Sondage

Cela fait maintenant un mois tout pile que Jinder Mahal est champion de la WWE. Selon vous::

La chambre des mauvais coucheurs

Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ?

Le chant des partisans

 

Dimanche 12 février 2017. La ville de Phoenix dans l’Arizona accueille le dernier PPV de Smackdown avant WrestleMania. Pour certains, le moment à ne pas rater. Le moment où il faut briller pour espérer figurer en bonne place sur la carte du Show des shows. Alors forcément, quand on rate une telle occasion, cela engendre des petites frustrations. Ce fut le fil rouge de cette soirée bleue.

 

 

- « Guys like you bury guys like me », c’est ça que tu lui avais dit ?

- Oué, non mais j’déconnais. Lol.

 

 

Nalyse de WWE Elimination Chamber

 

Je vous passe le kick-off où paraît-il, Mojo Rawley a battu Curt Hawkins car je ne l’ai pas vu. Ne me demandez pas pourquoi la WWE a estimé que l’ancien Edgehead méritait plus de bosser pour Vince que Cody Rhodes ou Damien Sandow, cela reste pour moi un total mystère. Quant à Mojo, je vous laisse deviner mon opinion sur ce débile.

 

La vraie soirée télévisée débute par un match féminin. Ce n’est d’ailleurs pas étonnant : avec trois combats sur sept, les filles occupent une bonne partie du programme. La revenante et vindicative Mickie James croise le fer avec Becky Lynch. Pour ceux qui ont manqué le début, Mickie considère que les filles d’aujourd’hui manquent de respect à sa carrière en proclamant la révolution. Elle s’en prend donc légitimement à la rouquine, seule représentante des « Four Horsewomen » dans le show bleu.

 

 

Hello ! Coucou ! Salut vous ! Euh non merde j’suis heel… euh… vous êtes moches.

 

 

Il est un fait indéniable et regrettable : Mickie n’a pas un personnage tranché. Ses propos et actes sont clairement heels, mais sa tenue et son style de combat sont encore imprégnés de son rôle de 2009 où elle était la gentille suprême. Malgré cela, le match, un peu long à démarrer, est assez agréable à suivre. Il doit beaucoup à l’énergie Lynchienne, qui enchaine les drop kicks et les coups de coude, mais pas seulement. Reconnaissons le niveau correct de la vétérane, sortant notamment le Mick Kick en pleine tronche de l’Irlandaise. Essayant à tout prix d’éviter le Disarm-Her, Mickie se laisse surprendre. Becky la plaque au sol et la maintient en courant dans le vide, c’est drôle à voir et c’est la victoire. Résultat à mon sens on ne peut plus logique : absente pendant de longues années, James doit encore cravacher pour retrouver son niveau.

 

 

Hé Mickie, en ton absence ya quelqu’un d’autre qui s’appelle James qui t’as remplacée ! Il est là haut tu l’as vu ?

 

 

Et oui, pour rebondir sur la légende fort drôle de cette vignette. Sachez que dans la tribune présidentielle se trouvent Carmella et James Ellsworth, qui seront interviewés à la fin de chaque match féminin, le gag étant que le nabot se contente de répéter bêtement les propos de l’élue de son cœur. C’était pas terrible.

 

Passons à la suite : vous ne le savez peut-être pas, mais Dolph Ziggler est devenu très méchant. Tellement méchant qu’il s’est mis en tête de tabasser sans cesse et à tour de rôle deux pauvres seconds couteaux de Smackdown, à savoir Kalisto et Apollo Crews. Le GM Daniel Bryan a donc décidé de placer le Show Off dans un match à handicap contre les deux gentils. Haha, rira bien qui rira le dernier !

 

Mais Dolph, s’il est méchant, est aussi intelligent. Il profite de la naïveté toujours impressionnante des faces pour démolir le Mexicain avant son arrivée sur le ring. A un contre un, la donne change. Apollo Fucking Crews va devoir donner le meilleur de lui-même.

 

 

Ho putain une souris verte qui courait dans l’herbe ! Je m’en vais lui défoncer sa gueule.

 

 

Le souci, c’est que le duel est assez médiocre, dans le sens premier du terme : c’est moyen. Bien mais sans plus. En gros, ça n’a aucun intérêt, jusqu’au retour prévisible de Kalisto qui finit par rejoindre le lieu du combat et faire basculer la rencontre en la faveur de son équipe. Dolph est donc devenu méchant parce qu’il en avait marre de perdre, et depuis il arrête pas de se faire humilier. Et ça ne lui plait pas, à Ziggie ! Alors que le match est fini, il s’en prend violemment à ses rivaux, éclatant le Luchador contre l’arête du ring avant de s’acharner avec une chaise sur la cheville de l’ancien Uhaa Nation. Les arbitres ont beau mouliner des bras, le Show Off ne s’arrêtera qu’après avoir épanché sa soif de haine. Mauvais perdant ! Sans le savoir, nous assistions là au premier volet du thème de la soirée.

