Sondage

Cela fait maintenant un mois tout pile que Jinder Mahal est champion de la WWE. Selon vous::

CDC Awards 2017 : Meilleure catcheuse

Laisse tomber les filles, laisse tomber les filles, un jour c’est toi qu’on laissera.

France Gall (qui nous a laissés tomber)

 

En 2017, la cause des femmes a fait parler plus que jamais. Les membres de la gent féminine ont décidé qu’il était temps d’en finir avec des procédés d’un autre âge. Stop aux agressions sexuelles, stop au harcèlement bien lourd, aux sous-entendus pénibles et aux menaces physiques dans le cadre professionnel. La parole des victimes se libère enfin. Stop à Harvey Weinstein, Michael Fallon et Gilbert Rozon. Pour illustrer l’ampleur du problème, l’opération #MeToo a rencontré un succès planétaire. Et pendant ce temps à la WWE ? Eh bien tout va très bien ma foi, Vince McMahon n’a pas été inquiété, Randy Orton continue de faire caca où il veut, et Stéphanie se gargarise d’écrire l’Histoire alors qu’on vient de se taper une bonne année de merde.

 

 

Je suis le capitaine de mon âme.

 

 

CDC Awards 2017 : Meilleure catcheuse

 

 

Vous connaissez le principe, nous étions dix votants avec un classement de cinq à faire, ce qui fait cette année un maximum de points à 50. Je vous laisse auparavant contempler l’historique de ce prestigieux trophée. Michelle McCool, AJ Lee et Paige sont doubles tenantes du titre. Notre dernière gagnante est la grande Charlotte, auteure en 2016 d’une année exceptionnelle notamment marquée par une rivalité de haute volée contre Sasha Banks.

 

Top 3 des années précédentes :

 

2016

1. Charlotte, 34 points sur 35 possibles

2. Sasha Banks, 28 points

3. Becky Lynch, 25 points

 

2015
1. Paige, 40 points sur 45 possibles
2. Charlotte, 32 points
3. Nikki Bella, 25 points

 

2014
1. Paige, 57 points sur 65 possibles
2. AJ Lee, 55 points
3. Nikki Bella, 29 points

 

2013
1. AJ Lee, 59 points sur 60 possibles
2. Kaitlyn, 46 points
3. Natalya, 28 points

 

2012
1. AJ Lee, 58 points sur 75 possibles
2. Eve, 56 points
3. Beth Phoenix, 34 points

 

2011
1. Beth Phoenix, 29 points sur 30 possibles
2. ex Natalya et Kharma, 12 points

 

2010
1. Michelle McCool, 21 points sur 25 possibles
2. Natalya, 17 points
3. Layla, 16 points

 

2009
1. Michelle McCool, 30 points sur 35 possibles
2. Melina, 17 points
3. Mickie James, 14 points

 

 

Avant de vous présenter le classement 2017 des filles de la WWE par la rédaction des Cahiers du Catch, il me parait important de jauger la qualité de la division féminine dans son ensemble. Car 2017, qui succédait à un brillant 2016, fut une énorme déception pour tous les suiveurs. Si vous souhaitez lire un Award enjoué, je vous envoie à la lecture des meilleurs moments de l’année car disons-le tout net, noter les performances des filles laisse un goût très amer dans la bouche. N’ayons pas peur d’utiliser des mots forts, la fédération de Stamford nous tartinant à longueur d’année sur la « révolution devenue une évolution » et sur l’exceptionnelle modernité de l’entreprise qui met ses femmes au premier plan, au même niveau que les hommes, et leur permet d’enfin exister dans l’Histoire de ce sport. De bien belles paroles souvent issues de la voix de Stephanie McMahon, mais qui ont du mal à se traduire dans les faits.

 

Le roster étant divisé entre Raw et Smackdown, on peut comparer les deux shows et constater si l’écurie rouge n’a pas spécialement mis en valeur ses héroïnes, et que la division bleue a offert un spectacle pathétique et déprimant tout au long de l’exercice. On serait honnêtement bien embêtés s’il fallait sortir les cinq meilleurs matchs de l’année chez les filles ! Il fut même très dur de sortir un top 5 pour les catcheuses de l’année. A tel point que, de l’aveu de nombreux rédacteurs, hors des deux premières places relativement évidentes, la distribution se fit un peu au petit bonheur. Ceci explique le grand nombre de citées (12 femmes dans ce classement) et avec un très faible nombre de points pour chacune.

