Sondage

Cela fait maintenant un mois tout pile que Jinder Mahal est champion de la WWE. Selon vous::

Ces questions auxquelles le kayfabe ne répondra jamais

Trop de kayfabe tue le kayfabe.

Vince Russo, un soir de clairvoyance, après avoir vu germer dans son esprit l’idée d’un 60-men war games battle royal ambulance match.

 

La cohérence, une valeur fluctuante et difficilement définissable quand on la rapporte au domaine du catch. Mais bien que nous soyons tous équipés d’une jauge d’admissibilité ou d’une ligne rouge placées à des niveaux différents, nous restons hantés par des interrogations que nous emporterons vraisemblablement dans la tombe avec le Taker.

 

 

Moi et mon urne tellement magique que je m’en suis passé du jour au lendemain.

 

 

Bizarreries et incongruités :

quelques réflexions sur la magie du kayfabe.

 

 

Note préliminaire : Le but de cette réflexion n’est pas de démystifier la magie du catch en tombant dans une rationalité abrupte, mais de se réjouir de ces bizarreries et incongruités, qu’en tant que fan on intègre dans un logiciel de pensées comme acceptables.

 

J’ai cette chronique en tête depuis qu’un ami du monde « normal » (comprendre par là un non-initié aux codes du catch) m’a fait remarquer qu’il lui arrive de regarder une émission lorsqu’il tombe dessus, mais sans pouvoir aller jusqu’au bout à cause du manque de crédibilité. Dans les grandes lignes, ses griefs pouvaient être résumés en deux formules : « Le mec, il fait un speech, on n’y croit pas une seconde. », « On regarde pour l’action, non ? Pourquoi tous ces blablas ? »

Aussi éloigné soit-il du mien, ce point de vue est recevable et largement partagé par une frange du public occasionnel. Comme toute bonne série télé, le catch (la WWE en l’occurrence) ne peut être pris en cours sans un minimum d’informations préalables ou le parrainage de quelqu’un vous fournissant des clés de compréhension. Je n’ai aucun mépris pour certains réflexes réfractaires, d’autant qu’ils sont souvent biaisés, le jugement ne portant pas sur le produit réel, mais ce qu’ils croient être le produit. Un peu comme si l’on rendait un verdict en ayant en mains le mauvais dossier d’instruction. La principale erreur de lecture étant d’évaluer le catch avec des attentes purement sportives, d’où l’usage de l’inapproprié « c’est truqué » au sujet de combats chorégraphiés.

 

Les mêmes seront nettement plus tolérants à l’égard d’un soap opera multipliant les rebondissements plus rocambolesques les uns que les autres. D’où la preuve que nous ne sommes pas confrontés à des esprits obtus, mais simplement des individus en manque d’éléments pour apprécier (au sens d’évaluation) un objet.

Pour ma part, je suis par exemple en manque de repères lorsqu’il s’agit d’évaluer des œuvres artistiques dans le domaine de la peinture ou de la sculpture. Et pourtant je finis bien par exprimer un avis sur la question lorsque l’on me traîne à une exposition.

Or, j’en viens à notre sujet, comment leur reprocher de ne pas accrocher à notre discipline sans être munis des codes, quand nous-mêmes, malgré notre imprégnation, avons tendance à être tannés des incohérences et bullshits dépassant l’entendement ?

 

 

Est-ce qu’on parle encore de moi ?

 

 

Dans sa récente nalyse de Hell in a Cell, Henri Death rappelait le principe de « suspension consentie de l’incrédulité », je cite, car je ne saurai l’expliquer mieux : « Ce principe qui fait que l’on accepte de mettre entre parenthèses son sens de la logique et du réalisme. C’est par exemple lui qui fait que l’on ne s’offusque pas de voir l’Undertaker tirer ses pouvoirs d’une urne magique, ni du fait qu’aucun catcheur ne porte plainte contre ceux qui les attaquent par surprise à coups de chaise alors qu’ils se promènent en coulisse. On accepte tout ça, parce que, à l’intérieur de l’histoire qui nous est racontée, dans l’univers fictionnel que constituent les storylines, ça a du sens, même si ça n’en aurait pas dans la réalité. »

