Sondage

Cela fait maintenant un mois tout pile que Jinder Mahal est champion de la WWE. Selon vous::

La réinvention de John Cena

Ceux qui n’évolueront pas périront.

Seth Rollins

 

Nous lançons aujourd’hui un nouveau format, dont vos retours et nos propres inspirations décideront de la pérennité. Autrement dit, si ça vous plait et ça nous branche, on en refera (et on vous invitera évidemment à prendre le clavier aussi). La question du jour est la suivante : comment le buildup du match Cena-Lesnar de Night of Champions aurait-il dû être lancé lundi dernier?

 

 

Déjà, fallait pas nous inviter.

 

 

Machine à remonter le temps : Raw du 25 août

 

 

Le principe est le suivant : quand un show, ou un angle particulier, nous semble booké de façon désastreuse ou, à tout le moins, pas aussi brillamment qu’il l’aurait fallu, nous revenons dessus et détaillons ce que nous aurions aimé voir à la place. Il s’agit évidemment d’un exercice de fantasy booking, mais l’idée, ici, n’est pas réellement de développer une storyline à très long terme, mais bien de réécrire un passé récent afin de purger notre cerveau d’un trop-plein de « mais putain c’est pas comme ça qu’il faut gérer cet angle, bordel! » J’avais fait un truc dans le genre il y a quelques années, mais c’était plus dans un esprit « GROSSE RIGOLADE »; là, j’essaie davantage de me mettre dans la peau de cette fameuse creative team que nous agonissons d’injures plus souvent qu’à notre tour.

 

 

- Haha vous allez voir à Night of Champions, brothers, ça va être génial, je viens de parler à Vince et il est enchanté, Cena et Lesnar vont refaire le Fingerpoke of Doom!

- Wooo! Ou alors Brock pourrait dire à John « I’m sorry, I love you » avant de lui faire seize atémis de suite! Wooo!

- Moi aussi j’ai une idée, faudrait que Cena fasse équipe avec Dieu!

 

 

L’idée m’est venue d’un échange sur le forum et du sentiment de déception prédominant dans l’IWC, y compris dans nos colonnes, au sujet du Raw de lundi dernier, qui marquait le retour de Cena aux affaires huit jours après l’humiliante défaite subie à Summerslam des mains de Brock Lesnar (le Marine avait zappé le Raw du lendemain du show pour vendre les effets de la raclée). Nous avons été nombreux à juger que la grande promo post-branlée de l’ancien champion ne fut pas aussi réussie qu’attendu. Cena s’est contenté de promettre qu’il ne rendrait pas les armes et qu’à Night of Champions, il reprendrait au gorille du Minnesota sa ceinture et lui kickerait le ass au passage. Au vu du squash total qu’il a encaissé dimanche en huit, une telle déclaration semble complètement hors de propos : en outre, la volonté de la WWE de rappeler la puissance de Cena s’est soldée par une humiliation infligée à Bray Wyatt, un jeune heel prometteur qui avait poussé Cena dans ses derniers retranchements à Wrestlemania et l’avait vaincu au ppv suivant, et qui se serait bien passé d’une déculottée où il n’exista pratiquement jamais.

 

 

Arm?

 

 

Alors, quelle histoire la WWE aurait-elle dû raconter pour nous faire croire que Cena a une chance contre Lesnar sans pour autant jeter en pâture au champion déchu ce pauvre Bray? Eh bien, à peu près ceci, à mon avis.

 

Ouverture de Raw. Pas besoin des Hall of Famers, ça s’ouvre tout seul très bien sans ça. Cena arrive. Il n’est pas joyeux et souriant, mais il n’est pas abattu non plus. Non, il est froidement déterminé. Il marche vers le ring, pas de taunts, ce soir c’est serious business. Il déclare tout de go que jamais de sa vie il n’a subi une correction comparable à celle que Brock Lesnar lui a infligée à Summerslam. Oui, Brock l'a méchamment abîmé. C’était il y a huit jours, et il sent encore l’impact des coups reçus dans son corps, dans ses bras, ses jambes, ses côtes, sa nuque... Mais il y a une partie de lui que Brock n’a pas abîmée, la plus importante (Cena évite une penis joke, tellement il est sérieux). C’est son cerveau. Depuis Summerslam, il n’a pas été en état de combattre ni même de faire réellement de l’exercice, mais son cerveau, lui, a tourné à plein régime. Il n’a cessé de repenser à ce match. Les docteurs lui avaient prescrit un maximum de repos, et il s’est plié à leurs injonctions, car il voulait être rétabli pour Night of Champions, mais il n’a pas passé cette semaine à regarder Haven (qui est ach’ment bien, y a Edge dedans), le Marine III ou Leperchaun. Non, un seul enregistrement a tourné en boucle sur sa télé, et c’est l’enregistrement de son match de Summerslam contre la Bête incarnée.

 

 

Quelle affaire! Pour seulement NINE DOLLARS ET NINETY NINE CENTS John a pu revoir ce film d’horreur deux cents fois de suite!

