Sondage

Cela fait maintenant un mois tout pile que Jinder Mahal est champion de la WWE. Selon vous::

Money In The Bank : La malédiction de la mallette (La WWE ne sait plus fabriquer de champion)

Je viens peut-être de trouver ce soir

De quoi finir milliardaire,

Derrière un réverbère, bercé par les courants d'air du R.E.R.,

Un énergumène, ventre à terre, me tend la main d'un air,

Comme si j'étais son dernier espoir,

L'histoire commence alors que je m'empare de sa mallette,

Et puis me barre, martel en tête, jusque tard je vais faire la fête.

Enhancer, La mallette

 

L’autre soir, en sirotant mon whisky 15 ans d’âge, et alors que je débats âprement de sujets divers avec ma compagne (du catch et des couches), une réflexion s'abat sur moi. Money in the Bank approche et je me demande soudain : depuis quand un catcheur WWE est devenu champion mondial pour la première fois autrement qu’en encaissant la mallette ? Je vous laisse un moment vous noyer à votre tour dans cette turlupinente question. Vous vous souvenez ? Allez, je peux deviner vos muscles faciaux s’agiter et vos connexions neuronales clignoter. Daniel Bryan ? Mallette. Alberto Del Rio ? Mallette. Je vous aide. C’était le 18 septembre 2011 : le dernier catcheur en date à avoir été sacré champion du monde pour la première fois sans avoir encaissé une mallette est…

 

 

712.gif

Surprise Motherfucker.

 

 

Découvrir la malédiction de la mallette

 

 

C’était le 18 septembre 2011 : le dernier catcheur en date à avoir été sacré champion du monde pour la première fois sans avoir encaissé une mallette est…

 

 

MarkHenry-WorldHeavyweightChampion_display_image.jpg

Sgt Murtaugh, trop vieux pour ces conneries.

 

 

 

Pot de départ

 

J’avoue, j’en suis tombé sur le cul. Quand ma compagne m’a déclamé fièrement cette information issue de sources officielles, je me suis dit : c’est vrai ça… il me semble bien que c’était la première fois que Mark Henry était champion du monde. On parlait alors d’un beau cadeau avant son départ à la retraite, une façon honorable de le remercier pour services rendus. Son règne fut d'ailleurs très bon, avec un gimmick de machine inarrêtable très crédible et des affrontements très solides.

 

Bon, on se remet de nos émotions. On se dit OK, le type était en fin de carrière, il n'avait étrangement jamais touché de titres mondiaux à une époque où les ceintures s’échangeaient à chaque PPV. Soit. M’enfin, on aimerait plutôt un jeune, ou au moins un mec qui n'a pas obtenu son titre mondial en échangeant ses points Arrco.

 

Amitié étroite

 

Pas besoin de remonter beaucoup plus loin dans le temps pour trouver le suivant (ou plutôt le précédent) sur la liste des néo-champions. Quatre mois pour être exact. Nous sommes alors en Floride, pour Extreme Rules, dans un match à échelles pour couronner le nouveau champion du monde poids lourds dont la ceinture est vacante. Deux catcheurs s’affrontent ce soir-là et aucun n’a encore touché le titre suprême. La lutte est âpre entre les deux hommes, et l’émotion est pleine quand l’un d’eux décroche enfin la ceinture suspendue. Il est blond, il a 37 ans, c’est évidemment…

 

 

5552EBCB3E1DD0001B

Robin, célébrant la mort de Batman.

 

Wooo, alors là j’aimerais qu’on redevienne sérieux cinq minutes. Tout le monde se souvient de la raison du pourquoi du comment le titre était vacant. Non ? Souvenez-vous, c’était le 15 avril 2011, le champion en titre Edge s’avançait au centre du ring, vêtu d’un perfecto noir, pour y annoncer sa retraite officielle. Les médecins lui avaient gentiment diagnostiqué une sténose rachidienne cervicale, fruit d’une longue série de blessures et d’interventions chirurgicales. Fin de carrière précipitée pour le champion du monde poids lourds le plus titré. La suite s’écrit d’elle-même. Un match est programmé entre son rival du moment Alberto Del Rio et son ami d’enfance Christian. La ceinture ne peut échapper au fidèle compagnon, élu naturel, qui décroche son premier titre mondial WWE, après seize années de carrière professionnelle.

 

Si Mark Henry a obtenu son titre grâce à ses points de cotisation retraite, Christian bénéficie pour sa part du prestige de son ami de toujours, dont il sera resté dans l’ombre jusqu’au bout (il remporte le match grâce à une intervention de Edge). Mais une fois encore, cette ceinture tombée du ciel donnera naissance à une célèbre feud dont la gloire résonne encore dans les stades aux “One More Time” du public. Amitié récompensée, feel-good moment immanquable… difficile de considérer le sacre de Christian comme un investissement fort de la WWE, du genre de ceux qui ont propulsé et validé Cena, The Rock, Austin…

 

Oh et puis je vous arrête tout de suite, je me rends compte qu’à un moment, la WWE avait une troisième brand : l'ECW. Réactivée en 2006 suite au rachat de la fédé extrême par les financiers de McMahon, la brand dispose alors de son propre titre suprême. Un titre remporté en 2008 par Mark Henry et en 2009 par Christian. Mais l’opération de rachat de la fédération de Philadelphie écorche au passage le prestige de la ceinture. Le ECW Championship n’est plus reconnu comme titre mondial. Fin de la digression.

 

 

Hit me baby one more time

 

Remontons dans notre Delorean et continuons notre voyage dans le temps à la recherche de ce jeune champion mondial. Pas besoin d’atteindre les 88 miles à l’heure. Notre saut dans le temps n’est que de trois mois. Nous sommes en février 2011. Vickie Guerrero, alors GM de Smackdown, a une dent contre le champion du monde poids lourds du moment, Edge. Décidée à lui nuire profondément, elle lui interdit l’utilisation du Spear sous peine de lui retirer son titre. Edge ne se soumet pas et claque la prise interdite. La sanction est immédiate ! Dépossédé de son titre par une Vickie diabolique et ravie, il ne peut qu’assister au sacre d’un jeune et nouveau champion mondial aux cheveux péroxydés…

 

 

17038042.jpg

Brit Nemeth Spear, faisant monter une fan sur scène.

