Sondage

Cela fait maintenant un mois tout pile que Jinder Mahal est champion de la WWE. Selon vous::

2005, l'exemple typique du Rumble Match parfaitement booké

Justice et injustice n'ont de valeur que dans un cadre concret, victoire ou défaite, actions commises ou subies.

Roberto Saviano, extrait de Gomorra, 2007

 

Sur le papier, il ne s'agit que d'un match opposant trente hommes, dont le vainqueur ira défier le champion du monde au plus gros PPV de l'année. Mais les fans bien informés savent que cet événement annuel regorge d'autres intérêts : promouvoir des catcheurs, en confirmer d'autres en tant que main eventers, lancer des feuds en vue de WrestleMania, créer des séquences d'élimination mémorables et offrir quelques clins d’œil nostalgiques et/ou humoristiques. Autant d'ingrédients dont l'édition 2015 fut démunie. Pourtant la recette est bien connue... démonstration par l'exemple.

 

 

Hmm, un grand souvenir le Rumble 2005 ? Tout est relatif.

 

 

Nalyse dix ans en arrière pour mieux critiquer aujourd'hui

 

 

Pourquoi 2005 et pas 2007 ou 2010 ? Eh bien je me contenterai d'un « pourquoi pas ? », car c'est le premier souvenir m'ayant sauté à l'esprit à l'issue de cette pâle bataille royale 2015. Un postulat de départ : le choix du vainqueur n'explique pas ce flop. Quant au booking, il n'est pas le seul responsable, mais bien l'élément majeur.

 

Le but de mon comparatif est aussi de répondre aux interrogations lues ici et là depuis ce dernier dimanche de janvier : en quoi Ziggler, Bryan ou Cesaro auraient été éliminés comme des souillons ? Qu'auraient été des éliminations « dignes » ? Quels atouts doit avoir le final four ? Comment doit être amené l'affrontement des deux derniers survivants ? Quels catcheurs sont idéaux pour ouvrir la bataille ? Etc.

 

Avant de développer ce Royal Rumble référence en lui-même, un point sur la situation de la WWE début 2005 s'impose.

 

 

Je n’étais même pas hué, c’est dire si ça remonte.

 

 

Contexte : Deux fédérations en une

 

Début 2005, la WWE n'a pas encore tranché sur le ton à adopter : elle se trouve à mi-chemin entre l'âge d'or de l'Attitude Era et la Kids Era (qu'on peut objectivement dater du retour sur USA Network en octobre 2005). Surtout, elle fonctionne en deux divisions distinctes, Raw et SmackDown, qui croisent très rarement leurs routes. Chacune a ses storylines, son roster, ses ceintures (jusqu'au doublon de titres par équipes) et même ses propres PPV, à l'exclusion des quatre grands classiques (Royal Rumble, WrestleMania, SummerSlam, Survivor Series) où les courbes se rencontrent, souvent pour le meilleur.

 

 

Roster : un vivier de stars établies et des jeunes préparés pour les sommets

 

La fameuse cuvée 2002 (Cena, Orton, Batista en porte-étendards) parachève sa montée en puissance, tandis que les stars vieillissantes (Shawn Michaels, Triple H, Undertaker, Ric Flair) font mieux que donner le change. Entre les deux, des valeurs sûres ballottées entre midcard et main event (Kurt Angle, Booker T., Big Show, Chris Benoit, Eddie Guerrero, Chris Jericho, Rey Mysterio). Bref un roster d'une qualité effarante, auquel il faut inclure les deux GM permanents, Eric Bischoff (Raw) et Teddy Long (SD).

 

Les principales storylines sont également très solides, et partagent la même tendance majeure : un champion heel truste le show, tout en permettant la multiplication de challengers. A Raw, Triple H vient de reprendre « son » titre World Heavyweight (cinquième règne depuis septembre 2002) lors d'un Elimination Chamber comprenant Orton, Benoit, Jericho, Edge et Batista. Du côté de la branche bleue, John Bradshaw Layfield capitalisant sur son nouveau personnage détestable depuis juin 2004, conserve le titre WWE de manière rocambolesque face à des clients comme Undertaker, Eddie Guerrero ou Booker T.

