Cinéma

Musique, bouquins, ciné, il n'y a pas que le catch dans la vie.
Avatar du membre
Corwin
Eva Marie
Messages : 4073
Enregistré le : 28 janv. 2011 18:01

Re: Cinéma

Message par Corwin »

Y a pas de blob pourtant dans cette histoire, juste Lucy Liu dans une chambre froide.

[ Posté d'un mobile ]

Avatar du membre
Latrell
Chris Benoit
Messages : 10594
Enregistré le : 19 mars 2010 11:06

Re: Cinéma

Message par Latrell »

Corwin a écrit :Le gars il donne des exemples de la filmo de Natali et il ne cite même pas son meilleur film, Cypher.
Gros naze.

[ Posté d'un mobile ]
pas vu.
be funk be drunk

Avatar du membre
Latrell
Chris Benoit
Messages : 10594
Enregistré le : 19 mars 2010 11:06

Re: Cinéma

Message par Latrell »

El Camino de Vince Gilligan
Faut avoir vu Breaking Bad pour pouvoir en parler. ça reste super cool et il y a Robert Forster :enaccord6:

Sinon, John Wick 3: Parrabellum.
Quel univers foisonnant de règles et d'idée, ça part encore dans tous les sens mais les scènes d'actions sont d'une maitrise :o
Et on a le plaisr de voir Bronn de GOT se faire manger les couilles.
be funk be drunk

Avatar du membre
Latrell
Chris Benoit
Messages : 10594
Enregistré le : 19 mars 2010 11:06

Re: Cinéma

Message par Latrell »

Joker de Todd Phillips.
Image

un grand Joaquin Phoenix complètement habité par le rôle d'Arthur Fleck.
Manque pas grand chose pour en faire un instantané classique mais un des films de l'année si ce n'est le meilleur pour l'instant.
Par contre, on se retape le trauma de Bruce Wayne :dodo:
be funk be drunk

Avatar du membre
Kovax
Eva Marie
Messages : 4269
Enregistré le : 16 mars 2010 19:29
Localisation : À bord du SSV Normandy https://objectionk.wordpress.com/
Contact :

Re: Cinéma

Message par Kovax »

Je serais curieux de savoir ce qui t'a plu dans ce film, Latrell, ça m'intéresse beaucoup... Je sors du ciné à l'instant, je pense faire un gros post pour en parler, et je pense qu'on pourrait avoir un bon débat à propos de ce Joker.

++

[ Posté d'un mobile ]

Avatar du membre
Latrell
Chris Benoit
Messages : 10594
Enregistré le : 19 mars 2010 11:06

Re: Cinéma

Message par Latrell »

Kovax a écrit :Je serais curieux de savoir ce qui t'a plu dans ce film, Latrell, ça m'intéresse beaucoup... Je sors du ciné à l'instant, je pense faire un gros post pour en parler, et je pense qu'on pourrait avoir un bon débat à propos de ce Joker.

++

[ Posté d'un mobile ]

Je vais lister ça, dans le désordre, sous un spoiler
Mais
- le fait que ce ne soit pas un film de super héros
- L'interprétation de Joaquin Phoenix
- L'ambiance et l'influence Scorsesienne
- Les twists
- "Rock'n'Roll" de Gary Glitter quand Arthur descend les escaliers
- De Niro
- Le Gotham dégueulasse
- La fin qui laisse la place a l'interprétation
- Ce malaise en sortant de la salle, ce film qui reste dans la tête.
be funk be drunk

Avatar du membre
Kovax
Eva Marie
Messages : 4269
Enregistré le : 16 mars 2010 19:29
Localisation : À bord du SSV Normandy https://objectionk.wordpress.com/
Contact :

Re: Cinéma

Message par Kovax »

Merci pour ta réponse Latrell. :)

J'ai donc vu ce fameux Joker hier soir. Je dois avouer que j'ai accueilli ce film avec méfiance, depuis son annonce jusqu'à sa victoire à Venise en passant par les différentes interviews promo et les annonces de casting, ce Joker me mettait mal à l'aise avant même de découvrir la version "film d'auteur" de l'ennemi juré de la chauve-souris de Gotham. Et en sortant de la salle de cinéma, ce Joker est resté dans ma tête, imprimant sa marque profondément dans mon esprit, pas toujours pour les bonnes raisons. Car si je considère que Joker est un film à voir et à ne pas manquer, il me fascine autant qu'il me repousse. Mais je vais tenter de préciser ma pensée, qui englobe mon sentiment sur le film, tant sur ce qu'il est que sur ce qu'il représente.