 

 

Allez-y les filles, écrivez l’Histoire. Lol.

 

 

11e ex aequo avec un point sur 50 possibles : Bayley et Mickie James

 

Premières nommées de ce classement, deux membres actuelles de Raw. Bayley doit son unique point à Wrestlemaniac, les autres rédacteurs estimant que son règne de deux mois et demi (incluant une défense victorieuse à WrestleMania) n’a pas suffi. Parfois blessée, souvent mise au second plan, transparente au micro et incapable de se démarquer dans le ring, la Californienne n’est plus que l’ombre de ce qu’elle était à NXT. Son personnage, pas du tout travaillé dans le roster principal, ne semble accrocher qu’avec la frange la plus jeune et la moins exigeante du public. Il va falloir une grosse remise à niveau pour espérer plus de points en 2018, mais l’Award de la meilleure progression n’attend que ça.

 

La vétérane Mickie James a été nommée par Yerem, qui estime à juste titre qu’elle ne fut pas la moins méritante, efficace notamment pour aider à construire les petites jeunes telles qu’Alexa Bliss.

 

 

C’est ma vie… j’n’y peux rien, c’est elle qui m’a choisie.

 

 

10e avec 3 points : Paige

 

Non, je n’ai pas poussé mon amour pour l’Anglaise jusqu’à la nommer sur la troisième marche de mon classement. Seifer m’a aidé en lui donnant un petit point. Bon, l’année de Paige a commencé en novembre et la voir glaner quelques points montre l’étendue du niveau par ailleurs. Son retour a eu le mérite de réveiller la foule, d’apporter du sang frais et de donner un petit coup de pied dans une fourmilière qui ronronnait depuis des mois autour des trois-quatre mêmes catcheuses. De plus, elle nous a rappelé à quel point elle enterrait 95% de ses collègues un micro en main. De quoi espérer une belle année 2018 pour celle qui passa très près de l’enfer... si les affreuses rumeurs de retraite définitive pour cause de blessure se révèlent infondées, bien sûr.

 

 

Je pensais avoir vécu une année horrible, mais en fait, comparé aux copines, c’est pas si pire.

 

 

9e avec 4 points : Nia Jax

 

Mais qui est vraiment Nia Jax ? Qu’est-ce qu’elle fait là ? Quel est son but ? A quoi elle sert ? La cousine du Rock a un gabarit évidemment sans commune mesure à la WWE. Sa force est aussi son point faible, car son booking est très compliqué. Alors qu’elle semble capable de tuer et éviscérer n’importe laquelle des poids plumes qu’elle croise sur son chemin, Nia part plutôt sur une carrière à la Big Show ou à la Mark Henry, avec pour constante une motivation visiblement inexistante à faire son trou. Nia en 2017, c’est une feud interminable de kick-off contre Sasha Banks, parallèlement à un jeu du « t’es ma pote, t’es pas ma pote » avec Alexa Bliss où elle passa un peu pour la couillonnée de service. A aucun moment, elle n’a semblé vraiment intéressée par le titre. Jax a au moins le mérite de faire peur à ses adversaires et de les pousser à des innovations catchesques pour la faire plier, mais on attend mieux pour la suite.

 

 

Je n’suis pas comme toutes ces filles qu’on dévisage qu’on déshabille, moi j’ai des formes et des rondeurs, ça sert à réchauffer les cœurs.

 

 

8e avec 5 points : Becky Lynch

 

Première apparition de la division Smackdown, la flamboyante Irlandaise est notamment placée sur le podium de Kovax. Mais il faudra demander des explications au jeune homme, car l’année 2017 de la rouquine n’est pas brillante. On se souvient tous de cette rivalité contre la luchadora AKA Mickie James, puis d’un match rigolo contre James Ellsworth. Entre ces deux moments séparés de dix mois, rien à se mettre sous la dent. Dénuée d’ambition, Becky ne tutoie jamais la ceinture féminine d’une division à sa portée et se contente de jouer la nunuche avec sa copine Charlotte. Evidemment, Becky est bien mieux classée dans l’Award des talents mal exploités de l’année.

