas tort : niveau catcheur qui sert à rien, il est quand même pas mal placé...
.
++

Il n'est pas intéressant comme catcheur certes...

Mais faut aussi bien mettre en perspective son "packaging", il n'y a pas si longtemps que ça, personne n'aurait imaginer Husky Harrys, fils d'IRS (Mike Rotundo) et frère de l'exaspérant Bo Dallas, avoir une feud de grande envergure et être considéré comme un potentiel main eventer, j'insiste bien sur potentiel...
Curtis Axel souffre du syndrome de Jordi Cruyff, c'est un bon joueur qui avait de belles qualités mais qui ne peut pas rivaliser avec son père donc forcément les gens étaient déçus, il pourrait être un solide mid carder si il avait une gimmick originale, chose dont il n'a jamais vraiment bénéficier pour être honnête...
Il faut relativiser avec ce pauvre Curtis, il a toujours été présenté comme le "fils de", il n'a jamais eu de trait de caractère mis en avant (comme l'arrogance d'Orton), après faut se souvenir aussi...
The Rock a été conspué en Rocky Maivia, avec une simple étiquette familiale, tout le monde le trouvait à chier...
La Legacy justement, bon on vire Manu et Sim Snuka, on prend Rhodes et DiBiase, pendant qu'ils constituaient la stable avec Orton c'était de simples jeunes loups qui avaient les crocs, ils étaient présentés comme héritiers mais c'était pas trop le sujet principal, ils se réclamaient d'un pédigré supérieur mais voulaient forger eux même un héritage plus grand encore , DiBiase était mis en avant par la WWE, via The Marine 2, un booking plus fort que celui de Cody, une place dans l'Elimination Chamber de Raw en 2010 contrairement à Rhodes, tout le monde et moi le premier voyait Ted en Main Event rapidement et laissait Cody végeter en low-midcard...
Le clan fut dissous, Ted a repris le rôle de son père, ou du moins avait une gimmick de fils à papa banale voulant surfer sur le prestige du patronyme sans réelle valeur ajoutée,malgré un temps d'antenne beaucoup plus conséquent que celui des ancien partenaire,ce fut un four, les gens ne voulaient pas voir ça une fois de plus et Cody est devenu Dashing, gérant parfaitement ce rôle il a gagné en crédibilité... quand on voit où en sont les 2 à l'heure actuelle, il doit bien y avoir lien non ??? ^^
Enfin bref peut être que McGuilili à encore un avenir, il suffit juste de trouver le facteur X, celui qui lui donnerait une personnalité concrète, car dans le ring c'est pas le dernier des glands à Stamford!

Je rebondis juste sur ça

"Curtis Axel souffre du syndrome de Jordi Cruyff, c'est un bon joueur qui avait de belles qualités mais qui ne peut pas rivaliser avec son père donc forcément les gens étaient déçus"
.
Perso, le père de Curtis, je ne le connais pas, je ne l'ai jamais vu catcher, du coup son fils ne souffre d'aucune comparaison de mon point de vue de "jeune" suiveur. Curtis Axel est insipide en soi, de base, et puis c'est tout !
.
++