Il y a déjà la façon dont le film est vendu, que ce soit par le réalisateur ou par une partie de la critique (pro ou pas), comme si adapter un personnage de comics était honteux, et que ce Joker était le premier film "intelligent" tiré d'un univers qu'on prend un peu de haut. Un peu l'éternel conflit sur ce qui est supposé représenter la vraie culture, et vous connaissez mon avis sur la question. C'est d'ailleurs avec un sourire narquois que j'ai vu que Latrell a préféré parler de Joker dans le topic cinéma et non pas dans celui du "rayons laser boom explosion" parce que ça représente bien le problème que j'ai avec ce film (mais je comprends pourquoi tu as fait ce choix Lat', pas de souci, ce qui suit ne te vise pas perso ;) ) : qu'on le veuille ou non, aussi arty soit-il, Joker est un comic book movie, autant que la dernière marvellerie en date. Et pour passer mon point Scorsese, pas totalement hors sujet puisque c'est sa boîte de production qui a permis la réalisation de ce Joker, on peut faire du blockbuster tout en ne prenant pas son public pour des cons, même quand on est le MCU. Il suffit de regarder la trilogie Captain America qui traite de la propagande, de la tentation sécuritaire au détriment de la liberté dans nos démocraties occidentales et des nombreux visages de la vengeance et comment elle peut déterminer le reste de nos vies après un drame : c'est traité entre deux explosions et trois bastons pleines d'effets spéciaux, mais ça reste fait avec assez de finesse quand on s'y penche un peu sérieusement, n'en déplaise à Marty qui considère que ce n'est pas du vrai cinéma. Désolé, mais il fallait que ça sorte ! :mrgreen:

Mais blague à part, cela explique ma méfiance face à ce Joker : comment faire un film sur un personnage de bande dessinée, un super-vilain qui plus est, quand on a un peu honte de faire un comic book movie et qu'on veut être pris au sérieux pour pouvoir séduire à la fois le grand public, les cinéphiles exigeants et les geeks, qui malgré tout sont ceux qui vont assurer les premières recettes ? Ça me semblait un peu compliqué. Mais le plus étonnant, c'est que pour moi, le pari est à la fois réussi et raté.

Je vais commencer sur un point sur lequel je pense que tous ceux qui voudront parler de ce film seront d'accord : Joaquin Phoenix est magistral en Joker. Du début à la fin, on voit son personnage sombrer lentement mais sûrement, et la progression de cet Arthur qui essaie de résister au mal qui bout en lui et qui ne demande qu'à sortir, avant de peu à peu lâcher prise pour devenir le clown prince du crime que l'on connaît, cette progression se fait avec beaucoup de subtilité dans le jeu de Phoenix, qui m'a vraiment bluffé par sa performance. Il est à lui seul la raison de voir ce film, car il donne vie au meilleur Joker ciné qu'on ait pu voir.

Néanmoins, Joaquin Phoenix est pour moi la seule raison d'adresser des louanges à ce film. Car tout le reste est à côté de la plaque, que ce soit du côté "film d'auteur" que du côté "geek" (j'utilise ces termes volontairement caricaturaux pour simplifier mon raisonnement). Le sous-texte politique du film est totalement inutile et finit par nuire au film. C'est bien beau de présenter dans des extraits de journaux que la ville est au bord de l'explosion sociale, mais ce n'est pas en montrant trois tas de sacs poubelle qu'on le ressent en suivant l'intrigue. Du coup, voir Gotham partir en émeute après ce qui est un simple fait divers dans la grande histoire, même si en réalité c'est un moment important puisque c'est le moment où Arthur devient le Joker, ça donne l'impression de faire du Joker un symbole de la révolte du peuple parce que ça fait trop bien, genre on revendique des trucs parce qu'on n'est pas un comic book movie, on a des trucs intelligents à raconter... D'autant que le petit peuple opprimé présenté dans le film, on n'a pas vraiment envie de le suivre dans sa révolution, parce que sous couvert de vouloir opposer pauvres exploités et riches oppresseurs, le film est loin de donner raison au pot de terre face au pot de fer, tous les personnages (sauf deux : le nain et la voisine d'Arthur) étant en fait totalement pourris. Alors oui, certes, l'élite, par le biais de Thomas Wayne n'est pas présentée sous un meilleur jour en méprisant ouvertement les pauvres (bravo champion de traiter les petites gens de clowns qui doivent se retirer les doigts du cul quand tu veux te faire élire par ce même peuple à la tête de la ville au passage), mais les petits ne donnent pas envie d'être protégés, car c'est ce même petit peuple qui fait de la vie entière d'Arthur un enfer, des gamins qui le tabassent à la psy qui s'en contrefout de ce qui lui raconte en passant par ses collègues qui le méprisent. Du coup, la seule voix de la raison de tout le film, ça reste un des membres de cette élite, à savoir le personnage de Robert De Niro, qui en s'opposant au symbole (même si c'est contre son gré et malgré lui) de la révolte que devient le Joker. Ce qui fait que le côté "gilets jaunes" du film en apparence (que cette analogie m'a fait rire quand je l'ai lue !) montre un propos finalement très conservateur, montrant que si les pauvres sont dans la merde, c'est parce qu'ils n'écoutent pas les bons conseils de ceux d'au-dessus qui savent mieux qu'eux, et qu'à part détruire, ils ne sont bons à rien quand ils prennent les rênes.

