Review des matchs: Réactions et classement

Classement provisoire: Alors c'est qui le meilleur?

Le sondage s’est terminé le 12 avr. 2011 20:57

Mutoid
4
13%
Johnny Lawrence
13
41%
Myjasu
3
9%
Papy
4
13%
Wrestlemaniac
4
13%
Geass
4
13%
 
Nombre total de votes : 32

Avatar du membre
Mutoïd
CM Punk
Messages : 793
Enregistré le : 10 mars 2010 14:16

Re: Review des matchs: Réactions et classement

Message par Mutoïd »

Merci beaucoup Henri pour cette critique constructive. Les virgules, c'est mon gros problème, j'en mets partout, j'adore ça. Je vais essayer, de, me, modérer.

Avatar du membre
Axl
Admin
Messages : 5018
Enregistré le : 10 mars 2010 11:34

Re: Review des matchs: Réactions et classement

Message par Axl »

henri death a écrit :Voici mon classement et mes impressions. J'ai conscience que ma manie de relever les moindres fautes peut être agaçant.
Agaçante.

(je reviens plus tard pour quelques autres comms du même acabit)
Fuck.

Avatar du membre
Axl
Admin
Messages : 5018
Enregistré le : 10 mars 2010 11:34

Re: Review des matchs: Réactions et classement

Message par Axl »

Wrestlemaniac a écrit :
Axl a écrit :Wrestlemaniac: très bon angle, bien traité, de la belle ouvrage. Un problème récurrent pour les participes passés et les pluriels, par contre
Pour les participes passés, je veux bien croire que j'ai fait des erreurs. Les pluriels par contre, il me semblait avoir fait attention. A moins que les deux problèmes ne soient liés? J'aurais mis ou oublié des "s" lors de l'utilisation de participes passés?
Mea culpa, je viens de relire ton texte, et effectivement, il n'y a que deux ou trois pluriels un peu bancals, je te mets le tout en spoiler, avec les participes passés, si tu veux jeter un oeil ;)
Wrestlemaniac a écrit :« Parler de bonté n’est pas être bon, c’est agir qui l’est ».
Proverbe chinois.


Les choses sérieuses commencent enfin avec cette première épreuve éliminatoire. Installes toi donc confortablement cher lecteur et profites bien du spectacle. Au menu ce soir, je te propose de te replonger dans le Street Fight qui opposa Sheamus à Triple H lors d’Extreme Rules 2010. Ce qui sera l’occasion pour moi de rectifier l’une des plus grandes injustices de l’histoire de la WWE en te démontrant que ce match fut avant tout marqué par l’immense bonté dont le guerrier celte fit preuve ce jour là, ce que personne ne semble avoir réalisé jusqu’à présent.

Image
Sheamus est tellement bon qu’il n’a même pas osé dire au chargé des costumes à quel point son déguisement est pourri.

Nalyse du HHH vs Sheamus (Extreme Rules 2010)

Parmi tous les catcheurs présent à la WWE aujourd’hui, Sheamus fait figure, pour moi, de grand incompris. Toujours juste et serviable tout au long de sa carrière, le natif de Dublin est malheureusement vu comme un être dur et cruel. Ce qui est proprement scandaleux. Faisons donc un petit retour en arrière pour constater en quoi cette vision est erronée.

30 Juin 2009, Sheamus fait sa première apparition à la ECW. Tout de suite, l’irlandais se montre disponible et profondément bon en acceptant d’offrir de belles feuds à deux losers en manque d’exposition : Goldust et Shelton Benjamin. Malheureusement, son talent crevant déjà l’écran, les dirigeants de la fédération l’empêchent de rester plus longtemps auprès des deux éternels jobbers et le transfèrent à Raw. Là, sa trop grande sensibilité lui joue encore rapidement des tours. Touché par le cas de Jamie Noble, catcheur sur le départ, Sheamus décide d’aider ce dernier à quitter la WWE par la grande porte en réalisant avec lui deux matchs d’une intensité incroyable. Enfin, lors des mois de Décembre et Janvier, devenu champion WWE moins de six mois après son arrivée, Sheamus décide de conserver son titre uniquement grâce à des défaites par disqualification qui lui permettent de ne pas trop humilier ses adversaires. Ce qui le mène à rester champion WWE jusqu’à l’elimination chamber 2010.