 

 

La meilleure apparition de Becky Lynch en 2017. Si, si, tout à gauche.

 

 

7e avec 6 points : Naomi

 

Voilà la première athlète citée par au moins trois rédacteurs : Jyskal, coy et krix ; un, deux et trois points distribués à la danseuse fluorescente. Citons Jyskal, puisque les autres n’ont pas commenté leur décision : d’après notre célèbre optimiste, l’ex-Funkadactyl a fait une très correcte championne de transition à SD avec quelques bons matchs et un personnage qui fait un tabac auprès du public. Bon, ça reste l’avis de Jyskal. Le mien serait de dire que le Glow Time m’a autant emmerdé que le Brie Mode à son époque, et que son règne fut tout aussi irregardable que celui de Jinder (pour mémoire : la feud contre Lana). Cela faisait des années qu'on entendait dans la catchosphère que Naomi méritait un traitement de haut niveau, et que le jour où elle serait championne on verrait bien, mais on a pas vu gand-chose. De fait, voir une femme qui a tenu la ceinture pendant un tiers de l’année si loin dans le classement montre bien qu’aux Cahiers du Catch, on privilégie la performance au palmarès.

 

 

Une année pas si brillante que ça.

 

 

6e avec 7 points : Natalya

 

Troisième pour Latrell et Wrestlemaniac, la Canadienne a surpris son monde à Summerslam, où elle retrouve le devant de la scène en remportant le titre féminin de Smackdown sept ans après son premier et précédent trophée. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’un tel retour de flamme était inattendu au vu des années de galères traversées par la fille Hart. Reine des gimmicks foireuses, des alliances douteuses, des comportements incohérents et des alignements versatiles, Nattie nous a très souvent fait oublier qu’elle était une bonne catcheuse. Début 2017, elle était encore dans une rivalité vaseuse contre Nikki Bella suite à une attaque revendiquée mais pas vraiment au soir des Survivor Series. Bref, ça fait longtemps que le personnage de Natalya est trop abîmé pour qu’on le prenne au sérieux, mais Natalie Neidhart est une vraie athlète talentueuse. Son court règne ressemble plutôt à un chant du cygne et à un cadeau d’au revoir. Sitôt dépossédée de son bien, la Canadienne a annoncé son souhait de laisser tomber le public ingrat de la WWE. Vraie retraite ou petite pause avant un retour? Le Rumble nous en dira peut-être plus.

 

 

Et si, je pèse toujours dans le game ! J’espère que la prime à la retraite sera bien chargée !

 

 

5e avec 9 points : Carmella

 

La championne du bitchage glane quelques points de ci de là, mais fait forte impression auprès de Yerem qui la classe carrément en deuxième ! Interrogé par nos services, l’intéressé met en avant la « double » victoire au Money in the Bank de la donzelle. Il est vrai que s’il faut prendre en compte les moments les plus marquants de la saison, toute cette affaire autour de la première mallette féminine prise en otage par James Ellsworth a fait bien plus couler d’encre que toutes les rivalités pour des titres. Qu’on le veuille ou non, Carmella a marqué l’Histoire et la belle a trouvé son personnage, sans grande efficacité sur le ring mais avec une aisance plus marquée au micro et dans la gestuelle. Il reste que quasiment six mois après, la princesse de Staten Island n’a pas montré une grande envie d’encaisser son contrat pour le match de championnat. Pas sûr qu’elle ait compris comment faire.

 

 

Ce soir j’entre dans le club en mode bestial…

 

 

4e avec 11 points : Sasha Banks

 

Au pied du podium, Sasha représente à elle toute seule les errements de la division féminine de la WWE, et la circonspection des suiveurs. La Boss est en effet classée troisième pour trois de nos rédacteurs mais n’apparait même pas dans le classement de six autres !

