Sondage

Cela fait maintenant un mois tout pile que Jinder Mahal est champion de la WWE. Selon vous::

Janvier / Juin 2015 : Résumé de six mois de tape

Il est temps de faire le bilan.

Charles Pasqua

 

Six mois se sont écoulés en 2015. Mathématiquement parlant, nous avons donc bien atteint la mi-année. Une première moitié qui fut riche d’événements puisqu’elle compte déjà sept PayPerView. Alors, à l’issue de ce semestre un, la WWE a-t-elle comblé nos attentes ? Quels sont les grands enseignements que nous pouvons tirer aujourd’hui, avant d’aller à la plage ? Des surprises ou des confirmations ? Des joies ou des déceptions ? Penchons-nous un peu en arrière, tout en souplesse. Avant de regarder devant et d’aborder avec attention la seconde partie de l’exercice.

 

 

Tristesses, joies et plafonds de verre.

 

 

Bilan de la première moitié de l'année 2015

 

 

LES RÉUSSITES

 

 

Des PPV qui assurent

 

En 2015, dès février, la WWE se lance dans un tout nouveau concept scénaristique (les anciens me diront s’ils ont déjà connu pareille époque) : les weeklies sont poussifs, les rivalités bancales et les affiches pas toujours alléchantes, mais les dimanche soir donnent le grand spectacle.

Au premier rang bien sûr, l’excellente édition de WrestleMania qui sert de baromètre à l’année en cours. Pourtant, les inquiétudes étaient existantes du côté des suiveurs avant le déroulement du Superbowl du catch : raté total du push de Roman Reigns, présence de vieux dont on doutait des capacités physiques, et surtout Road pourrie. La fédé de Stamford a pourtant su sortir un spectacle de très bonne qualité ce soir-là à Santa Clara que certains qualifient (peut-être un peu exagérément) comme la meilleure de toutes les éditions. Retenons surtout la bagarre somptueuse entre Rollins et Orton, quelques instants avant que le chacal ne se couvre d’or après avoir profité du face à face titanesque entre Reigns et Lesnar, où le sang coula et où la foule vibra.

 

 

PG City, Bitch !

 

 

La suite fut à l’avenant : malgré des histoires racontées pas toujours pertinentes, les attentes ont été plus que comblées lors des grands rendez-vous. Extreme Rules assure correctement, avec notamment un Big Show/Reigns en Last Man Standing qui surprend tout le monde et prouve, s’il le fallait, que le Samoan est une force de la compagnie. A Payback, le niveau hausse d’un ton : après un beau combat entre Sheamus et Ziggler, puis un spectaculaire match en trois manches par équipe voyant le New Day battre Cesaro-Kidd, nous assistons à un épique fight à quatre pour le titre suprême. Où Orton, Reigns, Ambrose et Rollins donnent presque vingt-cinq minutes de régal catchesque, entre trahisons, nostalgie et héroïsme.

 

 

Les belles soirées ont des fins un peu difficiles.

 

 

Plongée dans un rythme effréné d’un PPV par quinzaine, la WWE se perd un peu et sort du tiroir l’Elimination Chamber, stipulation extrême qui aurait mérité de revenir pour l’or mondial lors d’un grand show. Surprise par le désistement de Rusev au sacre annoncé, la fédé passe totalement à côté du match Intercontinental. Qu’importe : un petit nouveau, Kevin Owens, a donné un combat qui justifie à lui seul l’existence de la soirée, avant que Dean Ambrose ne fasse rêver pendant quelques secondes à l’issue d’un bon match l’arène difficile de Corpus Christi.

 

Le rythme persiste à Money In the Bank, où trois affrontements sortent du lot : celui pour la mallette, la stratosphérique deuxième manche du fight Owens-Cena, et la guerre des échelles entre Ambrose et Rollins pour le trophée suprême.

 

Dira-t-on de 2015 qu’elle fut l’année des PPV ? On verra si les catcheurs continuent sur leur lancée, mais à part l’épisode un peu particulier du Rumble (qui a quand même offert un Triple Threat exceptionnel pour le titre), chaque show payant a assuré le spectacle. Avec un Battleground déjà riche en belles affiches et un Summerslam qui se profile, gageons que l’été sera encore chaud !

 

 

Seth Rollins is pure gold

 

Notre catcheur de l’année 2014 aux CdC est bien parti pour doubler la mise. C’est peu dire que l’ancien Tyler Black a crevé les écrans en ce début d’exercice. On le savait déjà, mais plus personne ne peut le nier : cet homme a tous les talents. Catcheur complet, spectaculaire, aérien, il sait mélanger à la perfection le vice inhérent à son personnage et la vista qui scotche le public à son siège/écran. Avant même que 2014 ne meure, il brille de mille feux infernaux en torturant Edge et Christian sous les yeux benêts de Cena pour faire revenir l’Autorité au pouvoir. Il en gagne une place dans le match pour le championnat du monde au Royal Rumble, inclus entre le Marine et le champion Lesnar. Il passe le mois de janvier à rivaliser au micro avec Paul Heyman dans des promos délectables, avant d’être l’élément détonateur du meilleur match du semestre. Puis, après avoir claqué le showstealer de WrestleMania face à Orton, il encaisse enfin sa mallette et devient un champion du monde ultra-méritant.

 

 

Un homme pressé.

 

 

La suite est moins glorieuse pour son personnage, puisque de fantasque surdoué il endosse le rôle ultra-usé du champion lâche et protégé, comme Randy un an avant. Cela ne l’empêche pas de briller encore entre les cordes et de poursuivre avec Dean Ambrose une rivalité qui à mon avis s’inscrira dans le temps et dans les livres d’Histoire du catch (si tant est qu’ils existent). Même si son règne de champion parait très fortement menacé dans les semaines à venir, il est certain que l’Architraitre continuera à éclabousser la WWE de son immense talent pour le deuxième semestre 2015, et pour encore quelques années. La fédération a confiance en son poulain. Il a main-eventé les deux derniers Live en France, c’est une preuve non ?

 

 

Tonnerre d’Owens

 

En décembre 2014, il fait ses débuts à NXT en ciblant violemment le champion Sami Zayn, à qui il ravit le titre deux mois plus tard. Après avoir écœuré et meurtri tous ses rivaux du show jaune, il débarque un beau soir de mai à Raw pour s’en prendre à John Cena, lui lancer un défi et le battre dans un match exceptionnel à Elimination Chamber. On ne peut pas dire que Kevin Owens perde son temps. Si l’on se focalise sur son entrée dans le roster principal, le Québecois a fait très fort en moins de deux mois. Non content de ne défier rien de moins que la plus grande icône encore en activité dans le catch, il se paye le luxe de la battre à la régulière et de l’humilier à chaque joute verbale. Certes, à Money In The Bank il perd la revanche mais en sort grandi : en plus de pousser le Marine dans ses derniers retranchements, il lui offre un tabassage post-match délectable.

