Défendre et enfoncer: épreuve d'immunité

Répondre
Avatar du membre
Freddy Heenan
Vince McMahon
Messages : 2075
Enregistré le : 19 mars 2010 13:18
Localisation : Au pays de Candy

Défendre et enfoncer: épreuve d'immunité

Message par Freddy Heenan »

oyez, oyez, CDC Universe! Voici l'heure des textes.

Dans l'ordre:

Wrestlemaniac défendra Rob Terry et défoncera John Morrison
Geass défendra Big Show et défoncera Cody Rhodes
Johnny Lawrence défendra Sheamus et défoncera Rob Van Dam
Papy défendra Jeff Hardy et défoncera Kurt Angle
Mutoid défendra Kelly Kelly et défoncera Jack Swagger

Edit 22.04.20111 20h37Mutoid, as-tu le texte d'enfoncer?
Ne t'inquiète pas, tu ne seras pas éliminé, mais essaie de l'envoyer d'ici à 21h30.
Sinon, j'ai peur que le public et les pros t'en tiennent rigueur!

Je vais mater Castle! ça te laisse un bon moment pour finir et envoyer ton texte! Je reviens après! A dans 40 minutes, mon petit Mutoid!
Modifié en dernier par Freddy Heenan le 22 avr. 2011 20:45, modifié 2 fois.
"They'll tell you failure is not an option. That is ridiculous. Failure is always an option. Failure is the most readily available option at all times. But it's a choice. You can choose to fail. You can choose to succeed", Chael Sonnen

Avatar du membre
Freddy Heenan
Vince McMahon
Messages : 2075
Enregistré le : 19 mars 2010 13:18
Localisation : Au pays de Candy

Re: Défendre et enfoncer: épreuve d'immunité

Message par Freddy Heenan »

Rob who ?

« Qui vit d'illusions meurt de désillusion ».
Proverbe d’Amérique latine.


Lorsque Freddy Heenan nous a demandé, aux autres rookies et à moi-même, de lui donner une liste de cinq catcheurs que nous adorons et une liste de cinq catcheurs que nous détestons, je n’étais dupe de rien. Ayant suivi la première saison de CdC-NXT, je savais très bien que j’allais devoir défendre un catcheur de ma liste noire et enfoncer un catcheur de ma liste de catcheurs adorés. Toutefois, étant bien décidé à jouer le jeu à fond, je décidais de faire preuve d’honnêteté et me refusais à inverser mes listes.

Cependant, deux petits problèmes se firent rapidement ressentir. Premièrement, je ne peux pas vraiment dire que je déteste un quelconque catcheur. Deuxièmement, pour chaque liste, il fallait donner au moins deux noms de catcheurs qui ne sont pas à la WWE à l’heure actuelle. Or, je regarde exclusivement les shows de la fédération de Stamford.

Image
Uniquement la WWE ? Mais alors il rate tous mes exploits à la TNA ?

Après réflexion, je réussis à compléter sans trop de difficultés ma liste de catcheurs préférés en y incluant des membres de la TNA ayant séjourné à la WWE (pour info, Jeff Hardy et Kurt Angle vinrent s’ajouter à Edge, Cody Rhodes et John Morrison), tandis que NXT me permettait de trouver trois noms de catcheurs suffisamment mauvais pour que je puisse dire que je ne les aime pas (Aksana, David Otunga et Jacob Novak). Ne restait donc plus qu’à trouver deux noms de catcheurs présents à la TNA pour compléter ma liste noire. Ce qui se révéla très compliqué puisque seul le nom de Lacey Von Erich, dont j’avais lu le plus grand mal dans les excellentes reviews de Tsurugimi, me vint à l’esprit.

Finalement, je me décidais à faire appel à l’esprit de solidarité qui anime le forum en lançant un appel à l’aide aux autres membres du CdC Universe pour obtenir l’ultime nom qui manquait à ma liste. Cet esprit de solidarité étant bien réel, j’obtins très vite des réponses à ma question. Notamment de la part de Major Tom (merci à toi) qui me conseilla d’inclure Rob Terry à ma liste. Ayant une confiance totale envers le schtroumpf grognon du forum, j’incluais donc le Gallois à ma liste, malgré le fait qu’il soit un parfait inconnu pour moi. Trois jours plus tard, la nouvelle tombait comme un couperet : Freddy Heenan me chargea de défendre Rob Terry et je me retrouvais donc chargé de rédiger un article à la gloire d’un homme que je ne connaissais ni d’Eve, ni d’Adam.

Image
Mon dieu. Comment ai-je fait pour ignorer aussi longtemps l’existence de ce charmant garçon ?

Et là, je vois que vous avez envie de me dire : « non mais dis donc Wrestlemaniac, pourquoi est-ce que tu passes autant de temps à nous décrire toute cette histoire dont nous nous moquons éperdument alors que l’on attend avec impatience que tu nous parles de Rob Terry ? Tu n’essaierais pas d’atteindre les 4000 signes réglementaires sans même avoir commencé à nous parler de lui quand même ? » Ce à quoi je vous réponds : « alors là, bravo les gars. Je n’aurais jamais imaginé que vous me démasqueriez aussi vite. Votre sagacité vous rend vraiment digne d’être membre du CdC Universe, qui est réputé pour sa grande intelligence et la finesse de son sens de l’observation. Néanmoins, toute cette histoire m’a déjà permis d’atteindre les 3100 signes, ce qui n’est déjà pas si mal.»

Maintenant que je suis démasqué, il me faut donc bien rédiger un petit hommage au catcheur en question. Alors allons-y franchement avec cette petite vidéo qui montre le Gallois défendre son Global Championship face à Tomko et qui vous donnera tout de suite une bonne idée du type de catcheur qu’est Rob Terry.

Image
Avouez que c’est le genre de vidéo qui vous pose tout de suite un champion.

Comme vous avez pu le constater, on a affaire ici à un monstre de puissance. D’ailleurs, ça tombe bien, il se fait surnommer « the freak ». C’est bien simple, à côté de Rob Terry, John Cena ressemble à un adolescent chétif qui n’aurait jamais touché à un appareil de musculation. Pourtant, cette masse de muscle n’empêche pas « big Rob » d’être assez rapide dans le ring et de réaliser quelques coups spectaculaires comme ce jumping spin kick que vous avez pu voir dans la vidéo que j’ai mis à votre disposition.

Une puissance extraordinaire, une assez bonne rapidité d’exécution et une capacité à réaliser quelques coups spectaculaires : que demander de plus à un catcheur ? Pas grands choses. C’est pourquoi les dirigeants de la TNA ont misé sur lui en lui offrant le règne de Global Champion le plus long de l’histoire de la fédération (176 jours). Un règne ponctué de quelques squash matchs comme celui que vous avez pu voir il y a quelques instants.