 

 

Et le déclic s’est fait, à force de revoir le combat et de l’analyser. Cena nous dit qu’il a repensé à sa carrière, à tout ce qu’il a accompli. Il a toujours cru que l’avantage qu’il avait sur les autres, c’était son cœur. Les autres pouvaient être plus forts, plus rapides, plus techniques, lui avait un cœur à toute épreuve. C’est cette détermination sans faille qui l’a toujours guidé, qui lui a permis de renverser des montagnes, qui l’a sauvé dans tant de situations périlleuses. Et dimanche 17 août, à Summerslam, c’est comme toujours avec sa rage de vaincre qu’il s’est présenté sur un ring, qu’il s’est précipité sur Brock Lesnar dès que la cloche a retenti et...

 

Et il a pris un asskicking de proportions bibliques.

 

Il se tourne vers le Titantron, qui diffuse les trente premières secondes du combat. La cloche sonne, Cena se précipite sur Brock, brawl, Brock prend le dessus, colle un F5 à Cena au bout de trente secondes.

 

 

OK, tu sais faire un F5. Mais je suis sûr que t’es pas foutu de faire une manœuvre un peu plus technique, genre une German Suplex!

 

 

Retour au direct, Cena: « J'ai encaissé ce F5 après quelques secondes de combat. J'ai réussi à kickout, mais cela m’a coûté toute mon énergie. J'étais sacrément secoué, et Brock ne m'a pas laissé respirer. Je n'ai jamais pu reprendre pied dans le match. J’ai pris souplesse après souplesse, et j’ai fini par craquer et ne pas me relever du deuxième F5.

 

J'ai analysé ce qui s’est produit. Et j'ai compris que j'avais eu tort de croire que je pouvais vaincre Lesnar avec mes armes habituelles. Il est tellement plus puissant que moi... C’est une montagne d’homme, et tout le cœur que j’ai mis dans mes attaques n’a pas suffi à l’ébranler. Vous l’avez vu quand il s’est relevé de mon Attitude Adjustment? Il souriait. Bon Dieu.

 

Alors, qu’est-ce que je vais faire à Night of Champions? Reprendre la même tactique? Me jeter sur lui à corps perdu et espérer que cette fois ça passe? Ce serait du suicide. Comme je vous l’ai dit, et même si j’ai entendu quelques rires sardoniques dans l’assistance, il y a un cerveau sous cette casquette. J'ai passé ces huit jours à réfléchir et je sais à présent ce que je dois faire. »

 

Cena poursuit. « On m’a souvent dit que je devais changer. On m’a dit que je devais évoluer. J’ai toujours balayé ces propositions. Après tout, si j’étais arrivé là où j’en étais, c’est bien que ma méthode fonctionnait, et comme cette méthode collait à ce que je suis, pourquoi en changer? Mais à présent, la donne n’est plus la même. L’homme que je suis ne changera pas. Mais le catcheur que je suis doit trouver de nouvelles ressources. Je sais que le roster dans son ensemble est réuni dans le vestiaire au moment où je vous parle. Les gars regardent. [Plan de coupe sur le roster, effectivement réuni en coulisse et regardant la promo de John sur une grande télé.] Je voudrais maintenant demander à un homme que je respecte beaucoup de me rejoindre sur le ring. Eh, les gars à la technique? Soyez gentils, passez la musique de Monsieur Mark Henry. »

 

 

Pas que j’aie spécialement envie de le voir, mais j’adore écouter du rap.

 

 

Le themesong de Mark Henry retentit. On nous remontre les images du roster. Henry, l’air surpris, se lève. Il sort de la salle. Quelques instants plus tard, il apparaît sous le Titantron et remonte la rampe jusqu’au ring.

 

Cena lui dit qu’il l’applaudirait bien mais que la dernière fois qu’il l’a fait, il a pris un World’s Strongest Slam, donc il va s’abstenir. Mais c’est précisément pour sa puissance qu’il a convié Henry dans ce ring. Cena veut affronter Henry ce soir.

 

Henry, interloqué, n’est pas très chaud. « John, tu sais que je déteste Brock Lesnar, et j’ai le plus grand respect pour toi. Dans trois semaines à Night of Champions, c’est toi que je soutiendrai, à cent pour cent. Alors je ne comprends pas ce que tu cherches en voulant un match maintenant contre l’homme le plus fort du monde... »

 

Cena réplique que comme il vient de le dire, il a désormais un plan pour vaincre Lesnar, mais qu’il veut se tester au préalable contre un autre gros costaud. Une remarque qui pique Henry au vif : « En fait, tu me prends pour un simple sparring partner? Moi, Mark Henry, tu me prends pour un sparring partner? Tu crois que je suis un sac de frappe ou quoi? » Cena : « Je vais te dire ce que je crois. Je crois que tu es le World’s Strongest Man. Je crois que tu es exactement l’homme que je dois affronter pour savoir si mon Game Plan contre Lesnar est efficace. » Henry répond que Cena n’a pas toute sa tête, que la défaite contre Brock lui a fait perdre le sens commun, mais qu’il le considère comme un ami malgré tout. Il ne veut pas l’affronter entre deux matchs contre Brock Lesnar, déjà que Cena n’a pas beaucoup de chances de le vaincre, il n’en aura plus aucune s’il se coltine Henry ce soir!