 

Nous adhérons donc tous à ce que je paraphraserai de « cohérence dans l’irréalité ». Nous sommes prêts à parfois relâcher la garde, mais sans accepter le basculement dans le non-sens complet. Pour reprendre l’exemple du spectateur de soap opera peuplé de personnages aux vies tumultueuses dépassant la réalité (huit mariages, six tentatives de meurtre, quatre kidnappings subis, deux cancers avortés… pour un seul protagoniste bien sûr !), le contrat passé de manière tacite est le même. Mais parfois la ficelle scénaristique est tellement grosse que le lien rompt. Exemple célèbre : le rebondissement scandaleux fin de saison 9/début de saison 10 de Dallas consistant à réduire l’ensemble des évènements de l’année écoulée à un rêve du personnage de Pamela. Un angle prétexte à ressusciter le personnage de Bobby. Rejet massif des téléspectateurs à l’époque, auquel la série a péniblement survécu.

Pour ceux qui veulent en savoir plus l’histoire est assez édifiante en la matière.

De même la passion du catch ne survit pas toujours à de profondes déceptions, ou des séquences où nous percevons les pas éléphantesques d’un booker se foutant quelque peu de notre gueule.

 

 

En espérant que ça ne donne pas des idées à la TNA…

 

 

Plutôt que les angles et storylines ayant débouché sur des énormités (ce qui mériterait un sujet à part entière, peut-être a-t-il déjà été fait ici), ce sont les mystères et incohérences apparaissant couramment que je voudrais mettre en exergue. Sans ordre hiérarchique précis, ni exhaustivité. Je vous invite à rajouter les vôtres.

 

 

1/Pourquoi les arbitres font-ils mine d’encadrer l’utilisation des armes dans des matchs sans disqualification ?

 

Impossible de ne pas clouer au pilori ce manège, véritable aberration si l’on s’en tient au strict kayfabe. En effet, nous savons que le rôle des arbitres en « off » va au-delà de celui qu’il joue à l’écran, mais leur participation visible devrait se limiter à taper les trois coups dans le cadre d’un no holds barred, cage match ou autre. Et pourtant, nous les voyons gesticuler, émettre des grimaces ou pire, chercher à retenir « pour de faux » les protagonistes. Vous ne l’avez pas remarqué ? Illustration par un exemple phare. Vengeance 2005, lors du Hell in a Cell entre Batista et Triple H. À 16’ l’arbitre invective l’Animal, apparemment sur son utilisation continuelle de la grille, comme s’il s’agissait d’un match classique où il devait exécuter un compte de dix et inciter les concurrents à revenir sur le ring. À 17’40’’ ses remontrances se font encore plus véhémentes quand Triple H se sert d’une chaise entourée de barbelés. Consternation lors de l’irruption du sledgehammer à 25’, c’est tout juste s’il ne lui arracherait pas des mains, il continuera d’ailleurs à s’arracher les cheveux à chaque démonstration de violence (26’).

En somme, un gros what the fuck qui n’a dans l’absolu pas gâché l’un des meilleurs matchs de l’année 2005 à la WWE.

 

 

 

2/Comment fait un homme énervé pour attendre sagement le show télévisé suivant pour se venger d’une attaque ? Question subsidiaire : Pourquoi aucune mention des house shows dans les storylines, alors qu’ils sont par ailleurs promus et que leurs cartes sont fixées conformément aux feuds du moment ?

 

Show après show nous y avons droit. Un catcheur prend un micro et mentionne un évènement dont il a été victime ou acteur principal la semaine précédente, au mieux le lundi précédent dans le cas d’une connexion SmackDown-Raw. Entre temps ? Ben on n’en sait rien. Sans doute a-t-il voyagé sur la route dans une recherche désespérée de son ennemi numéro un. D’où une obligation, malgré le fait que les catcheurs soient constitués de chair et d’os, de les considérer comme des personnages de fiction n’existant qu’au moment où ils sont à l’écran… alors qu’on ira les voir de près à l’occasion.