 

 

On n’avait pas vu un travail aussi jouissif de la part d’un Québecois depuis François Pérusse.

 

 

L’ex Steen est dans la place. A 33 ans, celui qui a ferraillé toute sa vie pour se retrouver là sait que son temps est limité. Le roi de la ROH ne fera pas de la figuration et sa place à Raw doit être celle d’un grand. Fort de toutes ses qualités, et malgré un exceptionnel jeu de méchant, l’homme a bien du mal à rester impopulaire. Les « Fight, Owens, fight ! » se multiplient et ses T-shirts se vendent comme des petits pains : le maître de la Powerbomb est une plus-value énorme pour la WWE qui semble l’avoir bien compris. Les autres se pousseront pour lui faire de la place. K.O est un futur champion du monde. Dès cette année ?

 

 

Le meilleur des rosters

 

Difficile de tout détailler, mais avec l’avènement d’NXT qui a vu l’arrivée de nouveaux grands noms cette année, la WWE semble posséder en son sein le meilleur roster depuis des années. Pour ma part, je n’ai jamais vu un aussi beau panel de talents. Les scénaristes ont largement de quoi renouveler en permanence les rivalités, les places dans la carte, et les combinaisons. Ce qui va entraîner peut-être la multiplication de règnes et de rivalités courtes. Alors qu’à la fin des années 2000 nous avions toujours les mêmes noms autour des ceintures mondiales, tout semble pouvoir changer rapidement. Rollins et Ambrose, les jeunots du Shield, se sont déchirés pour le titre poids lourds alors que Lesnar manifeste à nouveau son intérêt. Les main éventers établis que sont Cena et Orton alternent entre haut niveau et valorisation des jeunes. Ces jeunes qui peuvent, à guise, s’intéresser à un titre intermédiaire ou voir plus haut. Rusev a rempli pleinement son rôle et montré que l’on pouvait compter sur lui pour sortir des gros matchs. Ziggler, Harper, Wyatt, Barrett tournent entre deux eaux mais semblent pouvoir rapidement venir dans le haut du panier. Sheamus se prépare à un retour au premier plan avec une future ceinture mondiale. Sans oublier les Zayn, Hitami, Balor et Samoa Joe du territoire de développement. Il va devenir difficile de rester longtemps dominant, et c’est tant mieux !

 

 

Et non, le Boogeyman n’a pas prévu de revenir.

 

 

LES DÉCEPTIONS

 

 

La catastrophe Reigns

 

Avec le recul, cette histoire est un peu folle. Pourtant échaudée par l’accident Batista en 2014, la WWE sombre exactement dans les mêmes erreurs lors du Royal Rumble : à coups de ficelles énormes, elle impose un vainqueur objectivement talentueux mais encore un peu juste pour un tel adoubement. Roman Reigns, la force brute du Shield, est pressenti depuis des mois pour devenir le nouveau héros de la compagnie, celui qui mettra fin au règne de la Bête Lesnar. Alors que le public adhérait complètement au personnage à la scission du gang, les scénaristes nous écœurent à force de jouer avec son Superman. Lorsqu’adultes, femmes et enfants veulent voir la victoire du petit barbu Bryan, ils accueillent avec les huées le succès du Samoan. L’opposition du Big Show et de Kane, ainsi que le soutien du Rock ne font qu’enfoncer le clou au lieu d’aider la popularité du jeunot. Le public déteste se faire forcer la main. Le Rumble se finit dans une ambiance déplorable, et le rejet des fans est total.

 

 

Bah je comprends rien moi, avant je descendais par les gradins et je disais « Believe dat », et maintenant c’est pareil mais les gens m’aiment plus.

 

 

Un mois plus tard, Daniel Bryan est réquisitionné pour servir de faire-valoir au Powerhouse dans un match de qualité, mais le mal est fait. Toutes les apparitions de l’homme en noir se font sous les sifflets, et lors du Grand Soir, nombreux sont les spectateurs qui se réjouissent de voir Brock détruire méthodiquement le héros raté. Comprenant qu’ils ont été écoutés en voyant le beau Roman s’incliner, les fans redeviennent plus indulgents. Nostalgiques aussi, puisque ce printemps les scénaristes jouent sur la corde sentimentale en plaçant le Samoan en défenseur de son ami de toujours Ambrose. C’est bon, c’est gagné : à coups de beaux combats et de sauvetages héroïques et altruistes, Reigns a retrouvé le sourire et la confiance de la foule. Cet homme sera un jour champion du monde. Espérons juste que la WWE saura le faire bien, ce coup-ci.

 

 

Bryan, un p’tit tour…

 

C’est la grande bonne nouvelle de la nouvelle année : après plus de six mois d’absence, l’enfant chéri du public est de retour. Soigné de sa blessure au cou, Bryan revient dans le jeu. Malgré la gravité de ses problèmes, qui ont failli l’éloigner définitivement des rings, l’American Dragon reprend comme si de rien n’était son style de catch tête brûlée. Il règle ses comptes dans une rivalité brutale avec Kane, fait une apparition éclair au Rumble, puis met en valeur Roman Reigns dans un beau match à FastLane. Son objectif pour WrestleMania est la ceinture blanche Intercontinental. Le soir venu, dans un match à échelles face à six ennemis, il s’empare du titre. Il ne le défendra que le lendemain face à Ziggler : les blessures sont de retour, Bryan part d’abord se reposer, puis finalement doit rendre les armes. Son titre est déclaré vacant, et exactement comme en 2014, il part sans aucune certitude sur son retour.

 

 

J’ai six mois pour trouver de qui-est ce que je vais gâcher le push en revenant au Rumble pour perdre et faire scander mon nom par toute la foule.

 

 

L’histoire a fait couler de l’encre et suer des claviers : Dani a-t-il été trop optimiste, voire inconscient, en revenant en janvier ? Aurait-il dû faire plus attention, au lieu de continuer à sauter hors du ring la tête la première ? La WWE a-t-elle fait de son mieux pour le protéger ? Tel un centriste lâche, je ne prendrai aucune position en disant que c’est la faute à personne. En vrai, personne n’a la réponse, mais le barbu risque de nous manquer longtemps…

 

 

L’enterreur enterré

 

Peu de moments dans le monde du catch ont été aussi riches en émotion que la défaite de l’Undertaker à WrestleMania face à Brock Lesnar. 21-1, la fin d’un mythe. Vu que cela faisait des années qu’on nous rabâchait les oreilles sur la rengaine de « If the streak dies, the Undertaker dies », on ne pensait ne plus revoir l’homme mort. Surtout qu’il ne daignait plus venir catcher que pour le Show des shows, ce qui prouvait que seule son invincibilité semblait l’intéresser.

 

Sauf qu’au moment des adieux, il n’y en a pas eu. Défait par la Bête, le natif de la Vallée de la mort est parti hébété sans mot dire. Il semblait étrange de finir ainsi une carrière de légende.