Que dire d’autre ? Vous voulez peut-être que j’analyse un peu plus en profondeur ses qualités techniques in ring, son mic-skill ou encore son jeu d’acteur ? Je pourrais faire ça oui. Seulement je me rends compte que j’en suis déjà à environ 4500 signes. Ce qui signifie que je suis tout juste dans les limites de signes fixées par Freddy Heenan. C’est donc la mort dans l’âme que je me vois obligé d’arrêter mon analyse ici, en espérant vous avoir convaincu que Rob Terry est un catcheur de grand talent.

Image
Et si vous n’êtes toujours pas convaincu, je vous laisse aller lui expliquer que vous le trouvez nul.
------------------------------------------------------------------------
Le gourou de la malchance, le shaman de la poisse.

« Le chanceux perd sa femme, le malchanceux perd son cheval »
Proverbe Géorgien


Ne perdons pas de temps en discours inutiles et allons droit au but : John Morrison doit être renvoyé de la WWE. Si possible, il faudrait même le renvoyer immédiatement. Là, tout de suite. Pourquoi ? Parce qu’il s’agit, pour la WWE, d’une question de vie ou de mort. Garder John Morrison dans son roster plus longtemps, c’est prendre le risque de faire faillite subitement un jour ou l’autre.

Évacuons rapidement la question des qualités et des défauts de John Morrison en tant que catcheur car ce n’est pas ça le véritable problème. On a tout à fait le droit de trouver que le shaman of sexy est bon dans le ring. Voir très bon. Par contre, au micro, il est franchement mauvais et n’a pas réalisé une seule promo mémorable depuis qu’il catche en solo. Niveau charisme, ce n’est pas brillant non plus. Il est tout de même le seul catcheur à qui on a dit de se laisser pousser la barbe pour gagner en charisme. C’est dire ! Toutefois, je ne vais pas m’attarder là dessus car, encore une fois, ce n’est pas ça le véritable problème. Le véritable problème de John Morrison, celui qui fait que la WWE doit essayer de s’en débarrasser au plus vite, c’est qu’il s’agit tout simplement du plus gros chat noir de toute l’histoire du catch. Le genre de mec qui porte la poisse à tous ceux qu’il croise.

Image
-T’entends ça Truth ? Son principal argument pour m’enfoncer c’est de dire que je porterais la poisse aux mecs que je côtoie.
-Comment c’est scandaleux ! On se connaît depuis longtemps et ça ne m’a pas empêché de devenir n°1 contender pour le titre WWE.


Commençons par le commencement. John Morrison intègre la WWE en 2003 après avoir gagné la troisième saison de Tough Enough avec Matt Cappotelli. A l’époque, on leur prédit un avenir radieux au sein de l’empire McMahon. Seulement voilà, si John Morrison a effectivement plutôt bien réussi à la WWE, ce n’est pas le cas de son compère. Pourtant, le talent de Matt Cappotelli est indéniable. Au sein de la OVW, la fédération de développement de l’époque, ce dernier a notamment gagné un titre par équipe et le titre de champion poids-lourd. La WWE était même sur le point de le lancer dans le grand bain en le transférant à Smackdown lorsqu’on lui diagnostiqua une tumeur au cerveau. Si cette tumeur a finalement pu être retirée, elle aura tout de même provoqué la fin de sa carrière de catcheur. Sur le coup, personne ne s’en était rendu compte, mais le co-vainqueur de Tough Enough venait d’être la première victime de John Morrison.

Autre preuve que ce que j’avance est vrai, le sort réservé aux différents catcheurs ayant fait équipe avec John Morrison. Le premier d’entre eux fut Joey Mercury, d’Avril 2005 à Mars 2007. Dans un premier temps, tout se passa pour le mieux et ils remportèrent même trois titres par équipe ensemble. Cependant, la malchance fini par tomber brutalement sur le pauvre Mercury un soir de Décembre 2006, lorsque les frères Hardy lui cassèrent involontairement le nez au cours d’un fatal four way pour le titre par équipe. Pour supporter la douleur due à cette grave blessure, le partenaire de John Morrison dû se gaver de calmant, au point d’en devenir accro. Contrôlé positif aux anti-douleurs en Mars 2007, Joey Mercury sera alors renvoyé de la WWE.

Image
-Il est bidon cet argument. Depuis il a rejoint ma straigh edge society et vous allez voir comment ça va lui permettre de rebondir.

Le second catcheur à devenir champion par équipe avec Morrison fut le Miz. Là, vous vous dîtes sûrement que l’on peut difficilement dire que l’actuel champion WWE a été frappé par la malchance. Néanmoins, vous êtes vous déjà posés la question suivante : si le Miz est suffisamment génial pour devenir champion WWE, pourquoi était-il considéré comme moins bon que John Morrison à l’époque où ils catchaient en équipe ? La réponse est simple. C’est parce que le shaman of sexy lui portait la poisse. Une poisse telle que le Miz, dont nous savons tous qu’il est pourtant le catcheur le plus brillant de l’histoire de la WWE, n’arrivait pas à exprimer tout son talent, au point de passer pour le faire-valoir du guru of greatness.

Enfin, s’il vous faut encore une preuve, alors prenons l’exemple de celui qui a offert à John Morrison sa plus belle feud en individuel : Sheamus. Alors là, ce n’est pas compliqué. Avant sa rencontre avec Morrison, l’irlandais était LA star montante de la WWE, auteur notamment d’une feud avec Triple H qui le vit envoyer le roi des rois en vacances prolongées pour neuf mois. Après sa rencontre avec Morrison, Sheamus est devenu un jobber capable de se faire battre en moins de deux minutes par Mark Henry ou Daniel Bryan. En quelques mois, sa feud avec le shaman of sexy à fait passer le Celtic warrior du statut de champion WWE à celui de champion US. Cette dégringolade parle d’elle-même et constitue, je pense, une preuve irréfutable de la capacité qu’a John Morrison à porter malheur à tous ceux qu’il croise.

Image
Sheamus vient de constater l’effet de sa feud avec John Morrison sur son booking.

C’est pourquoi je le répète, il faut renvoyer John Morrison dès que possible avant qu’il ne provoque des dégâts trop importants au sein de la WWE. Imaginez que dans les semaines à venir, Morrison se mette à feuder avec Cena et que le marine devienne sa nouvelle victime, finissant par succomber à une overdose de stéroïdes. La WWE perdrait alors celui qui est à la fois son top face et son porte-drapeau, ce qui serait un coup terrible dont elle aurait bien du mal à se relever. Une seule solution donc, se débarrasser du chat noir avant qu’il ne soit trop tard.