Où on en revient à la nécessaire appréhension du catch comme une série télévisée, exigence bien difficile lorsqu’elle nous oblige à l’abstraction d’évènements dont nous avons trace par ailleurs. Exercice encore plus complexe depuis l’émergence d’Internet.

 

 

C’est bon les gars, partez sans vous retournez, on a une semaine tranquille devant nous.

 

 

3/Comment se fait-il que les voix des intervenants ressortent toujours avec la même vigueur ?

Question subsidiaire : Pourquoi certains (Shawn Michaels, Vince McMahon) s’expriment avec des voix « n’existant pas » dans la vraie vie ?

 

Qu’une voix puisse être projetée au loin lorsqu’un homme s’exprime avec un micro au cœur d’un ring, lui-même équipé pour renforcer les sonorités, soit. Mais qu’il en soit de même alors qu’il se trouve en backstage de l’arène, dans un parking, au milieu de la rue voire chez lui… Quantité de segments, vendus en kayfabe comme des moments « volés », témoignent d’une diction, une élocution, un discours tout aussi audible et appuyé qu’en condition de promo classique. Des codes tellement intégrés que les protagonistes les emportent partout ?

Cette récente séquence d’un Damien Sandow à la pêche à la mallette est particulièrement too much en la matière. Et j’avoue adorer ça.

 

 

À noter aussi les résonnances spatiales de certaines voix et les raclements de gorge surnaturels de certains spécimens. Vince McMahon en tête. Je n’ose imaginer les engueulades en dolby/surround que devaient subir Shane et Stéphanie dans leur enfance.

 

Hommage au patron avec ce speech sur le thème « that’s not fair », pendant l’ère McMahon-Helmsley originelle, qui démontre toute sa panoplie sonore. Son intonation finale en fait un véritable méchant d’univers de fiction. Chacune de ses vannes est d’ailleurs appuyée de la voix suraiguë tout aussi abusive de Jerry Lawler aux commentaires. On imagine aisément les deux très performants dans le doublage de dessins animés.

 

 

 

4/Pourquoi dans un ladder match un individu semblant bien en jambes peine soudainement dans le dernier geste ?

 

Comme j’imagine beaucoup d’entre vous j’ai vu le main event de TLC 2013, et si j’ai trouvé le combat bon dans son ensemble, je n’ai pu m’empêcher de tiquer sur les habituelles séquences d’escalade pour aller décrocher le sésame. On pourrait donc se relever d’une grosse prise, grimper une à une les marches sans tituber et ne pas réussir à décrocher une ceinture ou une mallette d’un coup sec ? Certes, Jack Swagger a réellement peiné à cette tâche, au point que la WWE a dû faire éditer le segment, mais de là à ce que tout le monde l’imite sciemment !

 

Pour trouver une équivalence footballistique, c’est un peu comme si à chaque rencontre de coupe, un attaquant prenait de vitesse un défenseur, en dribblait un autre et arrêtait de courir au moment du face à face avec le gardien. Les initiés pourront toujours citer Cheick Diabaté ou un autre tâcheron offensif. Ce qui ne constitue pas une majorité aussi épaisse que celle de Stamford.

 

 

Ne cherchez pas, personne ne peut avoir l’air aussi benêt.

 

 

5/Pourquoi des agissements identiques ne déclenchent pas les mêmes conséquences ? Le cas des disqualifications et autres décisions arbitrales, mais surtout arbitraires.

 

Aussi actées soient les règles mentionnées à l’écran, le catch jongle avec des conventions tacites que le moindre habitué des programmes assimile assez vite. Même tout gamin j’avais compris que les disqualifications et les count out étaient beaucoup moins courants en PPV, surtout quand il y a des titres en jeu. Des postulats destructeurs de kayfabe. D’autant que selon les circonstances, les avancées des feuds ou la volonté de rendre « over » untel ou untel, on adapte les interprétations des règlements sans que le kayfabe ne le justifie.