Image
-Haaaaa ! Je souffre, c’est horrible !
-Pffffff…même pas foutu de me remercier. Ingrat d’américain va !


Parallèlement à cette trajectoire brillante, Triple H, de son côté, connaît une déchéance assez vertigineuse incluant, entre autres choses, une perte de son treizième titre mondial face à Randy Orton, une défaite en individuel et une autre par équipe contre la Legacy, quelques numéros comiques assez poussifs lors de la reformation de la DX, un passage devant la cour de justice des nains et la nomination d’Hornswoggle au rang de mascotte de la DX. Malgré tout, toujours convaincu d’être le roi des rois, Triple H tente de se remettre dans la course au titre WWE en se qualifiant pour l’elimination chamber 2010. Les dés étaient jetés. Les trajectoires de Sheamus et de Triple H allaient donc enfin se rencontrer.

Le moindre que l’on puisse dire, c’est que le jour du ppv, ça ne se passa pas de la meilleure des façons pour les deux catcheurs. Alors qu’ils ne restaient plus que Sheamus, Cena et Triple H dans la chambre d’élimination, the Game profita d’une tentative de high cross de l’irlandais sur le marine pour lui asséner un low blow en traître, enchaîné d’un pedigree. Compte de trois, Sheamus est éliminé. Dans la foulée, Cena fait abandonner Triple H avec son STF et remporte le titre, puis le perd quelques minutes plus tard contre Batista qui devient donc le nouveau champion WWE. Sale soirée pour Sheamus qui n’est pas au bout de ses peines puisque le lendemain à Raw, Cena devient prétendant numéro un au titre de Batista à Wrestlemania, privant l’irlandais de son droit à un match retour.

Image
Quand la trajectoire d’un jeune qui monte rencontre celle d’un vieux qui baisse, ça donne parfois des trucs un peu violents.

Pour Sheamus, une réaction naturelle aurait été de s’accrocher à son droit légitime à un match revanche pour le titre WWE. Seulement voilà, il était suffisamment calme et réfléchi pour réaliser qu’il y avait plus important à faire. En effet, il ne lui avait pas échappé que si Triple H en était réduit à utiliser un low blow pour le battre, c’est que le roi des rois n’était plus que l’ombre de lui-même. Sheamus réalisa donc qu’il était de son devoir de réaliser une belle feud avec Triple H qui se conclurait par des vacances prolongées pour le cerebral assassin, histoire d’offrir à ce dernier la possibilité de récupérer des forces avant de s’enfoncer trop profondément dans la médiocrité. Certes, le WWE Universe ne comprendrait pas cette décision et allait le détester pour ça. Qu’importe ! Le respect qu’il avait pour son aîné était trop grand pour le laisser se faire du mal plus longtemps et il le lui fit savoir d’un bon brogue kick dans la tête lors du Raw se déroulant une semaine après EC, obligeant Triple H à relever le défi.

Au cours de la Road to Wrestlemania, les deux hommes eurent quelques occasions d’échanger des coups. De quoi faire monter la tension pour donner au match l’importance qu’il méritait. Malheureusement, le jour J, après douze minutes de domination outrageuse, Sheamus fut assaillie par la pitié que lui inspirait Triple H et se laissa surprendre, encaissant un pedigree qui permit au cerebral assassin de remporter une victoire imméritée.

Néanmoins, la bonté de Sheamus n’ayant aucune limite, sa volonté de venir en aide à Triple H en lui offrant une belle feud n’en fut pas ébranlée pour autant. Le lendemain, alors que the Game était en train de prononcer son discours pour le pot de départ de Shawn Michaels, Sheamus lui asséna un bon coup de barre de fer dans le dos pour lui signaler son envie de continuer leur petite guerre (seul moyen d’attirer l’attention d’un type aussi prétentieux que Triple H, reconnaissons le). L’affrontement entre les deux repris donc de plus belle, à grands coups de barre de fer et de sledgehammer dans la tronche, ce qui mena au street fight d’Extreme Rules. Une stipulation idéale pour ces deux brawlers qui allaient ainsi pouvoir donner le meilleur d’eux-mêmes.