Image
Ha, mince ! C’est déjà trop tard on dirait.
"They'll tell you failure is not an option. That is ridiculous. Failure is always an option. Failure is the most readily available option at all times. But it's a choice. You can choose to fail. You can choose to succeed", Chael Sonnen

Avatar du membre
Freddy Heenan
Vince McMahon
Messages : 2075
Enregistré le : 19 mars 2010 13:18
Localisation : Au pays de Candy

Re: Défendre et enfoncer: épreuve d'immunité

Message par Freddy Heenan »

Big Show:

John Cena XXL

Notre plus grande gloire n'est point de tomber, mais de savoir nous relever chaque fois que nous tombons.
Confucius

Il y a des jours comme aujourd'hui, où la chance vous sourit. Des jours que rien ne pourrait gâcher, et illuminés par parfois une seule nouvelle. Ce fut mon cas lorsque j'ai appris que j'allais devoir dépeindre le portrait de l'une des plus grandes superstars de la WWE; je veux bien sur parler du Big Show. Véritable icône du roster de Smackdown, cette homme illumine tous nos vendredis soirs.

Image
Encore un papier hypocrite comme vous les smarks savez les faire.

Portrait d'une icône : The Big Show.

Eh non, Chris, je suis parfaitement sincère, contrairement à toi qui a embrigadé notre géant favori et l'a manipulé comme le dernier des jobbers. Car oui, Show n'a pas toujours été le héros que nous adorons tant. Il a un temps été une ordure sans nom, aux côtés de Y2J (notons d'ailleurs que leur theme song reflétait parfaitement la médiocrité de leur équipe). Si l'on observe ce que le géant faisait l'année dernière, il n'y a rien de très glorieux. Une Tag Team boiteuse avec Jericho, puis une autre avec The Miz. Pour tout vous dire, à l'époque, je ne pouvais pas le voir en peinture. Mais c'est justement l'occasion d'aborder l'une des plus grandes qualités du Big Show : sa facilité à remonter la pente. Il aura suffi d'un Draft à Smackdown pour lui redonner toute sa gloire. Sa séparation avec le soi disant ''Best in the world in what he does'' aura été bénéfique pour lui. Son face turn fut une bénédiction pour tous, et son moveset en fut éclairé, tout comme son mic-skill.

Image
Et on peut dire que ça lui a ouvert des portes...

Le World Greatest Athlete, comme j'aime l'appeller, a tout de suite fait l'effet d'une tornade à son arrivée dans la brand bleu. Propulsé challenger au titre mondial de Jack Swagger dès son premier Smackdown, il nous a gratifié d'une très bonne feud avec le All American American (qui n'a pas adulé le géant lors de cette destruction caractérisée des trophées de Swaggie?) et a permis de l'élever à un niveau nettement supérieur. Le dépush de celui-ci n'en est d'ailleurs que plus mérité. Quand on ne peut pas profiter de l'exposition que vous offre le Show, vous ne méritez pas de faire le Main Event. Fort de cette feud, il a continué de nous enthousiasmer en neutralisant cette Straight-Edge Society qui nous nuisait à tous. Mais avant cette rivalité, il a pu se vanter d'être le seul lutteur à s'être fait faire une échelle sur mesure, excusez du peu! Sa performance mémorable dans le Money in the Bank permit de revaloriser la victoire de Kane, dont on connait la suite du parcours.

Image
Poussez, m'dame, je vois la tête!

Revenons en à notre rivalité avec les Straight-Edge. Big Show fut si dominateur, qu'il détruisit tout simplement cette stable, obligeant trois de ses membres sur quatre à quitter la fédération, et ce, bien avant que Randy Orton ne punte les membres de la New Nexus à tout va. Qui démasqua deux lutteurs en à peine un mois? Encore une fois, c'est Bibi! Et ses exploits ne s'arrêtent pas la! Il s'est imposé aux yeux du monde comme une figure emblématique à la WWE, et peut se vanter d'avoir remporté deux 10-man Tag Team Match à deux pay per views d'affilée! Capitaine époustouflant de la Team Smackdown à Bragging Rights, il réitéra l'exploit en remportant les Survivor Series dans la Team Mysterio. Rien que ça! En prouvant la supériorité du show bleu sur le show rouge, et des faces de ce même show sur ses heels, le World Largest Athlete les a tous surclassé. Idole des enfants, j'ose même dire qu'il a assurément remplacé John Cena dans le coeur de tous nos enfants; sa carrière cinématographique le prouve d'ailleurs aisément.

Image
Knucklehead, le film qui a marqué toute une génération.

Malgré une contre-performance au Royal Rumble (même si pour ma part je Miz sur un complot vieux comme le monde visant à détruire le plus dangereux en premier..), le Big Show nous a montré une nouvelle fois comment remonter la pente en beauté. Participant surprise de l'Elimination Chamber, il a su montrer qu'il avait mérité sa place. Il a bénéficié d'un énorme Wrestlemania moment en battant The Corre en moins de temps qu'il n'en faut pour dire ''dépush phénoménal''. Pour l'avenir, on peut prévoir une team prometteuse avec le Big Red Monster Kane. Le monstre rouge est en chute libre en ce moment, et je compte bien sur le Show pour le faire remonter, comme il a prouvé qu'il savait si bien le faire.

Image
Le Big Show après sa lecture du papier de votre serviteur.


Puis Cody Rhodes:

GROTESQUE!

WWE has come to terms on the release of Cody Rhodes. We wish him the best in all future endeavors.
WWE.COM, dans très peu de temps.

Je vous disais en introduction du papier précédent (que vous avez bien évidemment lu..) que ma journée fut égayée par la découverte de ma consigne de glorifier le Big Show, et que rien ne pourrait gâcher ce délicieux jour. Si j'avais su que quelques secondes après, je devrais écrire un article sur Cody Rhodes, mon discours aurait été totalement différent.

Image
Les images parlent d'elles-mêmes.

Votre mission si vous l'acceptez : Enfoncer Cody Rhodes.

Aucun problème! C'est avec plaisir que je vais vous montrer à quel point cette vermine est répugnante. Car oui, contrairement à ce qu'il veut bien nous faire croire, Cody n'est pas ''Dashing''. Il est même tout le contraire.
Monsieur se dit éclatant, fringuant, sublime. Appelez ça comme vous voulez, mais moi, je n'en crois pas un mot. Ses Grooming Tips ne sont que des méthodes pompées au dernier magazine féminin acheté au kiosque de l'arena. Et au risque de casser un mythe, je dois vous l'avouer, Cody Rhodes utilise une doublure. Les house-shows en Thaïlande aidant, il s'est trouvé un (une?) superbe copie pour se recouvrir le visage de masques en tout genre. Ne me dites pas que vous croyiez réellement qu'un homme ayant servi de sac de frappe à Triple Sledgehammer, John Cena et autres joyeux lurons pendant près d'une année peut encore se prétendre beau et sans défaut?

Image
Jeff Hardy dans toute sa splendeur.

