Sondage

Cela fait maintenant un mois tout pile que Jinder Mahal est champion de la WWE. Selon vous::

Holds-ups à Las Vegas

Greetings to you, the lucky finder of this Golden Ticket, from Mr Willy Wonka! Many wonderful surprises await you!

Willy Wonka, Charlie et la Chocolaterie

 

Une mallette pleine d’argents et d’opportunités, des trahisons, des surprises, des injustices et du vice. Pas de doute, la WWE avait bien choisi son lieu pour la soirée du Money in The Bank. Las Vegas a transmis son atmosphère de truande et de dorures à l’univers du catch… Ou était-ce le contraire ? Retour sur une nuit pleine de grandeurs et décadences.

 

 

Allez Sami, avec moi ! « Mais où sont passés les tuyaux… »

 

 

Nalyse de Money In The Bank 2016

 

Préshow

 

Pour tous les gentils amis des Cahiers du Catch qui ont participé au vote et au goshomètre de l’ami Yerem, le lever de rideau devait nous donner à contempler deux affiches, Corbin-Ziggler et Sheamus-Crews. Mais ces quatre gentlemen ont bénéficié de la mansuétude des scénaristes et d’une promotion dans le show principal. Nous les verrons plus tard, alors comment remplir ce petit échauffement de piste pendant une heure ? Certainement de la meilleure des manières possibles.

 

C’est ainsi que les fans arrivés tôt dans la salle, et les autodésignés nalyseurs d’un soir ont dû se coltiner la triste image de Tyler Breeze et Fandango débarquant rouges écarlates, tous pelés comme des serpents en pleine mue. Un violent coup de soleil, ou probablement une machine à UV défectueuse, je sais pas j’ai raté le passage explicatif de cette situation ridicule. Les deux « beaux gosses » ont donc passé tout leur match (contre les vétérans Golden Truth, fallait-il le préciser) à grimacer de douleur à chaque contact physique. Forcément, ils étaient risibles et ont rapidement perdu, résultat qui n’est pas spécialement pour valoriser leurs adversaires. Bref, c’était assez nul. Et au vu des talents en présence, ça fait râler. Car si R-Truth s’est toujours régalé dans son rôle comique, on a vu l’ainé Rhodes faire tellement mieux avec son frère. Et les deux jeunes méchants ont aussi un potentiel bien supérieur à ça.

 

 

Non, ça ne mérite pas d'image.

 

 

Le préshow a continué avec une autre affiche par équipes, plus sobre, moins comique mais tout aussi correspondante au bas de la carte d’un weekly : les Luchas Dragons ont damé le pion aux vieux Dudley Boyz. La performance des uns et des autres ne fut pas mauvaise, avec un Bubba Ray toujours aussi délicieusement méchant.

 

 

Show principal

 

 

Allez, finies les préambules et le panel de légendes avec Booker T et Lita qui disent des bêtises à côté de Renee Young, place au vrai spectacle ! Et l’on commence par… un troisième match par équipes d’affilée ! ça fait peut être un peu beaucoup pour l’équilibre d’une carte. Cela dit, celui-là n’a rien à voir avec le précédent. D’abord, parce que quatre teams s’affrontent, et ensuite parce que l’enjeu est la ceinture de la division.

Enzo Amore et Big Cass sont chargés de chauffer la salle en premier. Il est impressionnant de voir à quel point les deux rookies ont été adoptés par tout l’univers de la WWE. Les Vaudevillains, dans leur style, sont tout aussi à l’aise. Ne parlons pas du Club, rompu aux plus grandes salles mondiales, ni du New Day qui régale au micro comme d’hab.

 

 

Haha, devinez combien j’ai dû tuer d’animaux différents pour faire ma veste et ma coiffure !

 

 

Les quatre équipes forment une affiche de prestige sur le papier, mais la stipulation est toujours aussi bancale et illisible. Rappelons qu’il s’agit d’un Fatal four way avec seulement deux adversaires légaux en même temps sur le ring, autorisés à faire le changement avec une équipe ennemie. C’est totalement obscur, on voit mal quelle stratégie peut être appliquée. Pour obtenir la victoire, il faut être présent sur le ring. Mais c’est aussi le risque de se fatiguer pendant que les ennemis se reposent peinards dans leur coin. Cette règle prouve à plusieurs reprises son incohérence, notamment lorsque Luke Gallows alors légal veut attaquer des rivaux dans leur coin, et se retrouve tagué par ses mêmes ennemis, obligé donc de quitter l’affrontement. En même temps, il est un peu con.

 

 

- Tiens-le bien, faut l'empêcher de tenter le tombé sur Big E comme ils ont voulu faire la dernière fois !

- Mais ils ont le droit ?

 

 

Bon, cela dit, malgré la difficulté à comprendre qui est officiellement dans la partie, qui a remplacé qui (chapeau l’arbitre), nous avons un spectacle très plaisant à suivre avec moult rebondissements. Les quatre gentils se payent le luxe d’humilier les méchants, Enzo virevolte par-dessus la troisième corde. Le Club parait être l’équipe la plus forte et la plus effrayante, ils réussissent à placer leur prise finale sur Aiden English mais sont contrés par les deux Big, à savoir E et Cass, permettant à Kofi de placer le tombé sur le Vaudevillain détruit. Les trois autres équipes sont fort marries, mais le New Day continue son interminable règne qui va vraisemblablement dépasser le record de London et Kendrick. Il leur reste un mois à tenir.

 

 

Ha pis fuck les stipus de merde hadond’là rien ne vaut une bonne pagaille !

 

 

Il est temps de voir un vrai duel de solitaires. Le Lone Wolf, Baron Corbin, croise une nouvelle fois la route de Dolph Ziggler, pour une première dans le show principal d’un PPV. L’affiche parait peu attractive. On l’a déjà vu plusieurs fois, rien n’a progressé entre les deux lutteurs depuis le début, aucune stipulation ou enjeu ne pourrait susciter notre curiosité.