Ok je développe dans ce cas ^^

Alors très cher Kovax, notre ami Curtis est depuis ses début in ring à NXT saison 2 vendu comme le fils prodigue, petit fils de Larry "The Axe" Hennig et fils de "Mr. Perfect" Curt Hennig, son rôle était défini comme "je suis la relève, je dois pas faire honte à la famille", pas de caractère particulier, pas de slogan, juste ici pour montrer que la WWE c'est une douce allégorie de la Vie, un éternel recommencent ^^.
Ensuit il intègre la Nexus, vendu par Barrett lui même comme un grand apport au vu de son patrimoine génétique (pas d'évolution notable donc...).
Après carrière solo, balbutiant entreSuperstars et les différentes moutures de NXT, où à part une casquette à l'envers, il ne bouge pas d'un pouce...
Vient ensuite l'avènement, l'apogée voire même le pinacle de sa carrière solo, un push avec rien d'autre que Paul Heyman, la rampe de lancement ultime selon ceux qui veulent y croire, avec un nouveau gimmick à la clé... celui de Curtis Axel, Superstar de 3ème génération ! Wahou la trouvaille !
Donc on se retrouve avec un MMcG managé par un Paulo qui hurle à tout le monde que le catch coule dans ses veines... Ce dont une immense partie de suiveur s'en branle car ils n'ont pas connu le papa et encore moins le grand-papa, son gimmick à Michael c'est son arbre généalogique et point barre!
Donc on essai de le faire monter en renforcant un gimmick qui n'a jamais pris?
Dommage,surtout que depuis ses premiers combats, c'est loin d'être une tanche le mec...
Il a un mic-skill de sourd-muet et un charisme de Fiat Multipla, mais c'est pas le premier à qui on a reprocher ça au début (liste non-exhaustive: Ziggler, Cody Rhodes, Ted DiBiase Jr, Koffi Kingston,Evan Bourne,Ryback, Fandango...).
On a aider certains, nouvelle gimmick "Dashing" pour Rhodes, ajout de managers (Maria puis l'excellente Vicky Guerrero) pour Ziggler accompagné du personnage show-off...
Eux ont atteint un bon niveau alors qu'au début c'était loin d'être évident de savoir s'ils allaient évoluer ou non...
DiBiase a hériter du l'étiquette de "fils de", les commentaires de Cole parlaient de son légendaire père à longueur de match donc il était prisonnier de ça, tout comme l'est Axel... c'est à croire qu'il n'a que ça à offrir...
Je pense que la différence se fait quand le talent est bien exploité, jusqu'à son turn de 2009, CM Punk n'était pas le chouchou de grand monde parmi les suiveurs réguliers (à part toi peut être ;)), il était lisse (Je ne bois pas, je ne fume pas, je m'assoies tout le temps quand je vais au toilette, blah blah blah... c'était une citation du Rock ^^), il a gagné en crédibilté quand il a acquit une gimmick plus complexe, avant son push stratosphèrique de 2011, il avait gagné énormément en popularité grace à son côté gourou de la S.E.S... à de rares exceptions tu pardonneras plus facilement des lacunes In-Ring (Cena) ou au micro (Undertaker) si tu accroches au personnage, si tu t'attaches à lui...
C'est plus facile d'accrocher à Bray Wyatt qui est un nouveau personnage fascinant et travaillé plutôt qu'à un mec en slip qui est pushé par une série de victoires soit par Count-out ou encore par filouteries du manageur, une surexploitation de l'image d'Épinal de son darron alors qu'au fond tout ce dont il a hérité c'est un remix du thème d'intro paternel et de la Perfect Plex... c'est légèrement handicapant je trouve.
Il à été élu MVP de Night Of Champions il me semble, ça prouve qu'il a un réel talent, mais il manque un truc pour vraiment le savourer, après ses matchs on s'en fout car on sait que la feud ne pourrat pas prendre un élan particulier... il n'est pas booké fort, vantard, vicieux, sadique ou autre... non lui il est booké benet (segment d'ouverture de NoC), chanceux (la streak par décompte à l'extérieur)
et vaguement opportuniste... c'est très difficilement idententifiable...
Enfin voilà c'est pour ça que personnellement je reste indulgent avec MMcG, il est limité c'est clair, plein de bonne volonté c'est sûr, mais surtout il n'est pas aidé...
D'où mon parallèle avec Jordi Cruyff, tout le monde ne voyait que le nom sans jamais penser qu'il serait compliqué pour lui d'être comme son père car ils ont des qualités différentes,la WWE nous force quasiment à le considérer uniquement comme un Perfect Jr alors qu'il a le droit d'être différent , on devrait lui donner une gimmick de brawler un peut roublard, pas bully mais rentre dedans, assez couillu mais pas crétin... il gagnerait en sympathie à être un tout petit peu développé tu ne trouves pas?
Je conçoit que ce pavé de comm' est fouilli, bourré de fautes d'orthographe, mais j'essai d'assumer mon pseudo issu d'un calembour foireux en essayant de justifier au max mes opininions et de prouver que le professeur Rollins a toujours quelque chose à dire. ^^
En tout cas j'espère t'avoir convaincu camarade Koko! ;)

Très bon com

Merci cher prof! Je sens que t'as en toi un article sur ce sujet, hésite pas :-)

Pas perfect, mais y a pire ...

Perso, je ne le trouve pas si mauvais que ça dans le ring, le Curtis Axel. Il y a bien pire à ce niveau-là dans le roster actuel.
.
Par contre, c'est un peu le néant niveau charisme, même si il est desservi par une gimmick devenue trop banale.
.
A part un re-packaging miracle, ça peut faire un low/mid-carder correct, bref un bon jobber à l'avenir, mais pas beaucoup plus.

Mais il en faut!

Des mid-carders, des jobbers, c'est essentiel!
Et franchement, en tant que heel, il fait le job l'ami Curtis. Du ultra classique sans charisme, mais le boulot est fait.
Quand on compare à d'autres incapables de sortir un match propre...