 

Pas le temps de s’attrister sur le sort, au choix, de Ziggler ou de ses adversaires, car les choses sérieuses arrivent avec la première défense de titre de la soirée. Les American Alpha avaient lancé quelques semaines auparavant un challenge ouvert à toute la division par équipes. Les voilà exaucés avec un petit TagTeam Turmoil. Comprenez les règles : deux équipes s’affrontent, dès que l’une gagne, une autre vient remplacer la perdante, et ainsi de suite jusqu’à ce que tout le monde soit passé. Evidemment dans ce cas là, l’ordre d’arrivée va jouer énormément dans les chances de victoire. Le premier duel voit les historiques premiers champions de Smackdown Slater & Rhyno affronter les nouveaux membres de la Fashion Police, les Breezango.

 

 

Loulou et Boutin.

 

 

Forcément, nous sommes dans un tournoi, il faut voir apparaitre six équipes, donc chaque match sera relativement court. Les deux duos ont toutefois l’occasion de donner une performance équilibrée. Les  majorettes, souvent ridiculisées, ne paraissent pas si nulles. Sur une mésentente, Fandango croit porter le tombé à Slater mais ce dernier n’est plus l’homme légal. Occupé à vilipender l’homme à rayures, l’ancien partenaire de Summer Rae ne voit pas venir le Gore. C’en est fini pour eux.

 

 

- Hé hop ! J’ai jamais pu blairer les sosies de Polnareff.

- C’était pas en Claude François qu’il était déguisé ?

 

 

Voici venir à toute vitesse Simon Gotch et Aiden English, les Vaudevillains qui ont vécu des derniers mois plutôt difficiles. Leur passage sur le ring sera éclair : le temps de réceptionner Heath Slater sautant à l’extérieur depuis le sommet du poteau, puis d’encaisser un Gore pour Gotch et un DDT létal pour English. Les hommes de la Belle époque retournent dans leur marasme. Espérons que 2017 verra un peu de lumière pour eux.

 

 

Dépéchons, dépéchons ! On a que deux minutes pour passer pour des cons, s’agit de pas se louper.

 

 

Slater & Rhyno sont toujours dans la course, portés par le soutien délirant de la foule, scandant « ECW » pour l’un et « He’s got kids ! » pour l’autre. Oui mais voilà, les Usos qui arrivent ne sont pas là pour faire figuration.  Plus frais, plus agressifs, les jumeaux n’ont besoin que de deux minutes et un spectaculaire Kick dans la mâchoire du One Man Band pour éliminer leurs adversaires.

 

 

He's got kids ?  Hé ben qu’il retourne les torcher.

 

 

C’est alors qu’arrivent les actuels champions par équipes : Jason Jordan & Shad Gable, les American Alpha. L’affrontement entre les deux duos dominants est plus long et équilibré. Les Usos encaissent rapidement une double German Suplex et nous sommes à deux doigts d’une élimination rapide, mais les Samoans se ressaisissent et travaillent longuement Shad Gable. Jordan finit par rentrer et faire le ménage, mais c’est bien son petit partenaire qui placera le tombé victorieux par surprise.

 

Jimmy et Jey sont éliminés, ils ne sont pas champions et ça les vexe beaucoup. Tellement qu’ils tabassent et démolissent les Alphas à coups de pied et de Samoan Splash. Les arbitres ont beau mouliner des bras, rien n’y fait. Lorsque les jumeaux quittent la salle, les corps des champions gisent sur le ring… Mais le match n’est pas fini ! Surgissant des terres sombres, Konnor et Viktor arrivent, tels des charognards attirés par les cadavres encore fumants, le visage couvert de maquillages toujours plus effrayants.

 

 

Valhalla. We are awaited.

 

 

C’est véritablement la chance d’une vie pour l’Ascension, jusque là confinée aux tréfonds de la carte. Leur prise de finition est placée sur Jason Jordan, mais Gable réussit à sauver la mise in extremis.

 

Favorisés par leur place sur la carte, l’Ascension a au moins le temps de montrer sa puissance. Konnor notamment est impressionnant, mais les Alphas reprennent petit à petit leurs esprits et réussissent à porter le Grand Amplitude sur Viktor. Malgré une adversité conséquente, les champions conservent leur titre.

 

 

Voilà ce qui s’appelle un bel instantané.

 

 

Une telle stipulation semblait favorable à un changement de rois, mais c’était aussi la formule idéale pour construire et établir un peu plus la solidité du règne des anciens chouchous d’NXT. J’ai trouvé l’utilisation d’à peu près toutes les équipes correcte, avec mine de rien une belle exposition des Usos et de l’Ascension ainsi qu’une bonne utilisation de la popularité de Slater & Rhyno pour lancer les hostilités. Seuls les Vaudevillains semblent injustement condamnés à être tournés en ridicule.

 

Le ridicule, parlons en, car la rivalité qui suit baigne dedans depuis le début ! Natalya et Nikki Bella vont enfin régler leurs comptes entre les cordes, après des semaines d’insoutenables séquences.

 

Le niveau de la feud a été placé très bas, et c’est donc une agréable surprise de voir que la rencontre est très regardable, commençant en douceur pour s’intensifier petit à petit.