Cela étant, je crois que c’était leur meilleur affrontement. Le jeune Baron est insupportable de prétention et de lenteur, il passe de longues minutes à détruire sa proie petit à petit. Certes, c’est chiant et la foule scande son ennui, mais pour s’attirer de la haine, ya pas mieux. Et puis, le géant reste assez impressionnant quand il fout de ses grands bras des cordes à linge sur le crâne de son adversaire.

 

 

J'ai déjà la lumière de Kane, je peux bien avoir sa vitesse.

 

 

Dolph, comme à son habitude, passe les trois-quarts du match dans un état mollusque, gisant de part et d’autre du ring. A son sujet, me vient en mémoire les propos plein de sagesse de Damien Sandow lors de son premier interview post licenciement : « les scénaristes n’avaient pas besoin de me donner beaucoup de temps d’antenne puisqu’à chacune de mes apparitions j’avais la foule avec moi. Il est donc normal qu’ils consacraient plus de temps à construire la popularité d’autres lutteurs qui en avaient besoin. » J’ai l’impression que ces propos, on peut les transcrire à Ziggie. Le blondinet est peu en vue à Raw, il dit pas grand-chose et il perd souvent, mais son style et son passé lui garantissent toujours le soutien d’une bonne partie de la foule. Ce soir là, après avoir longtemps subi, il se démène pour revenir dans la partie, réussit à sérieusement abîmer son rival mais manque de se casser la gueule en prenant appui sur l’escalier extérieur avant d’être bien rattrapé en Deep Six sur le sol. Finalement, Corbin l’emporte sur un toujours impressionnant End of Days après avoir fait chuter Ziggie du haut de la corde.

 

 

- ça va, vieux ?

- Hargg... Hips... Hihi.

 

 

Cette victoire clôt une rivalité qui aura finalement donné un match à peu près correct. Baron a probablement des plans futurs, même s’il reste très limité dans le ring, il a trouvé son rôle de connard costaud qui casse le rythme et les gentils. Quant à Dolph, espérons que la brand lui soit favorable. Rusev et le Miz, deux ennemis de longue date, portent des ceintures qui pourraient le tenter.

 

Les matchs par équipes vous manquaient ? Allez hop, il en restait un sur la carte ! Et en plus c’est celui des filles. Comme le précédent règne de Nikki, celui de Charlotte n’en finit pas d’être artificiellement prolongé. Malgré la révolution féminine, malgré les montées des plus grandes vedettes de l’histoire d’NXT, la fille Flair semble dépourvue de rivale à sa hauteur. Elle accepte donc de catcher avec Dana Brooke contre Becky Lynch et Natalya.

 

 

- Coucou tout le monde ! Regardez comme on est les meilleures amiiiiiies !

- C’est clair, personne ne pourrait se douter que ça va mal aller dans un instant !

 

 

Le public se fait un peu chier, et il n’est pas le seul. Au milieu de ces blondes qui ne font pas rêver, l’Irlandaise flamboyante est largement au dessus de la mêlée. Brooke a le rôle de la débutante timorée qui obéit aux conseils de son aînée. Elle le fait plutôt bien, et alors que tout le monde s’attend à la voir commettre une bévue, elle projette violemment Nattie contre Becky, permettant à Charlotte de porter le tombé sur la Canadienne. Les méchantes ont gagné. Du coup, Miss Hart décide de rejoindre le côté obscur en tabassant la belle lynchienne. Alors, si on imagine que les deux anciennes copines vont entrer en guerre, qui viendra titiller la championne ?

 

 

Orange is the new claque.

 

 

L’instant dédié aux cinéphiles permet de voir Rocksteady affronter une des Tortues Ninja. Sérieux, BigBotchMan a tout a fait raison, et le parallèle me saute aux yeux : mettez une carapace à Apollo Crews, on dirait Leonardo. Et je ne parle pas de celui qui a gagné un Oscar.

 

 

It’s Pizza time everytime !

 

 

Sheamus et Apollo se haïssent à tel point qu’ils s’attaquent avant que la cloche ne sonne. Les deux hommes ont chacun leur style, l’Irlandais est toujours aussi brutal tandis que l’ancien Uhaa navigue entre haute voltige et coups plus violents. L’harmonie ne prend pas vraiment, difficile de nier le talent des protagonistes, mais il manque quelque chose à l’histoire. Finalement, le Celtic Warrior porte son White Noise depuis la troisième corde et rate la victoire de peu. Occupé à reprocher à l’arbitre un décompte trop lent, il se laisse prendre dans un petit paquet qui lui coute le match. Le rookie a gagné sans spécialement convaincre. On imagine donc aisément une revanche où le vétéran va éclater son vis-à-vis de colère, avant de perdre la troisième manche. Mais il faudra vraiment construire un personnage autour d’Apollo Crews. Il serait dommage de gâcher un talent comme ça.

 

Une heure et demie après le début du show, le vrai spectacle va enfin pouvoir commencer. L’affrontement titanesque entre John Cena, figure de proue de la WWE depuis dix ans, et AJ Styles l’enfant prodige longtemps non voulu par Stamford, a finalement lieu sous nos yeux en 2016.

L’attente du public est énorme pour une telle affiche légendaire. Sans compter que le Champ n’a quasiment pas été vu sur un ring depuis six mois.

 

 

Coucou c’est moi !