 

Par leur côté omniprésent et irritant, les deux détenteurs rendent encore plus populaires ceux qui chassent leur ceinture. Voire ceux dont les lointaines ambitions remontent enfin à la surface : le lieutenant de Triple H dans Évolution alias Batista à Raw, le multiple champion US John Cena à SmackDown. Ces nouveaux visages réussiront-ils là où leurs glorieux aînés se cassent les dents ?

 

 

Les rageux des CDC auraient eu des arguments pour m’accuser de truster le spotlight.

 

 

Temps forts de la bataille royale

 

Au revisionnage de ce combat royal, j'ai bien du mal à y déceler une quelconque faiblesse. Je ferai donc un commentaire quasiment play by play pour expliciter ses forces. Seul bémol, puisqu'il faut bien en trouver un, l'absence de retour inattendu d'un catcheur n'appartenant plus à la fédération ou blessé de longue date. Rappelons que le match réunissait alors quinze catcheurs de Raw et quinze de SmackDown, tous identifiés avant le show. Aujourd'hui, on qualifierait ce manque de surprise de défaut. On peut nuancer le reproche, considérer que le roster était si riche qu'il n'y avait pas nécessité de remplissage. Le « star power » entre les cordes laisse en effet rêveur. Surtout, la construction du match raconte une histoire globale. En voici les grandes phases.

 

 

Un opening de qualité

 

Rien de tel qu'une opposition entre deux techniciens pour démarrer une bataille longue durée. La WWE opte souvent pour cette même pratique lors d'une stipulation Elimination Chamber. Il s'agit de privilégier deux catcheurs tenant la route sur le long terme, possédant une notoriété susceptible de faire accrocher aussitôt le public... et s'il existe des antécédents entre eux c'est encore mieux. Ici, nous avons droit en #1 à Eddie Guerrero (SD) et en #2 à Chris Benoit (RAW). Choix tout simplement parfaits, les deux morts en sursis étant à la fois meilleurs amis, anciens équipiers, passés par des aventures communes (ECW et WCW avant l'arrivée dans le même clan à Stamford en 2000). L'électricité dans l'air est palpable. Les deux hommes ayant clos en larmes le WrestleMania précédent se voient une nouvelle belle exposition au premier plan.

 

 

Accessoirement aussi un début de bataille entre deux maudits. Le network likes.

 

 

Le ring se remplit de façon structurée

 

Le numéro 3 se devait d'être le gros jobber du moment, en l'occurrence Daniel Puder, le rookie arrogant issu de Tough Enough. Il prend une leçon par les vieux de la vieille (Benoit, Guerrero et Hardcore Holly arrivé #4). Bonne psychologie des deux adversaires initiaux, ils préfèrent arrêter de combattre et s'associent pour faire ravaler sa fierté au jeunot. Ils font de même contre Holly et le #5 Hurricane Helms. Malgré la gentille fourberie d'Eddie qui tente d'éliminer Benoit à la moindre occasion, les deux intègrent le fait qu'il va falloir durer longtemps, donc ne gaspillent pas de forces et prennent en compte les nouveaux arrivants: le #6 Kenzo Suzuki est attaqué à son tour en équipe.

 

 

Voilà qui n’est pas pour réduire le taux de stéroïdés entre les cordes.

 

 

La série d'éliminations s'interrompt avec Edge #7 et Rey Mysterio #8, soit deux autres catcheurs importants, là aussi chargés en histoire commune.

 

Shelton Benjamin s'avère idéal en #9, pour maintenir un rythme élevé et un côté high fly (avec Rey Rey) complémentaire des techniciens Edge, Guerrero et Benoit. Ces cinq-là demeureront longtemps sur le ring.

 

Suivent Booker T #10, Chris Jericho #11 et Luther Reigns #12. Les deux GM, Bischoff et Long, s'amènent tour à tour au bord du ring pour observer la mêlée. Le petit détail qui rajoute à la dimension majeure du combat.

 

Après plusieurs minutes de belle opposition sans le moindre éliminé, une phase de regroupement se produit au centre du ring. À gauche les quatre membres du roster Raw, à droite les quatre du roster SmackDown. Ils se fixent quelques instants, puis suggèrent dans un brillant dialogue muet « Allez, on y va, show contre show ! ». Suit un brawl explosif, auquel le public réagit à 200 %. Rappelons que nous nous trouvons en plein avènement des jeux vidéos Raw Versus SmackDown, ce qui contribue à transformer cette séquence en un coup de maître.