 

C’est qu’en fait, la WWE n’en avait pas fini avec l’Undertaker. Histoire de… Bon on ne sait toujours pas la raison réelle de son retour, mais le Phenom relève le défi incohérent de Bray Wyatt et revient sur son ancien jardin. Entre lui et le gourou du Bayou, la filiation tient la route. Et puis, on a beau trouver complètement illogique ce come-back, nous sommes des millions à frissonner lorsque la cloche sonne et que l’être venu  de l’enfer gagne lentement le ring. Ne niez pas, je vous ai vus.

 

Sauf que. Ce qui aurait pu être un petit baroud d’honneur est un fiasco total : le petit jeune s’est blessé avant la rencontre, combat sur une jambe et ne peut accélérer le match. Mark Callaway est définitivement cuit et malgré le soutien de la foule, l’affrontement fait peine. Surtout, la magie s’est totalement envolée avec la streak : à chaque pinfall tenté par Bray, personne ne retient plus son souffle. Si le gros barbu s’impose, et bien… finalement ça ne sera pas grave. Au final, c’est bien le Dead Man qui l’emporte. Ça n’efface pas sa défaite précédente, ça ne valorise pas du tout le jeune adversaire, et ça n’ajoute aucune émotion à la légende. Tout dans cette rivalité était dispensable. Mais il fallait à tout prix une place pour la Faucheuse à WM 31 pour continuer la série avant de, pourquoi pas, finir un peu mieux dans un an au Texas. On l’espère.

 

 

Une pancarte indémodable depuis vingt et un ans.

 

 

Les âmes en peine

 

Rappelez-vous quelques lignes plus tôt la bonne nouvelle quant à la qualité du roster.

 

Cela ne va pas sans causer quelques soucis : le temps d’antenne n’est pas extensible et la WWE se trouve clairement devant un problème de riches. Raw a déjà trop de talents pour occuper correctement toute le monde en permanence, et de nombreux excellents catcheurs connaissent de petits passages à vide avant de pouvoir relancer la machine. Avec la poussée des jeunes, le souci s’amplifie. Certains athlètes ont prouvé leur potentiel pendant plusieurs années à NXT. Une fois qu’ils en ont fait le tour, ils sont logiquement envoyés dans le grand bain… Même si la place manque. Pour le moment, en 2015, les montées sont dures. La terrifiante et efficace équipe Ascension du show jaune est pour le moment un ridicule duo de ringards. Les populaires Lucha Dragons ont des apparitions écliptiques. Neville bénéficie d’un peu plus d’attention, mais l’ancien champion NXT reste un honnête lutteur de midcard.

 

La situation est encore plus cruelle pour certains anciens espoirs. Ceux qui furent jeunes, ont vécu dans l’ombre des légendes de la fin des années 2000 et se retrouvent désormais plus vieux que les prodiges qui débarquent. Cody Rhodes-Stardust est aux abois en 2015. Transparent, sa rivalité contre son frère est totalement avortée en cours de route. Même situation pour Jack Swagger, l’ancien champion du monde a perdu son Zeb Colter, sa gimmick et ses apparitions. Je crains qu’ils ne s’en relèvent pas.

 

 

Tel un papillon de nuit, Stardust est attiré par le point lumineux… Et tourne en rond autour depuis six mois.

 

 

Alors que les ex-Shield continuent de truster les podiums, on attend toujours la mise en valeur des anciens membres de la Wyatt family. Si Bray a eu les honneurs d’un match contre l’Undertaker à WrestleMania, rien ne prouve encore que 2015 sera son année, comme il l’annonçait au Rumble. Il erre sur la carte de la WWE, frappant au hasard tous les gentils de la midcard, sans bénéfice pour sa carrière. Quant à Harper et Rowan, ils sont finalement retournés ensemble, ce qui pouvait peut-être leur arriver de mieux.

 

Bref, les scénaristes et décideurs de Stamford vont devoir faire dans les mois/années qui viennent des choix cruciaux. Vu la qualité et la quantité de la troupe, certains catcheurs seront certainement sacrifiés et n’auront pas la carrière qu’ils méritent. Dans tout cela, la foule jouera un rôle déterminant, et espérons que la popularité excellente de Ziggler et Cesaro les entraine vers de belles aventures.

 

 

Selon que l’on soit bon public ou exigeant, charmant ou ronchochon, l’on peut toujours voir le produit rendu par la WWE sous des spectres différents. La plus grande fédération du monde a en toute logique les meilleurs catcheurs sous sa coupe. Les utilise-t’elle du mieux possible, la question se pose, la réponse est probablement nég       ative. Sur ces six derniers mois nous avons tout vécu. L’entêtement des scénaristes à vouloir créer des héros de force a entrainé la déroute du Rumble. Il faudra aussi un jour remettre en cause la pertinence de l’Autorité et ses décisions totalement incohérentes sur le long terme. Mais nous avons vu aussi des matchs extraordinaires, nous avons vibré aux exploits des anciens du Shield et des nouveaux venus. Et vous alors, qu’avez-vous retenu de ce début de 2015 ?

 

 

Dean Ambrose a retenu la ceinture. En otage.

 

 

Baisse de régime

Pas ton article mais la WWE.
Oui, l'espoir réside dans les jeunes et dans NXT, mais fort est de constater que des derniers arrivés, seul Owens a marqué les esprits d'un poing. Neville est quand même un ancien champion et il se retrouve doté d'un personnage lambda, virevoltant comme le fut Evan Bourne.
-
La WWE a toujours (ou presque, si je me trompe, répondez moi) la même construction de son année.
Rumble marquant le challenger numéro 1 -> Mania avec des anciens, des matchs importants et le taker -> petite descente -> GROS WTF au mois de mai: Lancement d'une longue storyline avec Summerslam -> Chute navrante dès Septembre et trois mois à se demander pourquoi on regarde cette merde.
-
Là, je trouve que c'est laborieux dès le début de l'année, j'ai rien contre l'AUTORITÉ mais j'aimerai tant que ça soit cohérent.

2015

2015, l'année où la WWE prend la place de la TNA comme pire fédération de catch sur la planète.
Un article entier (bien écrit au demeurant) pour se convaincre que tout n'est pas si mal, finalement, dans une période (en gros sur ces deux dernières années) où la concurrence est de plus en plus présente, accessible et de qualité. Autant dire que ça bande mou, en se raccrochant à la demie douzaine de bons matchs qui ont eu lieu depuis le début de l'année, noyée dans les 6 heures de médiocrité hebdomadaire. En invoquant la rivalité Cena/Owens, la seule réussie parmi 6 mois où "catastrophique" semble être le terme qui décrit le plus souvent la qualité du booking. Mention spéciale à la bonne tranche de rigolade du "meilleur roster du monde", qui traduit une belle vision avec des verres teintés en rose d'une fédération où le Miz, le Big Show et Ryback, s'affrontent pour un titre, et où les ceintures par équipes sont détenus par les Prime Time Players. Une fédé où un vétéran de 47 ans qui n'a pas eu un bon match solo depuis dix ans joue encore les premiers rôles (mais si, puisqu'on nous dit qu'il n'est pas si mauvais, et puis il est fiable, alors tout va bien !) Six catcheurs qui n'auraient de place dans aucun autre roster au monde.
.
Je ne suis pas étonné que les nombreuses personnes, ici, qui confondent catch et WWE soient de plus en plus à en être dégoutés, au point de ne plus regarder que les PPV (et encore). Mais quand je me dis que ces mêmes personnes sont à un clic d'un produit différent (et je ne vise aucune fédé en particulier) sans daigner aller chercher ailleurs, je pense que parfois on a le catch qu'on mérite...

