Sondage

Cela fait maintenant un mois tout pile que Jinder Mahal est champion de la WWE. Selon vous::

Les Divas : Un cas désespéré ?

Tirons notre courage de notre désespoir même.

Sénèque

 

Les Survivor Series, qui se déroulaient la nuit dernière, ont été l'écrin de plusieurs matchs de grande qualité, à commencer par le Main Event. Mais on y a également vu deux matchs féminins qui ont, à des degrés divers, fait ressortir les lacunes actuelles de la division du beau sexe à la WWE. Doit-on dès lors considérer les Divas comme un cas désespéré ?

 

 

Quand on sait que cette demoiselle a eu du temps d'antenne ce dimanche, on est tenté de répondre oui...

 

 

Survivor Series 2014 - Pour aller plus loin (1)

 

 

Deux matchs féminins aux Survivor Series : du jamais vu en quinze ans, plus grand temps de catch cumulé sur la période, voilà qui avait quelque chose de prometteur, tout en tordant allègrement le cou à l'idée reçue qu'avant, les filles avaient bien plus de place. Pourtant, chacun de ces deux matchs présentait ses propres défauts, certains pouvant faire sourire, d'autres incitant à se taper la tête contre les murs en hurlant.

 

 

(cliquez sur l'image pour agrandir)

 

 

 

Le PG m'a tuer

 

Commençons par un propos liminaire simple : la comparaison des Survivor Series sur quinze ans éclaire d'un jour cruel les dommages collatéraux du classement PG de la WWE depuis la fin de l'Attitude Era et l'avènement de la Kidz Era. En effet, l'édition 1999 est celle du fameux titre intercontinental de Chyna, acquis d'un coup de pied dans les parties génitales de Chris Jericho par la combattante alors bien éloignée de l'univers du porno. Rebelote en 2005, année où si le match fut entièrement féminin, la feud qui le concernait impliquait des catcheurs masculins (JoMo et Joey Mercury).

 

Depuis, il est interdit de montrer à l'écran de la violence d'un homme envers une femme, fût-elle scriptée : conséquence directe, les histoires des femmes et des hommes se séparent complètement ou presque, puisque les seules interactions restantes tournent autour de triangle amoureux édulcorés, les live sex celebrations n'ayant plus la côte non plus pour des raisons similaires.

 

 

Le machisme ordinaire des bookers

 

Puisqu'il faut désormais séparer le continuum narratif suivant le sexe du combattant, une ségrégation naturelle s'est faite dans l'esprit des bookers, pour qui Divas rime avec lowcard, avec tous les corollaires d'un tel traitement. En effet, l'importance et le temps d'antenne accordés à la narration d'une histoire ou d'une feud étant proportionels à sa place dans la carte, l'espace laissé pour développer les rebondissements de la division féminine s'est peu à peu réduit à la portion congrue. Il est loin le temps des Survivor Series 2001 où les filles faisaient l'affiche !

 

Ainsi, si l'on examine le contenu de l'édition 2014 au regard de ces deux premiers points, on constate que le match en format Survivor Series ne présentait absolument aucun enjeu, et ne fut à aucun moment évoqué de près ou de loin dans le cadre de l'affrontement global qui avait les honneurs du Main Event. Dans le même temps, le titre féminin n'est jamais que... le titre féminin et n'a de loin pas l'éclat de son lointain cousin masculin, ou même de ses homologues américains et intercontinentaux. Or, sans enjeu, l'attrait est moindre non ?

 

 

L'affiche principale des Survivor Series 2001

 

 

La continuité aléatoire du récit

 

Découlant naturellement du point précédent, on aborde ici un écueil majeur pour l'intérêt du spectateur faisant un peu plus fonctionner son cerveau que son membre érectile : il est difficile de trouver une quelconque continuité ou une cohérence dans le récit des tribulations des Divas.

 

Prenons la feud opposant les Bellas. Celle-ci semble tout droit prendre le même chemin que la précédente datant de 2009 : crêpage de chignon, combats entre ennemies viscérales, un papillon passe et les revoilà complices comme larrons en foire. Certes, dimanche, l'intervention de Brie offrant le titre à Nikki peut s'expliquer par son asservissement temporaire, mais son sourire devant la situation ne laisse que peu d'équivoque sur les intentions des bookers.

 

Autre exemple : Alicia Fox avait été construite, sortant un peu de nulle part, comme une sorte de folle prête à exploser à n'importe quel moment. Quelques mois plus tard, que reste-t'il de ce personnage, fort prometteur par ailleurs ? Une gentille catcheuse bien copine avec ses camarades. Lisse. Triste.