 

 

Dire que c’est peut-être de cette séquence culte qu’est naît l’idée d’un PPV aussi dégueulasse que Bragging Rights…

 

 

Private jokes, running gags, lancements et poursuites de feuds

 

Et alors que la guerre des deux shows fait rage, débarque Muhammed Hassan en #13, soit un ennemi dépassant les clivages heel/face et SD/Raw. Que l'on apprécie ou non la piste savonneuse prise par la WWE avec ce personnage à l'époque, l'idée d'une union sacrée pour l'éliminer est bien pensée. Ainsi les huit sur le ring font une halte pour concentrer leur courroux sur le seul Hassan et le jeter dehors.

 

Les positions #14 à #18 sont ce que l'on peut nommer le ventre mou de la bataille royale, occupées par des jobbers ou lowcarders (Orlando Jordan, Scotty 2 Hotty, Charlie Haas, René Duprée, Simon Dean). Mais ceux-ci ne sont pas humiliés pour autant, ont droit à leur petit spot ou élément de storyline : Scotty est attaqué sous le titantron par un Hassan rageur (il ne sera donc jamais éliminé sur le papier, comme Curtis Axel cette année) ; Duprée focalise la heat sur sa personneavec sa vieille danse franchouillarde ; Haas manœuvre avec Shelton Benjamin pour rappeler la World's Greatest Tag Team au bon souvenir du public ; Dean offre une séquence comique pour renforcer son personnage de prof de diététique... Bref, tout est raccord avec les gimmicks et momentums de chacun.

 

Au niveau des éliminations, idem, les figures majeures survivent un temps significatif entre les cordes.

 

 

Comme quoi une élimination collective peut servir à un push, n’en déplaise aux fans de Viscera/Big Daddy V.

 

 

Les stars reviennent dans la partie avec Shawn Michaels #19 et Kurt Angle #20. Nous allons assister au démarrage de la plus belle feud de l'année 2005. Alors que le médaillé olympique capitalisait sur sa fraîcheur pour enchaîner ses signature moves, il tombe sur un os avec HBK. Angle subit une élimination express, pour mieux revenir s'en prendre à Michaels plus tard. Aucun des deux ne paraît faible dans le processus, puisque leur sort est justifié par une ambition plus grande encore que le gain d'un Rumble match.

 

Jonathan Coachman, #21, est le seul participant vraiment hors-sujet du fait de son statut de non-catcheur. Il apporte néanmoins une légèreté bienvenue. The Coach, largement impliqué dans les storylines régulières, adopte la stratégie de l'anguille et se recroqueville sous un turnbuckle en attendant que ça passe.

 

Son élimination sera aussi soignée que celle d'un Paul London (#24), au bord de la décapitation suite à une violente corde à linge de Snitsky (#26). Mais si, souvenons-nous de ce grand dadais de Snitsky, auteur d'une feud fondatrice avec Kane les mois précédents. Les deux géants reprennent d'ailleurs leur conflit au moment de l'arrivée du Big Red Monster (#27). Belle façon de ne pas avoir la mémoire courte et de renforcer leur feud.

 

Kane n'est pas encore ce vieillard laissant la foule indifférente. Ainsi son rush de Chokeslams fait fortement réagir.

 

 

Si Kane est parvenu à me voler le record d’éliminations, celui du plus grand nombre de bladejobs ne tombera jamais.

 

 

Un final four bien amené

 

Lorsque Batista débarque (#28), ils sont encore huit sur le ring. À l'exception de Coachman et Snitsky, que des stars confirmées ou en push (Edge, Mysterio, Kane, Jericho, Cena, Benoit). Le lieutenant de HHH, pourtant heel, reçoit une énorme ovation (à mille lieues du flop de 2014). Cinq minutes auparavant, John Cena (#25), entré sur son thème Wordlife, eut droit aux mêmes vivats. Cette concordance entre les intentions des bookers et les réactions du public prouve L'adhésion d'ensemble au produit délivré. Les deux hommes qui se trouvent à l'issue d'un processus de séduction des masses, ne sont pas imposés envers et contre tous.