le catch qu'on mérite

Moi je vais revenir que sur cette magnifique phrase qui m'a fait passer une bonne après-midi sur la tribune hier.
J'ai une question que je me pose et dont je n'ai pas la réponse: à qui la WWE cherche à plaire ?
Parce que clairement, Major, que toi ou moi et à peu près tous les membres des CDC arrêtent de regarder la WWE pour se mettre à la LU, je crois que la WWE s'en fout. Et je crois même que la LU s'en fout aussi. Nous sommes des spectateurs passifs (le streaming, et le téléchargement ça ne compte pas pour la WWE) et nous consommons très peu de produit WWE (un house show de temps en temps pour une petite dizaine). Du coup la WWE ne cherche pas à nous plaire. Pour Raw et Smackdown le but c'est bien de faire de l'audience sur USANetwork ou Syfy donc de plaire à d'autres gens que les fans hardcores. Mais pour les PPV et les emissions du Network, là la WWE cherche à plaire aux fans qui dépensent (ce qui peux expliquer la qualité de NXT par rapport à Raw). Et pour TotalDivas, la WWE cherche à plaire aux femmes qui regardent dégà les Kardashians et autres trucs de E!. Donc pour moi, on a pas le catch qu'on mérite on a le catch que l'américain moyen veut (ou ce que la WWE pense de ses désirs) et mérite.

Je te laisse...

...regarder les ratings de cette semaine. Je ne sais pas à qui la WWE cherche à plaire, ce qui est certain c'est qu'elle ne plait pas à grand monde.
J'ai toujours plaidé pour une abolition de ces notions factices et dépassées de public smart (l'IWC) et public mark (ceux qui vont dans les arenas et disons le mec moyen devant sa télé). Le catch est un produit de niche, et de plus en plus de fans sont avertis. Les deux populations sont entremêlées assez profondément, et si la WWE n'a pas réalisé que de ce côté là, la situation n'est clairement plus la même qu'il y a 5 ans, c'est clairement une erreur fondamentale qu'elle fait.

J'ai regardé les ratings.

Raw la semaine dernière (ma source c'est Tvbythenumbers), c'est environ 3.6M de gens (2eme audience du cable derrière la coupe du monde de foot). Smackdown c'est 2.4M sur Syfy.
Les PPV c'est 140000 achetés pour le Rumble. le Network c'est 1.3M de gens (dont 200000 à l'étranger). Donc en gros il y a plus du double des gens qui regardent Raw par rapport à PPV!
Pour la Lucha Underground c'est moins clair parce que c'est diffusé sur 2 network (ElRey et Unimas), mais PWTorch annonce entre 250000 et 300000.
Donc mon hypothèse de base se confirme. Raw et Smackdown touche une plus large audience que les PPV (ou les emissions du network). Audience qui n'est peut-être pas sur internet d'ailleurs. Du coup c'est normal que la WWE cherche à plaire à un public différent pour ses émissions là (le fait qu'il y arrive ou pas, ou que ses audiences ou pas, est un autre débat). Du coup je le repète pour Raw et Smackdown on a pas le "catch qu'on mérite" comme tu dis, mais on a le catch que l'américain moyen mérite. Après on peut faire comme toi et choisir de ne télécharger (ou streamer) que le "catch de qualité", mais je pense que la WWE (et la LU aussi) s'en moque vu que c'est pas avec toi qu'ils font de l'audience ou du chiffre. Du coup elle ne cherchera jamais à te plaire (ou à plaire aux superfans).
En gros ça me fait penser au débat: Comics contre films ou séries télé.
Quant à ton avis sur l'IWC = tout le public (spectateur et téléspectateur) de la WWE, je ne le partage absolument pas. Il y a pleins de choses que je fais et que j'aime dans ma vie et dont je ne parle pas sur internet. Je pense que je ne suis pas la seule loin de là. Et que même si l'IWC est importante (et que la démarcation mark / smart) à changer, elle ne représente qu'une partie (je suis même pas sure que ça soit plus de 50%) des fans de catch.

Je suis d'accord avec Major sur l'IWC

Y a qu'à voir la réaction des foules dans les salles. Les gens qui vont dans les stades et payent donc une blinde c'est censé être en majorité des casual fans. Ben les exemples sont innombrables de réactions massives de ces foules totalement hostiles au booking de la WWE et clairement estampillées "IWC". Les foules ont porté au pinacle Bryan et le Shield époque heel, elles ont conspué Cena et Orton, elles ont été totalement indifférentes pour le dernier match du Taker à Mania mais en feu pour Cesaro, etc etc etc. Et à mon avis cette approche vient d'une culture acquise sur le net. Tu dis que y a plein de choses que t'aimes dans la vie mais dont tu ne parles pas sur le net; ok, mais ne lis-tu rien sur le net sur ces choses mystérieuses? Le type qui ne prend pas la peine de poster mais qui lit les sites de référence de l'iwc, ça doit être plus fréquent qu'on le croit parmi le public casual...

Public casual?

Est-ce-que les gens qui payent des places pour aller au show sont vraiment casuals? Par rapport au mec qui regarde ça d'un oeil tous les lundis soir?
Et c'est bien là la difficulté de la WWE elle doit plaire à des publics très différents toutes les semaines: les spectateurs du show, les abonnés du network (les fans on va dire), et les gens qui regardent passivement devant leur télé. Bien sur que les 3 se mélangent en partie, mais pas entièrement. Et je ne suis pas sure que la WWE réussisse à résoudre cette équation cette année.
Attention, je ne prétends pas avoir la réponse à cette question. Mais je tenais juste à souligner que Raw et Smackdown touchent manifestement un public plus large à la télé que n'importe quel autre produit de catch. Et donc ça me parait normal que le produit soit différent et qu'il puisse ne peut pas plaire à un fan de catch comme Major.