 

Alors non seulement cette vignette est trop over, mais en plus on se demande… C’est quoi ce sacre mondial ? Au moins le vieux Henry et le copain Christian ont transpiré vingt minutes pour rafler la mise. Là, le gars Ziggler, on lui apporte le titre littéralement sur un plateau. Pour le lui faire perdre trente minutes plus tard dans un re-match décidé par Teddy Long. Une fois encore, difficile d’y voir un véritable couronnement. Il s’agit plutôt d’une ficelle scénaristique (intéressante au demeurant) pour nourrir le vice d’un autre personnage : Vickie Guerrero. Dolph Ziggler devra d’ailleurs ronger son frein durant deux ans avant de retoucher l’or… grâce à la mallette.

 

 

Botch to be wild

 

On a donc un semi-retraité, un bon copain et un toy-boy. On dirait le début d’une blague douteuse de comptoir. Abandonnons la DeLorean et continuons à pied. Décision discutable : la marche est plus longue que prévue. Mais nous y voila. Nous sommes le 13 décembre 2009, à San Antonio au Texas, à l’occasion du TLC annuel. Ce soir-là, le WWE Championship est remis en jeu par John Cena face à un tout jeune garçon. Ayant fait son entrée à Raw deux mois plus tôt, ce dernier est devenu prétendant en remportant une bataille royale. Après seize minutes de Tables Match, la stupeur envahit le public. John Cena vient de s’écrouler de la troisième corde et de traverser l’une des tables, synonyme de défaite pour le Marine. Son jeune adversaire semble ne pas réaliser ce qui vient de se passer, et pourtant un nouveau champion est né…

 

 

ccf904d7.jpg

La Roux, brandissant son premier disque de platine.

 

Sheamus fait un démarrage fracassant dans le main roster en décrochant l’or en deux petits mois face à la tête d’affiche de la fédération. Alors on pourra toujours discuter du dénouement étrange de ce match, les protagonistes ayant tous deux l’air très surpris par ce final aux allures de gag vidéo. On entend encore les complotistes du botch hurler à l’accident. Mais laissez-les s'époumoner, car vous avez devant vous le dernier catcheur en date à avoir été sacré champion mondial pour la première fois sans avoir encaissé une mallette - et qui ne part pas à la retraite - et qui n’est pas le meilleur ami de Edge - et qui n’est pas une blague de trente minutes.

 

Ainsi, six ans plus tard, la WWE n’a toujours pas réussi (ou voulu) couronner de champion autrement que par l’usage de la mallette. Mais d’ailleurs, cette mallette, comment la WWE s’en sert-elle ?

 

 

Cash-Machine

 

Né en 2005 dans le cerveau cocaïné de Chris Jericho, le Money in the Bank est un match à échelles dont l’enjeu est immense : celui qui décroche la mallette suspendue en devient le propriétaire. Dès lors, il peut à tout moment l’encaisser face à un champion afin d’obtenir un affrontement immédiat pour le titre. Seul un ring et un arbitre sont indispensables à son bon déroulement. C’est ainsi qu’en janvier 2006, Edge encaissa la mallette face à un John Cena affaibli pour gagner son premier titre mondial. La boite de Pandore venait d’être ouverte. Et avec elle, une toute nouvelle arme pour les scénaristes. Une arme puissante, tranchante, attirante, mais qui va leur faire perdre la raison.

 

Depuis ce premier sacre d’Edge, sept catcheurs sont devenus champions du monde pour la première fois sans mallette : Rey Mysterio, The Great Khali, Jeff Hardy, Sheamus, Ziggler, Christian et Mark Henry. Dans le même temps, huit hommes ont dû y avoir recours pour obtenir le même résultat : Edge, RVD, CM Punk, Jack Swagger, The Miz, Alberto Del Rio, Daniel Bryan et Seth Rollins. Une répartition équilibrée. D’ailleurs, avec environ deux MITB par an, cette statistique ne parait pas si honteuse. Même si, comme on l’a vu ensemble, les derniers sacres ne sont pas les plus couillus. Malgré tout, le ton est donné : dorénavant, il faudra compter avec la mallette.

 

 

7aefbbbd-1838-4195-89fc-2a2de4b2b920.jpg

Une autre idée de Jericho après un podcast sous LSD : le POV Ladder Match.

 

Quand l’arme fatale...

 

La force de la mallette est incontestablement le suspense qu’elle génère en continu. Une fois confiée à son propriétaire, elle autorise ce dernier à intervenir à tout moment. Ainsi, chaque match impliquant le champion est source de tension latente. Telle l’épée de Damoclès, la mallette devient cette menace permanente pouvant s’abattre à chaque instant. Et le public adore ! On frémit à l’idée d’entendre l’hymne du porteur de mallette. Notre cardio explose en le voyant cavaler en direction du ring comme si sa vie était en jeu. On se tourmente jusqu’à ce que l’arbitre démarre officiellement le match, synonyme de point de non-retour. A ce moment précis, nous sommes tels des chats de Schroedinger. Deux issues sont possibles. Le plus probable : l’assaillant l’emporte et un nouveau champion est couronné. L’inimaginable jusqu’à peu : il échoue et perd la précieuse mallette.

 

On mesure facilement la folie envahissant les scénaristes armés de cette arme prête à tirer n’importe quand. Mallette cashée le soir même (Kane l’impatient), à la régulière (RVD le gentleman) ou carrément à Wrestlemania (Seth Rollins le showman)... Car le timing est un art complexe. Un Big Show passé à tabac alors que Daniel Bryan est tourmenté en backstage et tous les regards se tournent vers le Titantron. Alberto Del Rio KO au milieu du ring à Wrestlemania 29, et voilà votre serviteur ainsi que les 80 675 autres spectateurs qui prient en vain pour le cash-in de Dolph Ziggler. Les malins ayant acheté leur ticket pour le RAW du lendemain seront récompensés.

 

Une fois équipé de la précieuse mallette, son porteur devient l’homme à abattre. Quand Damien Sandow trahit son acolyte Cody Rhodes, ce dernier jure évidemment sa perte. Quand Rollins détache la précieuse petite valise grâce à la protection de Kane, c’est évidemment Dean Ambrose qui part à ses trousses. Plus rare : le glorieux attaché-case est remis en jeu dans un match imposé par un représentant de l’autorité. Dolph Ziggler surmontera l’épreuve par deux fois. La mallette est donc un moyen simple et efficace de générer des tensions, de provoquer des dissensions, de donner naissance aux inévitables trahisons et de couronner de nouveaux champions.