 

Comme pour toutes ses camarades, le bilan 2017 n’est pas bien fameux et de la part de Sasha, après son année 2016, on attend tellement mieux. Empêtrée dans une rivalité à n’en plus finir contre Nia Jax où un coup elle perd, un coup elle gagne sans qu’on comprenne pourquoi, Sasha est surtout bloquée dans son ascension par son amitié cucul la praline avec Bayley. Pendant tout le début d’année, elle se satisfait à aider sa copine qui titille la domination d’Alexa Bliss. Puis les forces s’inversent et la Boss devient la légitime challenger, devenant même championne à Summerslam alors qu’elle perdait clean contre Alicia Fox deux mois avant. La WWE ayant décidé de donner à Banks la gimmick de « meuf qui sait jamais conserver un titre, on dirait Dolph Ziggler lolilol », Alexa Bliss récupère son bien une semaine plus tard. En tous les cas, de l’avis de Seifer comme du mien, la Boss est avec Charlotte la meilleure entre les cordes, et il lui faut un heel turn. Un point c’est tout.

 

 

J’commence à en avoir assez de ces connasses de blondes qui m’empêchent d’être au sommet !

 

 

3e avec 14 points : Asuka

 

Sur la petite marche du podium de cette année, nous trouvons la sensation japonaise Asuka. Cette place est surprenante à plus d’un titre : au niveau mathématique, elle glane la plus faible proportion de points dans l’histoire de cet Award pour une 3e place. Seulement 28% du maximum possible, quand les troisièmes des années précédentes arrivaient aux alentours des 50%. Cela prouve l’absence de consensus parmi les votants et la dispersion des votes. Seuls Wrestlemaniac et coy n’ont pas voté pour l’impératrice du soleil levant. Pour les autres rédacteurs, Asuka a beau ne pas être là depuis longtemps, son entrée dans le grand bain est une réussite. L’invaincue championne de NXT maitrise son personnage et la foule est derrière elle. Excellente sur le ring, elle irradie un sentiment de puissance et de confiance qui manque à toutes ses congénères. Il s’agit pourtant encore d’un début et sa principale performance, un peu téléphonée, est d’être la dernière survivante de son équipe aux Survivor Series. Dans d’autres circonstances, elle aurait été plus bas dans le classement mais, peu d’autres catcheuses ayant réussi leur année, Asuka a apporté ce regain d’intérêt pour Raw et mérite sa place. Tous les compteurs sont au vert pour l’année 2018.

 

 

Avec Asuka, Raw va devenir le show jaune (parce qu’elle va tout gagner comme à NXT, soyez pas racistes)!

 

 

2e avec 41 points : Charlotte

 

Enfin ! Il faut attendre la deuxième place pour voir un plébiscite se dessiner. Ainsi que la fin du suspense : Charlotte ne réussit pas la passe de deux. Cette année encore, elle fait partie des toutes meilleures, mais échoue à dominer complètement la division. En 2017, la Reine a fini l’année comme elle l’a commencé : championne. Mais pas dans la même écurie. En janvier, elle est encore la force dominante de Raw mais voit son règne et son invincibilité en PPV brisés par Bayley. Après WrestleMania, elle profite du shake-up pour rejoindre les rangs de Smackdown. Là-bas pourtant, malgré une faible adversité, Charlotte ne semble pas vraiment motivée à imposer sa domination. Elle passe quelques semaines à faire un peu connaissance avec les lieux et les gens, avec désormais un alignement de gentille aux côtés de Becky Lynch. Ensuite, elle prend une pause de deux mois pour s’occuper de son vieux papa malade. A son retour, la fille Flair est motivée comme jamais et il lui faut moins d’un mois pour redevenir championne et le rester. Suite à l’arrivée du Riott Squad, elle se retrouve un peu éloignée de l’attention et garde sa ceinture au chaud en attendant la concurrence.

 

Au final, une bonne année pour la taulière de la section féminine, bien loin de cette historique cuvée 2016, mais où il n’y a rien à lui reprocher. Elle a tenu son rang, gentiment cédé son trône à Raw en faisant le travail durant la saison de WrestleMania, puis a repris sa digne place en fin d’année à Smackdown.

 

 

- Allez copine, me tape pas, on est première et deuxième cette année.

- Tu m’as pris ma place, sale blonde. Tu vas crever.