 

 

Le public est à fond dans l’affrontement, et c’est bien le nouveau venu qui mène la danse. A de nombreuses reprises, John semble ne pas savoir comment prendre la vitesse et l’énergie du Phenomenal One. AJ Styles continue sur sa brillante lancée après sa rivalité contre Roman Reigns. A tous ses matchs, il apparait comme le dominant, celui qui lit dans le catch de son adversaire, qui évite les coups, les tourne à son avantage. Certes, Johnny n’est pas un perdreau de l’année et lui rend bien mais il n’arrive pas à placer ses prises favorites. Il lui faut batailler ferme pour enfin porter son Attitude Adjusment… Qui n’est pas victorieux. Dans la foulée, Styles le Clashe avec force, pour le même résultat. La bataille est belle, même si on sent confusément qu’en terme d’intensité, nous sommes seulement au début d’une longue histoire.

 

 

Haaa mon dieu le fourbe ! Quelle douleur ! D’où sort cet individu démoniaque ?

 

 

Malheureusement, après vingt-cinq minutes de haute volée entre deux grands talents, la WWE décide de foirer complètement l’instant en gâchant le climax. Choisissant la grosse ficelle trop souvent tirée, elle nous inflige la contemplation douloureuse d’un arbitre mal placé encaissant un ridicule coup de pied et rouler hors du ring tandis que Cena attend désespérément le décompte final. Sur ces entrefaites, le Club arrive, détruit John, place leur copain sur le corps du Marine, l’arbitre meurtri mais finalement apte tape trois fois au sol, le Phenomenal a gagné.

Voilà un final qu’on a sûrement vu trop souvent et qui me donne toujours l’impression d’être pris pour un con. Sérieusement, dans une fédération de catch multimillionnaire, à audience mondiale, pour un match on ne peut plus attendu, on laisse deux mecs entrer sur le ring et influencer le final sous prétexte que le seul arbitre présent (à quand l’arbitre assistant ?) a pris un coup ?

Bon, on sait très bien que ça va entrainer une revanche, une belle, et tout le reste jusqu’à Summerslam. Mais cette fin bâclée ne rend pas honneur à leur bel affrontement.

 

 

Un final sans queue ni tête.

 

 

Pas le temps de s’apitoyer sur le sort du pauvre mari de Nikki Bella. Le show continue avec le match qui nomme la soirée, cette superbe affiche Money in the Bank Ladder match entre Cesaro, Dean Ambrose, Kevin Owens, Sami Zayn, Chris Jericho et Alberto Del Rio. Beau casting.

Si vous avez bien lu mon article précédent, vous connaissez les cotes des différents protagonistes. Vous saviez que lorsqu’on crée une société, une association ou une holding, il faut toujours être un nombre impair de décideurs pour qu’en cas de conflit, quelqu’un puisse trancher ? Et bien c’est la même pour un Money in The Bank et la WWE a fait cette petite erreur. Bon, ça ne porte pas préjudice à la rencontre qui est de grande qualité, mais c’est plus intéressant scénaristiquement d’avoir autre chose que trois duos. Cela dit, il y a du rythme. C’est très bien, c’est normal au vu des forces en présence.

 

 

Du rythme et du style.

 

 

 Zayn se projette sur tous ses amis avant d’être attaqué par son ennemi québecois. Jericho s’amuse à maltraiter Ambrose sur une échelle. Mais le premier à vraiment impressionner la foule est le Superman suisse, réussissant à enchainer une série de manchettes sur trois de ses opposants distribués dans les coins du ring. Cesaro est cassé en pleine gloire par Kevin Owens qui profite de l’état de fatigue des précédentes victimes de l’helvétique pour enchainer les Canonball avant d’être lui aussi arrêté par un Zayn en feu. C’est ensuite au tour d’Alberto de survoler les débats. Enfin, les échelles sont de sortie au milieu du ring et chacun des protagonistes essaye de grimper jusqu’à la cagnotte. Les faits marquants s’enchainent : Cesaro fait tourner le Mexicain puis le Canadien de Winnipeg. KO se splashe sur Dean couché sur une échelle. Arrive un moment d’anthologie où les six rivaux se castagnent sur les échelles.

 

 

- Tiens, prends ça dans la gueule !

- Toi aussi !

- Toi aussi !

- Les mecs, on oublie pas un truc important à récupérer dans ce match ?

 

 

Del Rio et l’ancien Antonio sont les premiers éliminés. Zayn est détruit par une Powerbomb sur une échelle. Mais alors qu’il croit avoir gagné le match, Owens est violemment tiré par le maillot sur une marche. Son lunatique bourreau décroche enfin la mallette dans une explosion de joie : Dean f’in Ambrose is the Money in the bank Winner ! Le diable a tenu sa promesse.

 

 

Nananère !

 

 

Avant d’enchainer sur un très attendu main event, et pour faire souffler le public qui a éventuellement envie de commander une bière ou se vider la vessie, la WWE a casé une petite entracte sans conséquences autour du championnat US. Titus O’Neil se fait broyer en quelques minutes par un vigoureux Rusev sous les yeux de ses enfants. C’est normal.

 

 

Moi derrnier rrempart soviétique contre ingérrence capitaliste américaine ! Bon allez, pas trainer, moi encorre devoir aller dépenser sous au poker et au casino avec Lana.

 

 

C’est donc enfin le grand moment. Roman Reigns contre Seth Rollins. L’affiche a tout de la légende. Par le passé entre les deux hommes, par les belles pages qu’ils ont écrit au sein du Shield, puis la trahison du Chacal. Aussi par le retour de celui qui n’a jamais perdu le titre mondial durant un règne étonnamment long. Egalement parce que leur affrontement fut par deux fois prévu puis annulé suite à des blessures. Ce coup-ci ça y est, on y a enfin droit. Et tant mieux. Car la baston est très plaisante à suivre, même si elle est un peu déroutante. En effet, le champion semble particulièrement énervé, face à une foule qui le hait, et il détruit sans complaisance son rival convalescent, aussi bien physiquement que verbalement.