 

 

Et si une personnalité sort du lot, on en crée des clones.

 

 

Un alignement à l'avenant

 

Si l'on peut railler la versatilité du Big Show ou de Mark Henry, ceux-ci donnent au moins un clair signal qu'ils changent de bord, lorsque cela arrive (en moyenne trois fois par an). Pour les demoiselles, on ne se donne pas tant de peine : ai-je raté quelque chose, ou la dernière fois que Layla et Summer Rae ont réellement été alignées en match, elles s'étaient liguées contre Fandango pour devenir gentilles ? Dimanche, elles étaient méchantes et fières de l'être. Une explication ? Pourquoi s'en embarrasser ?

 

En fait, l'absence de turn marqué, ou le renversement fréquent de ces turns, donne l'impression désagréable que l'alignement des divas se fait en fonction des disponibilités du moment, et du court-terme permanent. Il est dès lors difficile au public de s'attacher à l'une de ces demoiselles.

 

 

- Je sais plus, vous êtes gentilles ou méchantes vous déjà ?

- Nous ? Vince dit qu'on est bonnes et que c'est tout ce qui compte.

 

 

Un public déserteur

 

Et c'est là justement le principal dégât occasionné par cette profonde faille de booking et de management : le public a clairement intégré, que ce soit dans les salles ou à la maison, que les matchs féminins étaient des espaces de détente que l'on pouvait mettre à profit pour aller soulager sa vessie, commander un burrito ou une nouvelle casquette John Cena.

 

Pire, la tendance s'accentue depuis quelques mois avec un vol complet du show par le public, s'amusant à chanter n'importe quoi dans une ambiance assez critiquable, et ce particulièrement pendant le match des divas. Aussi professionnelles qu'elles soient, se concentrer et rester dans sa bulle quand le public cherche à vérifier si c'est à babord ou à tribord qu'on gueule le plus fort, ça tient de la mission impossible.

 

 

- Booooooooooooooh !!!

- T'es con, c'est une gentille maintenant !

- Euh... Ouaiiiiiiiiiiiiis !!!

- T'es con, c'est toujours une meuf.

- Euh... On va bouffer des tacos ?

 

 

Une crise de confiance ?

 

Bilan des courses, des divas que l'on disait solides dans un passé récent, à NXT notamment, semblent totalement perdues dans ce milieu beaucoup plus hostile. Ainsi, une Emma, dont les suiveurs du show de développement chantaient les louanges à la lueur de bons matchs tenus dans l'antichambre jaune, s'est retrouvée à catcher complètement à contretemps ce dimanche, semblant enchaîner machinalement des moves dont elle a raté plus de la moitié, pour un résultat assez calamiteux. Il est loin le temps de l'Emma Dance qui soulevait la foule.

 

Un problème de casting

 

Emma justement, est le symbole flagrant d'une étrange manie de caster les catcheuses à l'envers. Elle cartonne à NXT avec une personnalité forte et du temps de ring ? On la fait monter à Raw pour servir de valet à Santino. Naomi est une catcheuse de premier choix ? Faisons la danser et ne rien faire d'autre pendant 18 mois. Paige montre tous les signes faisant d'elle une héritière naturelle au trône ? Faisons la débuter directement par une prise de titre sans aucun build, avant de détricoter le tout une fois AJ revenue. Un poulet sans tête ne ferait pas pire. Ne parlons pas d'Alicia Fox ou de Natalya, restées des mois au placard alors qu'elles semblent être des piliers sur lesquels reconstruire l'édifice de la division.

 

 

Oh mon Dieu, je vais devoir me battre contre Natalya, une ancienne n°4 au PWI 500, je suis foutue !

 

 

Non je déconne, je suis pas sensible aux flatulences.

 

 

Un problème de niveau

 

C'est finalement le grief qui ressort le plus souvent, même si à mon sens il n'est que la conséquence de l'avalanche de reproches précédents dont la responsabilité incombe à toute la chaîne hiérarchique avant les catcheuses elles-mêmes.

 

Mais franchement, voir des Eva Marie ou des Cameron dans un ring, c'est au delà du ridicule. Donner du temps d'antenne en PPV au micro à quelqu'un d'aussi peu formé qu'Eden, ça ne fait que renforcer l'idée d'une sous-séquence poubelle. De manière générale, le roster féminin manque d'expérience et ça se voit. Les départs d'Eve Torres, de Vickie Guerrero ou de Beth Phoenix dans un passé récent n'ont été que partiellement compensés par l'avènement d'AJ Lee, et les filles intermédiaires comme Kaitlyn voire Shaul Guerrero ont quitté le navire avant d'avoir pu avoir un impact respectivement conséquent ou quelconque.