 

 

1ère avec 48 points sur 50 possibles : Alexa Bliss

 

C’est quasiment carton plein pour Alexa Bliss, mais pas tout à fait. La faute à krix et coy qui ont préféré l’année de Charlotte Flair. Le 100% reste donc un Graal jamais atteint pour les concurrentes de cet Award. Il reste que l’année de la petite furie est exceptionnelle et inattendue. Qui aurait parié sur l’acolyte de Blake et Murphy lorsqu’elle est arrivée en juillet 2016 de NXT à Smackdown ?

 

Et pourtant. Avec son caractère bien trempé et son ambition dévorante, Miss Bliss a conquis toutes les divisions et toutes les ceintures à disposition. Dominatrice totale de la scène bleue, elle cède finalement son titre à Naomi qui voulait gagner son WrestleMania moment à la maison. Pas le temps de s’apitoyer sur son sort, Alexa rejoint Raw et laisse derrière elle une division qui mettra six mois avant de redevenir un peu intéressante. Elle est la toute première femme à gagner les deux titres féminins lors de Payback, c’est-à-dire moins de trois semaines après son arrivée dans le show du lundi soir. Et depuis, celle qui se fait appeler « The Goddess of WWE » ne partage son Olympe avec personne. Bliss a porté le catch féminin de la fédération sur son petit dos pendant toute cette année. Seifer, Jyskal et Yerem parlent d’une même voix quand ils disent que, sans être la plus douée entre les cordes, Alexa a tout compris au métier et au divertissement sportif. Hyper à l’aise au micro même face à des foules difficiles (sa gestion des chants « What ? » est exemplaire), vicieuse, intelligente, charismatique et détestable à souhait, elle est devenue celle qu’on veut voir. Sa domination ne souffre d’aucune contestation malgré tous les talents disponibles dans le roster de la fédération stamfordienne. Elle fait penser à une version féminine du Miz, qui progresse sur le ring tout en ayant déjà dépassé tout le monde dans l’exercice scénique et oratoire.

 

C’était une année exceptionnelle où l’ex-cheerleader a bénéficié d’un immense vide dans la division. Il y a fort à parier qu’elle ne rééditera pas l’exploit en 2018 et qu’elle rétrogradera un peu sur la carte, au vu de l’adversité qui pousse à la porte. Mais elle aura encore le loisir de nous énerver, elle adore ça et nous aussi.

 

 

S’il te plait 2017… Reste encore un peu, c’était bien.

 

 

Voilà donc le classement final d’une année 2017 très bizarre et étonnamment nulle malgré les talents en présence. Pas de blessures majeures, pas de licenciements imprévus, la faute revient entièrement aux scénaristes qui ont réussi à nous ennuyer profondément avec Bayley, Sasha Banks et Nia Jax d’un côté tandis que de l’autre ils mettaient en valeur Naomi, Carmella et Lana malgré la présence de Becky Lynch et Charlotte. 2018 commence sur une toute autre note avec les arrivées des deux trios de méchantes. Mais cela rappelle un peu l’époque triste des équipes BAD, PCB et tout le tintouin. Espérons que le premier Royal Rumble de l’Histoire sera un beau moment qui lancera une bien meilleure saison pour toutes. La WWE a les cartes entre les mains pour nous faire à nouveau aimer les filles.

 

 

Laisse chéri, le Rumble cette année, c’est pour moi.

Bof bof

Cette année 2017 aura été assez faiblarde du côté des divas. Evidemment c'était toujours mieux que les "années de plomb" où Laycool dominait le roster de Smackdown qui comportait 4 divas dont 2 ne sachant pas catcher (McCool, Layla, Kelly kelly et Tiffany). Mais comparé à 2016 ce n'était pas terrible.
Perso j'ai mis Alexa Bliss et Charlotte Flair en tête. Après ça j'ai nommé trois autres divas sans trop de conviction.

Vu l'année

Ou les bookers m'ont semblé moins inspirés, alternant paresseusement les challengeuses, il n'y avait que 2 noms possibles.
L'année fut tellement terne, qu'Asuka, qui n'a fait qu'un trimestre finit médaille de bronze.
Alors messieurs les bookers, on se ressaisit, on sort Becky et Sasha du placard au lieu de faire des trios sans but...