La voilà la triste vérité. Tel un Marine du lundi soir croyant encore faire l'unanimité auprès du public, Cody essaye tant bien que mal de se convaincre lui même qu'il est resplendissant. Mais là où le bat blesse, c'est qu'il peine à se croire lui même. Son histoire de nez cassé par Rey Mysterio? Du pipeau, tout ça pour le mener à porter ce vulgaire masque qui nous cache un peu cette horreur qu'il ose appeler visage. Il a tout tenté pour que nous pensions qu'il était réellement Dashing. Mais ramener son père fut l'erreur de trop. Lorsque l'on a un père comme Dusty Rhodes, on ne peut pas être un canon de beauté. Goldust l'a bien compris, et tente tant bien que mal de dissimuler son ignoble visage derrière un maquillage digne des plus grands délires psychotiques de Sting et Jeff Hardy.

Image
Je serais sympa et vous épargnerai les réflexions sur le masochisme de Cody, qui prend soin de lui et fait tout pour être séduisant avec un frère comme Goldie. (Et merde, j'avais dit que je la ferait pas!)

Et ce masque, ce masque! Parlons en... À l'heure où la WWE mise tout sur le marché mexicain en exposant toujours autant Rey Mysterio, en signant Sin Cara et en multipliant les tournées la bas, ce cher Cody se permet de détourner ce code, véritable emblème culturel dans le pays de la téquila, pour en faire une arme lors de ses matchs. Une véritable insulte à la lucha libre vous dis-je. Certains doivent se retourner dans leurs tombes la-haut! À-t-on déjà vu au Mexique des lutteurs utiliser leurs masques pour gagner l'avantage? Jamais cela ne viendrait à l'esprit d'un homme loyal, un vrai. Et lorsque l'on a pas la loyauté comme qualité première, comment peut-on espérer toucher les sommets?

Image
Il dit qu'il voit pas le rapport...

Mais je suis rassuré, car j'imagine déjà le futur de Cody Rhodes. Tout est clair pour moi. Après une storyline foireuse à la Burchill en compagnie de son frangin, le ''Dashing'' finira dans les future endavoured. Il rejoindra alors la midcard de la TNA, et fondera une stable avec les Beautiful People qui ne durera qu'un mois, avant d'apparaitre quelques secondes par show pour des grooming tips de plus en plus ridicules. Il disparaitra finalement totalement des rings et finira maquilleur pour Hulk Hogan et ses amis de la maison de retraite, et devra voler les produits de son boulot pour tenter de conserver le peu de Dashingitude (© moi-même) qui lui restera. Un programme plutôt alléchant...

Image
Viens, on a des super plans pour toi, Brotha'![
"They'll tell you failure is not an option. That is ridiculous. Failure is always an option. Failure is the most readily available option at all times. But it's a choice. You can choose to fail. You can choose to succeed", Chael Sonnen

Avatar du membre
Freddy Heenan
Vince McMahon
Messages : 2075
Enregistré le : 19 mars 2010 13:18
Localisation : Au pays de Candy

Re: Défendre et enfoncer: épreuve d'immunité

Message par Freddy Heenan »

Les 14 raisons pour lesquels il faut l'aimer, mon Sheamus.

Aimer, ce n'est pas seulement "aimer bien"; c'est surtout comprendre.
Françoise Sagan.

Salut mon vieux, tu te souviens de moi? Mais oui, c'est moi, Johnny "41%" Lawrence! Ah, je vois que ça te reviens, ton œil valide commence à briller, ton poil se fait doux et ton museau frétille. Tu sais pourquoi je suis là cette semaine? Quoi? Non, éradiquer la race humaine en commençant par le Calvados n'est pas dans mes plans... immédiats. Je suis là pour te faire aimer Sheamus. Et quoi de mieux qu'un big TOP QUATORZE des raisons pour lesquels tu dois le kiffer velu, hein? Allez, c'est parti!

1/ Parce qu'il est ROUX, camarade. Oui on va la lâcher tout de suite celle-ci, le gars est ROUX, et ce n'est pas parce que ça a déjà été dit qu'il faut commencer à arrêter d'en parler. Être ROUX tu sais, c'est peut-être un détail pour toi mais pour lui cela veut dire beaucoup. Il s'est battu toute son adolescence pour qu'on respecte sa différence, il a même participé à un documentaire sur les ROUX, c'est te dire!

Et puis, on ne va pas se mentir, un ROUX qui gagne, quelque part, c'est un message d'espoir dans ce monde trop dur. Une revanche sur la vie. Un ROUX qui gagne, c'est Rocky Balboa qui tient la distance contre Appolo Creed, c'est Leeds qui élimine Manchester de la FA Cup en Angleterre. La victoire des minorités en sorte. Un ROUX qui gagne, c'est Astérix et son village gaulois qui résistent à l'envahisseur romain.

C'est l'espoir, camarade.

Si un ROUX peut remporter le titre suprême de la WWE, alors RIEN n'est impossible.


Image
- Rien n'est impossible ? J'ai donc mes chances de gagner CDC-NXT 2!
- Faut pas exagérer Papy, faudrait qu'un ROUX doublé d'un unijambiste sourd et aveugle gagne le titre WWE pour tenter la comparaison...


2/ Parce que du temps de ses débuts en Irlande, notre Sheamus a été garde du corps pour plusieurs célébrités de passage au pays, dont le saltimbanque Bono. De là à dire qu'il a sauvé la vie du chanteur de U2 il n'y a qu'un pas, et je le franchis. De là à dire qu'il a sauvé le monde - parce que sauver Bono, quelque part, c'est sauver le monde - il y a un autre pas, que je franchis aussi sans hésiter. Et un type qui sauve le monde, on l'aime (ou on le quitte, mais là on l'aime).

3/ Parce qu'il mesure 1 mètre 98 pour 123 kilos de muscles le Sheamus, et à moins de mesurer 2 mètres pour 203 kilos, tu n'as pas trop le choix de l'aimer ou pas, surtout s'il a ton adresse (et il l'a la tienne, je lui l'ai envoyée par mail).

4/ Parce que c'est un Irlandais, et s'il y a une chose que j'ai retenu des films dans lesquels Colin Farrell joue, c'est qu'un Irlandais ne peut être que cool. Mais oui tu es cool mon Sheamus!

5/ Parce qu'il est Irlandais, et donc il boit des bières.


Image
Et en plus il vole! (et pas que dans les magasins comme Métroid)


6/ Parce qu'il a subi une terrible blessure à la nuque seulement quelques matchs après le début de sa carrière, le plaçant sur la touche pendant presque deux ans. Sérieusement, combien de personnes auraient abandonné suite à ça? Ben pas lui! Alors je ne sais pas comment vous fonctionnez les gars, mais moi un type qui d'entrée se ramasse une vieille blessure à la nuque (et Dieu sait si on connaît les conséquences de ces blessures), qui ne se dit pas "Ouais super comme métier... Allez j'arrête, je me prendrais moins la tête à bosser dans un bureau", mais qui au contraire revient et perce au plus haut niveau, tu ne peux que le "liker" comme on dit sur Facebook.