 

 

T’as ptetre les mêmes nichons que moi mais quand je contracte, t’as pas les mêmes abdos !

 

 

Bon, il y a cinq ans on se serait peut-être arrêté sur cette rencontre, mais la division féminine nous a apporté tellement mieux depuis. Loin de la purge redoutée, c’était un affrontement correct et violent, avec des souplesses depuis le turnbuckle, des coups à l’extérieur du ring, des coudes dans la face… Au diapason de la haine animant les deux belligérantes. Malheureusement le final est merdique et n’achève rien : occupées à se crêper les boobs à l’extérieur, Mrs Hart et Mrs Cena n’entendent pas l’arbitre compter dix et sonner la cloche. Double décompte.

 

Encore une fois ce soir, le match a beau être fini, ça continue à fritter autour du ring puis dans les coulisses. Quand cela va-t-il enfin cesser ?

 

 

Nattie teste sa prochaine gimmick d’hôtesse de l’air.

 

 

Continuons dans l’animosité, mais montons d'un cran dans l’effroi. Il est temps pour Luke Harper de se venger de Randy Orton, l’homme qui a détruit la belle alchimie et la confiance qui existaient entre lui et Bray Wyatt. Luke a tout perdu, il n’a rien à perdre tandis que Randy se pavane avec son ticket en or pour WrestleMania.

 

 

- Allez, crawle moi ça un peu mieux ! Ptite merde !

- Il est vraiment sévère, Philippe Lucas.

 

 

On a rarement l’occasion de voir catcher le grand Luke en solo, et on peut dire qu’il tient le rôle. On sent toutefois dans cet affrontement que de grandes échéances sont à venir pour Orton, et qu’il convient de ne pas trop en faire. La prise de risque est limitée, la Vipère déroule sa partition mais met bien en valeur le barbu qui arrive à faire jeu égal pendant plus de quinze minutes, notamment grâce à ses impressionnants kicks qui viennent presque à bout de l’Apex Predator. Finalement, grâce au classique RKO, le vétéran s’impose et s’affirme logiquement comme une menace pour tout adversaire.

 

 

Huhuhu, porter un étranglement à un barbu ça chatouille !

 

 

Il reste encore deux matchs, et ils concernent les deux ceintures principales. Chez les filles, Alexa Bliss défend son titre contre Naomi.

 

 

- J’suis sûre que ton mec en a une toute petite ! Alors que le mien…

- Je sais, j’ai regardé Total Divas, connasse.

 

 

La danseuse fluo a réussi en quelques semaines à devenir la légitime challenger. La championne la prend de haut mais se retrouve pourtant face à une rude adversité. Ses tentatives de triche sont repérées par l’arbitre, et à plusieurs reprises Alexa semble perdre ses nerfs, échouant à conclure la rencontre. Alors qu’elle porte son Twisted Bliss, Naomi contre et envoie sa version du Starship Pain pour obtenir la victoire. A la surprise générale, l’ex-Funkadactyl est la nouvelle championne féminine de Smackdown !

 

 

Waouu ! Je voudrais remercier ceux qui étaient là à mes débuts, Kaitlyn ma première rivale, Cameron ma partenaire, Brodus Clay qui a cru en nous… Ha ben ils sont tous partis d'ailleurs.

 

 

Reste alors une seule rencontre, mais celle que tout le monde attend et qui a donné son nom au PPV : l’Elimination Chamber match ! La cage infernale a un nouveau design et voit entrer Dean Ambrose, Baron Corbin puis le Miz dans les cellules. Le premier moment sympa vient quand Bray Wyatt, arrivant à son tour dans la structure, fait le tour de ses rivaux, les éclairant de sa torche fumante.

 

 

Heeeeere’s Johnny !

 

 

Tout le monde l’a compris et s’en régale d’avance, le champion John Cena et l’ex-champion AJ Styles vont lancer les hostilités. La popularité du Phenomenal One est toujours aussi fracassante.

 

Je me fais la réflexion que les catcheurs les plus populaires vont bientôt être ceux qui ont construit leur carrière hors de la WWE. On dit souvent que les anciens prennent trop de place, et que les scénaristes ont du mal à construire de vrais main eventers prestigieux avec la génération actuelle. En fait, il suffit d’avoir fait sa gloire ailleurs. Styles, Balor, Samoa Joe et bientôt Roode et Nakamura le prouvent.

 

Bref, la baston commence et ça envoie du lourd. Je vous recommande le visionnage de ce match qui fut de haute volée. Premier entré, Ambrose envoie vite sa folie et son explosivité dans tous les sens, calant une impressionnante Bomb à Styles sur la partie externe au ring. Bray Wyatt entre ensuite et je prends conscience que la répartition gentils/méchants est complètement déséquilibrée.

 

Baron Corbin entre aussi et fait un sérieux ménage : le match est excellemment scénarisé, chaque catcheur parait vraiment avoir sa force et ses faiblesses et les séquences violentes s’enchainent.

 

 

- Allez les gars, à la queue leu leu ! Tous en arrière !