Image
Ouais, un street fight. Ce sera une bonne occasion de montrer ce que je peux faire à mes adversaires avec cette barre de fer et un pot de vaseline.

Cette fois-ci, hors de question d’échouer pour Sheamus. L’irlandais prit donc l’initiative d’attaquer courageusement Triple H par derrière avant le match, lui assénant plusieurs coups de barre de fer au dos et à la tête. Le WWE Universe ne parvint évidemment pas à comprendre le génie tactique de Sheamus, la plupart des grands génies sont incompris, et le conspua lorsque ce dernier monta sur le ring pour annoncer que la victoire était sienne. Triple H étant trop affaiblie pour pouvoir espérer gagner le match, il pouvait effectivement sembler logique qu’il décide de déclarer forfait. Pourtant, le roi des rois, trop fier pour admettre sa défaite, monta à son tour sur le ring pour affronter Sheamus. Une attitude révélatrice de la grande vanité de Triple H, convaincu d’être capable de battre n’importe qui, même en étant grandement diminué. Quoi qu’il en soit, le combat pouvait enfin commencer.

Ce ne fut pas un match technique. Loin de là. Ce fut plutôt un bon gros brawl bien intense, comme on est en droit de l’attendre de la part des deux hommes. Dès le début du combat, Sheamus tenta d’abréger la confrontation en réutilisant sa barre de fer, mais Triple H l’esquiva et parvint à le sortir du ring, où il le projeta à plusieurs reprises contre les barrières de sécurité. Revenu sur le ring, ce fut au tour de Triple H d’essayer de mettre un terme au combat en tentant de porter son pedigree, mais les blessures occasionnées par l’attaque backstage de Sheamus le génèrent et l’empêchèrent de porter la prise. L’irlandais en profita alors pour prendre l’avantage, éjecter son adversaire du ring et utiliser à son tour les barrières de sécurité comme une arme. De retour sur le ring, une pluie de coups de poings, de coudes et de genoux s’abattit sur le crâne de Triple H. The game tenta bien de revenir dans la partie de temps en temps, notamment avec un spinebuster, un running knee drop et un flowing DDT, mais à chaque fois Sheamus reprit rapidement le dessus, plaçant même un neckbreaker à l’extérieur du ring. La séquence finale se déclencha lorsque Triple H parvint à sortir une ultime fois son adversaire du ring. Sheamus tenta alors d’utiliser un kendo stick trouvé sous le ring mais fut contré par Triple H qui l’envoya contre un escalier bordant le ring. Le cerebral assassin retourna alors l’arme contre l’irlandais et lui infligea de nombreux coups au dos et au visage, les deux catcheurs se déplaçant petit à petit sur la rampe d’accès au ring. Pensant avoir suffisamment affaiblie son adversaire, Triple H tenta de porter son pedigree. C’était sous-estimé la résistance du Celtic warrior qui le contra en se redressant brutalement, ce qui eu pour effet de faire tomber violemment Triple H sur la rampe d’accès en acier. Bien décidé à en terminer une bonne fois pour toute, Sheamus enchaîna immédiatement avec un brogue kick avant de ramener Triple H sur le ring. Un deuxième brogue kick porté dans la foulée donna un avantage définitif à Sheamus. Rampant jusqu’à un coin du ring, Triple H se redressa en s’appuyant à un turnbuckle et, comprenant que le match était perdu, lança une ultime provocation à son adversaire en effectuant son taunt. Ce à quoi Sheamus répliqua par deux nouveaux brogue kicks qui lui permirent de faire le compte de trois. Toujours décidé à donner une fin noble à Triple H, l’irlandais lui asséna même un cinquième brogue kick post-match, qui obligea les officiels à évacuer le roi des rois sur une civière.