 

Cena ne cille pas : « Mark, je vais te dire VRAIMENT ce que je pense. Malgré tes titres, tu n’as pas eu une carrière à la hauteur de ton potentiel. Il ne te reste plus beaucoup d’années à catcher. Cette année est peut-être ta dernière. Vas-tu te retirer sans jamais avoir porté la ceinture suprême, celle de champion WWE unifié? Eh bien, ce soir, je t’offre une chance, probablement la dernière que tu auras de toute ta carrière, de devenir non plus seulement the World’s Strongest Man, mais simplement The Man. Ce soir, je mets en jeu contre toi mon statut de challenger numéro un contre Brock Lesnar. »

 

Henry lui jette un long regard noir. « Tu veux ce match, Champ? Tu l’as. Je ne voulais pas me battre contre toi, mais tu ne me laisses pas le choix. C’est vrai, je ne croyais plus avoir une chance de devenir champion. Cette occasion tombe du ciel, et je vais en profiter. Ce soir, tu vas prendre une raclée telle que celle de Summerslam te semblera un aimable souvenir. Et quand tu seras allongé au milieu de ce ring, contemplant les projecteurs et te demandant s’il te reste un os entier dans le corps, quand tu réaliseras que tu viens de perdre ton Conterdeship, n’oublie pas que tu l’auras voulu. » Henry quitte le ring, sur son themesong. Les caméras s’attardent sur Cena, le visage impénétrable, serrant les dents dans le ring.

 

 

Haha trop cool, du coup j'ai écouté deux fois son themesong! Et j'y aurai droit une fois de plus ce soir avant le combat! Et p't être même une quatrième fois s'il me bat! Tain, j'espère qu'il va gagner!

 

 

Suit un match quelconque, après quoi Renee Young, backstage, s’aventure dans le vestiaire de Cena pour lui demander la raison de son comportement. Cena explique brièvement qu’il croit en son Game Plan mais a besoin de le tester en conditions réelles. Mark Henry est l’homme le plus fort du monde, c’est exactement l’adversaire qu’il lui faut. Mais il voulait affronter un Henry survolté, pas son ami Mark Henry, plein de pitié et de prévenance, mais le monstre surpuissant qu’il sait être quand la situation l’exige. Et s’il échoue ce soir, hé bien il n’aura pas de regret, et sera le premier supporter de Henry face à Lesnar à Night of Champions. Mais cela n’arrivera pas, car ce soir, pour citer l’un des combattants américains les plus fameux de tous les temps, il volera comme un papillon et piquera comme une abeille! 

 

Le show se déroule, les commentateurs discutent de l’attitude nouvelle de Cena et de son défi à Henry. Cole nous explique que la citation sur le papillon et l’abeille est de Mohamed Ali à la veille de son match contre George Foreman à Kinshasa. Ali, qui rendait une tête et quinze kilos à son adversaire, l’avait laissé s’essouffler et l’avait allongé pour le compte dans la dernière reprise. Lawler rétorque que Cena doit être complètement désespéré pour se lancer dans une telle aventure, mais qu’il a raison de dire qu’en ne changeant rien il n’aurait aucune chance face à Lesnar. JBL crie au fou. Renee finit par trouver Henry dans les vestiaires pour une interview. Henry est dans la salle vidéo, un monteur lui remontre des images : celles de la destruction que Lesnar lui a infligée en février. Henry est remonté comme un coucou. Ce soir, il a une chance unique. Il peut devenir number one contender, et pour cela, l’espace d’une soirée, il oubliera qu’il respecte Cena, il oubliera que Cena n’est pas au mieux depuis Summerslam, Cena ne sera qu’un obstacle entre lui et le rêve de sa vie. Ce soir, il ira dans ce ring, il écrasera Cena puis il ira vaincre Lesnar, avec qui a un lourd contentieux, à Night of Champions. Il se vengera de l’attaque en traître subie en février en prenant à Lesnar ce qu’il a de plus précieux, son titre. Que Renee profite bien de ce moment, parce qu’elle est en présence du prochain champion WWE. 

 

Plus tard, avant-dernier match de la soirée : le champion Intercontinental Dolph Ziggler se mesure à Cesaro. Surprise : John Cena s’installe sur une chaise à côté de la table des commentateurs. Interrogé sur les raisons de sa présence, il explique qu’elle est due à sa nouvelle démarche. Auparavant, sûr de lui-même, il n’assistait qu’aux combats de ses prochains adversaires, pour se préparer à leur faire face, mais jamais il n’avait eu la présence d’esprit de s’inspirer de ses collègues. Or il y a énormément à apprendre chez les autres. Et spécialement chez Dolph Ziggler. Ce dernier est un artiste de l’esquive, et ce soir il fait face à un homme beaucoup plus puissant que lui : ça intéresse Cena. Le match voit effectivement Ziggler virevolter autour du Suisse, sans jamais chercher à entrer dans la confrontation physique directe. A plusieurs reprises, Ziggler évite des charges de Cesaro, qu’il finit par pinner d’un roll-up astucieux. Cena, à la table des commentateurs, se fend d’un « Still counts! » et applaudit chaleureusement Dolph.