 

 

Alors, ptite danseuse ? Tu le vois ton genou ? Celui qu’a lâché comme une vieille merde pasque t’es même pas capable de porter le vieux Kane ? Celui grâce à qui je suis la star incontestée depuis six mois pendant que tu mangeais des haricots verts à l’hopital ? Hein pédé, réponds !

 

 

Roman se comporte comme le dernier des bullys et n’hésite pas à détruire Seth sur l’arête du ring puis à le faire passer par-dessus la table des commentateurs espagnols. Rollins finit pourtant par se réveiller après avoir encaissé un Superman punch. Il contre le Spear, envoie un coup de genou depuis la troisième corde dans la face du Big Dog avant de s’écraser sur lui dans un bel hommage à Eddie Guerrero.

 

 

Le public est unanime ce soir : Seth Rollins couché est toujours plus haut que Roman Reigns debout.

 

 

Les deux hommes se croisent du regard, s’échangeant des éclairs de haine avant de continuer leur guerre. Le champion résiste à la projection dans le coin qui a coûté la moëlle épinière de Sting et place un nouveau Punch dont le challenger se relève. Rampant hors du ring, l’Architraitre voit son ennemi se projeter à toute vitesse sur lui, et l’évite. Reigns traverse la barrière. Il parait touché, l’arbitre appelle les médecins qui viennent à son chevet. La situation est confuse, Rollins remonte son adversaire sur le ring, mais l’arbitre est percuté par les deux lutteurs. Sonné, il ne peut compter correctement le Spear que vient d’encaisser le Re-build. Qu’à cela ne tienne, Roman s’élance pour une nouvelle charge, mais il est contré en Pedigree ! Le champion parvient à se dégager, mais il retarde seulement l’échéance. Un deuxième Pedigree le cloue définitivement au sol. Un, deux, trois. Seth Rollins vient, à la surprise générale, de battre à la régulière le beau Samoan. Qui a réussi un tel exploit avant lui ? Personne, dans mon souvenir. Reigns looks strong since always, mais ce soir le revenant bicolore a été plus fort.

C’est beau, ça conclut un match excellent mais la nuit n’est pas terminée.

 

 

Ha bon ?

 

 

Alors que Rollins célèbre son retour au sommet, la musique de Dean Ambrose retentit dans l’arène pour la troisième fois de la soirée. L’Instable surprend le nouveau champion par derrière, encaisse officiellement sa mallette, et utilise le Dirty Deeds pour plier le match en quelques secondes.

Comme il l’avait dit lors du dernier Asylum, Dean Ambrose a récité sa partition d’insaisissable taré. Le voilà champion du monde, et la soirée s’achève enfin sur le couronnement du roi des fous.

 

 

Et de cette mallette, paf patatra je sors une ceinture en or ! Ambrosini !

 

 

La tournure des événements est à mes yeux la meilleure possible pour moult raisons. Après un superbe match, Roman Reigns a perdu sans triche. Il n’est donc pas le Superman intouchable qui énerve le public. Symboliquement, Rollins a donc directement récupéré son titre à son retour avant de le céder sur un coup du sort. Il garde donc une aura relativement forte. Quant à Dean, il a exécuté son plan et touche enfin à un Graal qu’il mérite. Ce soir du 19 juin, les trois anciens membres du Shield ont eu l’or entre les mains. Ce n’est que justice et prouve, s’il le fallait encore, à quel point ce gang a marqué et marque encore l’histoire récente de la WWE.

 

C’est en tout cas la fin qu’il fallait pour un show qui fut très long mais inégal. Après un préshow oubliable et une belle prestation des équipes, la soirée s’est installée sur un rythme très moyen jusqu’au match de Cena, gâché par une fin douteuse. Finalement, le MITB match et ses conséquences remplissent leur mission : ce qui s’est passé à Vegas restera… dans nos mémoires.   

 

 

The time of their lives.

Oui mais non ... mais oui quand même !

Punaise cela faisait longtemps que la WWE ne m'avait pas autant intéressé. Cela fait 3 PPV ou vraiment je m'éclate à voir de bons matches mais ce PPV était peut être un ton en dessous.

Le MITB était vraiment pas mal, tous ont bien brillé sauf Dean, mention a Alberto qui m'a rappelé qui il était et qu'il est dommage qu'il soit pas utilisé au mieux. Les autres ont été excellents également. Mais je reconnais que la victoire de Dean m'a plus, c’était le choix le plus logique de toute façon.

Viens le match Cena VS AJ ...
Punaise après les 3 derniers PPV revoir Cena est une purge ... il m'a paru bien lent, et bien sur stéréotypé mais à l'extreme. Heureusement qu'AJ a pu contrer la plupart de son moveset ...
Malheureusement abandonner c'est impossible pour Cena, et perdre Clean c'est rarement son truc d’où la fin de match toute pourrie qui dévalorise AJ en le montrant clairement moins fort que Cena ... Comme si pousser AJ en Heel n'était déjà pas suffisant ... j'aurai préféré une pauvre disqualification ou un décompte extérieur mais même cela est trop pour Cena. Bref ...

Vient le match SR VS RR
Wouah quel match, et quelle surprise de voir Seth se faire démonter dès le début et pendant un long moment pour un Roman limite Monster Heel !
Limite un peu trop, au bout d'un moment Seth commençait à ne plus être crédible comme possible vainqueur ... et bon la fin ne m'a pas satisfait encore et encore une fin non clean ou Roman aurait du gagner ... Alors oui c'est bien pour l'histoire, Seth a gagné puis Roman n'a pas perdu clean et Dean cash sur Seth mais bon j'aurai bien vu un cash in à la seth avec une fin de match en triple threat avec pin sur un Roman diminué.