Et comme je l'ai écrit, tout ce sous-texte politique finit par nuire au film, non seulement en amenant un propos conservateur qui est en contradiction avec le personnage du Joker qui est un avatar du chaos, mais aussi en dénaturant tout le pendant "geek" de l'univers du film. Le meilleur exemple se trouve dans la dernière scène impliquant Thomas Wayne et sa famille. Attention spoiler : (en vrai, je ne pense pas que ça vaille vraiment le coup de mettre la balise, mais je préfère prévenir que guérir...)
les parents de Bruce Wayne sont tués dans une ruelle en marge des émeutes. Oui, je sais, la mort des Wayne, c'est du jamais vu au cinéma, c'est incroyable cette prise de risque. Mais dans ce film, Thomas et Martha se font tuer non plus pour les dépouiller, mais cette fois, c'est un meurtre inscrit dans la lutte des classes. On passe du crime crapuleux au meurtre politique : les Wayne sont abattus parce que ce sont des salauds de riches, parce qu'ils sont les Wayne, pas parce qu'un clodo voulait du cash pour se payer sa came. Leur mort est un symbole, mais une tragédie absurde illustrant la corruption de la ville. Et ça change pas mal de choses, parce que vu comment les choses ont été présentées dans le film, parce qu'en faisant de la mort des Wayne un meurtre politique sur fond de lutte des classes, qu'est-ce qui peut pousser le petit Bruce à devenir le héros qu'on connaît ? Si Bruce devient Batman, c'est pour donner aux innocents, quel que soit leur milieu social, une chance de ne pas traverser ce qu'il a vécu : que le mal leur enlève les gens qui leur sont chers. Là, le Bruce du film, en voyant un punk à chien buter Thomas et Martha en gueulant « mort aux riches », au mieux il finira en CRS à taper sur du prolo pour venger la mort de ses parents... Mais déjà, de base, ce qui cloche en mettant cette scène dans le film, c'est surtout que ça provoque une incohérence pour le futur : le Joker du film, si je prends l'âge de Joaquin Phoenix, a une quarantaine d'années. Bruce a dans les dix, douze ans. Les deux ont donc trente ans de différence... Du coup, comment imaginer un Batman trentenaire combattre un Joker de soixante piges ? Ça n'a aucun sens et le film aurait gagné, pour le coup, à ne pas intégrer la famille Wayne de cette façon. Un choix qui aurait été intéressant aurait été de faire jouer le rôle de Thomas dans le film par un Bruce Wayne adulte, mais du coup, il aurait fallu composer avec Batman, et ça ne fait pas très Lion d'or, un mec qui se déguise en chauve-souris...
Bon, je commence à m'embrouiller et ça fait un beau pavé, donc je vais conclure, mais je suis partant si vous voulez que je développe certains points évoqués ici ou que je donne d'autres arguments. Pour résumer :

- Joker est un film à voir absolument.
- Joaquin Phoenix livre une prestation phénoménale et mérite tous les prix d'interprétation de l'année.
- Ce n'est pas un film parfait pour autant.
- La réalisation est excellente, le jeu d'acteur est époustouflant, mais ce n'est pas parce que tu dis que ton film est intelligent qu'il est autant que tu veux bien le faire croire.