 

Le cas le plus contradictoire et flagrant que je connaisse a eu lieu le soir de SummerSlam 2006. Booker T défend alors le titre World Heavyweight contre Batista, de retour d’une longue blessure l’ayant obligé à laisser la ceinture vacante en début d’année. Le build up prévoit une longue marche vers la reconquête, donc le face en chef de SmackDown ne peut remporter aussi vite le titre, tout en devant garder la main sur la rivalité. Une victoire par disqualification est la solution idéale. Aucun problème sur le fond. Quant à la forme, une simple intervention faiblarde de Sharmell et l’arbitre sonne la cloche. Dans la même soirée, Edge défend le titre WWE contre Cena. Lita réalise une intervention en tout point identique, mais l’action se poursuit. Un poing américain permettra à Edge de s’imposer par tombé. On pourra rétorquer avec raison que ce ne sont pas les mêmes hommes qui officiaient lors de ces matchs de championnat. Quitte à créer un angle autour de ces décisions opposées le lendemain à Raw, ce qui ne fut pas booké de la sorte.

 

 

Ceci est passible de disqualification.

 

 

Ceci est parfaitement toléré (une heure plus tard)

 

 

J’en oublie beaucoup en chemin, alors peut-être qu’une deuxième salve de questions viendra compléter ces prémisses. Et n’oublions jamais, le catch est un art.

 

 

video et débat

y a moyen de faire un truc participatif avec toutes ces incohérences rigolotes ou énervantes ? Je suis sûr qu'on a vraiment pas tous les mêmes...
Perso il y a l'utilisation de la video pour changer le résultat d'un match: tu te demandes juste quelle règles régissent l'utilisation de cet outil qui, s'il était généralisé, annulerait le résultat d'un match sur cinq environ.
Mais au moins c'est pas très souvent (je n'arrive d'ailleurs pas à me rappeler des anecdotes exactes mais c'est arrivé deux ou trois fois depuis que je suis un suiveur régulier)
Surtout il y a le flou autour de l'intervention du partenaire non tagué dans un match par équipe: un coup l'arbitre le vire ou l'empèche de rentrer, un coup il compte (jusqu'à ???), un coup il le laisse juste casser la prise, un coup il le laisse se battre contre l'autre "homme non légal", un coup il le laisse savater un peu l'homme légal... bref ça ça m'a vraiment fait sortir de plusieurs matchs.
Je voulais d'ailleurs savoir s'ils ont pris la peine d'ecrire les règles des différentes stipulations, ou si c'est juste une tradition orale ?

Bien vu

Oui, le laxisme des règles sur les interventions en tag team m'énerve aussi. Je crois que la règle non écrite est que si t'es pas l'homme légal t'es autorisé à entrer dans le ring et à y rester cinq secondes... Et évidemment d'accord avec toi concernant le recours à la vidéo.
Autre truc relou auquel j'ai pensé: quand un type fait un run-in, sa musique se met toujours à jouer, comme s'il avait bien pris soin de prévenir le responsable du son de son arrivée...

Musique

Tu n'y as pas pensé tout seul, pitre ! J'en parlais dans mon tout premier article pour ce site !

Excellent concept!

Depuis le temps que je voulais qu'on publie un truc comme ça, chapeau! J'ai tout de même quelques remarques: grosso modo, il me semble que tu dénonces des trucs secondaires et laisses de côté des éléments plus gênants. Les points 2 et 3, par exemple, me paraissent tout à fait entrer dans le registre de la suspension d'incrédulité. D'ailleurs, de ce point de vue, à partir du moment où l'on admet que des catcheurs peuvent avoir en backstage des discussions supposément secrètes sans se soucier le moins du monde du caméraman qui les filme, je pense qu'on n'a pas spécialement à s'inquiéter de leur articulation.
A part ça j'ajouterais à ce que tu pointes les préparations de Superplex, qui m'énervent toujours autant — mais moins que les gars incapables d'escalader une échelle alors qu'ils vont faire une cascade de la mort qui tue une minute plus tard... To be continued, en tout cas!