 

 

f03b5174-07b5-45ba-9b3d-77a277e5cb18.jpg

Bookers lors du bilan financier de Q2.

 

...devient l’alarme fatale.

 

Mais une arme aussi puissante a inévitablement ses déficiences. Jusqu’à peu, elle assurait à  son porteur de devenir champion dans les 365 jours suivants. On ne savait pas quand exactement, mais on savait que ça se ferait. Comme si on vous annonçait que Tyrion Lannister allait mourir cette saison sans vous dire quel épisode (calmez-vous, je n’en sais rien, j’ai arrêté de suivre la série). Mais la jurisprudence Cena est passée par là. Dorénavant les garanties ne sont plus aussi fortes. Même si le retour à l’unique mallette suppose qu’un tel scénario ne se reproduira pas de sitôt.

 

En parlant de scénario, vous n’avez pas l’impression qu’on vous raconte toujours la même histoire depuis dix ans ? Synopsis polycopié reçu ce matin : le porteur de mallette, tourmenté par un rival revanchard, encaisse avec succès et opportunisme sur un opposant blessé et tentant vaillamment d’éviter l’inévitable. Saupoudrez d’un peu de variation sur le même thème et vous obtenez la grosse ficelle annuelle sur laquelle les scénaristes pourront paresseusement se reposer.

 

D’ailleurs, ce porteur de mallette n’est souvent pas un type réglo. Bon, le principe même de ce contenant à poignée en fait l’arme naturelle des heels. Mis à part RVD et Cena (Bryan était un peu tweener sur les bords si je me souviens bien...), tous les porteurs représentent le coté obscur de la force. Il faut dire que profiter d’un adversaire à terre pour devenir champion n’est pas dans la classique fiche personnage des gentils made in WWE. L’homme à la grenouillère et l’homme à la casquette ont d’ailleurs été les seuls à annoncer leur match à l’avance. Dans un monde un peu plus gris, un babyface pourrait très bien casher sa mallette pour défaire un vilain devenu intouchable car protégé par les hautes instances. Ça vous rappelle quelqu’un ?

 

 

ee55fd2f-05a8-4b77-9f09-3af31a4a4665.jpg

Bookers lors du bilan financier de Q3.

 

Et si on changeait un peu les règles ?

 

Initialement, la mallette pouvait être utilisée pour n’importe quel titre. Puis vint la séparation des brands et l'apparition des deux mallettes : une rouge pour le titre WWE et une bleue pour le titre poids lourds. Cela a notamment permis aux scénaristes de multiplier les saynètes et de répartir les cash-in tout au long de l’année.

 

L’année dernière, la fusion des deux titres mondiaux a entraîné la réapparition de la mallette unique... pour l’unique titre suprême. On perd donc au passage un élément de surprise supplémentaire. Seul le champion mondial peut être inquiété. Alors oui, une mallette unique pour un titre unique, cela a le mérite de recentrer les débats, d’éviter la partouze de mallettes de 2010... et puis cela reste naturel de viser le titre suprême. Mais imaginez si la mallette permettait de casher pour n’importe quel titre. Cody Rhodes, totalement obnubilé par sa précieuse ceinture blanche, n’aurait que faire du titre suprême. Chris Jericho, ne pouvant supporter un compteur bloqué à neuf règnes, encaisserait pour le compte rond… alors que Wade Barrett voudrait battre le record de son ancien maître NXT. Et pourquoi pas une mallette qui permettrait de casher avec un compagnon de fortune ? Les champions tag-team seraient alors également sous la menace.

 

Cette année, nous célébrons le dixième anniversaire du Money in the Bank. Les bookers nous préparent-ils une surprise pour l’occasion ? Je l’espère. Dean Ambrose sera-t-il ce face sournois qui cashera sur un Rollins intouchable [màj : la carte de MITB compromet cette hypothèse] ? La mallette permettra-t-elle de prétendre à n’importe quel titre ? Les filles auront-elles enfin le droit de participer ? Ou ne serait-il pas temps pour les bookers de desserrer leurs gros doigts de cette grosse ficelle ?

 

 

9ae11de7-83c2-4b8b-8772-69ebfbd91e14.jpg

CM Punk prodiguant quelques conseils d’écriture à Chris Jericho.

 

Lâche la mallette !

 

À défaut de nous surprendre avec la mallette, la WWE arrivera-t-elle enfin à couronner une jeune star sans avoir recours à cet artifice ? Je l’appelle de mes voeux. Car si l’emploi de la mallette génère un feel-good moment assuré, c’est aussi une sorte de paresse d’écriture. Du moins, cela nous prive de dizaines d’autres façons de raconter l'ascension d’un champion. Rappelez-vous Daniel Bryan. Alors en pleine montée populaire, ayant déjà décroché le titre US, l’American Dragon est prêt à atteindre le niveau suivant. Mais au lieu de construire une storyline l’amenant progressivement aux portes du titre, la WWE lui met la mallette entre les mains. Oh attention, l’histoire qui en découle est bonne. Bryan, héros pas si réglo, ne tiendra jamais sa promesse de casher honnêtement à Wrestlemania. Un cash-in fourbe sur le Big Show plus tard, il glissera progressivement vers ce personnage égocentrique scandant “No!” au public amusé. Quatre titres et des millions de fans plus tard, voici sans doute l’un des heel-turns les plus efficaces pour un catcheur. Mais c’est également une illustration supplémentaire de cette mallette devenue indispensable.

 

Alors comment la WWE peut créer un champion sans mallette ? Quelles storylines écrire ? Quelles ficelles tirer ? Qui doit-on sucer bordel ? Je vous propose quelques scénarios inspirés du passé pour des sacres les mains vides.