Enfin bon nous sommes très exigeant et il y avait moyen de faire bien pire que ce que la WWE a proposé. En tout cas j'ai envie de voir la suite et finalement c'est bien à cela que l'on peut juger le travail de la WWE.

Pourvu que cela dure !

Excellente nalyse

Tu soulèves beaucoup de points très juste, de l'anecdotique mais irritant (la règle débile des matchs à quatre équipes, mais j'ai du mal à imaginer mieux sans sombrer dans le "tout le monde sur le ring en même temps") à l'historique, avec cette soirée inouïe où les trois shieldeurs ont tous eu le titre le même jour! Le plus surprenant pour moi, c'est encore la victoire clean de Rollins (le petit ref bump ne l'entache quasiment pas à mes yeux), qui a catché en pur face alors que Roman a été plus heel que jamais depuis son face turn il y a deux ans. Les bookers seraient-ils enfin conscients que c'est cette répartition-là des rôles que le public veut voir? On le saura dans un mois vu la suspension providentielle de RR...
Big up aussi sur la vignette qui souligne la propension qu'ont les catcheurs à se désintéresser de la mallette pendant les MITB, c'est un peu dur de suspendre son incrédulité à certains moments (l'installation des échelles parallèles au ring, là, c'était un peu too much pour moi, même si le match a été bon). Grosse ambiance pour Styles-Cena, même si la fin est irritante, quoique parfaitement prévisible. Finalement, comme d'hab, on s'aperçoit que les grosses storylines sont à peu près construites, mais que les feuds secondaires ne le sont guère (le titre US, au secours...). On est maintenant dans l'Ambrose Era, je me demande comment ça va se goupiller avec le brand split et les ppv spécifiques à chaque show s'il n'y a qu'une seule ceinture suprême... Faudrait en faire un article, ou au moins un grognon, mais en période d'Euro, dur dur :D.

Merci chef

Content d'avoir ton avis !
*
Pour le fatal Four way par équipes, une solution me semble intéressante. Un vrai fatal four way, mais avec un seul représentant de chaque team. Choisi par l'équipe sans savoir qui seront les ennemis.
Ou alors un système de tag qui aurait lieu en tapant le coin du ring mais en forçant le partenaire à attendre au sol (à la place de Woods) sinon en effet là les catcheurs sont complétement freinés ils ont la moitié du tablier inutilisables car potentiellement tagables à l'aveugle.
*
On se demande même en fait pourquoi avoir scénarisé un ref bump dans le main event qui ne donne rien. Pour l'intensité dramatique justement.

Merci pour cette bonne nalyse

Merci pour cette bonne nalyse ^^
.
Je ne dirais qu'une chose : c'est bête de s'infliger les deux matchs du pré-show et de rater juste avant la petite vidéo de récap sur le pourquoi l'état de Breezdango... (où la confirmation que les faces à la WWE sont des salops...)

Perso j'ai bien aimé ce PPV

Certes y a des commentaires négatifs à faire (les refs bump mériteraient d'être mieux appuyés parfois) mais dans l'ensemble j'ai aimé. La seule déception ça a été le match des filles en ce qui me concerne, j'en attendais un peu mieux.

Némésis

Tout est juste dans ton article, et je hais les ref bumps (surement parce qu'on a d'autres moyens de cacher le regard de l'arbitre), MAIS tu es encore trop complaisant avec Corbin. A l'heure des heels dynamiques que sont Owens, Rollins et AJ, je reste très sceptique sur le ralentissement de rythme à la Show et Kane. Mauvaise stratégie, mais bon, vu son niveau faut pas trop en demander (pas foutu de river correctement les épaules!).
.
Et merci de rendre hommage à Breezedango, paix à leur rivalité...

Un heel total

C'est encore cet éternel débat sur ce qu'on attend du catch.
Si l'on veut en effet être scotché au siège par un spectacle magnifique et rythmé, Owens, Rollins et Styles sont formidables.
Mais il y a un petit bémol toujours : ils sont heels, et ils sont très populaires.
Corbin est certes mauvais à voir, lent et désagréable, mais justement, il attire complétement la haine de tout le monde. Et au final, il a pas donné un si mauvais match ce soir là. Enfin j'espère tout de même jamais le voir à très haut niveau, tu vois.
J'l'imagine bien faire carrière en homme de main d'un gars plus doué que lui. J'ai déjà dit que son regard bovin en fait un candidat de choix pour la Wyatt family,.

Merci

J'ai beaucoup aimé lire ton article Rapha, tu adoptes un ton globalement bienveillant qui m'a permis de revivre la soirée sous un angle moins acerbe. Pas mal de petits détails ont entaché la soirée de mon point de vue et le pire d'entre tous est le cash-in de Ambrose, archi cousu de fil blanc. J'ai vraiment eu l'impression que la WWE elle-même nous avait spoilé plusieurs jours en avance en dévoilant la conclusion de son show. Du coup, quand Dean a utilisé sa mallette, ça ne m'a fait ni chaud ni froid et j'ai conclu mon visionnage par un "quel manque d'originalité, c'était gros comme une maison" plein d'amertume.
.
Merci à Jyskal pour ce comm'pavé bien plaisant... mais qui ne me fait pas décolérer. Je persiste à penser que la ficelle du ref bump (qui en plus, a été utilisée DEUX fois au cours de la soirée - c'est abusé!) sape l'ensemble du match.

You're welcome

Merci pour ton soutien au rédacteur !
Pour le final et ce cash in, j'ai envie de citer botchedspot : "While the outcomes of matches are sometimes predictable, who cares if it’s entertaining?"
http://botchedspot.com/blog/comic/predicting-matches-vs-watching-matches/

C'est un cash in, jusqu'au bout il y a le doute, le risque que Roman remonte sur le ring gâcher le truc, que Rollins fuit, etc.
Moi je continue à trouver la solution vraiment idéale pour donner de la gloire aux meilleurs membres du Shield. Pis Dean mérite tellement la ceinture, et au moins avec cette prise rapide on évite toutes les situations peu crédibles de porteurs de mallettes invisibles.

