Sondage

Cela fait maintenant un mois tout pile que Jinder Mahal est champion de la WWE. Selon vous::

L'ultime

Adieu guerrier illustre : ton courage dans le malheur inspire de l'estime à ton ennemi le plus acharné.

Lautréamont, Les Chants de Maldoror

 

Bonjour à toutes et tous et bienvenue à la Spanish Announce Table, le seul endroit où sont nées les légendes, où les carrières ont été brisées et où on va secouer les cordes jusqu'à ce que nos cœurs cessent de battre...

 

 


Ultimate Warrior, Guerrier et catcheur ultime.

 

 

In memoriam Warrior

 

 

 

Un riff de guitare et une forme, à peine humaine, qui déboule à toute allure vers le ring. Costume de catcheur traditionnel, certes, mais bariolé, physique de body-buildeur, tous les mucles tendus, prêts à exploser, seulement retenus par des cordelettes à franges, visage peinturluré. Et le public qui assiste à l'évènement qui explose, comme de la poudre qui s'enflamme suite à l'étincelle créée par une telle débauche d'énergie.

 

Allez, soyons clairs et osons la comparaison chiffrée, si The Rock est « The Most Electryfying Man in wrestling history », c'est juste du 2,5 Volts comparés aux 220 Volts du Warrior. L'entrée du type dans le ring n'a rien de comparable avec quoi que ce soit de rationnel.

 

L'Ultimate Warrior n'était pas un grand catcheur, en tout cas pas au sens traditionnel du terme. Ce n'était ni un « ring général » à la manière d'un Harley Race, ni un perfectionniste du storytelling comme Randy Savage, ni un expert en manipulation des foules comme Jake The Snake Roberts. Non. Mais il avait un charisme d'une intensité immense que personne n'a jamais su égaler depuis.

 

 

 

Moi aussi, je sais secouer les cordes.

 

 

 

L'entrée du Warrior dans une enceinte fermée et son arrivée vers le ring, n'avait rien de semblable avec celle de tous les autres performers de son époque et elle n'a rien de comparable avec quoi que ce soit d'actuel. C'était une expérience d'un autre temps, d'une autre dimension. Allez, lâchons de suite le mot, presque un phénomène chamanique. Le type arrivait en transe, par je ne sais quel processus qu'il nommait « Warrior Spirit » mais qui était probablement induit par l'ingestion de substances étranges préparées lors d'un rituel mystique réalisé à la pleine lune dans sa base secrète de Parts Unknown. Et sa transe, magiquement, se transmettait à la foule qui y succombait avec un abandon total.

 

Et quand j'écris abandon total, ce n'est pas une métaphore, hein, c'est la pure réalité. Le charisme du type était tel qu'il était capable de réaliser les plus grands miracles du wrestling-business : celui de terminer le régne de 15 mois du plus champion intercontinental de tous les temps en seulement 27 secondes, celui de suspendre le disbelief de ses auditeurs dans un discours où il invoquait des esprits pour détourner un avion, celui de foutre la patée à Phil Collins (ce qui est un peu le rêve mouillé de tout mélomane) , celui de faire boire des paroles qui n'ont absolument aucun sens, celui, surtout, de créer l'illusion qu'il était monstrueusement bon dans un ring alors qu'en toute objectivité il était plutôt médiocre.

 

 

 

Moi aussi, je suis un guerrier !

 

 

 

C'était une sorte de chaman peinturluré, il s'appelait Warrior. C'était devenu son nom de famille. Et il venait juste d'entrer au WWE Hall Of Fame après des années de disputes avec la fédération qui l'avait vu atteindre les sommets. Il était allé là-bas donner un dernier rush d'adrénaline et de Warrior Spirit à ses fans qui ne l'avaient pas oubliés et pas autant méprisés que la fédération qui l'avait porté au pinacle avant de dire tout un tas de choses désagréables à son propos. Pourquoi ? Notamment parce qu'il avait changé son nom légalement pour s'appeler Warrior et ainsi se sortir d'une querelle de droit à l'image. Il est mort aujourd'hui après avoir enfin fait la paix avec ses anciens plus fervents détracteurs et délivré un discours de Hall Of Fame qui était à la foi fidèle à sa légende et avait déjà des accents de rédemption.