Le courage, camarade.

7/ Parce qu'il a conclu son entrainement initial dans un endroit qui s'appelle "The Monster Factory". Classe.

8/ Pour ÇA.

9/ Parce que ce n'est pas lui qui va te faire de l'ombre sur la plage.

10/ Parce que sa première apparition à la WWE, c'était comme membre de sécurité pour sortir D-Generation X du stade sur ordre de Vince McMahon - on parle storyline hein - et qu'est-ce qu'il a fait mon Sheamus? Il s'est mangé un Pedigree de HHH comme un grand. Il y a des débuts plus amers, tu l'admettras.

11/ Parce qu'avec son nom tu peux faire de jolis haïkus, ces étranges poèmes japonais (Elle est pour toi Myjasu). Exemple:

Sheamus aime les Sugus
Sheamus aime les poissons Findus
Un météore tombe dans l'eau
Dans l'eau bleu, en plus


Image
Je dessine super bien quand même!


12/ Parce qu'il a gagné le King of ze Ring, et sur un CV c'est plus classe qu'un diplôme de spécialiste marketing.

13/ Parce qu'en quatre mois il a réussi:
- À devenir pote de muscu - ça existe ça ? - avec HHH pour se chopper un petit push bien sympa.
- À énerver Kevin Dunn, histoire de devoir se trimballer habillé en vert limite fluo, couronne sur la tête et sceptre à la main. Ouais, apparemment le gars Dunn n'a pas aimé quand il a fui devant le Nexus lors d'un segment.

HHH ou Dunn? Dunn ou HHH? Hmm... Ça serait pas un malin notre Sheamus?

14/ Parce que c'est Bret Hart, impressionné par son gabarit et sa présence, qui lui a filé des conseils et l'a mis en contact avec une école de lutte. Bret Hart! Tu vas pas commencer à discuter l'opinion du Hitman non? Si Bret aime, tu aimes et tu te tiens tranquille, surtout toi Geass!

Voilà, je crois qu'on arrive au bout mon bichon. On en aura fait du chemin ensemble tu sais, on en aura vécu des moments. De rire (les moments sur les Haïkus), mais aussi de pleurs (fais pas le dur, je t'ai vu lâcher ta larme sur le passage qui parle de sa blessure). Je crois qu'on oubliera jamais ces moments là. On était les rois du monde le temps de quatorze raisons. Sheamus c'est toi, c'est moi... C'est nous, quoi!

Allez, je t'embrasse pas: j'ai un coup de soleil.

--------------------

Robby m'a tuer

Can't stop the hurt inside, when love and hate collide
Def Leppard

J'ai la triste impression que les dieux de la grande Olympe se sont ligués pour me pourrir l'existence: moi, écrire un texte enfonçant le catcheur nommé Rob Van Dam? Really? Le même RVD que j'avais vu passer des mouvements que je n'avais encore jamais vu face à Jerry Lynn sur une VHS du pay-per-view Hardcore Heaven '99, vidéo ramenée d'un voyage à Londres? Le même Van Dam qui je pensais allait révolutionner le monde de la lutte professionnelle? Le Rob que je m'étais méticuleusement efforcé de créer dans le jeu "No Mercy" sur GameCube?

Comment vais-je faire? Comment vais-je trouver un angle pour le descendre? Ce type fait le deuxième meilleur FIVE STAR Frog Splash de l'histoire de la lutte, a redonné ses lettres de noblesse dans l'utilisation des chaises dans un match (Van Daminator! Van Daminator!), et a même joué dans la série X-Files au côté de l'agent Mulder! Sérieusement, tout le monde aime Rob Van Dam, il est aussi cool qu'Arthur Fonzarelli.


Image
Après Pimp My Car, Pimp my House et Pimp My Cat, MTV présente Pimp My Suitcase. Ça commence à se voir qu'ils manquent d'idées.


De quoi puis-je parler? Qu'il commence à avoir du bide, et ne se foule pas trop à la TNA? Ouais, OK, mais d'un autre côté s'il est là-bas, c'est principalement pour avoir plus de temps libre, histoire d'être plus souvent aux côtés de sa femme qui se remet d'un cancer. Il y a mieux comme point de départ, non?

Alors on va parler d'un passage - du seul peut-être de sa carrière - que j'essaye d'oublier. Dans la vie, parfois, si tu y crois très fort, si tu fais semblant qu'une chose n'a pas existé, eh bien elle n'existe pas. On a tous connu ça, que ce soit avec une copine ou même un pote. Un événement qui s'il est ramené sur le devant de la scène peut venir mettre le feu à tout ce que tu crois, à tout ce que tu vis. Le genre de chose qui peut te faire franchir la fine ligne entre l'amour et la haine.

Le 3 juillet 2006, un journal de la ville d'Ohio annonce que deux lutteurs ont été arrêtés la nuit précédente lors d'un contrôle de police, pour possession et usage de stupéfiants. Ces deux lutteurs, sous contrat à la WWE, sont Sabu et le champion actuel de la WWE mais aussi de la ECW fraichement relancée, Rob Van Dam.

Coup de tonnerre sur la nuit de noce.


Image
- Qui est-ce qui porte des habits de toutes les couleurs de la vie et qui à deux gros pouces? This guy!


Cela fait quelques semaines que Van Dam est double champion du monde: de la WWE donc, où il a battu Cena pour le titre, mais aussi de la ECW. En effet, celle-ci, rachetée par Vince McMahon, vient d'être relancée sur le petit écran. La ECW! La fédération qui a secoué le monde de la lutte au milieu des années 90, qui a amené un nouveau souffle dans le catch nord-américain sous l'impulsion d'un des plus grands bookers de l'histoire, Paul Heyman!

La ECW qui m'a tant fait rêver, fait hurler "ECW! ECW! ECW!" et fait croire à une alternative au monde made in McMahon. Cette même ECW qui vient de renaître sous l'impulsion de ce même Heyman et de Rob Van Dam justement, et qui ont pour une fois quasiment carte blanche pour la façonner et présenter une vraie alternative à la WWE.

Une vraie alternative qui a besoin de temps pour grandir, se faire accepter de la foule et rendre solide sa différence de la WWE. Une vraie alternative qui a besoin d'une chose, un champion solide et présent. Un champion qui ne se fait pas arrêter comme un vulgaire adolescent dans une voiture louée à fumer des joints.

Un champion qui prend les choses aux sérieux, qui représente ce qu'il est censé représenter, ce qu'il croit et ce pour quoi il s'est battu auprès de son mentor Paul Heyman, de celui qui a besoin de lui dans cette grande aventure.

Rob Van Dam n'est pas ce champion.