So brillant !

Jolie salve d'interrogations !

Je suis bien d'accord, en tant que fans de catch, nous acceptons beaucoup de conventions et de postulats totalement fictifs. Le catch a ses propres règles, différentes de la réalité. Mais c'est pareil pour toutes les fictions et les séries !
Mais parfois justement le catch brise, ou perturbe les conventions qu'il a lui même rédigé, et c'est toujours un peu désolant.

Oui, le coup des catcheurs qui mettent trois heures à monter l'échelle et décrocher la malette. Ou dans le même genre, ceux qui mettent trois heures à sortir d'une cage. Dans le style "pas crédible", la stipulation Steel Cage bat des records : les mecs qui passent par le haut et pas par la porte, ou qui laissent une jambe pendre...

L'arbitrage au catch est vraiment particulier. Déjà il se base sur un seul et unique arbitre. Si l'arbitre prend un coup (et ça arrive assez souvent, ils savent pas se placer ou quoi ? comme si tous les mois un arbitre de foot se prenait un ballon dans la gueule) alors le match s'arrête, et même si le monde entier a vu CM Punk taper avec sa ceinture, puisque l'arbitre est par terre, ça joue...
Et de même, pourquoi, alors qu'il est normalement interdit de frapper avec le poing fermé, autorise-t'on le WMD du Big Show ? Pourquoi les arbitres autorisent ils les amis, entraineurs, coachs, parents des catcheurs aux abords des rings alors que ceux ci interviennent toujours ? Pourquoi, une fois sur cent, changent-ils d'avis en excluant, dans un geste très théâtral, la personne extérieure ?

Autre fait un peu énervant parfois, pourquoi le finisher d'un catcheur le fait (quasiment) toujours gagner, mais dès qu'il change de finisher tout le monde s'en relève ? Exemple du Wasteland de Barrett, ou bien d'autres.

Bref, on est fan, mais exigents !

Le compte à l'extérieur.

durant parfois 30 secondes parfois 7.

Super article !

Un truc qui m'a toujours énervé : dans un match de championnat, pourquoi un catcheur qui perd par DQ est autorisé à conserver sa ceinture? Et tant qu'à faire, au lieu de se casser le cul à combattre, pourquoi les champions heels ne tentent pas de maraver leurs adversaires avec une chaise dès le début du match, pour conserver leur titre sans effort?

Et encore c'est presque explicable

L'angle du heel qui se fait disqualifier à plusieurs reprises pour conserver la belt est régulièrement tenté, mais ça finit à peu prés toujours par une stipulation de no DQ match au PPV suivant ou d'un match où exceptionnellement le titre peut changer aussi par disqualification.

Respecter le kayfabe dans la vraie vie??

Petite question que je me pose sur ce sujet: pourquoi la WWE exige que ses catcheurs respectent le kayfabe dans leur vraie vie? (exemple: le licenciement de Serena Deeb époque SES). Genre comme si on croyait que Kane vit vraiment dans une cave avec des cadavres et est né en enfer...
Ça me laisse perplexe...
Très bon article par ailleurs.

Kay-Fable

Bon papier Warrior ;)
Je te rejoins totalement, le catch c'est de l'art. Mon grand père disait une maxime à propos du catch que je reprends souvent : " la lutte c'est de l'art joué par des cochons."
Tu sais Vengador, dans les années 80, la WWF faisait croire que Jake the snake vivait dans un vivarium, que André le géant mangeait des enfants au ptit dej, où que Randy Savage se baladait en ville avec des pantalons à frange pour faire ses courses !
La fable fait partie inhérente du catch, et la WWE aimerait bien que ses catcheurs soit à l'image de leur Kayfabe, ils ont souvent pris leurs rêves pour des réalités LOL ! Cela est certainement du à l'obsession de VKM de contrôler les moindres faits et gestes de ses esclav....pardon de ses employés....
Par contre, merde tu m'apprends un truc, KOA Kane ne vit pas avec des cadavres??? Merde tu viens de briser un mythe !