 

Batista expulse Snitsky tout en puissance, puis entame un clash au centre avec Kane. Pendant ce temps, les autres survivants, la plupart présents depuis longtemps, récupèrent dans les coins. Encore un élément de selling et de psychologie appréciable.

 

C'est l'une des grandes forces de cette édition 2005 : les participants intègrent les nécessaires temps morts, fomentent aussi des alliances, aussi provisoires soient-elles, pour perdurer plus longtemps. Même les faces adoptent ce calcul et ne la jouent pas feu follet sous le prétexte « de toute façon c'est chacun pour soi ». À l'image du focus mis sur les négociations entre Cena et Rey Mystério pour s'allier, au moment de l'arrivée du #29 Christian.

 

 

Au pire on la finira à papier/caillou/ciseau.

 

 

Ric Flair, #30, s'associe aussitôt avec son équipier d'Evolution, Batista. Le papy désigne les cibles et l'Animal les exécute. Coachman, Christian puis Benoit sont ainsi successivement éjectés. La fourberie du Nature Boy l'incite cependant à trahir son allié. Tentative avortée. Le vainqueur de l'édition 1992 est ensuite sorti par Edge.

 

Le Final four regroupe a posteriori des stars parmi les stars : Cena, Batista, Edge et Mysterio. Un seul heel pour trois faces, mais surtout deux Superstars de Raw contre deux pensionnaires de SmackDown. Edge coupe court à l'alliance avec son équipier de show et tente un cavalier seul. Sa passe d'armes contre Mysterio donne lieu à un enchaînement somptueux, conclu d'un Spear. Le Rated-R cède ensuite à un surpassement collectif des deux derniers survivants.

 

La foule manifeste bruyamment au moment du face à face Cena-Batista. L'instant est historique : les symboles de la relève de chaque show se trouvent face à face.

 

 

Accessoirement quatre hommes n’ayant pas encore touché la big belt, ça a quand même plus de gueule que Kane et Big Show en 2015.

 

 

L'art de l'overbooking pour conclure

 

Lequel est supérieur à l'autre ? La WWE ne tranche pas. Mieux, elle suggère une égalité parfaite avec une élimination simultanée. La manœuvre est maline, renforcée par le zèle des arbitres qui nous resservent le scénario de Luger/Hart en 1994. Évidemment, on peut pointer l'overbooking de ce finish, mais quel moment est plus approprié qu'un Rumble pour ce type de mise en scène ?

 

 

Preuve de l’échec de l’arbitrage à quatre s’il en fallait.

 

 

Le tout de se poursuivre avec l'irruption d'un Vince McMahon contrarié par cet imbroglio (et se claquant aux deux cuisses en déboulant dans le ring, d'où son stationnement prolongé sur les cordes). Bon acteur, le patron ne laisse rien transparaître de sa gêne et exige que le combat reprenne pour ne désigner qu'un vainqueur. Point essentiel : la foule embarque littéralement dans le scénario. Après une nouvelle élimination invalidée de chaque concurent, le combat reprend officiellement.

 

 

Je m’en vais te régler ça moi.

 

 

Si je me lève…

 

 

…ben je me rassois.

 

 

Batista enchaîne spinebuster et projection fracassante pour s'adjuger le sésame. Ce finish est osé sur le coup, puisqu'un heel s'imposait alors que deux champions heels étaient en cours de règne.

 

On peut traduire ce choix comme la preuve d'une storyline bien préparée et de la certitude de l'adhésion du public au futur face-turn de l'Animal. Ce soir-là, la WWE a créé deux monstres, sans rabaisser aucunement ses autres stars. Pourra-t-on témoigner dans dix ans du bien-fondé de la bataille royale de 2015 ? Je n'en prendrai pas le pari.

 

 

Et le fait que je vais revenir un jour, quelqu’un pour miser dessus ?

 

c'etait mieux avant

Serieux qu'elle idee a la con de virer les ppv exclusif a chaque brand, puis de virer les brands. C'etait vraiment genial et ca permettait de faire monter des stars. Y'avait surtout des dreams matchs aux survivors series.
A la limite j'aurai poussé le concept plus loin en ne faisant que tres rarement des drafts. Et des matchs interbrand de temps en temps. Surtout a mania par exemple. Ou en remontant le king of the ring.
A l'epoque quand la wwe dependait des ppvs je veux bien, mais maintenant avec le netword y'a plus de justification d'avoir un roster uni et un sd qui passe que des rediff (des fois en live) de matchs de raw.
.
Mais bon pour en revenir au rulble, oui c'etait mieux avant.
*
Pour vince il me semble kil se claque pas. Il s'explose le genou ou le quadri en se cognant sur le ring

Merci pour ce papier !