Conquis

J'ai pas vu énormément Alexa Bliss en oeuvre, mais je suis fan de ce que j'ai vu. Quelle présence, quel charisme! A part ça l'année a effectivement été décevante, comme tu le soulignes à juste titre, avec en point d'orgue ce MITB au dénouement pathétique. La bonne chose, c'est que Charlotte ne soit plus une face neuneu: que ce soit en heel détestable ou face sûre de ses forces, elle passe bien mieux qu'en pouf sirupeuse. Espérons que Paige ne soit pas définitivement out et que le Rumble féminin soit traité avec sérieux, il y a de quoi faire avec toutes ces jeunettes de qualité!

Difficile de faire autrement

Sacré année pour Bliss qui damne le pion à toutes les femmes.
Ce n'est pas que Charlotte et les autres ont fait une mauvaise année, mais vu la qualité de la division l'année dernière, c'est compliquée de faire aussi bien.
-
Effrayante la dernière vignette....

Si, si.

"Ce n'est pas que Charlotte et les autres ont fait une mauvaise année"...
Quand même !
Non ?
Je vois peu de raisons d'être satisfait de l'année 2017 chez les filles. Certes, la cuvée 2016 était exceptionnelle mais les forces en présence étaient les mêmes voire meilleures. Bayley est arrivée fin 2016 dans le grand bain et son année est un raté complet. Toute la division de Smackdown a été un marasme total, avec des champions en bois (Naomi a eu un règne insipide), des prestations ratées (le MITB, Becky transparente, Lana mise en avant au dépend des autres...).
La WWE avait largement les moyens de faire beaucoup moins inintéressant. Espérons qu'on parte sur une nouvelle bonne année.

Mais non

on est tous d'accord pour dire que 2016 est l'année forte de la division, mais est ce que 2017 est meilleure que 2015, 2014 ou 2013? Et bien personnellement, j'ai trouvé.
-
Je m'en tape si certaines chouchous n'ont pas eu le booking désiré au profit d'autres, je m'en tape complet. Mais on a une très bonne Charlotte, une excellente Bliss et une Asuka qui défonce tout. Les feuds sont au niveau des années passées, mais certains matchs étaient au dessus.

Encore une fois, la dernière

Encore une fois, la dernière vignette est somptueuse et je la trouve tout à fait crédible...
J'avais voté pour Charlotte en en 1 et Alexa en 2, mais je conviens que la little miss Bliss a fait une année pleine et mérite amplement cet award que l'univers de la WWE tout entier envie aux cahiers du catch.
Seul bémol, la division féminine aura gravement perdu de sa superbe au cours de cette année 2017 et du coup, le niveau général a bien baissé, ce qui fait que j'ai voté un peu à la louche pour les trois dernières.
Bon, malgré cela, je suis complètement hypé par deux choses chez les dames:
L'arrivée d'Asuka qui va faire trembler la division féminine en 2018 et le rumble féminin qui, j'espère, va nous régaler.

Tiens, en y réfléchissant, je me dis que les trois premières du classement ont un truc en commun, c'est qu'elles transpirent la gagne ces trois dames, c'est qu'elles affichent une confiance en elles redoutable et une détermination sans faille, ce qui manque à beaucoup de lutteuses du roster en ce moment. Elles ont la "champions attitude" ces trois-là, je souhaite du courage aux autres pour se mettre au niveau.
Nia, Becky siouplait un sursaut en 2018! ou pétez la gueule à vos bookers, mais il est temps de se révolter que diable!
Merci Rapha-Hell pour ce taf ;-)

On y croit

Merci Krix pour ce retour !
Il est vrai que le classement, hors des trois premières, est un peu une répartition aléatoire.
Crédible, Steph dans le Rumble ? vu qu'elle a annoncé l'événement et qu'elle aime beaucoup dire qu'elle est une partisane de cette Révolution, ça me parait tout à fait possible en 30ème. Mais qu'elle gagne, j'y crois pas.

Connexion utilisateur

What's up?



31 janvier

Il était bien cool, ce Rumble, non? Venez dire dans les comms de la nalyse ce que vous en avez pensé, et n'oubliez pas que les vignettes attendent vos légendes sagaces ici.