 

 

Remercier un ancien

Précédents : Mark Henry, Christian

Qui : Goldust

 

Commençons avec le scénario le moins excitant, mais heureusement le moins probable. La fusion des titres a rendu beaucoup de choses compliquées. Rappelez-vous du début de cet article : Mark Henry et Christian devenaient champion du monde pour la première fois. Mais ce n’était pas le titre considéré comme “le vrai titre”. Il s’agissait du World Heavyweight Championship, devenu un Grand Prix Spécial du Jury récompensant les stars sans ceinture sans trop bouleverser l’historique du “vrai titre”. Aujourd’hui, un seul catcheur peut dominer la chaîne alimentaire. Difficile d’imaginer la WWE mettre la ceinture autour des hanches de Goldust, R-Truth ou Kofi Kingston (si on peut considérer ces deux derniers comme anciens...). Et finalement, des “anciens” à remercier, il n’y en a plus tant que ça… Qui s’en plaindra ?

 

 

Surprendre avec un bleu

Précédents : Brock Lesnar, Randy Orton, Sheamus

Qui : Tout le roster de NXT

 

La WWE veut nous étonner ? Elle dispose d’un atout encore plus puissant que la mallette. Faire remporter l’or à un catcheur qui débarque à peine. Brock Lesnar et Randy Orton furent tà tour de rôle les champions les plus jeunes de l'histoire, Sheamus a battu Cena dès leur première rencontre. Résultat : spectateurs choqués, records battus, roster chamboulé et ICW en fusion. Mais ce ressort est à utiliser avec parcimonie. Il s’agirait de ne pas cramer les ailes du jeune prodige en déchargeant trop tôt le poids du titre sur ses épaules (ou autour des hanches, cela dépend de comment il le porte). Et des jeunes, la WWE en a tout un vivier. Ce vivier s’appelle NXT. Alors que Kevin Owens vient brillamment d’entamer une rivalité avec John Cena, il débarque avec toute la crédibilité du circuit indy et la hargne de l’écurie jaune. S’il déclare être fidèle à son titre actuel, il pourrait très bien marquer les esprits en décrochant le titre suprême en peu de temps. D’ailleurs, n’est-ce pas ce qu’il a fait à NXT face à Samy Zain ?

 

 

Trahir le public

Précédents : The Rock

Qui : Roman Reigns

 

Quoi de plus efficace pour générer de l’émotion qu’offrir un inattendu retournement de veste menant au titre suprême ? Au départ, un catcheur populaire, adoré par le public mais qui peine à atteindre le sommet de la pyramide. Tourmenté, il parvient à obtenir un match pour le titre face à un autre babyface. Peut-être même lors d’un Triple Threat incluant un heel champion, histoire de noyer le poisson. Et alors qu’il semble laisser s’échapper à nouveau la victoire, un coup de poignard dans le dos du chouchou lui offre la victoire. Si en plus cet ancien chevalier blanc se tourne vers les forces obscures de l’Autorité, la jauge de haine explose. Rappelez-vous le sacre du Rock qui avait alors rejoint la Corporation de Vince McMahon. Cette perfide trahison à la solde du pouvoir l’avait propulsé en haut de l‘affiche. Et si l’histoire se reproduisait avec un autre Samoan ?

 

 

Adouber le prochain héros

Précédents : Stone Cold Steve Austin

Qui : Dean Ambrose

 

Il soulève les foules, il défie l’autorité, il remplit les stades, c’est le top babyface. Daniel Bryan pouvant désormais se garer sur les places réservées aux handicapés, la WWE doit trouver son remplaçant dans nos coeurs de marks. Pour moi, c’est le scénario le plus probable à l’heure actuelle. Deux noms viennent naturellement à l’esprit. Roman Reigns, qui fut à deux doigts de décrocher l’or à Wrestlemania. Et Dean Ambrose, qui fut à deux doigts de décrocher l’or à Elimination Chamber. De plus, tous les deux partagent une histoire commune avec le champion actuel. L’histoire s’écrirait presque toute seule. Si le premier a manqué le coche en début d’année et doit repartir de zéro, le second marche sur l’eau. Avec sa folie, son agressivité désordonnée et ses penchants anarchistes, il pourrait reprendre l’étendard rebelle du Yes Man, maltraiter l’Autorité et décrocher l’or dans un ultime affront.

 

Tous ces scénarios forment des intrigues très classiques. Il en existe des dizaines d’autres et leurs milliers de variations.  Mais surtout, toutes ces histoires n’ont pas besoin de mallette. Elles peuvent s’écrire sur la durée. Les scénaristes ont tous les outils pour nous raconter l'ascension d’une future star sans avoir recours à cet artifice. Couronner un nouveau champion après un affrontement épique, couvert de sueur et d’hématomes, est encore possible. Nous n’avons plus envie d’attendre l’annuel Money In The Bank pour connaître le prochain numéro un. Nous voulons de nouvelles histoires, inspirées du passé ou inédites. Nous voulons des voyages homériques, semés d’embûches, de joies et de trahisons. Nous voulons des catcheurs qui n’ont pas besoin d’une mallette pour devenir champion. Nous voulons des héros usant de leur ruse, de leur haine, de leur force et de leur folie pour les mener à destination et leur faire enfin toucher l’or qui les rendra immortels.

 

 

bb9ba252-badd-47fe-bf75-3cee22b46342.jpg

Attendez les gars, des idées j’en ai encore plein !

Bon papier

Bonne idée que cette étude des MitB. Avec 10 ans d'existence et 15 matchs, il y a de quoi faire.
Quand on prend les vainqueurs par ordre chronologique, il semble clair qu'au commencement, l'objectif était d'aider des jeunes stars à intégrer le main-event (Edge, Mr Kennedy, CM Punk, Jack Swagger). Petite exception avec Rob Van Dam qui n'était plus un jeunot mais qui a quand même profité de la mallette pour toucher son premier titre WWE.
A partir de 2010, c'est un mélange entre jeunes loups, catcheurs expérimentés et main-eventers établis. Ce changement peut s'expliquer par plusieurs raisons: on passe à deux MitB par an en 2010, ça permet de varier un peu l'histoire racontée, on ne peut pas avoir un nouveau champion du monde tous les ans et surtout le MitB match n'a plus lieu lors de Wrestlemania. Or, lors de WM les main-eventers doivent avoir une vraie feud contre un adversaire identifiable, au lieu de participer à un match contre au moins 5 autres catcheurs sans vraie storyline.
C'est d'ailleurs pour moi un point à améliorer avec le MitB. Le match en lui-même est souvent excellent, mais le build-up assez paresseux.