Tu m'as donné envie de revoir ce Rumble du coup et effectivement, toutes tes observations font mouche. L'avènement du Raw Supershow (et la suppression de la brand division par la même occasion) a fait énormément de mal au starpower global de ce type de stipulation je trouve. La proportion nonames-jobbers / espoirs-stars a été salement inversée en l'espace de dix ans. C'est aussi cela qui a contribué à rendre les éliminations de cette année peu digestes, alors que celle d'Angle était acceptable vu le niveau d'ensemble ; d'autant que le beatdown sur Michaels après était très bien vu.
.
Sinon, le vrai vainqueur indiscutable de 2005, c'est Scotty2Hotty !, Reigns n'est pas sorti cette année alors que ce fut le cas de Cena et Batista.
#JusticeForScotty

2005

C'est marrant, comme chaque année avant le Rumble je me mate une ou deux occurrences passées (2004 et 2010 l'an dernier par exemple), et cette année c'était 2009 et... 2005 !
Donc bon, c'était pas mon premier visionnage, mais c'est vrai que je l'aime bien ce Rumble. "Parfaitement booké" je sais pas si c'est vraiment le terme exact, par contre il est divertissant et franchement parfaitement équilibré du début à la fin. Un Rumble sous-estimé, alors que je m'ennuies toujours devant celui de 2001 par exemple. Le meilleur à tout point de vue est celui de 1992, je trouve.

Superbe retour sur le passé.

Bravo pour ce papier, il est très éclairant sur des points que j'avais pas forcément noté quand j'ai regardé le match y a quelques années (les temps morts, le fait que le final four n'avait jamais touché à la ceinture suprême avant etc) sur ce qui est, pour moi, l'un de mes Rumble match favori (avec celui de 2007). Et il est vrai que celui de 2015 aurait pu s'en inspirer du point de vue dont les choses sont amenées et comment le public réagit en fonction. Certes il n'y avait pas eu (en 2005) de sauvetage à la Kofi (remarque, vu le dernier en date, je crains qu'ils aient épuisé le filon) mais les moments iconiques étaient nettement plus nombreux (les alliances Eddie/Benoit pour durer le plus longtemps possible, le brawl Raw vs Smackdown, la décapitation de Paul London (l'une des éliminations les plus spectaculaires que j'ai vu avec celle de Jamie Noble en 2008 par...Snitsky encore lui) et j'en passe) que cette année. Après, est ce que ça aurait été une bonne idée de s'appuyer sur 2005 pour faire celui de 2015 ? Je ne suis pas sur en partie à cause du roster actuel et aussi de la volonté apparente de la fédération de faire oublier leurs anciennes rivalités et parfois amitiés à ses gars. Mais bon, ça fait toujours du bien de revoir les vieux Rumble et les exploits de certains.

Axl, il me semble bien que c'est lors de celui de 94 que le botch a eu lieu, d'où la décision improvisée de nommer les deux vainqueurs. En 2005 ils voulaient jour sur la rivalité Raw/Smackdown (d'où l'overbooking) et mettre en avant les deux jeunots comme étant le vrai futur de la fédération (ce qui s'est d'ailleurs confirmé après, la promo de Batista lors de son passage heel en 2010, quand il parlait du fait que lui et Cena avait connu des trajectoires similaires mais que Cena avait été choisi comme poster boy ce que Batista contestait, le rappelant très bien).

Cena a confirmé le botch

Franchement, difficile de croire au botch en voyant le final du RR. Le spot en lui même, la réaction instantanée des arbitres, l'acting parfait avec les deux arbitres de Raw qui désignent Batista tandis que les deux de SD lèvent le bras de Cena, l'arrivée très rapide de VKM ...
Pourtant Cena a confirmé le botch dans un podcast assez intéressant pour Sport Illustrated en marge de WM28 (http://www.si.com/more-sports/2013/12/13/lindsay-frimodt-john-cena-talks... entre 16 & 18 minutes). J'avais lu que Batista avait déjà tenu la même version ...
Donc ça doit être vrai. Si tel est le cas, sacré sang froid de la part de tous les acteurs.