 

 

Dolph Ziggler est une grande source d’inspiration pour John Cena, qui admire énormément la couleur de ses tshirts.

 

 

Sitôt Dolph et Cesaro partis, la dernière coupure pub nous amène au main event. Cena est dans le ring, Henry, plus sombre que jamais, arrive, André shot, tout ça, tension palpable. La cloche sonne, Henry cherche le contact, Cena le refuse. Il sort même du ring, sous les huées. Henry le suit, Cena fait mine de fuir, Henry le course, Cena l’évite et d’un Step Toehold le fait chuter lourdement sur les marches. Il le fait rentrer dans le ring, le couvre, mais Henry se dégage aisément. La suite du match raconte cette même histoire. Cena évite, Cena esquive, le béhémot s’épuise à frapper dans le vide. Quand Cena l’intercepte et lui porte un Sidewalk Slam, il enchaîne immédiatement avec un Five Knuckle Shuffle, sans perdre de temps pour le You can’t see me. Henry se relève, AA! Mais Henry y survit. Cena lui porte dans la seconde un STF, Henry parvient à accrocher les cordes, Cena ne le lâche qu’au compte de 4. Les commentateurs soulignent la détermination absolue du Marine, à l’extrême limite de se faire disqualifier. Nouvelle attaque d’Henry, Cena l’évite une fois de plus mais en se retournant retombe dans les grosses pattes de l’ours, Henry le met en position pour le World’s Strongest Slam, Cena se débat, sort un Crucifix Pin out of nowhere, 1, 2, 3, il a match gagné! Sur le replay, on voit qu’il avait les pieds sur les cordes, sans qu’on puisse dire avec certitude s’il l’a fait exprès ou si ça s’est fait par hasard dans le feu de l’action. Henry, qui n’a rien vu des images, se relève, après un moment de tension serre la main du Champ et quitte le ring. Plan de coupe : dans une loge, Paul Heyman regarde la scène sur un écran. Il a l’air préoccupé. Fin.

 

 

New and improved, BITCHES!

 

 

Conclusion : on ne pouvait pas, enfin on n’aurait pas dû pouvoir, présenter Cena une fois de plus dans ce rôle vu et revu de type courageux qui va affronter un énième défi colossal avec tout son cœur et overcome the odds. La victoire de Lesnar à Summerslam a été bien trop unilatérale pour cela. S’il veut avoir une chance, Cena doit, comme on dit par là-bas, think outside the box. Un main eventer, surtout d’un tel calibre, qui change profondément son style pour s’adapter à un adversaire a priori intouchable, voilà qui serait à mon avis novateur et plaisant à suivre. Le teasing sur la possible tricherie finale de l’immaculé Champ apporte de l’eau au moulin de l’éternelle discussion sur l’éventualité de son heel turn, ou en tout cas de sa capacité à vraiment TOUT faire pour venir à bout de Lesnar. Si j’avais vu un tel show lundi soir, j’aurais été pris de sympathie et surtout d’un vif regain d’intérêt pour le gars Cena, qui enfin, après toutes ces années, évoluerait — sans pour autant sombrer nécessairement du côté obscur de la force. Parallèlement, un tel booking mettrait en valeur les qualités de Ziggler, qui est un main eventer en puissance, ne plomberait pas un gars comme Wyatt et pourrait même relancer Mark Henry, pour ses derniers mois, vers les sommets. Dans les prochaines semaines, Cena continuerait dans cette veine (avec peut-être une redite de cette même histoire, cette fois contre le Big Show, pour mieux enfoncer le clou) et se présenterait à Night of Champions doté d’une crédibilité nouvelle, au point que sa victoire contre la Bête apparaisse possible. Brock gagnerait tout de même, mais très difficilement, avec peut-être un coup de main décisif de Heyman. Ce qu’il adviendrait par la suite fera l’objet d’un nouveau papier de ce type, si les astres s’alignent bien.

 

A vous de me dire si tout cela vous semble préférable à ce qu’on a vu ce lundi, si c’est au contraire complètement absurde, en quoi c’est perfectible ou encore pourquoi c’est nettement inférieur à votre propre FB!

 

 

- T’as bien compris ce que tu dois faire si tu veux avoir une chance de battre Brock, John?

- Ouais! Je vais lui sauter dessus et lui casser la gueule!

- ...

 

 

Très bon concept!

J'avoue que cette idée de réécrire l'histoire est vraiment intéressante, la on voit bien que le scénario de lundi aurait pu se dérouler d'une manière diamétralement opposée et aboutir à un booking plus intelligent. C'est dommage que au final ces efforts d'invention de booking soient vains vu que jamais la WWE ne suivra ces idées mais l'idée de l'histoire alternative me plaît, à perpétuer!