---

"C'est un cash in, jusqu'au bout il y a le doute, le risque que Roman remonte sur le ring gâcher le truc, que Rollins fuit, etc." Et bien justement, là au moins j'aurais beaucoup plus apprécié que le cash in soit entravé par un élément imprévu.
Je le répète: c'était tellement prévisible que au final, non, ça ne m'a pas diverti. Au contraire même, ça m'a laissé de marbre.
Ce scénario est vraiment paresseux et se veut assez moralisateur je trouve: Rollins (qui est, rappelons-le, censé être le méchant de l'histoire) se retrouve dépossédé de son bien durement acquis en seulement quelques secondes. "Ah ah bien fait pour lui. Lui qui a tant abusé de ses relations privilégiées avec l'Autorité à l'époque, ça lui apprendra. Maintenant il subit le retour de bâton de plein fouet" Voila ce que la WWE voulait probablement nous faire penser à la fin du ppv, sauf que ça ne prend pas (en tout cas, pas chez moi) car Rollins bénéficie du soutien global de toute la foule et en plus, il a remporté la lutte (quasiment) clean. Alors dans ces conditions, ça fait du cash in de Dean un "cash in de petit joueur" (qui avait en plus le défaut d'être archi attendu).
Dean aurait-il utilisé sa mallette si Reigns avait conservé le titre? Voila par exemple un cas de figure qui m'aurait bien plus interessé.

Je l'ai pas pris comme ça

Le coup du cash in je le perçois pas comme une "bien fait pour lui, qui a tant abusé de l'Autorité" mais plutôt à la fois on a le "Rollins revient, bam il redevient champion. Donc il est bien le meilleur fair and square", ajouté au retour de bâton plutôt sous l'angle du MITB : il fanfaronne en permanence qu'il a cashé sur Reigns à WM, et bien là il goute à sa médecine.

oh la la

"scenario paresseux" quand meme. :lol:
Faut remonter à Kane en 2010, je crois, pour avoir un cash direct dans la soirée. Sinon, on se tape toujours les "faux cash" parce que le champion s'échappe, quelqu'un l'en empeche etc...
et que ce soit Rollins ou Reigns, le résultat est le même et le programme a venir aurait été identique.
-
Puis, pour quelqu'un soi-disant soutenu a bout de bras par Vince McMahon, voir Reigns se faire casher dessus deux fois en six mois, les RomanHaters auraient trouver encore a redire en disant qu'il allait regagner le titre et avoir un 4e regne en moins d'un an...

Et si c'était carrément fait exprès !

Hey Rapha, super nalyse bien complète qui me sort de ma torpeur de commentaires d'articles, ça fait bien longtemps que je n'avais plus contribué !
Je rebondis sur un point en particulier, et je précise que ma pensée n'est pas conditionnée par les événements du RAW qui suit (mais qui du coup la confirme un peu je pense).
Je veux parler du finish du match Cena AJ!
.
Perso j'ai trouvé le match absolument fantastique. Tu le dis bien, la partition jouée par Styles est juste au poil. Le mec lit dans le catch des autres, il a systématiquement un coup d'avance et contre. C'était frappant contre Cena avec un Johnny dominé comme rarement par la science du ring de Styles, sa fougue, sa vitesse, son intelligence.
On était pas dans un match de Cena classique face en péril avec comeback victorieux qui nous a été servi maintes fois. Tout ce que tentait Cena était contré. Parfois avec une innovation folle et une fluidité comme pour le AA retourné en Calf Crusher qui m'a arraché un cri d'admiration.
.
Bref match fantastique, très très bien ficelé avec une histoire aux petits oignons servis par deux génies du catch. Et.... PAF la fin du match.
Perso mon avis sur la question, c'est que si tu réagis comme tu as réagis dans ton article, à savoir qu'elle te laisse non pas un goût d'inachevé mais un vrai goût de gâchis pur et simple.. eh bien c'est parfait.
Je vois pointer les fourches du débat autour du retour de Chris Jericho à l'époque du "mais si mais si vous aimez, vous ne le savez pas encore" :p, mais je m'explique !
Je pense que c'était un finish bien plus original qu'il n'y parait. Ce n'était pas juste un ref bump comme on en voit tant. Ficelle éculée au possible comme tu le dis bien et qui nous prend plus pour des andouilles qu'autre chose. Non ! C'était le vol pur et simple de notre plaisir de spectateur et fan de catch par Anderson et Gallows. Ils nous ont volé le Dream Match. Celui de AJ Styles et Cena, mais aussi le notre.
.
Et voilà aussi je pense pourquoi ils avaient tellement appuyé pendant 3 semaines sur "Dream Match" par ci "Dream Match" par là, "15 years in the making" etc... etc... Tout le monde en quelque sorte avait envie de voir ce match depuis une éternité. Même Cena et Styles je suis sur mourraient d'envie un jour de se croiser pour s'affronter, nul doute qu'ils se respectent immensément. C'était une affiche de rêve, une tuerie ce truc. L'opposition Mr WWE versus Mr TNA et plus encore. Deux cultures, deux styles qui s'affrontent enfin, des champions incroyables multi décorés !
.
Et du coup au bout de 25min de délire, car franchement c'était beau ce qu'ils nous ont fait les lascars, voilà qu'on a une intervention merdique et une fin de match anti-climatique au possible qui gâche tout notre plaisir. La définition même du coït interrompu. Cette frustration, tout le monde l'a ressenti, toi, moi, les fans de Cena, les fans de Styles et les fans de catch en général. Du coup c'est parfait ! Quoi de mieux pour clore un premier épisode entre ces deux légendes que de suscité une telle frustration pour leurs prochains affrontements à venir ?!
Et si derrière Styles se comporte comme un con et joue à fond dessus, rien de tel pour se mettre à dos même ses propres fans qui attendaient désespérement ce match et de le voir triompher. Ils voulaient voir Styles gagné clean sur Cena. Et bah raté, à cause de Gallows et Anderson. Et donc par ricochet à cause de AJ Styles lui même, bouuuuuuuuuuuuuuuuh.
.
Après n'oublions pas non plus que Styles a été montré très très costaud dans ce match et il faut le souligner. Il a dominé pendant la quasi totalité du match et a contré tout ce que Cena proposait, parfois à de très nombreuses reprises. Par exemple j'ai rarement vu l’enchaînement de la mort avec le Five Knuckle Shuffle contré aussi souvent; au point que Cena a fini par le porter carrément sans son enchaînement préalable, pour mieux se faire contrer sur la proto bomb derrière. Bref, de l'excellent booking.
.
Moi je dis bien joué parce que c'était à la fois couillu mine de rien de foutre en l'air le match et intelligent et original pour démarrer cette rivalité qui sera j'en suis sur longue et épique. De celles qui ont marqué la WWE à travers les années comme avec Punk, Orton, Edge, etc..