On va dire que ça fait un début de réflexion, parce que ce film reste effectivement dans la tête. J'ai beau ne pas avoir envie de le revoir et ne pas l'aimer globalement, je reconnais volontiers que c'est un bon film justement parce que malgré ça, il ne me lâche pas et me fait réfléchir sur beaucoup de points.

++
Seifer a écrit :Kovax est aux pronos ce que Bray Wyatt est au catch.

Avatar du membre
Latrell
Chris Benoit
Messages : 10594
Enregistré le : 19 mars 2010 11:06

Re: Cinéma

Message par Latrell »

Tu te plantes un peu sur ce que dit Scorsese, mais je ne comprend pas que ça offusque tant les fans Marvel/DC. C'est pas sa came, il le dit. et je peux le comprendre quand on doit se farcir + de 2 films pour avoir le fin mot d'une histoire...
Scorsese n'est surement pas la came des ados qui ne jurent que par Thor non plus, mais je pense que lui, n'en a strictement rien a foutre :lol:
be funk be drunk

Avatar du membre
Latrell
Chris Benoit
Messages : 10594
Enregistré le : 19 mars 2010 11:06

Re: Cinéma

Message par Latrell »

Il y a quand même des critiques et des approches que je ne pige pas, Kovax.
Je comprends pas que tu sens que le film « insulte les geeks » qui aime les petits supermans. Perso, je le vois plutôt comme une proposition adulte.

c'est la même différence entre les comics des années 50 et certains des années 90. Tu peux prendre le même sujet et t'adresser à un public moins adolescents/enfants, loin des aspects aseptisés des Marvel/DC ultra soft.

Et puis, je doute de ton sérieux quand tu évoques en point positif la liberté des démocraties occidentales et en négatif pour le Joker, les révoltes urbaines qui ne demande qu’à s’embraser (oui, le journaliste français qui parle des gilets jaunes s’est un peu planté, mais il s’adresse à un public français et se raccroche aux branches… ).
Je ne nies pas la qualité des Captain America (enfin, surtout le soldat d’hiver hein) mais les points que tu abordes, la propagande, ne sont évoqué que le temps de dix minutes.
Gotham ne part pas en émeute, elle l’était déjà (Arthur le dit a sa psy au début « vous avez remarqué que c’est la folie dehors » ), c’est pas trois sacs poubelles qui le montre, c’est les gens qui traînent, qui se cherchent, qui s’insultent. C’est l’immeuble où vit Arthur, c’est son métier de clown raté.

Les Marvel et les derniers DC restent du divertissement positif, destiné à tous les âges et facilement oubliable. C’est être habitué à manger McDo et soupirer devant des bavettes. Un nivellement par le bas de ses propres goûts. Et Joker (son ton, sa production) montre qu’on peut sortir d’un formatage pour ce genre de cinéma.

Après, ça ne me gène absolument pas qu’on montre Thomas Wayne comme un gros connard en opposition à Arthur. Les précédents films ne nous ont pas trop montré grand-chose sur sa vie et dans mon souvenir, la première (ou la deuxième ?) saison de Gotham, le dépeint avec pas mal de points négatifs, comme le jeu telltale. Et tout de même
il est superbement stupide d'emmener sa famille au ciné quand gotham est à feu et à sang, il l'a bien du voir sur son trajet non?
be funk be drunk

Avatar du membre
Khogan
Randy Orton
Messages : 1563
Enregistré le : 25 mars 2010 10:10

Re: Cinéma

Message par Khogan »

Je ne l'ai pas vu, mais je vous mets quelques critiques bien senties, pour faire avancer le débat :
Pierre Murat (Télérama) : "Joaquin Phoenix a maigri de 30 kilos, c'est très bien mais ce n'est pas pour cela qu'il a du talent. Dans ce cas-là Jack Nickolson et Heath Ledger étaient bien mieux." 'Todd Philipps, le metteur en scène, n'a pas beaucoup de talent : il a beaucoup de mal à créer une véritable ambiance, tout est apprêté, fatigué."