Oui je suis d'accord avec toi

D'accord en tout point. Je pense qu'on a a peu près le même age si j'en crois l'age de krix junior (d'ailleurs j'adore cet angle d'article, très drôle) et j'ai été wwf-élevé à base de koko b ware et autre papa shango et je suis très nostalgique de cette époque haute en couleur. C'est ce qui me rend Fandango sympathique malgré son in-ring moyen-bof.
C'est plus une question rhétorique en sachant la réponse mais de là à virer une catcheuse pour ça... Ça a du être une raison fallacieuse pour la virer de toute façon.
On n'a pas virer Mr Perfect qui n'était pas très 'perfect' dans son style de vie.
Et gloire au futur HOF Jake the Snake Roberts!!!

Vengador soyons amis ;)

Vengador (le 31 c'est pour haute garonne?), j'ai 42 piges, et je suis comme toi nostalgique des années 80, les gimmicks hauts en couleur (Fandango a effectivement un coté très 80's), le nawak des Feuds, la tag team Koko&Owen hart avec leurs pantalons à vomir me faisait bcp rire à l'époque, et un truc qui me manque dans le catch du 21eme siècle, ce sont les managers Jimmy hart en tête, et aussi la perte du lustre du titre IC qui a l'époque était très côté et à juste titre !
De quelle catcheuse tu parles dans ton com?
Au fait, j'aurais aimé que tu laisses un com sur mon (tout 1er) texte au CDC même si Fandango laisse total indifférent mon fiston, ce qui a pu être une déception pour toi ;).
Enfin, je te rejoins, l'entrée au HOF de Jake me ravit, qu'est ce que je le kiffais!!! Orton devrait regarder quelques vidéos pour prendre des leçons de DDT ;)

Séquence nostalgie

J'ai 34 ans c'est effectivement pas loin. Et le 31 c'était mon numéro quand je jouais au foot us.
Oui Koko et Owen Hart s'appelaient High Energy si je me rappelle bien et ça pulsait bien (Ils avaient le temps de faire 5 prises pendant qu'Orton en fait une, oui j'ai le même avis que toi sur Orton aussi). Des tag team comme les bushwhackers, c'était mythique. C'est drôle car quand j'en parle avec ma mère qui ne regardait pas ça avec moi mais qui passait devant la télé, elle se rappelle qu'il y avaient un flic, un inspecteur des impôts, un croquemort, deux dingos qui se léchaient le front... Maintenant ben y a des mecs en slip quoi...
Serena Deeb qui s'appelait Serena tout court dans le ring faisait équipe avec CM Punk et Luke Gallows dans la Straight Edge Society. CM était le gourou et eux étaient ses larbins sensés suivre le mode de vie Straight Edge. Elle s'est faite photographiée complétement bourrée dans un bar je crois et la WWE l'a virée.
Désolé pour le com, j'avoue que je ne mettais pas beaucoup de com jusque là mais je me rend compte que ça fait toujours plaisir d'avoir un com positif sur son article surtout quand c'est mérité. Donc je vais m'y mettre un peu plus à partir d'aujourd'hui.

Connexion utilisateur

What's up?



12 janvier

Les Awards s'empilent en une, ils ont soif de vos commentaires! Venez aussi voter pour désigner la ceinture du plomb 2017, et n'oubliez pas que les vignettes attendent vos légendes sagaces ici.

Aimez-nous sur Facebook!

Suivez-nous sur Twitter

Commentaires récents

Les Vignettes des Cahiers


Merde, j’ai toujours été nul au Puissance 4.


Retrouvez ici toutes nos vignettes !