Aimez-nous sur Facebook!

Suivez-nous sur Twitter

Commentaires récents

Les Vignettes des Cahiers


Merde, j’ai toujours été nul au Puissance 4.


Retrouvez ici toutes nos vignettes !


Quotes of the Cahiers

"I'm gonna leave him in a pile of blood, and urine and vomit."
Brock Lesnar à propos de John Cena

"At 9 am Eastern time tomorrow, the WWE Network goes live. But the problem is you’re all gonna be so overwhelmed by the incredible content available, you won’t be able to turn it off. Adults will lose their jobs and kids will be expelled from schools for lack of attendance. In fact, you’re gonna be so mesmerized by the incredible content of the WWE Network that you won’t even have time to remove the garbage from your houses. Your places are gonna start to stink, rats will move in, and they’re gonna look like bigger pigsties than they already do. Ultimately, the government is gonna come along and condemn your homes and you will all be left homeless defending yourself on the street. Thank you very much."
Bad News Barrett

"He’s twisting him so much his twin brother is getting dizzy !"
JBL commentant un Giant Swing d'Antonio Cesaro sur l'un des frères Uso.

"I think I'm a little too old for you Jerry. I'm 26, I know you like them younger."
AJ Lee, à Raw, s'adressant à Jerry Lawler

"It looks like James Storm has had more partners than Taylor Swift lately, he should probably get tested"
Bad Influence

"Having watched that… I regret the doctors in Canada saving my life.”
Jerry Lawler, après le segment où Mae Young a accouché d'Hornswoggle.

"What's running through John Cena's mind? I don't give a crap what's running through his mind. What's more important is what's running down his leg."
Brock Lesnar

"Yes. Stop sending dumb tweets like this one. RT: @Kid_Antrim Any advice for me?"
Paul Heyman, sur Twitter

"With Kofi Kingston as the Intercontinental Champion, the bar has been lowered. And when the bar’s been lowered, mediocrity becomes acceptable. And when mediocrity becomes acceptable, society crumbles. And when society crumbles, civilization will end as we know it.”
Le Miz, Hell in a Cell

"Can you figure that? She's not able to get a date! I mean, even Natalya is able to get a date!"
Eve à propos de Layla

"I understand that you barbaric buffoons could easily eviscerate me and dispose of me like common trash. However, if you do so, I will not be a victim. I will be a martyr. A martyr for anyone who appreciates a sophisticated mind."
Damien Sandow, à DX.

"Apparently, giants can win the Super Bowl, but not matches at WrestleMania. You’re like ‘The Reverse Undertaker’. Who are you going to lose to this year? The boxer or the sumo wrestler?”"
Cody Rhodes au Big Show

"The Kliq is back, which is kind of ironic because "click" is the noise the audience's remote control makes every time Kevin Nash pops up on their TV screen."
CM Punk

"It's a conspiracy! C... O... N.... Spiracy!"
R-Truth

"I understand that... that Vince McMahon's gonna make money despite himself... he's a millionaire who should be a billionaire... you know why he's not a billionaire? It's because he surrounds himself with glad-handing nonsensical yes-men like John Laurinaitis, who's gonna tell him everything he wants to hear... and I'd like to think that maybe this company will be better after Vince McMahon is dead, but the fact is it's gonna get taken over by his idiotic daughter and his doofus son-in-law and the rest of his stupid family."
CM Punk

"These people are not Jimmies. They are the greatest fans in the world!"
John Cena, à R-Truth qui venait de qualifier le public de Raw de "Little Jimmies".

"Can you imagine if Sheamus wins this thing? I mean, the international ramifications, I mean the buyrate, I’m talking about the demographic change and everything? If Sheamus wins this match, it will be huge, not only for him but for the Smackdown brand."
Booker T., pendant un Title Match opposant le champion poids lourds Randy Orton à Sheamus.