J'imagine que c'était envisagé

Si le spot prévu était "Ils passent tous les deux par-dessus la troisième corde mais Batista se retient miraculeusement à la HBK" alors ils avaient dû anticiper la possibilité que Batista se rate et avaient donc prévu un... PLAN B! Je pense pas qu'ils ont pu totalement improviser tout ça quand même.

Plan B

Indeed, sur des spots ultra risqués comme ça, aussi bien techniquement que sur leur importance (on parle quand même du finish du Rumble !), y'a forcément au moins un plan B.
Enfin disons plus tôt que ça me paraîtrait OUF OUF OUF qu'il n'y en ait aucun :o !

J'avais en effet lu que Cena

J'avais en effet lu que Cena disait cela mais j'avais toujours pensé que c'était la version "officielle" pour justifier le bouzin. Et, en effet, quand on voit comment les actions s'enchaînent (les arbitres qui se disputent et désignent chacun le vainqueur de leur brand, les "éliminations" pour se retrouver seul dans le ring, l'arrivé de Vince qui fait recommencer) sur un rythme millimétré, on peut se dire que le botch était envisagé et qu'un plan de secours était présent. Après, qu'il y ait botch ou pas, la suite de l'histoire c'est Batista qui trahit HHH pour le défier à Mania et tout ce que l'on connait et le public a pleinement adhéré contrairement à cette année. Et au final je pense que c'est ça qu'il faut retenir.

J'ajouterais que le vrai botch de l'histoire selon moi c'est Vince qui se claque en arrivant ^^

C'était mieux avant

Beau papier, bravo! Marrant que ça passe si bien sur un Rumble pourtant pas considéré comme un must. Ici par exemple http://411mania.com/wrestling/the-411-wrestling-top-5-top-5-royal-rumble... plusieurs auteurs de 411 dressent leur top 5 des meilleurs Rumble Matchs: aucun ne place celui de 2005 dans sa liste! C'est dire à quel point le niveau moyen des Rumble Matchs est normalement élevé, et à quel point celui de 2015 a été décevant.
Après, mais c'est la règle du jeu, je trouve que tu tires un peu le truc dans ton sens en le regardant avec des lunettes roses (pas de sauvetage spectaculaire à la Kofi, une seule élimination spectaculaire avec Snitsky-London, le moment assez beurk de patriotisme bushiste sur l'élimination de Hassan), mais sur le fond y a pas grand-chose à redire: un Rumble qui semble avoir été pensé de A à Z, c'est la base et ça suffit pour faire quelque chose de très correct. Il est vrai que la dynamique de l'époque, avec la séparation des brands, faisait beaucoup pour la mystique d'un tel match... Sinon, j'avais cru lire quelque part que le finish avait été botché et que Batista aurait dû gagner de façon indiscutable, je me goure (je confonds peut-être avec celui où Hart et Luger basculent au même moment)... Merci en tout cas pour cette belle leçon d'histoire. Seul petit regret, que tu ne nous dises pas ce qu'il s'est passé dans le reste du ppv, et ce qu'a fait HHH, qui apparaît comme un perso central même s'il n'est pas là dans le match (on aurait pu s'attendre à ce qu'il intervienne dans le match, non? De même, pourquoi on n'a pas vu le Taker et Henry?)

Classement 411 mania...

Je viens de lire les différents classements, je ne comprends pas trop leur justification le plus souvent, notamment cette omniprésence de l'édition 1992 (celui qui le classe premier met en avant les supers commentaires de Bobby Heenan!), sans doute pour le fait historique de la ceinture en jeu et de l'incroyable casting (Flair, Hogan, Savage, Sid Justice, Undertaker, Piper); il devrait me toucher particulièrement puisque c'est le premier vu dans ma tendre enfance (premier que Canal + a diffusé me semble-t-il), mais je n'ai privilégié ni nostalgie ni identité du vainqueur quand j'ai opté pour le 2005.
Bien vu pour le côté "idéaliste" de mon récit, ce n'est pas de la mauvaise foi, juste une lecture positiviste de l'évènement.
Et merci d'avoir rectifié pour la blessure de Vince 2M.

woaw

Super papier ! Rien à ajouter !