On est bien d'accord :p

Je ne suis pas un grand fan du gars, mais il faut reconnaître qu'il y a un acharnement sur son cas de la part d'une majorité de l'IWC, principalement pour son manque de charisme et sûrement aussi pour le pseudo-push qu'il a reçu à son retour. Mais il faut remettre les choses dans leur contexte. Entre les matchs gagnés par décompte à l'extérieur, par intervention d'un tiers, ou par forfait, il n'a jamais été question d'en faire un "top guy" crédible.
.
Il y a tellement de hate contre lui, que beaucoup ne semble pas vouloir admettre du coup qu'il est pas mauvais du tout dans le ring. Pas transcendant certes, mais il assure le job, botch rarement, et il est capable de faire des prestations très correctes.
.
Ça fera un bon mid-carder/jobber, capable de faire le taf. Et je ne dis pas ça de façon négative, bien au contraire ;).

Voilà vous êtes bien dans l'esprit :)

Ça fait plaisir de voir que vous ne tombez pas dans la haine facile (pour que personne ne se sente visé, il ne se fait pas basher ici, il laisse indifférent plus qu'autre chose :) ), mais je voudrais rebondir sur le comm' de papy en disant qu'il faut des jobbers sans charisme ou gimmick particulier, je ne suis pas un "vieux" (j'ai 25 ans, du moins pour l'état civil et l'EDF mais depuis tout petit je suis tombé dans l'âge d'or de Canal+ avec Razor Ramon et le 123 Kid ;) ) avec une vision forcément nostalgique, mais pleins d'éternels jobbers ont marqués les esprits grâce à des gimmick "particulières" (souvent risibles je l'admet), comme le Red Rooster, le One Man Gang ou encore l'éphémère Max Moon, ils sortaient du lot d'une certaine manière, c'est ce qu'ils manque un peu aujourd'hui, certes il y a Fandango, ou à un moindre degré CJ Parker, Tyler Breeze et Haydan English à NXT qui au vu du succès public de leur gimmick (la NXT Arena accroche moins à Parker et heureusement je dirais... ), pourront prétendre vraiment à une solide place en Lowcard...
Je ne dis pas qu'il faut revenir à une époque assez ancienne mais dans l'histoire si on a aimé un acteur porno, un éboueur, un gardien de prison ou un contrôleur des impôts, on peut bien trouver des idées pour les jobbers je pense :-).

J'ai du mal m'exprimer!

Je dis qu'il faut des jobbers et que Curtis Axel manque de charisme pas qu'il faut les deux!
Je pense que, malgré son manque de charisme, Curtis Axel fait des matchs honnêtes et est appréciable dans un style "heel classique". J'en veux pour exemple sa prestation en house show à Bercy où il a joué sa partition à la perfection face à un Regal de gala ou celle du PPV TLC où il m'a semblé être le heel le plus "visible" du match par équipe. Pas le plus brillant, le plus technique, le plus agressif mais celui qui dans l'attitude on se dit "c'est le vilain du match". Et mine de rien c'est utile dans ce spectacle qu'est le catch.

Ah mais on d'accord là dessus, il fait très bien le job...

Mais j'avais compris ton commentaire de base, juste que je donnai des exemples prouvant que c'était possible de donner une personnalité et de ne pas tomber rapidement dans le syndrome du "Random jobber", celui du mec en slip interchangeable dont l'image lui colle à la peau :-).

So interesting

Je ne regrette pas d'avoir lancé le 1er com en attaquant sur Axel, pour lequel je suis effectivement plus dans l'indifférence que la haine.
Mais je rejoins l'avis général du mini débat lancé ici sur mac guilili et trouve vos remarques très pertinentes, à croire que le Professeur a toujours quelque chose à dire, est un éminent spécialiste de la famille Hennig et possède une analyse fine, you're better than perfect ;)
Les jobbers sont indispensables au bon fonctionnement du catch, et Curtis en est un, je reste sur ma position concernant son niveau in ring que je trouve déplorable, mais je reconnais que la solution peut se trouver dans un changement de gimmick radicale et qu'effectivement, il a la qualité d'être "reconnaissable" en tant que méchant, bref, j'aime le débat sur les CDC ;)

Axel symbolise bien les 6

Axel symbolise bien les 6 derniers mois. C'est solide in ring, mais servi par aucune storyline intéressante, t'as juste envie de passer son match en accéléré.