Ref bump qui fait chier

Sur le concept, je suis d'accord avec toi, Al Jysk'.
Que le Club ruine l'équité finale du match, c'est tout à fait cohérent.
Mais ça aurait pu être mieux fait. C'était vraiment un ref bump qui m'insupporte. L'arbitre prend un coup complétement à la con, il feint cette blessure lamentable, comme par hasard Gallows et Anderson arrivent en trois secondes, et ils ne font "que' porter leur finisher.
Alors, je n'ai rien d'autre à proposer là dans ma tête, mais on aurait pu avoir un truc plus original entrainant une destruction violente de Cena qui fasse vraiment intervention de bourrins sans que ça soit ridicule de se dire 'merde la plus grande fédé du monde prévoit pas la possibilité que l'arbitre soit out".

Z'êtes chauds!

Belle nalyse R-Hell, et gros pavé de com le Jyskal, Axl a fait sploutch...
J'adore l'impact que ces trois mecs du Shield ont mis à la WWE en quatre ans. Moi, je les kiffe tous les trois épicétou.
Concernant le cash-in, je rage de ne pas avoir mis nul ou autre dans le main event alors que j'avais donné Ambrose vainqueur du MITB match.
Et ce cash-in m'apparait très logique, il fallait vite évacuer la mallette et son porteur, à l'approche du brand split et Dean fuckin' Ambrose a bien donné à la patrie catch, il mérite son titre, je suis donc joie et félicité.
Et la guerre du Shield qui se profile, je valide à 2000%, allez disons jusqu'au Survivors series et une...reformation du trio pour une feud contre The Club :cache toi:

Bin c'est Rollins le

Bin c'est Rollins le vainqueur du match !

Connexion utilisateur

What's up?



21 juin

Ca se fighte sévèrement au sommet du classement général. Aux étages inférieurs aussi. Les vignettes attendent vos légendes assassines ici. Ne les faites pas poireauter plus longtemps!

Aimez-nous sur Facebook!

Suivez-nous sur Twitter

Commentaires récents

Les Vignettes des Cahiers


Merde, j’ai toujours été nul au Puissance 4.


Retrouvez ici toutes nos vignettes !


Quotes of the Cahiers

"I'm gonna leave him in a pile of blood, and urine and vomit."
Brock Lesnar à propos de John Cena

"At 9 am Eastern time tomorrow, the WWE Network goes live. But the problem is you’re all gonna be so overwhelmed by the incredible content available, you won’t be able to turn it off. Adults will lose their jobs and kids will be expelled from schools for lack of attendance. In fact, you’re gonna be so mesmerized by the incredible content of the WWE Network that you won’t even have time to remove the garbage from your houses. Your places are gonna start to stink, rats will move in, and they’re gonna look like bigger pigsties than they already do. Ultimately, the government is gonna come along and condemn your homes and you will all be left homeless defending yourself on the street. Thank you very much."
Bad News Barrett

"He’s twisting him so much his twin brother is getting dizzy !"
JBL commentant un Giant Swing d'Antonio Cesaro sur l'un des frères Uso.

"I think I'm a little too old for you Jerry. I'm 26, I know you like them younger."
AJ Lee, à Raw, s'adressant à Jerry Lawler

"It looks like James Storm has had more partners than Taylor Swift lately, he should probably get tested"
Bad Influence

"Having watched that… I regret the doctors in Canada saving my life.”
Jerry Lawler, après le segment où Mae Young a accouché d'Hornswoggle.

"What's running through John Cena's mind? I don't give a crap what's running through his mind. What's more important is what's running down his leg."
Brock Lesnar

"Yes. Stop sending dumb tweets like this one. RT: @Kid_Antrim Any advice for me?"
Paul Heyman, sur Twitter

"With Kofi Kingston as the Intercontinental Champion, the bar has been lowered. And when the bar’s been lowered, mediocrity becomes acceptable. And when mediocrity becomes acceptable, society crumbles. And when society crumbles, civilization will end as we know it.”
Le Miz, Hell in a Cell

"Can you figure that? She's not able to get a date! I mean, even Natalya is able to get a date!"
Eve à propos de Layla

"I understand that you barbaric buffoons could easily eviscerate me and dispose of me like common trash. However, if you do so, I will not be a victim. I will be a martyr. A martyr for anyone who appreciates a sophisticated mind."
Damien Sandow, à DX.