- Merde, Dean est bourré.

 

 

Lorsque la dernière porte s’ouvre, Baron Corbin au milieu du ring attend de pied ferme le Miz. Trop concentré sur le MoneyMaker, il ne sent pas venir Ambrose qui lui glisse un petit paquet pour l’éliminer. Ha il est furieux le Baron ! Et allez, encore une fois ce soir, les arbitres moulinent dans le vide pendant que le Lone Wolf tabasse le Lunatic jusqu’au End of Days fatal. En effet, le fourbe Miz viendra se jeter sur le cadavre d’Ambrose pour officialiser son élimination.

 

 

Toute façon, moi je me casse, on me donne que les vieux T shirts pourris des anciennes tournées de Johnny Hallyday.

 

 

Le Miz lui-même ne fait pas long feu, sorti par un Attitude Adjusment de John Cena. Ils ne sont plus que trois dans la chambre mais l’alliance temporaire contre le Marine ne dure pas (c’est le principe de quelque chose de temporaire). En fait, le Marine non plus ne dure pas : sur une Sister Abigail destructrice, le champion se couche.

 

JBL, probablement plus intelligent que tout le monde, percute à la vitesse de l’éclair : « no matters who, we will got a new champion ! » Incroyable non ? Le duel final entre AJ Styles et Bray Wyatt est malheureusement à mon avis la partie la moins impressionnante de la rencontre. Le rythme s’essouffle un peu, Styles semble prendre l’ascendant mais lui aussi se retrouve présenté à la Sœur pour la première fois de sa carrière. Un, deux, trois. Bray Wyatt a vaincu la chambre infernale et devient le nouveau champion de la WWE. Il gagne donc en toute logique son ticket pour WrestleMania !

 

 

Haa, Orlando, la Floride, les Everglades, les alligators… La maison.

 

 

Le triomphe du gourou est observé du coin de l’œil par Randy Orton. En effet, la Vipère est destinée à affronter le Mangeur de mondes sur la grande scène d’Orlando. Et c’est peut-être ça qui m’a déplu sur cette fin de show : son caractère prévisible. Le sacre de Bray, que j’aurais totalement kiffé en d’autres temps, me paraît uniquement destiné à servir l’intrigue. De plus, je l’avoue au fond de moi, l’affiche ne me fait pas spécialement saliver. Sans parler des programmes que l'on entend évoquer dans les rumeurs pour les autres participants à la chambre...

 

En tous les cas, le match en cage fut de très haute volée et les participants ont relevé le niveau d’un PPV jusque là dans une moyenne moyenne. Bravo aux vétérans Cena, Styles et Miz mais saluons aussi la belle performance de Corbin, de plus en plus à l’aise, d’un Ambrose plutôt en verve dans la cage et d’un Wyatt à sa place.

 

La surprise, c’est que Bray ait gagné sans aucune aide extérieure. Quel angle va prendre la rivalité ? Certains imaginent Orton tomber le masque et révéler que tout était manigancé depuis le début pour détruire la famille de l’intérieur… Mais je n’aime pas cette théorie. Cela fait des mois que Randy est loyal envers les Wyatt. Je préfère penser qu’il est sincère, et que seule la perspective de toucher à l’or mondial va le détourner du chemin.

 

Enfin, après une telle soirée, j'espère que Shane et Bryan prendront les sanctions appropriées. Nous n'avons que trop vu des gens éliminés ou ayant perdu leur match se faire vengeance avec violence, prouvant la totale inutilité et l'incompétence du corps arbitral. Ziggler, les Usos, Corbin, Nattie, tous ont pu se défouler sous les moulinets de bras des référés. Il faudra sévir.

 

 

Vous pensez pouvoir me le réparer pour mardi soir ?

 

zig zag et ambrouillze

Bon, info comme ça, il semble que Ziggler aurait du être dans l'EC à la place d'Ambrose, en tout cas sur les t-shirts de l'évènement, vendus au public sur place, c'était ça l'affiche ! (source info lutte . com)
.
Ambrose avait pas de programme, et un match de Ziggler aurait été plus facile à caser qu'inventer une feud pour le champion intercontinental.
.
Ben si c'est ça, Ambrose a fait mieux que cacher la misère, pendant le match... Et ça confirme un peu mon impression de "on avait besoin d'un heel, ziggler il sait le faire, hop c'est plié".

Et je ne comprends pas

Ce que ambrose faisait là, le IC n'a rien n'a faire dans la chambre, il me fatigue la veveheu a faire des champions intermédiaires des candidats aux ceintures supérieures, reigns avec le US et ambrose ensuite, comment dévaloriser les titres secondaires....incohérence quand tu nous tient....

Le problème de Ziggler Heel

C'est qu'il est plus populaire que ces adversaires.
Quand tu vois qu'il en fracasse un, mais que la foule ne scande que des "Let's go Ziggler", ou qu'il l'acclame pour ses coups de chaises... c'est qu'il y a une couille dans le potage...
.
C'est même plus inquiétant pour Crews, dont tout le monde se contrefout...