On connaît la suite: suspension de Van Dam qui perd ses deux titres, mise sous tutelle de la fédération par Vince McMahon. Ce qui provoquera disputes sur disputes avec Paul Heyman, abandonné par son plus grand soutien, le visage de cette fédération fraichement relancée.

Le 2 juillet 2006, Rob Van Dam a tué la ECW.

Le 2 juillet 2006, Rob Van Dam a tué une certaine idée du catch.

Le 2 juillet 2006, Rob Van Dam a laissé tomber ses fans. Le 2 juillet 2006, Rob Van Dam m'a laissé tomber. Il a craché sur tout ce que je pensais qu'il était, et pire encore, sur ce que je pensais qu'il pouvait être.

Je le déteste pour ça, et vous devriez en faire de même.


Image
La drogue, faut pas toucher, c'est sérieux... Moi j'ai touché, j'ai perdu le touch, j'avais plus le feeling de la vie... Ma brain était à l'envers dans ma tête. La drogue, c'est comme quand tu close your eyes et que tu traverses la rue...[/quote][/
"They'll tell you failure is not an option. That is ridiculous. Failure is always an option. Failure is the most readily available option at all times. But it's a choice. You can choose to fail. You can choose to succeed", Chael Sonnen

Avatar du membre
Freddy Heenan
Vince McMahon
Messages : 2075
Enregistré le : 19 mars 2010 13:18
Localisation : Au pays de Candy

Re: Défendre et enfoncer: épreuve d'immunité

Message par Freddy Heenan »

Jeff Hardy
A l’insu de son plein gré

« Overrated my ass »
Jeff Hardy face à ses contradicteurs (Impact du 11/11/10)


Monsieur le président, messieurs les jurés, c’est avec la conviction la plus intime de me battre pour une cause juste que je me présente face à vous aujourd’hui. Car oui, je vous le révèle dès à présent, Jeff Hardy est un honnête homme.
Qu’est-il reproché à Jeff Hardy ? Principalement deux choses : un style prétendu médiocre dans le ring et une tendance à tester des produits illicites.
A cela, je ne peux répondre qu’une chose à l’accusation : vous n’êtes qu’une bande d’hypocrites.

Image
Il ne te reste plus qu’à placer « meilleur dans ce que je fais » et tu remporte l’immunité mec !

Pour commencer, je voudrais vous présenter Jeff Hardy le sportif. Un homme qui a un palmarès monstrueux : cinq titres de champion du monde solo et sept en tag team. La réussite en tag team est d’autant plus impressionnante quand on considère qu’il avait pour partenaire son frère grassouillet Matt. Et ces titres n’ont pas été acquis contre n’importe qui : les Dudley Boyz et Edge et Christian et je ne parle même pas de ses titres de champion du monde pris face à des Edge, CM Punk et autres Triple H.
Edge, parlons en justement. Alors que sa retraite vient d’être annoncée, sa carrière est couverte d’éloges. Mais que seraient ses matchs de l’année à Wrestlemania sans Jeff Hardy pour faire face ? Comment serait-il arrivé à onze titres si mon client ne s’était pas effacé avant les Survivor Series de 2008 ? Comment aurait-il pu conclure avec Lita si les Hardy ne l’avaient pas engagée comme manager ?

Image
Tu vas me remercier bordel ???

Mais au-delà du sportif, je veux vous parler de Jeff Hardy l’homme.
Celui prêt à tout pour satisfaire son public, quitte à risquer sa santé dans des prises de plus en plus spectaculaires (http://www.youtube.com/watch?v=gU4ZNt_I-Zg). Et force a été de constater que plus il en montrait, plus le public en réclamait.

Image

Mais puisque je vous dis que je ne suis pas Jeff Hardy et que je ne vais pas sauter moi !

Alors tel un homme il aura eu ses faiblesses. Et celle principale aura été de céder aux désirs de ses fans. Mais tel un homme, son corps a connu ses limites et afin de les rendre heureux, de VOUS rendre heureux, il du se résoudre, la mort dans l’âme, à prendre certains produits pouvant l’aider à supporter ses souffrances. Certains se sont accrochés paresseusement à une croix pensant sauver les hommes, Jeff lui a continué à se battre au-delà de ses possibilités.

Et s’il fallait avancer un dernier argument, ce serait celui-ci : Jeff Hardy est un symbole du catch moderne. Il est certainement l’une des images qui viennent en tête immédiatement à l’évocation de ce sport. J’en veux pour preuve sa présence dans l’un des shows les plus réussis de la télé américaine : That’s 70 show. Ce n’est pas un hasard si l’autre invité de cet épisode prestigieux n’est autre que le Rock afin d’associer à l’écran les deux plus grandes icônes de l’Histoire du catch. Durant sa prestation, il montrera sa générosité habituelle en laissant gagner son obèse de frère. (la preuve : http://www.youtube.com/watch?v=mvrVVbDVBRI)

Pour clôturer ma plaidoirie, je ne dirai qu’une chose : Jeff Hardy est la victime et non le coupable de cette affaire. Il a démontré durant ses treize dernières années toute son aptitude à rendre crédible des adversaires, porter haut les titres et prendre des risques insensés pour faire chavirer la foule. Et quand il a eu besoin d’aide pour tenir le choc, personne ne lui a tendu la main, pas même son énorme frère. Et quand il a tenté de s’en sortir seul, tout le monde lui est tombé dessus et l’a pointé du doigt. Jeff Hardy est une victime, Monsieur le président et Messieurs les jurés, j’en ai l’intime conviction et nous ne le saurons probablement jamais, mais il est probable que mon client aurait pu être le meilleur au le monde dans ce qu'il fait avec un peu plus de clémence.

Image

Immunité dans la poche ma poulette!!!
Kurt Angle
Cet homme est une fraude

"You suck"
Public de connaisseur


Monsieur le président, Messieurs les jurés, nous voici réunis dans cette salle pour déterminer si un homme est coupable ou non d’usurpation d’identité. Si la vie de cet homme se résume à une immense imposture. Certains de mes confrères aiment à dénoncer les grandes injustices de ce monde, j’aime dire modestement que j’ai gardé mon habitude de la seconde Guerre Mondiale en dénonçant des hommes.

Image
Pièce à conviction n°1: You can’t see the imposteur.

S’il faut vous démontrer à quel point, Kurt Angle est une fraude vivante, je vous invite à remonter le temps en 1996 du côté d’Atlanta. Alors que Jean Galfione remportait brillamment un concours du saut à la perche qui avait battu des records de hauteur, Kurt Angle devint champion olympique de lutte libre. Ce titre est celui sur lequel se base toute la carrière : il joue avec sa médaille, on rappelle à chacune de ses entrées dans le ring qu’il est « le seul champion olympique de l’histoire du catch professionnel » etc… Mais quelqu’un sait réellement comment cette épreuve s’est déroulée ?
Après une enquête minutieuse, je suis en mesure de vous raconter précisément ce qui s’est passé dans les derniers moments de cette compétition. Premier point : Angle, le héros américain. Savez vous que la compétition était biaisée d’avance et qu’en demi-finales, il y avait pas moins de trois représentants des USA ? Dès lors il était quasi-certain que la majorité des médailles leur reviendrait. Mais qui était le quatrième homme ? Un japonais technique ? Un russe surpuissant ? Rien de tout cela !!! Uniquement un iranien moustachu ! Elle est belle la victoire héroïque.