 

Dans le monde étrange du catch, où les symboles comptent plus que tout et où chaque vraie superstar s'efforce de construire sa propre mystique, le Warrior avait enfin terminé sa tâche, commencée vingt-cinq ans auparavant. Et il n'avait finalement plus rien à faire dans ce monde. Il avait déjà tout accompli, probablement trop tôt, trop vite et avec pas mal d'incompréhensions au passage.

 

 

 

Moi aussi, j'avais le facepainting.

 

 

 

 

Si l'on parle de la carrière de l'Ultimate Warrior, la première chose à dire, c'est qu'il a débuté dans une équipe appelée The Bladerunners avec, comme partenaire, un homme que vous connaissez désormais sous le nom de Sting et comme manager un certain Dutch Mantell qui traine toujours aux abords des ring sous le nom de Zeb Colter. A peine un an et quelques fâcheries plus tard, le type part vers le Texas et fait ses classes chez la famille Von Erich d'abord en équipe puis en solo. Son nom d'alors : Dingo Warrior. Le gimmick ne sera que temporaire puisqu'il deviendra rapidement The Ultimate Warrior pour Vince McMahon.

 

En France, le nom nous fait sourire parce que « dingo » fait forcément penser à autre chose qu'à l'animal et à l'Australie. Il nous fait d'autant plus sourire, même, avouons-le parce que le Warrior était effectivement un peu frappadingue et que la WWE nous a dit depuis des années qu'il l'était complètement. Alors, certes, le type avait ses défauts. Plein, même, mais franchement, était-il le seul catcheur de l'époque à en avoir ? Toutes les idoles de notre enfance (et pas mal de celles qui trainent encore actuellement dans les rings de la WWE) étaient des personnages idéalisés et les gens qui les interprétaient étaient en réalité des types assez peu fréquentables dans la vraie vie, souvent drogués, mégalomanes, empreints d'une culture machiste apprise dans les vestiaires de sports.

 

La WWE, en écrivant sa légende à coups de documentaires et d'inductions dans son Hall Of Fame, avait gentiment gommé ses aspects de toutes nos idoles. Elle parlait pudiquement d'une superstar qui « combattait ses propres démons » pour parler d'un type chargé comme une mule qui se mettait n'importe quoi dans le système pour tenir le rythme de ses plannings infernaux. Elle évoque, même encore de nos jours, The Kliq comme étant un groupe de catcheurs amis dans la vraie vie, alors que ce n'était qu'une bande d'alliés professionnels de circonstances prêts à tous les coups bas pour empêcher leurs collègues, non pas de réussir mais simplement de survivre en faisant honnêtement leur métier. Elle loue toujours les qualités de certains catcheurs comme de véritables « locker-room leaders » alors qu'ils font souvent régner la terreur dans les vestiaires avec des méthodes qu'elle réprouve publiquement dans ses campagnes anti-bullying.

 

 

 

Ne me remerciez pas pour avoir fait débuter Warrior, j'ai aussi sauvé la carrière d'un yodler fou en le transformant en future star.

 

 

 

 

Nul besoin de la blâmer pour ça. Le catch, c'est exactement comme tous ces magasins de souvenirs autour de la grotte de Lourdes : des idoles en plastique, bien loin de la réalité, qui font office de gadgets marketing avec la couleur qui change au gré des conditions atmosphériques.

 

Néanmoins, avouons que la météo avait été particulièrement mauvaise pour l'Ultimate Warrior puisque le DVD « The Self-destruction of the Ultimate Warrior » était un véritable réquisitoire à charge envers le bonhomme. On le présentait comme un performeur assez peu talentueux dans le ring, totalement irrespectueux des us et coutumes du « business », un type tout sauf professionnel pour dire les choses rapidement.