Eric Neuhoff (Figaro ) : "C'est à la fois vide et répétitif, ça patine tout le temps, ça n'avance pas.. On peut le voir les yeux fermés.. C'est n'importe quoi, ça ne devrait pas s'appeler Joker mais Oscar car Joaquin Phoenix louche sans arrêt vers la statuette... "

Sophie Avon (Sud Ouest) : "Je trouve le film détestable, à la fois trop plein et vide, c'est assez bête cette mode d'aller chercher un personnage secondaire dans une franchise déjà bien installée : on voit bien la rentabilité, c'est la grande mode à Hollywood de faire cela, de lui adjoindre un passé, une genèse... Pour en faire quoi ? Un psychopathe de plus alors que le cinéma en est déjà chargé, Qu'apporte-t-il de plus ? J'ai le sentiment que Todd Philips n'a pas grand chose à dire."

Xavier Leherpeur (7éme Obsession) : "Si la publicité qu'il y a autour de ce film est quand même extraordinaire, c'est surtout la connerie qui terrasse, bien avant la violence qui, elle, est petite. C'est une effroyable bêtise ce scénario qui sort de nulle part... Joaquin Phoenix en fait des caisses ! Il fait tout le temps la même chose, c'est une catastrophe de caricature".
Champion MPG Saison 2015-2016 journées 4 à 18.

Avatar du membre
Latrell
Chris Benoit
Messages : 10594
Enregistré le : 19 mars 2010 11:06

Re: Cinéma

Message par Latrell »

Murat fait du Murat, je suis a peine surpris.
Neuhoff est en plein burn out (il a sorti un bouquin sur le ciné français ou il défonce tout le monde gratuitement)
Leherpeur a créé ciné live et ne chargeait absolument pas les blockbusters de l'époque et dire que le joker en fait des caisses, ben oui, c'est logique.

Connait pas Avon mais dire que le joker est un personnage secondaire, bon...

Après, c'est dommage que tu ne selectionnes que des mauvaises critiques :lol:
Ecran Large a écrit :Malgré ses imperfections, Joker est un véritable séisme pour les films du genre. Un brûlot radical contre les médias, les élites politiques et la société retournant le rêve américain en cauchemar brutal, sanglant et macabre. Un film puissant mené par un Joaquin Phoenix habité et monstrueux.
Philippe Rouyer - Positif a écrit : #Joker n’est pas seulement une grande œuvre. Film de super-héros, sans écran vert ni CGI, en forme de plongée au cœur de la folie, il prouve que, dans le Hollywood contemporain, des grands studios (bravo @wbpictures) peuvent encore produire des œuvres ambitieuses à contre courant
be funk be drunk

Papy
Eva Marie
Messages : 4941
Enregistré le : 13 mars 2010 12:23

Re: Cinéma

Message par Papy »

Déjà on peut quasiment diviser les critiques en fan vs hater de Joaquim Phoenix je pense.
Pas vu le film mais perso je le trouve plutôt bon habituellement le jojo. Du coup je vais ptet aller le voir. Merci Télérama !

[ Posté d'un mobile ]

Avatar du membre
Seifer
Shaquille O'Neal
Messages : 6233
Enregistré le : 08 déc. 2012 16:28
Localisation : Au dela du Mur

Re: Cinéma

Message par Seifer »

Papy a écrit :Déjà on peut quasiment diviser les critiques en fan vs hater de Joaquim Phoenix je pense.
il est si clivant que ca le Phoenix?
Aladin, Alad'2, … Si je pouvais donner une note, je mettrai facilement un 18/20 !!!! Que dire d' Alad'2 ? Juste «WAHOU» !!!! C'est la cerise sur le gâteau ! Ça mériterait des récompenses

Avatar du membre
Major Tom
Albert Londres
Messages : 7197
Enregistré le : 21 mars 2010 02:51

Re: Cinéma

Message par Major Tom »

Je pensais au contraire qu'il était considéré comme l'un des meilleurs acteurs de sa génération, un mec qui sort un peu des standards hollywoodiens. La critique de Murat me paraît un peu ratée, comme la comparaison avec Heath Ledger dont la filmographie est moins impressionnante.

[ Posté d'un mobile ]

Avatar du membre
Latrell
Chris Benoit
Messages : 10594
Enregistré le : 19 mars 2010 11:06

Re: Cinéma

Message par Latrell »

Cette phrase de Neuhoff quand même " Joaquin Phoenix louche sans arrêt vers la statuette... "

Mais mec, heureusement encore que quelques acteurs veulent obtenir l'Oscar. Je vois pas ou est le problème d'accepter des projets et des rôles tordus taillés sur mesure pour la récompense".
be funk be drunk

Répondre