 

 

Pendant ce temps, d'autres talents étaient merveilleusement employés pour accompagner des Main Eventers...

 

 

Clairement, la WWE est aujourd'hui devant un trou générationnel dans sa division féminine, entre des anciennes qui ont un peu trop séjourné au placard pour pouvoir être vraiment re-crédibilisées (Alicia Fox, Natalya), des pilliers dont le point fort n'est pas le catch (les Bellas, dans une bien moindre mesure Rosa Mendes) et une énigme à l'implication en berne (AJ Lee). Ajoutez à cela une série noire dans les affaires extra-sportives (Rosa Mendes, Emma, Cameron...) et le tableau est complet.

 

La fédération de Stamford semble avoir tourné la page des mannequines — sans sous-entendre par là qu'ils embauchent des moches — pour se retourner en direction des catcheuses. Mais ce virage est peut-être trop tardif pour sauver une situation compromise.

 

 

Désormais, ils ne se préoccupent que du talent in-ring et au micro, aucun athlète ne serait pushé sur la seule foi de son physique !

 

 

Des raisons d'y croire

 

Hier soir, sur l'ensemble des deux matchs, il y avait trois filles à sauver, Naomi et Alicia Fox pour la justesse de leur catch, Paige pour son sens du public. Alors que celui-ci prenait fait et cause pour elle, seule contre quatre, elle a su rester dans son rôle de méchante de l'histoire pour ralentir l'action et retourner le début de soutien de la salle. Clairement, elle représente l'avenir de la division, tant le catch semble couler dans ses veines. Je ne suis pas de ceux qui s'extasient devant la qualité de sa technique, étant peu sensible à cet aspect - permettez-moi de vous conseiller la lecture de ces quelques posts par des gens bien plus compétents que votre humble serviteur — mais sa connexion avec le public pourrait bien être la clé vers un regain d'intérêt des salles pour les demoiselles court-vêtues.

 

La seconde grande source d'espoir se trouve dans le réservoir de NXT, apparemment fort bien coaché par Sara del Rey, qui inculque à ses disciples son art de faire des merveilles dans un ring. Mais cette relève aura besoin du meilleur de la génération en place pour ramener le public vers les matches féminins, sans quoi le spectacle proposé ne sera jamais autre chose que de la confiture aux cochons.

 

 

Bon, ça fait déjà deux minutes et trois prises, quand est-ce qu'on aura droit à quelque chose de correct, comme une battle de nains ?

 

 

Enfin, au risque de faire hurler les puristes, Total Divas est une grande chance pour la division. Etant acté que les aventures des filles ont une écriture différente de celles des catcheurs masculins, ce show de télé-réalité assumée offre à la fois une différenciation et une meilleure connaissance de leurs tribulations, tout en amenant vers la WWE des spectateurs nouveaux, même minoritaires, pour suivre dans le cadre traditionnel les personnalités auxquelles ils se seront attachés hors cadre.

 

En réponse à ma question introductive, au moment de conclure je tendrai à ne pas considérer l'état de la division féminine comme désespéré. Néanmoins, si la situation est à la fois préoccupante et désespérante, le blame en revient essentiellement à la WWE. Si la fédération de Stamford fonde ne serait-ce qu'un espoir minime dans le catch féminin, il est grand temps de travailler à son renouveau, à commencer par son écriture et son traitement. Au boulot !

 

 

Idée n°1 : enregistrer tous les matchs féminins en Angleterre.