De l'audace!

Woaw, simple à mettre en place (un discours, une interview par renée, un passage au com et un match), efficace et frais. Je suis souvent du genre à pester quand trop peu de temps est accordé pour raconter une histoire (combien de A bat Champ, donc A contender ou Battle Royale?) ou installer un personnage (coucou Emma, Paige d'avant AJ, Xavier Woods...), tu viens de démontrer que 20 minutes maxi (sur 3 heures) servent amplement à raconter une histoire intéressante.
Et avec le Network, on peut aller plus loin, un mini-documentaire montrant Cena s'entrainer avec Prof Ziggler, revoir le match avec ses coaches,... Le voir s'installer aux commentaires (jusqu'à NoC) de Superstars, Main Event voire NXT pour suivre des poids légers...
La WWE a un sacré potentiel aujourd'hui pour raconter quelque chose d'intéressant, le souci, c'est que l'inventivité ne semble pas être la philosophie de la fédé.

17

Excellent papier et intéressante réflexion, ce format me plait, cela sort des nalyses et met de la diversité dans les écrits du site, tu as de l'inventivité à foison mais tous les Cédécistes sont au courant de ceci depuis fort longtemps...

Je rejoins l'un des commentateurs de l’article en encourageant VKM à t'engager comme Booker en chef de la WWE, ton visa est prêt, n’oublie pas de prendre un slip, tu pars demain.
Et comme ça, t'enverras du merchandising à Junior, mais par pitié pas des t-shirts du Marin ;)

Pour parler maintenant du contenu de ton booking du jour, pour causer de ta réinvention de John Cena, je te donne juste une idée de ce que la partie heel du Krield a pensé de cela, attendu que en tant que papa je ne peux être que Face au sein du Krield ;) Lol...
Junior et moi avons vu ce Raw mardi, puis j’ai lu ton papier aujourd’hui et j’ai exposé ton point de vue d’adulte à ma progéniture, il faut savoir qu’un précepte fondamental d’un kid sur John Cena, c’est : « John ne fuit et n’abandonne jamais devant personne, jamais. »
Or, tu proposes en tant que réinventionniste visionnaire, que John Superman Cena FUIT (tel un vulgaire Miz) devant le pachydermique Mark Henry rebouté, et ça mec ça va pas être possible.

Cena EST le courage personnifié de la WWE quand tu as moins de 11 ans, et quand tu as cet âge-là, tu représentes un gros paquet de dollars aux doux yeux de la famille impériale Wwesque, malgré le fait que soi-disant la kidz éra serait morte à Summerslam, alors on continue à traiter le jeune public avec ce qu’il apprécie, soit son super-héros des rings favori pour que la Cenation vive et on le met John en feud avec le carnassier Brrrrock le 1 dans le 21-1, le combattant ultime en terme de dangerosité, le heel le plus fascinant qui soit pour un kid, quoi de mieux pour faire monter la sauce et vendre des foutues milliers de casquettes et autres tenues bariolées vomitives…

Alors John débarque à Raw où il a été beaucoup moins conspué d’ailleurs, et fait ce qu’il a toujours fait, il débite la sempiternelle promo du Champ martyrisé, humilié, germansuplexisé mais toujours debout vaillant courageux (chiant quoi), que la bête l’a dévoré mais il est toujours là et d’ailleurs il va mettre une trempe à Bryatt pour montrer qu’il va y retourner au mastic et que never give up, hust…toussa toussa…Pendant que Bray prenait une leçon par Tonton John, le fatidique « il est de retour » est tombé de la bouche de mon gamin et le plus dingue c’est qu’il va peut-être bien choper un 16eme titre, maybe his time is now, who knows ?

Fantasy booking pour fantasy booking, soyons fous, allons-y, dans l’hypothèse que Rollins cashe sur Cena, Seth fait un règne court, cela permet de donner rapidement un rematch pour un 17eme titre et le Marine rentre dans l’histoire. Flair peut remballer la quincaillerie, Cena peut prendre sa retraite et aller faire le barbeau à Hollywood, tout le monde sera ravi, les adultes n’en pouvant plus du Champ seront satisfaits de son retrait des rings et les Kidz auront eu pour leur génération le plus grand champion de catch du 21eme siècle, celui dont on parle avec des trémollos dans la voix 25 ans plus tard, comme moi avec Randy (Savage).

Oh Yeah ! Je suis de retour de vacances, cela valait bien un « com »back…

Et quel comm'!

Par contre vous êtes au moins deux à avoir parlé de la retraite (imminente!) de Cena... elle sort d'où cette "info" (ou plutôt faufrait-il parler de grosse-rumeur-qui-pue-du-cul)?!