Machine arrière

Je vous remercie pour vos compliments et réactions sur la nalyse.
*
Pour Ziggler, je ne vois qu'une seule solution : machine arrière. Il ne fait pas un bon heel, la foule le kiffe... Alors hein n'insistons pas. Le mec est un potentiel gros vendeur de goodies, il a une pop énorme sous le pied au moindre push, il a rien d'un méchant.
Foutez le lui contre Styles à Mania !

Heel était une fois un bon

Ho, pas un bon heel, ziggler, faut pas exagérer... Là je crois juste que la storyline est en standby. Mais je me souviens de son run avec AJ Lee et Big E Lanston... il était délicieusement insupportable.
.
Je crois que c'est son rapport actuel au public qu'est pas du "bon" heel, pas forcément son attitude...
(bon moi aussi je le préfère en face, mais c'est pas le débat :-) je tente de dépasser mon goût mark sur les alignements (avec Crews c'est pas si difficile cela dit)).

Par le passé oui

Dolph fut un des meilleurs heels de la WWE, quand Vickie lui donne sur un plateau le titre mondial face à Edge, ou quand il séduit AJ Lee... Bien sûr !
Mais toutes ces années de carrière ont gonflé sa popularité et là le retour en arrière me parait bien difficile, surtout comme ça.
Bryan fut un très bon heel aussi, mais au bout d'un moment le public ne le voulait plus là dedans (voir passage éclair dans la Wyatt's).

Heel side story

Je me souviens pas du crochet par la wyatt's, mais bon, s'intéresser aux wyatt a souvent été décevant :-)
.
Je sais pas si le turn est destiné à être raté, pour Dolph. L'époque AJ Lee m'avait suffisamment marqué pour que je le voie encore comme ça, le côté "show off" semblait parfois remonter. Pendant la feud avec le Miz "si je perds je pars", cette mégalo semblait éloignée. Et maintenant qu'il est heel, bizarrement, ça ressort pas tellement. Et il ya pas de vrai "ressort narratif" à ce turn, ça l'a juste pris comme ça de plus être réglo . C'est courant, mais comme tu le dis, avec une bonne popularité et un parcours intéressant, négocier le turn avec un peu plus de "raisons" m'aurait semblé nécessaire. Et c'est pour ça que je m'attend à ce qu'une histoire se noue... Parce qu'en attendant, c'est juste un heel de service, face à un face de service comme Crews c'est encore plus visible. D'autant que pour l'instant, l'alignement de dolph ne donne qu'une saveur "brutale" à ses match, mais rien d'enthousiasmant, alors que d'ordinaire, il peut vraiment donner de quoi vérifier son slogan "steel the show".
.
Bref, comme je crois pas à une machine arrière, par optimisme, en me disant que même si la WWE a pas un plan pour lui précisément, elle a une vue d'ensemble sur la puissance de feu des heels et des face dans les show ; si elle a choisi de faire un heel "important" c'est qu'elle en a besoin (pas forcément sur SD, et ça aboutira pas forcément à du bon pour Ziggler - c'est là où ce serait du gâchis, oui).

Ce handicap match est absurde

Un heel en handicap match contre deux faces, mais quelle idée de génie, putain. Surtout quand c'est un heel très populaire et deux faces dont personne n'a rien à foutre. N'importe quoi.

C'est totalement ça

En plus de faire paraître les face faibles, ce dont ils n'ont pas besoin, en les collant à 2 contre un seul heel, ça donne la sympathie du public pour le heel. Et comme CE heel est adoré et que CES face sont juste ignorés (dans le meilleur des cas) par le public, ça donne cette séquence "gênante" (dans le sens où c'est probablement pas ce que souhaitait la WWE) où le public acclame et remercie Ziggler pour avoir tabasser Crews après le match. Un naufrage complet que ce match (comme le disent nos chroniqueurs de Catch Up dans leur analyse du PPV)

De toute façon

crews doit passer heel, il devient le monstre des lowcards, se construit une personnalité et basta.
Ce gars perdrait un concours de popularitéà l'applaudimètre face à Corbin et même face au Miz et Reigns!
.
Kalisto a une pop honnête de low-midcarder, d'ailleurs son retour a sucsité des réactions...

Le ridicule des arbitres

T'as tout à fait raison de souligner ces scènes gênantes où l'arbitre implore le catcheur de ne pas tabasser son adversaire, sans jamais chercher à s'interposer, c'est pathétique, mais c'est comme ça depuis que le monde tourne, je ne crois pas que Shane et Bryan aient l'intention d'en faire quoi que ce soit. Ton excellente nalyse constellée d'hilarantes vivis m'a un peu fait changer d'avis sur un ppv que j'avais trouvé très médiocre: finalement, avec deux premiers couronnements, il est assez historique. Content pour Naomi et Wyatt, deux bons performers chacun dans son genre, la scission des brands leur offre un titre qu'ils n'auraient pas forcément gagné du temps des championnats uniques. Contrairement à toi, le côté prévisible de la victoire de Bray ne m'a pas gêné. L'histoire s'écrit d'elle-même et je préfère nettement assister à un spectacle logique quoique prévisible dans certains de ses développements qu'à des shows centrés sur la volonté de surprendre le spectateur, fût-ce au détriment de la cohérence. Après, j'ai toujours pas vraiment compris pourquoi Orton a rejoint les Wyatt au départ et est resté avec eux, et entre un gars qui vient de gagner son premier titre et un autre, de dix ans son aîné, qui a tout gagné plusieurs fois à la WWE, j'ai du mal à voir le second dans le rôle de l'esclave docile qui se rebelle... A charge aux bookers de nous faire avaler ça.