Sujet intéressant

On parle souvent sur le forum ou au détour d'un paragraphe dans les articles de la condition féminine à la WWE, c'est un sujet qui m'intéresse beaucoup et cet article résume assez bien ma pensée, aussi suis-je ravi de lire ce papier et je t'en remercie, Mamuse.
.
Je pense que la WWE est entrée dans un cercle vicieux en ce qui concerne les Divas à Raw/SD/PPV : les bookers ne leur donnent pas d'histoires intéressantes, pire encore, il n'y a presque pas de suivi d'une semaine sur l'autre. Du coup, le public s'en désintéresse, et comme il s'en désintéresse, les bookers se disent que ce n'est pas la peine de s'emmerder à écrire des trucs cohérents pour les filles, et ainsi de suite. Pourtant, comme tu le soulignes, ce qui se passe à NXT prouve que la WWE peut faire une division féminine qui tient la route : il suffit de permettre aux filles de faire de vrais matchs et de leur donner de vraies histoires, même en restant "cloisonnées" loin des rivalités des hommes.
.
En ce qui concerne le roster, il est moins catastrophique qu'on veut bien le dire : les Bellas par exemple étaient bien meilleures quand j'ai pu les voir combattre en houseshow qu'à la télé, preuve que si on les laisse bosser, elles peuvent faire du bon boulot. L'exemple de Kaitlyn a montré qu'avec un peu de temps, une Diva peut devenir une catcheuse très correcte. OK, il y a des filles comme Cameron ou Eva Marie qui ne servent à rien, mais en prenant les meilleures filles qu'il y a en ce moment à la WWE (roster principal et NXT), et pourquoi pas en recrutant un ou deux grands noms indy (je pense par exemple à certaines de mes chouchoutes de la Shimmer qui sont Courtney Rush, Kellie Skater ou Cheerleader Melissa) comme la WWE l'a fait pour les mecs, il y a moyen de faire une division Divas qui aurait de la gueule. À condition de leur donner un peu plus d'exposition et de temps dans le ring bien sûr, et de meilleures histoires. Et éviter les turns de circonstance juste parce que ça arrange les bookers, comme tu le dis aussi.
.
++

Elle est vraiment si nulle Eden ?

Certes elle ne m'a jamais semblé très bonne annonceuse ou même intervieweuse mais bon de là à ce que ça soit caractéristique des problèmes de la division féminine...

Franchement...

... oui. Je te recommande le segment en coulisses où elle interviewe Ryback pour son retour, ou la multitude de vidéos qu'elle publie pour raconter sa merveilleuse vie avec son merveilleux Cody et leur merveilleux chien. Cette jeune fille a un physique avenant et sans doute une grande volonté de bien faire, mais lui mettre un micro entre les mains est à peu près aussi pertinent que de me faire jouer de la flûte de pan.

Les Jeux Vidéos

Regarde le traitement des divas dans les jeux vidéos officiels de la WWE et tu auras une belle idée de la manière dont les voient la compagnie.
Un coup tu peux faire des combats mixtes mais tu ne peux faire aucun match à stipu, un coup tu peux utiliser des objets mais pas faire de matchs mixtes (et pas de sang même si ce n'est pas une grosse perte selon moi). Et enfin, le dernier en date où tu ne peux pas créer de personnage féminin, contrairement aux mecs.

Pas mieux.

Nous sommes à peu près sur la même longueur d'onde.
Le faible niveau des divas en général s'explique en premier lieu par un manque de moyens mis sur les catcheuses (qui les entraîne, comment, et quelle différence avec les mecs en terme d'investissement humain?).
Quand tu vois des meufs comme comme Eve Torres, Natalya Neidhart ou Alicia Fox qui, à des périodes différentes, se mettent à montrer des belles choses d'un coup au milieu de 3/4 ans de néant, tu peux te dire que le potentiel n'est pas le premier problème chez les divas.

Diva(guons)