L'introduction de Ziggler dans la balance

Bravo c'est complètement inattendu (un peu smart sur les bords certes) et aurait le mérite de mettre une perspective dans les storylines catch où on a toujours l'impression que chacun vit dans son autarcie, sa rivalité du moment, indifférent à tout le reste du show. Pareil avec le rôle de Mark Henry, l'occasion de rappeler des épisodes du passé, un récit global. D'ailleurs je n'ai pas encore vu le dernier Raw, mais il ne me semble pas que Bray Wyatt ait été intronisé avec ce souci de contextualiser son lien "historique" avec Cena. Dans le cas choisi par la WWE il y a effectivement un côté chair à canon, impair évité avec ton angle.
Je reste malgré tout plutôt confiant pour le build up de ce rematch, il reste trois semaines pour faire monter la sauce, Cena utilisera sûrement les rancoeurs backstage à l'endroit de Lesnar pour présenter l'opposition comme un clash entre un homme oeuvrant à mort pour le catch et un mercenaire qui a fait son retour pour mieux nuire au business.

Intéressant

Intéressant et bien raconté!
Juste une chose. A mon sens on saura si le booking était mauvais seulement après Night of Champions justement (sauf pour la partie "on a ridiculisé un type qu'on essaie de faire passer pour dangereux depuis qu'il est arrivé de NXT")
Et si l'histoire racontée voulait, justement, que Cena doivent se faire défoncer une deuxième fois dans son style à lui pour être convaincu qu'il doit changer?
Et si ce changement de style que tu appelles de tes voeux intervenait bien après night of Champions car, comme tu le dis, Cena surfe sur ce style avec succès depuis bien trop longtemps et son personnage est bien trop monolithique pour être, à mon sens, à ce point ébranlé...par une seule branlée.

Je le souhaite ardemment!

J'espère qu'à NOC Brock lui collera 32 Germans et le laissera dans un tas d'urine, de vomi et de sang, grave! Là, ça sera plus possible que Cena parade comme à l'accoutumée en expliquant qu'il va Never Give Up et tout le toutim...

J'écris à Vince

J'écris à Vince pour lui suggérer d'embaucher Axl.

C'est beau

Franchement c'est beau, voilà un booking formidable, qui tranche tellement avec ce que nous fait la fédé !
Mais c'est impossible, d'abord parce que la WWE a une facheuse tendance à ne jamais faire référence à des événements passés d'il y a plus de trois mois... Et parce que les rivalités restent tristement coincées et interagissent rarement entre elles.
Ton travail de fantasy booking est en tout cas très bon.
.
John Cena a t'il été mal booké ce lundi ? Je serai plus mitigé...
C'est Cena... Moi aussi il m'énerve, et j'ai trouvé ridicule qu'il intervienne et coupe les légendes juste pour dire qu'il veut botter les fesses de Lesnar.
Mais bon, de là à le voir passer du côté obscur, je ne sais pas si ça me plairait. Cena, c'est un peu la valeur sûre, le phare dans la tempête, là où 95% du roster change de camp au moins tous les deux-trois ans, lui est toujours là.
ça ne m'aurait pas choqué qu'il reste dans son idée de "je suis fort, je peux battre tout le monde !" si ça avait été un peu mieux dit quand même.

tiptop

mais inapplicable aux étasuniens qui ont dans leurs gênes de foncer dans le tas.
pour l'idée de nous proposer une meilleure histoire peu après le show clapclap

Clapclap

C'est une histoire simple, et bien racontée. Ce qui déjà est 1000 fois mieux que n'importe quoi servi par la WWE ce lundi.
Surtout, ce qui me donne envie de voir ce scénario, c'est que j'aurais eu l'impression qu'il se passait quelque chose, quelque chose de frais, d'un peu nouveau, en bref, quelque chose qui me donnerait envie de regarder la WWE la semaine suivante.
Parce que ce genre de moment, qui nous laisse songeur, enthousiaste ou impatient, combien on en a vu à Raw cette année ? Le segment du Yes movement, la chorale d'enfants des Wyatt, la reformation d'Evolution, la feud Wyatt/Shield, voire les passes d'arme entre Ambrose et Rollins la semaine dernière, les débuts de Stadust ou l'incorporation de Bryan à la Wyatt Family... C'est peu, c'est beaucoup trop peu pour un show de trois heures hebdomadaire.
Sans dec, la WWE a un Network à faire vendre, comment elle peut proposer des shows aussi ronflants et mauvais que celui de lundi, qui n'avait d'autre ambition que de meubler en attendant le suivant, voire en attendant Night of Champions. C'est pire que de faire du très mauvais, pour moi : faire de l'attendu, du pilote automatique. Ca devrait pas être leur ambition première, de donner une raison à une majorité de spectateurs de regarder ce qui se passera la semaine suivante ? Je ne demande pas des shocks moments par centaine, juste un ou deux moments par show où on aura l'impression de voir quelque chose d'intéressant ou de nouveau. Ils se rendent pas compte en relisant leur script qu'il est daubé ?

Si seulement la WWE...