Quotes of the Cahiers

"I'm gonna leave him in a pile of blood, and urine and vomit."
Brock Lesnar à propos de John Cena

"At 9 am Eastern time tomorrow, the WWE Network goes live. But the problem is you’re all gonna be so overwhelmed by the incredible content available, you won’t be able to turn it off. Adults will lose their jobs and kids will be expelled from schools for lack of attendance. In fact, you’re gonna be so mesmerized by the incredible content of the WWE Network that you won’t even have time to remove the garbage from your houses. Your places are gonna start to stink, rats will move in, and they’re gonna look like bigger pigsties than they already do. Ultimately, the government is gonna come along and condemn your homes and you will all be left homeless defending yourself on the street. Thank you very much."
Bad News Barrett

"He’s twisting him so much his twin brother is getting dizzy !"
JBL commentant un Giant Swing d'Antonio Cesaro sur l'un des frères Uso.

"I think I'm a little too old for you Jerry. I'm 26, I know you like them younger."
AJ Lee, à Raw, s'adressant à Jerry Lawler

"It looks like James Storm has had more partners than Taylor Swift lately, he should probably get tested"
Bad Influence

"Having watched that… I regret the doctors in Canada saving my life.”
Jerry Lawler, après le segment où Mae Young a accouché d'Hornswoggle.

"What's running through John Cena's mind? I don't give a crap what's running through his mind. What's more important is what's running down his leg."
Brock Lesnar

"Yes. Stop sending dumb tweets like this one. RT: @Kid_Antrim Any advice for me?"
Paul Heyman, sur Twitter

"With Kofi Kingston as the Intercontinental Champion, the bar has been lowered. And when the bar’s been lowered, mediocrity becomes acceptable. And when mediocrity becomes acceptable, society crumbles. And when society crumbles, civilization will end as we know it.”
Le Miz, Hell in a Cell

"Can you figure that? She's not able to get a date! I mean, even Natalya is able to get a date!"
Eve à propos de Layla

"I understand that you barbaric buffoons could easily eviscerate me and dispose of me like common trash. However, if you do so, I will not be a victim. I will be a martyr. A martyr for anyone who appreciates a sophisticated mind."
Damien Sandow, à DX.

"Apparently, giants can win the Super Bowl, but not matches at WrestleMania. You’re like ‘The Reverse Undertaker’. Who are you going to lose to this year? The boxer or the sumo wrestler?”"
Cody Rhodes au Big Show

"The Kliq is back, which is kind of ironic because "click" is the noise the audience's remote control makes every time Kevin Nash pops up on their TV screen."
CM Punk

"It's a conspiracy! C... O... N.... Spiracy!"
R-Truth

"I understand that... that Vince McMahon's gonna make money despite himself... he's a millionaire who should be a billionaire... you know why he's not a billionaire? It's because he surrounds himself with glad-handing nonsensical yes-men like John Laurinaitis, who's gonna tell him everything he wants to hear... and I'd like to think that maybe this company will be better after Vince McMahon is dead, but the fact is it's gonna get taken over by his idiotic daughter and his doofus son-in-law and the rest of his stupid family."
CM Punk

"These people are not Jimmies. They are the greatest fans in the world!"
John Cena, à R-Truth qui venait de qualifier le public de Raw de "Little Jimmies".

"Can you imagine if Sheamus wins this thing? I mean, the international ramifications, I mean the buyrate, I’m talking about the demographic change and everything? If Sheamus wins this match, it will be huge, not only for him but for the Smackdown brand."
Booker T., pendant un Title Match opposant le champion poids lourds Randy Orton à Sheamus.