C'est interessant

Merci pour cet article bien frais.
Ca fait du bien de sortir un peu des nalyses de Raw et Smackdown hebdomadaire.
Sinon je ne suis pas d'accord avec ton compte sur les gens qui touchent le titre pour la première fois avec ou sans mallette. Tu finis par rajouter trop de critères pour que ça soit réaliste.
Ensuite dans les évolutions sur le booking de la mallette je trouve que c'est bien qu'ils commencent à faire rater des cash-in (Sandow et Cena viennent en tête). Ca rajoute quand même un suspense non négligeable. De la même façon le cash-in de Rollins en plein milieu d'un autre match c'est une bonne nouveauté aussi.
Ca n'empeche que je ne suis pas super impatiente de voir le MITB qui s'annonce.

Concernant mon comptage, je

Concernant mon comptage, je n'ai fait que suivre la réalité des chiffres. Si j'ai écarté Ziggler, Christian et Henry dans mon introduction, c'est pour des raisons scénaristiques (je cherchais vraiment ce fameux "jeune champion"). Pour la partie purement comptable, je les ai mis dans le bon panier.

Applause

J'ai clairement pas les connaissances qu'il faut pour répondre quelque chose d'intelligent, mais je voulais dire que j'ai beaucoup aimé le mélange opinion / article de fond.
Ca m'a parlé alors que je connais mal l'historique du catch, je ne le suis pas depuis assez longtemps. Mais justement, une qualité de l'article est d'être relativement didactique.
Et ça respecte le tabou du spoil, ce qui est d'autant plus important pour moi qui suis sur le rythme chaînes françaises + 3 jours... (+10 pour les ppv, puisque j'attend d'avoir vu les shows).
.
Donc le rythme double-show burger / thema / nalyse ppv pourrait être très chouette, si ça va dans ce sens !

Merci ! C'est mon premier

Merci ! C'est mon premier papier hors Nalyse et c'est vrai que ça change :)

Cet article rétrospectif sur

Cet article rétrospectif sur dix ans (déjà!) de mallettes cabossées est vraiment plaisant à lire. J'ai bien aimé le rapide coup d’œil en arrière que tu lances sur la décennie écoulée en matière de MITB, et plus encore j'ai savouré les statistiques que tu as extirpées de ce bilan. Tu maîtrises le sujet et c'est ça qui rend le papier solide. Beau travail.
.
Sur la problématique que tu soulèves, j'aurais plutôt tendance à être assez clément à l'égard des bookers. Sur les 15 MITB match qui se sont jusqu'à présent déroulés (si j'ai bien compté), je trouve que la WWE nous a globalement servi un panel de scénario suffisamment riches et variés pour ne pas me faire dire "ras le bol, c'est toujours la même chose avec la mallette".
.
Concernant ce qui nous attend ce dimanche, j'aurais tendance à te rejoindre, car je crois qu'il serait préférable de ne pas mettre la mallette entre les mains de Reigns. Si Roman termine la soirée avec le contrat en sa possession, on pourra encore - et à juste titre - râler contre le fait qu'on veut à tout prix nous l'imposer comme futur poster boy de la compagnie. Et quand on voit ce qu'a donné la tentative forcée du début de l'année, la WWE (si elle sait apprendre de ses erreurs) aurait tout intérêt à lui laisser le temps de prendre son temps pour s'installer progressivement et légitimement au sommet de la fédé.

Oui tu as raison, la mallette

Oui tu as raison, la mallette inspire les scénaristes. Un peu trop à mon gout, en ce qui concerne les sacres de nouveaux champions en tout cas :)

Yexcellent travail

Article très intéressant et joli retour dans le passé que cet article !
*
Je suis assez surpris du coup de Sheamus qui aurait été un final botché, je n'en ai pas du tout le souvenir, ça me semblait découler logiquement du push que bénéficiait le celte à son arrivée, Cena venait de finir sa longue rivalité contre Orton, il avait battu la DX à Survivor Series, son règne s'essouflait un peu. Et un Tables match c'était idéal pour faire perdre sans trop entamer la crédibilité.
*
Autre petite rectif, j'accepte pas totalement le fait que le titre World Heavyweight ait été secondaire au WWE Champion. Sur la fin, clairement oui. Mais bon en 2008-2009, quand le championnat poids lourds est disputé entre l'Undertaker et Edge justement, ou quand CM Punk et Jeff Hardy donnent des matchs magiques...
*
Ce que j'aimerais bien rappeler, comme je le disais dans le dernier papier sur le weeklie, c'est une donnée qui me semble importante pour le MITB : le suspense.
Contrairement au Rumble, qui concerne pourtant trente catcheurs mais dont on sait à peu près chaque année qui risque de gagner, le MITB a souvent donné de grosses surprises. Car, comme le vainqueur a un an pour utiliser son bien, ça peut donner le temps de faire un push. Il arrive même que le gagnant soit totalement en pleine midcard au moment de sa victoire.
Moi de mon expérience personnelle, depuis 2008, je note beaucoup de surprises : les deux victoires de Punk, celle très étonnante de Swagger, Bryan, Orton, le Miz ou Sandow étaient aussi des détenteurs qu'on n'attendait pas forcément. Au final, seul peut être Kane qui commençait à devenir effrayant, Del Rio en pleine année de bourre et Cena semblaient bien partis à l'avance. Donc pour 2015, rien ne dit que Reigns ou Ambrose ou qui que ce soit ne part gagnant.
*
Par contre oui, pour les autres façons de couronner un champion, Owens a tout à fait ce qu'il faut pour un grand chocking moment. Je le vois bien devenir champion du monde un peu après le prochain WM.
Et Ambrose, il faudrait lui donner le titre bientôt là, lui faire un feel good moment à Summerslam dans la veine de Bryan à WM30.

Le botch de Sheamus, je n'y

Le botch de Sheamus, je n'y crois pas vraiment non plus. Le mec était clairement construit pour parvenir à cet exploit. De plus il a retouché l'or une deuxieme fois tres rapidement, preuve de la confiance qu'avaient alors les aurotiés en lui. C'est simplement que la séquence amenant à sa victoire était mal chorégraphié (comme souvent quand Cena doit traverser une table) et qu'elle a nourri les partisans du "botch is everywhere" :)

Je te rejoins pour le titre WWHC. Je le considère d'ailleurs au même titre que le WWEC pour ma comptabilité. C'est un titre mondial.