Primo, félicitations Mista She Mamuse, ce brelan d'articles, indépendamment que je sois d'accord ou pas avec toi sur le contenu, est un travail titanesque, je m'incline bien bas.
Je ne le répèterais jamais assez, mais aux CDC, vous êtes des rédacteurs atypiques, talentueux et c'est toujours un plaisir de vous lire en filigrane de mes propres visionnages de catch. le site de catch N°1 et de loin.Vous êtes le parfait complément à ma passion catchesque. Longue vie aux CDC.
.
Secundo, c'est un article sur les Divas, alors je vais y aller de mon interrogation.
Attention, je n'ai pas la prétention d'avoir les réponses à toutes les interrogations que j'écris!
Pourquoi y a t'il une telle différence entre les Divas de la WWE et celles de la TNA, et de Lucha Underground (oui il y a des femmes dans ce show et elles n'enfilent pas des perles), et plus grave celles de NXT?
Pour moi, et je vais y aller fort, les catcheuses WWE sont majoritairement des potiches mises en avant quasiment que pour leur physique et leur dernière opération mammaire, leur niveau in-ring intéresse à peine les bookers, on s'en sert pour du remplissage de carte au niveau matchs, et au mieux, elles intègrent des storylines masculines pour gratter du temps d'antenne.
Elles sont très très souvent cantonnées dans des gimmicks Total clichés, se doivent d'être sexy, bombasse, poupée, idiote ingénue, donner la sensation au spectateur masculin (en écrasante présence devant les programmes WWE) d'être sexuellement disponibles, ou d'étaler leur vie privée quand elles sortent avec une superstar masculine afin de satisfaire le besoin "people" et "TV réalité" de certains fans de catch.
Minoritairement, 4 ou 5 Divas ont un vrai niveau entre les cordes, mais la division féminine ne peut l'exploiter correctement, étant donné les durées faméliques de temps de matchs auxquels elles ont droit. Actuellement, un match de Divas de plus de 7 minutes, tient de l'exploit à la WWE. Et le roll-up est érigé en art de vivre chez les Divas, sympa pour elles.
.
A NXt à mon avis, les femmes sont traités de manière très différente, ont un temps d'antenne plus important et la dimension athlétique prend tout son sens avec les femmes du roster du show jaune. Etrangement, les filles de NXT semblent bénéficier d'un traitement différent alors qu'elles évoluent pour la même boite que les Divas de l'étage supérieur, mais dès qu'elles franchissent la porte du roster principal, elles rencontrent des difficultés (Emma en est un exemple criant alors qu'elle était considérée comme un bon élément à NXT). Pourquoi le roster principal féminin est il si stéréotypé et ancré dans ce choix nul de limiter les Divas à "sois belle, nul in-ring parce qu'on s'en fout, et tais toi?
.
A la TNA, la Division Knockouts me semble encore un cran au dessus de NXT, le roster est assez conséquent, et surtout la TNA utilise une femme dans un rôle de Monster Heel, en l'occurrence Havok, qui (qu'on l'aime ou pas) représente une vraie menace physique et inspire une réelle peur aux adversaires, de par sa gimmick spécifique. Il n'existe pas de personnage équivalent à la WWE. A la rigueur, Tamina était la dernière "balèze" en date du roster des filles, mais elle disparu corps et âme. Pourquoi la WWE n'est elle pas capable de sortir des catcheuses comme Havok?
.
A Lucha underground, certes le show est neuf, mais les femmes sont présentes sur le ring, et ça rigole pas, elles affrontent même...les hommes. Voir un match ou un homme fait le tag à une femme, qui va aller se frotter à un molosse testostéroné et pas pour faire de la figuration décorative mais bien pour combattre, voilà une chose qui sort véritablement des sentiers battus, voilà une stipulation qu'on est plus près de voir à la WWE, et je le regrette.
.
Les femmes savent catcher, d'autres fédés le prouvent, alors pourquoi la plus grosse ligue mondiale de wrestling n'est pas foutu de nous fournir des matchs féminins de qualité? Pourquoi gaver le public de purges alors qu'il existe des solutions? La WWE n'observe pas ce qui se fait chez les autres?
Cela reste un mystère pour moi.

Belle analyse !

Je te rejoins sur beaucoup de points.
.
Mais pour moi, comme je l'explique dans l'article, l'essentiel tient au classement de la WWE comme un show pour enfants et adultes gentils. C'est pour ça que les combats se terminent par roll-up ou par soumission, parce que pour faire un tomber il faut frapper assez fort une femme pour qu'elle ne se relève pas d'un compte de trois : c'est épineux, vu la cible.
.
Les combats mixtes, il y a eu ça à la WWE (il y a 15 ans tout pile, Chyna prenait le titre Intercontinental par exemple), dans une autre ère plus adolescente, trash et subversive. Typiquement, c'est le genre de stipulation qui correspondra à un show underground (LU est un excellent exemple, dont il faut vraiment que tu nous fasses une nalyse un jour !) ou de niche (TNA), mais plus à l'ambition mainstream et politiquement correcte qui est celle de la WWE, de ses dirigeants (engagés en politique) et de son Network (qui se doit d'être universel).
.
Pourquoi une différence de traitement avec les gonzesses de NXT ? Plusieurs raisons d'après moi :
- Elles ne sont pas diffusées à la télé, donc plus de liberté rapport aux points abordés précédemment
- Elles catchent dans une arène plus petite et moins intimidante, et je pense que c'est valable pour tout catcheur qui n'est pas un grand régulier, il doit apprivoiser l'ambiance
- Elles catchent devant un public qui s'intéresse à ce qu'elles font, contrairement à ce qui leur arrive à l'étage supérieur
.
Enfin, si je partage pleinement ta critique des bookers de la WWE (comme je le dis dans l'article), je nuance en rappelant qu'ils doivent avoir des briefs du service marketing de la WWE, et que le public de Rednecks il doit avoir très envie aussi de se rincer l'oeil, un peu comme les meufs qui tiennent les panneaux annonçant le n° de Round dans un match de boxe, ou le numéro du pilote sur une grille de F1 ou de Nascar.
.
Pour conclure, sur la monster heel, l'histoire ne peut être ré-écrite, mais la WWE avait signé la plus grande Monster Heel de l'histoire - à ma connaissance - Kharma / Awesome Kong. Que se serait-il passé si cette dernière n'était pas tombée enceinte / n'avait pas perdu son bébé ? Que serait-il advenu de la division féminine si Kharma / Beth Phoenix avait été la feud emblématique de ces 5 dernières années ? Difficile à dire, mais ça aurait pu changer la face du problème.