Legacy

Je pense qu'en terme de "legacy", Curtis Axel est loin du niveau de bcp d'autres "fils de"...
Les Orton, Rhodes and co, ça envoie du lourd, et il y a la dimension technique, si tu n'as pas de charisme, et qu'en plus tu es mauvais in ring, alors c'est mort, Liliane, fais les valises, on rentre à paris!!!
Juste une anecdote sur le Papa (RIP), j'adorais quand vers la fin 80's, il accompagnait Ric Flair, habillé en beau costard en tant qu'homme de main du nature boy, et que 5 min après les début des hostilités, Môssieur Perfect arrachait cravate et chemise pour mettre une tannée au Warrior ou autre et ainsi se gérer un petit combat supplémentaire dans la même soirée!!!
Que Curtis regarde quelques vidéos de son paternel et bosse à l'entrainement et on en reparlera aux...CDC awards 2014...ou pas...

What's up?




2009 - 2018
Relax Miz Girl, les CDC ne sont pas morts. Retrouvez-nous dans notre nouveau chez-nous.

Connexion utilisateur

Commentaires récents

Les Vignettes des Cahiers


Merde, j’ai toujours été nul au Puissance 4.


Retrouvez ici toutes nos vignettes !


Quotes of the Cahiers

"I'm gonna leave him in a pile of blood, and urine and vomit."
Brock Lesnar à propos de John Cena

"At 9 am Eastern time tomorrow, the WWE Network goes live. But the problem is you’re all gonna be so overwhelmed by the incredible content available, you won’t be able to turn it off. Adults will lose their jobs and kids will be expelled from schools for lack of attendance. In fact, you’re gonna be so mesmerized by the incredible content of the WWE Network that you won’t even have time to remove the garbage from your houses. Your places are gonna start to stink, rats will move in, and they’re gonna look like bigger pigsties than they already do. Ultimately, the government is gonna come along and condemn your homes and you will all be left homeless defending yourself on the street. Thank you very much."
Bad News Barrett

"He’s twisting him so much his twin brother is getting dizzy !"
JBL commentant un Giant Swing d'Antonio Cesaro sur l'un des frères Uso.

"I think I'm a little too old for you Jerry. I'm 26, I know you like them younger."
AJ Lee, à Raw, s'adressant à Jerry Lawler

"It looks like James Storm has had more partners than Taylor Swift lately, he should probably get tested"
Bad Influence

"Having watched that… I regret the doctors in Canada saving my life.”
Jerry Lawler, après le segment où Mae Young a accouché d'Hornswoggle.

"What's running through John Cena's mind? I don't give a crap what's running through his mind. What's more important is what's running down his leg."
Brock Lesnar

"Yes. Stop sending dumb tweets like this one. RT: @Kid_Antrim Any advice for me?"
Paul Heyman, sur Twitter

"With Kofi Kingston as the Intercontinental Champion, the bar has been lowered. And when the bar’s been lowered, mediocrity becomes acceptable. And when mediocrity becomes acceptable, society crumbles. And when society crumbles, civilization will end as we know it.”
Le Miz, Hell in a Cell

"Can you figure that? She's not able to get a date! I mean, even Natalya is able to get a date!"
Eve à propos de Layla

"I understand that you barbaric buffoons could easily eviscerate me and dispose of me like common trash. However, if you do so, I will not be a victim. I will be a martyr. A martyr for anyone who appreciates a sophisticated mind."
Damien Sandow, à DX.

"Apparently, giants can win the Super Bowl, but not matches at WrestleMania. You’re like ‘The Reverse Undertaker’. Who are you going to lose to this year? The boxer or the sumo wrestler?”"
Cody Rhodes au Big Show

"The Kliq is back, which is kind of ironic because "click" is the noise the audience's remote control makes every time Kevin Nash pops up on their TV screen."
CM Punk

"It's a conspiracy! C... O... N.... Spiracy!"
R-Truth

"I understand that... that Vince McMahon's gonna make money despite himself... he's a millionaire who should be a billionaire... you know why he's not a billionaire? It's because he surrounds himself with glad-handing nonsensical yes-men like John Laurinaitis, who's gonna tell him everything he wants to hear... and I'd like to think that maybe this company will be better after Vince McMahon is dead, but the fact is it's gonna get taken over by his idiotic daughter and his doofus son-in-law and the rest of his stupid family."
CM Punk

"These people are not Jimmies. They are the greatest fans in the world!"
John Cena, à R-Truth qui venait de qualifier le public de Raw de "Little Jimmies".

"Can you imagine if Sheamus wins this thing? I mean, the international ramifications, I mean the buyrate, I’m talking about the demographic change and everything? If Sheamus wins this match, it will be huge, not only for him but for the Smackdown brand."
Booker T., pendant un Title Match opposant le champion poids lourds Randy Orton à Sheamus.