Vainqueurs surprenants de la mallette (comm plein de chiffes pa)

Nos pronos constituent de ce point de vue un bon indicateur. Voyons voir.
Mania 2009: 2 votants sur 12 (on commençait à peine, c'est le premier ppv sur lequel on a fait des pronos, émotion) pour Punk (soit 16,67%)
2010: Dernière occurrence du MITB Match à Mania, pour une surprise colossale, la victoire de Jack Swagger (1,21% de bons pronos).
premier ppv MITB. Mallette bleue, gagnée par Kane: 1,05% de nos pronostiqueurs! Probablement le match de l'Histoire le moins bien pronostiqué par le CDC Universe, sur les, allez, 500 matchs qu'on a pronostiqués jusqu'ici. A côté de ça, la victoire rouge du Miz fait presque figure d'évidence avec ses 13,92%!
2011: encore une énorme surprise pour la mallette bleue avec la victoire de Daniel Bryan, annoncée par 5,14% des joueurs seulement! Ce même soir, premier gros carton pour Del Rio qui gagne la mallette rouge (69,57%).
2012: ppv ultra-prévisible dans son ensemble, y compris pour les mallettes, même si la victoire de Ziggler pour celle de SD ne récolte "que" 47,96% des suffrages, tandis que 82,81% avaient compris que pour sa première participation Cena allait forcément repartir avec la mallette.
2013: 48.19% pour Orton en rouge, mais seulement 6,2% pour Sandow en bleu.
2014: retour à une mallette unique, et 50% de bonnes réponses pour la victoire de Seth Rollins.
.
Résumons: sur 11 MITB Ladder Matchs pronostiqués jusqu'ici, seuls 2 ont été "très faciles" (Cena 2012 et Del Rio 2011). Trois ont été plutôt jouables: Rollins 2014, Orton 2013 et Ziggler 2012 (tous trois autour des 50% de bonnes réponses). Les cinq autres ont été de grosses, voire d'immenses surprises (les matchs à 1% de bonnes réponses, et même à 5%, c'est rarissime ici). A vue de nez, il s'agit d'une proportion plus importante que pour les autres types de matchs: à MITB, non seulement des midcarders sont mis en avant, mais en plus ce ne sont pas les midcarders attendus.
.
Tout ça pour dire que c'est vraiment une stip propice aux résultats "out of the box", justement parce que comme tu le dis très justement, le vainqueur a un an pour casher et peut donc prendre le temps de se révéler. Bon, je pense quand même que Reigns repartira avec la mallette dimanche, mais ça serait énorme (et génial) que ce soit Kingston...

Oui mais

Et tu le signales bien dans cette conclusion, depuis 2011, on a un taux de surprise bien faible: Seulement 2/7 ont été des surprises, la dernière (Sandow) a vu son cash-in foirer.
-
Je remets en cause la facilité de scénario qu'utilise désormais la WWE pour la majorité des matchs avec plus de 4 participants. Les EC où le champion vient défendre son titre se terminent toutes par la victoire du tenant. C'est casse-couille et globalement peu divertissant.

Hiérarchie des titres

Très bon article, merci! Mais je ne suis pas d'accord avec l'une de tes suggestions. Pour moi, il est important qu'on ait une hiérarchie des titres. Si Sandow, par exemple, avait cashé non pas sur Cena pour devenir champion du monde mais sur quelque Kofi ou Ziggler pour prendre le titre IC, je ne crois pas que le titre IC y aurait gagné quelque chose, pas plus que Sandow ou son adversaire. Sandow serait passé pour un con, et le prestige momentanément rendu au titre IC se serait évaporé dès sa première relégation en milieu de show. Quand t'as la possibilité de choper le truc le plus prestigieux, tu dois le tenter!
.
Ca pose plus largement la question de la hiérarchie des titres. Au fond, chaque catcheur est censé être un monstre d'ambition, convaincu de ses dons et de son droit divin d'être le meilleur, ou d'y prétendre. Ils s'en rappellent généralement début janvier, avant le Rumble: "Je vais surprendre le monde, gagner le Rumble et devenir champion du monde", s'écrient des midcarders et lowcarders avérés, qui se rappellent cette ambition quelques mois plus tard quand ils se retrouvent dans un match qualifiant pour le MITB Match. Le reste du temps, ils n'essaient à aucun moment d'entrer dans la Title Picture du titre suprême. Ils préfèrent combattre pour les titres secondaires, quand ils en ont l'occasion. Ca vaut encore plus pour les mecs qui sont en upper-midcard. Par exemple, pourquoi Big Show s'en prend au titre IC détenu par Ryback alors que y a un MITB Match qui arrive? Pourquoi ne fait-il rien pour être inclus dans ce match-là? On est censés accepter benoîtement que les catcheurs changent de priorité de façon aléatoire, c'est un peu relou je trouve.
.
Bon, cette digression (qui appelle peut-être des développements plus larges dans un article à part) étant terminée, bien vu (toi et madame) d'avoir remarqué que le premier règne est depuis quatre ans obtenu uniquement par cash-in. Comme tu le dis, ça s'est d'abord expliqué par le nombre de porteurs de mallette, deux par ans, sachant que la mallette allait presque toujours à un p'tit jeune qui n'en veut (longtemps, le MITB Match a été le rendez-vous des seuls midcarders, ce n'est qu'assez tard qu'on y a vu des Cena et des Orton). Maintenant, il n'y a qu'un titre et une mallette, les places sont plus chères — sauf erreur, depuis l'instauration de la ceinture unique, seul Rollins a été sacré champion pour la première fois, les autres (Cena, Orton, Bryan, Lesnar) ayant déjà détenu ce titre par le passé.
.
Mais finalement, et bien que ton article ait été très plaisant à lire et donne vraiment à réfléchir, je suis tenté de dire que la façon dont un premier titre (ou un deuxième, ou un huitième) est gagné. L'important c'est l'histoire racontée, la cohérence (mon mantra unique). Qu'un heel se démerde pour gagner la mallette et la casher au meilleur moment, j'achète complètement — Rollins trahit le Shield au bénéfice de l'Autorité juste avant le MITB, l'Autorité l'aide à gagner la mallette, puis il cashe au meilleur moment possible pour gagner et pour avoir la gloire absolue, je dis big up! En revanche, quand Ziggler, en mode heel show off, ne profite pas de Mania pour casher sur un Del Rio amoindri, je fais la grimace. A l'exception du cas Sandow, atrocement débile, la mallette a jusqu'ici été plutôt bien, voire très bien utilisée, de façons très différentes: à la loyale (RVD puis Cena), en mode prédateur (Edge, Ziggler, Rollins), en mode "anneau qui pervertit son porteur" (Punk, Bryan), en révélateur d'un heel turn préparé en secret depuis un moment (Orton). Et à l'inverse certains premiers règnes "hors mallette" ont débuté de façon peu glorieuse (Sheamus, Khali - dans un match à quatre je crois)...
.
Cette année, on peut avoir une nouvelle configuration. Reigns a promis de gagner la mallette et de la casher à la loyale sur Ambrose, une fois celui-ci devenu champion. On pourrait donc voir le porteur de mallette intervenir dans des Title Matchs non pas pour casher mais pour assurer la victoire de son pote, afin à terme de le défier en un beau combat fraternel et fair-play (avec toujours la tentation de céder au côté obscur et de casher quand l'occasion se présente, oubliant sa promesse). Un autre truc que j'aimerais voir un jour, c'est un porteur de mallette heel qui déciderait qu'il aurait le plus de chances de réussir son cash-in sur un champion qu'il considère faible, et qui essaierait de se démerder pour que le titre arrive sur un mec qu'il méprise. Imaginons que Sheamus gagne la mallette dimanche et que Brock redevienne rapidement champion: Sheamus pourrait essayer de faire en sorte que Lesnar perde le titre au profit de quelque mec plus faible, avant de casher sur ce dernier. Bref, il y a pas mal de récits possibles autour de la mallette, et sans mallette — tu le dépeins d'ailleurs dans tes scénarios de conclusion, qui forcément ne sont pas exhaustifs. L'essentiel, c'est qu'on mette de la cohérence dans les histoires, et le reste suivra, vu que les catcheurs du moment sont tous excellents! L'univers de la WWE (je ne parle pas du public là, je déteste cette formule horrible, WWE Universe, je parle bien de l'ensemble de règles qui sont en vigueur en kayfabe) offre énormément de possibilités de récits saisissants, qui hélas ne sont que trop rarement pleinement exploitées...