"When I’m done with him, he’s gonna have barbecue sauce fueling out from his belly button like a geyser."
Michael Cole à propos de Jim Ross

"The WWE has gone from the powerful "Austin 3:16" to the dominant and iconic "can you smell what the Rock is cookin?"... all the way to "You can't see me"? You can't see me, what are you, playing peek-a-boo? Believe me, we all can see you. A blindfolded, sleeping, stuck in the basement Stevie Wonder can see your monkey ass. How in the hell do you think we can miss you come out here with your bright ass purple shirt, before that bright green shirt, bright orange shirt like a big fat bowl of Fruity Pebbles?"
The Rock à John Cena

"Jerry Lawler has forgotten more about wrestling than the Miz has ever known."
CM Punk

"If anyone says you can't do something, if anyone says you can't live your dream... Believe them, because you can't."
The Miz

"William Regal did the real work with this young man. Shawn Michaels took $3000 from him, that's all he ever did."
CM Punk à propos de la formation de Daniel Bryan

"I would RKO my own grandmother if it meant keeping this title. And then I'd RKO YOUR grandmother just to see the look on her face."
Randy Orton, à Sheamus

Virgil: - Ted, what are you going to do for protection?
Ted DiBiase, jetant un coup d'oeil à Maryse: - Go to the drugstore.

"Her teeth are going to be like the Ten Commendments after this match: all broken."
Alicia Fox, à propos d'Eve Torres

"Layla is not married. She deserves a good husband. I should marry her before she meets him."
Jerry Lawler

"If I suck, why would a Perry deli – the top Perry deli – name their top-selling sandwich after me? It's called the Swaggie. It smells like freedom."
Jack Swagger

"I realize how much of a starmaking performance I had in McGruber. The reviews have been off the charts. As a matter of fact, they are speaking of a possible early Oscar nomination."
Chris Jericho

"I'm sure your mom's uterus is awesome."
Vicki StElmo à Vladimir Kozlov

"If we were in your era, I'd put a Sharpshooter on you faster than you can put a pair of cheap sunglasses on an ugly kid."
The Miz, à Bret Hart.

"When I look at you I don't see fans. I don't even see people. I see money, money, money, money. Dollar signs, dollar signs, dollar signs, dollar signs. With some of you, a lot of dollar signs because I see a lot of fat people in the audience and I know you paid for two seats. Thank you very much!"
Batista à Raw.

"We are real women with the body that God created us with."
Mickie James, la femme aux implants mammaires en silicone qui explosent dans le ring.

Don Johnson: "This is a mistake!"
The Miz: "Mistake? No. Pink shirts and white suits, that is a mistake."

"One nation under Punk, undivisible, with integrity and sobriety for all!"
CM Punk

Michael Cole: "Our guest at ringside, Marisse. Welcome."
Maryse: "Oh my god, Michael Cole, you vintage nerd. You can't even say my name right. I should punish you and just give you my French kiss."

"If I see you in my match tonight, I'm gonna tear your intestins out and jump rope with it. And that's not all. I'm gonna take my two fingers, I'm gonna dig up your nosedrills and I'll rip your brain out. And I'm gonna put it in a newspaper and I'm gonna smash it against a window."
Mike Tyson à Hornswoggle

Ted DiBiase: "My movie, the Marine II, is superior to the original Marine."
Cody Rhodes: "Ted, my fifth grade graduation video is superior to the original Marine."

"I'm on Raw, you're on Smackdown... Long distance relationships don't work, Chris."
Big Show

Jerry Lawler, après une promo de Maryse où elle a qualifié Melina de "petite poupée": "Did she just say poupée? Do you know what that means in French?"
Michael Cole: "What?"
Jerry Lawler: "I... I can't say it!"

"I respect her. There are a lot of things that she does that I couldn't do, being the size that she is."
Michelle McCool à propos de Mickie James.

"We have MVP on the stage, and PMS in the ring."
Goldust, à propos des divas assemblées dans le ring pendant les Slammy Awards 2009.

"It was kind of like the 300 at the battle of Thermopylae, but with better abs".
John Morrison à propos de la fin de son match à Survivor Series, quand il s'est retrouvé à 1 contre 3.

"Hi, I'm John Morrison, and one time I drove my Lexus 700 miles on a tank full of my own urine."
John Morrison

"I always said if I could put my brain in Andrew’s body he’d be a 20-time world champ."
Edge à propos de Andrew "Test" Martin