"Apparently, giants can win the Super Bowl, but not matches at WrestleMania. You’re like ‘The Reverse Undertaker’. Who are you going to lose to this year? The boxer or the sumo wrestler?”"
Cody Rhodes au Big Show

"The Kliq is back, which is kind of ironic because "click" is the noise the audience's remote control makes every time Kevin Nash pops up on their TV screen."
CM Punk

"It's a conspiracy! C... O... N.... Spiracy!"
R-Truth

"I understand that... that Vince McMahon's gonna make money despite himself... he's a millionaire who should be a billionaire... you know why he's not a billionaire? It's because he surrounds himself with glad-handing nonsensical yes-men like John Laurinaitis, who's gonna tell him everything he wants to hear... and I'd like to think that maybe this company will be better after Vince McMahon is dead, but the fact is it's gonna get taken over by his idiotic daughter and his doofus son-in-law and the rest of his stupid family."
CM Punk

"These people are not Jimmies. They are the greatest fans in the world!"
John Cena, à R-Truth qui venait de qualifier le public de Raw de "Little Jimmies".

"Can you imagine if Sheamus wins this thing? I mean, the international ramifications, I mean the buyrate, I’m talking about the demographic change and everything? If Sheamus wins this match, it will be huge, not only for him but for the Smackdown brand."
Booker T., pendant un Title Match opposant le champion poids lourds Randy Orton à Sheamus.

"When I’m done with him, he’s gonna have barbecue sauce fueling out from his belly button like a geyser."
Michael Cole à propos de Jim Ross

"The WWE has gone from the powerful "Austin 3:16" to the dominant and iconic "can you smell what the Rock is cookin?"... all the way to "You can't see me"? You can't see me, what are you, playing peek-a-boo? Believe me, we all can see you. A blindfolded, sleeping, stuck in the basement Stevie Wonder can see your monkey ass. How in the hell do you think we can miss you come out here with your bright ass purple shirt, before that bright green shirt, bright orange shirt like a big fat bowl of Fruity Pebbles?"
The Rock à John Cena

"Jerry Lawler has forgotten more about wrestling than the Miz has ever known."
CM Punk

"If anyone says you can't do something, if anyone says you can't live your dream... Believe them, because you can't."
The Miz

"William Regal did the real work with this young man. Shawn Michaels took $3000 from him, that's all he ever did."
CM Punk à propos de la formation de Daniel Bryan

"I would RKO my own grandmother if it meant keeping this title. And then I'd RKO YOUR grandmother just to see the look on her face."
Randy Orton, à Sheamus

Virgil: - Ted, what are you going to do for protection?
Ted DiBiase, jetant un coup d'oeil à Maryse: - Go to the drugstore.

"Her teeth are going to be like the Ten Commendments after this match: all broken."
Alicia Fox, à propos d'Eve Torres

"Layla is not married. She deserves a good husband. I should marry her before she meets him."
Jerry Lawler

"If I suck, why would a Perry deli – the top Perry deli – name their top-selling sandwich after me? It's called the Swaggie. It smells like freedom."
Jack Swagger

"I realize how much of a starmaking performance I had in McGruber. The reviews have been off the charts. As a matter of fact, they are speaking of a possible early Oscar nomination."
Chris Jericho

"I'm sure your mom's uterus is awesome."
Vicki StElmo à Vladimir Kozlov

"If we were in your era, I'd put a Sharpshooter on you faster than you can put a pair of cheap sunglasses on an ugly kid."
The Miz, à Bret Hart.

"When I look at you I don't see fans. I don't even see people. I see money, money, money, money. Dollar signs, dollar signs, dollar signs, dollar signs. With some of you, a lot of dollar signs because I see a lot of fat people in the audience and I know you paid for two seats. Thank you very much!"
Batista à Raw.

"We are real women with the body that God created us with."
Mickie James, la femme aux implants mammaires en silicone qui explosent dans le ring.

Don Johnson: "This is a mistake!"
The Miz: "Mistake? No. Pink shirts and white suits, that is a mistake."

"One nation under Punk, undivisible, with integrity and sobriety for all!"
CM Punk

Michael Cole: "Our guest at ringside, Marisse. Welcome."
Maryse: "Oh my god, Michael Cole, you vintage nerd. You can't even say my name right. I should punish you and just give you my French kiss."

"If I see you in my match tonight, I'm gonna tear your intestins out and jump rope with it. And that's not all. I'm gonna take my two fingers, I'm gonna dig up your nosedrills and I'll rip your brain out. And I'm gonna put it in a newspaper and I'm gonna smash it against a window."
Mike Tyson à Hornswoggle

Ted DiBiase: "My movie, the Marine II, is superior to the original Marine."
Cody Rhodes: "Ted, my fifth grade graduation video is superior to the original Marine."

"I'm on Raw, you're on Smackdown... Long distance relationships don't work, Chris."
Big Show

Jerry Lawler, après une promo de Maryse où elle a qualifié Melina de "petite poupée": "Did she just say poupée? Do you know what that means in French?"
Michael Cole: "What?"
Jerry Lawler: "I... I can't say it!"

"I respect her. There are a lot of things that she does that I couldn't do, being the size that she is."
Michelle McCool à propos de Mickie James.

"We have MVP on the stage, and PMS in the ring."
Goldust, à propos des divas assemblées dans le ring pendant les Slammy Awards 2009.

"It was kind of like the 300 at the battle of Thermopylae, but with better abs".
John Morrison à propos de la fin de son match à Survivor Series, quand il s'est retrouvé à 1 contre 3.

"Hi, I'm John Morrison, and one time I drove my Lexus 700 miles on a tank full of my own urine."
John Morrison

"I always said if I could put my brain in Andrew’s body he’d be a 20-time world champ."
Edge à propos de Andrew "Test" Martin