Après ce match, les choses changèrent pour Sheamus. Certes, le public n’avait pas comprit que ses actes étaient dus à de bonnes intentions, mais au moins cela lui permit d’obtenir une vraie crédibilité pour rejoindre le main-event de la WWE. Personne ne fut donc surpris de le voir gagner le titre suprême deux ppv plus tard, à F4W. Même si, sa gentillesse reprenant très vite le dessus, il ne put pas s’empêcher de passer la fin de l’année à jobber pour John Morrison. Quant à Triple H, il profita de ses vacances pendant neuf mois, avant de décider d’imiter Sheamus en revenant à la WWE pour offrir un congé prolongé à l’Undertaker. Mais ça, c’est une autre histoire.

Image
Ulcéré par les propos tenus à son encontre dans cette nalyse, Sheamus vient demander des explications au rookie Wrestlemaniac et à son pro TDS.
Très bon papier sur le fond, d'ailleurs, la preuve c'est que j'ai eu autant plaisir à le relire que j'en avais eu à le lire :D


Myjasu a écrit :
Axl a écrit :Myjasu: j'ai eu un peu de mal, je me suis un peu perdu dans le récit, j'avoue, mais ça mérite sans doute d'être lu avec un max de concentration pour comprendre ce qui se passe (et va capter ces spot monkeys aussi!). Cf Wrestlemaniac pour l'emploi du pluriel :x
Si je puis me permettre de te demander des détails à ce sujet, car je serais ravi de savoir quels participes passés sont faux et où j'ai pêché au niveau de ma relecture.
Tu m'as mal compris, je ne parlais en l'occurrence que du pluriel, pas des participes passés :D

Du coup je suis repassé sur le tien aussi :gnah:
myjasu a écrit :"Tout ce qui monte doit redescendre... Et merde..."
Max Buck, en voyant un pied non-identifié s'envoler.


Bonsoir à tous. Aujourd’hui, il est temps de parler d’un match qui m’a vraiment beaucoup plus, à savoir le match pour le titre par équipe masculin de la TNA qui survint à Bound for Glory 2010. Ce match opposait les Motors City Machines Guns à Generation Me. Mais avant de parler du match, commençons par situer un peu le contexte, voulez-vous bien ?

Pour beaucoup de monde présent dans le concours, il aurait suffi de dire « un build-up à la TNA » pour en finir avec le contexte du match. Ce à quoi je répondrai qu’il serait pas mal d’arrêter de se tourner les pouces et de commencer à faire véritablement son travail d’apprenti-CdCiste. Je sais que le monde se divise en deux catégories : ceux qui ont une arme chargée et ceux qui creusent. J’ose espérer que maintenant que Johnny Lawrence a épuisé ses blagues à trois francs six sous sur mon sobriquet il se mettra comme nous à creuser. Enfin, revenons à nos moutons.

Tout remonte à No Surrender, le cinq septembre 2010. Une défense de titre est alors prévue pour les Motor City Machine Guns, qui doivent normalement affronter l’équipe nouvellement formée de Desmond Woolfe et Magnus. (connue très peu de temps sous le nom de London Brawling (très peu de temps parce qu’elle n’aura duré que le temps de la promo pour le match de No Surrender (mais je m’égare))) Cependant et à cause d’un souci de santé hors kayfabe, Woolfe ne pourra pas catcher durant le PPV. On demande donc aux Young Bucks, renommés au début de l’année Generation Me et orientés faces arrogants, de les remplacer. Ce match, au demeurant loin d’être mauvais, se termine par la victoire des MGMC qui conservent donc le titre. Mécontent du résultat, les deux perdants se tournent vers Alex Shelley, lui inflige un petit beatdown avant de le suspendre à deux à l’extérieur du ring sur le tablier, de la même façon que Randy Orton suspend ses victimes seul du haut de la seconde corde. Dans tous les cas, le résultat est le même : le DDT qui survint amena l’arbitre Brian Hebner à appeler les médecins en coulisse. Accessoirement, les Gen. Me rient aux éclats, clôturant ainsi leur turn.