 

Et à écouter le discours du Warrior ce samedi lors de son introduction au Hall Of Fame, on a clairement pu ressentir à quel point cela l'avait profondément blessé. Il a même explicitement insisté sur le fait qu'il avait toujours respecté ses pairs depuis ses débuts et c'était, à la WWF, où un accueil chaleureux des anciens était synonyme de dépôt de matière fécale humaine dans le bagage des nouveaux qu'il avait volontairement choisi de s'éloigner de cette ambiance de « franche camaraderie » propre au business. Parmi les dizaines de choses intéressantes que Warrior a évoquées ce samedi (souvent toutes à la fois à sa manière habituelle), il faudra aussi retenir sa proposition d'inclure à la cérémonie un prix spécial remis à un technicien pour l'ensemble des efforts qu'il a fourni et son travail dans l'établissement de la légende dorée des catcheurs qu'on célèbre ce soir-là.

 

 

Heureusement, tout ça a bien changé, hein, Randy ?

 

 

 

Pour le cas où vous n'auriez pas compris, ce que je tente de vous dire-là, depuis quelques paragraphes, l'Ultimate Warrior n'était pas un type dingo. Pas du tout, c'était juste un type normal, avec ses qualités et ses défauts, comme beaucoup d'autres, qui, un jour, avait connu une gloire immense grâce à son talent en devenant l'Ultimate Warrior et qui, depuis, était devenu prisonnier de ce personnage-là. Prisonnier de l'image sombre que véhiculait ceux qui l'avait fait et ne pouvaient pas accepter qu'il leur échappe, comme la créature du Docteur Frankenstein se retourne face à son créateur. Prisonnier aussi de l'image dorée qu'il avait de lui-même et toujours persuadé qu'être le Warrior était bien plus plaisant et avantageux pour lui qu'être James Hellwig.

 

Ce n'était plus vraiment un chaman, il était redevenu un catcheur presque comme tous les autres. Qu'il repose en paix.

 

 

 

 

 

See you Warrior

Ça faisait bien longtemps que je n'avais pas consulté les cdc moi... ou même regardé RAW
Le pire, c'est que je décide de m'y remettre en pleine ROAD TO WM, du coup y'a du boulot (et ça rime).
J'attends WM avec impatience, comme depuis pas mal d'années (je dois encore avoir la VHS d'un des derniers WM avec le Warrior... quand il squashe "Hunter Hearst Hemsley", c'est dire si ça date pas d'hier...)
Bref, je mate un peu qui va être intronisé au HOF. Et, joie intense ! Mr T., Lita, Paul Bearer, Razor Ramon et.... mon idole d'enfance, l'Ultimate Warrior).
Je vous la ferai brêve, mais j'adorais jouer avec le Warrior sur mon atari st (WWF Wrestlemania un nom comme ça, on avait le choix entre Hulk Hogan, le British Bulldog et l'Ultimate Warrior de mémoire. Le boss était Sgt Slaughter, super balèze !)
Je disais donc que j'apprenais avec joie le nom de la fournée 2014 du HOF.
J'ai donc regardé WM, puis regardé le HOF. Je me suis tapé les discours d'à peu près tout le monde mais, manquant de temps, je me suis gardé le Warrior pour plus tard.
Et pan, il meurt avant que je le regarde.
J'avais même regardé RAW entretemps...
Bon, c'est pas super intéressant raconté comme ça, mais tout ça pour dire que ce mec a été mon catcheur préféré quand j'étais môme. Je vois encore pas mal de choses qui lui ont été empruntées parmi les catcheurs ayant débuté à partir de la fin des années 90 et ça me fait sourire à chaque fois.
Merci à lui pour tous ces moments de pure folie catchesque.
Merci à toi SAT pour cette nécro qui lui rend parfaitement hommage.
.
Est-ce que quelqu'un, qui regardait la WWF dans les années 90, se souviendrait par hasard d'une pub/promo diffusée pour annoncer le grand retour du Warrior. C'était une petite scène filmée dans une ruelle sombre. Un vieux SDF aveugle fait la manche et là, 2 "loubards" approchent et lui volent son argent. Le type, assez philosophe, dit que s'ils en sont réduits à voler un vieil aveugle SDF, c'est qu'ils ont surement plus besoin d'argent que lui. Et sur cette conclusion magnifique apparaît le "logo" du Warrior. Un grand moment de ma jeunesse :')