Diva(guons) deuxième

Je rebondis sur ton dernier paragraphe de com.
Imaginons que la division Divas reste pourvue avec des filles solides et sortant des codes, imaginons une division où quatre femmes auraient pu se disputer le titre au papillon avec férocité et en sortant du shéma "je suis une beauté siliconée roulant des fesses".
Pour moi ce big four aurait pu (du?) être: Kharma, Beth Phoenix, Tamina et Kaitlyn.
Si on ajoute à ces lutteuses des gentes dames comme Paige, AJ, Natalya, Naomi, Layla,Sasha Banks, ou Charlotte, cela aurait pu tirer vers le haut du panier la carte féminine et qu'on aime ou pas les femmes que j'ai cité, cela aurait apporté de la densité, de l'intérêt et une certaine profondeur au roster féminin pour avoir de vraies storylines autour du titre des femmes.
Donnez moi ce roster et je vous aurais fait un vrai championnat du monde féminin à la WWE, sauce Krix certes, mais au moins vous auriez droit à du vrai catch ;)
Mais tout cela reste du domaine du booking fantasmagorique de ma part, je vous l'accorde.

Divaguons en choeur

En voyant le match à éliminations des Divas, j'ai pensé la même chose : donnez moi ce roster il y a de quoi faire !
*
Tout d'abord, je pense qu'il faut éviter le manichéen "catcheuse forte mais moche VS belle potiche incompétente". Une catcheuse peut très bien être très belle et satisfaire les photographes, et donner de jolies choses sur le ring. Trish et Lita étaient loin d'être des laiderons, et Naomi, Kaitlyn et ma p'tite Paige ont aussi des arguments esthétiques.
Le problème ne vient donc pas, à mon sens, des filles, mais de la façon dont elles sont exploitées.
*
Pour tout dire, moi je l'ai bien aimé ce match à éliminations. L'an dernier c'était nul, chaque diva plaçait une prise et faisait partir son adversaire, mais là on a eu un bon temps d'antenne pour presque toutes. Paige et Natalya ont montré de belles prises au début, Layla et Naomi ont aussi donné du spectacle. Cameron est quand même mauvaise, et Summer m'a un peu déçu. J'aime bien aussi la lecture de l'histoire, Paige est heel mais avance quand même en cowboy solitaire, les autres divas ne l'apprécient pas, c'est réciproque. J'aurais préféré qu'elle élimine au moins Alicia quand même.
*

J'espère que ce squashh pour la ceinture ne signe pas la fin d'AJ...

Pour répondre à quelques unes

Pour répondre à quelques unes de tes remarques, il y a une large différence entre le traitement NXT et Raw/SD parce que ce n'est pas la même équipe de booker et surtout pas le même responsable final (HHH pour NXT et VKM pour Raw/SD). Vince doit estimer que le catch féminin n'est pas vendeur (et que les lapins, les nains et autres si ) et qu'il faut donc limiter sa place à du eye candy.
.
La WWE avait tenté le monster heel féminin avec Kharma mais ça leur a explosé dans les mains donc j'imagine que Vince doit être dubitatif sur la question.
.
Sur NXT on constate que le recrutement a totalement changé depuis la passation de relai entre Laurinaitis et HHH. La grande majorité du recrutement est maintenant composée de lutteuses indy jeunes et au style encore malléable (ce qui limite malheureusement le choix car il y a beaucoup de lutteuses de grand talent en indy). Et l'ajout de Sara del Rey dans les entraîneurs a fait un très grand bien: on voit par exemple la progression phénoménale d'Alexa Bliss qui partait de très loin.
.
Je ne regarde plus la TNA depuis un moment mais sauf changement majeur, je en vois pas comment elle peut être supérieure à NXT. Velvet Sky est Kelly Kellyesque malgré sa longue expérience. Quand on pense que trois des cinq meilleures lutteuses sont passées par la TNA et ont été criminellement mal utilisées (Ayako Hamada, Cheerleader Melissa en tant que Raisha Sayeed et Alyssa Flash, Dark Angel Sarah Stock en tant que Sarita).
.
Etant un spectateur assidu de Shimmer, je plussoie sur ta remarque sur le talent féminin disponible. La problématique vient du temps d'antenne, que VKM préfère donner à de la comedy de bas niveau, et de la perception du catch féminin, déformée par les matchs basés sur le côté sexy et la mise en avant de modèles incompétentes. Cela pourrait être assez rapidement corrigé en changeant la politique mais tant que VKM sera là, il y a peu de chance vu sa capacité limitée à se remettre en question ces dernières années.