Durant l’IMPACT suivant, le seize septembre, Max et Jeremy Buck arrivent dans l’Impact Zone et annonce que dû à la blessure de Shelley, ils ne pourront pas jouer la revanche et qu’il serait donc normal qu’on leur donne la ceinture par forfait. La revanche ? Really ? Alors que vous n’étiez même pas les champions. Bref, passons… Chris Sabin arrive alors et fait ce que tout face doit faire dans ces moments-là : choisir de se battre tout seul contre les types qui ont brisé le coup de son pote. Ouais ! On peut effectivement se poser la question quant à la logique du comportement, mais passons… Ça fait deux fois qu’on passe quand même en un seul Impact, ça commence à faire beaucoup ! S’en suit bien évidemment un petit beatdown des familles, un vol de ceinture et tout ceci se termine par le même DDT que pour Shelley.

La petite domination des Gen. Me a perduré la semaine suivante, malgré le tombé de Sabin, pour l’occasion avec une protection sur les cervicales, sur Jeremy, si bien qu’il faudra attendre encore une semaine pour voir une réaction des MGMC. Le 30 septembre, les faces sauveront en effet Shanon Moore des Ink ink, sur le point de subir le même DDT que les deux hommes de Detroit après une défaite de son équipe. Au passage ils récupèrent leurs ceintures sur Max et Jeremy, comme vous pouvez vous en douter contre leur gré. Après une petite page de pub, Alex Shelley nous annonce également qu’il est prêt pour le match et que la vengeance est un plat qui se mange froid. Il reste encore plus d’une semaine avant Bound for Glory et s’il n’y a aucun nouveau rebondissement, on peut tout simplement parler de la bataille royale en fin de l’Impact « Before the Glory » (amusant ce titre) où, même éliminés, les deux équipes continuent de se taper dessus.

Au-delà des erreurs sur l’IMPACT suivant No Surrender, pas grand-chose à dire, un build assez commun, bien que la blessure rende la chose un peu plus originale. Il fallait donner de l’exposition aux Bucks, qui n’avaient eu que quelques matchs à Impact avant No Surrender. C’était chose faite et ils étaient maintenant largement crédibles en tant que heel.

Si l’on devait résumer le match, je crois que je n’aurais besoin que des mots qui composent le nom de la société qui l’a mis à la carte : Total Non-Stop Action. Alors oui, je sais, l’on me dira que je joue la facilité, comme au début de mon paragraphe sur le build-up. Mais pour être honnête, ce match m’a à l’époque ravi et même aujourd’hui je prends du plaisir à le revoir encore et encore. Quand bien même, un match revanche de pay per view, sans aucune stipulation, sans qu’il y ait eu un changement de ceinture et finalement avec la même configuration, on aurait pu avoir une copie conforme du match précédent, ou du moins un air de déjà-vu.

Cette affirmation est fausse par au moins deux arguments : premièrement, le rythme du match revanche est beaucoup plus soutenu et le match démarre globalement plus rapidement, corrigeant ainsi un des défauts du match de No Surrender. Deuxièmement et un gros moment en ce qui me concerne, les deux 450 splash exécutés par Jeremy sur une à deux minutes d’intervalle. Pour être tout à fait honnête, c’est le premier qui m’a fait le plus halluciner. Alors que Chris Sabin est mis en équilibre sur la seconde corde par Max Buck, son frère Jeremy monte sur la troisième corde et exécute un 450 spash parfait avant de demander à Max de faire le tombé, le souffle coupé par le choc. Je reconnais aisément que quand cette prise est exécutée par Justin Gabriel, elle est spectaculaire. Mais ici, on parle d’un mouvement exécuté sur un adversaire suspendu sur la seconde corde. Le match en lui-même commence simplement sur une domination nette des Motor City Machine Guns, Shelley mettant un point d’honneur à commencer agressivement sur Max, vengeance oblige.