C'est juste

Oui y a des millions de personnes qui regardent Raw et SD, contre, allez, quelques dizaines de milliers qui vont aux shows. Mais comment savoir ce qu'aiment les premiers? Les chiffres de l'audimat, sur lesquels on sait que la WWE se penche de très près, peuvent être assez trompeurs (genre "y a eu une baisse de ratings au moment de la promo d'Untel, ça veut dire que les gens l'aiment pas", alors que ça se trouve c'est juste qu'à ce moment-là ils sont allés coucher les gosses ou zapper sur telle émission, whatever). Le meilleur indicateur de leurs desideratas, à mon avis, reste encore le comportement du public dans les salles. Ne serait-ce que parce que ça a un impact sur le spectateur: le casual qui se mate tranquillou un Orton-Cena dans une ambiance où les spectateurs présents hurlent "this is bullshit", il aura tendance à se dire que y a quelque chose qui cloche, idem quand il entend Cena se faire conspuer à son arrivée... Au contraire, si le public au stade est à bloc, celui devant sa télé se dira plus probablement que c'est de la balle, ce qu'il y a dans le ring... Donc la WWE devrait faire en sorte de satisfaire la salle, et comme la salle c'est pas mal de smarts, ben faut qu'elle satisfasse les smarts (ce qu'elle fait d'ailleurs: Owens a dégommé Cena, alors qu'il y a encore quelques années, j'imagine qu'il se serait fait marave et humilier avant de passer sa vie dans des feuds poussives de midcard; et je parle même pas de Occupy Raw, etc. La compagnie sait mettre en scène sa propre reddition face aux fans, c'est l'un des aspects les plus fascinants du catch pour moi).

mais t'es idiot hein?

Raw est sur USA Network, Lucha sur El rey.
En gros, tu veux dire que Extreme Animalia sur la chaine 1664 de ta freebox n'a pas le public qu'elle mérite?
Les gens regardent ce qu'ont leur propose. Si ils veulent chercher des trucs undeground, ils vont là bas. Fichtre.

T'as entendu avant LUcha de cette chaine? El Rey? NON. C'est comme la TNA sur Destination America, mais bizarrement, on peut (pas toi) leur chier dessus.
-
Ton passage sur l'écho donné par l'IWC et ceux qui les relève me fait marrer mais a un point. tu es le premier a causer de Dave MesCouilles, du Cagematch allemand. C'est ce que tu es.

Voilà.

Voilà.

#dodo

Heureusement que tu es là pour nous dispenser ta sagesse légendaire en tout cas, c'est toujours un plaisir de te lire en train de nous donner des leçons sur tout et... n'importe quoi.
.
++

Ouais, okay.

Ouais, okay.

"Autant dire que ça bande mou"

Je retiens surtout ça. Des Kane en main event, des Miz vs Ryback, des divisions féminines bookées avec le cul, tout ça je peux vivre avec. J'aime pas, c'est nul, mais je peux vivre avec. Mais depuis Mania qu'est ce qu'on se fait chier purée!
.
Après que la WWE soit pas au niveau qualitatif des autres fédés c'est pas nouveau. A la limite c'est même pas la question.

Six catcheurs qui n'auraient de place dans aucun autre roster

Ces six sont donc Big Show, Ryback, le Miz, Kane et les PTP. Je vois bien l'hyperbole volontaire, mais faut peut-être pas abuser, hein. Y a combien d'anciens de la WWE à n'avoir retrouvé de place nulle part ailleurs? (vraie question)
.
Sur ta dernière phrase, je ne te jette pas la pierre, je me sens directement concerné. J'ai pas le temps d'aller voir le reste, alors que je suis quasi certain que j'adorerais la LU bien plus que la WWE actuelle — même si celle-ci, du fait même de son énorme histoire, reste capable de moments grandioses inaccessibles à la concurrence. Pour revenir sur le roster, il me semble assez communément admis qu'en qualité pure, la WWE a effectivement le meilleur roster du monde, et ce ne sont pas les quelques catcheurs moins bons du lot qui suffisent à changer ce constat. Quelle autre fédé a une telle richesse? Lesnar, Cena, Orton, Bryan, Ambrose, Reigns, Rollins, Sheamus, Ziggler, Wyatt, Rusev, Owens, Neville, Zayn, Balor, Itami, Kingston, Harper, et j'en passe, t'as quoi pour contrer ça? Meilleur roster ne signifie pas meilleur produit, évidemment, mais en termes d'expérience, de talent et de diversité, on fait difficilement plus fort. Je suis cependant très désireux de publier un papier où tu expliquerais par A+B (quitte à forcer le trait ;-)) que la LU, la NJPW ou je ne sais qui d'autre a un roster plus impressionnant!

Les catcheurs

Parmi ceux qui n'ont pas trouvé de place, je prends par exemple le roster du jeu vidéo sorti il y a 6 ans : https://en.wikipedia.org/wiki/WWE_SmackDown_vs._Raw_2009

Faisons un petit tour des catcheurs cités : JoMo a pris une pause et est ensuite revenu à LU avec succès. Jesse (Doc Gallows) et Shelton Benjamin sont des midcarders à la NJPW, Evan Bourne a le même statut à la ROH. Mysterio a eu le destin qu'on sait, Matt Hardy a catché avec son frère à la TNA et la ROH avec plus ou moins de succès. Pour le reste, Elijah Burke et Brian Kendrick n'ont pas fait leur trou à la TNA, idem pour Charlie Haas à la ROH. Paul London a du catcher une dizaine de fois en indé, la plupart du temps avec Kendrick. Super Crazy est retourné au Mexique, Carlito est retourné dans la fédé de son père à Porto-Rico. Big Daddy V et Lance Cade sont morts sans jamais avoir rien fait ailleurs, idem pour Umaga. Snitsky, le Boogeyman, Candice Michelle, Jillian Hall, Jesse, Ashley, Ted Dibiase n'ont pas catché ailleurs.
.
Sur le roster, c'est le plus grand, mais pas le meilleur en terme de densité de bons catcheurs. LU est supérieur, la NJPW et la ROH sont à égalité.

ça rejoint ce que je dis

Ce que j'ai bien cherché à souligner c'est la qualité du roster actuelle.
A mes yeux en tout cas : quand j'ai commencé le catch, en 2008 et pendant les deux-trois premières années, il y avait la nette domination des légendes quadragénaires (Michaels, Triple H, Batista, Jericho, Edge, Undertaker et Cena-Orton) et ensuite en retrait tout un roster pas terrible terrible. Un JoMo pour beaucoup de Chavos Guerreros ou de Ted Dibiase.
Aujourd'hui en 2015, la WWE a des talents à tous les niveaux et c'est bien un grand mélange, voire une transition à laquelle nous assistons. On l'a déjà souligné mais réunir dans une même écurie les anciens Castagnoli, Steen, Kenta, Devitt, Black, Moxley, El Generico, Samoa Joe, avec Ziggler, Bryan, Barrett, Lesnar...
c'est quand même du level. Et je sais que je parle sans trop savoir puisque je ne regarde pas les autres fédés, mais je lis souvent les articles en français ou les news de la planète catchesque et toutes les plus grandes légendes de l'indie des cinq dernières années ont rejoint l'écurie de Stamford maintenant.
*
Après de là à dire que tout le monde est bien utilisé, non. Par contre cette histoire sur les six qui n'auraient pas leur place ailleurs, tu exagères bien volontairement. Faut arrêter un peu de basher le Big Show qui est une cible facile mais qui fait le métier depuis quinze ans et a pris part à de nombreux grands matchs...