Finalement, cette mallette je

Finalement, cette mallette je l'aime beaucoup. Comme tu l'expliques, elle a donné naissance à des scénarios différents selon son porteur et il existe encore des dizaines d'autres possibilités. Je me focalise surement un peu trop sur la mallette (MITB oblige, c'était ma raison). Ce que je regrette surtout, c'est l'incapacité des scénaristes à nous raconter le premier couronnement mondial sans systématiquement passer par la mallette. Ce qui au final n'est qu'une façon d'obtenir un match dans de bonnes conditions et n'interdit pas le développement de ladite histoire. Mais avec Dean Ambrose et Roman Reigns, j'ai bon espoir qu'un des deux parviendra au sacre sans mallette.

Intéressant

Article très intéressant et ouvrant plein de perspectives.
je suis pour une mallette cashable sur les autres ceintures, ça enlèverait peut être le prestige mais on comprendrait qu'un mec hésite avant d'aller défier un porteur de ceinture comme l'était Brock Lesnar ou un autre avec une stable sous ses ordres.
-
Seulement, le récent PPV (et le raw suivant) a montré que la WWE n'arrivait pas a modifier ses plans scénaristiques afin de créer le doute... ON aura donc une énième version du chasseur chassé cette année.
-
Bien vu aussi, les nouveaux champions potentiels.

Petite correction

CM Punk était face sur son premier cash in contre Edge. Techniquement il l'était aussi sur le second contre Jeff Hardy et a turné par la suite car le public s'était retourné contre lui.

Merci pour cette correction.

Merci pour cette correction. N'ayant pas connu cette période, je n'étais plus très sûr de l'alignement des uns et des autres, même en checkant sur les internets. Je suis surpris de découvrir que CM Punk était face, mais c'est une bonne surprise !

Ne l'oublions pas

Ce pur moment de jouissance où le salaud suprême qu'était Edge en 2008, après avoir tout fait pour se débarasser de l'Undertaker et de Batista, subissait le cash-in surprise de CM Punk. Génial.
L'année d'après c'est un peu comme Orton sur Bryan, quand Punk cashe sur Hardy, il est face cinq minutes avant mais c'est clairement vécu comme une trahison par la foule.

What's up?




2009 - 2018
Relax Miz Girl, les CDC ne sont pas morts. Retrouvez-nous dans notre nouveau chez-nous.

Connexion utilisateur

Commentaires récents

Les Vignettes des Cahiers


Merde, j’ai toujours été nul au Puissance 4.


Retrouvez ici toutes nos vignettes !


Quotes of the Cahiers

"I'm gonna leave him in a pile of blood, and urine and vomit."
Brock Lesnar à propos de John Cena

"At 9 am Eastern time tomorrow, the WWE Network goes live. But the problem is you’re all gonna be so overwhelmed by the incredible content available, you won’t be able to turn it off. Adults will lose their jobs and kids will be expelled from schools for lack of attendance. In fact, you’re gonna be so mesmerized by the incredible content of the WWE Network that you won’t even have time to remove the garbage from your houses. Your places are gonna start to stink, rats will move in, and they’re gonna look like bigger pigsties than they already do. Ultimately, the government is gonna come along and condemn your homes and you will all be left homeless defending yourself on the street. Thank you very much."
Bad News Barrett

"He’s twisting him so much his twin brother is getting dizzy !"
JBL commentant un Giant Swing d'Antonio Cesaro sur l'un des frères Uso.

"I think I'm a little too old for you Jerry. I'm 26, I know you like them younger."
AJ Lee, à Raw, s'adressant à Jerry Lawler

"It looks like James Storm has had more partners than Taylor Swift lately, he should probably get tested"
Bad Influence

"Having watched that… I regret the doctors in Canada saving my life.”
Jerry Lawler, après le segment où Mae Young a accouché d'Hornswoggle.