Tout se déroule pour le mieux pour les faces et le tag est plusieurs fois fait profitant ainsi des prises d’équipe et plusieurs tombés se succèdent sans toutefois obtenir le tombé. Jusqu’à ce que Jeremy retienne le pied de Shelley, permettant à Max de reprendre l’avantage. Le momentum sera cependant de courte durée, Jeremy se faisait cueillir par un coup de pied en plein visage de Sabin. Le match n’échappe bien entendu pas au spotfest, qui commence quelques minutes avant le premier 450. Il reste agréable, même si je dois bien avouer que cela part dans tous les sens pendant plus de cinq minutes avant de s’achever par la prise de finition en équipe des Motor City Machine Guns, dénommé « Skulls and Bones. » Un match spectaculaire et un opener grandiose, malheureusement pas forcément suivi de match irréprochable. (dans le même PPV verrons-nous le dernier match de Kevin Nash à la TNA, qui à mon sens fut une véritable purge…)

Ceci termine mon analyse du match, je voudrais cependant vous présenter mes excuses pour l’absence de vignette dans mon article, cela ne se reproduira plus, je veux bien vous le confirmer ! Allez, je vous souhaite une bonne soirée et une bonne lecture.

Image
Et d’ici là, méfiez-vous du chat qui dort… les yeux ouverts...

Juste pour éviter les malentendus, je ne veux certainement pas vous afficher genre "booouh regardez ils ont laissé traîner des fautes". Je trouve vos deux textes très bons et je veux juste vous aider un peu, imaginez que vous tombiez un jour sur Henri Death dans la vraie vie! :yikes:

Deux trois mots sur ces questions de style, etc. Je voudrais revenir sur une règle intangible, celle des majuscules pour les nationalités: on met une majuscule quand c'est un nom, on n'en met pas quand c'est un adjectif. Exemple: "l'Irlandais s'empare alors du sledgehammer de l'Américain et se l'enfonce dans le cul." Mais: "Le whisky irlandais, c'est de la pisse de chameau à côté du malt écossais".

A part ça, pour ce qui concerne les CDC, on ne joue pas les ayatollahs sur les accentuations de majuscules (perso je les accentue pas dans les articles, je sais, c'est pas bien, mais ça me saoule un peu de les chercher, ces putain de raccourcis). De même pour les espaces avant les signes doubles dont parle Henri. En réalité, ce ne sont pas des espaces, mais des insécables. C'est-à-dire que le signe double et le mot qui le précède ne doivent pas être séparés. L'objectif, c'est d'éviter de se retrouver avec un point d'exclamation en début de ligne, ce qui est moche. Mais comme notre module de mise en ligne ne reconnaît pas les insécables, j'invite ceux qui écrivent pour le site mais aussi pour le forum à ne pas mettre d'espace avant les signes doubles. (putain fait pas bon être une mouche rétive à la sodomie en ce moment, me dis-je en me relisant).

J'attire aussi votre attention sur un truc plus important: la répétition des mêmes termes. Un exemple chez Myjasu, mais ça arrive tout le temps: premièrement, le rythme du match revanche est beaucoup plus soutenu et le match démarre globalement plus rapidement, corrigeant ainsi un des défauts du match de No Surrender.Chacun a ses marottes, moi c'est les mêmes mots qui reviennent à faible intervalle. Je pense qu'on s'en rend pas forcément compte, mais c'est assez gênant à la lecture. Je vous invite donc à chercher des synonymes quand c'est possible (ici "combat", "affrontement", "rencontre", "confrontation"...). De même, il faut autant que possible éviter d'employer de façon récurrente des formules "lourdes", c'est-à-dire notables par les lecteurs, du genre "qu'on se le tienne pour dit": ce genre de formule doit à mon avis être limité à une seule occurrence par article, de même que lesmétaphores. Si par exemple vous appelez Wade Barrett "le fier fils de la perfide Albion" dans un article, évitez de réutiliser cette même formule dans le même papier...

Je retourne compter les allumettes dans le paquet.

Rainman
Fuck.