"When I’m done with him, he’s gonna have barbecue sauce fueling out from his belly button like a geyser."
Michael Cole à propos de Jim Ross

"The WWE has gone from the powerful "Austin 3:16" to the dominant and iconic "can you smell what the Rock is cookin?"... all the way to "You can't see me"? You can't see me, what are you, playing peek-a-boo? Believe me, we all can see you. A blindfolded, sleeping, stuck in the basement Stevie Wonder can see your monkey ass. How in the hell do you think we can miss you come out here with your bright ass purple shirt, before that bright green shirt, bright orange shirt like a big fat bowl of Fruity Pebbles?"
The Rock à John Cena

"Jerry Lawler has forgotten more about wrestling than the Miz has ever known."
CM Punk

"If anyone says you can't do something, if anyone says you can't live your dream... Believe them, because you can't."
The Miz

"William Regal did the real work with this young man. Shawn Michaels took $3000 from him, that's all he ever did."
CM Punk à propos de la formation de Daniel Bryan

"I would RKO my own grandmother if it meant keeping this title. And then I'd RKO YOUR grandmother just to see the look on her face."
Randy Orton, à Sheamus

Virgil: - Ted, what are you going to do for protection?
Ted DiBiase, jetant un coup d'oeil à Maryse: - Go to the drugstore.

"Her teeth are going to be like the Ten Commendments after this match: all broken."
Alicia Fox, à propos d'Eve Torres

"Layla is not married. She deserves a good husband. I should marry her before she meets him."
Jerry Lawler

"If I suck, why would a Perry deli – the top Perry deli – name their top-selling sandwich after me? It's called the Swaggie. It smells like freedom."
Jack Swagger

"I realize how much of a starmaking performance I had in McGruber. The reviews have been off the charts. As a matter of fact, they are speaking of a possible early Oscar nomination."
Chris Jericho

"I'm sure your mom's uterus is awesome."
Vicki StElmo à Vladimir Kozlov

"If we were in your era, I'd put a Sharpshooter on you faster than you can put a pair of cheap sunglasses on an ugly kid."
The Miz, à Bret Hart.

"When I look at you I don't see fans. I don't even see people. I see money, money, money, money. Dollar signs, dollar signs, dollar signs, dollar signs. With some of you, a lot of dollar signs because I see a lot of fat people in the audience and I know you paid for two seats. Thank you very much!"
Batista à Raw.

"We are real women with the body that God created us with."
Mickie James, la femme aux implants mammaires en silicone qui explosent dans le ring.

Don Johnson: "This is a mistake!"
The Miz: "Mistake? No. Pink shirts and white suits, that is a mistake."

"One nation under Punk, undivisible, with integrity and sobriety for all!"
CM Punk

Michael Cole: "Our guest at ringside, Marisse. Welcome."
Maryse: "Oh my god, Michael Cole, you vintage nerd. You can't even say my name right. I should punish you and just give you my French kiss."

"If I see you in my match tonight, I'm gonna tear your intestins out and jump rope with it. And that's not all. I'm gonna take my two fingers, I'm gonna dig up your nosedrills and I'll rip your brain out. And I'm gonna put it in a newspaper and I'm gonna smash it against a window."
Mike Tyson à Hornswoggle

Ted DiBiase: "My movie, the Marine II, is superior to the original Marine."
Cody Rhodes: "Ted, my fifth grade graduation video is superior to the original Marine."

"I'm on Raw, you're on Smackdown... Long distance relationships don't work, Chris."
Big Show

Jerry Lawler, après une promo de Maryse où elle a qualifié Melina de "petite poupée": "Did she just say poupée? Do you know what that means in French?"
Michael Cole: "What?"
Jerry Lawler: "I... I can't say it!"

"I respect her. There are a lot of things that she does that I couldn't do, being the size that she is."
Michelle McCool à propos de Mickie James.

"We have MVP on the stage, and PMS in the ring."
Goldust, à propos des divas assemblées dans le ring pendant les Slammy Awards 2009.

"It was kind of like the 300 at the battle of Thermopylae, but with better abs".
John Morrison à propos de la fin de son match à Survivor Series, quand il s'est retrouvé à 1 contre 3.

"Hi, I'm John Morrison, and one time I drove my Lexus 700 miles on a tank full of my own urine."
John Morrison

"I always said if I could put my brain in Andrew’s body he’d be a 20-time world champ."
Edge à propos de Andrew "Test" Martin