Au delà de l'histoire

Bon ok, c'est logique, ils sont dans une faction, l'un gagne le Rumble, l'autre le titre mondial, c'est classique...
Mais hors ça, un match Orton/Wyatt ça vous excite pour le titre WWE à WrestleMania ?
Je me souviens de leur premier affrontement en septembre, c'était nul. Les deux ont un style lent voire un peu paresseux, ils ont déjà prouvé par le passé leur talent contre des styles différents, mais l'un face à l'autre...

Sans vraiment de rapport avec la choucroute

Tu parles vite fait de Hawkins en te demandant pourquoi il est là alors que Sandow et Rhodes sont plus là. Je pense avoir une petite idée sur la question : parce que Hawkins ne fait pas de vagues et se contente d'être à sa place de mid-lowcard (plus low que mid d'ailleurs) alors que les deux autres, avec leurs talents respectifs, ont PEUT ETRE émis des revendications quant à leurs travails, ce qui n'a pas été bien pris par les autorités compétentes (notez l'importance que je met sur le "peut être") qui n'avaient pas de plans qui correspondaient à leurs attentes. D'où leurs départs et le retour de Hawkins pour faire "le nombre"). Ce n'est que mon avis, j'ignore ce qu'il en est vraiment.

sur Randynou

pour moi, l'intégration d'Orton commence juste après leur micro-rivalité, où les mind-games s'enchainaient sans trop de raison.
Si j'étais cohérent, Orton s'est dit que ces guignols (point de vue de la voix 1 d'Orton) pouvaient lui etre bénéfique avant de détruire une bonne fois pour toute la famille de l'intérieur. Un titre de champions par équipe + un rumble plus tard, il décide de passer à la phase 2 du plan, détruire la family.
D'abord Harper, le plus doué des lutteurs. Maintenant que tout s'est bien goupillé, il ne reste que le chef, qui Ô hasard, a la meilleure ceinture autour du cou.
.
C'est capilotracté, mais c'est pour moi l'histoire la plus plausible.

je marche, sur la vipère (aie)

Je me raccroche à ce qui a précédé sa conversion, et à la soudaineté de cette dernière. Même si la feud dans la feud, avec Harper, est le seul signe d'une volonté encore présente chez Orton, je trouve que l'histoire là aussi se raconte un peu toute seule. Ne serait-ce que parce qu'Orton gagne le Rumble, on nous rappelle qu'on attend une histoire "pour lui". Et que justement, on voit pas à la base comment l'attelage continuerait avec un leader et quelqu'un qui peut se suffire à lui-même. Même sans être raconté, le potentiel de trahison est dans la têtes, parce que la loyauté, déjà à la WWE, mais même entre ces personnages là, serait un truc inédit.
.
Pour moi, jusqu'ici, c'est avec cet horizon que l'histoire tient. Après, si l'histoire va ailleurs, on peut me le faire avaler, justement parce qu'il y a pas d'éléments filmés qui contrediraient complètement une autre option.
.
Bref, dans ma tête, c'est bien joué, puisque c'est une histoire où je me pose la question, que ça varie quand même pas mal du parcours de la Wyatt jusqu'ici, parce que c'est une histoire "à plus de deux", c'est à dire, avec Harper, avec les adversaires de la famille, avec peut-être des alliances surprises...
Bref. Pas mal, et très bon pendant du côté classique de la course au titre Styles/Cena, dans la construction des SD jusqu'ici.
.
Non le truc qui me gratouille depuis le rumble et même avant, c'est que le Taker est montré pour rien faire. Soit ils avaient prévu un truc et ça peut plus marcher mais bon "il est booké donc on le montre", soit c'est une erreur, parce que le suspense se base que "il faisait quoi là lui" et rien d'autres, depuis trop de semaines.