Avatar du membre
Freddy Heenan
Vince McMahon
Messages : 2075
Enregistré le : 19 mars 2010 13:18
Localisation : Au pays de Candy

Re: Review des matchs: Réactions et classement

Message par Freddy Heenan »

Classement après moyenne vote public+ vote pros & Host (A noter qu'une partie des pros ont fait un no-show)

1. Johnny Lawrence
2. Wrestlemaniac
3. Geass
4 (ex aequo). Mutoid et Papy
6. Myjasu
"They'll tell you failure is not an option. That is ridiculous. Failure is always an option. Failure is the most readily available option at all times. But it's a choice. You can choose to fail. You can choose to succeed", Chael Sonnen

Papy
Eva Marie
Messages : 4941
Enregistré le : 13 mars 2010 12:23

Re: Review des matchs: Réactions et classement

Message par Papy »

Va tout de même falloir que je me bouge les fesses si je veux pas dégager rapidement!!!

Avatar du membre
orbaz
Edge
Messages : 636
Enregistré le : 01 avr. 2010 21:41
Contact :

Re: Review des matchs: Réactions et classement

Message par orbaz »

Freddy Heenan a écrit :(A noter qu'une partie des pros ont fait un no-show)
ça c'est beau.
Membre sporadique. Si vous me voyez c'est que je suis là. J'ai vendu mon âme à http://www.voxcatch.fr

Avatar du membre
Johnny Lawrence
The NXT big thing
Messages : 444
Enregistré le : 01 avr. 2010 18:14

Re: Review des matchs: Réactions et classement

Message par Johnny Lawrence »

Si il y'a une chose que je retiens de mon visionnage de la saison 4 de Koh-Lanta, c'est qu'il n'est jamais bon de commencer trop fort.
Fear does not exist in this dojo

Avatar du membre
orbaz
Edge
Messages : 636
Enregistré le : 01 avr. 2010 21:41
Contact :

Re: Review des matchs: Réactions et classement

Message par orbaz »

Johnny Lawrence a écrit :Si il y'a une chose que je retiens de mon visionnage de la saison 4 de Koh-Lanta, c'est qu'il n'est jamais bon de commencer trop fort.
J'aime la référence :lol: .
Membre sporadique. Si vous me voyez c'est que je suis là. J'ai vendu mon âme à http://www.voxcatch.fr

Avatar du membre
Geass
Chavo Guerrero
Messages : 60
Enregistré le : 26 mars 2010 10:19

Re: Review des matchs: Réactions et classement

Message par Geass »

Félicitations Johnny, mais ce n'est que partie remise :rockongnah:
Thanks for all Mr Copeland...

Avatar du membre
Mutoïd
CM Punk
Messages : 793
Enregistré le : 10 mars 2010 14:16

Re: Review des matchs: Réactions et classement

Message par Mutoïd »

Il est évident que les pro ayant fait no-show étaient ceux qui allaient voter pour moi. Néanmoins, je vais aussi me retirer les doigts du cul pour ne pas partir avant Papy...

Avatar du membre
Myjasu
Hornswoggle
Messages : 29
Enregistré le : 27 janv. 2011 11:53

Re: Review des matchs: Réactions et classement

Message par Myjasu »

Ouais, idem... Je crois que je pars avec un sacré handicap ^^'

Avatar du membre
orbaz
Edge
Messages : 636
Enregistré le : 01 avr. 2010 21:41
Contact :

Re: Review des matchs: Réactions et classement

Message par orbaz »

Je rappelle que la prochaine est une immunité. Donc vous aurez le temps de vous rattrapez, et qui sait. L'épreuve 3 est peut être celle où vous serez à l'aise ;) .
Membre sporadique. Si vous me voyez c'est que je suis là. J'ai vendu mon âme à http://www.voxcatch.fr

Avatar du membre
Johnny Lawrence
The NXT big thing
Messages : 444
Enregistré le : 01 avr. 2010 18:14

Re: Review des matchs: Réactions et classement

Message par Johnny Lawrence »

ça aurait du être celle-ci l'épreuve d'immunité.
Fear does not exist in this dojo

Répondre