"When I’m done with him, he’s gonna have barbecue sauce fueling out from his belly button like a geyser."
Michael Cole à propos de Jim Ross

"The WWE has gone from the powerful "Austin 3:16" to the dominant and iconic "can you smell what the Rock is cookin?"... all the way to "You can't see me"? You can't see me, what are you, playing peek-a-boo? Believe me, we all can see you. A blindfolded, sleeping, stuck in the basement Stevie Wonder can see your monkey ass. How in the hell do you think we can miss you come out here with your bright ass purple shirt, before that bright green shirt, bright orange shirt like a big fat bowl of Fruity Pebbles?"
The Rock à John Cena

"Jerry Lawler has forgotten more about wrestling than the Miz has ever known."
CM Punk

"If anyone says you can't do something, if anyone says you can't live your dream... Believe them, because you can't."
The Miz

"William Regal did the real work with this young man. Shawn Michaels took $3000 from him, that's all he ever did."
CM Punk à propos de la formation de Daniel Bryan

"I would RKO my own grandmother if it meant keeping this title. And then I'd RKO YOUR grandmother just to see the look on her face."
Randy Orton, à Sheamus

Virgil: - Ted, what are you going to do for protection?
Ted DiBiase, jetant un coup d'oeil à Maryse: - Go to the drugstore.

"Her teeth are going to be like the Ten Commendments after this match: all broken."
Alicia Fox, à propos d'Eve Torres

"Layla is not married. She deserves a good husband. I should marry her before she meets him."
Jerry Lawler

"If I suck, why would a Perry deli – the top Perry deli – name their top-selling sandwich after me? It's called the Swaggie. It smells like freedom."
Jack Swagger

"I realize how much of a starmaking performance I had in McGruber. The reviews have been off the charts. As a matter of fact, they are speaking of a possible early Oscar nomination."
Chris Jericho

"I'm sure your mom's uterus is awesome."
Vicki StElmo à Vladimir Kozlov

"If we were in your era, I'd put a Sharpshooter on you faster than you can put a pair of cheap sunglasses on an ugly kid."
The Miz, à Bret Hart.

"When I look at you I don't see fans. I don't even see people. I see money, money, money, money. Dollar signs, dollar signs, dollar signs, dollar signs. With some of you, a lot of dollar signs because I see a lot of fat people in the audience and I know you paid for two seats. Thank you very much!"
Batista à Raw.

"We are real women with the body that God created us with."
Mickie James, la femme aux implants mammaires en silicone qui explosent dans le ring.

Don Johnson: "This is a mistake!"
The Miz: "Mistake? No. Pink shirts and white suits, that is a mistake."

"One nation under Punk, undivisible, with integrity and sobriety for all!"
CM Punk

Michael Cole: "Our guest at ringside, Marisse. Welcome."
Maryse: "Oh my god, Michael Cole, you vintage nerd. You can't even say my name right. I should punish you and just give you my French kiss."

"If I see you in my match tonight, I'm gonna tear your intestins out and jump rope with it. And that's not all. I'm gonna take my two fingers, I'm gonna dig up your nosedrills and I'll rip your brain out. And I'm gonna put it in a newspaper and I'm gonna smash it against a window."
Mike Tyson à Hornswoggle

Ted DiBiase: "My movie, the Marine II, is superior to the original Marine."
Cody Rhodes: "Ted, my fifth grade graduation video is superior to the original Marine."

"I'm on Raw, you're on Smackdown... Long distance relationships don't work, Chris."
Big Show

Jerry Lawler, après une promo de Maryse où elle a qualifié Melina de "petite poupée": "Did she just say poupée? Do you know what that means in French?"
Michael Cole: "What?"
Jerry Lawler: "I... I can't say it!"

"I respect her. There are a lot of things that she does that I couldn't do, being the size that she is."
Michelle McCool à propos de Mickie James.

"We have MVP on the stage, and PMS in the ring."
Goldust, à propos des divas assemblées dans le ring pendant les Slammy Awards 2009.

"It was kind of like the 300 at the battle of Thermopylae, but with better abs".
John Morrison à propos de la fin de son match à Survivor Series, quand il s'est retrouvé à 1 contre 3.

"Hi, I'm John Morrison, and one time I drove my Lexus 700 miles on a tank full of my own urine."
John Morrison

"I always said if I could put my brain in Andrew’s body he’d be a 20-time world champ."
Edge à propos de Andrew "Test" Martin