"What's running through John Cena's mind? I don't give a crap what's running through his mind. What's more important is what's running down his leg."
Brock Lesnar

"Yes. Stop sending dumb tweets like this one. RT: @Kid_Antrim Any advice for me?"
Paul Heyman, sur Twitter

"With Kofi Kingston as the Intercontinental Champion, the bar has been lowered. And when the bar’s been lowered, mediocrity becomes acceptable. And when mediocrity becomes acceptable, society crumbles. And when society crumbles, civilization will end as we know it.”
Le Miz, Hell in a Cell

"Can you figure that? She's not able to get a date! I mean, even Natalya is able to get a date!"
Eve à propos de Layla

"I understand that you barbaric buffoons could easily eviscerate me and dispose of me like common trash. However, if you do so, I will not be a victim. I will be a martyr. A martyr for anyone who appreciates a sophisticated mind."
Damien Sandow, à DX.

"Apparently, giants can win the Super Bowl, but not matches at WrestleMania. You’re like ‘The Reverse Undertaker’. Who are you going to lose to this year? The boxer or the sumo wrestler?”"
Cody Rhodes au Big Show

"The Kliq is back, which is kind of ironic because "click" is the noise the audience's remote control makes every time Kevin Nash pops up on their TV screen."
CM Punk

"It's a conspiracy! C... O... N.... Spiracy!"
R-Truth

"I understand that... that Vince McMahon's gonna make money despite himself... he's a millionaire who should be a billionaire... you know why he's not a billionaire? It's because he surrounds himself with glad-handing nonsensical yes-men like John Laurinaitis, who's gonna tell him everything he wants to hear... and I'd like to think that maybe this company will be better after Vince McMahon is dead, but the fact is it's gonna get taken over by his idiotic daughter and his doofus son-in-law and the rest of his stupid family."
CM Punk

"These people are not Jimmies. They are the greatest fans in the world!"
John Cena, à R-Truth qui venait de qualifier le public de Raw de "Little Jimmies".

"Can you imagine if Sheamus wins this thing? I mean, the international ramifications, I mean the buyrate, I’m talking about the demographic change and everything? If Sheamus wins this match, it will be huge, not only for him but for the Smackdown brand."
Booker T., pendant un Title Match opposant le champion poids lourds Randy Orton à Sheamus.

"When I’m done with him, he’s gonna have barbecue sauce fueling out from his belly button like a geyser."
Michael Cole à propos de Jim Ross

"The WWE has gone from the powerful "Austin 3:16" to the dominant and iconic "can you smell what the Rock is cookin?"... all the way to "You can't see me"? You can't see me, what are you, playing peek-a-boo? Believe me, we all can see you. A blindfolded, sleeping, stuck in the basement Stevie Wonder can see your monkey ass. How in the hell do you think we can miss you come out here with your bright ass purple shirt, before that bright green shirt, bright orange shirt like a big fat bowl of Fruity Pebbles?"
The Rock à John Cena

"Jerry Lawler has forgotten more about wrestling than the Miz has ever known."
CM Punk

"If anyone says you can't do something, if anyone says you can't live your dream... Believe them, because you can't."
The Miz

"William Regal did the real work with this young man. Shawn Michaels took $3000 from him, that's all he ever did."
CM Punk à propos de la formation de Daniel Bryan

"I would RKO my own grandmother if it meant keeping this title. And then I'd RKO YOUR grandmother just to see the look on her face."
Randy Orton, à Sheamus

Virgil: - Ted, what are you going to do for protection?
Ted DiBiase, jetant un coup d'oeil à Maryse: - Go to the drugstore.

"Her teeth are going to be like the Ten Commendments after this match: all broken."
Alicia Fox, à propos d'Eve Torres

"Layla is not married. She deserves a good husband. I should marry her before she meets him."
Jerry Lawler

"If I suck, why would a Perry deli – the top Perry deli – name their top-selling sandwich after me? It's called the Swaggie. It smells like freedom."
Jack Swagger

"I realize how much of a starmaking performance I had in McGruber. The reviews have been off the charts. As a matter of fact, they are speaking of a possible early Oscar nomination."
Chris Jericho

"I'm sure your mom's uterus is awesome."
Vicki StElmo à Vladimir Kozlov

"If we were in your era, I'd put a Sharpshooter on you faster than you can put a pair of cheap sunglasses on an ugly kid."
The Miz, à Bret Hart.

"When I look at you I don't see fans. I don't even see people. I see money, money, money, money. Dollar signs, dollar signs, dollar signs, dollar signs. With some of you, a lot of dollar signs because I see a lot of fat people in the audience and I know you paid for two seats. Thank you very much!"
Batista à Raw.

"We are real women with the body that God created us with."
Mickie James, la femme aux implants mammaires en silicone qui explosent dans le ring.

Don Johnson: "This is a mistake!"
The Miz: "Mistake? No. Pink shirts and white suits, that is a mistake."

"One nation under Punk, undivisible, with integrity and sobriety for all!"
CM Punk

Michael Cole: "Our guest at ringside, Marisse. Welcome."
Maryse: "Oh my god, Michael Cole, you vintage nerd. You can't even say my name right. I should punish you and just give you my French kiss."

"If I see you in my match tonight, I'm gonna tear your intestins out and jump rope with it. And that's not all. I'm gonna take my two fingers, I'm gonna dig up your nosedrills and I'll rip your brain out. And I'm gonna put it in a newspaper and I'm gonna smash it against a window."
Mike Tyson à Hornswoggle

Ted DiBiase: "My movie, the Marine II, is superior to the original Marine."
Cody Rhodes: "Ted, my fifth grade graduation video is superior to the original Marine."

"I'm on Raw, you're on Smackdown... Long distance relationships don't work, Chris."
Big Show

Jerry Lawler, après une promo de Maryse où elle a qualifié Melina de "petite poupée": "Did she just say poupée? Do you know what that means in French?"
Michael Cole: "What?"
Jerry Lawler: "I... I can't say it!"

"I respect her. There are a lot of things that she does that I couldn't do, being the size that she is."
Michelle McCool à propos de Mickie James.

"We have MVP on the stage, and PMS in the ring."
Goldust, à propos des divas assemblées dans le ring pendant les Slammy Awards 2009.

"It was kind of like the 300 at the battle of Thermopylae, but with better abs".
John Morrison à propos de la fin de son match à Survivor Series, quand il s'est retrouvé à 1 contre 3.

"Hi, I'm John Morrison, and one time I drove my Lexus 700 miles on a tank full of my own urine."
John Morrison

"I always said if I could put my brain in Andrew’s body he’d be a 20-time world champ."
Edge à propos de Andrew "Test" Martin