Si seulement la WWE écrivait des storys comme celle là, je serai plus intéressé par le produit actuel.
J'ai beau concevoir qu'être booker est difficile vu les nombreuses histoires à écrire et les deux têtes pensantes en désaccord perpétuel, mais ces temps ci on gravite autour du néant niveau narration.

C'est peut-être justement à

C'est peut-être justement à cause des "désaccords perpétuels" entre les deux têtes pensantes que les bookers nous servent des storylines si insipides: comme ils ne veulent froisser ancun des deux boss, ils sont condamnés à pondre des histoires archi consensuelles. Du coup, moins ils prennent de risques, plus ils sont à peu près bien vus de l'un et de l'autre!
.
En regardant ce Raw, j'ai certes vu le Cena classique que nous avons l'habitude de bouffer depuis toujours mais ça ne m'a pas dérangé plus que ça dans la mesure où j'ai également perçu une certaine forme d'irritation de la part du Marine (ce qui est plutôt une nouveauté): il était déjà vexé de s'être fait bousiller la gueule alors, qu'en plus, des légendes comme HBK et Flair ne lui accordent pas leur confiance, c'était l'humiliation de trop. Comme si son amour propre venait d'être piétiné encore un peu plus. Le goût de la défaite l'avait déjà bien abattu mais perdre publiquement la confiance des Hall of Famers l'a plongé encore un peu plus au fond du trou et a fait finalement office d'electro-choc en le remotivant énormément. Ce qui suffit déjà à me faire craindre une victoire de Johnny à NoC.

Mais ouais !

C'est une des choses qui fallait voir! Mais ouais ! J'aime cette idée de défier plus costaud !

Connexion utilisateur

What's up?



12 janvier

Les Awards s'empilent en une, ils ont soif de vos commentaires! Venez aussi voter pour désigner la ceinture du plomb 2017, et n'oubliez pas que les vignettes attendent vos légendes sagaces ici.

Aimez-nous sur Facebook!

Suivez-nous sur Twitter

Commentaires récents

Les Vignettes des Cahiers


Merde, j’ai toujours été nul au Puissance 4.


Retrouvez ici toutes nos vignettes !


Quotes of the Cahiers

"I'm gonna leave him in a pile of blood, and urine and vomit."
Brock Lesnar à propos de John Cena

"At 9 am Eastern time tomorrow, the WWE Network goes live. But the problem is you’re all gonna be so overwhelmed by the incredible content available, you won’t be able to turn it off. Adults will lose their jobs and kids will be expelled from schools for lack of attendance. In fact, you’re gonna be so mesmerized by the incredible content of the WWE Network that you won’t even have time to remove the garbage from your houses. Your places are gonna start to stink, rats will move in, and they’re gonna look like bigger pigsties than they already do. Ultimately, the government is gonna come along and condemn your homes and you will all be left homeless defending yourself on the street. Thank you very much."
Bad News Barrett

"He’s twisting him so much his twin brother is getting dizzy !"
JBL commentant un Giant Swing d'Antonio Cesaro sur l'un des frères Uso.

"I think I'm a little too old for you Jerry. I'm 26, I know you like them younger."
AJ Lee, à Raw, s'adressant à Jerry Lawler

"It looks like James Storm has had more partners than Taylor Swift lately, he should probably get tested"
Bad Influence

"Having watched that… I regret the doctors in Canada saving my life.”
Jerry Lawler, après le segment où Mae Young a accouché d'Hornswoggle.

"What's running through John Cena's mind? I don't give a crap what's running through his mind. What's more important is what's running down his leg."
Brock Lesnar

"Yes. Stop sending dumb tweets like this one. RT: @Kid_Antrim Any advice for me?"
Paul Heyman, sur Twitter

"With Kofi Kingston as the Intercontinental Champion, the bar has been lowered. And when the bar’s been lowered, mediocrity becomes acceptable. And when mediocrity becomes acceptable, society crumbles. And when society crumbles, civilization will end as we know it.”
Le Miz, Hell in a Cell

"Can you figure that? She's not able to get a date! I mean, even Natalya is able to get a date!"
Eve à propos de Layla

"I understand that you barbaric buffoons could easily eviscerate me and dispose of me like common trash. However, if you do so, I will not be a victim. I will be a martyr. A martyr for anyone who appreciates a sophisticated mind."
Damien Sandow, à DX.

"Apparently, giants can win the Super Bowl, but not matches at WrestleMania. You’re like ‘The Reverse Undertaker’. Who are you going to lose to this year? The boxer or the sumo wrestler?”"
Cody Rhodes au Big Show

"The Kliq is back, which is kind of ironic because "click" is the noise the audience's remote control makes every time Kevin Nash pops up on their TV screen."
CM Punk

"It's a conspiracy! C... O... N.... Spiracy!"
R-Truth

"I understand that... that Vince McMahon's gonna make money despite himself... he's a millionaire who should be a billionaire... you know why he's not a billionaire? It's because he surrounds himself with glad-handing nonsensical yes-men like John Laurinaitis, who's gonna tell him everything he wants to hear... and I'd like to think that maybe this company will be better after Vince McMahon is dead, but the fact is it's gonna get taken over by his idiotic daughter and his doofus son-in-law and the rest of his stupid family."
CM Punk

"These people are not Jimmies. They are the greatest fans in the world!"
John Cena, à R-Truth qui venait de qualifier le public de Raw de "Little Jimmies".