Tristesse

Ça me fait vraiment du mal. Paul Bearer, Macho Man, l'Ultimate Warrior... Manque plus que l'Undertaker et toutes les idoles de ma jeunesse (ben oui, pour le British Bulldog c'est fait depuis longtemps) auront passé le slip à gauche. Tiens, ça me fait repenser à cette promo fabuleuse au Funeral Parlour après WM VII https://www.youtube.com/watch?v=7NrtxpK8w9k "Now it's not the time to start that journey back to parts unknown, now it's not the time for me to be buried or covered by any sacred ground". Bordel, c'était bien. Merde, chuis encore plus triste maintenant.

Merci pour cet hommage au "

Merci pour cet hommage au " guerrier ultime" loin des bavardages. Son charisme exceptionnel m a aussi transporté! Quelle équipe avec Sting!!! Pas de maillon faible!!!
Le langage de vérité d un catcheur qui ne respectait pas les codes et les usages du fameux locker room dont on ne sait rien

Ce matin

Bordel, j'avais posté un com' élogieux ce matin sous cet article et semble-t-il, il s'est volatilisé. Donc, je recommence : merci pour la sobriété de cet hommage et pour sa clairvoyance quant aux discours fantaisistes émis de toutes parts sur certains catcheurs. La WWE révise souvent sa façon de voir les Superstars qu'elle a élevées au rang de stars et je pense que tu as su donner un ton juste à ce papier-tribute. Donc, je te remercie, parce que ça me fait plaisir de lire des articles sans prétention, qui ne donnent pas de leçons ou de pseudo jugements sur une réalité que de toute façon nous ignorons puisque nous sommes loin des coulisses du catch. Et si l'Ultimate Warrior a convaincu le monde qu'il était dingo... c'est qu'il maîtrisait bien les ficelles de son métier !

Joli papier.

Merci.

La Kilq et des claques

Ils étaient pas vraiment potes dans la vraie vie ces lascars? J'avais l'impression que c'était une vraie bande de potes, moi!

Putain...

J'ai maté le HoF lundi soir et j'ai été surpris de voir a quel point pour un gars qui en a chié comme lui (c'était vraiment la soirée Rédemption), il se portait bien... J'étais heureux de voir enfin le Warrior et les McMahons faire la paix, nous offrant l'espoir de revoir sa folie de façon régulière, tel une madeleine de Proust ou un Damn de Ron Simmons!
Heureux qu'il aie pu faire un dernier tour de piste, cela dit... RIP Warrior!

La liste s'allonge...

Oui décidement, la liste des catcheurs disparus devient de plus en plus terrifiante...:(
RIP le Warrior, passe le bonjour à Randy.

What's up?




2009 - 2018
Relax Miz Girl, les CDC ne sont pas morts. Retrouvez-nous dans notre nouveau chez-nous.

Connexion utilisateur

Commentaires récents

Les Vignettes des Cahiers


Merde, j’ai toujours été nul au Puissance 4.


Retrouvez ici toutes nos vignettes !