Ok donc...

Parmi ceux qui sont partis et n'ont pas trouvé de place ailleurs il y a... quelques divas minables, Ted DiBiase Jr (qui n'était pas très chaud pour continuer le catch, sinon rien que sur son nom il aurait évidemment des dates partout) et Jesse (Snitsky est passé par la TNA notamment). Qu'une bonne part de ceux que tu cites ne soient pas devenus main eventers dans leurs nouvelles fédés ne change rien à "my point", à savoir que la simple estampille "ex de la WWE" suffit largement à obtenir un passeport pour d'autres compagnies. Et Doc Gallows c'est Festus, pas Jesse. Et encore une fois, si demain Ryback ou Big Show se retrouvent sur le marché, je ne doute pas un instant qu'ils trouvent facilement du boulot si tant est qu'ils en cherchent.
.
Sur ta dernière phrase, ben je demande à voir. Déjà le concept de "densité de bons catcheurs" n'est pas super clair; ensuite, c'est une chose de réussir plein de moves dans une petite salle devant quelques centaines de personnes, c'en est une autre que de réussir la transition et claquer des promos et des matchs dans des stades bourrés à craquer. Ca n'est pas rédhibitoire (Punk, Bryan, Rollins, Ambrose et Owens l'ont démontré), mais ça n'est pas non plus automatique. Pour moi, un bon catcheur c'est pas limité au ring — je ne dis pas ça pour rabaisser les gars de la ROH, mais je pense qu'on ne peut pas ne pas tenir compte de la pression supplémentaire qui vient avec l'arrivée d'un type dans un cadre nettement plus grand. Mais encore une fois, j'aimerais beaucoup lire un comparatif, par exemple LU - WWE, à base de Lesnar-Mil Muertes, Cena-Prince Puma, Rollins-Morrison et ainsi de suite, avis aux amateurs!

Réponse groupée

Axl > Clairement, la fameuse idée si répandue du "ah ouais mais là c'est plus la même chose, t'avais du succès devant 150 personnes mais là c'est les big leagues !" a fait long feu. Le destin des catcheurs sortis de l'indé, surtout comparé à celui des mecs maison de la WWE dans le même temps montre clairement le contraire. Les promos existent partout (il faut arrêter de penser qu'il n'y a qu'à la WWE qu'il y a des segments micros et qu'on valorise le charisme, et surtout, SURTOUT arrêter de penser que tous les catcheurs sortis de l'indé sont des mecs dont les capacités sont limités au ring), et je pense que le succès des mecs hors-WWE en est clairement la preuve. D'ailleurs c'est bien beau de s'extasier sur un roster où il y a Cesaro, Bryan, Rollins, Owens et Zayn, mais quand les même mecs en 2009 catchaient à la ROH il n'y avait pas grand monde pour s'émouvoir (et ils étaient entourés de plein d'autres types super talentueux pourtant). En gros le succès des catcheurs issus du vivier hors-WWE (il y a quand même eu très peu de déchet) me semble plaider davantage pour la qualité des autres fédés que pour celle de la WWE. Et quand on voit le fossé qu'il y a entre un Owens et tout le reste du roster on peut quand même se dire qu'il y a beaucoup de catcheurs moyens dans celui de la WWE.
.
Rapha Hell : Ben non, toutes les grandes légendes de l'indé ne sont pas à la WWE... Il y en a qui y sont restés, il y en a qui catchent au Japon, il y en a qui catchent à la TNA. Encore une fois il ne suffit pas de prendre trois mecs parmi les dix les plus talentueux (je caricature) pour se prétendre la fédé ayant le meilleur roster au monde.
Pour le reste, si tu te contentes d'un Big Show pas de souci, ça rejoint ce que j'ai dit. Moi je ne vois qu'un catcheur moyen qui a eu peut être un bon match par an (et aucun "grand" match dans sa carrière), un Big Man old school (c'est à dire lent et lourd) alors que la mode est dans des gabarits plus légers qui sont beaucoup plus aptes à bosser avec n'importe qui (je parle des Lesnar, Cage, Uhaa Nation).

Comparaisons

Je commence par la fin. Big Show fait bien 70 kilos et 20 ou 30 centimètres de plus que les mecs que tu cites. C'est pas un Big Man, c'est un Super Big Man, probablement le meilleur catcheur de l'histoire dans cette catégorie très particulière. Ce qu'il fait étant donné son gabarit, je trouve ça assez époustouflant. Par ailleurs, il est très bon en promo, il a de l'humour, il peut tout jouer... après, il n'est pas toujours utilisé au mieux, mais c'est un autre débat.
.
Sur la première partie, je pense qu'il y a une donnée que tu omets, c'est celle de la progression. Rollins, quand il arrive à la WWE, tous les connaisseurs de la ROH expliquent qu'il est super in ring mais infoutu de faire une promo correcte. Y a aussi un gros travail fait à la WWE pour améliorer cet aspect-là chez ceux qui en ont besoin, je pense. Par ailleurs, je crois qu'on était conscients, quand Rollins, Ambrose et compagnie n'étaient pas encore à la WWE, que c'étaient de purs catcheurs, même ceux qui ne les connaissaient pas espéraient les voir arriver. Quand Bryan signe, c'est l'ébullition dans l'IWC, il est estampillé meilleur catcheur du monde avant même d'avoir posé un orteil à la W. Aujourd'hui, il y a encore pas mal de mecs qui ont l'air très forts hors WWE, et c'est tant mieux, mais ils sont éparpillés entre plusieurs fédés (si tous les meilleurs Japs + les Styles, Strong, Roode et les gars de la LU étaient tous dans le même roster, là y aurait clairement match avec la crème du roster actuel de la WWE). Cela dit c'est un débat passionnant qui mérite... un Gros oui ou grognon spécifique, par exemple!

probleme roster

Je suis d'accord avec Axl. Major, on ne peut pas dire que le roster de la WWE est faible en parlant de 4 catcheurs comme Ryder et dire que celui de la LU est meilleur en évoquant Prince Puma.
On peut pas comparer deux niveaux non équivalent.
-
Parce que Chavo faisant le clown à la WWE et maintenant assez bien placé à la LU, tu le classes comment?

Chavo

Je le classe mal. Très mal. Peut-être l'un des cinq moins bons catcheurs à LU, avec Ezekiel Jackson et Daivari. Tiens tiens ! Trois mecs passés par la WWE. Ce sont des catcheurs corrects, hein, mais pour le coup dans un roster avec autant de bons éléments ils sont en-dessous.

Contre argument de malade

C'est moi ou Johnny Mundo, le challenger #1 à la LU a commencé le catch à Tough Enough? Dans le genre pur produit de la WWE, on se pose la, non?

merci

Pour cette dernière phrase, tu as créé un gimmick.

En effet...