Ouvrez ouvrez la cage aux busards

J'ai bien aimé la nouvelle structure, l'éclairage "en pied" et comme toi, le tour de Wyatt avec sa lanterne... Moment qui se révèle non seulement esthétique, mais significatif, vue la fin du match.
Et je trouve que la stipu a tenu un bon juste milieu ente deux écueils : l'arbitraire "ils se foutent sur la gueule pour la stipu mais demain ils y penseront plus" et l'autre extrême "l'histoire plus importante que les capacités des lutteurs".
Là, même si c'était très écrit, tout le monde a un peu brillé. Et je pense que le côté réduit du roster permet de pas perdre de vue la personnalité de chacun... Pour l'occasion, chacun avait une histoire qui m'intéressait, que les bookers avaient pas trop malmenée.
J'ai quand même aussi un truc mitigé sur le victoire de Bray : "il était temps", "pas mal pour une fois il s'en tire tout seul" et "oué, POUR UNE FOIS, et vu toutes les fois où il s'est banané en cherchant des noises à des grands, il a pas beaucoup de crédibilité". Et ya de la gêne à imaginer l'histoire trop cousue de fil blanc entre lui et Orton jusqu'à Mania...
.
Et sinon, oui, toi aussi, t'as vu comment Fandango a eu un petit moment plutôt chouette ? J'en finis pas de regretter le gâchis de le mettre en comedy, mais si on lui donne de temps en temps un peu de spotlight comme ça, ya de l'espoir. Ca plus une valorisation de l’Ascension la veille à SD, ça me fait souligner que la qualité est sensible même dans l'écriture des matchs eux-même, pas seulement les feuds.
.
Sinon, Ziggler, je comprend toujours pas le turn. Là tel quel on dirait un rééquilibrage improvisé de la proportion heel/face du show. Ca peut se justifier à plus long terme, et pas forcément directement au bénéfice de Ziggler... murf.
.
Harper... allez... Quand il est tout seul, c'est correct... allez ! continuez à lui donner sa chance !
.
Naomi mérite, je trouve. A de nombreuses occasions avant la révolution, c'était une de celles qui semblait en avoir quelque chose à faire de donner du bon spectacle sportif...
.
Bref ! PPV correct. Un 13 qui aurait pu être un 14 ou un 15 si l'histoire de ziggler était mieux fichue (si Kalisto était un peu moins descendu en grade dans l'année, par exemple).

Connexion utilisateur

What's up?



17 octobre

Les résultats des pronos sur Hell in a Cell sont en ligne: qui a mis un genou à terre? Les vignettes attendent vos légendes sagaces ici.

Aimez-nous sur Facebook!

Suivez-nous sur Twitter

Commentaires récents

Les Vignettes des Cahiers


Merde, j’ai toujours été nul au Puissance 4.


Retrouvez ici toutes nos vignettes !


Quotes of the Cahiers

"I'm gonna leave him in a pile of blood, and urine and vomit."
Brock Lesnar à propos de John Cena

"At 9 am Eastern time tomorrow, the WWE Network goes live. But the problem is you’re all gonna be so overwhelmed by the incredible content available, you won’t be able to turn it off. Adults will lose their jobs and kids will be expelled from schools for lack of attendance. In fact, you’re gonna be so mesmerized by the incredible content of the WWE Network that you won’t even have time to remove the garbage from your houses. Your places are gonna start to stink, rats will move in, and they’re gonna look like bigger pigsties than they already do. Ultimately, the government is gonna come along and condemn your homes and you will all be left homeless defending yourself on the street. Thank you very much."
Bad News Barrett

"He’s twisting him so much his twin brother is getting dizzy !"
JBL commentant un Giant Swing d'Antonio Cesaro sur l'un des frères Uso.

"I think I'm a little too old for you Jerry. I'm 26, I know you like them younger."
AJ Lee, à Raw, s'adressant à Jerry Lawler

"It looks like James Storm has had more partners than Taylor Swift lately, he should probably get tested"
Bad Influence

"Having watched that… I regret the doctors in Canada saving my life.”
Jerry Lawler, après le segment où Mae Young a accouché d'Hornswoggle.

"What's running through John Cena's mind? I don't give a crap what's running through his mind. What's more important is what's running down his leg."
Brock Lesnar

"Yes. Stop sending dumb tweets like this one. RT: @Kid_Antrim Any advice for me?"
Paul Heyman, sur Twitter

"With Kofi Kingston as the Intercontinental Champion, the bar has been lowered. And when the bar’s been lowered, mediocrity becomes acceptable. And when mediocrity becomes acceptable, society crumbles. And when society crumbles, civilization will end as we know it.”
Le Miz, Hell in a Cell

"Can you figure that? She's not able to get a date! I mean, even Natalya is able to get a date!"
Eve à propos de Layla

"I understand that you barbaric buffoons could easily eviscerate me and dispose of me like common trash. However, if you do so, I will not be a victim. I will be a martyr. A martyr for anyone who appreciates a sophisticated mind."
Damien Sandow, à DX.

"Apparently, giants can win the Super Bowl, but not matches at WrestleMania. You’re like ‘The Reverse Undertaker’. Who are you going to lose to this year? The boxer or the sumo wrestler?”"
Cody Rhodes au Big Show

"The Kliq is back, which is kind of ironic because "click" is the noise the audience's remote control makes every time Kevin Nash pops up on their TV screen."
CM Punk

"It's a conspiracy! C... O... N.... Spiracy!"
R-Truth

"I understand that... that Vince McMahon's gonna make money despite himself... he's a millionaire who should be a billionaire... you know why he's not a billionaire? It's because he surrounds himself with glad-handing nonsensical yes-men like John Laurinaitis, who's gonna tell him everything he wants to hear... and I'd like to think that maybe this company will be better after Vince McMahon is dead, but the fact is it's gonna get taken over by his idiotic daughter and his doofus son-in-law and the rest of his stupid family."
CM Punk

"These people are not Jimmies. They are the greatest fans in the world!"
John Cena, à R-Truth qui venait de qualifier le public de Raw de "Little Jimmies".