Quotes of the Cahiers

"I'm gonna leave him in a pile of blood, and urine and vomit."
Brock Lesnar à propos de John Cena

"At 9 am Eastern time tomorrow, the WWE Network goes live. But the problem is you’re all gonna be so overwhelmed by the incredible content available, you won’t be able to turn it off. Adults will lose their jobs and kids will be expelled from schools for lack of attendance. In fact, you’re gonna be so mesmerized by the incredible content of the WWE Network that you won’t even have time to remove the garbage from your houses. Your places are gonna start to stink, rats will move in, and they’re gonna look like bigger pigsties than they already do. Ultimately, the government is gonna come along and condemn your homes and you will all be left homeless defending yourself on the street. Thank you very much."
Bad News Barrett

"He’s twisting him so much his twin brother is getting dizzy !"
JBL commentant un Giant Swing d'Antonio Cesaro sur l'un des frères Uso.

"I think I'm a little too old for you Jerry. I'm 26, I know you like them younger."
AJ Lee, à Raw, s'adressant à Jerry Lawler

"It looks like James Storm has had more partners than Taylor Swift lately, he should probably get tested"
Bad Influence

"Having watched that… I regret the doctors in Canada saving my life.”
Jerry Lawler, après le segment où Mae Young a accouché d'Hornswoggle.

"What's running through John Cena's mind? I don't give a crap what's running through his mind. What's more important is what's running down his leg."
Brock Lesnar

"Yes. Stop sending dumb tweets like this one. RT: @Kid_Antrim Any advice for me?"
Paul Heyman, sur Twitter

"With Kofi Kingston as the Intercontinental Champion, the bar has been lowered. And when the bar’s been lowered, mediocrity becomes acceptable. And when mediocrity becomes acceptable, society crumbles. And when society crumbles, civilization will end as we know it.”
Le Miz, Hell in a Cell

"Can you figure that? She's not able to get a date! I mean, even Natalya is able to get a date!"
Eve à propos de Layla

"I understand that you barbaric buffoons could easily eviscerate me and dispose of me like common trash. However, if you do so, I will not be a victim. I will be a martyr. A martyr for anyone who appreciates a sophisticated mind."
Damien Sandow, à DX.

"Apparently, giants can win the Super Bowl, but not matches at WrestleMania. You’re like ‘The Reverse Undertaker’. Who are you going to lose to this year? The boxer or the sumo wrestler?”"
Cody Rhodes au Big Show

"The Kliq is back, which is kind of ironic because "click" is the noise the audience's remote control makes every time Kevin Nash pops up on their TV screen."
CM Punk

"It's a conspiracy! C... O... N.... Spiracy!"
R-Truth

"I understand that... that Vince McMahon's gonna make money despite himself... he's a millionaire who should be a billionaire... you know why he's not a billionaire? It's because he surrounds himself with glad-handing nonsensical yes-men like John Laurinaitis, who's gonna tell him everything he wants to hear... and I'd like to think that maybe this company will be better after Vince McMahon is dead, but the fact is it's gonna get taken over by his idiotic daughter and his doofus son-in-law and the rest of his stupid family."
CM Punk

"These people are not Jimmies. They are the greatest fans in the world!"
John Cena, à R-Truth qui venait de qualifier le public de Raw de "Little Jimmies".

"Can you imagine if Sheamus wins this thing? I mean, the international ramifications, I mean the buyrate, I’m talking about the demographic change and everything? If Sheamus wins this match, it will be huge, not only for him but for the Smackdown brand."
Booker T., pendant un Title Match opposant le champion poids lourds Randy Orton à Sheamus.