Je ne suis pas étonné que les nombreuses personnes, ici, qui confondent humour et Bastoune soient de plus en plus à en être dégoutés, au point de ne plus faire que des jeux de mots pourris (et encore). Mais quand je me dis que ces mêmes personnes sont à un clic d'un produit différent (et je ne vise aucun type d'humour en particulier) sans daigner aller chercher ailleurs, je pense que parfois on a l'humour qu'on mérite...

Bah.. bah...!

Waouh cette aigreur :o

Tout va bien Major en ce moment ?

Aucun problème

Je prends beaucoup de plaisir à regarder autre chose que la WWE, perso !

C'est moi qui suis grognon ou toi qui es indulgent?

Ou les deux? Parce que — et bien que je trouve ton article très bien fait et assez largement convaincant —, j'ai bien du mal à avoir une lecture aussi positive du premier semestre 2015. Déjà, j'ai du mal à imaginer que quiconque puisse affirmer que Mania 31 a été la meilleure édition ever — ne serait-ce que parce que Mania 30 est encore dans les mémoires et a été bien trop marquant. Pour moi, la pantalonnade avec Sting, dont tu omets SCIEMMENT de citer le nom pour ne pas nous rappeler à quel point il a été consternant, et évidemment ce Bray-Taker minable que tu cites, suffisent largement à plomber cette édition.
.
Au-delà, j'ai été souvent exaspéré par les incohérences de l'Autorité (faire dépendre l'issue de plusieurs Title Matchs des états d'âme de Kane, bon...), la valse-hésitation dans l'alignement de nombreux catcheurs, la paresse générale du booking (on a vu mille fois le mécanisme "promo d'ouverture => combat en 1/1 => interventions => tag team match playa" par exemple) et le traitement de pas mal de gars méritants, tel Barrett bien sûr, mais aussi Sandow et puis Rusev. Et puis, tu ne dis pas un mot des divas, qui ont vécu six premiers mois très pénibles marqués par le départ d'AJ (snif) et un règne fade des Bellas.
.
Alors oui, il y a eu un certain nombre de gros matchs (les deux de Brock, les deux Cena-Owens, Reigns-Bryan, Cena-Cesaro lundi dernier et quelques autres), mais aussi pas mal de purges, y compris en ppv (l'Elimination Chamber Match par exemple). Quand t'ajoutes à toutes ces déceptions le cauchemar du Rumble et la blessure (peut-être définitive de Bryan), ça fait beaucoup de négatif...
.
Reste la confirmation de ce qu'on avait déjà constaté l'année dernière: la WWE sait ne pas s'entêter. Elle avait fait machine arrière avec Batista il y a un an, elle en a fait de même cette année avec Reigns. Elle a aussi eu le mérite d'éloigner Cena de la Title Picture et du main event pour la première fois depuis dix ans, et force est de constater que ça marche, en bonne partie grâce à l'arrivée d'Owens — et c'est sans doute, comme tu le dis, du côté de NXT que doit résider notre espoir pour l'avenir. Joe, Zayn, Balor, Itami et quelques autres vont rejoindre le roster principal et ça va envoyer du bois (s'ils ne sont pas utilisés en tant que spot monkeys sans personnalité comme l'est Neville ou noyés comme l'Ascension ou Rose). Au fond, c'est une période de transition — la génération Cena-Orton (avec aussi les Sheamus, Barrett, Swagger, Rhodes etc) est poussée dehors par des jeunes aux dents longues, et j'espère que ce sentiment sera mis en scène par la WWE dans une belle querelle anciens contre modernes, dans une sorte de NXT Invasion nouvelle mouture... avec Brock en tête de gondole des anciens si possible!

C'est pas moi qui le dit

Mais ce sont plusieurs critiques américains (je ne sais plus leur nom... Peut être Meltzer lui même ?) qui avaient écrit au lendemain de WM 31 qu'il s'agissait peut être de la meilleure édition de tous les temps.
Je n'en ai pas vu assez pour pouvoir dire la même chose, mais ça a été écrit !
*
J'ai laissé volontairement une ouverture. L'idée n'était pas de faire un article exhaustif, on fera ça en décembre, mais bien de me dire "là on est le 1er juillet, de quoi je me rappelle en bien ou en mal sur ce début d'année" et de ressortir les 3-4 grands points. J'ai donc sûrement tendance à retenir le meilleur. Je n'ai pas voulu entrer plus que ça dans les détails de la Road pourrie, ça incluait Sting et l'Autorité bien sûr, même si moi le rendu final à WM m'a plu.
Par contre pour les incohérences globales des choix de Triple H et Steph, ça mérite à mon avis un article complet.

Mania

Je ferai une réponse plus étoffée par la suite mais je rebondis juste sur ton premier point avec Mania. Rapha n'écrit nulle part qu'on puisse considérer le 31 comme le "best ever" si ? Il dit juste qu'il sert de mètre étalon à l'année en cours en matière de PPV, ce qui n'est pas complètement faux.
Mais sur la comparaison entre le 30 et le 31, tu ne peux pas être plus dans le vrai vu que les chiffres te donnent raison de façon écrasante! Le Mania 30 avait récolté une moyenne de 17.2, tandis que le 31 de cette année n'a eu "que" 14.6 !!! (sur 10 votants à chaque fois).
Un sacré écart.

Il cite des gens qui le disent

"La fédé de Stamford a pourtant su sortir un spectacle de très bonne qualité ce soir-là à Santa Clara que certains qualifient (peut-être un peu exagérément) comme la meilleure de toutes les éditions." ce qui me sidère, et d'autant plus si ça vient de Meltzer, qui les a tous vus! Quant au teasing sur les notes des ppv, miam!

Connexion utilisateur

What's up?



12 janvier

Les Awards s'empilent en une, ils ont soif de vos commentaires! Venez aussi voter pour désigner la ceinture du plomb 2017, et n'oubliez pas que les vignettes attendent vos légendes sagaces ici.

Aimez-nous sur Facebook!

Suivez-nous sur Twitter

Commentaires récents

Les Vignettes des Cahiers


Merde, j’ai toujours été nul au Puissance 4.


Retrouvez ici toutes nos vignettes !


Quotes of the Cahiers

"I'm gonna leave him in a pile of blood, and urine and vomit."
Brock Lesnar à propos de John Cena

"At 9 am Eastern time tomorrow, the WWE Network goes live. But the problem is you’re all gonna be so overwhelmed by the incredible content available, you won’t be able to turn it off. Adults will lose their jobs and kids will be expelled from schools for lack of attendance. In fact, you’re gonna be so mesmerized by the incredible content of the WWE Network that you won’t even have time to remove the garbage from your houses. Your places are gonna start to stink, rats will move in, and they’re gonna look like bigger pigsties than they already do. Ultimately, the government is gonna come along and condemn your homes and you will all be left homeless defending yourself on the street. Thank you very much."
Bad News Barrett

"He’s twisting him so much his twin brother is getting dizzy !"
JBL commentant un Giant Swing d'Antonio Cesaro sur l'un des frères Uso.