"Can you imagine if Sheamus wins this thing? I mean, the international ramifications, I mean the buyrate, I’m talking about the demographic change and everything? If Sheamus wins this match, it will be huge, not only for him but for the Smackdown brand."
Booker T., pendant un Title Match opposant le champion poids lourds Randy Orton à Sheamus.

"When I’m done with him, he’s gonna have barbecue sauce fueling out from his belly button like a geyser."
Michael Cole à propos de Jim Ross

"The WWE has gone from the powerful "Austin 3:16" to the dominant and iconic "can you smell what the Rock is cookin?"... all the way to "You can't see me"? You can't see me, what are you, playing peek-a-boo? Believe me, we all can see you. A blindfolded, sleeping, stuck in the basement Stevie Wonder can see your monkey ass. How in the hell do you think we can miss you come out here with your bright ass purple shirt, before that bright green shirt, bright orange shirt like a big fat bowl of Fruity Pebbles?"
The Rock à John Cena

"Jerry Lawler has forgotten more about wrestling than the Miz has ever known."
CM Punk

"If anyone says you can't do something, if anyone says you can't live your dream... Believe them, because you can't."
The Miz

"William Regal did the real work with this young man. Shawn Michaels took $3000 from him, that's all he ever did."
CM Punk à propos de la formation de Daniel Bryan

"I would RKO my own grandmother if it meant keeping this title. And then I'd RKO YOUR grandmother just to see the look on her face."
Randy Orton, à Sheamus

Virgil: - Ted, what are you going to do for protection?
Ted DiBiase, jetant un coup d'oeil à Maryse: - Go to the drugstore.

"Her teeth are going to be like the Ten Commendments after this match: all broken."
Alicia Fox, à propos d'Eve Torres

"Layla is not married. She deserves a good husband. I should marry her before she meets him."
Jerry Lawler

"If I suck, why would a Perry deli – the top Perry deli – name their top-selling sandwich after me? It's called the Swaggie. It smells like freedom."
Jack Swagger

"I realize how much of a starmaking performance I had in McGruber. The reviews have been off the charts. As a matter of fact, they are speaking of a possible early Oscar nomination."
Chris Jericho

"I'm sure your mom's uterus is awesome."
Vicki StElmo à Vladimir Kozlov

"If we were in your era, I'd put a Sharpshooter on you faster than you can put a pair of cheap sunglasses on an ugly kid."
The Miz, à Bret Hart.

"When I look at you I don't see fans. I don't even see people. I see money, money, money, money. Dollar signs, dollar signs, dollar signs, dollar signs. With some of you, a lot of dollar signs because I see a lot of fat people in the audience and I know you paid for two seats. Thank you very much!"
Batista à Raw.

"We are real women with the body that God created us with."
Mickie James, la femme aux implants mammaires en silicone qui explosent dans le ring.

Don Johnson: "This is a mistake!"
The Miz: "Mistake? No. Pink shirts and white suits, that is a mistake."

"One nation under Punk, undivisible, with integrity and sobriety for all!"
CM Punk

Michael Cole: "Our guest at ringside, Marisse. Welcome."
Maryse: "Oh my god, Michael Cole, you vintage nerd. You can't even say my name right. I should punish you and just give you my French kiss."

"If I see you in my match tonight, I'm gonna tear your intestins out and jump rope with it. And that's not all. I'm gonna take my two fingers, I'm gonna dig up your nosedrills and I'll rip your brain out. And I'm gonna put it in a newspaper and I'm gonna smash it against a window."
Mike Tyson à Hornswoggle

Ted DiBiase: "My movie, the Marine II, is superior to the original Marine."
Cody Rhodes: "Ted, my fifth grade graduation video is superior to the original Marine."

"I'm on Raw, you're on Smackdown... Long distance relationships don't work, Chris."
Big Show

Jerry Lawler, après une promo de Maryse où elle a qualifié Melina de "petite poupée": "Did she just say poupée? Do you know what that means in French?"
Michael Cole: "What?"
Jerry Lawler: "I... I can't say it!"

"I respect her. There are a lot of things that she does that I couldn't do, being the size that she is."
Michelle McCool à propos de Mickie James.

"We have MVP on the stage, and PMS in the ring."
Goldust, à propos des divas assemblées dans le ring pendant les Slammy Awards 2009.

"It was kind of like the 300 at the battle of Thermopylae, but with better abs".
John Morrison à propos de la fin de son match à Survivor Series, quand il s'est retrouvé à 1 contre 3.

"Hi, I'm John Morrison, and one time I drove my Lexus 700 miles on a tank full of my own urine."
John Morrison

"I always said if I could put my brain in Andrew’s body he’d be a 20-time world champ."
Edge à propos de Andrew "Test" Martin