"When I’m done with him, he’s gonna have barbecue sauce fueling out from his belly button like a geyser."
Michael Cole à propos de Jim Ross

"The WWE has gone from the powerful "Austin 3:16" to the dominant and iconic "can you smell what the Rock is cookin?"... all the way to "You can't see me"? You can't see me, what are you, playing peek-a-boo? Believe me, we all can see you. A blindfolded, sleeping, stuck in the basement Stevie Wonder can see your monkey ass. How in the hell do you think we can miss you come out here with your bright ass purple shirt, before that bright green shirt, bright orange shirt like a big fat bowl of Fruity Pebbles?"
The Rock à John Cena

"Jerry Lawler has forgotten more about wrestling than the Miz has ever known."
CM Punk

"If anyone says you can't do something, if anyone says you can't live your dream... Believe them, because you can't."
The Miz

"William Regal did the real work with this young man. Shawn Michaels took $3000 from him, that's all he ever did."
CM Punk à propos de la formation de Daniel Bryan

"I would RKO my own grandmother if it meant keeping this title. And then I'd RKO YOUR grandmother just to see the look on her face."
Randy Orton, à Sheamus

Virgil: - Ted, what are you going to do for protection?
Ted DiBiase, jetant un coup d'oeil à Maryse: - Go to the drugstore.

"Her teeth are going to be like the Ten Commendments after this match: all broken."
Alicia Fox, à propos d'Eve Torres

"Layla is not married. She deserves a good husband. I should marry her before she meets him."
Jerry Lawler

"If I suck, why would a Perry deli – the top Perry deli – name their top-selling sandwich after me? It's called the Swaggie. It smells like freedom."
Jack Swagger

"I realize how much of a starmaking performance I had in McGruber. The reviews have been off the charts. As a matter of fact, they are speaking of a possible early Oscar nomination."
Chris Jericho

"I'm sure your mom's uterus is awesome."
Vicki StElmo à Vladimir Kozlov

"If we were in your era, I'd put a Sharpshooter on you faster than you can put a pair of cheap sunglasses on an ugly kid."
The Miz, à Bret Hart.

"When I look at you I don't see fans. I don't even see people. I see money, money, money, money. Dollar signs, dollar signs, dollar signs, dollar signs. With some of you, a lot of dollar signs because I see a lot of fat people in the audience and I know you paid for two seats. Thank you very much!"
Batista à Raw.

"We are real women with the body that God created us with."
Mickie James, la femme aux implants mammaires en silicone qui explosent dans le ring.

Don Johnson: "This is a mistake!"
The Miz: "Mistake? No. Pink shirts and white suits, that is a mistake."

"One nation under Punk, undivisible, with integrity and sobriety for all!"
CM Punk

Michael Cole: "Our guest at ringside, Marisse. Welcome."
Maryse: "Oh my god, Michael Cole, you vintage nerd. You can't even say my name right. I should punish you and just give you my French kiss."

"If I see you in my match tonight, I'm gonna tear your intestins out and jump rope with it. And that's not all. I'm gonna take my two fingers, I'm gonna dig up your nosedrills and I'll rip your brain out. And I'm gonna put it in a newspaper and I'm gonna smash it against a window."
Mike Tyson à Hornswoggle

Ted DiBiase: "My movie, the Marine II, is superior to the original Marine."
Cody Rhodes: "Ted, my fifth grade graduation video is superior to the original Marine."

"I'm on Raw, you're on Smackdown... Long distance relationships don't work, Chris."
Big Show

Jerry Lawler, après une promo de Maryse où elle a qualifié Melina de "petite poupée": "Did she just say poupée? Do you know what that means in French?"
Michael Cole: "What?"
Jerry Lawler: "I... I can't say it!"

"I respect her. There are a lot of things that she does that I couldn't do, being the size that she is."
Michelle McCool à propos de Mickie James.

"We have MVP on the stage, and PMS in the ring."
Goldust, à propos des divas assemblées dans le ring pendant les Slammy Awards 2009.

"It was kind of like the 300 at the battle of Thermopylae, but with better abs".
John Morrison à propos de la fin de son match à Survivor Series, quand il s'est retrouvé à 1 contre 3.

"Hi, I'm John Morrison, and one time I drove my Lexus 700 miles on a tank full of my own urine."
John Morrison

"I always said if I could put my brain in Andrew’s body he’d be a 20-time world champ."
Edge à propos de Andrew "Test" Martin