"I think I'm a little too old for you Jerry. I'm 26, I know you like them younger."
AJ Lee, à Raw, s'adressant à Jerry Lawler

"It looks like James Storm has had more partners than Taylor Swift lately, he should probably get tested"
Bad Influence

"Having watched that… I regret the doctors in Canada saving my life.”
Jerry Lawler, après le segment où Mae Young a accouché d'Hornswoggle.

"What's running through John Cena's mind? I don't give a crap what's running through his mind. What's more important is what's running down his leg."
Brock Lesnar

"Yes. Stop sending dumb tweets like this one. RT: @Kid_Antrim Any advice for me?"
Paul Heyman, sur Twitter

"With Kofi Kingston as the Intercontinental Champion, the bar has been lowered. And when the bar’s been lowered, mediocrity becomes acceptable. And when mediocrity becomes acceptable, society crumbles. And when society crumbles, civilization will end as we know it.”
Le Miz, Hell in a Cell

"Can you figure that? She's not able to get a date! I mean, even Natalya is able to get a date!"
Eve à propos de Layla

"I understand that you barbaric buffoons could easily eviscerate me and dispose of me like common trash. However, if you do so, I will not be a victim. I will be a martyr. A martyr for anyone who appreciates a sophisticated mind."
Damien Sandow, à DX.

"Apparently, giants can win the Super Bowl, but not matches at WrestleMania. You’re like ‘The Reverse Undertaker’. Who are you going to lose to this year? The boxer or the sumo wrestler?”"
Cody Rhodes au Big Show

"The Kliq is back, which is kind of ironic because "click" is the noise the audience's remote control makes every time Kevin Nash pops up on their TV screen."
CM Punk

"It's a conspiracy! C... O... N.... Spiracy!"
R-Truth

"I understand that... that Vince McMahon's gonna make money despite himself... he's a millionaire who should be a billionaire... you know why he's not a billionaire? It's because he surrounds himself with glad-handing nonsensical yes-men like John Laurinaitis, who's gonna tell him everything he wants to hear... and I'd like to think that maybe this company will be better after Vince McMahon is dead, but the fact is it's gonna get taken over by his idiotic daughter and his doofus son-in-law and the rest of his stupid family."
CM Punk

"These people are not Jimmies. They are the greatest fans in the world!"
John Cena, à R-Truth qui venait de qualifier le public de Raw de "Little Jimmies".

"Can you imagine if Sheamus wins this thing? I mean, the international ramifications, I mean the buyrate, I’m talking about the demographic change and everything? If Sheamus wins this match, it will be huge, not only for him but for the Smackdown brand."
Booker T., pendant un Title Match opposant le champion poids lourds Randy Orton à Sheamus.

"When I’m done with him, he’s gonna have barbecue sauce fueling out from his belly button like a geyser."
Michael Cole à propos de Jim Ross

"The WWE has gone from the powerful "Austin 3:16" to the dominant and iconic "can you smell what the Rock is cookin?"... all the way to "You can't see me"? You can't see me, what are you, playing peek-a-boo? Believe me, we all can see you. A blindfolded, sleeping, stuck in the basement Stevie Wonder can see your monkey ass. How in the hell do you think we can miss you come out here with your bright ass purple shirt, before that bright green shirt, bright orange shirt like a big fat bowl of Fruity Pebbles?"
The Rock à John Cena

"Jerry Lawler has forgotten more about wrestling than the Miz has ever known."
CM Punk

"If anyone says you can't do something, if anyone says you can't live your dream... Believe them, because you can't."
The Miz

"William Regal did the real work with this young man. Shawn Michaels took $3000 from him, that's all he ever did."
CM Punk à propos de la formation de Daniel Bryan

"I would RKO my own grandmother if it meant keeping this title. And then I'd RKO YOUR grandmother just to see the look on her face."
Randy Orton, à Sheamus

Virgil: - Ted, what are you going to do for protection?
Ted DiBiase, jetant un coup d'oeil à Maryse: - Go to the drugstore.

"Her teeth are going to be like the Ten Commendments after this match: all broken."
Alicia Fox, à propos d'Eve Torres

"Layla is not married. She deserves a good husband. I should marry her before she meets him."
Jerry Lawler

"If I suck, why would a Perry deli – the top Perry deli – name their top-selling sandwich after me? It's called the Swaggie. It smells like freedom."
Jack Swagger

"I realize how much of a starmaking performance I had in McGruber. The reviews have been off the charts. As a matter of fact, they are speaking of a possible early Oscar nomination."
Chris Jericho

"I'm sure your mom's uterus is awesome."
Vicki StElmo à Vladimir Kozlov

"If we were in your era, I'd put a Sharpshooter on you faster than you can put a pair of cheap sunglasses on an ugly kid."
The Miz, à Bret Hart.

"When I look at you I don't see fans. I don't even see people. I see money, money, money, money. Dollar signs, dollar signs, dollar signs, dollar signs. With some of you, a lot of dollar signs because I see a lot of fat people in the audience and I know you paid for two seats. Thank you very much!"
Batista à Raw.

"We are real women with the body that God created us with."
Mickie James, la femme aux implants mammaires en silicone qui explosent dans le ring.

Don Johnson: "This is a mistake!"
The Miz: "Mistake? No. Pink shirts and white suits, that is a mistake."

"One nation under Punk, undivisible, with integrity and sobriety for all!"
CM Punk

Michael Cole: "Our guest at ringside, Marisse. Welcome."
Maryse: "Oh my god, Michael Cole, you vintage nerd. You can't even say my name right. I should punish you and just give you my French kiss."

"If I see you in my match tonight, I'm gonna tear your intestins out and jump rope with it. And that's not all. I'm gonna take my two fingers, I'm gonna dig up your nosedrills and I'll rip your brain out. And I'm gonna put it in a newspaper and I'm gonna smash it against a window."
Mike Tyson à Hornswoggle

Ted DiBiase: "My movie, the Marine II, is superior to the original Marine."
Cody Rhodes: "Ted, my fifth grade graduation video is superior to the original Marine."

"I'm on Raw, you're on Smackdown... Long distance relationships don't work, Chris."
Big Show

Jerry Lawler, après une promo de Maryse où elle a qualifié Melina de "petite poupée": "Did she just say poupée? Do you know what that means in French?"
Michael Cole: "What?"
Jerry Lawler: "I... I can't say it!"

"I respect her. There are a lot of things that she does that I couldn't do, being the size that she is."
Michelle McCool à propos de Mickie James.

"We have MVP on the stage, and PMS in the ring."
Goldust, à propos des divas assemblées dans le ring pendant les Slammy Awards 2009.

"It was kind of like the 300 at the battle of Thermopylae, but with better abs".
John Morrison à propos de la fin de son match à Survivor Series, quand il s'est retrouvé à 1 contre 3.

"Hi, I'm John Morrison, and one time I drove my Lexus 700 miles on a tank full of my own urine."
John Morrison

"I always said if I could put my brain in Andrew’s body he’d be a 20-time world champ."
Edge à propos de Andrew "Test" Martin