"Can you imagine if Sheamus wins this thing? I mean, the international ramifications, I mean the buyrate, I’m talking about the demographic change and everything? If Sheamus wins this match, it will be huge, not only for him but for the Smackdown brand."
Booker T., pendant un Title Match opposant le champion poids lourds Randy Orton à Sheamus.

"When I’m done with him, he’s gonna have barbecue sauce fueling out from his belly button like a geyser."
Michael Cole à propos de Jim Ross

"The WWE has gone from the powerful "Austin 3:16" to the dominant and iconic "can you smell what the Rock is cookin?"... all the way to "You can't see me"? You can't see me, what are you, playing peek-a-boo? Believe me, we all can see you. A blindfolded, sleeping, stuck in the basement Stevie Wonder can see your monkey ass. How in the hell do you think we can miss you come out here with your bright ass purple shirt, before that bright green shirt, bright orange shirt like a big fat bowl of Fruity Pebbles?"
The Rock à John Cena

"Jerry Lawler has forgotten more about wrestling than the Miz has ever known."
CM Punk

"If anyone says you can't do something, if anyone says you can't live your dream... Believe them, because you can't."
The Miz

"William Regal did the real work with this young man. Shawn Michaels took $3000 from him, that's all he ever did."
CM Punk à propos de la formation de Daniel Bryan

"I would RKO my own grandmother if it meant keeping this title. And then I'd RKO YOUR grandmother just to see the look on her face."
Randy Orton, à Sheamus

Virgil: - Ted, what are you going to do for protection?
Ted DiBiase, jetant un coup d'oeil à Maryse: - Go to the drugstore.

"Her teeth are going to be like the Ten Commendments after this match: all broken."
Alicia Fox, à propos d'Eve Torres

"Layla is not married. She deserves a good husband. I should marry her before she meets him."
Jerry Lawler

"If I suck, why would a Perry deli – the top Perry deli – name their top-selling sandwich after me? It's called the Swaggie. It smells like freedom."
Jack Swagger

"I realize how much of a starmaking performance I had in McGruber. The reviews have been off the charts. As a matter of fact, they are speaking of a possible early Oscar nomination."
Chris Jericho

"I'm sure your mom's uterus is awesome."
Vicki StElmo à Vladimir Kozlov

"If we were in your era, I'd put a Sharpshooter on you faster than you can put a pair of cheap sunglasses on an ugly kid."
The Miz, à Bret Hart.

"When I look at you I don't see fans. I don't even see people. I see money, money, money, money. Dollar signs, dollar signs, dollar signs, dollar signs. With some of you, a lot of dollar signs because I see a lot of fat people in the audience and I know you paid for two seats. Thank you very much!"
Batista à Raw.

"We are real women with the body that God created us with."
Mickie James, la femme aux implants mammaires en silicone qui explosent dans le ring.

Don Johnson: "This is a mistake!"
The Miz: "Mistake? No. Pink shirts and white suits, that is a mistake."

"One nation under Punk, undivisible, with integrity and sobriety for all!"
CM Punk

Michael Cole: "Our guest at ringside, Marisse. Welcome."
Maryse: "Oh my god, Michael Cole, you vintage nerd. You can't even say my name right. I should punish you and just give you my French kiss."

"If I see you in my match tonight, I'm gonna tear your intestins out and jump rope with it. And that's not all. I'm gonna take my two fingers, I'm gonna dig up your nosedrills and I'll rip your brain out. And I'm gonna put it in a newspaper and I'm gonna smash it against a window."
Mike Tyson à Hornswoggle

Ted DiBiase: "My movie, the Marine II, is superior to the original Marine."
Cody Rhodes: "Ted, my fifth grade graduation video is superior to the original Marine."

"I'm on Raw, you're on Smackdown... Long distance relationships don't work, Chris."
Big Show

Jerry Lawler, après une promo de Maryse où elle a qualifié Melina de "petite poupée": "Did she just say poupée? Do you know what that means in French?"
Michael Cole: "What?"
Jerry Lawler: "I... I can't say it!"

"I respect her. There are a lot of things that she does that I couldn't do, being the size that she is."
Michelle McCool à propos de Mickie James.

"We have MVP on the stage, and PMS in the ring."
Goldust, à propos des divas assemblées dans le ring pendant les Slammy Awards 2009.

"It was kind of like the 300 at the battle of Thermopylae, but with better abs".
John Morrison à propos de la fin de son match à Survivor Series, quand il s'est retrouvé à 1 contre 3.

"Hi, I'm John Morrison, and one time I drove my Lexus 700 miles on a tank full of my own urine."
John Morrison

"I always said if I could put my brain in Andrew’s body he’d be a 20-time world champ."
Edge à propos de Andrew "Test" Martin