What's up?



31 janvier

Il était bien cool, ce Rumble, non? Venez dire dans les comms de la nalyse ce que vous en avez pensé, et n'oubliez pas que les vignettes attendent vos légendes sagaces ici.

Connexion utilisateur

Commentaires récents

Les Vignettes des Cahiers


Merde, j’ai toujours été nul au Puissance 4.


Retrouvez ici toutes nos vignettes !


Quotes of the Cahiers

"I'm gonna leave him in a pile of blood, and urine and vomit."
Brock Lesnar à propos de John Cena

"At 9 am Eastern time tomorrow, the WWE Network goes live. But the problem is you’re all gonna be so overwhelmed by the incredible content available, you won’t be able to turn it off. Adults will lose their jobs and kids will be expelled from schools for lack of attendance. In fact, you’re gonna be so mesmerized by the incredible content of the WWE Network that you won’t even have time to remove the garbage from your houses. Your places are gonna start to stink, rats will move in, and they’re gonna look like bigger pigsties than they already do. Ultimately, the government is gonna come along and condemn your homes and you will all be left homeless defending yourself on the street. Thank you very much."
Bad News Barrett

"He’s twisting him so much his twin brother is getting dizzy !"
JBL commentant un Giant Swing d'Antonio Cesaro sur l'un des frères Uso.

"I think I'm a little too old for you Jerry. I'm 26, I know you like them younger."
AJ Lee, à Raw, s'adressant à Jerry Lawler

"It looks like James Storm has had more partners than Taylor Swift lately, he should probably get tested"
Bad Influence

"Having watched that… I regret the doctors in Canada saving my life.”
Jerry Lawler, après le segment où Mae Young a accouché d'Hornswoggle.

"What's running through John Cena's mind? I don't give a crap what's running through his mind. What's more important is what's running down his leg."
Brock Lesnar

"Yes. Stop sending dumb tweets like this one. RT: @Kid_Antrim Any advice for me?"
Paul Heyman, sur Twitter

"With Kofi Kingston as the Intercontinental Champion, the bar has been lowered. And when the bar’s been lowered, mediocrity becomes acceptable. And when mediocrity becomes acceptable, society crumbles. And when society crumbles, civilization will end as we know it.”
Le Miz, Hell in a Cell

"Can you figure that? She's not able to get a date! I mean, even Natalya is able to get a date!"
Eve à propos de Layla

"I understand that you barbaric buffoons could easily eviscerate me and dispose of me like common trash. However, if you do so, I will not be a victim. I will be a martyr. A martyr for anyone who appreciates a sophisticated mind."
Damien Sandow, à DX.

"Apparently, giants can win the Super Bowl, but not matches at WrestleMania. You’re like ‘The Reverse Undertaker’. Who are you going to lose to this year? The boxer or the sumo wrestler?”"
Cody Rhodes au Big Show

"The Kliq is back, which is kind of ironic because "click" is the noise the audience's remote control makes every time Kevin Nash pops up on their TV screen."
CM Punk

"It's a conspiracy! C... O... N.... Spiracy!"
R-Truth

"I understand that... that Vince McMahon's gonna make money despite himself... he's a millionaire who should be a billionaire... you know why he's not a billionaire? It's because he surrounds himself with glad-handing nonsensical yes-men like John Laurinaitis, who's gonna tell him everything he wants to hear... and I'd like to think that maybe this company will be better after Vince McMahon is dead, but the fact is it's gonna get taken over by his idiotic daughter and his doofus son-in-law and the rest of his stupid family."
CM Punk

"These people are not Jimmies. They are the greatest fans in the world!"
John Cena, à R-Truth qui venait de qualifier le public de Raw de "Little Jimmies".

"Can you imagine if Sheamus wins this thing? I mean, the international ramifications, I mean the buyrate, I’m talking about the demographic change and everything? If Sheamus wins this match, it will be huge, not only for him but for the Smackdown brand."
Booker T., pendant un Title Match opposant le champion poids lourds Randy Orton à Sheamus.