What's up?



31 janvier

Il était bien cool, ce Rumble, non? Venez dire dans les comms de la nalyse ce que vous en avez pensé, et n'oubliez pas que les vignettes attendent vos légendes sagaces ici.

Connexion utilisateur

Commentaires récents

Les Vignettes des Cahiers


Merde, j’ai toujours été nul au Puissance 4.


Retrouvez ici toutes nos vignettes !


Quotes of the Cahiers

"I'm gonna leave him in a pile of blood, and urine and vomit."
Brock Lesnar à propos de John Cena

"At 9 am Eastern time tomorrow, the WWE Network goes live. But the problem is you’re all gonna be so overwhelmed by the incredible content available, you won’t be able to turn it off. Adults will lose their jobs and kids will be expelled from schools for lack of attendance. In fact, you’re gonna be so mesmerized by the incredible content of the WWE Network that you won’t even have time to remove the garbage from your houses. Your places are gonna start to stink, rats will move in, and they’re gonna look like bigger pigsties than they already do. Ultimately, the government is gonna come along and condemn your homes and you will all be left homeless defending yourself on the street. Thank you very much."
Bad News Barrett

"He’s twisting him so much his twin brother is getting dizzy !"
JBL commentant un Giant Swing d'Antonio Cesaro sur l'un des frères Uso.

"I think I'm a little too old for you Jerry. I'm 26, I know you like them younger."
AJ Lee, à Raw, s'adressant à Jerry Lawler

"It looks like James Storm has had more partners than Taylor Swift lately, he should probably get tested"
Bad Influence

"Having watched that… I regret the doctors in Canada saving my life.”
Jerry Lawler, après le segment où Mae Young a accouché d'Hornswoggle.

"What's running through John Cena's mind? I don't give a crap what's running through his mind. What's more important is what's running down his leg."
Brock Lesnar

"Yes. Stop sending dumb tweets like this one. RT: @Kid_Antrim Any advice for me?"
Paul Heyman, sur Twitter

"With Kofi Kingston as the Intercontinental Champion, the bar has been lowered. And when the bar’s been lowered, mediocrity becomes acceptable. And when mediocrity becomes acceptable, society crumbles. And when society crumbles, civilization will end as we know it.”
Le Miz, Hell in a Cell

"Can you figure that? She's not able to get a date! I mean, even Natalya is able to get a date!"
Eve à propos de Layla

"I understand that you barbaric buffoons could easily eviscerate me and dispose of me like common trash. However, if you do so, I will not be a victim. I will be a martyr. A martyr for anyone who appreciates a sophisticated mind."
Damien Sandow, à DX.

"Apparently, giants can win the Super Bowl, but not matches at WrestleMania. You’re like ‘The Reverse Undertaker’. Who are you going to lose to this year? The boxer or the sumo wrestler?”"
Cody Rhodes au Big Show

"The Kliq is back, which is kind of ironic because "click" is the noise the audience's remote control makes every time Kevin Nash pops up on their TV screen."
CM Punk

"It's a conspiracy! C... O... N.... Spiracy!"
R-Truth

"I understand that... that Vince McMahon's gonna make money despite himself... he's a millionaire who should be a billionaire... you know why he's not a billionaire? It's because he surrounds himself with glad-handing nonsensical yes-men like John Laurinaitis, who's gonna tell him everything he wants to hear... and I'd like to think that maybe this company will be better after Vince McMahon is dead, but the fact is it's gonna get taken over by his idiotic daughter and his doofus son-in-law and the rest of his stupid family."
CM Punk

"These people are not Jimmies. They are the greatest fans in the world!"
John Cena, à R-Truth qui venait de qualifier le public de Raw de "Little Jimmies".

"Can you imagine if Sheamus wins this thing? I mean, the international ramifications, I mean the buyrate, I’m talking about the demographic change and everything? If Sheamus wins this match, it will be huge, not only for him but for the Smackdown brand."
Booker T., pendant un Title Match opposant le champion poids lourds Randy Orton à Sheamus.