Image
Pièce à conviction n°2: Et en plus c’était même pas l’Iron Sheik…

De cette victoire controversée, Kurt Angle en tira gloire imméritée. Son palmarès à la WWE et à la TNA parle pour lui : des titres à la pelle afin de contenter un égo démesuré. Mesurez par vous-même : six fois champion du monde à la WWE/WCW et trois fois à la TNA dont une période où il portait tous les titres de la fédération en même temps. Son melon gigantesque suscita cependant l’intérêt de nombreux de ses condisciples et je vais à présent vous présenter le témoignage d’un de ses anciens amis nommé Adam Copeland.

Image
Pièce à conviction n°3: I’m the king of the World youhou !!!!

Celui-ci se faisait appeler Edge par soucis d’anonymat. Après quelques temps à observer Mr Angle, il se rendit vite compte que ce dernier trompait son monde. Il décida très vite d’en informer le public qui ouvrit les yeux alors sur le comportement pitoyable de Kurt Angle. La vidéo qui suit peut heurter certaines âmes sensibles croyant encore à l’innocence de Mr Angle. Mais je précise qu’elle n’est que le reflet de la réalité et que le témoignage de Mr Copeland, onze fois champion du monde tout de même, ne souffre d’aucune contestation. Pour les plus braves d’entre vous, voici la vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=eYZ7IYhh ... re=related

Enfin, comment évoquer la vie de mensonge de Mr Angle sans parler de son piètre rôle de père et de mari. Aujourd’hui encore, il ne se passe pas une semaine sans que Karen Jarrett ne ressasse le traumatisme lié à ses douze années de vie commune avec Kurt Angle. Douze années d’abandons, de trahisons, d’humiliations. Mr Angle utilisa même une perruque pour aller séduire ses collègues féminines dans des bars. (http://www.youtube.com/watch?v=Vb_Ln-LHDzQ)

Image
Pièce à conviction n°4: Il me faire rire l’autre avec ses dos « cojones ». Qu’est-ce qu’il dirait de mes dos « cochones » !!!

En définitive, voilà les mots qui caractérisent Mr Angle : menteur, narcissique, trompeur…Qui peut-donc douter de la culpabilité d’un tel homme ? J’espère que vous messieurs les jurés et vous monsieur le juge, saurez faire le bon choix.
"They'll tell you failure is not an option. That is ridiculous. Failure is always an option. Failure is the most readily available option at all times. But it's a choice. You can choose to fail. You can choose to succeed", Chael Sonnen

Avatar du membre
Freddy Heenan
Vince McMahon
Messages : 2075
Enregistré le : 19 mars 2010 13:18
Localisation : Au pays de Candy

Re: Défendre et enfoncer: épreuve d'immunité

Message par Freddy Heenan »

Défendre Kelly Kelly :

Dans la grisaille qu’est aujourd’hui le catch féminin à la WWE, un timide rayon de soleil persiste. Kelly Kelly, vingt-quatre ans, tente encore et toujours de porter la division féminine de Smackdown sur ses épaules musclées. Malheureusement, l’orientation vers laquelle la compagnie s’est engagée il y a quelques années la bride totalement. Et seules ses formes (qu'elle a fort jolies d'ailleurs) sont régulièrement mises en avant.

Image
En même temps, ils auraient tort de s'en priver.

Pourtant, des qualités, elle en a. Que ce soit dans le ring ou en dehors, ses performances auraient dû pousser la WWE à l’utiliser autrement que ce qu’elle fait actuellement. Mais les hautes instances ne voient en elle que la bimbo et un moyen d’attirer le regard pervers du spectateur mâle lambda tout juste bon à se tripoter le soir devant un match féminin.

Elle débarque à la WWE en 2006 avec un passé de gymnaste et de pom pom girl qui laissent présager d’un gros potentiel physique. Elle a probablement en tête les fabuleux combats opposant à l’époque Alundra Blayze à Bull Nakano ou Bertha Faye, ceux plus récents entre Trish Stratus et Victoria. Imaginez alors sa déception. Les catcheuses ont fait place aux divas et c’est en tant qu’exhibitionniste que Kelly Kelly commencera à la ECW. Oui vous avez bien lu, exhibitionniste plus tard rejoint par Layla et Brooke pour former "l'Extreme Expose". Il m'est impossible de mettre des liens ici afin de ne pas choquer les plus jeunes mais sachez que Silver possède toutes les vidéos chez lui. Si d’autres techniciennes, dépitées, ont finalement laissé tomber (c’est le cas de Tiffany ou plus récemment Askana), Kelly Kelly s’accroche et joue le jeu. Si le public ne veut pas de la catcheuse, alors ils auront la diva.

Image
Et si ça ne marche pas, une carrière dans le porno reste envisageable.

Et là encore, elle démontre tout son talent. Car Barbie, comme elle est surnommée, n’est pas qu’une lutteuse au panel de prises défiant l’imagination (elle maîtrise notament la roue, figure de gymnastique très populaire), c’est aussi un « entertainer » de tout premier ordre. Que ce soit par ses talents d’actrice ou au micro, elle rayonne à chacune de ses apparitions. Bien au dessus du lot dans ce domaine par rapport à ses partenaires de la division féminine de la WWE, elle déploie ce magnifique potentiel dans des segments backstage ou « in ring » devenus cultes. Ainsi, il y a de cela quelques mois, alors qu’elle intervenait en faveur d’Edge dans sa rivalité avec le duo Dolph Ziggler/Vickie Guerrero. Cette dernière, en charge de l’émission en l’absence de Théodore Long, décide de la virer après un combat handicap Edge/Kelly Kelly contre Dolph Ziggler/Michelle McCool/Layla. Match remporté par les deux gentils suite à un violent spear de la diva blonde. Non content d’avoir fait étalage de la grande variété de prises qui composent son arsenal, elle passera ce soir là du rire aux larmes comme Vickie passe d’Escobar à Ziggler. Avec une facilité déconcertante. Et qui n’a pas été ému aux larmes devant tant de sincérité dans ces pleurs ? Qui n’a pas insulté Vickie et voulu prendre dans ses bras la douce Barbara pour la réconforter ?

Image
Ca ne va pas être possible pour toi Silver...