"When I’m done with him, he’s gonna have barbecue sauce fueling out from his belly button like a geyser."
Michael Cole à propos de Jim Ross

"The WWE has gone from the powerful "Austin 3:16" to the dominant and iconic "can you smell what the Rock is cookin?"... all the way to "You can't see me"? You can't see me, what are you, playing peek-a-boo? Believe me, we all can see you. A blindfolded, sleeping, stuck in the basement Stevie Wonder can see your monkey ass. How in the hell do you think we can miss you come out here with your bright ass purple shirt, before that bright green shirt, bright orange shirt like a big fat bowl of Fruity Pebbles?"
The Rock à John Cena

"Jerry Lawler has forgotten more about wrestling than the Miz has ever known."
CM Punk

"If anyone says you can't do something, if anyone says you can't live your dream... Believe them, because you can't."
The Miz

"William Regal did the real work with this young man. Shawn Michaels took $3000 from him, that's all he ever did."
CM Punk à propos de la formation de Daniel Bryan

"I would RKO my own grandmother if it meant keeping this title. And then I'd RKO YOUR grandmother just to see the look on her face."
Randy Orton, à Sheamus

Virgil: - Ted, what are you going to do for protection?
Ted DiBiase, jetant un coup d'oeil à Maryse: - Go to the drugstore.

"Her teeth are going to be like the Ten Commendments after this match: all broken."
Alicia Fox, à propos d'Eve Torres

"Layla is not married. She deserves a good husband. I should marry her before she meets him."
Jerry Lawler

"If I suck, why would a Perry deli – the top Perry deli – name their top-selling sandwich after me? It's called the Swaggie. It smells like freedom."
Jack Swagger

"I realize how much of a starmaking performance I had in McGruber. The reviews have been off the charts. As a matter of fact, they are speaking of a possible early Oscar nomination."
Chris Jericho

"I'm sure your mom's uterus is awesome."
Vicki StElmo à Vladimir Kozlov

"If we were in your era, I'd put a Sharpshooter on you faster than you can put a pair of cheap sunglasses on an ugly kid."
The Miz, à Bret Hart.

"When I look at you I don't see fans. I don't even see people. I see money, money, money, money. Dollar signs, dollar signs, dollar signs, dollar signs. With some of you, a lot of dollar signs because I see a lot of fat people in the audience and I know you paid for two seats. Thank you very much!"
Batista à Raw.

"We are real women with the body that God created us with."
Mickie James, la femme aux implants mammaires en silicone qui explosent dans le ring.

Don Johnson: "This is a mistake!"
The Miz: "Mistake? No. Pink shirts and white suits, that is a mistake."

"One nation under Punk, undivisible, with integrity and sobriety for all!"
CM Punk

Michael Cole: "Our guest at ringside, Marisse. Welcome."
Maryse: "Oh my god, Michael Cole, you vintage nerd. You can't even say my name right. I should punish you and just give you my French kiss."

"If I see you in my match tonight, I'm gonna tear your intestins out and jump rope with it. And that's not all. I'm gonna take my two fingers, I'm gonna dig up your nosedrills and I'll rip your brain out. And I'm gonna put it in a newspaper and I'm gonna smash it against a window."
Mike Tyson à Hornswoggle

Ted DiBiase: "My movie, the Marine II, is superior to the original Marine."
Cody Rhodes: "Ted, my fifth grade graduation video is superior to the original Marine."

"I'm on Raw, you're on Smackdown... Long distance relationships don't work, Chris."
Big Show

Jerry Lawler, après une promo de Maryse où elle a qualifié Melina de "petite poupée": "Did she just say poupée? Do you know what that means in French?"
Michael Cole: "What?"
Jerry Lawler: "I... I can't say it!"

"I respect her. There are a lot of things that she does that I couldn't do, being the size that she is."
Michelle McCool à propos de Mickie James.

"We have MVP on the stage, and PMS in the ring."
Goldust, à propos des divas assemblées dans le ring pendant les Slammy Awards 2009.

"It was kind of like the 300 at the battle of Thermopylae, but with better abs".
John Morrison à propos de la fin de son match à Survivor Series, quand il s'est retrouvé à 1 contre 3.

"Hi, I'm John Morrison, and one time I drove my Lexus 700 miles on a tank full of my own urine."
John Morrison

"I always said if I could put my brain in Andrew’s body he’d be a 20-time world champ."
Edge à propos de Andrew "Test" Martin