"When I’m done with him, he’s gonna have barbecue sauce fueling out from his belly button like a geyser."
Michael Cole à propos de Jim Ross

"The WWE has gone from the powerful "Austin 3:16" to the dominant and iconic "can you smell what the Rock is cookin?"... all the way to "You can't see me"? You can't see me, what are you, playing peek-a-boo? Believe me, we all can see you. A blindfolded, sleeping, stuck in the basement Stevie Wonder can see your monkey ass. How in the hell do you think we can miss you come out here with your bright ass purple shirt, before that bright green shirt, bright orange shirt like a big fat bowl of Fruity Pebbles?"
The Rock à John Cena

"Jerry Lawler has forgotten more about wrestling than the Miz has ever known."
CM Punk

"If anyone says you can't do something, if anyone says you can't live your dream... Believe them, because you can't."
The Miz

"William Regal did the real work with this young man. Shawn Michaels took $3000 from him, that's all he ever did."
CM Punk à propos de la formation de Daniel Bryan

"I would RKO my own grandmother if it meant keeping this title. And then I'd RKO YOUR grandmother just to see the look on her face."
Randy Orton, à Sheamus

Virgil: - Ted, what are you going to do for protection?
Ted DiBiase, jetant un coup d'oeil à Maryse: - Go to the drugstore.

"Her teeth are going to be like the Ten Commendments after this match: all broken."
Alicia Fox, à propos d'Eve Torres

"Layla is not married. She deserves a good husband. I should marry her before she meets him."
Jerry Lawler

"If I suck, why would a Perry deli – the top Perry deli – name their top-selling sandwich after me? It's called the Swaggie. It smells like freedom."
Jack Swagger

"I realize how much of a starmaking performance I had in McGruber. The reviews have been off the charts. As a matter of fact, they are speaking of a possible early Oscar nomination."
Chris Jericho

"I'm sure your mom's uterus is awesome."
Vicki StElmo à Vladimir Kozlov

"If we were in your era, I'd put a Sharpshooter on you faster than you can put a pair of cheap sunglasses on an ugly kid."
The Miz, à Bret Hart.

"When I look at you I don't see fans. I don't even see people. I see money, money, money, money. Dollar signs, dollar signs, dollar signs, dollar signs. With some of you, a lot of dollar signs because I see a lot of fat people in the audience and I know you paid for two seats. Thank you very much!"
Batista à Raw.

"We are real women with the body that God created us with."
Mickie James, la femme aux implants mammaires en silicone qui explosent dans le ring.

Don Johnson: "This is a mistake!"
The Miz: "Mistake? No. Pink shirts and white suits, that is a mistake."

"One nation under Punk, undivisible, with integrity and sobriety for all!"
CM Punk

Michael Cole: "Our guest at ringside, Marisse. Welcome."
Maryse: "Oh my god, Michael Cole, you vintage nerd. You can't even say my name right. I should punish you and just give you my French kiss."

"If I see you in my match tonight, I'm gonna tear your intestins out and jump rope with it. And that's not all. I'm gonna take my two fingers, I'm gonna dig up your nosedrills and I'll rip your brain out. And I'm gonna put it in a newspaper and I'm gonna smash it against a window."
Mike Tyson à Hornswoggle

Ted DiBiase: "My movie, the Marine II, is superior to the original Marine."
Cody Rhodes: "Ted, my fifth grade graduation video is superior to the original Marine."

"I'm on Raw, you're on Smackdown... Long distance relationships don't work, Chris."
Big Show

Jerry Lawler, après une promo de Maryse où elle a qualifié Melina de "petite poupée": "Did she just say poupée? Do you know what that means in French?"
Michael Cole: "What?"
Jerry Lawler: "I... I can't say it!"

"I respect her. There are a lot of things that she does that I couldn't do, being the size that she is."
Michelle McCool à propos de Mickie James.

"We have MVP on the stage, and PMS in the ring."
Goldust, à propos des divas assemblées dans le ring pendant les Slammy Awards 2009.

"It was kind of like the 300 at the battle of Thermopylae, but with better abs".
John Morrison à propos de la fin de son match à Survivor Series, quand il s'est retrouvé à 1 contre 3.

"Hi, I'm John Morrison, and one time I drove my Lexus 700 miles on a tank full of my own urine."
John Morrison

"I always said if I could put my brain in Andrew’s body he’d be a 20-time world champ."
Edge à propos de Andrew "Test" Martin