Bien sur elle reviendra. Peu de temps après, plus forte encore. Ce qui a changé, son statut, ce n'est plus une diva parmi tant d'autres mais la diva. Ses matchs sont toujours aussi courts mais d’une intensité incroyable. Sa capacité à enchaîner les prises sans qu’un temps mort ne vienne les séparer fait que c’est une des divas les plus agréables à voir évoluer sur un ring. L’inventivité dont elle fait preuve chaque semaine est un régal pour l’œil des suiveurs que nous sommes. Ceux qui font passer la catcheuse avant la diva. Les « pops » qu’elle génère lors de son entrée en scène ne trompent personne, elle est actuellement le porte drapeau du catch féminin dans le monde. Beth Phoenix,Natalya, Mélina, Serena, des divas dépourvues de talents et qui n’apparaissent que sporadiquement, essaient tant bien que mal d’exister dans son ombre. Et c’est là qu’intervient la plus grande qualité de Kelly Kelly. Un cœur gros comme son sein gauche. Plutôt que de les laisser moisir en coulisses, elle n’a pas hésité à donner son corps pour les faire briller. Pas la peine de vous dire qui portait le match. Plus que ça, ses nombreuses apparitions lors d’opérations caritatives font d’elle la numéro une dans le cœur des fans.

Image
Pas que le coeur en fait. Du moins pour les fans masculins.

L’orientation prise par la WWE en terme de catch féminin étant ce qu’elle est, de nombreux talents auront désertés. Si celui de Kelly Kelly n’est pas totalement exploité, elle continue de nous émerveiller à chacune de ses prestations et c‘est pour cela que nous, suiveurs, sommes là semaine après semaine devant notre télévision ou notre ordinateur à supporter la blonde au sourire radieux.
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonjour. Vous pouvez considérer ça comme un aveu d’échec mais il m’est impossible d’écrire en mal sur Jack Swagger. Néanmoins, par respect pour vous CDC Universe et aussi pour mon pro Latrell, il est impératif que je rende quelques chose avant la date limite sans quoi je ne vaudrais pas plus qu’un Major Tom ou un Gib. Aussi, ai je décidé d’aller m’entretenir avec une personne qui n’apprécie pas l’ancien champion du monde. Ce ne sont pas le les célèbres Tsurugimi et Canette qui inondent régulièrement la tribune de leur haine envers lui mais celui qui fit office de mascotte au All American American pendant quelques semaines. Je veux bien sur parler du Soaring Eagle. Voici donc ce que j’en ai tiré, des propos édifiants.

Image
Ce n'aurait pas pu marcher de toute façon, l'idée était déjà prise.

Le personnage.
Prenez un gars aux mensurations de champions du monde. Ajoutez à cela un « background » de lutteur ayant par conséquence un niveau dans le ring plus qu’acceptable. Maintenant, mettez lui un bide d'un vieux camionneur qui tourne à la bière que vous essayez de masquer avec la tenue de catch. Donnez lui un sourire niais, un regard inexpressif et un cheveu sur la langue. Faites en sorte que ce problème gâche systématiquement chaque promo qu’on lui confie le discréditant automatiquement vis-à-vis du public. Et maintenant, dites moi si ce type là sera un jour une légende ou s’il viendra vite me rejoindre au pôle emploi. Pour moi, c’est clair. Ce mec n’a plus aucune crédibilité à la WWE et n’a rien à espérer de mieux que des rivalités contre Hornswoggle.

Image
Tu vas voir, on finit par s'y faire.

Son premier titre à la WWE.
Son premier « run » en tant que champion du monde est aujourd’hui considéré comme un échec. Vince McMahon pensait faire de lui son « monster heel », capable de porter le show tant dans le ring qu’au micro. Mais déjà, il avait quelques doutes sur la pertinance de son choix. Du coup, on lui a fait gagner le "Money in the Bank" peu de temps avant. Cela donne la possibilité de très vite désavouer son futur champion au cas ou il ne ferait pas l'affaire. Ils lui ont fait changer d’attitude au moment de la prise du titre sur Chris Jericho, il est passé du jeune chien fou à l’homme, mature et froid. Bonne idée mais ça n’a pas marché. Il n’était absolument pas crédible dans ce rôle. Pensez vous, un champion qui zozote. Ils ont bien essayé de l’aider dans ses promos, ses entrées en scène en gonflant sa heat, Smackown le permettant puisqu'enregistré. Mais rien n’y a fait. Pour le public, Swagger était toujours le même clown juste bon à faire des pompes au milieu du ring pendant un combat.
Si encore il avait gardé la tête froide. Mais non, ce titre l’a lui a carrément fait enfler. Il était alors invivable et ingérable. Ses problèmes en coulisses ont fini par arriver aux oreilles du grand chef. Et il n’a pas aimé. Il l’a donc humilié en l’envoyant rivaliser avec le Big Show puis lui a fait perdre son titre dans un "Fatal Four Way match".

Leur association.
C’était clairement une idée du patron. Jack venait de payer son arrogance et était redescendu très bas dans la carte. Il s’agissait de ne pas trop l’enfoncer car Mr McMahon croyait encore en lui. une nouvelle tentative pour lui donner de la heat donc. Ils lui ont collé un père inexpressif et encore moins crédible dans son rôle que Jack ne l’était en tant que champion. Et enfin, en septembre 2010, ils se sont dit : « et si on lui donnait une mascotte ? Comme les équipes universtaires, un bel aigle, symbole de notre patrie ! Les gens vont le détester avec ça". Peine perdue. Non seulement le public ne réagissait pas mais, petit à petit, il semblait s’amuser de ma gestuelle. Moi, une mascotte, lui volait la vedette. Les têtes pensantes de la compagnie l’ont très vite compris et m’ont retiré après une courte série d’humiliations subies des mains d’Hornwoggle. Si seulement ils avaient retenu la leçon. Si seulement, ils s’étaient rendu compte que même Escobar avait plus de charisme que lui. Mais non. Dernièrement, ils ont réessayé en l’associant avec Michael Cole qui jouit d’une très belle « heat ». Et là encore, ça ne marche pas. Certes le public réagit mais c’est Cole qui les fait huer. Ce nouvel échec pousse actuellement les « bookers » à envisager un « face turn ». Une nouvelle catastrophe en perspective.

Image
Va déjà falloir commencer par sourire.

Alors est-ce la jalousie qui parle, l’éphémère et amère carrière dans l’univers du sport divertissement, ou est-ce tout simplement un constat honnête sur un catcheur qui a attent un plafond de verre placé si bas que même John Morrison pourrait le percer ? Seul l’avenir et Vince McMahon le savent.

Image
Mais quelque chose me dit que ce dernier a déjà une petite idée.
"They'll tell you failure is not an option. That is ridiculous. Failure is always an option. Failure is the most readily available option at all times. But it's a choice. You can choose to fail. You can choose to succeed", Chael Sonnen

Répondre